Les Crises Les Crises
13.juillet.201813.7.2018 // Les Crises

Israël. Il faut instaurer un embargo sur les armes, l’armée se livrant à des homicides illégaux et blessant des manifestants à Gaza. Par Amnesty International

Merci 13
Je commente
J'envoie

Source : Amnesty International, 27-04-2018

Israël se livre à une attaque meurtrière contre les Palestiniens qui manifestent, ses forces armées ayant tué et blessé des manifestants qui ne représentaient pas une menace imminente pour elles, révèle Amnesty International le 27 avril en se fondant sur ses dernières recherches, alors que les manifestations de la « Grande marche du retour » se poursuivent dans la bande de Gaza.

L’armée israélienne a tué 35 Palestiniens et en a blessé plus de 5 500 – certaines blessures semblent avoir été délibérément infligées pour laisser des séquelles à vie – lors des manifestations qui ont lieu chaque vendredi depuis le 30 mars.

Amnesty International demande une nouvelle fois aux gouvernements du monde entier d’instaurer un embargo total sur les armes à destination d’Israël, dont la réponse aux manifestations massives le long du mur/barrière qui sépare le pays de la bande de Gaza est disproportionnée.

« Depuis quatre semaines, le monde regarde avec horreur des snipers et des soldats israéliens postés derrière la barrière, en tenue de protection complète, tirer des balles réelles et des gaz lacrymogènes sur des manifestants palestiniens. Malgré la condamnation de l’ensemble de la communauté internationale, l’armée israélienne n’est pas revenue sur ses consignes illégales, à savoir tirer sur des manifestants non armés, a déclaré Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient à Amnesty International.

« L’heure des déclarations symboliques condamnant ces actes est désormais révolue. La communauté internationale doit agir concrètement et cesser de livrer des armes et des équipements militaires à Israël. Sans cette mesure, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants continueront d’être victimes de graves violations de leurs droits fondamentaux et de vivre sous le joug du blocus imposé à Gaza. Ils ne font que protester contre leurs conditions de vie intenables et réclamer le droit au retour dans les maisons et les localités qui se trouvent désormais sur le territoire israélien. »

Les États-Unis sont de loin le principal fournisseur d’Israël en équipement et technologie militaire et se sont engagés à lui fournir 38 milliards de dollars (31,5 milliards d’euros) d’aide militaire au cours des 10 prochaines années. Toutefois, d’autres pays, dont des États membres de l’Union européenne comme la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie, ont accordé des licences d’exportation pour de grandes quantités d’équipements militaires destinés à Israël.

Des manifestants se font tirer dans le dos

Dans la plupart des cas de morts analysés par Amnesty International, les victimes ont reçu des balles dans la partie supérieure du corps, notamment à la tête et à la poitrine, parfois par derrière. Il ressort des déclarations de témoins oculaires et des preuves vidéo et photographiques, que beaucoup ont sans doute été délibérément tuées ou blessées alors qu’elles ne représentaient pas de menace imminente pour les soldats israéliens.

Parmi les victimes figure Mohammad Khalil Obeid, footballeur de 23 ans, touché aux deux genoux alors qu’il se filmait, dos à la barrière, lors d’une manifestation à l’est du camp d’al Breij, le 30 mars.

Sur la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on peut le voir s’effondrer sous les tirs. Sur la séquence, il se trouve dans une zone isolée, loin du mur/barrière, et ne semble pas représenter une quelconque menace pour la vie des soldats israéliens. Mohammad Khalil Obeid doit se faire poser une prothèse du genou pour pouvoir remarcher.

« En tant que joueur de foot palestinien, ma vie est fichue… Je rêvais de jouer des matchs internationaux et de brandir le drapeau palestinien à l’étranger [pour montrer] que nous ne sommes pas des terroristes, a-t-il déclaré à Amnesty International.

« Nous voulions faire passer notre message à tous les organismes, pays et chefs d’État, afin qu’ils voient ce qui nous arrive, car personne n’accepterait cela où que ce soit dans le monde. »

Des blessures que les médecins n’avaient pas revues depuis la guerre

Selon des médecins de l’hôpital européen et de l’hôpital al Shifa de la ville de Gaza, la plupart des blessures graves qu’ils ont constatées sont situées aux membres inférieurs, notamment au genou, et sont typiques des blessures de guerre qu’ils n’avaient pas observées depuis le conflit de 2014 à Gaza.

Beaucoup de patients souffrent de graves lésions des os et des tissus, et présentent de larges orifices de sortie des balles, entre 10 et 15 mm. Ils auront sans doute d’autres complications, infections ou handicaps physiques, comme la paralysie ou l’amputation. Les informations faisant état d’un grand nombre de blessures au genou, qui renforcent l’hypothèse de balles à fragmentation, sont particulièrement inquiétantes. Si elles sont avérées, cela signifie que l’armée israélienne inflige intentionnellement des blessures qui peuvent laisser des séquelles à vie.

Les médecins ont ajouté qu’ils observent un autre type de blessure dévastatrice qui se caractérise par de larges cavités internes, du plastique à l’intérieur du corps, et pas d’orifices de sortie.

D’après des experts militaires et un médecin légiste qui ont examiné les clichés obtenus par Amnesty International, nombre des blessures observées par les médecins à Gaza correspondent à celles infligées par les fusils israéliens Tavor, utilisant des munitions militaires à haute vitesse de 5,56 mm. D’autres blessures sont caractéristiques des fusils à lunette Remington M24, de fabrication américaine, tirant des munitions de chasse de 7,62 mm, qui s’écartent et s’évasent dans la plaie.

Selon une récente déclaration de Médecins Sans Frontières, la moitié des 500 patients admis dans sa clinique ont été pris en charge pour des blessures « où la balle a littéralement détruit les tissus après avoir pulvérisé l’os ». Cette information est corroborée par des ONG humanitaires et par des témoignages de médecins recueillis par des organisations palestiniennes de défense des droits humains à Gaza.

« La nature de ces blessures montre que les soldats israéliens utilisent des armes militaires à haute vitesse destinées à causer le maximum de dégâts aux manifestants palestiniens qui ne représentent pourtant pas de menace imminente pour eux. Ces tentatives délibérées de tuer et de mutiler sont choquantes, mais aussi totalement illégales. Certains cas s’apparentent à des homicides délibérés, ce qui constitue une grave violation des Conventions de Genève et un crime de guerre, a déclaré Magdalena Mughrabi.

« Si Israël ne mène pas d’investigations efficaces et indépendantes débouchant sur la poursuite pénale des responsables, la Cour pénale internationale doit conduire une enquête officielle sur ces homicides et graves blessures, susceptibles de constituer des crimes de guerre, et traduire en justice les responsables présumés. »

D’après le ministère de la Santé à Gaza, au 26 avril, on estime le nombre total de blessés à 5 511 – 592 enfants, 192 femmes et 4 727 hommes – dont 1 738 ont été blessés par des balles réelles. Environ la moitié des blessés admis à l’hôpital présentaient des blessures aux jambes et aux genoux, 225 au cou et à la tête, 142 à l’abdomen et au bassin, et 115 à la poitrine et dans le dos. Jusqu’à présent, ces blessures ont donné lieu à 18 amputations.

Quatre mineurs âgés de 14 à 17 ans comptent parmi ceux qui ont succombé à des blessures reçues pendant les manifestations. Deux journalistes ont également été tués, alors qu’ils portaient des vestes de protection qui les identifiaient clairement comme des membres de la presse, tandis que plusieurs ont été blessés.

Les hôpitaux de Gaza ont bien du mal à faire face à l’afflux de blessés, en raison des pénuries de fournitures médicales, d’électricité et de carburant, dues au blocus israélien et aggravées par les divisions palestiniennes internes. En outre, Israël retarde ou refuse le transfert de certains patients qui ont besoin de toute urgence de soins spécialisés dans d’autres zones des territoires palestiniens occupés, au motif qu’ils ont pris part aux manifestations.

Dans un cas recensé par Amnesty International, le journaliste Yousef al Kronz, 20 ans, a été amputé de la jambe gauche, après que les autorités israéliennes lui ont refusé la permission de se rendre à Ramallah, en Cisjordanie occupée, pour y être soigné d’urgence. Il a finalement pu sortir de Gaza pour une opération destinée à sauver sa deuxième jambe, grâce à l’intervention légale d’organisations de défense des droits humains.

Des secouristes à Gaza ont confié à Amnesty International les difficultés qu’ils rencontrent pour évacuer les manifestants blessés, car l’armée israélienne tire des gaz lacrymogènes dans leur direction, ainsi qu’aux abords des centres de soins.

Homicides illégaux et blessures invalidantes

Les organisateurs de la « Grande marche du retour » ont répété que les manifestations seraient pacifiques et engloberaient de nombreux sit-ins, concerts, jeux sportifs, discours et autres activités pacifiques.

Malgré cela, l’armée israélienne a renforcé ses effectifs – déployant des tanks, des véhicules militaires, des soldats et des snipers le long de la frontière avec Gaza – et a donné l’ordre de tirer sur toute personne se trouvant dans un périmètre de plusieurs centaines de mètres autour de la barrière.

Si certains manifestants ont tenté de s’approcher de la barrière, lancé des pierres en direction des soldats israéliens ou brûlé des pneus, les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et les témoignages recueillis par Amnesty International et des organisations palestiniennes et israéliennes de défense des droits humains, montrent que les soldats israéliens ont tiré sur des manifestants non armés, des passants, des journalistes et des équipes médicales qui se trouvaient entre 150 et 400 mètres de la clôture, où ils ne représentaient aucun danger.

Dans une requête demandant à la Cour suprême israélienne d’ordonner à l’armée de cesser d’utiliser des balles réelles pour disperser les manifestations, les organisations de défense des droits humains Adalah et Al Mezan ont présenté à titre de preuves 12 vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, qui montrent des manifestants non armés, dont des femmes et des enfants, se faire tirer dessus par l’armée israélienne. On peut voir des personnes essuyer des tirs alors qu’elles agitent le drapeau palestinien ou s’éloignent en courant de la barrière.

Sur des images vidéo largement relayées sur les réseaux sociaux, on peut voir Abd Al Fattah Abd Al Nabi, 19 ans, touché le 30 mars alors qu’il s’éloigne en courant de la barrière, portant un pneu, le dos tourné aux soldats israéliens. Il est mort d’une balle reçue à l’arrière de la tête. Vendredi 20 avril, Mohammad Ayyoub, 14 ans, a également été tué d’une balle à l’arrière du crâne.

Complément d’information

Depuis 11 ans, les civils dans la bande de Gaza ont subi les conséquences du blocus illégal imposé par Israël, ainsi que trois guerres. L’économie de Gaza s’est effondrée, laissant sa population presque totalement dépendante de l’aide internationale. Gaza a l’un des taux de chômage les plus élevés du monde : 44 %. Quatre années après le conflit de 2014, quelque 22 000 personnes sont toujours déplacées.

En janvier 2015, le bureau de la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a ouvert un examen préliminaire sur la situation dans les territoires palestiniens occupés, et plus particulièrement sur les crimes qui auraient été commis depuis le 13 juin 2014.

Amnesty International a également demandé à tous les États d’imposer un embargo complet sur les armes à destination d’Israël et des groupes armés palestiniens, afin de prévenir les violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains commises par toutes les parties.

Depuis le 30 mars, outre des manifestants, sept Palestiniens ont été tués par les frappes aériennes, les tirs d’artillerie ou les balles réelles des forces israéliennes : un paysan qui moissonnait son champ près de la barrière et six membres de groupes armés palestiniens.

Source : Amnesty International, 27-04-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LA ROQUE // 13.07.2018 à 07h20

Instaurer un embargo sur les armes !
Il n’est même pas possible d’appeler au boycott sur les fruits et légumes en provenance d’Israël,alors vous pensez sur les armes.
Il est à noter l’énorme silence des médias et du président Macron sur le sujet.Il s’agit pourtant ici d’exécutions !
Rassurez moi ils n’auraient pas des “valeurs” à géométrie variable…

53 réactions et commentaires

  • LA ROQUE // 13.07.2018 à 07h20

    Instaurer un embargo sur les armes !
    Il n’est même pas possible d’appeler au boycott sur les fruits et légumes en provenance d’Israël,alors vous pensez sur les armes.
    Il est à noter l’énorme silence des médias et du président Macron sur le sujet.Il s’agit pourtant ici d’exécutions !
    Rassurez moi ils n’auraient pas des “valeurs” à géométrie variable…

    • Fritz // 13.07.2018 à 11h14

      Avant de songer à un embargo, qui est un acte inamical, nos gouvernants pourraient boycotter… le dîner du CRIF. Ils devraient cesser de comparaître chaque année devant ce tribunal.

      • Marie Colin // 13.07.2018 à 16h29

        un acte inamical ?
        gardez moi de mes amis – mes ennemis je m’en charge…

    • Tonton Poupou // 13.07.2018 à 12h45

      Quand on a lu vu et entendu comment dans les mass médias français ont qualifiait des actes – supposés ou vrais (propagande oblige) – de Saddam Hussein, Kadhafi, et Assad. De “Hitler” Hussein, de “fou” (kadhafou) kadhafi, de “boucher” Assad par notre “presse libre et indépendante” (y compris celle de “référence” !). On reste pantois devant les mots utilisés dans les “articles” (ex : “confrontation” entre les manifestants et l’armée) devant les actes d’une “courageuse” armée qui tire à balles réelles au fusil d’assaut – et ce de l’autre coté de la frontière sur un territoire étranger. – sur des manifestants désarmés (ou “lourdement armés” de lances pierres) y compris sur des infirmières venant porter secours aux blessés.

    • l’aieul // 13.07.2018 à 14h19

      D’autant plus que c’est parfaitement débile (ce qui est la seule raison pour laquelle Amnesty International le propose, même si par miracle ça passe, ça ne changera rien… Merci Amnesty International Council, ou AIC pour les intimes).
      Israël est l’un des plus gros EXPORTATEUR d’armement de la planète.
      Les USA/EU ne leur fournissent pas “d’armes” mais des systèmes complexes (le plus souvent des composants ou des avions) à l’industrie de l’armement israélienne. Et si les israéliens les utilisaient contre les manifestants on s’en serait aperçu (plutôt actuateur pour missile de croisière que balle de fusil. Au passage sachez que l’armée Française achète ses munitions de fusil à Israël… pas l’inverse).

      • Marie Colin // 13.07.2018 à 16h37

        d’ailleurs, l’élimination de nombreux Palestiniens par les “vertueux criminels” israéliens constitue l’une des bases de leur marketing pour leurs ventes d’armes : “testées en conditions réelles”…
        je ne sais pourquoi ça m’évoque des “tests” d’une autre époque, à Guernica par exemple…

      • Atlas // 14.07.2018 à 03h41

        Non,
        L armée française avait acheté des munitions de petit calibre ( 5,5) à Israël. Pour approvisionner ses fusils FAMAS.
        Mais après tous les incidents de tirs , et la non efficacité de ces munitions ( au bout de 50 m, il n était plus possible d effectuer un tir eficace ,la munition n étant pas fiable. L armée française à changé de fournisseu
        Comme quoi l escroquerie est dans tous les domaines

        • Tonton Poupou // 14.07.2018 à 10h33

          Le 5.56 Remington est le calibre du M16 fusil d’assaut américain (et le calibre OTAN).
          Au Vietnam déjà les américains dans les combats de jungle avaient remarqué qu’ils étaient désavantagés face aux AK 47 russe des viets qualibrés 7,62. Une munition plus lourde qui n’était pas – ou beaucoup moins – déviée par les nombreux obstacles que rencontre le projectile dans une forêt (arbre, branche, feuilles …..)

        • l’aieul // 14.07.2018 à 22h31

          Non.
          La munition qui était problématique était fabriqué aux EAU et faisait parti du deal de compensation industrielle pour une vente (peut-être celle des Leclercs je me souvient plus).
          Après des centaines d’incidents de tirs y compris une vingtaine de blessures graves (je vois rassure personne n’a été sanctionné pour avoir acheté de la munition pourrie, on reste en France) il est apparu évident que les munitions n’était absolument pas aux normes de pression pour ce calibre (due à du laiton de très mauvaise qualité).

          Ce faisant l’armée française se fournit en 5.56mm chez le SEUL fabriquant de bonne qualité pour la munition en 55 grain (et non en 62 grain qui est le standard de l’OTAN) à savoir IMI, Israel Military Industries, entreprise d’État israélienne.

          C’est aussi la raison pour laquelle l’ancien ministre de la Défense voulait à tout prix recréer une Fabrique Nationale de munitions pour armes légères.

          • Tonton Poupou // 15.07.2018 à 10h47

            Merci pour les précisions. Juste étonnant (et hautement significatif) que la france ait abandonné une fois de plus son indépendance en matière de sécurité en se plaçant en dépendance d’une puissance étrangère pour ce qui est de l’approvisionnement de ses munitions.

          • Atlas // 15.07.2018 à 11h08

            Propagande mensongère
            Les munitions en cause provenait bien des usines d armement israéliennes. Des étuis peuvent encore le confirmer si cela était besoin

  • Pierre D // 13.07.2018 à 07h43

    Interdire à Israël de vendre des armes à Israël?

    J’ai des doutes.

    https://www.challenges.fr/entreprise/voici-les-fleurons-de-l-armement-made-in-israel_162543

    • Charles Michael // 13.07.2018 à 16h21

      Depuis le temps que cet article a été écrit:

      nous avons appris (et vu les photos) qu’Israêl avait vendu son nouveau fusil d’assaut aux nazis de Kiev.

      ça gueule un peu même en Israel, mais pas dans les MSM français.
      Faut pas trop en demander.

  • calal // 13.07.2018 à 08h04

    des rumeurs disaient qu’amnesty international ne se plaint que des ennemis des usa. article troublant.

    • Patrick // 13.07.2018 à 10h26

      “Malgré la condamnation de l’ensemble de la communauté internationale” … rien vu de tel de mon côté mais bon passons.

    • Haricophile // 13.07.2018 à 11h47

      des rumeurs…… venant de …… ?

      Si Amnesty bossait pour le compte de quelqu’un ce serait justement pour les USA (c’est pas comme si ça ne s’était jamais produit), comme un grand nombre d’ONG qui , “au mieux”, se sont fait infiltrer ou manipuler.

      Comme dirait l’autre « Mon Dieu, protégez moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge » parce que les USA ont une grande constance dans l’infiltration de ses “amis”, voire la trahison dès l’instant qu’ils estiment qu’il s’agit d’un intérêt stratégique pour eux.

      Quand au lobbying Israélien, sans commentaire tellement c’est énorme, a commencer par leur équation “critiquer le gouvernement = critiquer les Juifs = être antisémite” qui pourris tout.

      Niveau de morale ou de fiabilité des “amis” US = 0%
      Niveau morale du gouvernement Israélien actuel = -100%

    • RGT // 13.07.2018 à 20h21

      Je suis très étonné que cette “digne institution” soit sortie de sa léthargie pour des faits reprochés à un “grand ami” de l’empire…

      A mon avis, si cette info se propage un peu il va se produire un grand chamboulent au “comité de direction” et certains seront obligés d’aller pointer au “Pôle Emploi” US (pour des prunes).

      C’est comme si le “comité de direction” du parti démocrate avait diffusé des “infos intéressantes” sur les bonnes intentions de la SARL Clinton…

      Oh pardon. Visiblement, il semblerait que les “fuites” n’aient pas été initiées par les russes mais plutôt par un (ou des) membre du parti qui était écœuré par ces magouilles nauséabondes.

      Si ça se trouve quelques membres d’Amnesty International se laissent pousser la barbe (ou ne se maquillent plus) parce qu’ils ne supportent plus de voir leur reflet dans un miroir.

  • Kita // 13.07.2018 à 08h20

    Quand il n’y aura plus UN Palestinien vivant, plus besoin de « territoires occupés « la voie sera libre.
    Misère !

    • Ardéchoix // 13.07.2018 à 11h07

      Cela me fait penser à la citation du pasteur Martin Niemöller version 2018.
      Quand les soldats israéliens ont tirés sur les palestiniens désarmés je n’ai rien dit, je n’étais pas palestinien.

  • kasper // 13.07.2018 à 08h52

    du moment qu’ils ne les tuent pas avec des armes chimiques ou du chlore, ca va.

    mais attention a ne pas franchir la ligne rouge, hein !

  • Kiwixar // 13.07.2018 à 09h01

    Je trouve l’article confus. Illégal selon le droit israélien? Ça m’étonnerait. Selon le droit international? Israël s’assoit dessus. Crime de guerre? Y a-t-il une guerre déclarée officiellement entre Israël et la Palestine (qui n’existe pas légalement)?

    Et axer sur du juridisme est une voie sans issue, car en droit international, la loi du plus fort prime. La seule voie est une condamnation morale (et non pas légale) massive, avec un embargo non pas sur les armes seules mais sur tout. C’est ce qui a fait plier l’Afrique du Sud.

    • LowCost // 14.07.2018 à 12h17

      Faire tuer des civils désarmé par des militaires est un crime de guerre, déclaration ou pas.
      D’ailleurs vous remarquerez que les déclarations de guerre n’existent plus de nos jours. Ça n’empêche pas les guerres de se multiplier

  • Rach // 13.07.2018 à 09h25

    Honteux silence complice des médias et des dirigeants internationaux. Ils ont détruit l Iran et d autres pays pour moins que cela.
    Israël est dirigé par des voyous a qui ont déroule le tapis rouge a chaque visite , de quoi ont ils peur …pourquoi certains pays ont droit à des embargos des critiques ect…et pour Israël pays soi disant démocratique rien.
    Pourtant il a détruit encore une école Palestinienne la semaine derniere, continue à bafouer le droit international, vol des territoires comme le plateau du Golan Syrien se permet de bombarder la Syrie le Liban et tout va bien.Honteux….combien faut il de morts Palestiniens pour que le monde réagisse.
    Les Palestiniens st les victimes de l occupation.
    N ont ils pas le droit de vivre en paix eux aussi?
    Leurs enfants n ont ils pas le droit de s amuser de rigoler de vivre tout simplement?

  • Rach // 13.07.2018 à 09h51

    Tout simplement honteux ce silence de la communauté internationale.
    Le seul pays démocratique de la région et l armée la plus morale au monde vol des terres détruits des écoles massacre des manifestants Palestiniens et le monde se tait .La vrai question est pourquoi laisse t on tout faire en Palestine .
    Les Palestiniens ont le droit de vivre comme n importe qui ds ce monde.
    Vivre à Gaza c est impossible c est une prison à ciel ouvert …c est pour cela que ces jeunes sans espoirs aucun manifestent …et Ils les tuent tranquillement. Honteux.

  • Ardéchoix // 13.07.2018 à 10h04

    “Sur la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on peut voir Mohammad Khalil s’effondrer sous les tirs.”
    Les réseaux sociaux sont à l’image de notre société molle, en quoi un palestinien désarmé qui manifeste pour un droit à l’existence peut toucher ces réseaux ?
    Cette même vidéo sur YouTube postée le 4 avril 2018, nombre de vues 3273, fermer le ban.

  • Fritz // 13.07.2018 à 11h11

    Article ancien (fin avril), qui risque de mécontenter les pro-palestiniens comme les pro-israéliens.
    Mais il a le mérite de nous rappeler une situation scandaleuse : pourquoi les pays occidentaux dénoncent-ils la répression des manifestations de Deraa en Syrie (2011), et pas celle des manifestations de Gaza (2018) ?

  • marcel dugenoux // 13.07.2018 à 11h50

    Bonjour,
    Manifestement le boycott s’il est utile, est insuffisant pour infléchir la surenchère en barbarie qui se joue au sein de la classe politique dirigeant Israël. De fait, on constate ici que la majeure partie des politiques se taisent sur la question du droit à la dignité des Palestiniens, quand ils n’en sont pas carrément à se prosterner devant le CRIF. Je crois qu’on ferait un pas en avant significatif en exigeant pour toute élection à venir, qu’une candidate ou un candidat qui souhaiterait recevoir nos suffrages, se doive d’exprimer clairement sa solidarité avec les Palestiniens, en s’engageant à faire en sorte que quels que soient les candidates, candidats ou listes qui feraient l’impasse d’une manière ou d’une autre fussé-ce en se taisant sur cette question, se retrouvent concrètement disqualifiés à recevoir nos suffrages.

  • occitan // 13.07.2018 à 12h10

    Quand l'”opinion internationale” va-t-elle enfin admettre qu’Israël a la ferme intention de se débarrasser des Palestiniens par tous les moyens afin d’agrandir son territoire ? Toute autre explication des agissements de l’Etat juif n’est que faribole complice !

  • Vladimir // 13.07.2018 à 12h16

    C’est quoi ca pour un titre ,il existe des homicides légaux ??????

    • weilan // 13.07.2018 à 12h45

      Bien sûr que les homicides “légaux” existent ! Ceux ordonnés par la fameuse “communauté internationale” dirigée d’une main de fer par Washington et ses vassaux, ses obligés et ses séides.
      Les millions de morts victimes de ces homicides légaux n’émeuvent que d’affreux gauchistes/socialo-communistes/crypto trotskystes/antisémites/populistes, etc, etc.

      • Catherine // 13.07.2018 à 15h20

        Sans parler de l’homicide légal, prévu en annexe dans la constitution européenne, en cas d’émeute ou d’insurrection.

  • Catherine // 13.07.2018 à 14h15

    “tué 35 Palestiniens” le chiffre n’est-il pas erroné et bien plus élevé ?

    • weilan // 13.07.2018 à 23h05

      35 ? C’est juste le chiffre du dernier weekend sans doute.

  • J // 13.07.2018 à 14h30

    Amnesty se voulait rigoureusement neutre à ses débuts (années 1960). C’est une organisation aussi facile à infiltrer et instrumentaliser que n’importe quelle autre. Je l’ai constaté de l’intérieur quand j’en étais membre, le résultat étant qu’AI est passé totalement à côté des Khmers Rouges. Donc, de ce qu’il y a eu de plus monstrueux, dans son champ d’activité, depuis sa création.

    Après, j’aimerais bien savoir pourquoi ce blog (pas que lui, certes) insiste d’une façon aussi unilatérale et inique sur ce conflit particulier, loin d’être le pire dans le monde actuel et avec des torts largement partagés. Parce qu’il s’agit essentiellement de Juifs d’un côté ? Parce que l’autre côté est un front particulier du djihad mondial ? Parce que c’est à la pointe du combat pour délégitimer et saper moralement l’Occident (donc la civilisation la plus performante, brillante, et aussi humaine, de tous les temps, notamment parce qu’on peut la critiquer de l’intérieur… mais critiquer est une chose, diaboliser une autre) ?

    • Catherine // 13.07.2018 à 15h18

      Vous trouvez que ce site n’a pas aussi insisté sur le djihad ?
      Vous trouvez qu’il n’y a rien à dire sur l’histoire des palestiniens ? ni sur sur le tir aux pigeons auquel on s’adonne aujourd’hui sur eux ?
      Vous trouvez que l’occident s’est montré moralement irréprochable en créant, finançant, armant, encourageant le djihad ?

      • J // 13.07.2018 à 18h25

        Non, je ne l’ai pas vu beaucoup insister sur le djihad, menace majeure aujourd’hui. Quant à l’histoire des Palestiniens, c’est plus compliqué que ça, les torts sont largement partagés encore une fois. Et il y a bien pire ailleurs.
        Dire que l’Occident a “financé le djihad”, il ne faut pas exagérer. Il y a eu des alliances locales entre les deux (en particulier en Afghanistan… mais on a oublié ce qu’était alors la menace soviétique). De toute façon, cela fait quatorze siècles que le djihad se réveille à chaque fois que le monde musulman retrouve un minimum de santé.

        • Sam // 13.07.2018 à 22h54

          “Les torts” : manifestants désarmés tués, tous palestiniens. Aujourd’hui, on a dépassé les 140. Des milliers de blessés.

          Je serais bien curieux de savoir par qui ils sont “largement partagés”.

          Vous êtes modestes quand vous dites qu’il y a pire ailleurs. Aujourd’hui, à part Daesh et les Saoudiens, avec lesquels Israël semble roucouler, je ne suis pas si sur. Au Yemen peut être, mais là c’est une guerre, pas une occupation illégale, brutale et cynique.

        • Catherine // 14.07.2018 à 15h20

          “Il ne faut pas exagérer” ?
          Vous ne semblez pas suivre. Je pourrais vous citer une kyrielle de références mais je mettrai simplement celle-ci qui vaut son pesant d’or car la question a même été mise à l’ordre du jour du sénat américain il y a plus d’un an :

          http://www.entelekheia.fr/2017/03/15/projet-de-loi-arretons-darmer-terroristes-de-representante-congrestulsi-gabbard-arrive-devant-senat-usa/

    • Made in Québec // 13.07.2018 à 22h33

      « Parce que l’autre côté est un front particulier du djihad mondial ? » — J

      Comme les mercenaires “djihadistes” qui agressent la Syrie depuis 2011 et que vous aidez par vos bombardements illégaux contre l’armé syrienne ? Comme les mercenaires “djihadistes” qui agressent la Syrie depuis 2011 et que vous protégez dans la partie du plateau du Golan syrien que vous occupez illégalement ? Comme les mercenaires “djihadistes” qui agressent la Syrie depuis 2011 et que vous soignez dans vos hôpitaux en israhell ?

      • Christian Gedeon // 13.07.2018 à 23h04

        Tout ça est exact …selon le principe que l’ennemi de mon ennemi est mon ami…

    • jm // 14.07.2018 à 14h25

      Parce que la France soutient ce régime de façon obscène tout simplement !

      Bien sûr, ce pays donne aussi la légion d’honneur à MBS, a participé à l’annihilation de la Libye, participe indirectement à celle du Yemen, à la réactivation de la guerre froide etc etc etc .. et bien avant ça n’a plus, depuis longtemps, la moindre leçon à donner en matière de colonisation …

      Et alors ? la constance de son soutien à ce régime barbare est insupportable.

  • christiangedeon // 13.07.2018 à 15h39

    Embargo sur les armes? Compte dessus et bois de l’eau fraîche! On n’y arrive même pas avec des figues! Amnesty international pourrait aussi ben s’appeller Amnésie international…parfois je prends,parfois je prends pas,selon le sens du vent et le dernier quinté plus.

  • Max // 13.07.2018 à 17h28

    Embargo sur les armes mais quelles armes ?
    Les israéliens ont une auto suffisance dans ce domaine.
    Pour le reste, c’est délicat ainsi Intel fait fabriquer nombre de ses puces en Israël a à Haïfa, Yakum, Jérusalem et Petah Tikva et y emploi 10.000 salariés, autrement il y a de fortes probabilités que votre PC a des processeurs fabriqués en Israël.
    Selon l’ambassade de France en Israël datant de 2014
    Une vaste majorité des exportations israéliennes (98% hors diamants) restent en 2013 des biens manufacturés, parmi lesquels une grande partie (43,9%) sont à forte intensité technologique (équipement informatique, composants électroniques, aéronautique, équipement électronique de communication, équipement médical, produits pharmaceutiques).
    Par pays les deux principaux partenaires commerciaux d’Israël sont la Chine suivie des USA.
    Sur l’agriculture, perso, j’achète toujours à qualité égale le moins le produit le moins chère, je ne serai pas plus pro israélien que pro algérien si le fruit vient d’Algérie.
    Mais, le boycotte fonctionne sur de nombreuses personnalités issus du spectacle.
    Aller en Israël leurs fermants de nombreuses portes donc nombre d’entre elles ne vont pas en Israël.
    16 pays au monde tous musulmans sont interdits aux israéliens.
    https://www.les-crises.fr/6-des-7-pays-musulmans-vises-par-trump-interdisent-lentree-de-leur-territoire-a-tous-les-israeliens/
    Par contre, réduire l’influence d’Israël et des états du Golf dans les médias et le personnel politique serait une bonne chose ainsi qu’en Russie et aux USA.

  • marre // 13.07.2018 à 22h36

    “Les médecins ont ajouté qu’ils observent un autre type de blessure dévastatrice qui se caractérise par de larges cavités internes, du plastique à l’intérieur du corps, et pas d’orifices de sortie.”

    Le blabla des propagandistes de AI est pathétique… Oui, ce sont des balles a expansions, qui sont utilisées soit en maintient “musclé” de l’ordre, soit à la chasse. Pourquoi? Parce qu’une 7.62 normale, disons une M80 de 146grains en dotation dans toutes les armées de l’ouest en même temps que le 5.56×43, est capable de traverser TROIS PERSONNES non armurées (pas de protection) avant de se désagréger! Ainsi l’on observe bien un arrêt de la munition dans le corps de la première cible, et elle ne ressort pas. De la même façon les forces de l’ordre utilisent des balles à expension dans leurs armes de poing pour faire UNE victime et non plusieurs si la balle traverse comme c’est possible avec un 9mm para FMJ.

    Quant au descriptif apocalyptique et anxiogène d’un impact qui pourrait dire quel arme l’a tirée, ça fait rigoler n’importe qui connait les armes, et surtout les armes militaires. Un 7.62×51, ou un .308 en civil (c’est quasiment la même munition, elles sont compatibles dans une certaine mesure) peut être tirée par des milliers d’armes différentes, de tous les pays, de toutes les marques et de toutes les modèles…

    Une fois de plus, les guignols propagandistes d’amnesty international font de l’anti-israel primaire, du pro-palestinien de subversion et de la désinformation médiatique de cours d’école.

    Et je MAINTIENS que israel connait les palestiniens, connait le hamas, connait le problème, connait cette population, et doif faire face à la même peste depuis tant d’années qu’ils SAVENT CE QU’ILS FONT! S’ils suffisait de leur dire poliment “partez” ils le feraient pour le bien de tout le monde. Mais ils SAVENT qu’ils ont affaire à des hordes militarisées qui utilisent toute la population, des plus jeunes aux plus vieux, hommes, femmes compris, pour mener des opérations de foules manipulées à but insurrectionel. Je suis totalement convaincu que s’ils tirent pour tuer (c’est bien le cas avec de tels calibres et de telles munitions) c’est qu’ils n’ont pas le choix d’autres solutions pour défendre leur frontière.

    • Guillaume // 14.07.2018 à 01h16

      S’ils suffisait de leur dire “Partez”…
      Mais pourquoi les Palestiniens devraient ils partir? Ils sont de leur côté de la “frontiere” (plus de 100m si on en croit l’article) et non armés.
      Je ne vois pas pourquoi les Israéliens n’auraient pas le choix d’autres solutions.

      Je ne parle même pas du sadisme (tir dans le genou plutôt que la jambe par exemple) ni des tirs sur les enfants ou les journalistes dûment indiqués.
      [modéré]

    • Garibaldi2 // 14.07.2018 à 04h19

      Marre

      Il semble que vous avez oublié que les Palestiniens ont le droit au retour sur les terres qu’ils ont quittées sous la contrainte. Ce droit est mentionné par plusieurs résolutions de l’ONU.

      D’autre part, le long de la bande de Gaza il n’y a pas de frontière mais une ”barrière de sécurité” installée là par Israël en violation du droit international car ne respectant pas le partage de la Palestine Mandataire validé par l’ONU. La carte du partage des terres est ici : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bd/UN_Palestine_Partition_Versions_1947.jpg

      Le fait que les ”Arabes Palestiniens” aient refusé ce partage imposé sans aucun vote des populations locales, ne change rien au fait que c’est le seul partage reconnu par l’ONU, et qu’il a force de loi, et qu’aucun conflit ne peut changer cette répartition. Le droit international interdit l’annexion de territoires par la guerre.

      • Garibaldi2 // 14.07.2018 à 04h21

        ”La résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations unies adoptée le 11 décembre 1948 puis confirmée par plusieurs résolutions comme la résolution 394 ou 513 déclare « qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les gouvernements ou autorités responsables ». Une agence de l’ONU, l’UNRWA, a spécialement été créée pour gérer le problème.

        Le 22 novembre 1974, l’Assemblée générale des Nations unies adopte la résolution 3236 qui réaffirme le « droit inaliénable des Palestiniens de retourner dans leurs foyers et vers leurs biens, d’où ils ont été déplacés et déracinés, et demande leur retour » (les Résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies, n’ont pas de valeur juridique publique internationale) et le droit à l’autodétermination du peuple palestinien. ”.
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_au_retour_des_r%C3%A9fugi%C3%A9s_palestiniens

        • Garibaldi2 // 14.07.2018 à 04h26

          Il serait pour le moins paradoxal que les Israéliens estiment normal que les prétendus descendants des Juifs de Palestine, dispersés dans le monde, aient un droit au retour sur les terres de leurs ancêtres partis il y a 2000 ans ; et que les Palestiniens Arabes chassé de leurs terres par une guerre il y a 70 ans, ne bénéficient pas du même droit !

    • Sam // 14.07.2018 à 14h58

      On ne dit pas “cible”, mais manifestant désarmé.
      On ne dit pas “hordes militarisées”, mais “manifestation pacifique”.
      On ne dit pas “peste”, mais “population palestinienne”.
      On de dit pas “défendre ses frontières”, mais “occupation illégale”.
      Et s’ils tirent pour tuer, c’est pour tuer. Tuer des civils désarmés, ce n’est JAMAIS une solution.

  • clauzip // 14.07.2018 à 01h19

    Israël exprime depuis sa creation le plus profond mepris pourles conventions internationales et pour l’humain non juif.
    Quand je lis des compte rendus de ce qui se passe a la frontiere avec la Palestine je ne peux m’empecher de penser a la repression extermination du guetto de Varsovie. Je pense aussi â tous ces jeunes de 18 a 20 ans militairesde l’armée israelinne.Que nous annoncent et nous preparent ces soldats en supériorité d’armement ,tuer,tuer enfants,femmes et hommes sans arme en s’amusant et riant parfois.
    Nul ne peut sortir indemne du piege magistral dans le quel le gouvernement les a placés.
    L’humanite payera pour l’inomable .
    Apparait ainsi au grand jour mais a l’abri des medias felons une action dont l’humanité ,qui a deja subi un tel outrage,ne se remettra plus.
    Des germes empoisonnés sont semés, des fruits imomnmables en seront la derniere recolte,ue autodestruction sans fin.
    Nul ne pensait revoir,revivre la honte qui accompagne ceux qui ont fait,rien dit,accepté parcequ’ils ne se croyaient pas concernes

    • Marie Colin // 17.07.2018 à 12h23

      tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens…

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications