Les Crises Les Crises
10.octobre.201910.10.2019 // Les Crises

L’Europe supprime la faucille et le marteau : ne restera-t-il plus que le maquis ? Par Jacques-Marie Bourget

Merci 571
Je commente
J'envoie

Source : Le Grand Soir, Jacques-Marie Bourget, 06-10-2019

Le Parlement de Bruxelles à mis en marche l’ Europe Nouvelle et “anti totalitaire” On va décoller L’Affiche Rouge, détruire, au cimetière d’Ivry, le monument consacré à Manoukian et ses amis de la MOI, pilonner Aragon et Ferré. Après seulement nous vivrons en liberté.

Tout bientôt, en tout cas le plus vite possible, le Palais du Luxembourg va changer de nom pour s’appeler « Espace Gérard Larcher ». Ça fait flèche. On ne m’a pas demandé mon opinion, mais j’approuve. La République Française ne peut continuer d’avoir une haute assemblée qui regroupe sa sagesse, certes sous les ors, mais dans un lieu qui évoque Rosa Luxembourg. Si la nouvelle vous étonne, pis encore que la feue place du Vieux Marché à Rouen, c’est que vous avez loupé une marche importante dans l’escalier de l’information, casse-gueule puisque sans rampe. Vous ignorez donc que le 19 septembre dernier l’élégiaque Parlement Européen, qui nous guide si justement, a voté un texte afin d’établir dès maintenant, que le communisme et le nazisme c’est pareil [Voir plus bas le texte intégral. LGS ]. Puisque je sens un moment de flottement dans les serrements de mâchoires, et que la police est occupée à tirer des LBD sur des innocents, je me glisse dans un ultime espace de liberté pour lever le doigt et dire : « Etrange que le peuple qui a empilé vingt-cinq millions de cadavres pour défaire les nazis, et nous libérer par là-même, soit mis dans le même mausolée que le monstrueux caporal et ses amis exterminateurs »… Les temps sont étranges, surprenants et l’air sent le vert de gris.

Donc, Stalingrad c’était pour rire. Juste un règlement de comptes entre fachos, comme à la fac d’Assas dans le temps. Et Yalta passe à la gomme à effacer l’histoire. Mais on va aisément reconstruire. Cette fois dans le bon ordre, et Eric Zemmour et ses amis ont un plan.

Avant d’avancer un peu plus, je m’absente le temps de vomir en vous livrant, comme un Deliveroo, les noms des glorieux députés européens qui ont voté ce texte indigne. Une offense à la vérité, une insulte au sang versé par les martyrs « Morts pour la France ». Le corps crevé afin que 75 ans plus tard, ces chouchous de Bruxelles, aient le droit, leurs petites fesses au chaud, de voter pour leurs fantasmes.

Groupe des Verts/Alliance libre européenne :
Gwendoline DELBOS-CORFIELD
Benoît BITEAU
François ALFONSI

Groupe de l’alliance progressiste des socialistes et démocrates (PS et Place publique) :
Pierre LARROUTUROU
Aurore LALUCQ
Sylvie GUILLAUME
Raphaël GLUCKSMANN

Groupe Renouveler l’Europe (LREM et alliés) :
Stéphanie YON-COURTIN
Chrysoula ZACHAROPOULOU
Professor Véronique TRILLET-LENOIR
Stéphane SÉJOURNÉ
Dominique RIQUET
Fabienne KELLER
Valerie HAYER
Bernard GUETTA
Pascal DURAND
Jérémy DECERLE
Pascal CANFIN
Sylvie BRUNET
Stéphane BIJOUX
Marie-Pierre VEDRENNE
Irène TOLLERET
Nathalie LOISEAU
Pierre KARLESKIND
Christophe GRUDLER
Laurence FARRENG
Gilles BOYER

Groupe du Parti populaire européen (LR) :
Nadine MORANO
Brice HORTEFEUX
Agnès EVREN
Geoffroy DIDIER
Arnaud DANJEAN
François-Xavier BELLAMY
Anne SANDER
Nathalie COLIN-OESTERLÉ

Groupe Identité et démocratie (RN et alliés) :
André ROUGÉ
Maxette PIRBAKAS
Philippe OLIVIER
Thierry MARIANI
Julie LECHANTEUX
Gilles LEBRETON
Jean-François JALKH
France JAMET
Catherine GRISET
Gilbert COLLARD
Dominique BILDE
Aurelia BEIGNEUX
Nicolas BAY
Jordan BARDELLA
Mathilde ANDROUËT
Jérôme RIVIÈRE
Hélène LAPORTE
Virginie JORON
Annika BRUNA

Et la poignée de salopards anti démocratie et Droits de l’Hommes qui a voté contre est…..

Groupe de la GUE-NGL (France Insoumise) :
Manon AUBRY
Emmanuel MAUREL
Younous OMARJEE
Anne-Sophie PELLETIER

Dans ce car de police de l’histoire, notons en particulier les menottés à tête de gondole les plus médiatiques : Guetta, de LREM et Glucksmann, de P… Publique. Avec l’airain de leur conviction on doit pouvoir fabriquer la fusée qui va lancer le « Nouveau monde » et nous permettre de crier, enfin libres : « good bye Lénine ». Je ne vais pas vous ouvrir la porte de ma sacristie mais un peu quand même. Il se trouve que, quatre fois par an, mon père et ma mère très gaullistes, façon « résistance » me trainaient le dimanche dans un lieu auquel je ne comprenais rien. L’avantage étant d’échapper aux vêpres. C’était un large trou dans le sable et la terre, mon père parlait d’une « carrière », pourtant un gazon poussait au fond. Au milieu il y avait un monument étrange, des hommes tout nus collés dans le même bloc de pierre, et la tête dressée au ciel. C’était à Châteaubriant, à une heure en « Simca 5 » de la maison. Dès la première fois, j’ai compris qu’il s’agissait d’une affaire triste. Et héroïque. D’hommes qui avaient « donné leur vie », expliquait ma mère. Quelquefois nous allions sur une rive de l’étang de la Blisière, où des troncs d’arbre portaient encore les traces laissées par les balles après qu’elles eussent percé la poitrine d’autres héros que je ne connaissais pas. J’étais attaché à ce culte. Et j’y suis toujours.

Ce n’est que près de vingt ans plus tard que j’ai découvert que mes parents, des cathos +, et conservateurs, me proposaient depuis l’enfance de pleurer sur des communistes fusillés. Mon père disait « Dans le lot il y avait un enfant, juste un peu plus vieux que toi ». Ce qui ne me touchait guère puisque la mort fait partie de la jeunesse. C’est tous ces fusillés, ensemble, que j’aimais bien. En bloc, comme la statue. J’ai demandé à mon père qui abhorrait les rouges, la raison de ce pèlerinage à la carrière ? « Il faut prier pour eux, les tenir en exemples, puisque ce sont des frères ».

Voilà des réalités. Trop vastes pour franchir le paillasson du cerveau d’un Glucksmann ou d’un Guetta. Pour lesquels il n’y a de bon rouge que mort. Dans la putritude du texte voté à Bruxelles, signalons les plus jolies perles du collier.

Il y va de “l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe” , et que pour cette dernière vive, le Parlement rappelle “que les régimes communiste et nazi sont responsables de massacres, de génocide, de déportations, de pertes en vies humaines et de privations de liberté d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de l’humanité, qui auront à jamais marqué le XXe siècle”. Les parlementaires condamnent “sans réserve les actes d’agression, les crimes contre l’humanité et les atteintes aux droits de l’homme à grande échelle perpétrés par les régimes totalitaires nazis, communistes et autres.” Avec ce petit mot lâché dans la hâte de l’écrivain à sec, « autres », le Parlement aurait dû être plus prudent. Imaginez que les Palestiniens, les Yéménites (et « autres »), s’en viennent demander à l’Europe d’appliquer ses principes. Pauvre Guetta, pauvre Glucksmann, pauvre misère.

En bonne forme, en attendant pour bientôt les premières vacances de ski, le Parlement s’est lancé sur une autre piste, et “condamne toute démonstration et toute propagation d’idéologies totalitaires, telles que le nazisme et le stalinisme, dans l’Union européenne” et se dit “préoccupé par le fait que des symboles de régimes totalitaires continuent à être utilisés dans les espaces publics et à des fins commerciales, tout en rappelant qu’un certain nombre de pays européens ont interdit l’utilisation de symboles nazis et communistes.”

La seconde cartouche de ce fusil à deux coups sera donc de nous interdire de revêtir un maillot orné du « Che », ou d’une faucille et d’un marteau. Là on peut éventuellement approuver, le marteau étant un outil de raisonnement très prisé au Parlement européen, faut pas partager. Le flou de ce texte, qui va certainement prendre du poids et de jolies cotes, est aujourd’hui gênant. Marx était-il coco ? Et Engels ? Nos amis du Parlement vont-ils embarquer Lénine au poste ? Et Louise Michel ? On en fait quoi ? Ça va être beaucoup de travail à faire, bien capable de provoquer des ampoules au cerveau. Surtout en cette période où les Urgences ne le sont plus. Et les peines encourues ? La prison ou, pire, réciter un vieil article de Guetta ? Faut travailler les gars. Bientôt je dois retourner à la carrière, puisque mes aînés n’y seront plus… Je veux savoir ce que je risque ? Faut-il prendre le maquis ? Face au poids de ce dossier nul ne peut affirmer que nos députés ne font rien : ils pompent.
Préparons-nous aussi au nouveau plan du Métro parisien. Qui va nous désorienter. Bien sûr la station Stalingrad disparait. Mais il y a plein d’autres stops où des salopards cocos (si vous me permettez le pléonasme), ont laissé leurs noms. Bon, ils ont été fusillés par les Allemands. Oui, certes, mais si l’on replace l’évènement dans le cadre de temps, celui du grand match nazis contre communistes, on ne va pas en faire une histoire. Torturés, souvent ! Et alors je te torture, tu me tortures, on se torture. C’est ça le totalitarisme comme on l’aime.

Un petit pense-bête que vous lirez dans le panier à salade en allant vers la Santé. Le CNR, fini, les FTP, finis, l’Affiche Rouge, décollée et Aragon et Ferré à Guantanamo. Les Vaillant Couturier, Rol Tanguy, le colonel Fabien, Raymond Losserand, Léon Frot, Gaston Carré, Ambroise Croizat, Corentin Celton, Charles Michels, Corentin Cariou, Gabriel Péri, Frédéric Joliot Curie, Pablo Picasso. Cette liste rouge annonce une embellie pour les marchands de pancartes et le commerce des plans de Métro. Et j’allais oublier cette ordure d’Eluard, une vipère lubrique qui a tenté de nous enseigner : « Il ne faut pas de tout pour faire un monde ». Quel salaud !

Jacques-Marie BOURGET

PS. Pardon si, trainant dans un coin de cercueil, j’ai oublié un vieux coco fusillé, le futur « Commissariat Européen aux Affaires Communistes » va s’en occuper.
[Le texte voté-
http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2019-0021_FR.html] :

Léo Ferré chante : L’affiche rouge- l’armée du crime

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

yack2 // 10.10.2019 à 07h21

Il osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait….Mais là on passe un cap, on est plus dans la connerie, on est dans le révisionnisme, la fabrique du consentement, le travail à long terme. la criminalisation des idées comme rempart aux intérêts bien sentis de la bourgeoisie….et de voir…et de voir le vote du PS….Il n’y a que 2 côtés à la barricade….Ici les camps sont bien définis et on ne pourra pas dire que l’on ne savait p

72 réactions et commentaires

  • Fabrice // 10.10.2019 à 07h18

    “Un peuple qui oubli son passé est amené à le revivre” cet opposant au communisme qui a dit ça ne se doutait pas qu’il avait tant raison, jamais une Europe qui oubli son passé et n’examine plus la réalité qu’avec le filtre de dogmes, n’a tant risqué de basculer si ce n’est dans un totalitarisme au moins dans un autoritarisme dogmatique rassemblant les signes d’un fanatisme quasi religieux ou la vérité est sacrifié sur l’autel des rancunes du passé.

    • Fabrice // 10.10.2019 à 08h24

      J’ai contacté nouvelle donne pour leur signifier que cette participation de LARROUTUROU n’était pas passé inaperçu.

      • Lustig // 13.10.2019 à 16h20

        moi je rigole doucement de tous ces “anti-totalitaires”, [modéré] qui ont applaudi à la chute du mur de Berlin… cette fois-ci ils ont la monnaie de leur pièce… et puis tous ces gens qui poussaient de ho et des ha d’émerveillement pour le nationalisme polonais, le nationalisme hongrois (Orban financé à l’époque par Soros !), les nationalismes baltes, et autres joyeusetés… depuis, ils ont eu l’occasion de découvrir la gentillesse et le liberté religieuse de leurs amis de l’est…

        Au rythme où vont les choses, les dindons français pourront aller encore une fois “mourir pour Dantzig”

    • LeMauvais // 10.10.2019 à 23h13

      http://www.fndirp.fr/

      La Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes a pris connaissance d’une résolution du Parlement européen sur « l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe. » Cette résolution assimile fascisme et communisme et explique que l’origine de la seconde guerre mondiale serait le «Pacte germano-soviétique ».

      Certains historiens ont fait litière de cette thèse. La Deuxième Guerre mondiale a eu pour cause essentielle la montée des fascismes européens depuis 1930 faisant suite à la crise économique de 1929.

      1 Le nazisme s’est nourri à la fois de cette crise, du traité de Versailles qui avait humilié l’Allemagne et de la complaisance coupable des démocraties occidentales vis-à-vis des fascismes (Munich en 1938, appelé le « Sedan diplomatique », suivi de la non-intervention en Espagne). Le pacte germano-soviétique fut une conséquence de cette lâcheté et non une cause. L’attitude de l’URSS fut comprise et admise par deux grands dirigeants britanniques, Churchill et Attlee.

      2 Dire cela ne justifie nullement les crimes staliniens qui furent horribles. Mais on ne peut pas, comme le fait le Parlement européen, assimiler les Soviétiques aux nazis et rayer ainsi, d’un trait de plume, le sacrifice de 20 millions de Russes qui ont apporté une contribution décisive contre l’hitlérisme. Notre fédération qui a pour vocation de défendre la mémoire de tous les résistants au fascisme, fusillés, déportés, internés, ne peut accepter un tel déni de l’histoire.

      • basile // 11.10.2019 à 06h53

        merci pour ce lien, qui a le mérite de remonter à l’origine, aux années 30, Années que les journaleux savent très bien envoyer à la face des populistes, mais que bizarrement, ils oublient totalement pour expliquer l’origine de la guerre.

