Les Crises Les Crises
18.octobre.202118.10.2021 // Les Crises

L’OTAN après l’Afghanistan et l’Australie : la France déclassée ?

Merci 17
J'envoie

Cette semaine dans La Source, Alain Juillet revient sur la place de la France au sein de l’OTAN.

Source : Russia Today France, Youtube

Revenant d’abord sur l’historique de l’Alliance depuis la fin des années 1990, l’ancien haut responsable rappelle son implication lors de plusieurs conflits puis démontre comment les enjeux géopolitiques ont largement évolué depuis. Décryptant les récents événements – le départ des troupes américaines et occidentales d’Afghanistan et l’affaire des sous-marins australiens –, Alain Juillet affirme qu’«un pays comme la France ou l’Allemagne peut se poser des questions sur la vision américaine de l’Organisation». Selon lui il faut se demander : «Les pays européens sont-ils perçus comme des pourvoyeurs de troupes de supplétifs au service des Etats-Unis ou bien des alliés et partenaires ?».

Source : Russia Today France, Youtube, 29-09-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

James Whitney // 18.10.2021 à 08h53

C’est Edgar Morin qui a dit « Le temps est venu de changer de civilisation. »

Oui, et la France peut commencer par une sortie de l’OTAN.

12 réactions et commentaires

  • James Whitney // 18.10.2021 à 08h53

    C’est Edgar Morin qui a dit « Le temps est venu de changer de civilisation. »

    Oui, et la France peut commencer par une sortie de l’OTAN.

      +16

    Alerter
    • LibEgaFra // 18.10.2021 à 11h33

      Ceux qui le veulent, sortir de l’otan (= organisation terroriste d’agression des nations), ne recueillent qu’une poignée de dixième de %. Vœu pieux.

        +7

      Alerter
  • JPR // 18.10.2021 à 08h54

    La plus grande erreur stratégique de l’histoire du dernier siècle est de n’avoir tirer absolument aucune conséquence de la « chute du mur »…aveuglement coupable aux conséquences cataclysmiques pour l’Europe d’abord!

      +6

    Alerter
  • Vladimir // 18.10.2021 à 10h35

    Il y aura des changements… mais pas avant 2019 selon certains analystes russes. Il faudra que je fasse du régime pour voir ça!

      +0

    Alerter
    • JPR // 18.10.2021 à 10h42

      …2019 ???? 2029 plutôt ? Analyse qui date de?

        +0

      Alerter
  • LibEgaFra // 18.10.2021 à 11h44

    «Les pays européens sont-ils perçus comme des pourvoyeurs de troupes de supplétifs au service des Etats-Unis ou bien des alliés et partenaires ?».

    Ils sont perçus comme des concurrents potentiels qu’il faut maintenir en état de vassalité, bons à servir de terrain de guerre et à reconstruire le cas échéant. Le scénario a déjà servi.

    Juillet fait partie du système et ses analyses ne cassent pas trois pattes à un canard. La décision d’agresser l’Afghanistan a été prise avant le 911. Il faut plus d’un mois pour organiser la logistique.

      +10

    Alerter
    • UnKnown // 18.10.2021 à 15h46

      Complètement faux. La décision d’attaquer l’afghanistan a été réalisée dans la précipitation, en témoigne la faiblesse des effectifs déployés au sol par les USA (la plus grosse Américaine. Le gros de l’effort de guerre américain lors de cette phase initiale a été réalisé par l’USAF, avec présence de forces spéciales et de JTAC/unités de liaisons pour coordonner les frappes. La logistique a été minimale, et le volume de frappes relativement restreint.
      Même pas un échauffement, quand on compare à l’horreur qu’a du subir le peuple Irakien lors de Desert Storm (et ne parlons même pas de la période Drone sous Obama)

        +7

      Alerter
    • Grd-mère Michelle // 23.10.2021 à 15h54

      Il me semble que les pays européens(de l’UE) sont surtout perçus, autant par la Chine que par les USA, comme le plus grand Marché au monde (en termes de pouvoir d’achat), où « distribuer » tous leurs produits de merde (sans oublier les profits que génère le TRANSPORT des marchandises) qui affaiblissent, physiquement et mentalement, les populations et les prédisposent à se ranger derrière leurs « dirigeants » activement corrompus par ces « grandes puissances ».
      En ce sens, il n’y a guère d’intérêt à les transformer en « terrain de guerre »…
      Après avoir provoqué, et en continuant à le faire, une profonde division entre l’Europe de l’ouest et l’Europe de l’Est (qui osait une expérience de mise en commun des « biens » inédite), les USA tentent de juguler une tendance intellectuelle de décroissance économique et technologique, donc énergétique, particulièrement manifeste, dès les années 50, sur le « vieux continent » suite à l’analyse des 2 guerres mondiales, désormais motivée par la conscience croissante des dangers que les déséquilibres environnementaux et sociaux font courir aux populations du monde entier.
      Alors qu’une alliance entre l’Ouest et l’Est de l’Europe (torpillée par « l’alliance atlantique ») aurait pu offrir au continent la possibilité de poser les bases d’une autonomie de production et de consommation pacifique et raisonnable…

        +0

      Alerter
      • Grd-mère Michelle // 23.10.2021 à 16h02

        Suite: Tous ces bruits de bottes nous font oublier l’essentiel, auquel nous devrions consacrer toutes nos forces: que la terre se désertifie et que les besoins en eau et en alimentation de l’humanité risquent de ne plus être comblés.
        À moins que nous acceptions que les questions de surpopulation (de certaines régions) soient réglées par la destruction des 3/4 des êtres vivants?
        Comme nous avons dû accepter, désolé-e-s et contrit-e-s, que la « pandémie » tue les plus âgées des vieilles personnes, nos chers papas et mamans, forcément improductives…?

          +0

        Alerter
  • Vercoquin // 18.10.2021 à 15h14

    En 1992, Georges Bush (père) a dit « Nous avons gagné la guerre ! (froide) Donc nos avons tous les droits contre la Russie. »
    Georges Bush (fils) a dit après le 9/11 : « Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous. »
    En 2003, la France (indépendante) a choisi de ne pas se joindre à l’alliance pour attaquer l’Irak. Conséquences: une campagne de propagande jamais vue contre la France de la part de tous les secteurs de la communauté étazunienne, des sanctions économiques et diplomatiques, c’était la merde. La France n’a pas le droit de ne pas faire la guerre pour les étazunis.
    En 2009 Sarko réintègre l’OTAN. Probablement dans l’espoir de subir moins de sanctions de la part de notre grand ami.
    2014: Interdiction de vendre deux frégates aux russes qui viennent d’empêcher les étazunis de s’emparer de Sébastopol (unique port de la marine russe ayant accès à la méditerranée).
    2021: Interdiction de vendre des sous-marins aux australiens, 57 milliards d’€ …
    Les dirigeants français ne savent pas sur quel pied danser. Incapables d’avoir une politique diplomatique cohérente et ferme.
    Qui paye ? Toujours les mêmes.

      +14

    Alerter
  • antoniob // 20.10.2021 à 03h24

    Juillet me semble-t’il présente comme une suite d’enchaînement à chaque étape planifiée, les étapes des guerres impériales américaines, alors que le champ de vision américain est typiquement plus court. Par exemple le plan de renversement de la Syrie n’a marché qu’en partie, les américains contrôlent le Kurdistan et pose un obstacle topologique à l’axe Syrie-Iran, mais n’ont pas réussi à basculer la Syrie comme prévu.
    Avant cela l’expansion en Afghanistan n’aurait peut-être pas eu lieu de la même manière sans l’attentat de New York comme prétexte, et la guerre en Irak n’a pas non plus donné tous les résultats escomptés.
    Juillet semble croire que la manoeuvre récente à Gèneve pout acheter la Russie serait fonctionnelle, alors qu’un russe ne fairait jamais un accord réel donnant-donnant avec un américain, sachant que leurs accords sont des moyens d’endormir pour mieux attaquer, ou sont révoqués sans crier gare. Pour le North Stream 2 il est probable que l’Allemagne ait simplement tenu tête au chantage américain car elle a besoin de gaz en quantité pour sa réorientation énergétique et sait très bien que le gaz de roche américain n’est pas viable à terme ni aussi sécure qu’un tuyau russo-allemand sous la Baltique. Les Etats-Unis ont besoin de l’Allemagne en Europe, si celle-ci se détourne ils se retrouvent le bec dans l’eau, et ont donc pu faire un compromis comme pis allé.

      +1

    Alerter
    • daniel // 20.10.2021 à 20h02

      La rencontre Merkel-Biden a été un échange de bons procédés:

      -Les USA abandonnent leur politique anti-NS2. Gain pour l’Allemagne et l’Europe.
      -Les USA « vendent » (abandonne) l’Ukraine à l’Allemagne et à l’Europe. Coût prévu pour l’Europe: 6 à 7 milliards d’Euro annuels. Cerise sur le gateau: l’Ukraine mutera en faveur de l’Energie Verte sous direction bruxelloise. C’est-à-dire que Bruxelles subventionnera l’Allemagne pour équiper l’Ukraine en éoliennes.
      D’autres conditions-obligations sont posées à la Russie, par exemple un transit minimal de gaz russe à travers l’Ukraine. Gain pour l’Ukraine: 3 milliards de dollar, payés naturellement par la Russie. Elle n’a pas été consultée. L’Ukraine, qui n’est pas d’accord, non plus.

      Du vent, des rêves humides sur sable mouvant, sauf pour l’Allemagne.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications