L’historien Emmanuel Todd a entrevu en 1976 la fin de l’URSS avec un essai au titre provoquant : La chute finale. Aujourd’hui, dans un entretien inédit avec Herodote.net, il prend à nouveau l’opinion à rebrousse-poil en annonçant la renaissance de la Russie et l’effondrement de l’Ukraine. Avec des chiffres que nos dirigeants auraient intérêt à méditer.

Herodote.net : Vous tentez de comprendre les sociétés humaines et entrevoir leur futur à travers leurs indicateurs démographiques. Depuis quarante ans, la Russie est l’un de vos terrains de chasse favoris. Cela tombe bien. Au moment où elle fait à nouveau trembler l’Europe, dites-nous comment vous la percevez.

Emmanuel Todd : En 1976, j’avais découvert que la mortalité infantile était en train de remonter en URSS et ce phénomène avait troublé les autorités soviétiques au point qu’elles avaient renoncé à publier les statistiques les plus récentes. C’est que la remontée de la mortalité infantile (décès avant l’âge d’un an) témoignait d’une dégradation générale du système social et j’en avais conclu à l’imminence de l’effondrement du régime soviétique.

Aujourd’hui, disons depuis quelques mois, j’observe à l’inverse que la mortalité infantile dans la Russie de Poutine est en train de diminuer de façon spectaculaire. Parallèlement, les autres indicateurs démographiques affichent une amélioration significative, qu’il s’agisse de l’espérance de vie masculine, des taux de suicide et d’homicide ou encore de l’indice de fécondité, plus important que tout. Depuis 2009, la population de la Russie est repartie à la hausse à la surprise de tous les commentateurs et experts.

C’est le signe que la société russe est en pleine renaissance, après les secousses causées par l’effondrement du système soviétique et l’ère eltsinienne, dans les années 1990. Elle se compare avantageusement, sur de nombreux points, à bien des pays occidentaux, sans parler des pays d’Europe centrale ou de l’Ukraine, laquelle a sombré dans une crise existentielle profonde.

La mortalité infantile

La mortalité infantile (décès avant l’âge d’un an pour mille naissances) est sans doute l’indicateur le plus significatif de l’état réel de la société. Il dépend en effet tout à la fois du système de soins et des infrastructures, de la nourriture et du logement dont disposent les mères et leurs enfants, du niveau d’instruction des mères et des femmes en général…

Le graphique ci-dessous témoigne des progrès spectaculaires accomplis par les trois pays issus de l’ancienne URSS depuis la fin du XXe siècle. La Russie, partie de très haut (plus de 20 décès pour mille naissances) a rattrapé l’Ukraine et se situe à peine au-dessus des États-Unis.

Plus déroutants encore sont les progrès de la Biélorussie, qui se situe désormais au niveau de la France (3 pour mille). Qui l’eut cru de ce « trou noir » au milieu de l’Europe, dirigé par un obscur autocrate ? On verra qu’en tous points la Biélorussie colle à la Russie. Les deux pays ont des structures familiales similaires et la Biélorussie, au contraire de l’Ukraine, se satisfait d’une indépendance restreinte.

Herodote.net : Mais quelle fiabilité pouvons-nous accorder à ces statistiques ?

Emmanuel Todd : La plus grande qui soit. Les données démographiques ne peuvent pas être trafiquées car elles ont leur cohérence intrinsèque. Les individus dont on a enregistré un jour l’acte de naissance doivent se retrouver dans les statistiques à tous les grands moments de leur existence et jusqu’à leur certificat de décès. C’est pour cela que le gouvernement soviétique a cessé de publier les taux de mortalité infantile quand ils lui ont été défavorables.

Ça n’a rien de comparable avec les données économiques ou comptables que l’on peut allègrement trafiquer comme l’ont fait le gouvernement soviétique pendant plusieurs décennies ou les experts de Goldman Sachs quand ils ont dû certifier les comptes publics de la Grèce pour lui permettre d’entrer dans la zone euro…

Les cigognes retrouvent le chemin de la Russie

L’indice de fécondité (nombre moyen d’enfants par femme) témoigne du renouveau démographique de la Russie même s’il est encore inférieur au seuil de remplacement des générations (comme dans tous les pays développés). Relevons dans les comparaisons ci-dessous l’effondrement de la Pologne catholique qui, visiblement, n’a pas profité de son entrée dans l’Union européenne.

1993 1999 2005 2013
Russie 1,7 1,2 1,4 1,7
Biélorussie 1,8 1,3 1,2 1,6
Ukraine 1,8 1,3 1,2 1,5
Pologne 2,0 1,5 1,2 1,3
France 1,8 1,7 1,9 2,0
Allemagne 1,4 1,3 1,3 1,4
États-Unis 2,0 2,0 2,0 1,9

Source : World Population Data Sheet / INED, Population & Sociétés.

Herodote.net : Ce regain de vitalité de la Russie est donc une surprise pour vous ?

Emmanuel Todd : Oui, tout à fait. Dans Après l’Empire, un essai consacré aux États-Unis et publié en 2003, j’ai envisagé cette éventualité dans un chapitre intitulé « Le retour de la Russie » mais je n’avais aucune donnée statistique me permettant de l’étayer. Je faisais seulement confiance à ma perception de la société russe, de ses structures familiales et étatiques.

C’est peu dire qu’elle n’est pas partagée par mes concitoyens. Dans les dernières années, j’ai été exaspéré par le matraquage anti-russe de la presse occidentale et en particulier française, avec Le Monde au coeur du délire !

Herodote.net : Vous exagérez !

Emmanuel Todd : Pas du tout. Ces médias ont réussi à aveugler l’opinion sur le redressement spectaculaire de la première puissance militaire du continent européen ! Ce faisant, je ne crains pas de le dire, ils nous ont mis en situation de risque.

La CIA s’est elle-même laissée abuser par ses préjugés. En se focalisant sur le désastre démographique des dernières décennies du XXe siècle, elle a cru à la disparition prochaine de la Russie. De même que l’Union européenne, elle a mal évalué les nouveaux rapports de force entre la Russie et ses voisins et c’est comme ça que, de maladresse en maladresse, on a abouti à l’annexion de la Crimée et à la guerre civile en Ukraine.

Herodote.net : Vous oubliez Poutine, sa brutalité, son homophobie…

Emmanuel Todd : Sur l’homophobie, je ne suis pas compétent, même si je suis à titre personnel favorable au mariage pour tous. Le magazine Marianne m’a confié il y a quelques semaines l’analyse d’un sondage sur la sexualité politique des Français et j’avoue que ça m’a beaucoup amusé…

Plus sérieusement, c’est vrai que le président russe n’a rien d’un social-démocrate ou d’un libéral. Interrogé par Le Point en 1990, j’avais dit qu’il ne fallait pas imaginer que la Russie devienne un jour une démocratie à l’anglo-saxonne. Ses structures familiales et étatiques s’y opposent tout autant que la violence inscrite dans son Histoire.

Mais la « poutinophobie » ambiante nous a masqué l’essentiel, ce que révèlent de façon claire les indicateurs démographiques : la chute de l’URSS a accouché d’une grande société moderne et dynamique, avec notamment un haut niveau d’éducation hérité de l’ère soviétique, des filles plus nombreuses que les garçons à l’Université et un bilan migratoire positif qui atteste de la séduction qu’exerce encore la société russe et sa culture sur les populations qui l’environnent.

Cela débouche sur ce que je qualifie faute de mieux de « démocratie autoritaire » ; un régime fort et même brutal, qui a néanmoins le soutien implicite de la grande majorité de la population.

Les filles à l’assaut de l’Université

Le pourcentage de filles par rapport aux garçons dans l’enseignement supérieur est un indicateur intéressant du degré de modernité d’une société et de la place qu’y tiennent les femmes ou qu’elles sont appelées à y tenir (source : OCDE, 2013).

Suède – 140 filles pour 100 garçons
Russie – 130
France – 115
États-Unis – 110
Allemagne – 83

Herodote.net : Permettez-moi d’insister mais un président issu du KGB, la police politique soviétique, ça n’a rien de très moderne.

Emmanuel Todd : Et alors ? Le KGB et son avatar actuel, le FSB, sont des viviers pour les élites russes. Hélène Carrère d’Encausse a dit, en ironisant, qu’ils sont l’équivalent de l’ENA pour la France. Disons qu’ils participent de la nature violente du pays !

Le spectre d’Ivan le Terrible s’éloigne

Sur le chapitre des moeurs, on note de lentes améliorations en Russie, qu’il s’agisse des taux de suicide et d’homicide ou de l’espérance de vie masculine, longtemps plombée par l’alcoolisme et la violence.

1998 2010
taux de suicide (décès pour 100.000 habitants) 35,5 30
taux d’homicide (décès pour 100.000 habitants) 22,9 10
espérance de vie masculine 61 ans 64 ans

Pour rappel, le taux de suicide est de 16 pour 100.000 habitants en France (2008) ; le taux d’homicide est de 4,2 pour 100.000 habitants aux États-Unis et de 1 pour 100.000 habitants en France (2013).

Les graphiques ci-dessous représentent l’espérance de vie à 60 ans des femmes et des hommes. Ils témoignent du retard accumulé par l’URSS depuis les années 1950 et du redressement récent, qui demeure fragile.

Herodote.net : Vous nous assurez que la société russe se porte plutôt bien mais son économie, elle, va mal.

Emmanuel Todd : En matière d’économie, je ne veux pas trop m’engager. Notons simplement que les 1,4% de croissance de la Russie et son taux de chômage de 5,5% feraient pâlir d’envie le président Hollande. Et pour ne pas l’accabler, je ne dirai rien de l’indice de popularité de son homologue russe.

Mais il est vrai que la Russie vit pour l’essentiel sur une économie de rente fondée sur l’exploitation de son sous-sol et, de plus en plus, sur son agriculture. Pour le reste, elle s’en tient à une politique protectionniste destinée à protéger ce qui reste de son industrie.

Le pays a deux atouts : un territoire immense de 17 millions de km2 plein de richesses potentielles et une population de 144 millions d’habitants (2013) qui compte encore beaucoup de scientifiques de haut niveau, malgré le départ de 800.000 juifs pour Israël.

Ces deux atouts déterminent la stratégie de Poutine : protéger le territoire et ses ressources avec une armée performante, en attendant que l’économie mondiale achève sa transition vers l’Asie et les nouvelles technologies. On le voit mal faire un autre choix comme d’accueillir des industries de main-d’œuvre ou développer des entreprises exportatrices de biens de consommation.

Mais je m’en tiens là-dessus à des hypothèses. Ce qui, par contre, ne relève pas de l’hypothèse mais du réel, c’est le réconfortant redressement de la démographie russe. Il témoigne d’une santé qui ferait envie à de nombreux pays européens…

Cela dit, n’exagérons rien. Si par malheur, il devait arriver que je sois chassé de ma patrie, ce n’est pas en Russie que je me réfugierais mais aux États-Unis selon une tradition familiale bien établie !

Propos recueillis par André Larané pour Herodote.net, le 28 mai 2014

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

82 réponses à [Reprise] La Russie nous surprendra toujours, par Emmanuel Todd

Commentaires recommandés

Jacques Le 30 août 2014 à 21h38

“construit de bric et de broc pour affaiblir la Russie”: excellent, très juste. Les régions de Kharkov, d’Odessa et le Donbass ont été données à l’Ukraine en 1922 pour affaiblir la Russie, et construire un ensemble non -viable que le pouvoir bolchévik a pu manipuler à sa guise. Lénine vitupérait le “chauvinisme grand-russe” tant qu’il pouvait, en y voyant la principal obstacle au pouvoir totalitaire qu’il instaurait. L’histoire lui a donné raison, puisqu’en 1986-92, c’est le sursaut du patriotisme russe qui a achevé l’URSS.

  1. Kiwixar Le 30 août 2014 à 06h21
    Afficher/Masquer

    “des filles plus nombreuses que les garçons à l’Université”

    Et aussi : la Russie a 2 fois plus de femmes senior-managers que l’Europe de l’Ouest ou les US. Le Japon, les Pays-Bas, la Suisse, l’Allemagne et le Danemark sont parmi les pires pays.

    http://www.rt.com/business/167060-women-senior-management-world/


    • Wilde Jagd Le 30 août 2014 à 08h34
      Afficher/Masquer

      Merci pour ce lien avec l’article de RT, vraiment bien intéressant.

      Ce qui est surprenant dans cette étude, ce n’est pas la présence du Japon et de l’Allemagne parmi les “lanternes rouges”, mais celle du Danemark, qui est pourtant (paraît-il) le premier pays de l’Occident pour la mobilité sociale.

      Pour les Pays-Bas le phénomène s’explique assez bien, car ce pays n’est jamais qu’une “colonie culturelle” de l’Allemagne.


    • perceval78 Le 30 août 2014 à 09h39
      Afficher/Masquer

      A noter pour la Parité Hommes Femmes, le cas très révélateur de la commission de bruxelles, qui passe ton temps a faire la promotion de la parité, et qui au final se retrouve avec 4 commissaires Femmes et 24 commissaires Hommes. Une solution simple existait, que chaque pays propose 1 homme 1 femme, à charge pour JC Juncker de créer une comission 50 – 50.

      Très symbolique de l’UERSS, je passe mon temps à dire aux autres ce qu’il faut faire, mais je ne cherche pas un seul instant à le faire.

      Il est à Noter qu’Emmanuel Todd (qui est dans mon panthéon intellectuel) n’a pas de compte twitter. Un intellectuel à l’ancienne, qui préfères la réflexion à l’instantannéité et qui n’a jamais peur de dire qu’ils’est trompé, le signe des grands.

      Emmanuel Todd face à Georges marchais à Apostrophes 1990
      =
      http://www.youtube.com/watch?v=yTpZm4cm86E
      =


      • TLG Le 30 août 2014 à 20h58
        Afficher/Masquer

        Merci pour ce lien. L’intervention de F. de Closet au début de l’émission est terriblement d’actualité…24 ans après, pour ce qui concerne la politique intérieure française et le comportement de nos hommes politiques face à la question du chômage, notamment.


  2. Chris Le 30 août 2014 à 06h21
    Afficher/Masquer

    “Notons simplement que les 1,4% de croissance de la Russie et son taux de chômage de 5,5% feraient pâlir d’envie le président Hollande. Et pour ne pas l’accabler, je ne dirai rien de l’indice de popularité de son homologue russe.”

    Mais si, justement, parlons en. Hollande tourne autour de 15%, Poutine autour de 85% et Obama est à 40%.


  3. Badd Le 30 août 2014 à 07h45
    Afficher/Masquer

    Merci pour cet article.

    Je ne sais pas ce qu’est herodote.net, mais le niveau des questions est consternant.


    • Alae Le 30 août 2014 à 12h05
      Afficher/Masquer

      Je suis d’accord avec vous, Badd. Dans le cadre d’une réflexion géo-politique comme celle de Todd, la question sur la supposée “homophobie” de Poutine est de niveau non-sujet pour bobo de Libération.
      Ne manquait plus qu’une question sur l’état de sa fortune personnelle pour ramener le sujet, insidieusement, sur le terrain balisé des “oligarques” russes chers à la bien-pensance médiatique.
      Le ‘journaliste” n’ayant pas pu la placer, il s’est consolé avec une allusion au KGB.
      On a ses marottes…


  4. vladimir tchernine Le 30 août 2014 à 07h52
    Afficher/Masquer

    Molodets, Emmanuel, brillant comme d’hab. Le “journaliste” de Herodote nul comme d’hab, dans la ligne des merdais français. Il y a une nouvelle assez urgente. Mais comme je l’ai déjà dit, je pense que Bénia (Kolomoïsky) bluff.
    Poloundra!!! Ils ont juste oublié de dire que Benia est aussi et avant tout le citoyen Suisse, le pays “neutre” et russophobe! Excusez-moi, je radote mais ce gars est tout à fait capable de le faire (théoriquement). J’espère, comme tout le monde, qu’il bluffe, qu’il ne fera pas un tel cadeau à Poutine. De l’autre côté, papa Joe&fiston Biden peuvent lui prodiguer des “bons” conseils.

    Guerre civile en Ukraine : l’Europe risque une Catastrophe Nucléaire
    http://www.politicvisio.com
    Un tournant majeur a été franchi aujourd’hui en Ukraine, et toute l’Europe se retrouve menacée par ses conséquences. Suite à l’effondrement ces jours-ci du front sud et de l’avancée des…
    http://www.politicvisio.com/n31-france/article-guerre-civile-en-ukraine-l-europe-sous-la-menace-d-une-cat.html?id=10932


    • Wilde Jagd Le 30 août 2014 à 08h59
      Afficher/Masquer

      Bonjour et merci beaucoup pour le lien avec cet article très bien informé de Louis-Benoît Greffe sur la crise ukrainienne. Soit dit en passant, le site politicvisio.com offre des infos et des analyses bien intéressantes (et de provenance d’ailleurs fort diverse).

      Après lecture de l’article de L.-B. Greffe, je suis enfin parvenu à comprendre le sens de votre post (sans doute eût-il été préférable de donner d’abord le lien et de commenter ensuite 🙂

      Dans les médias mainstream occidentaux, qui ne sont qu’une vaste pourriture, il n’est évidemment jamais question de Kolomoïski ; maintenant je comprends un peu mieux le rôle de ce sinistre personnage dans le développement de la crise ukrainienne. Encore merci.


    • Perekop Le 30 août 2014 à 11h52
      Afficher/Masquer

      Très intéressant en effet (je parle du 2e article, pas encore lu le premier), sauf que j’y ai trouvé cette énormité totale au début (3e paragraphe je crois):
      “l’Ukraine originelle (ukrainophone et pro-européenne) “…. ça jette un doute sur les connaissances historiques de ce monsieur Greffe !
      L’Ukraine originelle, si on peut dire, c’est la même chose que la Russie, le même peuple, la même civilisation. Ou alors, je ne sais pas ce qu’il entend par “originelle”.
      S’il veut parler de la scission artificielle au sein de ce peuple, entièrement conçue, voulue et encouragée dans la 2e moitié du XIXe siècle par l’Autriche-Hongrie, je n’aurais pas employé le terme “Ukraine originelle”, vu que l’Ukraine, précisément, est un Etat entièrement fictif, construit de bric et de broc dans l’unique but d’affaiblir la Russie.
      C’est d’ailleurs ce qui explique la haine impitoyable de ces “Ukrainiens” envers tout ce qui est russe : devoir admettre que tout ce que l’on croit être n’est qu’une fable, visiblement, ça rend fou. C’est comme si une marionnette voyait tout à coup surgir les fils qui la font bouger, alors qu’elle se croyait dans la “vraie vie”, avec son histoire, son autonomie, sa volonté. Toute la structure mentale de ces personnes zombifiées s’écroulerait s’ils admettent qu’ils sont, eux aussi, tout bonnement, des Russes, manipulés pendant des siècles par des puissances étrangères (Pologne, Lituanie, Autriche-Hongrie…). Ils doivent inconsciemment (ou consciemment) sentir cette fragilité de leur auto-affirmation, et la défendent avec d’autant plus de rage meurtrière.
      C’était le quart d’heure psy, pardon d’avance, mais franchement, je pense que c’est vraiment une explication importante.
      Donc, voir un site qui a l’air intéressant entretenir de pareilles illusions historiques, ça m’énerve.


      • Wilde Jagd Le 30 août 2014 à 12h10
        Afficher/Masquer

        1. Vous avez totalement raison, et je dois modérer mon enthousiasme.

        L’intérêt de l’article, c’est ce qui concerne Kolimoïvski. Le reste relève de l’ignorance grossière… ou de la désinformation.

        2. Par ailleurs, ce que vous écrivez sur le “complexe” des Ukrainiens de l’Ouest me semble très intéressant. Ça me rappelle, mutatis mutandis, le malaise qui s’empare des Américains blancs, en général persuadés que leur pays apporte liberté et bonheur au reste du monde, quand ils découvrent que les USA sont cordialement haïs par les trois quarts de la planète.


      • gracues Le 30 août 2014 à 14h48
        Afficher/Masquer

        Votre propre “vision” historique est tres sujette a caution….. apres avoir été des faits l’Histoire est d’abord un discours sur ces faits et doit a cet titre toujours etre reconsidéré.
        En ce qui concerne l’Urkraine , ce site lui meme nous donne une serie d’articles intéressants où l’on apprend que ce coin d’europe a vu s’y étendre tous les empires ( y compris mongol) , le Russe n’étant que le dernier.
        D’ou “de petits problemes” de mémoires en Ukraine (holodomor et Bandera supplétifs des Einsatzgruppen à Babi-Yar).
        En fait toute cette région est un maelstrom tant les frontières sont mouvantes , regardez aussi celles de la Pologne et de la lituanie du XVII a nos jours …. cherchez Józef Piłsudski sur Wiky et ailleurs….
        Ne jamais oublier une mémoire n’est pas plus ou moins légitime qu’une autre , si on veut éviter la situation Ukrainienne actuelle , vaut mieux en tenir compte.
        Et nos hommes d’état aussi , ainsi que du rapport de force et de NOS objectifs et intérets réels.


      • Jacques Le 30 août 2014 à 21h38
        Afficher/Masquer

        “construit de bric et de broc pour affaiblir la Russie”: excellent, très juste. Les régions de Kharkov, d’Odessa et le Donbass ont été données à l’Ukraine en 1922 pour affaiblir la Russie, et construire un ensemble non -viable que le pouvoir bolchévik a pu manipuler à sa guise. Lénine vitupérait le “chauvinisme grand-russe” tant qu’il pouvait, en y voyant la principal obstacle au pouvoir totalitaire qu’il instaurait. L’histoire lui a donné raison, puisqu’en 1986-92, c’est le sursaut du patriotisme russe qui a achevé l’URSS.


      • Williamukas Le 30 août 2014 à 22h52
        Afficher/Masquer

        Ce qui est vrai pour l’ukraine ne ‘lest pas forcément pour ses voisins… L’ukraine, la biélorussie et la russie descendent de la rus de kiev, alors que la lituanie non. C’est n’est pas un pays aux origines slaves mais indo-européennes, tout comme la lettonie. L’estanoie descend d’un peuple venu d’oural. Ils ne sont pas russes et ont leur histoire propre à chacun. La lituanie a par exemple profité de la chute de la rus de kiev afin de devenir au XIVeme siècle le plus grand royaume d’europe. Ils n’ont pas du tout la même culture… pour ce qui est de leur russophobie, elle descend plutôt de deux siècles d’impérialisme tsariste+menace bolchévique+Union soviétique


    • Beatrix Le 31 août 2014 à 00h38
      Afficher/Masquer

      Kolomoïsky ne bluffe pas, il a déjà montré de quoi il est capable. Odessa et la Maison des syndicats avec près d’une centaines de personnes dont une quarantaine brûlées vives, le vol MH17, le chantage aux mineurs avant la présidentielle.
      Le problème des armées privées c’est qu’elles ne sont encadrées par aucune règle ni par aucune formation professionnelle spécifique à la défense d’un pays et de ses institutions (les limites posées par une législation et un gouvernement dûment élu par un peuple et ses législateurs).
      Kolomoïsky ne rend de compte à personne. Son règne et sa puissance, comme dans le domaine commercial, ne dépend que du succès arrachés à travers des marchandages et des chantages. Son armée privée pourra lui échapper aussi, il suffira d’un malentendu ou d’un manquement – de la parole par exemple ou d’une rétribution – pour que des éléments influents prenne la tête de l’armée. On ne peut non plus exclure des rivalités exogènes qui s’y infiltrent.

      Pour l’UE et pour tout le continent européen, le risque réside dans la soudaine métamorphose de ces armées privées qui deviennent autonomes comme DAECH en Irak.
      A propos de Kolomo, je crois qu’il a scellé des relations de travail avec Israël en matière de défense militaire. Il n’est donc pas étonnant qu’il reprenne une bonne partie des stratégies répressives appliquées par Israël dans la bande de Gaza ainsi que la doctrine de la déstabilisation érigée en arme de la suprématie.


  5. rectif Le 30 août 2014 à 08h29
    Afficher/Masquer

    La chute est tout de même incompréhensible vu l’intelligence du reste… va-t-on se réfugier dans un pays dont tous les clignotants sont au rouge, où la démocratie n’est qu’un décor de cinéma et dont la chute est imminente ? Tradition familiale ou pas, il faut savoir raison garder M. Todd ! Ou alors vous raisonnez uniquement en termes de classe et jugez que vous ne pourriez forcément, là-bas, que continuer à jouir du confort de la bourgeoisie ?

    Et d’ailleurs, pourquoi seriez-vous chassé de votre patrie ? Par qui ?

    C’est à douter de votre intelligence, finalement…


    • C Balogh Le 30 août 2014 à 09h26
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      E Todd est brillant cela ne l’empêche pas de sortir des énormités:’les usa sont respectueux des différences culturelles des autres”(source:une transcription que j’ai faite pour Olivier)
      Et bien, j’aimerai qu’il en fasse la démonstration!
      Je trouve en efft la chute plus que limite.
      Bon, il étudie la démographie d’une manière très pro, prenons donc ce qui est bon dans son étude, pour le reste………
      Je n’ai pas compris un chiffre, il dit que la Russie a beaucoup évoulué pour ce qui est de la natalité et en fait les chiffres sont les mêmes en 1993 et 2013(1,7), je ne vois donc pas d’évolution.


      • Wilde Jagd Le 30 août 2014 à 10h12
        Afficher/Masquer

        Bonjour

        1. SVP pourriez-vous préciser le titre de l’article/intervention de Todd que vous avez transcrit(e) pour Olivier ?

        2. Depuis un an ou deux, les positions de Todd au sujet des USA sont nettement en retrait de celles qu’il avait adoptées dans son livre Après l’Empire paru en 2003, soit cinq ans avant le krach de septembre 2008. Or depuis cette date, du point de vue économique et social, il est clair que la situation des USA n’a fait qu’empirer. Le changement intervenu dans les prises de position de Todd n’en est que plus inexplicable.


        • perceval78 Le 30 août 2014 à 10h18
          Afficher/Masquer

          je pense qu’il y a une explication tres simple @while jgd, Todd a deux casquettes

          1) c’est un humain comme vous et moi, en cas de crises, ses réflexes le portent
          a) vers sa première culture : francaise
          b) si le a ne marche pas vers sa seconde culture : anglo saxonne

          c’est tout ce qu’il y a de plus logique et de plus humain

          2) c’est un historien démographe et pense comme tel
          il l’a déja dit en cas de tensions extrèmes c’est l’élément democratique qui l’emporte dans la culture anglo saxonne, ce n’est pas le cas de la culture allemande.


          • Wilde Jagd Le 30 août 2014 à 10h50
            Afficher/Masquer

            L’explication (?) que vous proposez est pour le moins curieuse.

            1. Quelle que soit l’école historique à laquelle il appartient, un chercheur digne de ce nom doit avant tout respecter une exigence de méthode et de logique, c’est-à-dire de non-contradiction.

            Si par “culture” vous entendez une certaine manière, propre à chaque nation, d’appréhender et de ressentir, alors votre réponse constitue clairement un hors-sujet par rapport à ma question.

            En effet, c’est exclusivement le scientifique auteur de livres et d’interventions publiques qui m’intéresse dans Emmanuel Todd, et nullement l’homme privé avec son histoire individuelle, sa subjectivité, etc.

            2. Vous écrivez que “c’est l’élément démocratique qui l’emporte dans la culture anglo-saxonne”. Cela ne signifie pas grand-chose, car encore faudrait-il s’entendre sur le contenu du mot démocratie.

            On peut très bien avoir un régime de démocratie formelle, avec élections (non truquées), qui ignore superbement la volonté populaire : depuis 2007 et l’annulation des résultats du référendum de 2005, il est clair que la France appartient à cette peu glorieuse catégorie.

            Quant à la démocratie “à l’anglo-saxonne” (puisque vous évoquez le sujet), Emmanuel Todd a fort bien montré qu’elle se fonde principalement sur un idéal de “liberté” à la différence de la démocratie “à la française”, prioritairement attachée à l’égalité.

            Ceci explique pourquoi la démocratie de type anglo-saxon (qui ne déteste pas se considérer comme une “aristocratie”, c’est-à-dire comme le “gouvernement des meilleurs”) dégénère si facilement en oligarchie (“gouvernement du petit nombre, en l’occurrence celui des plus riches”), voire en kleptocratie (“gouvernement de voleurs”).


            • perceval78 Le 30 août 2014 à 11h14
              Afficher/Masquer

              il ne faut pas être trop absolutiste @wilde jagd et séparer totalement le coeur de la raison, d’ailleurs Emmanuel Todd dit bien que la différence entre un anthropologue Anglais et un anthropologue Français ai que le premier restera toujours Anglais et fier de l’être (cf vers 56min41)
              =
              http://www.youtube.com/watch?v=ky-GP7GgW_4
              =
              Mais ne croyez surtout pas que je défende les Anglo Saxons,je n’ai pas réussi à retrouver l’article de Paul Jorion, ou il disait que le niveau d’inégalités en Angleterre avait rejoint celui de la première révolution anglaise
              =
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_R%C3%A9volution_anglaise
              =
              et oui il peut y avoir de révolutions en Angleterre, Aux US on attend encore …


          • Alae Le 30 août 2014 à 12h22
            Afficher/Masquer

            “il l’a déja dit en cas de tensions extrèmes c’est l’élément democratique qui l’emporte dans la culture anglo saxonne”.

            C’est tout à fait faux. La culture anglo-saxonne a engendré deux impérialismes, l’Empire Britannique, puis une mondialisation du modèle américain instauré, dès la fin de la Seconde guerre mondiale, par une succession quasi-ininterrompue d’interventions militaires aux quatre coins de la planète.
            Elle est où, la démocratie ?

            Todd a toujours le même problème, dans tous ses écrits : une partie de lui voit la vérité, l’autre reste atlantiste. Peut-être est-ce par nostalgie d’une vieille conception de la modernité qu’il n’arrive pas à dépasser, je ne sais pas. En tous cas, la touche finale atlantiste qui vient clore et infirmer une réflexion impeccable, c’est presque sa marque de fabrique.


            • Globule rouge Le 30 août 2014 à 15h43
              Afficher/Masquer

              vous semblez croire qu’une democratie ne peut faire le choix d’une politique imperialiste, j’ai l’impression que vous confondez les principes de fonctionnement et de prise de decisions d’un groupe, avec le contenu des choix qu’il fait avec des personnes en dehors du groupe.

              Le mecanisme democratique est un rouage interne, ses principes ne valent grosso modo qu’entre ses membres et ne consistent essentiellement qu’a presenté une certaine facon de prendre des decisions. Une democratie peut malheureusement tres bien faire le choix d’une politique imperialiste.

              L’athene antique et ses derives dans la ligue de delos en est un exemple d’une democratie menant une politique imperialiste.


          • georges dubuis Le 30 août 2014 à 21h47
            Afficher/Masquer

            Si par malheur, il devait arriver que je sois chassé de ma patrie, ce n’est pas en Russie que je me réfugierais mais aux États-Unis selon une tradition familiale bien établie !
            A part, culture française et atlantiste, il faut comprendre, inclure, que c’est le fils d’un rabbin…..quand même.


        • C Balogh Le 30 août 2014 à 13h26
          Afficher/Masquer

          Bonjour, désolée, c’est une interview qu’ Olivier à fait avec Todd, donc, pas de lien.


          • subnihilo Le 30 août 2014 à 17h38
            Afficher/Masquer

            Il ne faut pas oublier que le concept britannique de la démocratie a pu se développer avant tout sur la notion historique de la thalassocratie (un peu comme Athènes en son temps). En effet, la Grande-Bretagne n’a jamais connu de guerre sur son sol ni d’occupation étrangère depuis le haut Moyen Age par les Saxons, les Vikings et les Normands.
            La seule peur rétrospective ayant hanté les esprits étant le fiasco de la Grande Armada qui aurait pu, si elle avait réussi, aurait pu imprimer une touche latine sur le développement de ce pays comme c’est le cas dans une certaine mesure des Pays-Bas.
            Et fort de cette couverture thalassocratique tout au long de son histoire, la Grande-Bretagne a pu jouer le rôle d’arbitre dans les conflits européens.
            Depuis la Première Guerre mondiale mais surtout depuis la Seconde, le rôle en est dévolu aux Etats-Unis qui eux-aussi, depuis leur indépendance, n’ont connu aucune guerre avec un pays étranger sur leur sol ni aucune occupation étrangère et qui bénéficient eux-aussi d’une certaine thalassocratie (nuancée cependant par l’existence des armes nucléaires) compte tenu de leur isolement géopolitique et surtout grâce à leur armée (on avait bien vu à l’époque l’hystérie étatsunienne lors de la crise des missiles à Cuba).


    • Wilde Jagd Le 30 août 2014 à 09h57
      Afficher/Masquer

      Vous mettez le doigt sur une caractéristique récurrente des interventions d’Emmanuel Todd à propos de la crise ukrainienne : il passe systématiquement sous silence le rôle des USA.

      À première vue c’est surprenant de la part d’un esprit aussi brillant et aussi bien informé ; ça l’est un peu moins si l’on considère qu’il a fait ses études à Oxford et qu’il en a gardé de considérables “affinités” avec la culture anglo-saxonne.

      On reste donc perplexe quand ce remarquable chercheur, qui avait prédit avec quinze ans d’avance la décomposition de l’URSS et l’échec de l’euro, affirme (sans rire) que dans cette crise ukrainienne l’Allemagne agirait pour son propre compte et qu’elle aurait échappé au contrôle des USA. Car bien évidemment Washington contrôle parfaitement Angela Merkel, et ce malgré l’opposition de plus en plus vive des milieux d’affaires allemands, qui se rendent bien compte que leur avenir est à l’Est.

      L’épisode suivant se jouera peut-être quand la BCE, moyennant quelques contorsions à l’égard des règlements, essaiera de faire du quantitative easing pour sauver l’euro à l’agonie. Ce qui pour les Allemands, cour de Karlsruhe en tête, serait évidemment inacceptable.


    • philbeau Le 30 août 2014 à 11h37
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord avec vous , ça donne une étrange impression après la lecture de son propos …
      Assez courant chez E.Todd , que je n’arrive pas à trouver très crédible quant à ses convictions , malgré des analyses souvent pertinentes .


  6. esope Le 30 août 2014 à 08h40
    Afficher/Masquer

    La démocratie, c’est quoi ?

    C’est un système, parmi d’autres, pour mettre en place des dirigeants. Elle donne la parole au peuple pour mander des candidats qui font preuve de leur efficacité (démontrée ou supposée).
    Ce système est efficace si les mandants (le peuple) sont satisfaits des résultats opérationnels de ses mandataires.

    La Russie est-elle plus démocrate que la France ?

    N’y ayant jamais mis les pieds, je me garderai bien de rendre position sur ce sujet. C’est aux Russes d’y répondre.
    Ce que je peux constater, par contre, c’est qu’en France la démocratie est malade. Elle est étouffée par un système de partis qui ne songent qu’à rester au pouvoir ou à y accéder. Ils se déchirent entre eux ou en interne, sans aucun esprit démocratique. Les élections y sont partout, à tous les niveaux (nationaux, régionaux, départementaux, municipaux, syndicaux, etc.), des parodies où les pouvoirs en place essayent de jouer de leur pouvoir pour s’y maintenir. La démocratie n’est qu’une façade qui ne trompe plus grand monde quand on regarde derrière. Il règne dans le pays une manie qui consiste à multiplier les occasions de « faire appel aux urnes » pour fournir aux partis des occasions de renforcer leur emprise sur l’opinion. Les promesses irréalistes de lendemains qui chantent se développent comme des champignons parasites.

    Il y a-t-il un remède docteur ?

    Il faut un préalable qui n’est pas encore en place, du moins je le crains. C’est une prise de conscience généralisée du phénomène. Les pouvoirs en place font tout pour l’éviter, en particulier par le conditionnement des esprits dès l’école où l’on sacralise la révolution de 1789 comme une renaissance féérique et où l’on brandit la démocratie comme un étendard sans jamais se poser la question de savoir s’il est ou non mité.


  7. Nerouiev Le 30 août 2014 à 09h19
    Afficher/Masquer

    Il y a aussi l’indice de GINI amplement présenté par O Berruyer sur ce site. Il indique le niveau des inégalités sociales en revenus. Je n’ai pas su trouver des statistiques actualisée car ça bouge vite en Russie ces dix dernières années. La classe moyenne s’y développe, c’est l’inverse en Europe et aux USA qui s’en inquiètent d’ailleurs.


  8. perceval78 Le 30 août 2014 à 09h25
    Afficher/Masquer

    Puisqu’on parle de chiffres, des infos intéressantes

    1) Francois Heisbourg : Nombre d’objects connectés dans le monde
    2) Thomas Gomart IFRI : Budget militaire russe 2015
    3) Thomas Gomard IFRI : Combiné sanctions economiques ,reassurances, signaux militaires
    4) Thomas Gomart IFRI : Devons nous nous préparer à la guerre
    5) Thomas Gomart IFRI : des pourparlers secrets Americano Russes

    François Heisbourg @FHeisbourg · Aug 28
    Great map @evolvingcities: A map of every device in the world that’s connected to the internet http://bit.ly/1qlBkia

    Thomas Gomart @ThomasGomart · 22h
    #Ukraine – conséquence de la demilitarisation de l’Europe – dépense militaire de le #Russie doit atteindre 6,8% du PIB en 2015

    Interview dans les echos
    =
    http://videos.lesechos.fr/news/interviews/t-gomart-ifri-en-ukraine-c-est-l-ordre-de-securite-europeen-qui-est-jeu-3756448603001.html
    =
    Retweeted by Thomas Gomart
    Anne Applebaum @anneapplebaum · 14h
    If war is coming to Europe, shouldn’t we prepare?
    http://www.washingtonpost.com/opinions/anne-applebaum-war-in-europe-is-not-a-hysterical-idea/2014/08/29/815f29d4-2f93-11e4-bb9b-997ae96fad33_story.html
    =
    Retweeted by Thomas Gomart
    Andrew S. Weiss @andrewsweiss · Aug 26
    Secret US-Russia talks on #Ukraine held in Finland? Actually, it was a Track 2 dialogue. All details avail here:
    =
    http://theatln.tc/1t9JBJO
    =


  9. Philippe Le 30 août 2014 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Avant ma consultation journalière du site je regardais les chiffres de la banque mondiale, il y a plein d’exemples qui sont en faveur de la Fédération de Russie.
    Un exemple parmi d’autre: l’évolution du revenu par habitant.
    (Une majorité des pays à forte évolution du revenu ont pour la plupart des liens qui se délitent avec les USA)
    Si l’on veut imposer un modèle et que les chiffres indiquent que ce n’est pas trop l’exemple à suivre, je comprends que cela contrarie les USA. Jusqu’à maintenant les bombes intelligentes sans dommages collatéraux ou des révolutions téléguidées pour apporter la démocratie arrivaient à corriger les chiffres.


  10. Jérôme Le 30 août 2014 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Olivier, j’ignore si cela vous intéresse, j’ai écrit une analyse à destination de certains de mes clients institutionnels (je travaille pour une banque). Il s’agit d’une opinion sur le changement rapide des évènements dans l’est de l’Ukraine auquel on assiste depuis jeudi. Confirmations de ce changement rapide, deux constatations du Monde à paraître aujourd’hui: http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/08/30/les-etats-unis-souhaitent-une-coalition-mondiale-pour-lutter-contre-l-etat-islamique_4479241_3222.html et http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/08/30/le-regain-de-tensions-a-l-est-laisse-les-marches-de-glace_4479287_3234.html

    Enfin de véritables preuves de la présence russe en Ukraine !

    Voilà les titres du FT ce matin (29 août) :
    – Russia has ‘over 1,000 troops’ in Ukraine
    – Ukraine worries rekindle risk aversion
    – Russia moves to freeze Ukraine conflict: military analysts see Moscow’s stealth offensive as a strategy to force Kiev to call a ceasefire and enter talks, which could last for years

    Alors, on veut bien admettre l’évidence : il y a des soldats russes qui se battent en Ukraine. Et oui, cette fois c’est officiel (même Poutine l’a reconnu). « On vous l’avait bien dit » pouvons-nous lire dans les yeux des journalistes (propagandistes à leurs heures perdus) et de tous les soutiens de Kiev ! Mais quitte à décevoir ces détracteurs, finalement, tous ces titres, de la part d’un journal qui, depuis le début du conflit, a clairement choisi son camps, semblent assez légers. Où sont les appels officiels à de nouvelles sanctions ? Pourquoi citer des « experts militaires » anonymes plutôt qu’Obama, Hollande ou Merkel ?… Où sont passés tous les pourfendeurs de Poutine en Europe et aux USA ? BHL doit rester sur sa faim !

    La contre-offensive est pourtant terrible, et les revers ukrainiens, sans appel : hier matin (28 août), on lisait « Ukrainian port of Novoazovsk has fallen to pro-Russia fighters, Ukrainian security officials say (BBC) ». Maintenant que la présence de russes en Ukraine est solidement établie, il est très probable que les russes sont derrière cette contre-attaque. Alors où est L’OTAN ?

    Pour le moins, c’est un sacré revers de fortune pour les partisans de la « révolution populaire de Maidan »… Pile au moment où on a ENFIN des preuves solides d’une ingérence russe, c’est le silence radio en Occident ! Zut alors ! D’ailleurs ce n’est pas tout à fait le silence radio. Vers 09h30 hier, on pouvait lire sur le site de la présidence ukrainienne :

    UKRAINIAN PRESIDENT POROSHENKO SAYS RUSSIAN MILITARY INVASION HAS TAKEN PLACE – PRESIDENTIAL WEBSITE

    Et puis soudain, vers 10h15 :

    CORRECTED-UKRAINIAN PRESIDENT POROSHENKO SAYS RUSSIAN TROOPS HAVE BEEN BROUGHT INTO UKRAINE (NOT ‘RUSSIAN MILITARY INVASION HAS TAKEN PLACE’) – PRESIDENTIAL WEBSITE

    Pourquoi un tel changement ?? (par ailleurs assez ridicule, on l’admettra). On ne peut s’empêcher d’avoir l’impression que quelqu’un a « conseillé » M. Porochenko de changer ses déclarations (1984 quand tu nous tient !). Un coup de fil direct de la Maison Blanche peut-être ? En tous les cas, il semble y avoir de l’action en coulisses dans le camps des pro-Kiev, et ça commence à ressembler à une comédie…

    De son côté Poutine garde le silence (pour de vrai), mais un sondage récent vient de montrer que la population russe est largement opposée à une intervention en Ukraine… ceci expliquant peut-être cela, ainsi que le mensonge des troupes russes mystérieusement « égarées à 20km en territoire ukrainien » (la légendaire finesse de la propagande russe). Mêlé à la soudaine neutralité du camps occidental, on pourrait se dire que ce mensonge grossier était finalement destiné aux russes et non à l’Occident… Mais enfin, en ayant en tête la percée de l’EIIS, on pourrait se demander si ces deux bouleversements concomitants ne sont pas liés. On se rappelle que depuis le début des interventions des Etats-Unis au début du siècle, la Russie fournit un tiers des armes et équipements à l’OTAN, ainsi que son espace aérien pour le transport de troupes, et l’utilisation de certaines de ses bases navales et aériennes dans les ex-satellites soviétiques. Historiquement, la Russie a été un allié capital de la stratégie américaine au Moyen-Orient. La situation ukrainienne a sérieusement entamé ce capital de réciprocité.

    Et voilà que peu de temps après l’annonce de la présence de militaires russes en Ukraine, on lit, avouons-le, un peu incrédules :

    *NATO OFFICER: RUSSIAN TROOPS IN UKRAINE SERVING AS ADVISERS – BBG.

    Disons-le simplement : juste au moment où Poutine reconnaît officiellement qu’il y a des soldats sur place, on a l’étrange impression que l’OTAN (et donc les Etats-Unis) eux-mêmes tentent de minimiser la présence russe en Ukraine alors même que Kiev n’arrête pas son flot de déclarations affolées. On lit « more than 1,000 Russian troops are operating in Ukraine » mais soudain plus personne ne parle de sanctions. Même les marchés financiers semblent ne plus vouloir réagir… c’est le silence radio en Europe et aux US. Il y a à peine un mois et en dépit du manque troublant de preuves, c’était sanctions, sanctions, sanctions, presque tous les jours. Ce matin, Poutine se permet même une adresse directe aux militaires ukrainiens encerclés, et leur propose de repartir à Kiev en échange de leur sécurité. Les réactions indignées ? Aucune en vue… La différence est tellement béante que c’en est presque beau.

    La question est évidente : Poutine aurait-il négocié le silence relatif des américains et de l’OTAN sur l’Ukraine ? Cela pourrait-il être en échange d’une aide logistique (ou autre ?) contre l’EIIS et des bombardements en Syrie ? Ce ne serait pas nouveau (on se rappelle du long silence de l’Occident sur l’intervention des russes en Tchétchénie contre leur support en Irak), et même si pour le moment, il semble difficile d’imaginer qu’une telle négociation a explicitement eu lieu – vu le vide diplomatique entre les deux super puissances – il serait naïf de penser qu’elle ne trotte pas dans la tête des stratèges des deux camps. En substance, « M. Poutine, l’Occident vous autorise à soutenir militairement les rebelles pro-russes dans l’est de l’Ukraine, mais vous prie de ne pas protester si on bombarde la Syrie ». Demain, si jamais l’EIIS s’installe durablement, pourquoi ne pas imaginer que les russes rouvrent leurs bases et leur espace aériens à la logistique l’OTAN… contre une invasion pure et simple de toute l’Ukraine.

    On se demande comment les partisans de la révolution « populaire » et « bon-enfant » de Maidan réagiraient alors, eux qui croient de tout leur cœur que ce soulèvement était emmené par l’amour illimité de la liberté et la démocratie – et à ce titre garanti par nos chers alliés américains sur-lesquels-on-peut-compter-à-cent-pour-cent. Que penseront-ils s’ils constatent que leurs amis de l’OTAN et le prix Nobel de la paix de la Maison Blanche, uniquement motivés par des intérêts géopolitiques et leur sécurité personnels, marchandaient à vil prix l’avenir des ukrainiens épris de « liberté » ? Dans le cas présent, et malgré l’avalanche d’indices contrecarrant leur admiration béate des méthodes de Kiev, beaucoup ne semblent pas à une déconvenue près…


    • Perekop Le 30 août 2014 à 12h04
      Afficher/Masquer

      Excusez-moi, mais on dirait que c’est bien confus dans votre tête. Vous devriez lire un peu plus souvent Les-crises, et un peu moins Le Monde. Poutine n’a jamais dit qu’il avait envoyé des troupes en Ukraine, il a dit qu’il peut s’y trouver des Russes partis en volontaires, et les Novorusses sont largement majoritaires de toute manière.
      Quant aux malheureux dix (10 !!! vous parlez d’une invasion, ou même d’une incursion !) parachutistes, il faut comparer ça avec les centaines de soldats ukrainiens qui se sont retrouvés en Russie depuis ces dernières semaines, sans que personne n’en fasse une affaire d’Etat, comme d’ailleurs pour les obus lancés sur le territoire russe. Cela prouve seulement que, comme on l’a déjà écrit plusieurs fois ici, les Ukrainiens n’ont jamais jugé utile de délimiter clairement leur frontière avec la Russie, depuis plus de vingt ans. Chose qui, héhé, aurait dû être remarquée depuis très longtemps à l’ONU ! Aucun GPS ne peut totalement remédier à une absence de marquage. Quand votre voisin déplace sournoisement sa clôture d’un buisson à l’autre près de votre maison de campagne, vous aurez bien du mal à vous en rendre compte !
      Bonne journée


      • Jérôme Le 30 août 2014 à 12h52
        Afficher/Masquer

        Ah donc vous pensez sincèrement que les soldats russes pris 20 kilomètres à l’intérieur de l’Ukraine s’étaient véritablement “égarés”? Et puis, quid des revers extrêmement violents qu’a subit l’armée ukrainienne ces derniers jours? Que dire encore des déclarations de certains leaders de Novorossia (jamais démentis) affirmant que 2000 à 3000 russes se battaient à leurs côtés? Et puis, comment éluder le discours clairement impérialiste de Poutine à Poutine, jeudi soir où il fait sien le terme-même de Novorossia?

        Pour moi, la situation géopolitique a clairement évolué cette semaine, et l’OTAN a implicitement donné carte blanche à Poutine… Et même si ce n’est pas le cas, la subite montée en puissance de l’EIIS a changé inexorablement la done, Poutine et Obama en ont tous les deux conscience.


        • Badd Le 30 août 2014 à 19h15
          Afficher/Masquer

          Une précision tout de même : les leaders de Novorossia ont effectivement indiqué que des citoyens russes étaient à leurs côtés mais n’ont pas parlé de l’armée russe. Il n’y avait donc rien à démentir.


          • Jéjé Le 31 août 2014 à 15h36
            Afficher/Masquer

            D’accord et donc proposer la création d’un Etat indépendant dans le sud-est de l’Ukraine, sans que cela provoque la moindre réaction, c’est complètement fortuit aussi, c’est ça??


            • C Balogh Le 01 septembre 2014 à 13h03
              Afficher/Masquer

              Jeanne L vous a répondu Poutine n’a JAMAIS PARLE D UN ETAT!
              Ce sont les traducteurs(mauvais) qui manipulent l’opinion, d’ailleurs je l’ai encore lu ce matin dans le Dauphiné(libéré??)


    • languedoc 30 Le 30 août 2014 à 22h07
      Afficher/Masquer

      Poutine à mentionné des volontaires russes et non des soldats russes. nuance.


  11. isidore Le 30 août 2014 à 10h52
    Afficher/Masquer

    Emmanuel Todd , a le grand mérite d’ avoir pris aux sérieux les phénoménes démographiques .
    Et une fois de plus révéle le fond des choses . Nous avons la une pensée en France . Comme l’a pointé Wilde Jagd il a un singulier aveuglement vis à vis de la Finance , on va dire ‘US’ .
    Je ne crois pas que ce soit du à un attachement particulier à la culture Anglo-saxonne , pour lequel il faut faire vraiment beaucoup d’efforts actuellement et depuis au moins ne bonne génération .
    Je ne lui reproche pas de ne pas faire le rapprochement finance/démographie , c’est la question la plus complexe qui soit à mon sens , et surtout c’est l’énigme du Sphinx , celle qui ne reçoit de réponse qu’aprés coup et toujours en retard .
    Non , Emmanuel Todd , pour qui j’éprouve une reconnaissance certaine , sait et tait ce lien .
    Sur la crise de l’Euro c’est évident il s’acharne contre l’Allemagne ( avec des arguments fondés ) , mais silence radio sur les agents et les méthodes : G Soros , les hedges funds , au centre des mauvais coups Goldmann Sachs et la FED derriére , une attaque au moment où l’Euro s’envolait et attirait les fonds du Moyen-Orient .
    Méme chose en Ukraine , çà le déconcerte ….Pourquoi ? parce le sous-jacent de la finance US : le controle du commerce du pétrole et plus maintenant du gaz qui compense le pic pétrolier , demande du gaz de schiste et la déstabilisation de l’Ukraine , chemin direct entre l’Asie Centrale et l’Europe . Et tout çà est anti-démographique …Là il coince .


  12. isidore Le 30 août 2014 à 11h00
    Afficher/Masquer

    J’ajoute aussi un facteur négligé dans les écarts . L’accés des populations on va dire d’une maniére générale à la terre ( immo et agriculture ) . Qui permet une activité de self-production et d’échanges non-marchands , et plus encore non-fiscalisée . En Russie aprés la chute de l’URSS il y retour à un accés , alors qu’aux USA ,il y barrage comme la révélé la crise des subprimes et le maintien à bout de bras par la FED de prix élevés .
    En Ukraine il y a tentative d’un retour des hobereaux avec ses restrictions artificielles et spoliations arbitraires .


  13. Astro Popote Le 30 août 2014 à 11h51
    Afficher/Masquer

    Bonjour tout le monde,

    Je ne sais pas copier les vidéos.
    Celle-c, de 20′ et qui date de mai 14, a été censurée sur un premier lien.
    La revoilà sous un autre lien. Si quelqu’un pouvait la sauvegarder ou me dire comment faire ?
    https://www.youtube.com/watch?v=8SA_4c33PE4

    Elle résume l’histoire Ukraine de façon très pédagogique (accessible à tous). Elle la prend comme exemple extrême de l’instauration du Nouvel Ordre Mondial. 1) Maidan (mercenaires de l’Otan ne parlant pas la langue et néonazis) avec rappel du film de la télé allemande sur le sujet + 2) le protocole classique appliqué à l’Ukraine (prêt du FMI en lui faisant acheter des armes, donc endettement énorme qui sera payé par les gens, + biens du pays bradés aux américains, idem Grèce, Portugal…) + 3) accusation d’un haut dirigeant US envers Poutine comme traitre du Nouvel Ordre Mondial (il est donc menacé militairement) + 4) menace économique sur le gaz .+ 5) suivisme U.E du club Bilderberg (donc des américains), dont le programme (endetter les états) est payé par les citoyens (avec une exception : l’Islande). Ainsi le Tafta accompagné d’une cours de justice privée, et des républiques tenues par les francs-maçons (ce qui a fait capoter le projet islandais…). Les français n’ont pas accepté la constitution européenne, ni l’entrée dans l’Otan, ils sont donc illégitimes…


    • gil Le 30 août 2014 à 15h17
      Afficher/Masquer

      deux méthodes :
      1- la plus simple : utiliser le logiciel de navigation libre FireFox y adjoindre le plug-in ou greffon Downloadhelper. Dès ce greffons installé, une icone de 3 boules Rouge-Vert-Bleu s’anime à droite de votre barre d’adresse URL. Cliquer sur cette icone et faîtes sauvegarder….

      2- Plus complexe : Si la vidéo est intéléchargeable par la première solution. Copier l’adresse Internet-URL. Puis ouvrez le logiciel libre VLC. Par le menu Média/convertir-sauvegarder, coller l’adresse URL de la vidéo dans le champs de l’onglet Réseaux. Sans rentrer dans les processus d’encodage, choisissez l’encodage par défaut MP4. Nommez votre vidéo, sans oublier l’extension.
      Exple : mavidéo.mp4. Ce type d’enregistrement est plus long, car l’encodage se fait en temps réel (comme si vous faisiez une copie de VHS à VHS).


    • Michel Ickx Le 31 août 2014 à 01h30
      Afficher/Masquer

      Bonjour Astro Popote,

      J’ai pu enregistrer cette video. Si vous ne pouvez pas le faire, je pourrais vous en donner une copie, mais elle est trop longue pour l’envoyer pour mel. Avez-vous un site comme DROPBOX ou similaire?
      L’autre possibilité serait de la graver sur un DVD et de vous l’envoyer.
      Corialement


  14. Nicolas Le 30 août 2014 à 12h46
    Afficher/Masquer

    Petite piqûre de rappel, pour expliquer à ceux qui s’en moquent pourquoi vous vous sentez concerner:
    -Les soldats de Kiev qui sont prisonniers de la Novorossie sont correctement traités, nourris, soignés, et les conscrits ont la possibilité de retourner chez eux assez rapidement. Ils ont aussi la possibilité de rejoindre l’armée de Novorossie, et il semble que de plus en plus de prisonniers font ce choix (même si ce n’est que 10% ça va faire un bataillon), qui était très rare jusqu’à récemment.
    -Les soldats de Novorossie prisonniers des soudards de Kiev se font torturé, voire sont battus à mort. Voici le témoignage d’un survivant (Pseudonyme: Vodyanoï = Génie des eaux, de la compagnie de Motorola). Le simple résumé de son expérience me retourne l’estomac, je n’ai pas regardé la vidéo. Il a été blessé au bras. Une blessure suffisamment profonde pour que les tendons soient à nu. Un officier tirait sur ces tendons pour le faire parler. Ils l’ont attaché à un arbre pendant que les siens tiraient à l’artillerie. Ils ont parlé de l’attacher à un blindé, pour rire, un peu comme ils tirent sur les marchés et les écoles pour rire. Très américain comme humour (se souvenir des soudards zuniens qui s’amusaient comme des petits fous en tirant sur des civils, révélés par wikileaks). Ils ont parlé de lui faire porter un gilet par balle pour le tester (les gilets pare-balles de Kiev sont de fait de très mauvaise qualité, principalement parce que les officiers empochent la différence de prix entre la mauvaise qualité (parfois pas pare-balles du tout) et la bonne qualité). Il a ensuite été battu à coups de barres métalliques sur la tête, et on lui a versé du sel dans la plaie. Il a enfin été échangé contre un soudard de Kiev. Qui avait été bien traité…
    -A Donetsk, des enfants qui jouaient ont trouvé un appareil radio qui sert à guider les missiles. Poser un tel appareil rapporte 60 euros, de quoi vivre un mois. Sans ces enfants, une école et une crèche de plus auraient été anéanties.
    Voilà, c’est la barbarie quotidienne, habituelle à laquelle font face les habitants du Donbass.
    Malgré cette barbarie, la victoire est en vue et l’effondrement des forces barbares n’est plus qu’une question de mois. 3 au maximum au rythme actuel : On s’approche des 30 blindés perdus par jour (destructions+captures), en plus des pièces d’artilleries. La Novorossie dispose maintenant de 2 lance-missile SS-21, d’une portée d’environ 100 km. Pas beaucoup de précision sur la quantité de missile disponible ni sur l’état actuel du matos, mais ils devraient bientôt être mis à contribution. 4 avions SU-25 auraient aussi été détruit dans la seule journée d’hier (Kiev ne confirme qu’une perte), ce qui confirme le rythme d’anéantissement de l’aviation ennemie, 2-3 avions ou hélico par semaine.
    Etant donné la grande quantité de matériel anti-aérien récupéré depuis 2 semaines, pas très étonnant que des avions tombent. D’autant que la formation des pilotes ukrainiens est très mauvaise. On a plusieurs fois indiqué que les pilotes de Kiev auraient pu s’échappé s’ils avaient tout simplement été capables d’utiliser les systèmes de leurres (thermiques) à leur disposition !
    Pas de grande avancée hier, il y a d’une part les discussions pour laisser partir les milliers de kiéviens pris dans des poches, mais il faut qu’ils laissent leurs armes (ça pourrait apporter 300 blindés d’un coup à la Novorossie !) et Kiev ne veut pas, donc la dernière chose que j’ai entendu, c’est qu’ils ont ordre de se battre jusqu’à la mort, en gros. Il faut donc s’attendre à un énorme rythme de redditions (il y a eu 1000 redditions pendant les 4 premiers jours de l’offensive novorusse). Les discussions ne passent de toute façon pas réellement par Kiev mais se fait avec ceux qui sont pris au piège : les 93è, 25è, 30è, 40è bataillons / brigades. Zakhartchenko (le nouveau premier ministre) leur a posé un ultimatum : laisser toutes les armes, y compris les blindés en bon état et sortir vivant, ou mourir. A suivre. On parle au bas mot de 100 blindés, voire jusqu’à 400. De quoi reprendre l’offensive au nord et reprendre Slavyansk.
    La motivation est évidemment au plus bas côté Kiev. 2 bataillons de volontaires sont tout simplement rentrés chez eux (à Odessa et dans l’ouest).
    Dans cette situation, les médias kiéviens ont du mal à trouver des bonnes nouvelles. Ils ont ~5000 soldats encerclé et font toute une histoire parce que 28 d’entre eux ont réussi à sortir de l’encerclement (combien sont morts en route?)
    La confrontation autour de Marioupol est en phase préparatoire. La ville est encerclée (Novorusses 20 à 30 km du centre-ville, combats apparemment toujours en cours à Ourzouf), mais ses abords sont minés et fortifiés. La route Donetsk-Mrioupol semble être contrôlée par la RPD jusqu’à 20 km du centre de Marioupol. Il y a eu d’énormes embouteillage de gens fuyant vers l’ouest, que l’on peut interpréter de plusieurs façon. D’une part il est normal de fuir la guerre. D’autre part ces gens n’ont que la télé ukrainienne, qui leur dit que l’armée novorusse est une bande de terroristes assoiffés de sang. Et puis tout simplement, les habitants russophobes qui chantaient “gloire aux héros”, humiliaient les russophones etc ont peut-être peur du retour de bâton. Mais dans l’ensemble, les manifs semblent indiquer qu’une grande part de la population espère être libéré du joug kiévien (il y a eu à Marioupol un massacre de civil par l’armée, des humilitations, les exactions des milices nationalistes etc). A suivre. Je ne serait pas surpris si l’armée novorusse trouve 5000 volontaires dans la population de Marioupol, dès sa libération.
    Lundi, rentrée des classes. Kiev a annoncé qu’elle n’aura pas lieu dans les 872 écoles du territoire de Novorossie et fait tout pour causer des problème à ce niveau (écoles bombardées, notamment), la RPD et la RPL ont promis que la rentrée aurait lieu. A suivre.


    • sadsam Le 30 août 2014 à 13h22
      Afficher/Masquer

      @Merci Nicolas

      Pour Kolomoïski, un de ses collaborateurs avait annoncé il y a 2 ou 3 jours (dans Leviy Bereg, me semble t il) qu’il allait s’occuper maintenant de la situation en Zaporojie. Sans plus.
      Ce sont d’ailleurs toujours ses collaborateurs qui parlent à sa place. Est-il bien à l’étranger ?, comme on le dit.

      Je n’ai pas vu que quelqu’un ait mentionné ici les soucis du M russe de la défense,Shoigu, qui avait assisté à une cérémonie en Slovaquie, pour rentrer en Russie. La Pologne lui avait fermé son espace aérien.

      Sinon les amis retour de vacances sont bien étonnés quand on leur dit que le nombre de victimes civiles bombardées dans le sud est par l’armée de Kiev est à peu près égal au nombre de morts à Gaza et qu’il y a presque un million de réfugiés (dont 800.000 en Russie). E ils confondent un peu les Russophones du Donbass et les Russes de Russie.


      • Nicolas Le 30 août 2014 à 14h40
        Afficher/Masquer

        @sadsam : Franchement je ne comprendrais pas ce que Kolomoïski ferait en Ukraine. Ce serait très bizarre qu’il s’y trouve. Même en dehors des menaces sur sa vie (il doit bien y avoir quelques millions d’ex Ukrainiens qui veulent sa mort, en-dehors du Donbass), la vie en Ukraine est loin d’apporter le confort dont il dispose au bord du lac de Genève http://luxlux.net/oligarh-igor-kolomoyskiy-pokazal-svoy-osobnyak-v-shveytsarii-87045/


    • Nicolas Le 30 août 2014 à 15h46
      Afficher/Masquer

      Je reviens, j’avais oublié un développement important : il y a eu un nouveau sabotage par les maquisards de Kharkov : 2 blindés endommagés, 2 soldats de Kiev tués. C’est au moins la 2ème attaque dans la région en 2 semaines. C’est pour l’instant très très loin des grandes batailles qui ont lieu en Novorossie, mais les rebelles du Donbass avaient commencé par des embuscades de ce genre. C’est peut être le tout début de ce qui pourrait devenir la République Populaire de Kharkov (RPKh?). Et bien sûr, en attendant, ce genre d’actions contraint Kiev à utiliser des milliers de soldats qui auraient pu aller au front pour le “maintien de l’ordre” très loin du front…
      Pour ne pas vous soûler avec les bombardements quotidiens (toujours la même chose, les mêmes cibles civiles avec l’objectif de détruire la société novorusse et son infrastructure), un peu de nouvelles sur l’ambiance à Chakhtyorsk, qui a eu son lot de souffrances et destructions : Il y a un drapeau ukrainien sur l’asphalte, au niveau d’une position fortifiée (“blokpost”). Les gens qui passent s’arrêtent pour cracher dessus, ou juste rouler dessus. Beaucoup voudraient déchirer le drapeau en y faisant patiner leurs pneus, mais les soldats qui gardent la position ne le permettent pas : il faut qu’il y en ait pour tout le monde !
      La vie a déjà repris à Chakhtyorsk, qui se trouve désormais à 40 km du front. L’hôpital n’avait qu’un seul médecins qui osait travailler pendant les bombardement, il tourne désormais normalement.
      La situation reste très difficile à Donetsk mais surtout Lougansk. Kiev a lancé une offensive et affirme avoir tué 40 soldats de la RPL. En général Kiev annonce des nombres de “terroristes” tués totalement farfelu, on peut espéré qu’il s’agit de beaucoup moins que 40. Mais il est certain que Kiev concentre des force très importantes dans les banlieues de Donetsk, Gorlovka et Lougansk et que ces forces restent très dangereuse malgré l’offensive sur Marioupol.
      Lire les médias ukrainiens est intéressant par ce qui apparaît en creux. Par exemple, une manif contre l'”agression russe” à Odessa (ville martyrisée par les milices nationalistes a rassemblé… quelques centaines de personnes. Sur une population d’un million d’habitant, ça donne une idée de l’ambiance. Quelques centaines de personnes, ça doit être tous les nationalistes qui sèmes la terreur en ville, en chassant les pro-russes, les communistes etc. Autre info, 100 étudiants du Donbass étudieront en Pologne. Moui, d’accord, 100 étudiants. Il y a 800000 réfugiés en Russie, dont assurément plus de 10000 étudiants (la proportion normale serait près de 30000 étudiants) pour qui l’université sera gratuite, 100000 réfugiés dans l’ex Ukraine dont un peu plus de 1000 étudiants, pas difficile de comprendre où le peuple du Donbass se sent majoritairement en sécurité, en lisant en creux les infos de Kiev. D’autant que beaucoup de ceux qui sont allés vers l’ouest l’ont vite regretté amèrement en raison de l’accueil hostile voire… de la conscription pour aller tuer leurs voisins !


      • Leterrible Le 30 août 2014 à 16h56
        Afficher/Masquer

        @ Nicolas…
        Je suis vos nouvelles avec sérieux et contrôle leur réalisation à postériori de 2 ou 3 jours dans la presse main-stream….
        Mes respects pour votre fiabilité en général.

        Par contre , sur le plan “géo-politico-stratégique” , vous écrivez à 12h46 :
        …”Malgré cette barbarie, la victoire est en vue et l’effondrement des forces barbares n’est plus qu’une question de mois. 3 au maximum au rythme actuel“…

        Sur le plan “géo-politico-stratégique” , à votre avis , c’est QUOI la victoire…?


        • Nicolas Le 30 août 2014 à 18h49
          Afficher/Masquer

          @Leterrible : Merci. il y a donc des lecteurs du blog parmi la presse “mainstream” :o)
          “c’est QUOI la victoire…?”
          Très bonne question. Les avis sont très partagés parmi les Novorusses eux-même. La libération et l’indépendance du Donbass était une réponse courante, et c’est la victoire a minima, mais au-delà certains veulent aussi le rattachement à la Russie (après tous, s’ils sont Russes ethniques, c’est normal). Un référendum dans ce sens aurait eu un résultat très négatif il y a un an, maintenant ce n’est pas sûr, vu que la Russie est la seule à les aider (aide humanitaire et probablement informations militaires) contre le reste du monde,même si le Donbass a tout à fait les moyens économiques, industriels, miniers, humains, agricoles etc. de devenir un pays indépendant relativement prospère. L’intégration dans l’espace économique eurasiatique (Russie, Belarus, Kazakhstan, pour l’instant) est aussi souhaité par la population (hors idéologie, beaucoup d’emplois dépendants de la Russie).
          En tous cas, la fédéralisation qui aurait apporté une solution pacifique et permis le maintien de l’Ukraine unie en avril, voire en mai, est désormais hors de question. Trop de sang, trop de destructions, trop d’humiliations.
          Goubaryov et d’autres parlent déjà de la libération de toute la Novorossie historique, jusqu’à Odessa (~45% de la population et ~80% des ressources minières et industrielles de l’ancienne Ukraine hors Crimée). De fait, des opérations de sabotages revendiquée par la République Populaire de Kharkov et par d’autres groupes en région de Zaporojié peuvent laisser présager une extension des pertes territoriales de l’Ukraine. L’armée de la RPD empiète légèrement sur la région de Zaporojié (un village frontalier de la RPD) et au moins un sabotage a déjà eu lieu dans cette région. Kiev n’a pas voulu négocier avec le Donbass, apporte l’effondrement économique et social de tout le pays et en particulier des zones russophones (l’industrie des régions de Zaporojié et Dnepropetrovsk dépend beaucoup de la Russie), donc au moins une autre région pourrait très bientôt rejoindre l’insurrection, malgré le lavage de cerveaux opéré par les médias ukrainiens. S’ils veulent limiter les pertes territoriales au Donbass, il est plus que temps de commencer à négocier sérieusement.
          Au-delà, Goubaryov parle aussi de libérer Kiev de ses oligarques. L’objectif serait alors plutôt de conserver toute l’Ukraine, éventuellement sans la Galicie (l’ouest catholique, russophobe, polonophile) qui serait alors soit un pays indépendant très très pauvre, soit dépecée entre la Pologne, la Hongrie et la Roumanie. Je crois que c’est Staline qui a intégré la Galicie à l’Ukraine, et le bain de sang actuel est en grande partie une conséquence de cette erreur.
          Mais la position officielle novorusse est que ce sont les régions novorusses elle-même qui doivent exiger leur libération.
          Notez que les politiques novorusses, et en particulier le gouvernement de la RPD se passent ostensiblement de prendre des positions politiques, pour une raison simple : Dans les rang de son armée il y a des divisions d’orthodoxes très religieux (un pope qui les accompagne, la messe avant chaque bataille, ils se battent pour le Christ), des communistes, des nostalgique de l’Empire russe (de fait une même colonne de soldats de RPD peut montrer un drapeau soviétique et un drapeau tsariste flotter au vent), des anarchistes qui veulent un Donbass indépendant, et des Serbes qui ont une revanche à prendre sur les Zuniens, des Afghans, Ossètes ou Abkhazes qui ont une dette envers le peuple russe. Certains adulent Poutine, certains le détestent (probablement un peu moins vu ses efforts pour les aider). Donc pour l’instant pas d’objectif politique précis.
          Objectif militaire minimum: repousser Kiev hors du Donbass (la Novorossie contrôle maintenant ~40% du territoire du Donbass, il reste donc beaucoup à faire),
          Objectif maximum: repousser les nationalistes galiciens jusqu’à Lvov.
          Le problème avec l’extension de la Novorossie hors Donbass, c’est que la propagande financée à coup de milliards par les Zuniens a convaincu toute une génération de jeunes que la Russie est leur ennemie. On verra si cette propagande résiste à l’hiver (les gens ont l’habitude des apparts chauffés à 25°C, pas sûr qu’ils s’habituent à 20°C voire moins, et aux douches froides). La révolte pourrait balayer la junte avant Noël. Au moins à Kharkov il reste une grande partie de la population pro-russe (il y a eu une très grosse manif pro-russe, quand c’était encore possible). Il sont pour l’instant contraints à se taire, ça ne devrait pas durer. Je ne serait pas surpris que se forme en RPD un bataillon composés d’habitants de régions novorusses occupées par le régime de Kiev et fasse entrer ce bataillon dans la région de Zaporojié. C’est pas un pronostic, juste une possibilité. Avant ça il faut encore libérer Marioupol et Slavyansk, donc ya le temps de voir venir (et de voir évoluer les actions menées en régions de Kharkov et Zaporojié).


          • Jacques Le 30 août 2014 à 22h06
            Afficher/Masquer

            Merci de votre chronique quotidienne des combats et de nous faire partager votre connaissance du terrain.


          • Perekop Le 30 août 2014 à 22h20
            Afficher/Masquer

            Cher Nicolas, je profite de l’occasion pour vous remercier pour le travail spécifique que vous accomplissez sur ce blog, je suis devenue accro aux cartes de Kot Ivanov (?) au point d’aller regarder moi-même quand vous vous faites trop rare.
            Par ailleurs, bien sûr qu’il y a des lecteurs de ce blog qui lisent les journaux mainstream, voire s’efforcent d’y envoyer quelques sons de cloche discordants (dans mon cas, le Figaro, même si – le plus souvent – le dégoût me prend très vite, à lire les élucubrations de Pierre Avril, Emmanuel Grynszpan, et autres décervelés).
            Надежда умирает последной ! (l’espérance meurt en dernier).


          • Noam Le 31 août 2014 à 23h30
            Afficher/Masquer

            .
            @nicolas
            Nous vous remercions infiniment pour votre travail de fourmi et de synthèse.


      • Wilde Jagd Le 31 août 2014 à 01h24
        Afficher/Masquer

        @ Nicolas

        Un simple mais très grand merci pour le travail fantastique que vous faites.


  15. Un prof ... Le 30 août 2014 à 12h51
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Juste un témoignage personnel: je suis professeur de sciences physiques dans un lycée en France.

    L’année dernière, en première S, j’avais une élève russe. Elle n’avait appris le français que depuis 5 ou 6 ans environ.

    Elle a fini 1ere au bac blanc de français au lycée (sur 4 classes), elle apprend seule le japonais, pour le fun.

    Elle me posait des questions en sciences physiques sur des thématiques abordées à bac +2/+3 (entropie par exemple), et Vladimir Poutine est son idole. Son niveau scientifique est excellent. Idem dans d’autres disciplines.

    A mon échelle, je ne peux que confirmer certaines observations de E. Todd sur la qualité de la formation des jeunes russes et la popularité de Poutine.

    Par contraste, la bêtise et l’inculture actuelle de notre “élite” politique, médiatique et économique n’en est que plus visible …

    J’attends les premières coupures de gaz pour voir la tronche de la Pologne et de l’Allemagne …

    Les lois de la Physique sont incontournables, et elles marchent, contrairement aux “lois économiques” qui tiennent plus de l’astrologie que d’une science exacte …


  16. yoananda Le 30 août 2014 à 13h15
    Afficher/Masquer

    Todd loupe l’éléphant dans le couloir : la bombe démographique. Il ne jure que par la croissance démographique, a grand coup d’immigration s’il le faut.
    Pour un démographe, c’est quand même un comble, à l’heure du pic pétrolier, du réchauffement anthropique, et de l’échec de l’immigration de remplacement, il pourrait au moins nuancer un poil ses propos.
    C’est un adepte de la religion de la croissance qui n’a rien à envier aux économistes et leur croissance du PIB, comme alpha et oméga de toute réflexion.


    • esope Le 30 août 2014 à 13h48
      Afficher/Masquer

      C’est le travail des plus jeunes qui nourrit les plus vieux qui ne travaillent plus, sans compter tous ceux qui n’ont jamais rien produit sinon des postures. Si le renouvellement des classes d’âge est insuffisant, que se passera-t-il sinon une mise à la diète progressivement accélérée pour tout le monde ?


    • ploi Le 30 août 2014 à 15h55
      Afficher/Masquer

      Le nombre de naissances est à distinguer de la croissance démographique.

      Si vraiment votre conviction est au manque de ressources qui ferait mécaniquement baisser le nombre d’individus vivant sur la Terre, il est possible de faire plus d’économies en limitant l’âge des individus qu’en empêchant des naissances.
      On pourrait par exemple arrêter de soigner certaines maladies à partir d’un certain âge car ça coûte un maximum pour une espérance très faible de la durée de vie ainsi gagnée.


      • KOMETA Le 31 août 2014 à 05h00
        Afficher/Masquer

        Esope & Ploi.

        Devriez professer vos inepties sur le site d’Attali, mieux adapté à ce genre de commentaires.

        L’art de se tirer dans le pied.

        PS/ Il m’est très étrange de retrouver sur ce site ce genre de propos et il est à souhaiter que la ‘maison’ devrait ouvertement s’en distancier.


        • ploi Le 31 août 2014 à 16h03
          Afficher/Masquer

          @Kometa

          Il n’y a aucun argument dans votre propos…

          Je ne faisais qu’évoquer une autre possibilité dans le cadre fixé par Yoananda.

          Personnellement, je pense qu’on doit continuer à soigner tous les malades. Mais qu’on doit tout autant aider ceux qui désirent avoir des enfants.
          Et on verra bien ce qui se passe. Et on s’adaptera. Comme toujours depuis des milliers d’années. 😉


  17. isidore Le 30 août 2014 à 13h39
    Afficher/Masquer

    A chaque fois que je lis des posts sur la démocratie , en France . Je suis étonné par leurs limitations parce que ce sont des gens intelligents et instruits pourtant .
    Y a de l’inconscient là dedans . La premiére des libertés est l’initiative économique , on va dire . En France c’est complétement occulté par rapport aux Anglo-Saxons .
    Pourtant on a eu Montesquieu , Français de chez Français . Et bien avec Montesquieu on a réussi l’exploit de complétement passer à la trappe son ouvrage préparatoire à l’Esprit des Lois : Causes de la Grandeur et Décadence des Romains . Cela lui a pris 10 ans d’études pourtant , il en a pas conclut que des conneries , en témoigne sa conclusion , je pense , la cause c’est LA CONCENTRATION DES RICHESSES . Pourquoi c’est passé à la trappe ? C’est simple : c’est ce que dit Karl Marx avec plus de précisions , mais Marx était null en algébre comme on sait .
    On préfére se focaliser sur le formalisme des pouvoirs , les façons , les méthodes , la constitution ….et ngan , ngan , ngan … çà occupe les universitaires , les politiques et l’opinion .
    ( 4e pouvoir , on rigole , là …) Ce serait encore une erreur de Montesquieu de l’avoir ignoré !
    Un fait simple , c’est de la coutume , c’est de la culture , c’est quoi ?
    Lorsque vous voulez louer quelque chose en Angleterre , ou postuler à un emploi on ne vous demande pas des garanties en x exemplaires , ni des diplomes et un CV en plusieurs tomes , on dit oui si vous semblez correct . Si c’est pas le cas vous étes viré sans ménagements , éventuellement avec goudrons et plumes comme pour Srauss-Kahn . En France non un tas de lois vous protége une fois passé le barrage .
    Dans un cas il y a confiance à priori , libre initiative de part et d’autres , ce qui donne une opportunité aux salopards évidemment , et y en a foison ; dans l’autre la sécurité et l’ordre forment un frein , surtout lorsque la situation est nouvelle ou demande de la création .
    Le jeu est faussé dans les deux cas s’il y a trop de disparités entre les contractants .
    Mais le premier cas favorise création et nouveautés . L’autre les suit , au mieux .
    Le pb c’est que cette ouverture du monde Anglo-Saxons, s’applique aussi aux étrangers qui se pointent avec la réussite du systéme , mais ils viennent d’un monde ancien , méfiant et coincés et ne jouent pas vraiment le jeu , surtout s’ils peuvent se permettre une grosse mise comme les Maharadjas , ou les parvenus des Indes ou autres plus souvent désignés .
    Parce que les Concentrations de Richesses çà date pas d’hier . On peut par là penser qu’une bonne Constitution , soit un frein , mais peut étre pas suffisant . On a alors l’idée quelque part que les oligarques faut les mettre au pas , se protéger en tant que Nation , et donc se protéger des naifs de l’intérieur . On a alors Poutine et toutes les autres versions du protectionnisme jusqu’aux plus extrémes , mettons les Khmers Rouges . Où placer le curseur ? That is the question . C’est selon ce que vous estimez de votre situation , des enjeux , du contexte .
    Comme l’autre bord de l’Atlantique est manifestement corrompu , Poutine is right .


  18. Hellebora Le 30 août 2014 à 13h43
    Afficher/Masquer

    De l’intérêt général bien compris et de l’intelligence stratégique :
    Oh, comme ça fait du bien ! : “La Serbie s’en fiche des sanctions : boom des exportations en Russie et interdiction de transit des marchandises UE !”

    http://reseauinternational.net/serbie-sen-fiche-sanctions-boom-exportations-en-russie-interdiction-transit-marchandises-ue/


  19. Alae Le 30 août 2014 à 16h56
    Afficher/Masquer

    @Globule Rouge

    Je vous cite, “vous semblez croire qu’une democratie ne peut faire le choix d’une politique imperialiste”.

    Mes remarques portaient non sur le fonctionnement interne d’une démocratie, mais sur la culture anglo-saxonne qui “ferait toujours le choix de la démocratie”.

    Non. D’une part, les mécanismes électoraux aux USA ne sont pas ce que nous appellerions démocratiques (ils n’ont pas de suffrage universel). Les “Pères Fondateurs” avaient exposé leur refus catégorique d’une démocratie (selon eux, la démocratie, c’est la “mob rule”, la “loi de la populace”) et leurs raisons d’instaurer une république munie d’une “zone-tampon” entre le peuple et les élus : éviter ce qu’ils appelaient “la tyrannie de la majorité”.
    Encore aujourd’hui, nombre d’Américains citent ça comme parole d’évangile.
    http://www.theunion.com/opinion/7699648-113/democracy-majority-fathers-founding

    Donc, l’Amérique, une démocratie, non. Tout du moins, pas au sens où nous l’entendons.

    Ensuite, pour le Royaume-Uni. Ils ont eu, tout comme nous, leur révolution (1649-1640) mais n’ont pas pour autant instauré un système démocratique. Chez eux, après les remous inhérents à toute période post-révolutionnaire, le modèle de la monarchie constitutionelle a fini par prévaloir. Et l’Empire Britannique s’en est ensuivi.
    La montée des Bitanniques vers la démocratie s’est faite aussi graduellement et douloureusement qu’en France…

    Pour l’Athènes antique dont vous citez l’exemple, même si elle a servi de modèle à nos démocraties modernes, la démocratie y était uniquement l’apanage des citoyens libres mâles (donc de la fraction dominante de la population). Comme pour les Père Fondateurs des USA, et pour les mêmes raisons – les uns comme les autres étaient propriétaires d’esclaves – il eû été hors de question de donner la parole à l’intégralite de la population. La démocratie athénienne donnait la parole aux puissants, pas au peuple. D’où, peut-être, leur suprématisme (pour ne pas utiliser le mot impérialisme, déplacé dans le contexte d’une minuscule cité-Etat comme Athènes).

    En conclusion, je ne vois pas, dans tout ça, un quelconque élément qui permette d’affirmer que la culture anglo-saxonne fait “toujours le choix de la démocratie”. Ça me semble une affirmation totalement gratuite, un slogan politique atlantiste creux.


    • Nicolas Le 30 août 2014 à 21h17
      Afficher/Masquer

      Vous comprenez mal le principe de la démocratie athénienne. On peut prendre la constitution athénienne en modernisant la notion de “citoyen”, et votre argument fallacieux, anachronique et éculé tombe à l’eau. Il y avait parmi les citoyens athéniens des riches et des pauvres (ainsi que parmi les esclaves et les métèques), et la constitution démocratique empêchait les riches d’avoir le pouvoir. C’est de ça qu’il s’agit, pas du fait que les Athéniens d’alors vivaient il y a 25 siècles, ou au bord de la mer, ou utilisaient de l’huile pour se laver.


    • Noam Le 30 août 2014 à 21h56
      Afficher/Masquer

      Analyse pertinente.

      Dans le débat démocratie, voter, etc. je préfère Arrow et son théorème, voir l’article :
      Kenneth Arrow — Wikipédia
      fr.wikipedia.org/wiki/Kenneth_Arrow

      Kenneth Arrow en 2008 … Il est co-titulaire, avec John Hicks, du prix « Nobel d’ économie » en 1972. … Econometrica; ( en ) 1951, Optimal Inventory Policy, with T. Harris and J. Marschak, Econometrica …

      Le théorème d’impossibilité d’Arrow, également appelé « paradoxe d’Arrow », est une confirmation mathématique dans certaines conditions précises du paradoxe évoqué dès 1785 par Nicolas de Condorcet selon lequel il n’existe pas de fonction de choix social indiscutable, permettant d’agréger des préférences individuelles en préférences sociales. Pour Condorcet, il n’existe pas de système simple assurant cette cohérence.
      Arrow tente de démontrer, sous réserve d’acceptation de ses hypothèses, qu’il n’existe pas du tout de système assurant la cohérence, hormis celui où la fonction de choix social coïncide avec les choix d’un seul individu, parfois surnommé dictateur, indépendamment du reste de la population.

      Quelque part, voter est une arnaque !

      J’aime bien les maths… 😉


    • Wilmotte Karim Le 31 août 2014 à 12h08
      Afficher/Masquer

      Todd s’appuie sur les systèmes familiaux pour dire que ” la culture anglo-saxonne fait “toujours le choix de la démocratie””.

      On peut ne pas être d’accord mais ça n’a rien avoir avec un “slogan politique atlantiste creux”.

      Par exemple, la France de 1936 a fait le choix du Front Populaire, les Allemands de 33 celui du Nazisme et les USA celui de Roosvelt.


  20. Thomas Le 30 août 2014 à 18h43
    Afficher/Masquer

    Merci beaucoup pour cette reprise !

    J’en profite pour parler de l’excellent travail d’Alexandre Latsa sur le redressement démographique russe :

    http://alexandrelatsa.ru/category/demographie/


  21. Nicolas Le 30 août 2014 à 21h46
    Afficher/Masquer

    Un attentat contre Zakhartchenko a échoué.
    Il affirme que la rébellion (je ne sais pas si c’est son expression ou celle du journaliste) prépare une deuxième grande offensive. Il remercie aussi l’armée ukrainienne pour sa générosité, puisqu’elle lui offre des dizaines de blindés. Entre hier et aujourd’hui, l’armée de Kiev a dû perdre près de 100 blindés, dont la moitié (40 à 50) capturés aujourd’hui en état de fonctionnement, laissés par les soldats quittant le Donbass par le “couloir humanitaire”. Et 4 avions SU-25 ont été abattus hier. 2 systèmes de missiles SS-21 ont également été récupéré. Wiki indique une pauvre capacité de production de 12 blindés par mois à Jitomir, de quoi prolonger la guerre d’une journée quoi. Faudra que les Polonais et les Baltes soient généreux pour que Kiev résistent jusqu’à Noël.
    Par rapport à la question de la transition de tous les services étatique sous le contrôle de la Novorossie, dont je parlais l’autre jour, il faudrait ajouter que les services d’approvisionnement en eau et en électricité, très importants à cause des bombardements des stations de pompages et centrales électriques par Kiev, sont totalement passés sous contrôle novorusses, et font leur travail de façon admirable et avec courage. Plusieurs ingénieurs ont été assassinés par les soudards de Kiev lors de tentative de réparations d’une station de pompage, notamment (pendant le siège de Slavyansk). Ce qui rappelle que l’objectif est bien une épuration ethnique, en détruisant toute l’infrastructure nécessaire aux habitants du Donbass. Je ne sais pas si on peut appeler ça un service étatique, mais les médias d’états sont à peu près en place aussi (chaîne TV, agence d’info, radio, journal).


    • Noam Le 30 août 2014 à 22h10
      Afficher/Masquer

      @nicolas

      Pouvez-vous nous citer les principales sources ou liens, merci d’avance.


      • Nicolas Le 31 août 2014 à 07h31
        Afficher/Masquer

        @Noam: C’est une compilation de commentaires et articles postés sur http://forum-antikvariat.ru, les principaux comptes pro-novorusses de vk.com (Le plus complet, strelkov_info est tenu par 2 bénévoles à temps plein qui reçoivent quelques dons, et des témoignages de soldats et habitants, et il est suivi par au moins 229000 lecteurs), lenta.ru, novorossia.su, http://lifenews.ru, http://anna-news.info/ qui sont mes sources principales. L’avantage est que se sont les sources les plus fraîche. Le désavantage est qu’elle sont parfois imprécises car ce sont beaucoup des témoignages direct (et dans ce cas corrigées quelques heures plus tard, par exemple le nombre de blindés obtenus hier et peut-être de 40 au lieu des 50 annoncé au départ). C’est pour ça que j’utilise régulièrement le conditionnel, si une seule source donne l’info.
        Je consulte aussi régulièrement 112.ua, qui apporte aussi des information malgré les mensonges habituels des médias de Kiev.
        J’essaierai de préciser plus régulièrement les sources des faits importants. Je ne le fait pas toujours parce que c’est tout en russe donc pour la plupart des lecteurs, bof. Il y a des vidéos qui parfois sont instructives même sans comprendre les mots, dans ce cas je mets le lien. Pour ce qui est de l’attentat sur Zakhartchenko, il ne considère pas que tirer sur une colonne de véhicules à la Kalachnikov constitue un attentat. Allez zou, le lien http://lifenews.ru/news/139402
        Allez zou une vidéo qu’on comprend sans parler russe. Attention, c’est extrêmement dur, pas pour les mineurs… c’est la guerre quoi. Résultat d’une bataille (Komissarovka, entre Lougansk et Krasnodon), puis vers 5:00 résultat du bombardement d’un village (Baïratchki, 10 km de Debaltsevo en direction de Lougansk) https://www.youtube.com/watch?v=xJ8JeaeDNwU
        Ca faisait longtemps que j’avais rien mis comme ça. Personne n’est obligé de regarder hein…


        • C Balogh Le 01 septembre 2014 à 13h12
          Afficher/Masquer

          Bonjour Perceval,
          Je voulais visionner une partie de votre vidéo(la dernière citée) et….
          Cette vidéo est privée.
          Opération impossible


          • Nicolas Le 01 septembre 2014 à 13h21
            Afficher/Masquer

            @C Balogh: c’est moi qui ai posté ce message, et effectivement la vidéo est devenue inaccessible, dommage. Merci de le signaler. Je n’ai pas enregistré cette vidéo, désolé.


    • Noam Le 30 août 2014 à 22h44
      Afficher/Masquer

      2 sites pour les curieux qui viennent s’informer sur les-crises :

      L’agence d’information officielle de la nouvelle Russie :
      http://www.novorossia.su

      Un site d’union plutôt spiritualopatriotique :
      http://www.novorossia.org


      • Pavlo Le 31 août 2014 à 04h55
        Afficher/Masquer

        mmm, le choix du domaine .su n’est pas anodin… (por info pour les plus jeunes, SU = Soviet Union; le pays n’existe plus, mais le domaine internet refuse de disparaître)


    • Jeanne L. Le 30 août 2014 à 22h54
      Afficher/Masquer

      Le mot que je trouve le plus souvent dans les communiqués de Zakhartchenko sur le site de Novorossia est le mot “opoltchénié”, ce qui veut dire si j’en crois le dictionnaire de l’époque soviétique quand j’étais lycéenne veut dire “milice populaire”, avec l’adjectif “narodnoié” cela veut dire” levée en masse”, donc quand il emploie ce mot cela peut être traduit pas “les insurgés” ou “les rebelles” en un mot, mais du coup il y a un choix du traducteur qui trahit bien sûr la langue d’origine et “interprète” l’auteur. Je dis cela sans être spécialiste ,j’étais lycéenne il y plus de cinquante ans! Tradutore tradittore !
      @ Noam,
      une grande partie de ce que dit Nicolas, pas tout, se retrouve ,sur le site:
      http://novorossia.su/ru/node/5879
      aussi parfois dans les commentaires en ligne qui mettent des liens…
      Mais pour nous donner si clairement l’état de la situation au jour le jour, Nicolas,je le suppose, doit faire un énorme travail de synthèse, de traduction et de récupération de données éparses dont nous devons tous vraiment le remercier.


      • Nicolas Le 31 août 2014 à 07h49
        Afficher/Masquer

        La bonne traduction c’est milice populaire, ou rébellion. Le mot milice a pris une connotation négative en français depuis celles de Mussolini, et celles de l’Occupation. C’est pour ça que je préfère rébellion.
        Oui, j’essaie de synthétiser, effectivement, des sources éparses. Je suis content de voir que ça permet d’informer beaucoup de lecteurs.
        A suivre demain: la rentrée des classes en Novorossie, organisée et financée par le nouvel État (872 écoles… mais plusieurs ont été bombardées).


  22. Jacques Le 30 août 2014 à 22h13
    Afficher/Masquer

    ça fait toujours plaisir de relire E. Todd que j’avais déjà lu et enregistré sur Hérodote.com. Il nous apprend, nous fait réfléchir, nous fait réagir, c’est toujours stimulant.


  23. Jo_Blue Le 31 août 2014 à 15h50
    Afficher/Masquer

    Nicolas, quelles nouvelles du front?

    N’hésite pas à mettre tes liens même en version original, je les envois ensuite à mes amis Ukrainiens, qui ont du mal à avoir de vrais informations à cause de la propagande de Kiev, et qui peuvent ensuite montrer ça aux lobotomisés pro Bandera, qui pensent qu’ils doivent virer ces alcooliques de sous hommes russophones d’Ukraine, pour s’emparer des richesses du Dombass.

    Sinon j’ai une théorie, par rapport à la stratégie des séparatistes. J’ai l’impression qu’ils ont annoncés l’attaque de Marioupol comme diversion: Pendant que les troupes de Kiev se retranchent dans la ville, ça leur permet d’isoler encore plus les divisions Ukrainiennes encerclées, qui ne recevront donc pas de renforts, et ils vont pouvoir les “finir” en s’emparant d’une partie du matériel. Leurs effectifs me paraissent encore trop limités pour une attaque d’envergure sur une grande ville (même russophone, la propagande Kiévienne a bien laver des cerveaux là bas… De plus, beaucoup de “pro russes” ne veulent tout simplement pas de guerre dans leur ville, quitte à rester en Ukraine), ils galèrent pas mal au nord déjà, et le rapport de force est encore à 1 contre 4, même si leur grande détermination leur permet de faire mieux que résister ces derniers jours.

    Sinon un peu de nouvelles de mes contacts sur place: A propos des réfugiés de l’est dans les régions de l’ouest, les populations locales ne les apprécient pas du tout, ils les accusent de vouloir de l’argent sans rien faire, du coup les russophones ne se sentent pas vraiment intégrer dans cet région (Galice). Mais ce n’est pas nouveau, une amie de Lviv, depuis que son grand père est arrivé dans la ville après la guerre de 45, ils ont eu le droit à pleins de surnoms sympa (envahisseurs etc… Pour les moins insultants 😉 ). Mais bref le lavage de cerveau marche tellement bien, que ses amis veulent tuer tout les habitants du Dombass pour régler le conflit. Un de ses amis vient de rejoindre la garde nationale (Pourtant à moitié Russe et moitié Polonais ethniquement), pour défendre sa “patrie”.

    Les zuniens ont parfaitement mis en place leur politique du diviser pour mieux régner, dresser l’Ukraine contre la moitié de sa population dite “pro russe”, puis après moult provocations de milices ouvertement nazis dans l’est, quand ils se rebellent, affamer les villes et tout bombarder, afin de faire fuir cette population “non désirable” car proche des Russes…

    Ils ont fait la même dans les pays du golf (diviser l’Irak était un des objectifs caché de la dernière guerre d’Irak), les ricains aimeraient bien “diviser” aussi l’Iran et la Russie, c’est plus simple de corrompre pleins de petits “états” qu’un seul gros état qui menace de sortir du Dollars… (Sadam s’est fait dézinguer juste après avoir annoncer vouloir vendre ses barils de pétrole en Euro, comme par hasard…) Tout ça c’est pour la survie de l’économie américaine en faillite, j’espère que ça se retournera contre eux car il faut bien l’avouer que leurs dernières actions se sont soldés sur plusieurs échecs (Bachar est toujours là, et l’EIIL, qu’ils ont armés et fiancés, ne sont pas aussi contrôlables qu’ils le souhaitaient en Irak…)


    • Nicolas Le 31 août 2014 à 18h02
      Afficher/Masquer

      @Jo_Blue : Bah pas grand chose en fait, quelques rumeurs (enfin la prise de l’aéroport de Donetsk? http://novorossia.su/ru/node/5919 j’y crois qu’à moitié pour l’instant parce que depuis le temps que c’est annoncé…), quelques bombardements (Gorlovka, au Grad, comme d’hab), démenti puis re-confirmation de la prise de Volnovakha, la ville à mi-chemin sur la route entre Donetsk et Marioupol, les discussions se poursuivent pour la reddition de plusieurs bataillons et brigades (93è, 25è, 23è, 30è, 40è). (source:message d’un modérateur de forum.antikvariat.ru)
      Les redditions se poursuivent au rythme d’environ 200 soldats par jour depuis le début de l’offensive.
      Oui, les habitants du Donbass qui ont fui vers l’ouest ont fait un mauvais calcul. En Russie, certains râlent un peu parce que les temps sont un peu difficiles et les réfugiés ont des appartements gratuits, des places gratuites dans les universités etc… mais dans l’ensemble tout le monde comprend qu’il faut être solidaires, entre russes (ethniques). Et puis en Russie les réfugiés ne risquent pas d’être envoyés au front pour aller tuer leurs voisins !
      Je pense que Marioupol a bien souffert de l’occupation ukrainienne (des dizaines de civils ont été massacrés, et les milices nationalistes se font un plaisir d’humilier la population russophone occupée) et pourra effectivement être prise sans grande bataille. Bien sûr les habitants ne veulent pas que leur ville soit bombardée, mais de l’autre côté, dès la libération, l’armée novorusse pourra probablement compter sur des milliers de volontaires locaux (1% de la population, ça ferait 5000 soldats).
      C’est amusant qu’ils en soient encore à l’idée que l’armée novorusse soit une bande d’alcolos, parce que dès le début ils ont interdit aux soldats de boire, avec exclusion définitive des rangs à la deuxième infraction. Par contre côté Kiev ça boit beaucoup, et les rebelles en ont beaucoup profité pour attaquer des positions le soir, quand les ennemis étaient saouls. Il y a au moins une vidéo sur youtube montrant des soudards de Kiev visiblement saouls, se filmant eux-même, et tirant (vers la Russie?) à l’artillerie. Il semble en fait que l’alcool explique en grande partie de nombreux crimes de guerres (tirs sur les maisons etc “pour rire”).
      Aujourd’hui, c’est le jour des mineurs, probablement une fête importante dans le Donbass (en Russie et ex pays soviétique il y a beaucoup de fêtes professionnelles, comme le jour des parachutistes (2 août je crois) et le jour des tankistes, par exemple.
      Oui la propagande financée par les Zuniens a bien fonctionné, reste à savoir si ces 23 ans de lavage de cerveaux résisteront à 3 mois d’hiver. J’espère que la junte se fera balayer par le mécontentement populaire, on verra comment les coupures de chauffages et d’eau chaudes seront acceptées, pendant que les milliardaires au pouvoir baignent dans le luxe.
      Le rapport de force est peut-être encore de 4 contre 1 pour l’armement lourd, mais avec tous les cadeaux que fait l’armée de Kiev on va finir par s’approcher de 3 contre 1. Pour l’effectif on doit être à mieux que 3 contre 1. Le tout en partant de ~200 contre 1 en armement lourd et ~40 contre 1 en effectif. Les capacités de productions de blindés sont très limités (probablement quelque part autour de 2 par jour en tout), les apports polonais-balto-hongro-truc pas beaucoup supérieurs (La Hongrie aurait vendu 58 tanks par exemple http://rusvesna.su/news/1407976726), et les réparations du matos qui a passé 23 ans à rouiller se passe très très mal. Le total doit être de 10 blindés par jour maximum, contre 25-30 perdus par jours (tendance à la hausse). Il suffit que la Novorossie continue de résister pour bientôt écraser l’armée de Kiev, et il font beaucoup mieux que résister.
      Message d’un rebelle de Starobechevo (38 km au sud du centre de Donetsk) sur la page strelkov_info : à 20 rebelles contre 100 kiéviens disposant de 5 tanks, 9 blindés d’infanterie et une centaine de soldats, les rebelles ont tenu bon (1 mort) pendant 2 heures et obtenu la reddition des kiéviens : 5 tanks de plus. Il n’y a pas de certitude sur cet événement particulier, mais il est totalement en phase avec de nombreuses batailles pendant lesquelles des rebelles très largement en sous-nombre et sous-équipé ont vaincu, grâce à une bonne préparation, bonne tactique… et beaucoup de courage, face à un ennemi démoralisé, mal préparé, ne sachant pas ce qu’il fait là (on leur dit d’aller éliminer les terroristes tchétchennes et une fois sur place ils se battent contre des mineurs locaux). Sans cette capacité de vaincre un ennemi mieux équipé se battant à 10 contre 1, la rébellion aurait été écrasée dès le premier mois.
      Toujours pas de nouvelle carte de kot-ivanov qui a pris apparemment son week-end, la prochaine carte devrait avoir au moins 2 poches/chaudrons de moins.
      http://novorossia.su/ru/node/5878 :
      Quelques chiffres: Au moins 300 rebelles sont prisonniers, plus de 1000 disparus.
      Sur 900000 habitants de Donetsk, il en reste 300000. Espérons que les autres puissent bientôt rentrer.
      La Russie devrait envoyer un nouveau convoi humanitaire, avec l’accord de l’Ukraine.


  24. Prost1988 Le 24 septembre 2014 à 23h03
    Afficher/Masquer

    “Si par malheur, il devait arriver que je sois chassé de ma patrie, ce n’est pas en Russie que je me réfugierais mais aux États-Unis “.

    Il est dommage que cette belle analyse se termine par cette phrase !

    Seuls les actes (même si ici ce n’est qu’une éventualité) décident de ce qu’on a voulu …


Charte de modérations des commentaires