        Mais ceux qui réécrivent l’histoire reviendrons à la charge, quand les témoins de l’époque auront complètement disparu. Déjà, même chez des pas tout jeune, disons ceux né juste après guerre, si leur parents on vécu de loin, physiquement et politiquement, les événements, ils sont près à gober tout. Si ce n’est déjà fait,

  • yack2 // 10.10.2019 à 07h21

    Il osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait….Mais là on passe un cap, on est plus dans la connerie, on est dans le révisionnisme, la fabrique du consentement, le travail à long terme. la criminalisation des idées comme rempart aux intérêts bien sentis de la bourgeoisie….et de voir…et de voir le vote du PS….Il n’y a que 2 côtés à la barricade….Ici les camps sont bien définis et on ne pourra pas dire que l’on ne savait p

    • Fabrice // 10.10.2019 à 18h26

      Ceci dit vu les régressions sociales qui sont advenu lors des gouvernances socialistes c’est depuis longtemps clair qu’ils ont choisi leur camp et cela partout en Europe, la trahison à toujours été le socle de ce parti.

  • basile // 10.10.2019 à 07h32

    Bravo. Surpris de voir certains noms (déçu même) comme quoi, pour se faire élire, faut avoir le discours qui plait selon l’air du temps. On savait que pour plaire à tous ses amis à table et faire consensus, faut parler, uniquement, de c**, de foot, et du communisme

    quant à l’EU, cette usine à gaz, elle ne pouvait pondre qu’un texte qui lui ressemble

    • enkidou // 10.10.2019 à 08h02

      Pas un texte qui lui ressemble, vous parlez comme si nous étions à l’extérieur! un texte qui nous affectera tous et toutes. Merci à ceux qui votent encore.

      • Catalina // 10.10.2019 à 08h23

        doc d’après vous, ceux qui votent encore auraient du voter macron et le faire président ce qu’ils ont fait (et on voit le résultat) ou lepen et la faire présidente ?
        Le système repésentatif donne un chèque en blanc aux menteurs patentés. Donc, non, voter ne nous protège pas de quoi que ce soit mais il en donne l’illusion.
        CDLT

        • enkidou // 10.10.2019 à 09h45

          Vous auriez peut-être du comprendre que c’était de l’ironie. Peine perdue pour ceux qui votent encore au mieux pour des cyniques, au pire pour des imcompétents ou l’inverse. Vive la “serf-vitude” volontaire! bien à vous

        • Pierrot // 10.10.2019 à 12h10

          Hormis pour les grandes orientations ou à l’échelon local, la pertinence et l’efficacité de la démocratie imposent d’avoir des représentants et des délégués, puisqu’il est matériellement impossible que chaque citoyen prenne part de façon intelligible à toutes les décisions (une vie n’y suffirait pas). L’utopie anarchiste ne fait pas le poids à l’échelle d’un pays ni face aux réalités du monde extérieur.

          Par ailleurs, la hiérarchisation constitue un mode naturel d’organisation des groupes sociaux. Le rejet ou la négligence de la représentativité appelle donc à terme l’avénement d’une oligarchie non représentative (i.e. une dictature).

          En l’occurrence, Macron et l’UE apparaissent comme les résultats d’une abstention record sur plusieurs décennies. À l’inverse des gagnants actuels qui ont fourbi leurs équipes et leurs programmes, les perdants doivent surtout s’en prendre à ceux qui, dans leurs rangs, ont démissionné du processus participatif et représentatif.

          S’abstenir, en pratique c’est consentir, symboliquement c’est refuser d’exprimer une opposition, et pour soi c’est s’interdire d’espérer le moins pire des résultats. Mais il ne suffit pas non plus d’aller voter, il faut aussi s’y être pris des années à l’avance pour préparer l’élection, instruire les électeurs (contre les menteurs) et établir les rapports de force nécessaires à la victoire.

          Proposer l’abstention comme solution et réduire la question au choix final entre Macron et Le Pen relève donc d’une vision simplisme de la politique qui est justement l’une des principales causes de cette situation déplorable.

          • Araok // 10.10.2019 à 16h17

            Très bonne analyse, mesurée et argumentée.
            Merci

          • Grd-mère Michelle // 10.10.2019 à 16h52

            À Pierrot: “…la hiérarchisation constitue un mode naturel d’organisation des groupes sociaux.”
            D’accord, si on parle des animaux, dont les humains mammifères font partie(la fameuse “loi de la jungle”).
            Mais les humains ont inventé quelque chose qui leur permettrait de dépasser ce “mode naturel” déplorable(qui favorise les forts/riches en écrasant les faibles/pauvres): les mots, les langues, qui nous aident à régler nos conflits en PARLANT et/ou en ÉCRIVANT plutôt qu’en nous tapant sur la gueule.

            La prise de conscience de l’interdépendance des êtres vivants(scientifiquement démontrée), actuellement en expansion, amènera peut-être l’humanité à comprendre que le choix de la PAIX est la seule vraie révolution.

            Tout-à-fait d’accord sur la question de la démocratie représentative, mais elle doit devenir plus participative, afin que les électeurs/trices soient correctement informés, et écoutés/entendus par leurs élu-e-s, au lieu d’être continuellement bernés par leurs mensonges opportunistes.
            Les petits groupes(les français-e-s, les belges, les russes, ou les européen-ne-s, les chinois-e-s, les “américain-e-s”, par ex) auraient intérêt à mettre en commun leurs préoccupations essentielles s’ils/elles veulent donner une chance d’exister à leurs progénitures respectives.
            Heureusement, ça arrive de plus en plus, en dépit des contre-vérités: LA VÉRITÉ sortira des forums pour se présenter, toute nue et immuable, devant les assemblées constituées: nous avons tou-te-s besoin les un-e-s des autres!

            • Pierrot // 11.10.2019 à 03h55

              Dans nos sociétés humaines, la hiérarchisation reste une constante à tous les niveaux. Même lorsqu’elle en est bannie par principe, celle-ci finit toujours par réapparaître, de façon informelle ou violente.

              Il me paraît important de rappeler que notre condition humaine nous impose une lutte incessante pour l’accès aux ressources limitées de notre planète et pour le pouvoir qui permet, dans un contexte de plus en plus concurrentiel, d’en tirer sinon le maximum, au moins une part suffisante pour notre survie individuelle et collective.

              Vivre de manière idéalement « civilisée » (en bannissant la domination des plus forts et en réglant tous les conflits par le dialogue) nécessiterait que TOUTES les parties impliquées acceptent de se soumettre à ces principes, dont elles devraient aussi convenir des règles pratiques. Or, les plus forts n’ont aucun intérêt à abandonner réellement leurs pouvoirs et leurs avantages, et les plus faibles ne sont pas en position de les y forcer. Par conséquent, cette vision pacifiste reste aujourd’hui parfaitement utopique.

              Par ailleurs, si l’interdépendance des humains à petite échelle a toujours été la condition de leur survie, celles créées artificiellement par les impérialismes et par la mondialisation mercantile sont loin d’être nécessaires et bénéfiques à tout le monde. La prise de conscience de leurs aspects négatifs (soumission aux intérêts étrangers, accaparement et épuisement des ressources, mise en concurrence des individus à l’échelle planétaire, …) suscite plutôt des régressions sociales, des tensions internationales et des guerres.

