Je suis retombé sur ce vieil article de 2009 du Guardian – qui reste intéressant…

Source : Rajeev Syal, The Guardian, 13-12-2009

Un responsable de la lutte contre la drogue et le crime affirme que 352 milliards de dollars de recettes criminelles ont été efficacement blanchis par des institutions financières.

Des milliards de dollars d’argent de la drogue ont maintenu à flot le système financier au plus fort de la crise mondiale, a déclaré à The Observer le tsar de la lutte contre la drogue et le crime aux Nations Unies.

Antonio Maria Costa, chef du bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, a déclaré avoir constaté que les recettes du crime organisé étaient « le seul capital d’investissement liquide » accessible pour certaines banques au bord de la faillite l’an dernier. Il a dit que la majeure partie des 352 milliards de dollars (216 milliards de livres sterling) des profits de la drogue avaient par conséquent été absorbés par le système économique.

Cela soulèvera des interrogations au sujet de l’influence des activités criminelles sur le système économique en temps de crise. Cela provoquera également un examen plus approfondi du système bancaire alors que des leaders mondiaux, parmi lesquels Obama et Gordon Brown, appellent à de nouvelles réglementations du Fonds monétaire international. Depuis son bureau à Vienne, Costa a indiqué que les agences de renseignement et les procureurs ont été les premiers à attirer son attention, il y a 18 mois, sur les preuves que de l’argent illégal était absorbé par le système financier. « Dans de nombreux cas, l’argent de la drogue était le seul capital d’investissement liquide. Dans la deuxième moitié de 2008, les liquidités étaient le principal problème du système bancaire, et par conséquent le capital liquide est devenu un élément important », a-t-il déclaré.

Certaines des preuves déposées à son bureau indiquent que l’argent des gangs a été utilisé pour sauver certaines banques de la faillite lorsque le crédit s’est trouvé paralysé, selon ses dires.

« Les prêts inter-bancaires ont été financés par de l’argent provenant du commerce de la drogue et d’autres activités illégales… Il y a eu des signes que certaines banques ont été sauvées de cette façon ». Costa a refusé d’identifier les pays ou les banques qui auraient reçu de l’argent de la drogue, arguant que cela serait inapproprié, car son service est censé résoudre le problème et non désigner des coupables. Mais il a dit que cet argent fait maintenant partie du système officiel et qu’il a été efficacement blanchi.

« C’était au moment [l’année dernière] où le système était pratiquement paralysé à cause de la réticence des banques à se prêter de l’argent mutuellement. L’injection progressive de liquidités dans le système et l’augmentation progressive pour certaines banques de la valeur de leurs actions [signifie que] le problème [de l’argent illégal] est devenu bien moins grave qu’il ne l’a été », a-t-il dit.

Le FMI a estimé que d’importantes banques américaines et européennes ont perdu plus de mille milliards de dollars sur des actifs toxiques et sur des prêts douteux de janvier 2007 à septembre 2009, et que plus de 200 organismes prêteurs ont fait faillite. De nombreuses institutions majeures ont également fait faillite, ont été acquises sous la contrainte, ou bien ont été soumises à une prise de contrôle par le gouvernement.

On pense maintenant que les gangs tirent la plupart de leurs bénéfices du trafic de drogues, estimés à 352 milliards de livres, selon l’ONU. Ils gardent habituellement leurs recettes en argent liquide ou les déplacent à l’étranger pour les cacher aux autorités. Il est entendu que les preuves que de l’argent de la drogue s’est écoulé dans les banques proviennent de responsables en Grande-Bretagne, en Suisse, en Italie et aux États-Unis.

Les banquiers britanniques voudraient voir les preuves dont dispose Costa pour soutenir ses allégations. Comme un porte-parole de l’Association des Banquiers britanniques l’a déclaré : « Nous n’avons pris part à aucun dialogue réglementaire qui appuierait une théorie de ce genre. Il était clair qu’il y avait un manque de liquidités dans le système et dans une large mesure,il a été comblé par l’intervention des banques centrales ».

