Poursuivons nos représentations de l’incroyable inégalité de répartition du patrimoine dans un pays aussi avancé que les États-Unis.

Inégalités de patrimoine USA Etats-Unis

Lecture : Les 4 % d’américains les moins riches qui font partie des 5 % d’américains les plus riches (= P95-99), possèdent 27 % du patrimoine total. Les 60 % les plus pauvres (P0-60) n’ont que 4,3 % du total…

La concentration du patrimoine financier est encore pire :
Inégalités de patrimoine financier USA Etats-Unis

Les 10 % les plus riches possèdent ainsi 83 % du patrimoine financier total.

On peut représenter ceci différemment pour mieux visualiser :

Inégalités de patrimoine financier USA Etats-Unis

Lecture : Les 1 % d’américains les plus riches possèdent 34 % du patrimoine total et 43 % du seul patrimoine financier

On peut dès lors se demander comment les américains vivent cette situation correspond-elle véritablement à leur souhait ?

Michael Norton et Dan Ariely, de la Harvard Business School ont justement enquêté sur cette question. Le résultat de leur travaux “Building a Better America”est… édifiant.

Ils ont d’abord enquêté sur la perception qu’ont les américains de la répartition des richesses dans leur pays et leur ont demandé quel serait le modèle idéal. L’étude révèle que la population sous-estime massivement la réalité des inégalités.

Aujourd’hui, les 1 % les plus riches détiennent près de 50% du patrimoine du pays. Lorsqu’on a demandé aux sondés quel était la répartition actuelle aux USA, ils ont considérablement sous-estimé la réalité des inégalités d’un pays où les 60 % les moins favorisés de la population ne détiennent ensemble que seulement 4,3% des richesses.

La répartition actuelle par quintile (tranche de 20% de la population) est celle-ci :

Quintiles par ordre décroissant de richesse / Pourcentage du patrimoine total détenu

  1. 84%
  2. 11%
  3. 4%
  4. 0,2%
  5. 0,1%

Interrogés sur la répartition qui leur semble idéale, ils accordent comme on le voit sur le graphique suivant un peu plus de 30% aux 20% les plus riches (contre 84 % en vrai !) et une grosse vingtaine de pourcent aux deux quintiles suivants (contre 11 % et 4 %), et étrangement, cette évaluation est très peu influencée par leur niveau de revenu ou leur appartenance politique :

Inégalités de patrimoine financier USA Etats-Unis

Par ailleurs, le sondage proposait également de choisir entre 3 modes de répartitions pour un pays. Les 3 modèles proposés étaient celui de l’Amérique actuelle, celui de la Suède, et un modèle de répartition égalitaire attribuant 20 % du patrimoine à chaque quintile :

Inégalités de patrimoine financier USA Etats-Unis

Lecture : l’étude testait aussi les préférences 2 par 2 ; 92 % préfèrent le modèle suédois à l’américain

Ainsi 47 % ont choisi le modèle suédois, 43% le modèle égalitaire, et seulement 10% le modèle américain.

Les préférences du peuple américain vont vers un modèle bien plus équitable que l’actuel.

Lire la suite…

13 réponses à 0231 Les inégalités de patrimoine aux USA (2/4)

  1. enuncombatdouteux Le 14 août 2013 à 02h53
    Afficher/Masquer

    En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait cité dans un article du New York Times intitulé « Pourquoi les Américains des classes moyennes votent comme les riches — le triomphe de l’espoir sur l’intérêt propre » ( … )

    Dans le modèle marxiste, le travailleur est invité à se défaire de la mentalité servile et autodépréciative qui lui interdit de comparer son sort à celui des nantis pour revendiquer sans complexes le partage des richesses. En même temps, il s’identifie à ses semblables, salariés ou chômeurs, nationaux ou étrangers, envers qui il éprouve empathie et solidarité. Le génie du libéralisme a été de renverser ce schéma. Désormais, le travailleur s’identifie aux riches, et il se compare à ceux qui partagent sa condition : l’immigré toucherait des allocs et pas lui, le chômeur ferait la grasse matinée alors que lui se lève à l’aube pour aller trimer (… )

    ” Rêves de droite. Défaire l’imaginaire sarkozyste ” de Mona Chollet

    http://enuncombatdouteux.blogspot.fr/2009/08/reves-de-droite-defaire-limaginaire.html


  2. Patrick Luder Le 14 août 2013 à 06h57
    Afficher/Masquer

    La question primordiale est de savoir comment vivent les plus pauvres et la classe moyenne. Si les plus pauvres (1er décile) arrivent à manger et avoir un toit, et que la classe moyenne (2e à 6e décile) à un niveau de vie décent (logis-nourriture-éducation-loisir-PetitPécule) alors il n’est nul besoin de s’intéresser aux plus riches (dernier décile) … mais si les plus pauvres sont à la rue et que la classe moyenne est dans une misère endettée, alors le système est injuste et doit être corrigé par une ponction forte chez les aisés (7e à 9e décile) et une ponction massive chez les plus riches. Comme pays plus égalitaire (Suède), il me semble que l’ont peut aussi citer la Chine.


    • WhereIsMyMind Le 14 août 2013 à 08h31
      Afficher/Masquer

      Il serait assez intérressant de voir la répartition de la polution généré par chaque décile….


      • Amsterdammer Le 14 août 2013 à 17h37
        Afficher/Masquer

        Oui, ce serait formidable, si c’était possible.

        Récemment encore, jducac prétendait que si on partageait les richesses, cela aggraverait la destruction de l’environnement. Comme s’il n’y avait rien entre le capitalisme US et la Corée du Nord… Et comme si le mode de vie du décile supérieur n’affichait pas une empreinte écologique disproportionnée…


    • dadone Le 14 août 2013 à 11h59
      Afficher/Masquer

      La Chine ?
      Cest un des pays les plus inégalitaires du monde…


  3. bernard botul henry Le 14 août 2013 à 08h24
    Afficher/Masquer

    “alors il n’est nul besoin de s’intéresser aux plus riches (dernier décile) …”

    Je ne pense pas ,non , l’empreinte écologique de ces profiteurs doit être hallucinante !

    Responsables mais pas coupables , comme d’hab…


  4. Mat Le 14 août 2013 à 11h10
    Afficher/Masquer

    Le niveau des inégalités aux Etats-Unis est vraiment hallucinant!

    J’ai peut-être une explication de la difficile appréciation de ces inégalités par les américains (et c’est pareil en France). Je me trompe peut-être mais le patrimoine des ultra-riches correspond sans doute essentiellement à des actions en bourse, ou à la valeur de l’entreprise qu’ils possèdent (+ un peu d’immobilier)

    Concrètement, cela ne se “voit” pas au quotidien… C’est de l’argent “potentiel” s’ils vendent leurs actions ou leur entreprise. D’ailleurs, ils ne pourraient pas tous vendre leurs actions en même temps, sinon le système s’écroule.

    Par contre, un “moyen riche” aura une part importante de sa fortune qui sera concrète : ses belles maisons, ses belles voitures, …

    Il est difficile de se rendre compte, même si on les côtoie, qu’un super riche est 100 fois plus riche qu’un simple riche…


    • dadone Le 14 août 2013 à 11h57
      Afficher/Masquer

      La question n’est de reconnaître un riche d’un super riche, le problème est là rémunération du capital que que va demander le super riche par rapport au riche. Et la, la différence est énorme, épuisant les forces vivent de la nation à la rémunération de ce capital….


      • Mat Le 14 août 2013 à 12h47
        Afficher/Masquer

        Tout à fait, mon propos ne concernait que la difficulté d’appréciation des inégalités.

        Je pense aussi que les revenus du capital sont sous-taxés. De plus l’optimisation fiscale et l’évasion fiscale empêchent une redistribution équitable des richesses créées.


    • Amsterdammer Le 14 août 2013 à 17h43
      Afficher/Masquer

      Surtout, les ultra-riches vivent dans un monde inaccessible même aux ‘moyen-riches’…

      A part lorsque l’un de leur yachts aborde un port fréquenté par le commun des mortels.
      On en voit de temps en temps de ces ‘paquebots’ privés battant pavillon des Caïmans ou des Îles Vierges Britanniques, s’amarrer quelques jours dans le port d’Amsterdam. Quand on en a vu un, on a compris…


      • amemar Le 14 août 2013 à 22h09
        Afficher/Masquer

        Et n’oubliez pas les gogos qui se précipitent à St Trop pour bailler aux corneilles devant les yachts où les riches boivent du champagne ! Un jour, il y a un des deux groupes qui jettera des cacahouètes à l’autre !! Je ne veux pas faire ma mijaurée mais il faut manquer de dignité quand même pour faire des trucs pareils !


  5. Marcus Le 14 août 2013 à 14h18
    Afficher/Masquer
  6. bigglop Le 15 août 2013 à 02h41
    Afficher/Masquer

    Sur les ”happy few” en France, lire absolument les ouvrages de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues au CNRS :
    Les Ghettos du Gotha
    Le Président des riches
    l’argent sans foi, ni loi
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Pin%C3%A7on


Charte de modérations des commentaires