                +3

              Alerter
            • Grd-mère Michelle // 13.10.2019 à 14h17

              À Pierrot-ci-dessous, le 12/10 à 20h52

              En réalité, vous avez raison en décrivant la chaîne alimentaire qui relie l’entièreté des êtres vivants.
              C’est la conscience de cette réalité qui motive le mouvement actuel de défense de notre environnement vital(assez circoncis aux “occidentaux-tales” qui ont le temps d’y penser, mais pas que… on peut d’ailleurs espérer que la communication instantanée internationale permette à cette conscience de s’étendre).
              La Paix n’est pas l’absence de conflits, mais la résolution(toujours temporaire, toujours remaniable) de ceux-ci par la concertation et la conciliation.
              À l’heure d’aujourd’hui, franchement, les conflits armés sont totalement dépassés, obsolètes, et ne représentent plus que l’affolement des “puissants” devant le risque de perdre leurs privilèges.
              Étonnée de trouver dans votre discours la notion “d’êtres supérieurs”, cause de la plupart des souffrances, déséquilibres et calamités que nous connaissons….
              N’êtes-vous pas d’accord avec le principe d’égalité?

                +0

              Alerter
          • PB // 10.10.2019 à 23h52

            Superbe analyse.
            Même Lénine se moquait des communistes qui refusaient de prendre part aux élections dans les pays qui ne sont pas prêts pour la révolution (“le gauchisme, maladie infantile du communisme”).

            • Grd-mère Michelle // 11.10.2019 à 15h44

              @Pierrot
              “L’utopie est la réalité de demain”
              J’ignore qui a dit cela. En tout cas, il me semble nécessaire de penser le monde afin qu’il advienne selon nos vœux… Mais… que voulez-vous, vous?
              Excusez-moi, svp, de vouloir continuer à croire à la capacité humaine de se sortir d’une sorte de fatalité mortifère, et de choisir le camp de la Vie.

              Je parlais bien de “l’interdépendance des êtres vivants” (et non des êtres humains), qui sous-tend le combat écologiste actuel. (Voir l’impact que de la disparition des insectes pollinisateurs aurait sur l’alimentation des humains)
              Les forts/riches ne feraient pas le poids devant la volonté concertée, déterminée et bien informée, de la multitude des faibles/pauvres, de ne plus se laisser exploiter, en forçant les Etats(de Droit) à édicter des lois qui les protègent.

                +1

              Alerter
            • Pierrot // 12.10.2019 à 20h52

              @ Grd-mère Michelle : ici nous ne parlons pas de rêves mais de réalité.

              Et la réalité, c’est que c’est la « loi de la jungle » qui régit le monde : tous les être vivants font partie de chaînes alimentaires dans lesquelles ils subissent la prédation de ceux qui leurs sont supérieurs et la concurrence de ceux qui sont au même niveau.

              Les humains sont parvenus à atteindre un sommet par rapport au reste de la nature. Mais d’autres chaînes alimentaires sont également à l’œuvre entre les communautés humaines (pays, classes sociales, entreprises…) et entre les individus qui les composent. Cela les pousse à lutter, sinon pour occuper les meilleures places, au moins pour ne pas hériter des pires, d’autant que notre planète ne suffit plus à contenter tout le monde. D’où des conflits incessants, à tous les niveaux et par tous les moyens (guerres armées, institution de lois/usage de la force publique/procès, mouvements sociaux/démonstrations de force/manipulations médiatiques…).

              La paix n’est finalement qu’une absence de conflit, provisoire et localisée. Les individus et les communautés qui y aspirent sont ceux qui jugent leur situation préférable aux luttes qu’ils pourraient mener pour l’améliorer ou la conserver (… ou qui ont juste oublié le sens de ces luttes). Ceux qui en jouissent sont ceux dont la force, aujourd’hui nécessairement obtenue aux détriment des autres, est suffisante pour dissuader les attaquants.

              Quant au soulèvement massif des opprimés, l’Histoire nous a déjà montré à quoi cela aboutissait, conformément aux principes de réalité énoncés ci-dessus.

                +1

              Alerter
            • Grd-mère Michelle // 13.10.2019 à 15h41

              À PB, le 10/10 à 23h52
              Lénine a dit aussi: “la révolution, c’est la vérité”
              (Citation, de mémoire, trouvée sur le site du “Grand Soir”)
              M.Gorbatchev a imaginé une restructuration (Pérestroïka- éd. Flammarion, 1987) de l’URSS, basée sur la transparence-GLAZNOST, “sans laquelle la société soviétique risque d’exploser, et le monde entier d’en être ébranlé”. Mal lui en a pris, il ne lui est resté que la fuite et la stigmatisation de “traîtrise”.
              L’initiative de transparence initiée par WikiLeaks.org (et quelques autres comme Fightforinfo@protonmail.com) nous (Comité Free.Assange.Belgium) apparaît comme une réponse pertinente au gigantesque règne de la confusion organisée, opposé aux capacités de l’intelligence humaine de résoudre pacifiquement les problèmes dans des démocraties à parfaire, afin de perpétuer des systèmes de domination brutale.
              RV tous les lundis de 17 à 19h, pl.de la Monnaie à Bruxelles(qui est, aussi, une cité millénaire remarquable par sa diversité, et pas seulement le siège des institutions européennes).

                +0

              Alerter
    • Vladimir K // 10.10.2019 à 15h33

      En effet, la présence de quelqu’un comme Thierry Mariani, qui me semblait être grand ami de la Russie me surprend. Mais je ne suis sans doute pas un spécialiste, et je ne le suis que de loin (en fait je ne le suis pas, je tombe sur quelques infos sur lui de temps en temps)

      • D’Aubrac // 10.10.2019 à 17h11

        M. Mariani (comme tant d’autres !) connait-il autre chose que le bourrage de crâne d’Hollywood ?
        Répétons en chœur : “les GI’s ont gagné la guerre ! Les GI’s ont gagné la guerre quasiment seuls !”
        “Et le bon argent américain (totalement désintéressé) a reconstruit l’Europe, reconstruit l’Europe !”
        “Et les méchants sont forcément à l’est, les bons naturellement à l’ouest, forcément”. etc etc.

        La génération des politiciens de l’âge de M.Mariani est -en matière historique- pratiquement inculte. C’est un manque énorme, rendant très difficile la mise en perspective des affaires contemporaines.
        Quant à la génération suivante, n’en parlons même pas.
        Le trou noir de l’ignorance a été parfaitement organisé.

        • Dufifi // 11.10.2019 à 04h00

          @ D’Aubrac

          Tout à fait, on fabrique sciemment les esclaves “smarts” de demain.

          Déjà au XVIIIe siècle l’ignorance était imposée aux esclaves “ancienne formule” dans les Antilles :

          “Borner leur instruction aux seules vérités essentielles du Salut, en s’efforçant de leur imprimer la Foi, plutôt que de chercher à leur faire comprendre comment ni pourquoi ils y croient”.
          Ceci était précisé dans les “Règlements de discipline pour les nègres, adressés aux curés des îles françaises de l’Amérique” (1777).

          Cette seule instruction religieuse était destinée à inculquer la soumission aux maîtres. L’interdiction absolue d’apprendre à lire et à écrire aux esclaves se justifiait ainsi aux yeux des maîtres :
          “L’instruction est capable de donner aux nègres une ouverture qui peut les conduire à d’autres connaissances, à une espèce de raisonnement. La sûreté des Blancs, moins nombreux, entourés sur les habitations par ces gens là, livrés à eux, exige qu’on les tienne dans la plus forte ignorance” (Lettre du Marquis de Fénelon, Gouverneur de la Martinique, au ministre des Colonies (1764).

          Aujourd’hui, c’est le clergé euro-capitaliste qui se charge de veiller au grain…

          • Anouchka // 11.10.2019 à 10h09

            Et dire qu’aujourd’hui, on écrit des livres entiers sur les atroces projets nazis à l’est qui visaient à éradiquer l’instruction publique pour les esclaves slaves en ne leur laissant qu’un petit accès à l’obscurantisme de la religion… sans nullement les mettre en perspective avec les régimes coloniaux des puissances coloniales anglaise, françaises (et autres)

          • Anouchka // 11.10.2019 à 10h13

            D’ailleurs, ça me fait penser : il y a au moins une différence entre les camps de concentration nazi et les goulags soviétique : au goulag, il y avait une bibliothèque à l’intention des prisonniers. Dans les camps nazis, il y avait un bordel à l’intention des prisonniers méritants.

          • Pollux // 12.10.2019 à 12h38

            Et même dans nos campagnes bien métropolitaines, les propriétaires terriens disaient aux maîtres de ne pas trop instruire les enfants…

  • jmathon // 10.10.2019 à 07h39

    Ils n’auront (même) pas ma haine tant ils ont (déjà) mon mépris….
    “Le mépris vient de la tête, la haine vient du cœur et l’un exclut l’autre.” [Arthur SCHOPENHAUER]

    https://www.youtube.com/watch?v=LLhksIMfjNE
    [François Béranger]

    Toutefois, si besoin était, rappelons-nous (avec Serge) que…
    Les loups ont regardé vers Paris
    De Croatie, de Germanie
    Les loups ont regardé vers Paris
    Cessez de rire, charmante Elvire
    Les loups regardent vers Paris… ?
    [Paroliers : Albert Vidalie / Louis BESSIERES]

    Et rappelons leur que, le cas échéant, si le Maquis n’y suffisait pas, viendrait s’y joindre… la Garrigue… d’ici et d’ailleurs.

    https://www.youtube.com/watch?v=e3v4V9i9d5Y

    https://www.youtube.com/watch?v=5e8KPkcgd5g
    [Paroliers : M. DRUON / J. KESSEL / A. MARLY]

    • Grd-mère Michelle // 10.10.2019 à 17h41

      Merci 1000 fois de ressusciter François Béranger, qui a tout dit avec sa grosse voix, sa poésie et ses formidables musiciens.
      L’oubli dans lequel la putasserie médiatique l’a plongé est la meilleure preuve de la pertinence éternelle de ses chansons.
      À re-écouter, dans le cadre de la “crise migratoire”: Joues pas avec mes nerfs!

  • Owen // 10.10.2019 à 07h53

    Je n’ai jamais été communiste car je n’y crois pas. Encore qu’il faudrait définir ce que c’est, mais ce n’est pas le lieu des longs débats. Je sais par contre où sont les frères et où sont les s#lop#rds.

    Je suis fier de dire que j’ai voté contre le traité de Maastricht et contre le TCE. Fuck the E.U. Ce n’est pas français, mais justement, c’est la même langue et le même pedigree que Victoria Nulland.

    Un grand merci à l’auteur pour son témoignage. Cocos, cathos, tradis, gauchos, ce n’est pas là que ça se passe. J’ai au moins appris la leçon de la Résistance: ça se passe entre les gens de bonne volonté et les traîtres.

  • antoniob // 10.10.2019 à 08h21

    C’est l’aspect totalitaire mou du Politburo de Bruxelles (Commission) et d’un Soviet Suprême (le Parlament) quasiment phagocyté.
    Les idéologies trop éloignées des faits historiques se cassent la gueule aprés un certain temps car il ‘est impossible d’effacer le terroir historique consignée dans les bibliothèques. L’amalgame entre camps d’esclavagisme à mort de la terreur bolchevo-stalinienne et le bon sens de base des revendications sociales au coeur du communisme et des socialismes ne tient pas la route en soi.

  • RGT // 10.10.2019 à 08h23

    Bien que n’appréciant pas du tout le marxisme, j’ai toujours eu un profond respect pour les communistes “de base” qui, contrairement aux apparatchiks du parti, croyaient sincèrement en ce système politique.

    Par contre, il y a une chose qui me hérisse particulièrement les poils, c’est quand des types d’extrême droite bien fachos qui ne souhaitent qu’exterminer ceux qui leurs sont “différents” viennent faire un amalgame entre L’URSS et l’Allemagne nazie (qu’ils vénèrent tant mais critiquent pour donner le change).

    Juste UNE seule question : QUI le premier a envahi ses voisins, les a mis en esclavage, les a massacrés sans hésiter et a envoyé ses troupes “faire des cartons” sur des civils désarmés (en en laissant juste le strict nécessaire pour avoir une main d’œuvre corvéable à merci) ?

    Certains me répondront que le pacte de non agression comprenait une clause qui permettait aux deux signataires de se partager la Pologne et c’est vrai.
    Mais ce qui est oublié, c’est que Staline avait précédemment fait le forcing en IMPLORANT les occidentaux de signer une alliance pour que TOUS les pays se défendent contre les nazis en les avertissant des risques encourus.

    Et les “démocrates” occidentaux de répondre “Plutôt Hitler que le Front Populaire”…
    Le partage de la Pologne était simplement destiné à assurer à l’URSS une “zone tampon” qui lui permettrait de limiter les conséquences d’une invasion extérieure, tout comme le fût ensuite la mise sous tutelle des pays qui se situaient entre l’URSS et “l’ouest libre”.

    Si les occidentaux avaient accepté la proposition de Staline le cours de l’histoire en aurait été changé et il n’y aurait JAMAIS eu cette guerre si sanguinaire, les nazis étant pris entre l’enclume et le marteau.

    Quant aux USA, ils sont simplement venus défendre LEURS intérêts qui étaient plus liés à l’oligarchie nazie qu’a l’URSS et sont intervenus pour éviter que leurs “copains” ne se fassent laminer par les Soviets.

    Staline a été ignoble, mais uniquement vis à vis de ses “concurrents” au sein du PC de l’URSS qui pouvaient le mettre en danger.

    Les autres, il s’en foutait, particulièrement s’ils étaient étrangers.