Source : Rajeev Syal, The Guardian, 13-12-2009

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

29 réponses à L’argent de la drogue a sauvé les banques pendant la crise mondiale, affirme un conseiller de l’ONU, par Rajeev Syal

Commentaires recommandés

Fabrice Le 25 juillet 2017 à 06h37

Et après le système bancaire veut la fin des espèces soit disant pour mettre fin au financement du terrorisme et des maffias, on se demande où est l’arnaque et la solution trouvée pour contourner ce problème pour ces clients si fidèle.

C’est là où on voit que le système en place à repris les méthodes maffieuses, (organisation, corruption, blanchiment, …) jusqu’à reprendre dans le Pib de certains pays cette économie paralléle seul reste pour la forme la lutte contre les trafic les plus mal organisés.

  1. Fabrice Le 25 juillet 2017 à 06h37
    Afficher/Masquer

    Et après le système bancaire veut la fin des espèces soit disant pour mettre fin au financement du terrorisme et des maffias, on se demande où est l’arnaque et la solution trouvée pour contourner ce problème pour ces clients si fidèle.

    C’est là où on voit que le système en place à repris les méthodes maffieuses, (organisation, corruption, blanchiment, …) jusqu’à reprendre dans le Pib de certains pays cette économie paralléle seul reste pour la forme la lutte contre les trafic les plus mal organisés.


    • 5centimes Le 25 juillet 2017 à 14h09
      Afficher/Masquer

      La fin des espèce est avant tout pour éviter l’accès au citoyen à la monnaie de banque centrale.
      Si la confiance dans la banque disparaît, les déposant ne pourront plus facilement effectuer de retrait et donc plus de Back run possible.
      La banque centrale européenne ayant pratiqué des intérêts négatifs sur les dépôts de banques commerciales, une banque allemande avait envisagé d’accéder au la monnaie de banque centrale sous forme de billets, c’est alors que le billet de 500 euros à été retiré de la circulation. Les frais de stockage augmentant avec le volume il n’était plus intéressant pour cette banque de stocker du liquide par rapport aux intérêts négatifs.

      La disparition de l’argent liquide une privatisation d’un service public et un cadeau formidable pour les banques privées.


    • camille Le 26 juillet 2017 à 21h50
      Afficher/Masquer

      Qui est pour la liberté des flux financiers soutient le terrorisme, les activités criminelles et la délinquance financière. C’est donc de facto un criminel.
      Tout Etat fonctionnant sur ce principe est criminel.


  2. isidor ducasse Le 25 juillet 2017 à 07h54
    Afficher/Masquer

    Ce qu’on fait les Anglais pendant la guerre de l’opium:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_l%27opium
    Comment les US financés les guerres en amérique centrale:
    http://www.lepoint.fr/cinema/secret-d-etat-ce-scoop-que-l-amerique-a-enterre-19-11-2014-1882640_35.php
    Ce qui se passe en Afghanistan:
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20161023-afghanistan-drogue-opium-pavot-talibans-nations-unies-narcotrafic
    Il faut que ces milliards aillent dans des banques, on ne peut pas tout payer en liquide surtout des sommes importantes ce n’est vraiment pas discret.
    L’argent de la drogue est toujours passée dans les circuits bancaires.


  3. Fred79 Le 25 juillet 2017 à 08h04
    Afficher/Masquer

    Les mafias de la drogue et de la prostitution sont depuis longtemps (toujours?) de connivence avec la mafia en col blanc, elles ont besoin les unes des autres.
    Et puis, n’a t-on pas vu un début de légalisation de cette connivence en 2014, lorsque à l’instar des USA, l’U.E a autorisé ses pays membres a inclure le montant d’une partie de l’économie souterraine dans son PIB?
    https://www.challenges.fr/economie/pib-drogue-et-prostitution-l-italie-joue-le-profit-la-france-la-vertu_11304


  4. Lysbeth Levy Le 25 juillet 2017 à 09h44
    Afficher/Masquer

    C’est un secret de Polichinelle que la drogue les trafics en tout genre sont blanchis par les banques et autres petits paradis mais que représente le “vrai ” PIB ? https://wiki.datagueule.tv/index.php?title=Le_PIB,_cette_fausse_boussole_(EP.54)&mobileaction=toggle_view_mobile
    Est-ce vraiment l’indicateur de richesse et pour qui en vérité ? Ah et si la pratique mafieuse était la panacée selon nos “élites” ? Déjà qu’elles en ont pris le chemin il y a longtemps, bientôt ça va être officiel : http://le-blog-finance.com/monde/mafias-un-vrai-modele-economique/ Et si on rajoutait le grand banditisme dans le PIB pour l’enrichir encore plus ? Bah oui comme les escrocs à la “taxe carbone”, ça a rapporté 5 milliards d’euro quand même, c’est pas mal non ? https://www.mediapart.fr/journal/international/dossier/la-mafia-du-co2-notre-dossier et en plus les types sont de vrais vedettes : http://www.vanityfair.fr/actualites/france/articles/cyril-astruc-lescroc-du-siecle/27006 Du moins Cyril Astruc qui s’en est bien sorti ..


  5. Arcousan09 Le 25 juillet 2017 à 10h16
    Afficher/Masquer

    Et ce sont ces institutions bancaires, si “éthiques” qui veulent nous supprimer le cash à nous citoyens ordinaires au prétexte fumeux que les coupures de 500 euros serviraient au trafic de la drogue …
    En fait il s’agit de nous asservir encore davantage et de tout savoir sur notre mode de vie tout en nous faisant croire que les seuls responsables des crises financières ce sont nous citoyens lambda mais surtout pas les innocents politiques et banques …


  6. Ardechois Le 25 juillet 2017 à 10h29
    Afficher/Masquer

    Enfin ,on commence à le dire:,Chine ,puis guerre d’Indochine (Voir le document d’Arte “Republique et mafia”,Contras d’Amérique du Sud et CIA,Afganistan et bien d’autres guerres ….


  7. Le Rouméliote Le 25 juillet 2017 à 10h35
    Afficher/Masquer

    Et on comprend au passage les politiques de lutte contre le tabac, alors que la lutte contre le cannabis est aux abonnés absents. Au contraire, on veut “dépénaliser” pour permettre l’accroissement du trafic. Parce que les multinationales du tabac se développent sur les marchés émergents et ont déjà investi ailleurs, donc leur pognon est bien planqué dans les banques, alors que les trafiquants doivent faire tout un micmac pour blanchir leurs liquidités, avec à chaque fois une petite rémunération pour les blanchisseurs. Donc, ça ne coûte rien de lutter contre le tabac et ça rapporte gros de laisser faire les trafiquants de drogue.
    Sauf que si le tabac détruit les poumons et tout un tas d’organes, il ne s’attaque pas au cerveau contrairement au cannabis et à tout le reste. Le QI de la population baisse ? On s’en fout !


    • some Le 25 juillet 2017 à 10h45
      Afficher/Masquer

      amha, la télé produit bien plus d’idiots que les drogues.

      Non parce qu’elle détruit des neurones, mais parce qu’elle empêche de penser le monde qui nous entoure, ce qui est bien plus destructeur pour l’intelligence commune que le nombre de neurones par cerveau. Par ailleurs, je doute que le cerveau puisse utiliser en même temps tous ses neurones, il les utilise par séquence en fonction des besoins, donc compter les neurones n’est pas un signe d’intelligence à proprement parlé, amha, encore une fois.


    • Lysbeth Levy Le 25 juillet 2017 à 11h05
      Afficher/Masquer

      Tout a fait d’accord avec vous a propos du risque de libéralisation du cannabis ayant des effets pervers sur le cerveau : http://www.atlantico.fr/decryptage/cannabis-etude-choc-deplaisante-verite-effets-consommation-recurrente-petards-alain-morel-1795727.html cette libéralisation est financée par Soros par exemple, avec les risques sanitaires inhérent à toute prise de drogue, certains états américains l’ont fait mais sous contrôle médicale, sauf au Colorado, par contre l’état qui prélève des taxes dessus est carrément le “dealer “..http://clesnes.blog.lemonde.fr/2014/12/19/marijuana-an-1-bilan-globalement-positif-dans-le-colorado/ du coups pas de problème selon cette étude mais ailleurs des accidents de voitures sont désormais l’effet pervers de la légalisation. A savoir qu’en France pour les cheminots existent des tests éliminatoires pour le cannabis, sinon pourquoi n’interdire que l’alcool ? Il est clair que l’état veux officialiser son rôle de “dealer.” et profiter pleinement de cette “manne”.


      • Arcousan09 Le 25 juillet 2017 à 13h42
        Afficher/Masquer

        Sans compter que les dégâts provoqués par l’usage de cette ou de ces drogues vont nécessiter une prise en charge thérapeutique et l’état dealer ainsi que ses amis affidés de l’industrie pharmaceutique se frottent les mains.


  8. some Le 25 juillet 2017 à 10h37
    Afficher/Masquer

    le bon sens voudrait que l’on ne mélange pas les torchons avec les serviettes, la réalité, encore une fois, fais preuve de sa singularité.

    Il faudrait crier au scandale de la légalisation par le fait de ce nouveau statut économique, celui qui amasse de l’argent sans payer de taxe. Il ne passe même plus par la case optimisation fiscal /mais où va le monde…?/

    Dans une perspective plus longue, le débat sur la lutte contre prostitution/drogue devrait commencer à être envisager sérieusement et avec objectivité. J’ai dans l’idée que la libéralisation/régulation/éducation de ces produits couperait l’herbe sous le pied d’un bon nombre de trafiquants. Et puis bon, c’est bien l’air du temps que de tout libéraliser, non?… Après si effectivement on en venait à appliquer les théories de la performance économique à ce genre de produit, c’est que vraiment nous sommes la plus idiote des formes de vie, car se serait appliquer notre intelligence à nous détruire méthodiquement. Il n’y a pas dans ce constat d’alternatives, on d’interprétations de droite/gauche/whatever, il ne peut y avoir qu’une conséquence, la libéralisation d’un tel genre de produit doit s’accompagner du bon sens à ce que produit reste marginalisé, non par la répression car la lutte anti-drogue a prouvée son inefficacité, mais par l’éducation.


  9. christian gedeon Le 25 juillet 2017 à 11h04
    Afficher/Masquer

    Ben oui hein? cette “crise ” a permis de blanchir l’argent couvert de sang de la drogue…bien tranquillement. Grâce à la contribution des centaines de millions de drogués “festifs “ou pas à travers le monde. Qui se couchent tranquillement le soir sans se sentir coupables ni responsables…alors qu’ils sont aussi coupables que les assassins des narcos et les gouvernants pourris,et les blanchisseurs…qu’ils se le disent bien. Le sang des centaines de milliers de morts du monde de la drogue,assassinés dans des conditions inhumaines,ce sang là,ils en sont comptables…


  10. fanfan Le 25 juillet 2017 à 12h06
    Afficher/Masquer

    Marc de Miramon : « Une plongée saisissante dans les rouages d’une “machine de guerre américaine” dopée aux stupéfiants »
    … sur les liens entre la finance états-unienne et le blanchiment de la drogue. La commission d’enquête du Sénat américain estime par exemple qu’« entre 500 et 1 000 milliards de dollars de recettes criminelles sont blanchis par les banques chaque année, la moitié de ces fonds circulant à travers les banques des États-Unis ». Plus ahurissant encore, on méditera ce constat d’Antonio Maria Costa, directeur de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), dressé dans le sillage de la crise financière de 2008, lorsque le système bancaire était au bord du gouffre : ce sont « les milliards de narcodollars (qui) ont empêché le système de sombrer au paroxysme de la crise (financière) globale ».


    • fanfan Le 25 juillet 2017 à 12h06
      Afficher/Masquer

      Les dégâts les plus visibles de cette politique de soutien aux trafiquants de drogue, dont l’un des plus fameux demeure l’islamiste afghan Gulbuddin Hekmatyar, se retrouvent bien sûr dans les pays visés par la machine de guerre américaine. L’auteur cite en conclusion l’actuel président du Pakistan, Asif Ali Zardari : « Les États-Unis ont abandonné leurs valeurs démocratiques pour soutenir des dictateurs, nous manipuler et nous exploiter. (La décennie 1980) transforma notre nation pacifique en une société de “l’héroïne et de la kalachnikov”, une nation gangrenée par les armes et la drogue. »
      http://maximechaix.info/?p=432


  11. Giacomo Le 25 juillet 2017 à 12h10
    Afficher/Masquer

    Maria Costa n’est pas celui qu’il veut faire croire qu’il est
    – il est mis en cause nommément dans diverses affaires louches dans diverses parties du monde en lien avec les etats narcos du croissant de l’opium
    – il est demis de ses fonctions apores une très longue période de regne sans partage ou il n’aura fait que de parader et c’est meme lui qui choisit Mme Mubarak comme marraine de l’organisation onusienne un comble.
    – il doit sa seule nomination au fait qu’il est Italien, conservateur et catholique et que des 2001 l’Italie deviant le plus contributeur de l’ONUDC à Vienne (siege) et à ce titre, exige le poste de directeur general. Aujourd’hui et depuis plusieurs années les plus gros contributeurs sont la Russie et devinez de quel pays est le directeur general de l’ONUDC.
    – de quelles autres activitzés illegales parle-t-on, le think thank Gobal Financial Integrity l’a demontré , il s’agit des prix de transferts et de l’evasion fiscale, mais ca personne ne veut en parler


  12. 20-100 Le 25 juillet 2017 à 12h49
    Afficher/Masquer

    Sans vouloir nullement minimiser l’importance de l’article, il faut noter qu’il a 7 ans! Qu’est-ce qui fait qu’un article aussi vieux ressorte ainsi? Est-ce qu’il y a ici un expert du monde bancaire qui pourrait nous faire savoir si quelque chose a été fait entre-temps?
    Par contre je peux vous dire que si le citoyen lambda veut ouvrir un compte et déposer une modeste épargne, disons vingt mille (h)euros, pour lui c’est la croix et la bannière, pire, s’il n’a pas l’historique de son épargne prouvant que pendant trente ans il a mis patiemment 50 euros de côté tous les mois, il risque d’être dénoncé, “à l’insu de son plein gré” comme en 40-45, à une cellule spéciale contre le blanchiment qui s’appelle Tracfin… Mais “les autres”, eux, épargnent à coup de 50 ou 100 briques (européennes) par mois voire par semaine, comme pour les banques ce sont les clients “too big to fail”.


    • Kiwixar Le 25 juillet 2017 à 13h19
      Afficher/Masquer

      « mis patiemment 50 euros de côté tous les mois »

      Un mouton qui mettrait un peu de laine de côté, non mais ho, où va-t-on là? Les riches ne veulent pas être riches, c’est un mythe. Ce qu’ils veulent c’est que les pauvres soient pauvres, donc larbins, serfs, mendiants, vendant leur corps, leurs bras, leurs vagins, leurs ventres en disant « merci ». Et surtout en bavant d’envie.


  13. Louis Robert Le 25 juillet 2017 à 15h04
    Afficher/Masquer

    L’expression “le crime organisé” désigne tout autre chose que ce que l’on croit communément. Mais… mieux vaut tout simplement ne pas utiliser cette expression qui risque de surprendre le lecteur et de lui déplaire, surtout dans une phrase comme celle qui précède.


  14. Flo Le 25 juillet 2017 à 17h46
    Afficher/Masquer

    “Quand on pense qu il suffirait que les gens n’achètent pas pour que ca ne se vende plus…”
    Colluche.


  15. Subotai Le 25 juillet 2017 à 18h40
    Afficher/Masquer

    J’avais lu ce truc à l’époque. Et il me semble que c’est aussi à ce moment là; ou peu après, qu’on a parlé d’inclure toutes les activités y compris illégales dans le calcul du PIB.
    Les trucs qui font bicher Olivier 🙂 – la finance, les techniques, produits et pratiques, l’organisation des activités financières ne m’ont jamais trop intéressés; aussi je ne peux en dire plus. Mais il y aurait peut être un truc à fouiller là… 🙂


  16. sassy2 Le 25 juillet 2017 à 18h53
    Afficher/Masquer

    John Titus, of All the Plenary’s Men
    All the Plenary’s Men [2017] – “The Definitive HSBC Scandal Documentary”

    https://www.youtube.com/watch?v=2gK3s5j7PgA

    Max Keiser‏
    @maxkeiser
    Suivre
    Plus
    VIDEO: All the Plenary’s Men http://po.st/0Opux6
    Smoking Gun evidence of Osborne and Holder’s complicity with financial terrorists.

    Max also interviews lawyer and filmmaker John Titus, of All the Plenary’s Men, about the not-so-secret and yet little-discussed Financial Stability Board authority over sovereign powers to regulate banks. Titus highlights the case of HSBC and the threat made by George Osborne to the Obama administration’s Department of Justice.
    https://www.rt.com/shows/keiser-report/393827-episode-max-keiser-1088/


    • sassy2 Le 25 juillet 2017 à 19h02
      Afficher/Masquer

      3ieme minute:
      eric holder
      loretta lynch

      en ligne de mire carlos slim & cartels mexicains

      President Trump :
      Lock them up
      Build the wall
      and Deport!

      ensuite il viendra en france pour faire la même chose


  17. Piste de l'argent Le 25 juillet 2017 à 21h39
    Afficher/Masquer

    Sujet du bac : Consommation de cannabis en France, 5 million de consommateurs à 1 gr par jour, soit 35 tonnes par semaine, payées au détail à 7€ par gr, soit 245 million d’euros. (13 milliard / an)
    Question: comment faire rentrer dans le pays 1 ou 2 containers par semaine sans encombre ?

    Répondre en tentant de trouver une meilleure solution que de payer des affiches électorales.

    Dire, en cas de légalisation et commerce encadré par l’état, qui subirait le manque à gagner, qui perdrait cet argent black.

    Et enfin, dire vers quel secteur de l’économie, à l’exemple de l’alcool et le tabac, pourraient être redirigées les taxes sur ce nouveau commerce légal. 1 heure


  18. amer Le 25 juillet 2017 à 22h48
    Afficher/Masquer

    Pour résumer cet article que j’avais lu y a deux ou trois ans, je ne peux que citer l’empereur romain Vespasien qui aurait déclaré “pecunia non olet” , l’argent n’a pas d’odeur, à ceux qui se moquait de l’installation des vespasiennes. C’est toujours d’actualité.


  19. christian gedeon Le 26 juillet 2017 à 11h29
    Afficher/Masquer

    Comme j’aimerais enfin qu’on sorte de la schizophrénie généralisée qui s’est emparée de nos sociétés. De ce refus infantile d’assumer nos propres responsabilités et d’externaliser les questions de trafic de drogue,de prostitution forcée,mais aussi d’achats à bas coût et de délocalisations “favorables au consommateur”…tout çà participe du même phénomène d’abêtissement global. Que le blanchiment de l’argent des trafics se fasse au travers du circuit bancaire,quelle découverte !?
    Parce qu’en définitive,tout part ,non pas du haut,mais du bas,dans ces domaines,n’est ce pas? je comprends qu’on veuille rester sur les hauteurs confortables des condamnations des trafiquants,des banquiers,des politiques corrompus…confortables. Mais les vrais responsables sont ceux qui génèrent les flux financiers…qui m’expliquera que la vrai responsable de ces choses odieuses ne sont pas les “consommateurs” ? les vrais coupables sont ,désolé de le dire,les drogués,que ce soit du sexe,des paradis artificiels et de Dieu sait quoi encore…et qu’on ne vienne pas me faire la comparaison stupide avec les spiritueux ou la cigarette…ce serait vraiment hors de propos…pour ceux qui auraient un doute,allez sur You tube voir un peu les images épouvantables des massacres liés à la drogue…et pensez y avant de vous poudrer ou de prendre votre pilule magique. Ce simple geste fait de vous le complice des assassins.


  20. Loys DELORME Le 27 juillet 2017 à 10h50
    Afficher/Masquer
Charte de modérations des commentaires