Source : Le Parisien, Aubin Laratte, 27-06-2017

«Challenges» publie dans son numéro de jeudi son nouveau classement des 500 Français les plus riches. Leur fortune a été multipliée par sept en vingt ans. Celle des 10 plus riches l’a été par 12.

En 22 ans de classement «Challenges», le produit intérieur brut (PIB) français a à peine doublé, passant de 1259 milliards d’euros en 1996 à 2222 en 2017. Dans le même temps, la fortune des 500 personnes les plus riches de France du classement Challenges a été multipliée par sept, passant de 80 à 571 milliards d’euros de 1996 à 2017. La fortune cumulée des 10 Français les plus riches a été multipliée par 12.

«Le nombre de milliardaires en France est passé d’une dizaine au début de notre classement, en 1996, à maintenant plus de 90», expose au «Parisien» Eric Tréguier, journaliste de «Challenges» qui consacre trois mois chaque année au classement des 500 Français les plus fortunés. Depuis le premier classement, la fortune de Serge Dassault a été multipliée par 20, celle de Bernard Arnault (propriétaire du «Parisien»-«Aujourd’hui en France») – qui reprend la première place à l’héritière de L’Oréal Liliane Bettencourt – et de la famille Hermès par 17. La famille d’industriels Wertheimer a vu sa fortune multipliée par 12. «Certains sont rentrés récemment dans le tableau, explique Eric Tréguier. Patrick Drahi est arrivé dans le classement en 2008, Xavier Niel en 2002 et les Werthmeimer en 2001.»

Bernard Arnault est à la tête d’une fortune de 46,9 milliards d’euros, devant Liliane Bettencourt et la famille Meyer, propriétaires du groupe L’Oréal (fortune de 35,8 milliards d’euros). En troisième position, Axel Dumas et sa famille, à la tête du groupe Hermès, jouissent d’une fortune de 30,85 milliards d’euros.

Source: Classement Challenges

Cette progression est surtout due au cours de la bourse. L’action du groupe de luxe LVMH, propriété de Bernard Arnault, a ainsi pris 56 % en un an. La famille Hermès et Axel Dumas bénéficient eux aussi de la hausse de 36 % sur un an de l’action d’Hermès. «Ce n’est que de la monnaie virtuelle, nuance Eric Tréguier. Si demain la bourse dégringole, la fortune de Bernard Arnault dégringolera aussi.» Entre 2007 et 2008, la fortune du patron de LVMH était passée de 23 à 17 milliards d’euros à cause du krach boursier.
En 2017, la fortune cumulée des Français les plus riches représente 25,7 % du PIB français. Elle ne représentait que 6,4 % du PIB en 1996.

Source: Classement Challenges

Autre constat de ce nouveau classement : les riches sont de plus en plus riches. Il suffisait d’avoir 14 millions d’euros en 1996 pour entrer dans le classement des 500 Français les plus fortunés. Un chiffre qui a augmenté au fil des années pour atteindre, cette année, 130 millions d’euros.

Source: Classement Challenges

Source : Le Parisien, Aubin Laratte, 27-06-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

87 réponses à La fortune des 500 Français les plus riches multipliée par sept en 20 ans, par Aubin Laratte

Commentaires recommandés

isidor ducasse Le 27 septembre 2017 à 07h41

C’est incroyable comme certaines personnes trouvent cela normal, ce décallage inouï entre quelques un qui ont trop et beaucoup d’autres qui n’ont rien. Le plus démentiel c’est que c’est même personnes, qui elles ont peu, plutôt que de s’en prendre à ceux qui ont tout, s’en prennent à ceux qui n’ont rien en les accusant de profiter du systéme. Mais qui profite du systéme ?
Tout comme “Dieu se rit des gens qui pleurent les effets dont ils chérissent les causes”, et comme la nature de l’homme est celle d’un prédateur, et bien ceux qui n’ont rien s’en prennent à ceux qui ont peu, pendant que ceux qui ont tout vivent tranquillement dans leur quartier sécurisé. Ainsi se développe la criminalité comme au Brésil, ou même aux USA.

  1. caliban Le 27 septembre 2017 à 05h59
    Afficher/Masquer

    Pour une explication du phénomène (autre que psychologisante sur la cupidité de l’homme), je crois qu’il faut évoquer la monnaie. Pas toujours facile de faire le lien, et s’agissant de mon cas personnel, je me suis souvent demandé si
    • M. Todd (par exemple), qui ne cesse depuis des années de vilipender l’union monétaire, ne faisait pas une fixation sur le sujet
    • de même si M. Delamarche n’était pas dans l’excès vis à vis de la politique des banques centrales

    … et puis je suis récemment tombé sur cette émission avec M. Gave, https://www.youtube.com/watch?v=TddN33CbAYE. Je crois qu’il explique bien le lien entre montée des inégalités et monnaie.


    • Moi , BHL , intello Le 27 septembre 2017 à 09h21
      Afficher/Masquer

      C’est bien entendu totalement FAUX ,la planche a billet ne s’est développée que ces 5 dernières années !
      A cause de l’impasse économique !
      Ce message est une réponse au grand économiste Fabrice ,il n’est pas a la bonne place .


      • Fabrice Le 27 septembre 2017 à 11h53
        Afficher/Masquer

        BHL pas de qualificatif on est entre libre commentateur je n’ai jamais parlé de ces 5 dernières années vous noterez….


      • nicolas Le 27 septembre 2017 à 15h56
        Afficher/Masquer

        FAUX !
        La planche à billet ou QE en langage poli a commencé dans les pays développés à partir de 2001 et c’est le Japon qui a tiré le premier.
        Pour l’Europe cela a débuté en 2009 donc il y a 8 ans déjà … Et non 5 comme vous le dites.
        N’en doutez pas qu’ils viennent du Japon , de l’Europe ou d’ailleurs les QE ont des conséquences dans tous les pays car nous sommes dans un contexte de mondialisation.
        Le graphique est pertinent car il part avant 2000 là où les problèmes de répartition de richesse ont vraiment commencés.
        La bourse soutenue artificiellement par les QE est le lieu où se passe la plus grande concentration de richesse / spoliation des peuples jamais vue de toute l’histoire.
        Avec elle son lot de déséquilibres en tout genre au sein des pays , entres pays , et entre régions du monde.
        La richesse n’a jamais été aussi mal répartie de toute l’histoire des hommes.


      • caliban Le 27 septembre 2017 à 19h01
        Afficher/Masquer

        @Nicolas

        Je suis bien entendu totalement d’accord avec votre précision de la chronologie.

        L’inégalité de la répartition des richesses est vieille comme le monde et a trouvé dans l’histoire bien des justifications (la naissance, le mérite, …) mais c’est bien depuis le début de notre millénaire qu’elle s’est creusée comme jamais. Du fait de la politique monétaire dirigiste des banques centrales : si on en croit Charles Gave et d’autres économistes (pas tous libéraux orthodoxes d’ailleurs) cette politique est conçue pour, en toutes circonstances, profiter aux riches et nuire au reste de la population.


        • patrick Le 27 septembre 2017 à 20h21
          Afficher/Masquer

          Cette politique ( QE , taux d’intérêt négatifs ) est surtout mise en oeuvre pour essayer de faire tenir le château de cartes financier.
          Pas sur que ça puisse tenir bien longtemps et c’est autrement plus préoccupant que la fortune des 500 plus riches.


        • caliban Le 27 septembre 2017 à 21h18
          Afficher/Masquer

          @Patrick

          En vérité je me soucie assez peu de la fortune des 500 plus riches que je n’ai pas l’heur de connaître.

          C’est plutôt le sort des victimes collatérales de ce système qui doit nous préoccuper, c’est à dire la population qui peuple la planète que nous sommes en train de saloper.

          Et je pense qu’il n’est pas possible que les populations se soucient de l’Avenir et de l’Environnement (le leur et celui de leurs enfants) s’ils sont plongés dans la misère, la tête ployée par le joug de ce capitalisme financier totalement injuste.

          Désolé d’avoir enfoncé une porte déjà grande ouverte 😉


    • fanfan Le 27 septembre 2017 à 20h48
      Afficher/Masquer

      ET POURQUOI LES FRANÇAIS IGNORENT ENCORE QUE LE FONDATEUR DE L’ORÉAL FUT UN « AGENT DE L’ENNEMI »

      http://historiographie.info/lorealkol.pdf


      • Alfred Le 27 septembre 2017 à 21h36
        Afficher/Masquer

        C’est ce que les gens ont du mal à comprendre. On blanchit l’argent à la main à travers les parfais fiscaux mais on le blanchit à la machine à travers l’héritage. Les héritiers richissimes ne subissent pas l’opprobre que méritait les actions nuisibles de premiers de lignée (rarement des enfants de coeur et rarement des honnêtes). Par contre il profitent de la fortune en tout bien tout honneur.


  2. DUGUESCLIN Le 27 septembre 2017 à 06h12
    Afficher/Masquer

    La monnaie qui est censée permettre des échanges a été dévoyée de cette fonction première pour devenir un moyen d’enrichissement. Telle une industrie qui rapporte gros. Il y a, en quelque sorte, des grandes industries, alimentaires, pharmaceutique, de l’armement, de l’automobile etc.. et la grande industrie monétaire qui permet de produire…. de l’argent pour ceux qui en sont les industriels.


  3. Fabrice Le 27 septembre 2017 à 06h42
    Afficher/Masquer

    Le résultat de la planche à billet des banques centrales qui permet d’emprunter de l’argent à taux négatifs pour acheter des actifs les faire gonfler artificiellement au passage prendre des dividendes même si cela met en danger ces actifs puis revendre sans avoir réellement investi dans ces actifs.

    Et encore on ne parle même pas du shadow banking auquel ils ont accès ! Ah Olivier un petit billet économique Olivier de temps en temps même les anciens pour nous rafraîchir la mémoire ou pour les nouveaux😉


  4. isidor ducasse Le 27 septembre 2017 à 07h41
    Afficher/Masquer

    C’est incroyable comme certaines personnes trouvent cela normal, ce décallage inouï entre quelques un qui ont trop et beaucoup d’autres qui n’ont rien. Le plus démentiel c’est que c’est même personnes, qui elles ont peu, plutôt que de s’en prendre à ceux qui ont tout, s’en prennent à ceux qui n’ont rien en les accusant de profiter du systéme. Mais qui profite du systéme ?
    Tout comme “Dieu se rit des gens qui pleurent les effets dont ils chérissent les causes”, et comme la nature de l’homme est celle d’un prédateur, et bien ceux qui n’ont rien s’en prennent à ceux qui ont peu, pendant que ceux qui ont tout vivent tranquillement dans leur quartier sécurisé. Ainsi se développe la criminalité comme au Brésil, ou même aux USA.


  5. Perso Le 27 septembre 2017 à 08h21
    Afficher/Masquer

    Ou l’on remarquera quand meme que ces jolis tableaux décollent allegrement a partir de la mandature socialiste de F. Hollande. On savait effectivement la gauche socialiste proche du peuple et ennemi déclaré de la haute finance.


    • Ellilou Le 27 septembre 2017 à 08h59
      Afficher/Masquer

      “Gauche socialiste”…hum,hum….ne serait-ce pas le plus bel oxymore de cette matinée automnale?


  6. Hgoerg Le 27 septembre 2017 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Pour caricaturer, on est dans un système où les entités ayant accumulé beaucoup de capital s’achètent beaucoup d’influence. Presse, politique, entreprises. Consolident des empires et verrouillent des marchés avec des réglementations et des lois pour rendre la concurrence plus difficile. Ce qui rends l’accumulation encore plus facile et fait un effet boule de neige. Conséquence naturelle de capitalisme avec un pouvoir politique faible et une justice faible. Il y a d’évidence une volonté populaire forte pour un système plus liberal au sens classique. Par exemple avoir le droit d’utiliser ses propres semances non stérilisées, mais beaucoup de freins qui viennent d’en haut. Est ce qu’il existe une solution à ce problème ? Probablement pas avant d’entrer en situation de crise. Pour contrebalancer, il faudrait déjà des politiques favorisant le local sur le global mais bizarrement, l’offre politique prônant cela est systématiquement d’extrême quelque-chose et anti libérale, cad socialiste, ce qui est contradictoire. Mais dans ce pays, tous les partis sont plus ou moins socialistes.


    • Jean Le 27 septembre 2017 à 09h20
      Afficher/Masquer

      Autant j’adhère à la première partie de votre raisonnement autant la seconde me laisse dubitatif. Les pouvoirs politiques corrompus soutiennent l’enrichissement des 1% au détriment de tous les autres et la logique de parti gauche/droite n’est plus qu’un attrape gogos. Une politique économique de gauche prend de l’argent aux riches pour le donner aux pauvres alors qu’une politique économique de droite fait le contraire et la plus récente expérience politique d’inspiration socialiste remonte, selon moi, au front populaire de 1936.


      • Pinouille Le 27 septembre 2017 à 11h36
        Afficher/Masquer

        Je me fais l’avocat du diable.
        Un pouvoir politique (de droite ou de gauche) n’a pas besoin d’être corrompu pour faire les constats qui s’imposent:
        – 10 000 millionnaires quittent la France chaque année
        – les marges des entreprises françaises sont inférieures à celles de leurs concurrentes étrangères –> moins de perspectives d’investissement (donc d’emploi) et donc affaiblissement progressif
        – les pauvres n’investissent pas et consomment pas cher (donc des produits importés)
        – etc
        Les arguments qui incitent les gouvernements à faire des cadeaux aux riches ne manquent pas. Il convient donc de les analyser froidement.


        • ddkfk Le 27 septembre 2017 à 15h52
          Afficher/Masquer

          Les pauvres consomment des produits importés car on les a poussé.

          Cest pour ca qu’ils sont devenus pauvre.

          Ceci est du aux accord de libre échange asymétrique.

          Et dans peu de temps quand les conséquences du CETA se feront sentir on dira “c’est comme ça ”

          Non c’est pas comme ça ! Il s’agit d’une politique voulue et qui n’a oas toujours ete (à commence dans les années 70).


        • subotai Le 28 septembre 2017 à 00h05
          Afficher/Masquer

          **– 10 000 millionnaires quittent la France chaque année**
          ******
          Pourquoi?
          Parce qu’ils n’arrive pas à augmenter suffisamment (à leur yeux) leur richesse existante.
          Ce qu’ils ne comprennent pas que l’augmentation de leur richesse a des limites, puisque ceux qui sont censés y contribuer sont de plus en plus pauvre.
          Ils ne savent pas que tout citron pressé finit toujours par ne plus donner de jus.


          • TeoNeo Le 28 septembre 2017 à 11h58
            Afficher/Masquer

            Et encore nous ne savons pas combien d’entre eux reviennent ni combien de millionnaires viennent en France. C’est pour cela que je me mefie de ce genre de chiffres.

            A propos des millionnaires qui seraient indispensables à l’investissement, deja il ne faudrait pas compter les investissements inutiles au pays (ceux qui n’augmentent pas la FBCF) et ne pas negliger la classe moyenne. De toutes façons je pense que l’argent n’est pas un probleme, si il y’a une croissance amorcée les investissements arriveront automatiquement, l’argent sera transferé de la “pierre”, ou cet argent est pléthorique, vers la production.


        • bili Le 28 septembre 2017 à 07h08
          Afficher/Masquer

          Votre commentaire permet de repdre aux arguments trop entendus ds les medias et de remettre les choses en place :
          10 000 millionnaire quite … : prenons l exemple des USA et d imposer les contribuables partout dans le monde , comme si il etaient en france en deduisant bien sûr l impots du pays ou il s ecpatrie.

          Marge moindre pour les entreprises française: contre vérité, cette année à été une année record pour les distributions de dividende du cac 40 , les grandes entreprises apres investissement, utilisent leur marge pour racheter leur action ou distribuer des dividendes… il ons du gras mais jamais assez.
          sans compter qu un système d imposition des marges caché à l étranger, type amaeone google est facile à mettre en place avec de la volonté.

          Pour les produits importés: il sufit judte de promouvoir le made in France, d arrêter de brader nos floron industriel , et taxer les pays les produit qui benefici de duping sociale ou fiscale

          Analysons les chose froidement et avec intelligence, ne nous ne faisons pas berner par la propagande liberal de bfm les echo …


      • Haricophile Le 27 septembre 2017 à 12h35
        Afficher/Masquer

        Ça serait oublier le magnifique travail de solidarité du Conseil de la Résistance a qui l’on doit tant. C’est d’ailleurs les acquis solidaires de ces deux périodes que Gattaz-Macron se sont juré de détruire. En commençant par utiliser la Novlang en remplaçant systématiquement “solidarité” par “assistanat”, le second terme permettant de piocher dans les caisses qui contiennent NOTRE argent.


      • hgoerg Le 27 septembre 2017 à 17h49
        Afficher/Masquer

        Je rêve de rentrer en France, mais cela implique de diviser mon salaire par 3 et de mettre mes enfants dans des écoles qui sont devenus des garderies. La faute aux prélèvements obligatoires hallucinants et à l’égalitarisme qui provoque le nivellement par le bas. Donc si je veux pas passer ma vie dans une cage de 40m2 avec plusieurs enfants, sans héritage rester en Tance eut été un fort mauvais choix. Je suis totalement d’accord que nous sommes dans un modèle économique qui favorise les ultra riches et que c’est à un point ou c’est clairement anti-économique. Mais sous prétexte de les punir, on détruit les classes moyennes, alors qu’ils sont intouchables. Petit montage fiscal ou déménagement et ils s’arrangent pour ne pas payer d’impôts. Pour résumer, le top 1% est intouchable et à tendance à s’éloigner, les 20% suivants sont tondus pour financer le socialisme français délirant et disparaissent petit à petit, le reste ne tire évidemment aucun bénéfice long terme. Sous prétexte de justice sociale, on défie les lois des relations humaines et les choses ne font qu’empirer. Vous pouvez penser ce que vous voulez mais au moins je consomme pas la nourriture de super marché mais je me nourris du travail de gens qui font leur métier de façon décente et qui gagnent de l’argent en le faisant bien.


        • Fabrice Le 27 septembre 2017 à 20h58
          Afficher/Masquer

          Oui c’est un choix mais combien vous coûte ce qui vous est fourni pour le moment en France ? Combien vous reste-t-il une fois payé ces frais qu’elle partie de votre revenu vous devez dépenser en cas de problème de santé, pour votre retraite, la garderie des enfants … voir juste le salaire au moment de la paye est parfois illusoire ou équivalent.

          C’est tjrs à étudier au final pour faire une comparaison honnête et réaliste, personnellement je suis célibataire même si je peste sur ce que paye, j’estime que l’individualisme forcené n’est pas viable pour nous.


          • hgoerg Le 28 septembre 2017 à 10h07
            Afficher/Masquer

            Qu’est-ce qui m’est fourni en France ? Je fais pas parti des clubs de fournitures gratuites alors je ne sais pas trop. En france la question c’est plutôt qu’est-ce que je fourni et à qui. Je fais pas parti des bourgeois dans les HLM parisiens grand luxe. C’est sûr que j’ai de la chance et que si je faisais un emploi non qualifié je serais sans doute mieux servi en France. L’individualisme forcené, ce n’es pas une solution, le concept c’est plutôt de faire des choses pragmatiques qui bénéficient à tout le monde plutôt que de punir les 99% pour qu’il y ai moins de différence dans ce groupe. (A l’exclusion des 1% évidement)


  7. bili Le 27 septembre 2017 à 08h47
    Afficher/Masquer

    Ce que sa montre , et qui est vraie depuis un moment, c est que le travail ne paye plus. Aujourd’hui pour gagner de l argent vaut mieux être rentier du capital (action,dividende, immobilier…)
    Et au même moment le gouvernement fait les poches des modestes qui gagne si peux de la sueur de leur front en leur sucrant 5 euros d apl…


    • basile Le 27 septembre 2017 à 09h17
      Afficher/Masquer

      « le travail ne paye plus. Vaut mieux être rentier du capital (action,dividende »

      Vous oubliez un autre secteur très rentable pour peu de fatigue : le commerce. Revendre ce que les ouvriers fabriquent péniblement en usine

      Il suffit d’avoir une boutique, ou un site internet. Et attendre assis le pigeon. Un produit se vend mal, pas grave, on l’a payé une bouchée de pain. Le bénéfice est réalisé en quelques ventes


      • basile Le 27 septembre 2017 à 09h41
        Afficher/Masquer

        exemple lu dans un bulletin municipal du 93.

        Un prof de commerce en Lycée professionnel, je cite : « Ils apprendrons plus en créant leur entreprise qu’avec un cours ». Leur entreprise ? Com’industry.

        Bizarre comme nom, car il n’y a rien d’industriel là-dedans. Bref, ils vendront ce que d’autres produisent

        Ce sera une mini entreprise qui commercialise des tasses, des sacs floqués de messages contre la discrimination (comme c’est mignon). Un exemple : sur des tasses achetées en Chine, écrire un petit message en novlangue, genre : « mon identité est plurielle ». (sic).

        et vendre le truc fabriqué par des enfants chinois avec un bon bénéfice

        Les élèves se lancent alors dans les achats. Problème, ils n’ont pas d’argent ! C’est ballot !
        Ils décident alors de lancer une levée de fonds par le crowd-funding


    • Haricophile Le 27 septembre 2017 à 12h39
      Afficher/Masquer

      Il vaut mieux être rentier du capital… a condition de jouer dans la cour des grands, les petits “rentiers” genre les Anglais avec leur retraite par capitalisation se font encore plus baiser que les salariés !


    • bili Le 27 septembre 2017 à 21h43
      Afficher/Masquer

      “Quand on pense que la réforme de l’ISF va faire gagner à Bernard Arnault l’équivalent d’une fois et demie le montant des économies réalisées grâce à la baisse de 5 euros des APL”


  8. Toff de Aix Le 27 septembre 2017 à 09h07
    Afficher/Masquer

    Et on attend toujours les miettes qui sont censées “ruisseller” du haut vers le bas, sur la piétaille que nous sommes.


    • Haricophile Le 27 septembre 2017 à 12h49
      Afficher/Masquer

      La théorie du ruissellement c’est plus tu bois, plus il y a de pinard dans la bouteille. Pour avoir fréquenté beaucoup de comptoirs je peux dire que ça n’est jamais arrivé depuis le paléolithique. par définition, + != – même en physique quantique.


      • patrick Le 27 septembre 2017 à 15h37
        Afficher/Masquer

        non , c’est; ” plus tu bois , plus tu en renverses dans le verre des autres. ”
        et des mecs qui ont trop bu et qui paient des tournées on en voit 🙂

        ça marche plus ou moins , à condition que l’offre soit là ( si j’ai du pognon je ne vais pas rouler en Renault , donc j’achète étranger ) ou qu’il soit rentable d’investir dans une autre activité ( donc que l’état ou les collectivités ne m’emm… pas )


        • nicolas Le 27 septembre 2017 à 16h06
          Afficher/Masquer

          Vu les sommes qui s’évaporent dans les paradis fiscaux , et autres montages financiers en tout genre , la théorie du ruissellement c’est juste un mensonge …
          Regardez par exemple le cash qui détient la société Apple : 250 milliards de dollars …
          C’est planqué dans des comptes bien à l’abris et ça ne ruisselle nulle part.
          Si on prend notre cas en France pour considérer un niveau plus petit , l’instabilité fiscale , la peur de la précarité , font que les gens épargnent dès qu’ils le peuvent donc non là encore aucun ruissellement nulle part.
          Et ceci n’est pas que l’apanage de la France d’ailleurs.
          Pour un milliardaire qui émerge dans notre monde , il faut x pauvres en face.
          Le gâteau n’est pas extensible donc la théorie du ruissellement n’est qu’une farce pour qu’on accepte de se faire spolier surtout …


          • patrick Le 27 septembre 2017 à 16h58
            Afficher/Masquer

            le gâteau est bien extensible , la richesse ça se crée.
            Le cash planqué par Apple va forcément revenir sinon il ne sert à rien , en faisant un joli montage , en général via un prêt bancaire, et il sera investi dans de nouveaux développements.


            • nicolas Le 27 septembre 2017 à 18h21
              Afficher/Masquer

              Oui oui …
              Dans l’Iphone 12 …
              Et la richesse ça se crée mais ça se heurte au mur du réel.
              Le mur du réel = l’écologie , la robotisation qui est en train de créer des millions de précaires et de sans emplois.
              Vous pensez comme un vieux dépassé mon pauvre.
              Le problème n’est pas la richesse , mais comment les populations en retirent leur juste part.
              Le problème est aussi que dans un tel modèle consumériste nous courrons à notre perte et ça s’est largement étayé aujourd’hui.
              Vous pensez pas que tous ces problèmes et d’autres sont justements liés à ce modèle qui est déjà mort et qui est soutenu artificiellement depuis des années ? Hein dès fois .. ?
              Vous avez 30 trains de retards et n ‘en doutez pas le cash d’Apple ne profitera qu’à une poignée et non à tous.
              Allez donc en parler aux employés ( esclaves ) de chez Foxxconn par exemple.


            • patrick Le 27 septembre 2017 à 20h35
              Afficher/Masquer

              La richesse ça se crée, ça fait milliers d’années que nous créons des richesses et ce n’est pas fini ( d’accord, ce n’est pas forcément en créant un Apple 12. )
              Ecologie : pas incompatible avec le création de richesses
              Robotisation : va se heurter au mur de la dette ( les robots ça nécessite beaucoup de capital ou beaucoup de dettes ) et de l’énergie.

              Je suis bien d’accord pour dire que le modèle consumériste connaît ses derniers développement ( là aussi : mur de la dette et de l’énergie ) et qu’il faut commencer à se préparer .. avec un peu de capital pour investir dans l’avenir.


        • patrick Le 27 septembre 2017 à 16h22
          Afficher/Masquer

          tiens un exemple de ruissellement.
          Pinault voulait claquer 1 milliard d’euros en France pour faire un Musée d’art contemporain ( perso j’aime pas mais c’était quand même un sacré projet )
          Il a essayé pendant plusieurs années et fait plusieurs projets
          http://www.liberation.fr/france/2016/04/27/avec-son-musee-francois-pinault-offre-l-affaire-du-siecle-a-paris-et-anne-hidalgo_1449079
          http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/le-musee-de-francois-pinault-prend-forme-26-10-2001-2002539545.php

          Bilan : de tracasseries administratives en délais idiots il est parti ruisseler à Venise. Les Italiens l’ont accueilli à bras ouverts.


          • SanKuKai Le 27 septembre 2017 à 18h01
            Afficher/Masquer

            Et le musée c’est pour exposer les oeuvres qui lui servent á défiscaliser?
            Retour au commentaire de nicolas.


            • patrick Le 27 septembre 2017 à 20h41
              Afficher/Masquer

              Ce gars est amateur d’AC ( nul n’est parfait ) , la défisc c’est juste le bonus.
              Quoi qu’il en soit , c’est déjà défiscalisé et en plus on a perdu le musée et le milliard d’investissement… là on a vraiment tout perdu.


          • Alfred Le 27 septembre 2017 à 22h36
            Afficher/Masquer

            Il y a longtemps j’ai travaillé dans une des boîte de ce type (une vache à lait pas une des danseuses sexy). Que de marges. Que de gras. Que de nullité opérationnelle sans importance puisque le péquin raque.. Que le gras soit réinvesti à faire vivre des escrocs (on a bien le droit de penser que c’est de cela qu’il s’agit en majorité l'”AC”), puis à Venise ça ne me fait ni chaud ni froid. Les seules choses qui me chagrinent sont: – – le souvenir des conditions de travail (en particulier compte tenu des marges obscènes) ; – le fait de polluer la “Punta della dogana” avec des saletés sans que le public n’y puisse rien (le mécénat ça s’appelle); – que cette gabegie puisse être décrite comme un accomplissement et une preuve de la réussite du modèle capitaliste…. Y a rien à sauver.


          • SanKuKai Le 28 septembre 2017 à 00h07
            Afficher/Masquer

            Fiscalisez l’art contemporain et vous verrez comment F. Pinault aura une soudaine préférence pour l’impressionnisme.
            3 réacs á la fiac, pour un point de vue que vous ne connaissez probablement pas:
            http://www.dailymotion.com/video/x3ridsj


  9. theuric Le 27 septembre 2017 à 09h20
    Afficher/Masquer

    Un déséquilibre de cette sorte génère naturellement de l’instabilité.
    Or, lorsqu’une instabilité devient incontrôlable, ce qui veut dire quand celle-ci atteint un tel niveau que c’est la base de ce système qui la supporte qui s’en trouve déstabilisé, alors le-dit système ne peut, à terme, que s’effondrer.
    Comme toujours, c’est à la relation entre la base et au plus haut d’un système que l’on doit se pencher pour en comprendre la dynamique.
    Ainsi, cette destruction de l’économie des pays par la transformation de l’économie réelle (éclatement des entreprises, dettes d’état, des particuliers, des sociétés, privatisation des services publiques, ubérisations de la société, etc…) en une économie virtuelle (donc non réelle) surtout en tant que flux monétaires nationaux, européens et mondiaux, ne peut que conduire tous les pays et les peuples ayant un lien, même ténu, avec ce que nous pourrions sans peine nommer une autophagie oligarchique, ne peut que mener, donc, qu’à un effondrement catastrophique du-dit système.
    Le tout s’agissant de définir au mieux le degrés d’instabilité qu’il faut atteindre avant que cela se produise.


    • theuric Le 27 septembre 2017 à 09h45
      Afficher/Masquer

      Or, l’économie globalisé se révèle être d’une structure extrêmement complexe et, de plus, une situation telle que celle que nous vivons aujourd’hui est inédite, c’est pourquoi il est quasiment impossible de déterminer ce degré d’instabilité.
      En outre, cette transformation de l’économie réelle en une économie virtuelle semblant s’accélérer exponentiellement, cela créerait un effet de surfusion en raison de l’accroissement de ces instabilités.
      C’est pourquoi, en plus de rendre le-dit système de plus en plus complexe, cela engendre une augmentation de la déficience de l’économie réelle sans que, pour cela, cette-dite déficience ne mène, jusqu’à présent, à ce qui devrait être la résultante de cet état de fait, soit à une crise de grande ampleur.
      C’est pourquoi j’affirme que nous ferons bientôt face à un effondrement économique cataclysmique qui se révèlera d’autant plus terrifiant, autant par sa vitesse de survenue que par son caractère destructeur, que nous en attendrons son avènement.


      • vert-de-taire Le 27 septembre 2017 à 13h32
        Afficher/Masquer

        Mais le pire est que nos dirigeants s’y attendent et s’y préparent.
        Rappels de qqs alertes (que je n’ai pas vérifiées) en Allemagne pour inviter la population à maintenir un stock de nourriture … au cas où ..

        Autre évidence de cette attente de cata, nos comptes bancaires sont “pillables” légalement par les banques en difficultés…. depuis peu.

        Autre tendance : le droit de regard de la vie privée par nos serviteurs, je veux dire nos gouvernants qui se transforment en dominants), donc de surveiller tout le monde légalement et donc prévenir toute résistance à un ordre – XXXXiste –
        qui ne pourrait pas ne pas s’imposer en cas de catastrophe …

        Bref tout est prêt pour que l’horreur s’installe.


        • patrick Le 27 septembre 2017 à 20h43
          Afficher/Masquer

          On s’en est tous aperçus , donc on se débancarise , en douce pour pas que ça se voit trop … et on fait le dos rond en attendant que ça s’effondre.


      • theuric Le 27 septembre 2017 à 23h21
        Afficher/Masquer

        J’ai bien parlé de surfusion, allez voir ce que ça donne pour une bouteille d’eau ( https://www.youtube.com/watch?v=0cpvpGBZLwc ), ou pour des chevaux du lac Lagoda en U.R.S.S. en 1942 lors de la seconde guerre mondiale ( https://environnement.savoir.fr/pourquoi-les-chevaux-du-lac-ladoga-ont-ils-peri-dans-les-glaces/ ).
        En fait, je crois bien faire erreur, je devrais plutôt parler d’état métastable au sujet de l’économie.
        Alors, regardez bien la vidéo, faite par un amateur, une amatrice (à la voix charmante en plus), et imaginez l’effet de la même expérience faite par un chimiste.
        Maintenant, faite preuve d’imagination et d’intuition et posez-vous la question suivante: en combien de temps, au pire, le système économique globalisé pourrait cesser de fonctionner?
        Gagné, au pire, il pourrait cesser de fonctionner en quelques heures, au mieux en quelques semaines.
        Et vous croyez vraiment que ces dirigeants pourront faire quoi que ce soit?
        Ils seront dépassés, oui, complètement dépassés!


    • Haricophile Le 27 septembre 2017 à 12h42
      Afficher/Masquer

      C’est bien le vrai but de la société de surveillance et du terrorisme alimenté par ceux qui disent le combattre : Garder le contrôle des gens le plus longtemps possible malgré une situation intenable.


  10. Patatra Le 27 septembre 2017 à 09h22
    Afficher/Masquer

    Riches dans le porte monnaie et pauvres dans leurs têtes


    • Chris Le 27 septembre 2017 à 12h45
      Afficher/Masquer

      Détrompez-vous, ils se trouvent géniaux. Et ce n’est pas les “employés” payés pour leur faciliter la vie quotidienne qui leur diront le contraire : la brosse à relire est un outil séculaire…
      A ma connaissance le PIB mondial (je ne parle même plus du PIB F dans notre beau “village” globalisé) n’a pas cru au même rythme que celui des fortunés français.
      Donc, je pointerais à priori les effets de la politique fiscale néolibérale qui consiste à massivement exonérer les grandes sociétés (optimisation) et fortunes, la stagnation salariale, mais aussi et surtout la politique monétaire des banques centrales et l’omniprésence de l’économie fictive financière alimentée par les QE, LTRO et autres béquilles pour prolonger un système qui s’effondre lentement mais sûrement telle une Super Nova qui, pendant un temps, peut briller plus vivement qu’une galaxie entière.
      https://www.businessbourse.com/2017/07/02/la-dette-mondiale-atteint-le-niveau-record-de-217-000-milliards-de-lelite-mondiale-jubile-et-se-frotte-les-mains/
      Olivier a-t-il une explication plus “scientifique” que mes approximations intuitives ?


  11. Jean Le 27 septembre 2017 à 09h38
    Afficher/Masquer

    La finance mondialisée et apatride, les 0,0001%, sont un nouvel acteur de la lutte des classes et celui-ci n’a plus besoin d’un appareil de production pour produire de la richesse car il le fait ex-nihilo, ce qui a pour conséquence d’appauvrir ceux qui utilisent encore les moyens de production(patrons et salariés) pour produire, réellement cette fois, de la richesse. Aussi les conséquences de leur enrichissement sont toujours les mêmes : destruction de l’appareil de production et chômage de masse.


    • DoumDoum Le 27 septembre 2017 à 10h30
      Afficher/Masquer

      @Jean
      “La finance mondialisée et apatride, les 0,0001%,”
      À la louche, 7 000 000 000 d’individus contre 7 000 ?


  12. Kiwixar Le 27 septembre 2017 à 09h45
    Afficher/Masquer

    A partir d’un certain seuil « modérément » bas (quelques millions d’euros), les riches deviennent une nuisance pour le pays. La possibilité d’obtention d’une richesse « modérée » est suffisante pour que la société bénéficie de la motivation accrue d’entrepreneurs, d’inventeurs, d’artistes, de tout ce qui permet un développement harmonieux des arts, des sciences et des techniques – en respectant la planète.

    L’autre face dramatique de cette super-classe de nuisibles, c’est la destruction de la classe moyenne en Occident. Au niveau énergétique, il nous (les gueux) est désormais plus rentable d’aller piller et manger les riches, que de nous baisser pour ramasser les miettes qu’ils daignent nous laisser.


    • Pinouille Le 27 septembre 2017 à 11h45
      Afficher/Masquer

      “Au niveau énergétique, il nous (les gueux) est désormais plus rentable d’aller piller et manger les riches, que de nous baisser pour ramasser les miettes qu’ils daignent nous laisser.”
      Vous pouvez compter sur les riches pour avoir fait le même calcul et s’organiser pour que cela n’arrive pas.


  13. Frédéric Boyer Le 27 septembre 2017 à 09h46
    Afficher/Masquer

    Originalle, l’échelle de temps du graphique est dés-ordonnée. Quand on fait advenir 2002 avant 2000, 2012 avant 2007, etc, on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres.

    Ce n’est pas vraiment important, car l’auteur enfonce des portes ouvertes : l’explosion de la richesse des plus riches date du plan de rigueur du révérend père Delors en 1983. Pour s’en apercevoir, point n’est besoin de compulser fiévreusement des statistiques. il suffit d’ouvrir les yeux, et de remarquer le nombre et la taille des super-yachts, le nombre et la taille des voitures de grand luxe, le genre de pub dans les magazines au papier glaçé…


    • Kiwixar Le 27 septembre 2017 à 10h11
      Afficher/Masquer

      « Originalle, l’échelle de temps du graphique est dés-ordonnée. Quand on fait advenir 2002 avant 2000, 2012 avant 2007, etc, on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres. »

      Bien vu! Mais c’est dingue, ces journalistes sont vraiment des bons à rien. C’est con-ster-nant.


      • basile Le 27 septembre 2017 à 10h26
        Afficher/Masquer

        cependant, si on remet les dates dans l’ordre (autour de l’année 2000) il y a des mouvement de yoyo brutaux qui semblent impossibles.


        • patrick Le 27 septembre 2017 à 14h25
          Afficher/Masquer

          ben non , ça s’explique par deux phénomènes

          2000-2001-2002-2003 inversés : chute brutale de la bourse fin 2001 , explosion de la bulle internet

          2009 : effondrement après des années 2007-2008 d’euphorie

          Avec une superbe remontée 2014-2017 grâce à la planche à billet FED + BCE

          On est totalement dans le virtuel , toutes ces fortunes sont avant tout basées sur des actifs financiers


  14. delta Le 27 septembre 2017 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Quand on lit les commentaires sur certains quotidien ( surtout ceux classés à droite ) nous serions dans un affreux régime communiste depuis 81 … la théorie du ruissellement ne fonctionne pas .

    – les théories économiques utilisées sont toutes inadaptées ,fausses , incomplètes .
    – la place centrale de l’économie dans la prise de décision pour organiser nos sociétés est absurde
    – aucun économiste a actuellement de modèles viables à proposer pour modéliser les activités humaines .


    • Pinouille Le 27 septembre 2017 à 11h58
      Afficher/Masquer

      “la place centrale de l’économie dans la prise de décision pour organiser nos sociétés est absurde”
      C’est sous estimer dangereusement le poids de l’économie dans la vie quotidienne de n’importe quel être humain ou société. Les Grecs peuvent attester.

      Tout à fait d’accord pour le reste.


      • patrick Le 27 septembre 2017 à 15h07
        Afficher/Masquer

        ” la place centrale de l’économie dans la prise de décision pour organiser nos sociétés est absurde”
        ça a commencé par des questions du style :” on va chasser ou cueillir des baies , qui reste à la grotte pour tailler les silex ? … ” , depuis c’est un peu plus compliqué mais l’essentiel reste.

        Pour vivre nous avons besoin de ressources ( énergie , nourriture ) , il est donc normal que leur obtention soit un point central de notre organisation.


    • patrick Le 27 septembre 2017 à 14h34
      Afficher/Masquer

      “aucun économiste a actuellement de modèles viables à proposer pour modéliser les activités humaines ”
      Tout à fait vrai , c’est bien pour cela que toute tentative de planification ou de main mise de l’état sur l’économie est vouée à l’échec !!

      ( c’était l’intermède “propagande libérale ” 🙂 )


      • Alfred Le 27 septembre 2017 à 22h55
        Afficher/Masquer

        Vous n’avez toujours pas compris ce qu’était le plan. Il est bien dommage que vous n’ayez même pas (surtout pas) envie de le comprendre. Ce serait bien triste d’avoir à renoncer à ses certitudes pour seul prix d’un outil qui pourrait nous permettre un atterrissage en catastrophe mais vivants.
        Indice: le plan ce n’était ni le stakanovisme ni le micro management.


  15. Rene Fabri Le 27 septembre 2017 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Comment font-ils pour s’enrichir ? On nous explique que ce serait grâce à la bourse. Pourtant, la performance moyenne des boursicoteurs est beaucoup plus faible que la leur. Je pense qu’ils s’enrichissent plutôt grâce à de la “croissance externe” qui est un mélange de fusions acquisitions, et d’accaparements.


    • basile Le 27 septembre 2017 à 12h59
      Afficher/Masquer

      quand « la moyenne des boursicoteurs » vend à perte en cas d’info alarmistes, ce n’est pas perdu pour tout le monde. Ça part dans la poche de ceux dont la fortune (ou les renseignements) permet de prendre des risques en rachetant à bas prix ce que les petits (nous) vendent.

      après avoir été échaudés par la bourse, les petits laborieux se sont orientés vers la pierre. Et vont subir une double peine.

      Car curieusement, après que ses amis banquiers aient fait peur aux petits actionnaires, Macron agite maintenant le chiffon rouge pour créer des ventes immobilières en masse, donc faire baisser les prix … et les loyers qu’il dit. Mais les petits malins achèteront bon marché, sans baisser les loyers, d’où meilleure rentabilité.

      Curieux, non ?


      • patrick Le 27 septembre 2017 à 21h43
        Afficher/Masquer

        “Macron agite maintenant le chiffon rouge pour créer des ventes immobilières en masse, donc faire baisser les prix ”

        Principe de base contrarien : toujours faire ( ou se préparer à faire ) l’inverse de ce que l’état veut vous faire faire.


    • patrick Le 27 septembre 2017 à 14h35
      Afficher/Masquer

      ces gens là ne “boursicotent” pas , ils sont en général propriétaires des actions de leurs propres entreprises.


  16. Bernard GRAPPERON Le 27 septembre 2017 à 11h31
    Afficher/Masquer

    Le challenge serait qu’au cours actuel dz la monnaie, 65 millions de Français soient possesseurs d’une fortune d’au moins 10 millions d’€uros. Ce qui pourrait faire au total au moins 650 millions d’€uros (65millions d’heureux ?) comparés aux 571milliards cités plus haut. Une paille pour les nantis.
    OPTR (1)

    (1) On Peut Toujours Rêver


    • delta Le 27 septembre 2017 à 11h36
      Afficher/Masquer

      65 millions * 10 millions = 650 000 milliards 😉


      • Chris Le 27 septembre 2017 à 12h50
        Afficher/Masquer

        Bon, si on rétablit les zéros à leur juste quantité, en gros ça reviendrait à effacer la dette française, privée comme publique.


    • Pinouille Le 27 septembre 2017 à 15h15
      Afficher/Masquer

      “Le challenge serait qu’au cours actuel dz la monnaie, 65 millions de Français soient possesseurs d’une fortune d’au moins 10 millions d’€uros.”
      Dans ce cas, nous ne serions pas plus riches pour autant: votre boulanger vendra sa baguette 1000 € sinon pourquoi continuer à travailler? Et comme tout le monde aura la même réaction, rien n’aura changé.
      On est riche que s’il y a des pauvres.
      De toute façon, nous serons tous bientôt multimillionnaires si la crise que l’on voit poindre, éclate: il s’en suivra une hyperinflation généralisée.


  17. calal Le 27 septembre 2017 à 13h46
    Afficher/Masquer

    ne pas oublier qu’au bout d’un moment,toutes ces quantites ne veulent plus rien dire.
    un “pauvre” francais d’aujourd’hui a sur certains plans, presque autant de confort que le roi louis 14.
    les riches d’aujourd’hui meurent toujours de maladies et certains problemes de sante les tourmentent egalement. rien ne leur garantit que ce sera un membre de leur caste qui trouvera un remede au cancer par ex ou qui pourra relever un des defis du futur. il serait sage amha qu’ils continuent de partager un peu avec les peuples parmis lesquels ils vivent , pour se garantir d’une mauvaise surprise.Ainsi jaimie lanister n’ a t il pas pu se servir de l’or de sa famille pour s’en sortir indemne de sa capture par les boltons…


  18. condamy Le 27 septembre 2017 à 14h01
    Afficher/Masquer

    Particuliérement intéressant l’augmentation de la fortune des plus riches à partir de la “crise” de 2008, très instructif de la maniére dont elle a été gérée …


    • patrick Le 27 septembre 2017 à 14h54
      Afficher/Masquer

      planche à billets effrenée avec un effet de bulle sur les marchés actions , attention à l’atterrissage


  19. Un_passant Le 27 septembre 2017 à 14h08
    Afficher/Masquer

    1971-73 amorce l’abandon de Bretton-Woods et consacre le pétro-dollar à la place de l’étalon-or.
    1989-1991 avec la chute de l’URSS, consacre la financiarisation
    1995, le début de l’OMC provoque une forte hausse des flux mondiaux. Si on rajoute les différents épisodes de QE et la libéralisation de marchés autrefois régulés, il n’y a rien de surprenant.

    Cela étant, ce ne sont pas les milliardaires qui ont demandé ces dérégulation mais un lobbying constant des banques qui n’ont eu de cesse de vouloir détruire toutes les régulations de manière à pouvoir spéculer sur tout, contrôler les monnaies à la place des banques centrales et vendre des produits dérivés assurantiels qui ne sont en fait que des véhicules de banchiment de placements risqués (voir la crise de 2008). Le véritable problème est là.

    On peut remarquer que les produits dérivés ont explosés en parallèle d’une ruées sur des obligations “sans risques” : les dettes d’Etats.


  20. Marco Le 27 septembre 2017 à 14h28
    Afficher/Masquer

    Désolé, hors sujet, mais j’ai appris en consultant hier soir les carnets de Jacques Sapir (RussEurope) que celui-ci en avait été interdit de publication.
    Quelle honte! Quelle injustice! Mon indignation!
    Soutien total a Jacques Sapir.
    La république en marche … vers le fascisme?


  21. Victor LIBON Le 27 septembre 2017 à 14h33
    Afficher/Masquer

    Et nos amis français chantent en cœur:

    Merci Macron (Merci Macron) merci Macron (Merci Macron)
    Quel plaisir de travailler pour vous
    On est heureux comme des fous
    Merci Macron (Merci Macron) merci Macron (Merci Macron)
    Ce que vous faites ici bas
    Un jour Dieu vous le rendra


  22. LS Le 27 septembre 2017 à 14h48
    Afficher/Masquer

    Pour avoir une idée du pourquoi, nul besoin d’une politique outrageusement “pro-riche” ou d’un complot quelconque. Picketty (entre-autre) a donné une explication qui tient la route : la rentabilité d’un patrimoine croit avec sa taille; d’autant plus que l’on est dans une économie avec une croissance faible. Ce phénomène est exacerbé quand le système financier demande des rendements délirant ou que la planche à billets tourne.

    Pas grand chose de nouveau, j’aurais aimé avoir la structure des patrimoines des 500 premières fortunes, cela aurait eu plus d’intérêts.


  23. Pegaz Le 27 septembre 2017 à 16h50
    Afficher/Masquer

    Pourquoi en 20 ans ! Mon graphique préféré est le premier, de 2008 à nos jours. Pour certain la crise se termine en 2010, niveau 2007 retrouvé, puis rythme de croisière jusqu’en 2012, après un contrôle anti-dopage me semble opportun.


  24. SanKuKai Le 27 septembre 2017 à 17h41
    Afficher/Masquer

    Les plus riches cumulant [indirectement, mais de plus en plus directement] les pouvoirs législatif, exécutif et médiatique, ce résultat n’est pas vraiment étonnant.


    • patrick Le 27 septembre 2017 à 21h09
      Afficher/Masquer

      Le vrai problème est là : collusion et connivence entre capitalisme et états et gouvernements


  25. JT Le 27 septembre 2017 à 23h08
    Afficher/Masquer

    Autre chiffre colossal : le montant des produits financiers à travers le monde atteint en 2016 1,2 quadrillons. C’est à dire 1,2 millions de milliards ! À quand un petit billet là-dessus Olivier ?


  26. Jiff Le 28 septembre 2017 à 01h32
    Afficher/Masquer

    Pour paraphraser Bruno Vanryb du temps où BFMWC était encore un tant soit peu regardable, je dirais que je me fous de ce qui se passe en haut, pourvu que le mouvement d’ascension ait touché absolument tout le monde…


  27. Florent LECLERCQ Le 28 septembre 2017 à 09h42
    Afficher/Masquer

    “En 2017, la fortune cumulée des Français les plus riches représente 25,7 % du PIB français”
    Corrigez moi si je me trompe mais le PIB traduit l’accroissement du patrimoine, il ne lui est pas assimilable. Pour avoir l’évolution du patrimoine français il faudrait évaluer :
    patrimoine (2017) = patrimoine (2016) + PIB (2016) – amortissement (2016)

    On ne parle jamais de cette composante d’amortissement pourtant fondamentale en comptabilité. Après il est possible que je mélange ces concepts, je ne suis pas spécialiste et je n’ai pas vocation à le devenir (mais si je peux me coucher moins bête…)
    Il faudrait que j’ai une longue conversation avec quelqu’un qui maîtrise le sujet, j’ai beaucoup de questions liées aux concepts élémentaires de l’économie classique (sans doute largement inspirées par les hétérodoxes)


Charte de modérations des commentaires