    • tepavac // 11.10.2019 à 21h14

      Indépendamment de l’idéologie, qui avec le recul ne sert que de maquillage, je vous rejoins après avoir regardé ce documentaire suisse sur les armées secrètes en Europe. très instructif… cela éclaire sur la politique actuelle et de nos dirigeants fous… enfin pas si fou que cela, juste du maquillage pour camoufler ce qui n’a jamais cessé.

      https://www.youtube.com/watch?v=2lJbeODtph4

  • James Whitney // 10.10.2019 à 08h24

    C’est un peu comme le 10 juillet 1940 nos parlementaires ont voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain : pour 569, contre 80.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_des_pleins_pouvoirs_constituants_%C3%A0_Philippe_P%C3%A9tain

  • zozefine // 10.10.2019 à 08h44

    merci d’être aussi fâché. air du temps gerbatoire ? sur FQ, il y a 2 jours, dans ce tsunami généralisé et effrayant communisme/stalinisme = nazisme, 5′ par l’ineffable brice couturier sur vassili grossman (https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/une-version-non-expurgee-du-roman-de-vassili-grossman-sur-la-bataille-de-stalingrad) avec cette phrase de grossman d’un nazi à un bolchévique : “Il n’y a pas de gouffre entre nous. Nous sommes des formes différentes d’une même essence : l’Etat-parti”.
    un peu HS, mais bon, c’est l’occasion : regarder le chef-d’oeuvre de KLIMOV, IDI I SMOTRI (viens et vois), titre magnifique traduit en français par le consternant “requiem pour un massacre”, 1985, les nazis en biélorussie. à regarder un jour où on est pas trop déprimé : ces temps, la fenêtre de tir est étroite…

    • Anouchka // 10.10.2019 à 10h08

      Ah !Brice Couturier… Celui qui dirigeait l’année dernière sur cette meme antenne la série d’émissions : « Avoir raison avec Emmanuel Berl »
      https://www.franceculture.fr/emissions/avoir-raison-avec-emmanuel-berl
      Je cite la page wikipédia consacrée à Emmanuel Berl :
      « il rédige ainsi les deux discours [de Pétain] des 23 et 25 juin [1940] où figurent, entre autres formules : « Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal » et « La terre, elle, ne ment pas ». Certains lui ont également attribué ce passage du discours radiodiffusé de Pétain, le 17 juin 1940, qui exprime l’acceptation officielle de la défaite : « C’est le cœur serré que je vous dis qu’il faut cesser le combat » »

      • Jean-Pierre Georges-Pichot // 10.10.2019 à 10h34

        Je sens les choses comme vous à propos du Brice de France-Culture, dont j’avais repéré le déconnage à l’oreille depuis longtemps, mais dont j’ai découvert avec amusement les yeux de fou en le voyant beaucoup plus récemment à la télé. Un vrai fanatique de l’anti-fanatisme, comme il arrive…. Maintenant, sur les penseurs qui sont derrière tout cela, il faut vraiment se calmer. Orwell et Hannah Arendt ont des pensées complexes et intéressantes et ne méritent pas d’être réduits à l’usage que certains font d’eux. Il en va de même pour Berl : pas un facho banal, et même pas un facho du tout, mais un type attachant, intéressant et bon, méritant d’être lu à fond car il fait comprendre toute une époque et une génération. Ce que j’ai fait à mon plus grand plaisir et profit. Lisez sa biographie, sortie il y a un ou deux ans, et surtout ses livres, dont un chef d’oeuvre, qui raconte l’histoire des discours de Pétain, et beaucoup d’autres choses qu’on nous cache à la télé :”La fin de la Troisième république” dans la série des “Journées qui ont fait la France” de Gallimard.

        • Jean-Pierre Georges-Pichot // 10.10.2019 à 10h43

          Excusez, encore un mot : si je me souviens bien, mais Berl le raconte lui-même en détail dans sa “Fin de la Troisième république”, il est bien l’auteur de “la terre ne ment pas” et de “les mensonges qui nous ont fait tant de mal”, dans les deuxième et troisième discours de Pétain, mais pas du “il faut cesser le combat”, dans son premier discours, du 16 juin, jour où Pétain accède au pouvoir et demande l’armistice, ce qui provoque la réaction de de Gaulle le 18. C’est même parce que Pétain et son entourage réalisent l’erreur commise avec ce premier message qu’ils font appel à Berl pour dire moins de bêtises par la suite. En effet, l’armistice n’étant signé que le 22, les militaires pendant six jours ne savent plus bien si l’on est en paix ou en guerre, ce qui est à l’origine de nombreux morts et prisonniers supplémentaires. Berl n’y est pour rien.

          • Michel Le Rouméliote // 10.10.2019 à 19h40

            Mille excuses, mais le discours de Pétain a été radiodiffusé le 17 juin. https://www.youtube.com/watch?v=s87CKB5E3SQ

            • Jean-Pierre Georges-Pichot // 13.10.2019 à 08h15

              Mon cher Michel. Le 16 ou le 17 ? Et à quelle heure ? Je suis content de voir que je ne suis pas le seul à m’intéresser à la période ! En l’occurrence, je suppose que cela ne change pas grand chose. Je crois en effet me souvenir que Lebrun ne fait appel à Pétain que très tard le 16 juin, et que les témoins de l’époque rapportent avoir entendu le discours à la radio en milieu de journée. Tout ceci pourrait être important pour un cinéaste qui voudrait représenter cette conjoncture haute en couleurs. Je vois bien Tavernier, ou Corneau…. Ils pourront faire appel à vous comme conseiller technique.

                +0

              Alerter
      • Garibaldi2 // 11.10.2019 à 04h48

        Emmanuel Berl était issu d’une famille de la haute bourgeoisie juive parisienne, il était l’époux de la compositrice et chanteuse Mireille. elle-même juive. Comme quoi, il faudra à certains, attendre les lois anti-juifs pour comprendre qui était réellement Pétain.

        • Jean-Pierre Georges-Pichot // 13.10.2019 à 09h32

          Annie Lacroix-Riz rapporte une boutade : “un juif pauvre est un juif, un juif riche est un riche.” Le mariage avec Mireille est peu significatif. Sur le paradoxe d’une marge collaboratrice de la haute bourgeoisie juive, on peut en revanche s’intéresser à sa cousine, qui était l’épouse de François de Brinon, haut collaborateur fusillé à la libération. Mais Berl n’y était pour rien. Lui-même était tout le contraire d’un snob ou d’un arriviste : un intellectuel, un romantique et un sensuel, qui ne menait pas sa vie amoureuse en fonction de la politique ou de l’argent. Son épouse précédente était une prostituée qu’il partageait avec André Breton. De même en amitié : la politique passait après. Il était ami de collaborateurs comme Drieu la Rochelle, et protégé d’Anatole de Monzie et de Jean Jardin, et pourtant on ne peut pas parler de lui comme d’un collaborateur. Berl connaissait d’emblée l’internationale des riches et des puissants et le concernant il n’y a pas de “prise de conscience”. Je n’ai pas souvenir qu’il ait jamais reconnu s’être trompé sur Pétain. Apparemment il ne se faisait pas d’illusions avant, et à coup sûr il n’a pas exprimé de regrets après. Dans une entrevue avec Jean d’Ormesson il revient sur les discours du Maréchal avec une pirouette : “je ne voyais aucun intérêt à ce que les discours du Maréchal fussent mal écrits”.

  • ALIN JAVIER // 10.10.2019 à 09h00

    Oui la traque est ouverte, jusqu’à bloquer un post sur FB qui dénonçait le texte voté par le Parlement Européen et les députés oublieux ou occupés qui se sont abstenus de voter . Comme si cela ne suffisait pas , le compte de ce “salaud- pour vous servir”, a été bloqué derechef sans explication, mais probablement sur dénonciation ., ce qu’ en langage orwellien on appelle ” signalement “.

  • Louis Robert // 10.10.2019 à 09h05

    Mais enfin…

    Tandis qu’ils collaboraient, condamnaient à mort et fusillaient

    Il ne resta pourtant que le maquis!

    N’a-t-on rien appris?

    « Personne n’est oublié

    Rien n’est oublié »

    (Olga Bergholtz)

  • Serge Bellemain // 10.10.2019 à 09h07

    Ah bon! “il ne faut pas tomber d’un excès dans l’autre.” Je suis sulpicien, de Souppes sur Loing, qui a donné un Léon Frot, un des 3 lieux de parachutage des alliés durant la 2ème guerre mondiale dans la région Ile de France, par la force de la résistance locale faîte de communistes et de gaullistes….ce qui ne me donne aucun droit, certes! Sachez que je me sens frère de Guy Môquet…. Ont ils commis des excès, selon vous, en se levant avant tous les autres, tous!, contre le fascisme? Quant au crachat sur les martyrs du groupe Manouchian (“le groupe de l’affiche rouge au contraire en était proche”, d’être une entreprise terroriste)….Comment dire poliment : N’est ce pas vous qui tombez dans l’excès?

  • Pr. Michel Bergès // 10.10.2019 à 09h33

    La Liste blanche européiste dont les noms nous sont présentés avec raison, mériterait, sinon d’être poursuivie en justice, du moins de faire l’objet d’une contre-pétition citoyenne, voire européenne (avec en tête des historiens), pour dénoncer l’usage politique de l’histoire par un Parlement européen totalement illégitime, politiquement désorienté, qui vient signer là ses limites intellectuelles, et donc sa propre condamnation.
    D’autant il prétend juger à son aune états-unienne et otanienne, que l’on connaît bien, un passé que les signataires n’ont même pas connu personnellement. Ce qui les discrédite en “bloc”…

    Pr. Michel Bergès

    • Marie Colin // 10.10.2019 à 14h31

      “contre-pétition citoyenne, voire européenne (avec en tête des historiens)”

      où est-ce qu’on signe ?

  • Ennemi public // 10.10.2019 à 09h36

    Mise en équivalence du communisme et du nazisme par les bureaucrates de l’EU. De l’autre côté, en Russie, on contre-attaque en diffusant la thèse d’une Angleterre pousse-à-la-guerre en 39 qui aurait tout fait pour lancer l’Allemagne nazie à l’assaut de l’URSS.
    Orwell pendant ce temps fait l’unanimité sur toutes les chaines des médias main stream. De droite à gauche, tout le monde l’adore.
    Va comprendre, Charles

  • Obermeyer // 10.10.2019 à 09h45

    Merci aux 4 têtes dures FI d’avoir sauvé l’honneur en ne se joignant pas à cette mascarade .

  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 10.10.2019 à 10h16

    Je devrais me sentir particulièrement concerné, car la critique philosophico-politique du concept de “totalitarisme”, issue de la pensée de George Orwell et d’Hannah Arendt, fait depuis longtemps partie de mes dadas, mais quand les idées sont reprises par des organismes bureaucratiques comme ceux de Bruxelles, c’est peut-être un signe qu’elles sont en bout de course. “Totalitarisme” est le concept porte-drapeau de l’idéologie atlantiste, unifiant sous un terme commun les deux ennemis successifs de l’impérialisme américain en Europe, et que l’Amérique n’a combattus que pour cette raison, mais sous prétexte de défense des libertés. Donc cela continue. C’est normal et l’Europe de Bruxelles a été faite pour cela. Elle est la traduction politique du retournement des fronts, désirée à Washington aussi bien que Paris et Berlin pendant toute la seconde guerre mondiale, mais seulement acquise après le 8 mai 1945 : réintégration de l’Allemagne purgée d’Hitler dans l’alliance contre le bolchévisme. L’agitation actuelle est peut-être un signe d’agonie de cette politique, l’épouvantail Russe ayant été remplacé par l’islamique, et l’Amérique se désintéressant de l’Europe, qui ne rapporte plus assez. Le dernier souffle d’un cadavre : la bourgeoisie d’affaires et d’industrie européenne. Tout cela est médiocre : Rafael Glucksman et sa clique courant après Trump pour le rattraper par la manche.

    • Anouchka // 10.10.2019 à 12h29

      Je vous conseille de vous interesser aux travaux des personnes qui interviennent dans cette conférence.
      https://www.youtube.com/watch?v=2XcJdewt9Pc
      Ce n’est pas pour rien que la pensée de H. Arendt ( intéressante par ailleurs à plus d’un titre) et son concept de totalitarisme ont été tant diffusés après la guerre et encore plus après l’effondrement de l’URSS. Elle représentait une incarnation acceptable d’idées qui venaient d’etre totalement discréditées sous une autre forme, mais qui venant de la part de quelqu’un comme elle, pouvaient continuer à infuser dans la société

  • Jean-Pierre Kayemba // 10.10.2019 à 10h34

    Le système capitaliste serait-il tant aux abois qu’il en perd la tête? Toutes celles et tous ceux qui ont vécu cette terrible époque ne sont morts: la vérité se transmet aussi dans les familles dignes de ce nom; ceci devient d’autant urgent que l’école a fait failllite dans son rôle de transmission du récit national.

  • leprolo AUSSEUR Robert // 10.10.2019 à 10h42

    C’est à çà qu’on reconnais ces enfants qui voudraient nous chier sur le nez = Qu’on leur fasse bouffer leurs excréments !! …Et le + vite sera le mieux = Vive la république de la Résistance ! = SUS A l’ennemi fascisant ! Si l’Europe , c’est çà = Faut tout de suite la déboulonner !
    AUSSEUR Robert

  • charles // 10.10.2019 à 10h45

    bah 1984…. On attend plus qu’ils aient mis internet au pas pour que chaque nuit l’histoire soit ré écrite… Au moins nous saurons à quoi servent les tablettes numérique sponsorisées aux frais du contribuable. Ce n’était pour leurs cramer les yeux avant qu’ils n’aient atteint leurs 25 ieme année, c’était pour faire advenir le rêve autoritaire du totalitarisme bourgeois.

  • Ruoma // 10.10.2019 à 10h58

    Les mêmes ont bien réussi, après des années de propagande et de désinformation, à faire croire que ce sont les américains qui nous ont libérés : à la poubelle de l’histoire la contribution de l’URSS et celle de la France.
    Une image sur Internet montre l’évolution de l’opinion publique sur cette question au fil des années. Édifiante !

    Ce n’est pourtant pas un hasard si, grâce à l’intransigeance et à l’habileté de De Gaulle, notre pays bénéficie d’un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU.
    Mais ça aussi, il est au programme de cette belle institution de nous le faire oublier pour se l’attribuer.

    Elle compte y mettre le temps qu’il faudra pour que les cerveaux français s’habituent à cette idée.
    À moins qu’entre temps, ils s’habituent au contraire à l’idée d’avoir été bernés deux fois (par la litanie des mensonges utilisés pour justifier notre adhésion et par le viol du référendum de 2005) et à celle d’exiger que la France sorte enfin de ce carcan mortel.

    Finalement, cette “union” ressemble furieusement à l’autre qui s’est effondrée en 1991, la nécrose est la même.

    • Grd-mère Michelle // 10.10.2019 à 17h20

      Un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU signifie qu’un pays est une puissance nucléaire.
      Autrement dit, une “puissance” est reconnue comme telle par les Nations Unies (réunies pour éviter les horreurs de la guerre) selon sa capacité de destruction. On nous parlera de la “force de dissuasion”, mais j’y vois plutôt la force de persuasion de pas s’opposer à sa volonté (généralement invasive, militairement ou commercialement).
      Mais, quand l’ONU a le sursaut de tenter de “sauver la planète”, elle est moquée, ridiculisée, par les partisans de toutes les guéguerres du monde! Logique…

  • Didier // 10.10.2019 à 11h30

    A noter: la discrétion de violette du texte voté sur le franquisme. Il n’est pas mentionné une seule fois. L’écrasement militaire d’une république par un dictateur traîne-sabre, lourdement soutenu par le régime nazi, en plein cœur de l’Europe? Circulez, y’a rien à voir. Il est vrai que le caudillo était, pour sa part, un bon chrétien, ce que n’étaient ni les nazis, ni les communistes: ceci expliquerait-il cela?

    • Marie Colin // 10.10.2019 à 14h48

      Une auteure espagnole : Almudena Grandes, raconte très bien comment Franco a été soutenu dès le départ (même si pas “officiellement”) par les US et Anglais (qui ont également soutenu l’installation des colonels en Grèce et la colonisation de la Palestine – entre autres horreurs !)
      Dommage que son roman sur le sujet de l’évacuation des nazis via l’Espagne : “Les patients du Dr. Garcia” ne soit toujours pas traduit en Français. Mais dans “Inès et la joie” il y a déjà de belles informations…
      Et le fait est que Franco et Salazar n’étaient pas soutenus pour leur “bonne” religiosité, mais pour leur anticommunisme viscéral. Qui rejoignait bien les premières intentions des anglo-saxons depuis les débuts de la “montée” du nazisme.

      De là à penser que les auteurs de ce torchon voté par nos “parlementaires” ne viseraient, en fait, que les communistes…

      • lon // 11.10.2019 à 16h08

        Et le fait est que Franco et Salazar n’étaient pas soutenus pour leur “bonne” religiosité, mais pour leur anticommunisme viscéral.

        Merci de rappeler ce point

      • tepavac // 11.10.2019 à 21h48

        “De là à penser que les auteurs de ce torchon voté par nos “parlementaires” ne viseraient, en fait, que les communistes…”

        Encore un peu de “hauteur” et vous vous apercevrez que ce qui à toujours été visé, ce sont les organisations sociales qui émancipent leur population, par l’éducation, le savoir, la sureté en générale, le respect de l’autre par l’égalité de Droit, bref tout ce les esclavagistes détestent et dont le communisme est l’un des symboles honnis, de même que l’idéologie de la Déclaration des Révolutionnaires qui ont eut le toupet de sacrer les Droits du Citoyen vers les sommets de l’universalisme.
        Mais bon il à fallu 2000 ans pour généraliser l’idée Républicaine, alors deux siècles pour le Citoyen….

  • pascalcs // 10.10.2019 à 11h54

    Prochain sur la liste des européistes: puritains anglais et nord-américains massacreurs des amérindiens? Probablement pas. En attendant, les votants de cet absurdité ont du souci à se faire lorsqu’ils demanderont un visa pour la Chine…

  • Emmanuel Florac // 10.10.2019 à 13h17

    Un bel article du Monde Diplo, qui montre que tout n’est jamais blanc ou noir:
    “Ce qu’ont perdu les Allemandes de l’Est”
    https://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/KERGEL/52925

  • fox23 // 10.10.2019 à 13h56

    Raphaël GLUCKSMANN !!!
    Le conseiller personnel d’un dictateur qui ose jouer le redresseur de torts et il faudrait aimer cette europe qui ne mérite pas de majuscule ?

  • Denis // 10.10.2019 à 14h02

    Les capitalo-fascistes ont repris du poil de la bête!

    Plutôt Hitler que le front populaire …..

    Citation récente d’un membre de l’élite:

    Macron conteste le mot “pénibilité” car… “ça donne le sentiment que le travail serait pénible”

    Les mêmes causes ont les mêmes effets.

    Il y a quelques décennies, on a pu lire:
    “Le travail rend libre”…. quelque part vers l’est.

    Pour les malcomprenants, l’ U E devient limpide:
    une assemblée de corrompus au service du capital et de la
    finance mortifère.

    • Jeremia // 10.10.2019 à 15h13

      En effet, Macron devrait revoir son étymologie:

      Travail < Tripalium: instrument de torture
      Labeur < Labor: effort fatiguant, situation pénible

      Mais pour Macron il faudrait dire, au lieu de travailler, comme dans le sketch de Fernand Raynaud, qu'on "s'amuse"!

  • xavier37 // 10.10.2019 à 19h04

    Tous ces députés bien pensants ont peut être (soyons généreux) cru voter pour la paix du continent. Ça c’est la main droite.
    Et puis demain, il vont voter l’approfondissement de la concurrence libre et non faussée, des accords commerciaux, des démantèlements des services publics, pour la guerre économique entre les peuples et les classes sociales. Ça c’est la main gauche (enfin droite, enfin….). Ils ont 2 mains de droite?
    Et pour la prochaine commission en 2025, un commissaire à l’Histoire Vraie, ça ferait classe. Et on nommerait un anglais en hommage à Orwell, inventeur du Ministère de la Vérité, en attendant le Brexit.

  • Michel Le Rouméliote // 10.10.2019 à 19h49

    L’histoire ravalée au rang d’un texte juridique. Toute l’UE est là ! Et ces deux articles : ” considérant que l’intégration européenne a constitué, dès l’origine, une réponse aux souffrances causées par les deux guerres mondiales et la tyrannie nazie qui a conduit à l’Holocauste, ainsi qu’à l’expansion des régimes communistes totalitaires et non démocratiques en Europe centrale et orientale, et que cette intégration a permis de surmonter de profondes divisions et de vives hostilités grâce à la coopération et à l’intégration, de mettre un terme à la guerre et de garantir la démocratie en Europe” et “14. fait observer qu’en adhérant à l’Union européenne et à l’OTAN, les pays d’Europe centrale et orientale ont non seulement pu retourner dans le giron de l’Europe libre et démocratique, mais ont aussi réussi, avec l’aide de l’Union euro, à mettre en œuvre des réformes et à entrer dans une dynamique de développement socio-économique; souligne toutefois que la possibilité d’adhérer à l’Union devrait demeurer ouverte à d’autres pays européens, comme le dispose l’article 49 du traité sur l’Union européenne;”
    On atteint les sommets du mensonge ! L’UE est une dictature. Point.

  • lon // 11.10.2019 à 16h07

    Et dire que ces gens sont payés près de 9.000 euros par mois pour pondre des résolutions , la plupart sont incapables d’aligner 3 mots dans une langue étrangère, et moi je galère tous les mois en 4 langues pour payer mes impôts et la TVA

  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 13.10.2019 à 07h59

    Pour économiser du travail rédactionnel à Bruxelles, je suggère qu’on y reprenne simplement le texte des décrets Sérol (Sérol, ministre socialiste de la promotion 1936 front populaire) de la période Daladier -Reynaud, qui ont rendu le parti communiste illégal et prévu la peine de mort pour propagande bolchévique. Pour la traduction allemande, le travail est tout fait. Pour l’annonce dans les journaux, on pourra reprendre le titre du “Matin” au lendemain du 22 juin 1941 : “En avant, pour l’Europe, contre le bolchévisme”.

  • Jacques // 13.10.2019 à 10h50

    Avant la lecture de cet excellent article, j’étais bien décidé à faire du mieux que je pourrais pour battre et contrebattre les “socialistes”… Je ne puis être que renforcé dans mes convictions. Il y a des ignominies qu’il est décidément impossible de pardonner !

  • Cilia Jeannine // 16.10.2019 à 18h57

    Bravo Jacques toujours aussi formidable, j’ai eu un grand plaisir de te lire, hélas comme tu as raison, mais des journalistes dans ton genre deviennent une denrée rare. Grosses bises et continue.

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications