Et zou, 10 milliards !

Source : Le Nouvel Obs, 11-07-2017

Paris va bientôt savoir si elle organisera les jeux Olympiques 2024 ou 2028. L’économiste Alexandre Delaigue met en garde contre une éventuelle gabegie.

Le Comité international olympique (CIO) a confirmé que Paris et Los Angeles sont assurées d’organiser les jeux Olympiques 2024 et 2028. Reste à savoir l’ordre d’attribution.

Alexandre Delaigue, professeur d’économie à l’université Lille-I, estime que “les expériences passées nous prouvent bien que le budget alloué à un tel événement dépasse systématiquement ses objectifs”. Selon lui, les retombées économiques sont illusoires et les coûts toujours minimisés. Interview.

L’organisation des jeux Olympiques peut-elle être rentable ?

La réponse est simple : non. C’est toujours un gouffre financier. Les JO de 1976 à Montréal en sont l’exemple criant. Les contribuables ont mis près de trente ans à rembourser la dette. Le budget initialement prévu pour organiser des JO est toujours multiplié par 2,5 !

Il y a donc un écart énorme entre l’anticipé et la réalité. Cette règle s’applique pour tous les projets d’une telle ampleur. Ils sont à coup sûr exposés à ce dépassement budgétaire. On peut aussi penser à la construction du tunnel sous la Manche qui a coûté beaucoup plus que prévu.

Pensez-vous que Paris respectera son enveloppe budgétaire de 6 milliards de dollars ?

C’est impossible. Ce n’est pas une question de mauvaise foi. Le gouvernement et la Ville de Paris sont persuadés qu’ils peuvent y parvenir. Mais les expériences passées nous prouvent bien que le budget alloué à un tel événement dépasse systématiquement ses objectifs. L’organisation des derniers JO, à Tokyo en est l’illustration parfaite. Les coûts devaient s’élever à 7 milliards, ils ont atteint les 12 milliards…

La première raison de ce dépassement est simple : […]

Suite à lire sur Le Nouvel Obs, 11-07-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

43 réponses à “L’organisation des JO est toujours un gouffre financier”, par Alexandre Delaigue

Commentaires recommandés

Raoul Le 13 juillet 2017 à 13h49

Savez-vous que dans notre beau pays, en ce début de 21e siècle, des gens (parmi lesquels des enfants) dorment dehors ? Alors, vous aurez beau dire, mais la simple humanité devrait conduire en premier lieu à éradiquer la misère au lieu de dépenser l’argent public dans des projets dispendieux.

Vous nous parlez des retombées économiques et sociales. On les connaît. Les grosses entreprises vont s’en mettre plein les poches et les français, dans leur grande majorité, vont devoir se serrer un peu plus la ceinture. La recette est connue : socialiser les coûts, privatiser les profits. Et ne comptez pas sur la création d’emplois. Les entreprises en question sauront, par la grâce de la directive Bolkenstein, faire appel à de la main-d’œuvre étrangère.

Il ne s’agit pas de rester sans rien faire, comme vous le dites, mais de faire des choses, peut-être peu prestigieuses, mais socialement utiles. Ce qui n’est pas le cas de ces jeux olympiques du fric, de la corruption et du dopage.

  1. DUGUESCLIN Le 13 juillet 2017 à 06h11
    Afficher/Masquer

    Les mêmes qui montaient aux créneaux pour critiquer les dépenses somptueuses et le coût humain des jeux de Sotchi, ignoreront celles de Paris.
    Bien que Sotchi soit devenu un centre touristique important qui amortit un peu les dépenses, en sera-t-il de même pour Paris que personne ne connaît?
    Dans un contexte de politique internationale d’exclusion, il était important pour la Russie de montrer une autre image, en est-il de même pour la France?
    Les athlètes des pays insoumis seront-ils interdits pour cause de dopage?
    Jouer aux riches quand on a pas de sous n’est pas un problème, puisque le peuple en a trop et que c’est lui qui paiera. Il n’aura même pas la gloire en retour, elle lui sera volée, comme le reste.


    • DUGUESCLIN Le 13 juillet 2017 à 06h32
      Afficher/Masquer

      Quand nous peinons à mettre 50€ sur la table pendant que des gros financiers en alignent 1 milliard sans sourciller, comment voulez qu’on montre que la France est une grande nation souveraine et indépendante en organisant les Jeux Olympiques?


      • Toubib53 Le 13 juillet 2017 à 09h11
        Afficher/Masquer

        Mais vous semblez ignorer le génie transcendant du coq gaulois, si puissant si omniscient … enfin c’est ce que l’on tente de nous faire croire (médias, politiques, financiers de tout poil)
        Parisiens vous allez avoir les jeux et leur corollaire une dépense faramineuse qu’il va falloir payer avec vos impôts de gré ou de force …. avec un joyeux bordel à la clé …
        La gloriole du coq n’a pas de limite …
        Demandez au Canada pour les JO de Montréal ……


      • DidierF Le 13 juillet 2017 à 09h46
        Afficher/Masquer

        Vous allez adorer les JO. C’est un ordre. Si vous les refusez, vous tiendrez un discours de haine qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Si vous les refusez, vous refusez les prises de risques et vous êtes la raison pour laquelle la France souffre. Si vous les refusez, vous refusez une chance pour la France d’aller mieux. Notre avenir radieux dans l’Union Européenne passe par les JO. Toutes les populations de France se réjouissent des JO. C’est un ordre.

        (J’ai bon là ? Je me suis bien couché ? Je suis bien aux ordres ?)


      • Daniel Le 13 juillet 2017 à 17h27
        Afficher/Masquer

        L’argent, comme par hasard il y en a toujours pour mener des guerres extérieures : Libye, Centrafrique, Mali, Irak, Syrie…


    • cording Le 13 juillet 2017 à 10h05
      Afficher/Masquer

      ” jouer aux riches quand on a pas de sous” affirmation infondée parce que quand on veut faire quelque chose il y a toujours de l’argent ! Tout est une question de choix ! De même quand on dit qu’on ne peut pas faire une autre politique économique et sociale, même mensonge ! Quand on n’est pas atteint par la paresse et le conformisme intellectuels on peut toujours faire autrement.


      • calal Le 13 juillet 2017 à 12h51
        Afficher/Masquer

        ou quand on a le pouvoir de faire bosser les autres a notre place…( par du baratin,la force,la manipulation de la monnaie…)


  2. Alain Le 13 juillet 2017 à 06h44
    Afficher/Masquer

    Et ils parlent de “crédibilité” pour les finances françaises? Elles ne sont pas près de revenir à l’équilibre quand l’ego passe avant tout


    • jmdest62 Le 13 juillet 2017 à 07h05
      Afficher/Masquer

      Bah ! 2024 ou 2028 …la facture sur les bras du quinquennat suivant …la politique autrement Quoâ !


  3. Fabrice Le 13 juillet 2017 à 06h47
    Afficher/Masquer

    Quand on voit ce que les pays qui ont organisé le J.o ont vécu après :

    – Grèce : faillite,
    – R-U : brexit,
    – Brésil : renversement de sa présidence.

    Il est clair que cet événement apporte un avenir radieux un vrai porte bonheur.

    Un adage dit quand on s’achète le superflu on devra bientôt se débarrasser du nécessaire, je crains que les j.o. En soit un bon exemple.


    • Homère d'Allore Le 13 juillet 2017 à 09h18
      Afficher/Masquer

      Vu comme ça, si les Jeux entraînent le Frexit, alors je vais changer d’avis sur ce sujet. Je préfère même 2024 à 2028, maintenant que j’ai cette information !


      • dan Le 14 juillet 2017 à 11h07
        Afficher/Masquer

        je suis de cet avis, si les jeux amènent le frexit, alors vivent les jeux, et en 2024, ce n’est pas si long à attendre pour un bienfait aussi crucial pour l’avenir de notre pays, et pas que d’ailleurs…


    • JCH Le 13 juillet 2017 à 09h41
      Afficher/Masquer

      Si pour la Grèce on peut voir un lien (ténu) de cause à effet entre dépenses liées aux JO et difficultés économiques, pour le Brésil l’exercice est plus compliqué, et pour le Brexit… je ne vois pas.

      Dans tous les cas, pour mettre les difficultés des Grecs dans le même panier que le Brexit, il faut avoir bien assimilé la propagande européiste qui prétend que le Brexit est le pire qui puisse arriver au Royaume-Uni, à part peut-être la guerre nucléaire ou la grippe espagnole.


      • Fabrice Le 13 juillet 2017 à 12h24
        Afficher/Masquer

        Le lien est la quasi promesse faite que les jo sont favorables aux pays l’ayant accueilli et le brexit même si à terme ce sera potentiellement favorable n’est qu’une longue suite de soupe à la grimace demandez à Theresa May. Il vaudrait mieux un explosion de l’UE avec une concertation qu’un Frexit ou ceux qui restent cherche à faire payer le partant comme on le voit pour le brexit ne vous en déplaise.

        Pour le Brésil n’oubliez pas les polémiques liés aux jo avec la présidente qui lui ont mis à dos la population qui du coup ne la guère soutenu quand le parlement l’a renversé.


  4. STOP Le 13 juillet 2017 à 06h48
    Afficher/Masquer

    Il serait temps de demander que signifie ce logo symbolique que ce président affiche régulièrement.

    Déjà qu’il se juge pour un moins que rien dans une gare, il ne manquerait plus qu’il se prenne pour la pointe d’une flèche perdue.

    Cela me rappelle le signe idiot des socialistes, des doubles quenelles horizontales en mouvement croisée pour l’élection 2012.

    Si c’est une pub politique, c’est qu’il cherche à nous vendre quelques choses…

    10 milliards supplémentaires et combien de pots de vin pour des JO dopés aux Lobbys en tous genres ?

    C’est plus facile que de trouver des petits millions d’économies dans nos ministères…

    Oui, je sais, la critique est inutile, la dette c’est pour nous, les intérêts pour eux !


  5. Olivier Le 13 juillet 2017 à 07h06
    Afficher/Masquer

    AH ! je n’avais pas vu l’article
    je reposte ici, plus pertinent.

    “Et zou, 10 milliards ! »

    La, il y aurais une belle enquête à faire pour un économiste comme vous.

    JO de Pekin : 31 Milliards
    JO de Londre : 29 milliards si l’on prend en compte les coûts indirects pour les services publics, dont la présence policière et militaire. » (3 a 5 Milliard provisionnés)
    JO de Sotchi : 36 Milliards

    Alors 10… la blague surtout en terme de de sécurité.

    https://goo.gl/593r6E
    https://goo.gl/WjrdF


  6. Nerouiev Le 13 juillet 2017 à 07h41
    Afficher/Masquer

    Les JO ça doit fonctionner comme le groupe militaro-industriel américain. Un prétexte pour enrichir un petit groupe d’industriels sur le dos des contribuables. La préparation des budgets ne peut évidemment pas afficher des dépassements lucratifs pour certains. Si on y rajoute du Maccartisme antidopage, qu’il est loin le symbolisme sportif originel !
    L’empreinte américaine se retrouve partout dans les manifestations globales.


  7. RGT Le 13 juillet 2017 à 08h11
    Afficher/Masquer

    Panem et circenses…

    Tous les “Grands Z’Élus” souhaitent “imprimer” leur marque en organisant un événement qui les mènera à la postérité…

    Et bien sûr ils ne payent JAMAIS la note, ce sont toujours les “administrés” qui pendant des décennies doivent se serrer la ceinture pour qu’ils puissent assouvir leur ego.

    A Grenoble, en 1968, ont été organisés les “Jeux Olympiques d’hiver” qui ont coûté la peau du dos à la population jusqu’au début des années 2000.
    Concernant les “retombées”, je n’ai AUCUNE certitude de leur étendue véritable et cette petite bourgade de province aurait sans doute connu le même développement anarchique si cet événement n’avait pas eu lieu.

    Et la dette à peine apurée, le maire a décidé, contre l’avis de la population, de construire un stade de foot gigantesque alors que cette ville avait une tradition de rugby et de hockey…

    Un gouffre financier.


    • RGT Le 13 juillet 2017 à 08h22
      Afficher/Masquer

      Quand il s’agit de balancer le fric par les fenêtres (qui n’est JAMAIS perdu pour tout le monde, les gros du BTP étant les meilleurs sponsors des partis) ils sont toujours là mais quand il s’agit d’assumer la responsabilité de leurs actes il n’y a plus personne.

      Il faudrait au minimum faire passer une loi qui impose aux décideurs de payer les dépassements de budget sur leurs fonds propres.
      Au moins il n’y aurait pas de surprises.

      Et surtout qu’un référendum soit proposé à la population avec le montant réel des augmentations d’impôts qui seraient subies (la différence étant toujours à la charge des décideurs, même longtemps après leur répudiation)…

      J’avoue que ça m’énerve beaucoup d’être OBLIGÉ de payer pour que toute cette clique puisse continuer à vivre dans le faste (CIO, fédérations, actionnaires, partis) et de payer les pubs gratuites pour les transnationales.

      Et il en va de même pour la majorité des décisions prises dans les “grandes collectivités”.
      Dans les petits villages le maire risque de se retrouver empalé sur le monument commémoratif de la 1ère guerre mondiale, ce qui incite à la prudence

      “Responsables mais pas coupables” bien sûr…


    • JCH Le 13 juillet 2017 à 09h48
      Afficher/Masquer

      Vous venez de me faire réaliser pourquoi le Président a jugé nécessaire de faire le déplacement au siège du CIO… alors qu’il semble ressortir des différents articles qu’il y a deux villes (Paris et Los Angeles) pour 2024 et 2028, donc le suspense est relativement limité.

      En revanche, si (et c’est un grand “si”) EM est élu pour un second mandat, et qu’il obtient 2024 pour Paris, il sera encore en fonction pour couper le ruban (voire pour allumer la flamme olympique, coiffé d’une couronne de lauriers et drapé dans un drapeau de l’UE).


  8. Crapaud Rouge Le 13 juillet 2017 à 08h34
    Afficher/Masquer

    “Et zou, 10 milliards” ? Trop optimiste. Tous les fournisseurs vont chercher à se bâfrer, (ce genre d’événement sert à ça), il faut compter 15 milliards au bas mot. Les paris sont ouverts.


  9. Vladimir Le 13 juillet 2017 à 09h14
    Afficher/Masquer

    J’adore leur gestuel! En langue de signes des “serviteurs du peuple” et des oligarches (bref de 1% de la population) ça veut dire “nous allons vous empapaouter GRAVE! J’aimerais bien connaitre les noms de leurs spin- docteurs surdoué(e)s qui ont autant de talent!


  10. Toubib53 Le 13 juillet 2017 à 09h20
    Afficher/Masquer

    Où le comité olympique français a-t-il arrosé et combien de milliards pour obtenir les jeux ????
    “ON” va rogner sur la santé, l’hôpital, l’école, la recherche qui sont tous des postes d’avenir …. pour faire joujou …avec des dopés … au plus grand plaisir de César ou Jupiter


  11. Ardéchoix Le 13 juillet 2017 à 09h40
    Afficher/Masquer

    Pour être dans le budget prévu concernant les jeux olympiques de Paris, le gouvernement a pris la décision de diviser par 3 : les distances et les temps de chronométrage des épreuves.
    La flamme olympique sera sous l’arc de triomphe .


  12. de passage Le 13 juillet 2017 à 09h56
    Afficher/Masquer

    Je doute que ca change grand chose, mais je poste ca quand meme pour ceux qui voudraient iniduqer leur désaccord vis-à-vis de ce gouffre financier:
    https://www.change.org/p/anne-hidalgo-jeux-olympiques-2024-paris-ne-doit-pas-candidater


  13. cording Le 13 juillet 2017 à 09h58
    Afficher/Masquer

    Tous les grands projets quels qu’ils soient coutent plus chers que le devis initial ; Est-ce une raison pour à chaque fois renoncer. En fait ce qu’il faudrait renoncer c’est à sous -estimer ces projets. Ce à quoi il faut renoncer aussi c’est de raisonner à court terme. Envisager tous ces projets dans la durée avec toutes les retombées économiques et sociales.
    Ou alors ne faisons rien restons chez nous à ne rien faire c’est plus reposant. Dormez bien messieurs les opposants à tout.


    • Raoul Le 13 juillet 2017 à 13h49
      Afficher/Masquer

      Savez-vous que dans notre beau pays, en ce début de 21e siècle, des gens (parmi lesquels des enfants) dorment dehors ? Alors, vous aurez beau dire, mais la simple humanité devrait conduire en premier lieu à éradiquer la misère au lieu de dépenser l’argent public dans des projets dispendieux.

      Vous nous parlez des retombées économiques et sociales. On les connaît. Les grosses entreprises vont s’en mettre plein les poches et les français, dans leur grande majorité, vont devoir se serrer un peu plus la ceinture. La recette est connue : socialiser les coûts, privatiser les profits. Et ne comptez pas sur la création d’emplois. Les entreprises en question sauront, par la grâce de la directive Bolkenstein, faire appel à de la main-d’œuvre étrangère.

      Il ne s’agit pas de rester sans rien faire, comme vous le dites, mais de faire des choses, peut-être peu prestigieuses, mais socialement utiles. Ce qui n’est pas le cas de ces jeux olympiques du fric, de la corruption et du dopage.


      • cording Le 13 juillet 2017 à 16h16
        Afficher/Masquer

        Lisez donc mon commentaire de 10h05 vous constaterez que je pense que l’on peut faire l’un ( ce que vous souhaitez) et l’autre : les JO. Je suis convaincu qu’il y a de l’argent pour les deux, ce n’est qu’une question de choix politique. Une autre politique économique et sociale est possible. Il faut la chercher du côté des penseurs hétérodoxes qui remettent en question les dogmes néolibéraux.


    • PierreH Le 19 juillet 2017 à 11h14
      Afficher/Masquer

      C’est marrant cete généralisation, on est contre l’organisation des JO à Paris donc on est contre tout… Ah bon… Moi avant de casquer j’aimerais bien avoir une vraie idée de ce que ça va rapporter à la collectivité, à part la vaine satisfaction “d’avoir gagné l’roganisation des JO”. Analyser les retombées à long terme: mais oui j’ai envie de dire, plutôt deux fois qu’une ! Souvent on invoque le surplus de touristes dans les années suivantes. Il y a de celà 15 ans déjà, des articles mettaient en perspective l’inanité de cet argument en soulignant que Paris était déjà la première ville mondiale (ou européenne je ne sais plus) pour l’afflux de touristes… Les JO ça peut être utile dans certains endroits précis, pas n’importe où, ça c’est de la pensée magique.
      Après je dois être un peu trop opposant, je ne sais pas, j’aimerais juste de l’investissment dans des infrastructures un peu plus utiles, plutôt que de se tripoter sur la grandeur de l’évènement en le payant avec qu’on n’a pas (en fait).


  14. jessim Le 13 juillet 2017 à 10h12
    Afficher/Masquer

    Au delà du coût, il y a le coté pratique d’une organisation pareil. A Paris, on a beau ne pas manquer de transport, tout est blindé que ce soit le métro, le RER et même les trains de banlieues sont bondés. Je ne parle même pas de la circulation qui est juste épouvantable, c’est bien beau de vouloir organiser des jeux mais ça va juste une usine à gaz monstrueuse.


  15. Nicolas Le 13 juillet 2017 à 12h03
    Afficher/Masquer

    Moscou 1980 a été l’occasion de la construction de nombreuses infrastructures sportives et résidentielles (le village olympique) toujours utilisées à ce jour.
    Pareil pour Sotchi 2014, en mieux parce que l’infrastructure utilisée sert à la saison estivale et hivernale de la principale zone touristique de Russie en dehors de Moscou et Saint-Pétersbourg (plus de 10 millions de touristes par an). Et ça a touché tous les domaines de l’infrastructure locale et régionale : hôtels, transport, habitations, télécom, énergie, épuration des eaux… ah oui, et l’infrastructure sportive aussi qui permet de développe le tourisme alpin en Russie et la préparation de leurs sportifs. Le grand prix de Formule 1 de Russie est un autre héritage de Sotchi 2014… l’hystérie de l’OTAN n’y peut pas grand chose, la Russie est sortit gagnante de ses JO sur le long terme, même s’ils ont coûté très cher. Il y a d’ailleurs probablement d’autres exemple, je pense notamment (mais pas sûr) à Barcelone 1992, même si la règle générale est effectivement à la gabegie.
    Le grand stade construit à Sotchi servira en 2018 à la Coupe du Monde. Oups, encore un succès à l’horizon pour la Russie.


    • Crapaud Rouge Le 13 juillet 2017 à 13h51
      Afficher/Masquer

      @Nicolas : ce que vous expliquez, c’est que Sotchi était très peu développée avant les JO, et vous oubliez de dire qu’elle comptait un peu plus de 400.000 habitants en 2013 avec ses voisines. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sotchi) Autrement dit, Sotchi et sa région avaient un fort potentiel d’évolution, (c’est aussi une ville balnéaire, au bord de la Mer Noire), alors que Paris et son agglomération, avec leurs 10 millions d’habitants, n’ont pas besoin d’être “boostés”.


      • Nicolas Le 13 juillet 2017 à 14h28
        Afficher/Masquer

        Voilà. L’infrastructure touristique héritée de l’URSS était très insuffisante. Il y a une comédie soviétique où les touristes payaient à Sotchi le prix d’un hôtel pour dormir dans une grange. C’était normal m’a t on dit, ça donne une idée. Tout était à mettre à jour et agrandir. Le résultat c’est que maintenant chaque année des millions de Russes vont à la plage à Sotchi alors que sans les améliorations de l’infrastructure ils bronzeraient en Turquie, Chypre etc. Pas trop de doute que sur 10 ou 15 ans ils sont gagnants. C’est pas parfait, 2 petits stades de hockey auraient dû être démontés pour servir ailleurs, c’est pas fait, et le grand stade sert très peu. Mais dans l’ensemble ya pas photo.
        La grande majorité de l’énorme budget de Sotchi (1280 milliards de roubles sur 1526), c’est de l’infrastructure qui fait tourner l’économie russe. Et c’est vraiment toute l’infrastructure, j’ai pas cité le port, l’aéroport, le gazoduc, les stations électro-calorifiques. le chemin de fer…


  16. yann35 Le 13 juillet 2017 à 12h22
    Afficher/Masquer

    je conseille vivement le visionnage de cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=YYgy2lEbFmc “Sport mondialisé : du pain et des jeux ” issue de la chaîne DATAGUEULE (par ailleurs excellente), ainsi que https://www.youtube.com/watch?v=F-Wy9DY6WE8 de la même chaine sur le dopage.
    De mon côté, mon seul levier est d’ignorer ce grand cirque, ne pas regarder ses retransmissions,m’abstenir quoi … tiens donc, ça me rappelle quelque chose …


  17. Louis Robert Le 13 juillet 2017 à 13h29
    Afficher/Masquer

    Ces deux photos attestant si éloquemment de l’insouciance heureuse et de l’infantilisme béat qui règnent en haut lieu dans cette France de l’austérité, de l’abandon des acquis sociaux… et de tout le reste… ces deux photos, rien moins que révoltantes, sont à pleurer.


    • Louis Robert Le 13 juillet 2017 à 19h16
      Afficher/Masquer

      ADDENDUM

      Je me demandais ce que me rappelaient ces deux photos. J’ai retrouvé.

      “NATO foreign ministers sing ‘We Are The World’ at dinner” — Rien de moins.

      Voilà qui est rassurant.

      https://m.youtube.com/watch?v=2_wfMrz9_mY


  18. Gérard Le 13 juillet 2017 à 13h33
    Afficher/Masquer

    Au delà des histoires d’argent (et je suis d’accord avec la plupart des commentaires bien qu’il y ait des gouffres financiers qui ne se valent pas),

    n’oublions pas que les J.O.sont des moments vraiment particuliers, où les nations peuvent se rapprocher et où chacun, consciemment ou inconsciemment, peut sentir quelque part que l’humanité est Une. Ils font partie des moments importants de la vie de la planète.

    perso, je préfère voir doubler le budget des J.O. que de voir renflouer les banques avec l’argent de l’état ou de donner des dizaines de milliards aux entreprises du CAC 40.


  19. Catalina Le 13 juillet 2017 à 14h50
    Afficher/Masquer

    EUH ? ça veut donc dire que nous ne serons plus en état d’urgence ? plus de danger d’attentat ? . les terroristes recyclés comme athlètes ? nouvelle catagorie olympique, lanceur de bombes humaine ou bien, à celui qui se fera le mieux péter ? et à combien de mètres ses organes seront projetés ?

    Sérieux, je rejoins l’un des commentaires, il y a déjà de la misère, noys n’aVons pas les moyens de recevoir les JO;


  20. Caton l'Ancien Le 13 juillet 2017 à 22h22
    Afficher/Masquer

    Si je puis commenter les photos plutôt que l’article : imagineriez-vous, François Mitterrand ou Charles de Gaulle, faisant ce geste ridicule en cadence ?

    Nous n’avons plus de chefs d’Etat conscients que leur action s’insère dans le temps long de l’Histoire, nous n’avons que des baudruches médiatiques qui vivent dans le temps éphémère de la comm’ et de l’opportunité de l’instant.


  21. Betty Le 13 juillet 2017 à 22h41
    Afficher/Masquer

    Certains se sont posé la question au sujet du signe. Les journaux se sont empressés d’expliquer qu’il s’agissait de la ville de Paris en LSF (Langue des signes Française)?!…. Or il y a visiblement 3 façons de signer Paris https://www.elix-lsf.fr/spip.php?page=signes&id_article=196635&lang=fr . La gestuelle qui est présentée se rapproche d’un des signes mais n’est pas le signe exact: volontaire ou pas?…


  22. de Bernardy Le 13 juillet 2017 à 22h52
    Afficher/Masquer

    Les GOUFFRES FINANCIERS, nous ADORONS : le France, le Concorde, le trou des Halles, les JO de Grenoble etc etc !


  23. Jules Vallés Le 14 juillet 2017 à 10h04
    Afficher/Masquer

    Les jeux ont été obtenus par Paris… alors Paris doit payer la note , et non pas “la France”
    La main à la poche pour les bobos oligarques ploutocrates et autres privilégiés parisiens


  24. Claude Le 15 juillet 2017 à 18h53
    Afficher/Masquer

    le contribuable se fera plumer au profit du privé.
    Tout pour le bling-bling pendant 3 mois et ensuite la galère pendant 10 ans.
    Les politiques se feront mousser.

    Ils arrivent trop 30 ans tard. Pourquoi ?

    1/ Les JO n’est plus ce que c’était – J’ai pourtant rêvé d’y participé (espoir olympique et international).
    Tout a été dévoyé. Même pour les sportifs, ce n’est plus vraiment du sport sain et serein. C’est un métier à ce niveau là. Avant, les sportifs pro étaient interdits de JO.
    Je suis fermement opposée aux JO à Paris.

    2- Les infrastructures comme la piscine Olympique seront trop éloignées du centre où elles auraient été utilisées à plein après les JO (elle était prévue initialement quai de la Gare sur d’anciens terrains libres de la SNCF aujourd’hui reconstruit).

    3- Ce sera un gouffre financier au détriment des crèches, des écoles, des clubs sportifs sport (très mal financés à Paris …), du social, etc Car les demande de spectaculaires sont de plus en plus exigeantes.


Charte de modérations des commentaires