Les Crises Les Crises
13.novembre.201813.11.2018 // Les Crises

La scie à métaux saoudienne dévoile l’horreur yéménite … Par Richard Labévière

Merci 717
J'envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, Richard Labévière, 05-11-2018

Il aura fallu qu’une quinzaine de barbouzes saoudiennes découpent un opposant à la scie à métaux pour que nos vieilles « démocraties » découvrent que la guerre du Yémen a fait, vraisemblablement plus de 200 000 morts.

L’historien Isa Blumi de l’université de Stockholm écrit : « La guerre contre le Yémen aujourd’hui est un exemple brutal de la façon dont l’expansion des intérêts capitalistes mondiaux détruit les nations. Cela prend d’abord la forme du néo-libéralisme (souvent innocemment qualifié de mondialisation) et ensuite, au moment où commence l’inévitable effondrement structurel du pays ciblé (avec son inévitable résistance populaire qui mine l’ordre politique), on passe à une forme plus directe de violence. La guerre contre le Yémen a pris la forme la plus violente qui soit. Le pays est totalement assiégé dans l’intention évidente de provoquer une famine qui tuera la population résistante. Les pays attaquants, les États-Unis, l’Arabie saoudite, la Grande-Bretagne et les Émirats arabes unis, avaient prévu de s’emparer des ressources du Yémen, mais leur guerre d’agression piétine. Ils font maintenant les premiers pas pour y mettre fin… »

Un silence de plomb recouvre cette guerre clandestine depuis 2015 ! Et ce n’est qu’aujourd’hui qu’on peut enfin lire quelques reportages de terrain dans les presses anglosaxonne, allemande, espagnole et même…parisienne. Formidable ! Un problème majeur demeure quant à l’évaluation du nombre des victimes !

Entre le printemps 2015 et juillet 2017, la coalition américano-saoudienne a effectué plus de 90 000 raids aériens sur le Yémen. La plupart d’entre eux se sont accompagnés de bombardements extrêmement meurtriers. Faut-il croire que seulement 10 000 civils ont été tués par toutes ces bombes sans compter l’artillerie lourde, les tireurs d’élite et les attentats suicides ?

Ce décompte est organiquement contradictoire avec les opérations de masse mieux rapportées par les médias arabes pendant la guerre. Selon les meilleurs experts militaires, un chiffre oscillant entre 150 et 200 000 civils morts est bien plus vraisemblable…

BOMBARDEMENTS, FAMINES ET EPIDEMIES

Le centre de recherche Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED), associé à l’Université du Sussex, estime que depuis le début de la guerre saoudienne – en mars 2015 – 70 000 à 80 000 personnes ont été tuées au combat. Cette estimation partielle se fonde sur les décès répertoriés à la suite des combats enregistrés par les observateurs internationaux. En décembre 2017, l’ONG Save the Children a évalué que plus de 50 000 enfants étaient morts de faim et/ou emportés par une épidémie de choléra dévastatrice. La famine n’a fait qu’augmenter depuis lors. D’ici la fin de l’année, 50 000 autres enfants seront morts. Le nombre total de victimes causées par la guerre et le blocus depuis mars 2015 a donc probablement dépassé la barre des 200 000.

Désormais, les organisations d’aide humanitaire tentent d’apporter plus de nourriture dans le pays. Mais la poursuite des attaques pour s’emparer du port d’Hodeïda, la seule entrée de la zone contrôlée par les Houthis, rend l’approvisionnement de plus en plus périlleux. Même si la nourriture arrive au port, il n’y a plus de système gratuit de distribution d’aide humanitaire dans le pays. L’ONU et d’autres organisations sont obligées de s’en remettre à des commerçants privés pour la distribuer. Ces intermédiaires en prélèvent une part pour couvrir les risques de transport qui s’effectuent sous les incessants bombardements saoudiens.

Guerre, famine et épidémies ont causé non seulement un nombre énorme de victimes, mais aussi d’immenses destructions : les bombardements des Émirats arabes unis et d’Arabie saoudite ont détruit au moins 421 911 maisons, 930 mosquées, 888 écoles, 327 hôpitaux et infrastructures de santé, ainsi que 38 centres de médias, tout en mettant un terme au fonctionnement de 4 500 écoles et en obligeant plus de 4 millions de personnes à fuir. L’Arabie saoudite a exigé que les organisations d’aide humanitaire opérant au Yémen présentent sous un jour favorable le rôle de Riyad, qui aurait fourni 930 millions de dollars US d’aide, précise un document interne des Nations-Unies.

Les Saoudiens dépensent environ 200 millions de dollars par jour leur guerre contre le Yémen. La somme qu’ils ont promise cette année à l’ONU pour l’aide humanitaire au Yémen correspond à moins de 5 jours d’engagement militaire, autant dire une mauvaise plaisanterie…

LA « COUPURE » KHASHOGGI

L’assassinat à Istanbul de Jamal Khashoggi sur ordre de Mohammad bin Salman (MBS) a opéré une véritable « coupure épistémologique ». Soudainement, il devient politiquement correct de parler des crimes de l’Arabie saoudite et de son système de lobbying international, consistant à présenter cette dictature ubuesque comme un pays en pleine modernisation… Quelle farce !!! Des pressions publiques et politiques commencent à s’exercer ouvertement sur les décideurs de Washington, de Londres et de Paris pour qu’ils mettent fin à cette guerre et aux soutiens qu’ils apportent depuis des décennies à la ploutocratie wahhabite.

Le ministre américain de la défense James Mattis a appelé à un cessez-le-feu au Yémen : « la solution à plus long terme – et par plus long terme, je veux dire dans 30 jours – nous voulons voir tout le monde autour d’une table pour parler d’une paix fondée sur un cessez-le-feu, sur un retrait de la frontière, puis sur l’arrêt des bombardements qui permettront à l’envoyé spécial Martin Griffiths de les réunir en Suède et de mettre fin à cette guerre ».

Le secrétaire d’État Mike Pompeo aussi y va aussi de sa petite ritournelle qui, au passage, mélange tout : « le moment est venu de mettre fin aux hostilités, notamment aux frappes de missiles et de drones depuis les zones contrôlées par les Houthis vers le Royaume d’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Ensuite, les frappes aériennes de la Coalition doivent cesser dans toutes les zones peuplées du Yémen ». Formidable !

Des consultations sous l’égide de l’envoyé spécial des Nations Unies doivent commencer en novembre prochain – vraisemblablement en Suède comme précédemment indiqué – afin de mettre en œuvre des mesures pour « construire la confiance » et aborder les problèmes de fond : la démilitarisation des frontières et la concentration de toutes les armes lourdes sous observation internationale.

Les déclarations américaines négligent la dimension économique de la famine. Tout en se félicitant du changement de l’attitude de Washington, l’envoyé de l’ONU a souligné que la question de la banque centrale était l’un des problèmes à l’origine de la famine : « j’exhorte toutes les parties concernées à saisir cette occasion de se joindre de manière constructive aux efforts que nous déployons actuellement pour reprendre rapidement les consultations politiques afin de convenir d’un cadre de négociations politiques et de mesures pour rétablir la confiance, en particulier le renforcement des capacités de la Banque centrale du Yémen, l’échange de prisonniers et la réouverture de l’aéroport de Sanaa ».

Dans tous les cas de figures, la guerre saoudienne contre le Yémen a échoué. La troisième attaque des Émirats arabes unis contre le port de Hodeïda a été repoussée alors que les attaques des Houthis en Arabie Saoudite se poursuivent et s’intensifient. Leurs forces continuent à améliorer leurs capacités opérationnelles. Il y a quelques jours, ils ont équipé un nouveau missile d’une portée de 150 kilomètres et d’une précision impressionnante de 3 mètres. Après la Syrie, Washington, Tel-Aviv et leurs supplétifs européens subissent – au sud de la péninsule arabique – un nouveau revers cinglant qui était parfaitement prévisible !

En définitive, la scie à métaux saoudienne révèle crûment ce que les observateurs des Proche et Moyen-Orient savent depuis bien longtemps : l’Arabie saoudite est l’une des dictatures les plus effroyables de la planète. Mais elle est protégée par le Pacte du Quincy – signé entre le roi Ibn Séoud et le président américain Franklin Roosevelt le 13 février 1945 : pétrole contre protection… pour 60 ans. En 2005, George W. Bush a renouvelé ce pacte du diable pour 60 nouvelles années sans que ce marchandage ne mérite une seule ligne dans la presse parisienne.

Comme l’écrit encore Isa Blumi : « depuis plus d’un siècle, les Yéménites résistent à une machine capitaliste mondiale qui menace aujourd’hui de tomber en panne. Ironiquement, c’est le Yémen qui a appris aux élites ottomanes les limites du gouvernement moderne. Les dirigeants qui ont deux sous de jugeote, pourraient aussi réfléchir aux leçons qu’ils peuvent tirer du Yémen et éviter la catastrophe imminente qui attend ceux qui sont trop étroitement liés à un ordre capitaliste occidental, en pleine débâcle, embourbé dans la destruction de l’Arabie du Sud ».

Bonne lecture néanmoins et à la semaine prochaine.

Richard Labévière
5 novembre 2018

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Richard Labévière, 05-11-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Cédric // 13.11.2018 à 07h47

le retournement médiatique de ce derniers jours est un cas d’école. Tous les jours, depuis peu, nous avons le décompte des victimes Yéménites, alors que ce fût silence radio pendant tant de mois.

quelqu’un a appuyé sur le bouton ?

34 réactions et commentaires

  • Cédric // 13.11.2018 à 07h47

    le retournement médiatique de ce derniers jours est un cas d’école. Tous les jours, depuis peu, nous avons le décompte des victimes Yéménites, alors que ce fût silence radio pendant tant de mois.

    quelqu’un a appuyé sur le bouton ?

      +51

    Alerter
    • obermeyer // 13.11.2018 à 09h07

      Nous avons un décompte qui date de plusieurs années , et dont le compteur est resté bloqué à 10 000 victimes , du moins dans tous les médias officiels . La réalité est évidemment bien plus grave , mais il ne fallait pas dénigrer un de nos plus gros client et fournisseur . Vous avez dit cynique ?

        +27

      Alerter
      • Dominique65 // 15.11.2018 à 11h19

        France Inter me parle de 10 000 morts. Et lorsque j’entends que cette guerre a fait plus de 200 000 morts, je réponds “complotisme”. C’est mon côté pavlovien. 😉
        P.S. : Il peut m’arriver de répondre “poutiniste”. Ça calme, aussi.

          +0

        Alerter
  • OlivierJacquemard // 13.11.2018 à 07h58

    Serait-ce que les Yéménites sont en train de gagner qu’il devient urgent de faire la paix ?

      +22

    Alerter
  • Alfred // 13.11.2018 à 08h14

    Le retournement médiatique a aussi lieu au moment où les deux parties tirent la langue et.une solutuon negociee est envisageable. Les houtis malgré leur résistance acharnée sont petit à petit en mauvaise posture, en particulier à hoddeida qui est quasiment encerclée (il ne reste aux houtis plus qu’une seule route côtière vers le nord). Le coût pour la coalition semble tres elevé, matériellement (quelle importance les pétrodollars font tourner les économies) et humainement (qu’elle importance la vie des mercenaires soudanais et des “alliés” sud yéménites ne vaut pas grand chose) . Cette intensification , ce dernier coup de reins est compatible avec une fin des combats négociee prochaine (chacun veut vaincre à hoddeida avant la fin des hostilités) mais si ce n’est pas le cas alors ce sera une précipitation du désastre.
    Sommes nous fiers des performances du Leclerc (émiratis) contre une des armées les plus pauvre du monde? Visiblement pas vu la rareté des images.

      +21

    Alerter
  • Catalina // 13.11.2018 à 08h15

    Il faut dénoncer tous azimuts la manière dont les médias participent à la non-information. Il n’est pas normal du tout que des “journaux” financés en partie par l’argent des citoyens sous forme de subventions se fassent les complices d”horreurs et de massacres. Et pire, prennent partie contre ces mêmes citoyens pour traiter des assassins de nos compatriotes en terme de “rebelles modérés” alors que nous savons que Daesh, casques blancs, al qaida sont nos ennemis mortels.

    “En 2012, suite à un décret qui avait déclenché quelques sueurs froides chez les intéressés, sont divulgués les montants des aides publiques aux médias de la presse écrite, titre par titre. Bien évidemment, dès cette parution, les organes concernés n’ont eu de cesse de cacher l’information et de combattre sa publication, la liberté d’information étant un droit inaltérable en France, certes, mais faut pas pousser.”
    https://www.contrepoints.org/2017/01/31/279612-aides-a-presse-grand-camouflage

      +40

    Alerter
  • Eric83 // 13.11.2018 à 08h56

    La guerre effroyable menée au Yémen par la coalition conduite par l’Arabie Saoudite et soutenue par des puissances occidentales – dont la France – est scandaleuse et le silence des médias MSM aux ordres pendant 3 ans l’est tout autant.

    Tout aussi scandaleuse est la connivence avec le gouvernement français de la Présidente de la commission des Affaires Etrangères, du Président du groupe parlementaire LREM et de la plupart des députés de l’Assemblée Nationale – tous groupes confondus – qui refusent de soutenir la commission d’enquête sollicitée par Sébastien NADOT ( LREM ),concernant les ventes d’armes françaises à l’Arabie Saoudite.
    Un signe de cette connivence transversale honteuse est qu’aucun groupe parlementaire minoritaire n’a jugé indispensable d’exiger cette enquête parlementaire en usant du “droit de tirage”.

    Le 8 novembre dernier, une conférence interparlementaire sur le Yémen s’est tenue à l’Assemblée nationale, pour évoquer la situation humanitaire ainsi que les ventes d’armes par Etats de l’UE aux Etat à la coalition menée par l’Arabie Saoudite. Quels sont les médias MSM qui en ont relayé cette initiative importante et louable ?

    Pire, “Il y a un an, en novembre 2017, le Parlement européen vote une nouvelle résolution pour demander l’arrêt des ventes d’armes à l’Arabie saoudite. Passant outre la volonté des députés européens, la France continue pourtant de livrer du matériel militaire à Riyad.”

    Le gouvernement français, non content de s’asseoir sur les résolutions du Parlement Européen, interfère auprès de LREM à l’Assemblée Nationale pour que les députés ne puissent assurer leur mission de contrôle du gouvernement sur les ventes d’armes notamment à l’Arabie Saoudite par une enquête parlementaire pourtant indispensable.

    Sil il en était besoin, une preuve de plus que ce n’est pas la République qui est en marche mais une bien réelle dictature.

    https://sebastiennadot.fr/le-depute-sebastien-nadot-demande-une-commission-denquete-sur-les-ventes-darmes-au-yemen/
    https://fr.sputniknews.com/international/201811091038832346-yemen-guerre-parlementaires/
    https://www.bastamag.net/En-savoir-plus-sur-les-ventes-d-armes-de-la-France-a-l-Arabie-Saoudite-mission
    http://www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/20171127IPR88940/yemen-nouvel-appel-pour-un-embargo-sur-les-armes-contre-l-arabie-saoudite

      +23

    Alerter
  • Ermisse // 13.11.2018 à 09h04

    L’implication de MBS dans l’assassinat de Khashoggi n’est pas démontrée, que je sache. Il est plus vraisemblable qu’il s’agisse d’une tentative, interne aux milieux de pouvoir saoudiens, pour le couler. Que M. Labévière aille si vite en besogne me rend douteux le reste de ce qu’il raconte.

      +2

    Alerter
    • christiangedeon // 13.11.2018 à 09h44

      Je suis plutôt d’accord avec vous… je veux bien que MBS ne soit pas une lumière,mais là quand même ,c’est gros,très gros. Creo quia absurdum,ok,mais jusqu’à un certain point quand même.

        +3

      Alerter
      • Arsène // 13.11.2018 à 21h35

        D’autant qu’il suffisait d’une balle dans la tête par un motard dans la rue pour que l’affaire ne fasse pas la moindre vague.
        Au pire, un vol qui tourne mal est vite arrivé !

          +1

        Alerter
    • Vincent // 13.11.2018 à 10h14

      Il y a beaucoup de faisceaux (de présomptions sic) qui pointent en direction du bureau de MBS. Ce jeune freluquet sûr de lui et de son impunité n’en est malheureusement plus à une bêtise près.

        +11

      Alerter
      • RGT // 13.11.2018 à 21h00

        MBS est tout aussi bouffi de suffisance que notre cher Micron.

        En fait ils sortent du même moule et leur ego démesuré leur dicte de faire toutes les conneries idées grandissimes qu’ils conçoivent.

        Et au diable les conséquences, ils trouveront toujours dans leur entourage un fusible sur lequel ils pourront rejeter la responsabilité de leurs actes, quitte ensuite à accuser des journalistes diffamateurs la Russie de faire courir des bruits de chiottes Fèces niouzes pour salir leur grandeur et leur indignité.

        Ces deux là se sont bien trouvés.
        Et je suis sûr qu’ils s’entendent comme deux larrons en foire.
        Particulièrement pour faire souffrir les “gueux” qui leur doivent soumission et respect, dû à leur Divine Naissance.

          +4

        Alerter
    • Alfred // 13.11.2018 à 11h32

      En même temps “on ne prête qu’aux riches” et l’image de MBS est déjà “riche” d’avoir notement: 1- retenu par la force le premier ministre d’un pays prétendument souverain sans s’inquiéter de sauver les apparences. 2- fait enfermer quelques dizaines de princes dans un palaces pour leur faire cracher de l’argent. Il a quand même un côté tyran à grand spectacle qui lui va bien.

        +20

      Alerter
    • Jaaz // 13.11.2018 à 14h51

      Une intervention d’un groupe de spécialistes, dans un consulat saoudien, en Turquie… tout cela à l’insu de MBS?
      Je veux bien croire que la manipulation est largement usitée dans les hautes sphères des Etats, mais dans un tel cas, même MBS serait allé jusqu’à soutenir une enquête internationale. Et il aurait joué la transparence assez rapidement, ce qui n’a absolument pas été le cas puisque les autorités saoudiennes ont soutenu mordicus que le journaliste était sorti tranquillement du consulat.

        +7

      Alerter
    • Papagateau // 13.11.2018 à 18h39

      Le meurtre de Khashoggy, une conspiration contre MBS ?
      Et la guerre contre le Yémen, c’est un photomontage pour préparer la fake-news contre MBS ?

      Parce qu’il n’aurait pas été capable de faire ça.

        +6

      Alerter
  • Totor du nord // 13.11.2018 à 10h29

    200 millions de dollars par jour, c’est 73 milliards par an. Les saoudiens ont les poches profondes, mais à ce point?

      +8

    Alerter
    • Arsène // 13.11.2018 à 21h32

      L’A.S est en train de couler, leur déficit est abyssal. Et nous pouvons remercier les USA pour cela.
      C’est leur dumping sur le pétrole qui s’il continue, mettra en faillite les saoudiens .

        +1

      Alerter
  • Tonico // 13.11.2018 à 10h36

    Guerre du YÉMEN C’EST LA FAUTE AUX AMÉRICAINS
    GUERRE IRAN IRAK. C’EST LA FAUTE AUX AMÉRICAINS
    MASSACRES EN SYRIE PAR LES MILITAIRES AU POUVOIR. C’EST LES AMÉRICAINS
    Dictature islamique en Iran Irak Maroc Égypte Lybie Arabie ……..c’est les Américains
    Tous. Les millions de musulmans Chiites tués et massacrés par les Sunnites Évidemment c’est qui? C’est les Américains
    La misère au Venezuela c’est les Américains
    La misère a Cuba c’est les Américains !
    Qui. Est le criminel celui qui achète les armes pour tuer ses freres musulmans ou celui qui lui vend les armes?
    Réfléchissez ! Un cerveau c’est fait pour ça!

      +7

    Alerter
    • Geof’ // 13.11.2018 à 16h42

      mon cerveau me pousse à dire que si c’est la kapitalisme qui motive tous ces gens, alors les USA sont dans le coup vu que leur armée sert le kapitalisme…

      ce n’est quant même pas la Chine qui couvre le monde de base militaires, si ?

      le kapitalisme a besoin de sang pour tourner, les multinationales sont comme des vampires : elles lancent des guerres impérialistes depuis…1492, je dirais…

      Geoffrey, neo-communiste belge

        +6

      Alerter
      • RGT // 13.11.2018 à 21h12

        Depuis 1492 ???

        Pour un néo-communiste vous me semblez assez mal informé.

        Je dirais que les conquêtes grecques et romaines de l’antiquité étaient déjà basées sur de l’antiquocapitalisme.

        Qui suivait le paléocapitalisme apparu lorsque les humains ont commis la bêtise de se regrouper dans des sociétés hiérarchisées et pyramidales.

        RGT, néo-anarchiste proudhonien.

          +1

        Alerter
  • Calal // 13.11.2018 à 10h38

    La France se prostitue depuis longtemps pour boucler ses fins de mois…

      +10

    Alerter
  • Spartel // 13.11.2018 à 11h10

    Les commentaires de M. Labévière sont d’une grande pertinence. La question qui se pose au niveau régional est de savoir si la concurrence Ankara-Ryad est appelée à se transformer en conflit ouvert entre un membre de l’OTAN qui bénéficie de l’article 5 et un État protégé par le Pacte de Quincy. Il sera intéressant de voir vers qui se porteront les principales puissances. La ligne de fracture du Monde est bien la péninsule arabique et le Croissant fertile, et ce jusqu’à la fin du pétrole.
    Enfin, il est à noter que dans le cas de la Turquie, il n’est pas malhabile de dire qu’Erdogan joue son ” jeu politique”, qu’il a son propre agenda et que son objectif principal est d’assoir sa prééminence sur l’Islam sunnite au détriment de Ryad. La faute de MBS est d’avoir suivi de mauvais stratèges sans recul et connaissances historiques ; le Yémen comme l’Afghanistan, est un pays incontrôlable. Cela remonte à la nuit des temps. L’Egypte et l’AS le savent. J’ai l’intime conviction que les Saoudiens se sont faits bernés en se lançant dans une guerre dans laquelle ils perdent force, argent et crédibilité, et pour laquelle une fois encore, la politique du “boum-boum” US initiée dès la 2ème GM, se révèle d’une nullité incommensurable, tant d’un point de vue des valeurs militaires ( point d’héros ) que des conséquences humaines. On peut tout de même affirmer qu’une stratégie qui consiste à ramener une population à l’âge de pierre , comme à Gaza ou au Yémen, est totalement contre-productive et idiote depuis Sun Tzu.( Vème siècle av JC).

      +13

    Alerter
    • Alfred // 13.11.2018 à 11h35

      Le fameux article 5 n’engage que ceux qui y croient. Son application très contextuelle et à la tête du client ne fait absolument aucun doute. Vous pouvez l’oublier dans votre analyse.

        +3

      Alerter
      • Jaaz // 13.11.2018 à 15h34

        Vous connaissez un cas où un pays-membre a invoqué cet article pour solliciter l’assistance des autres pays-membres consécutivement à une attaque?

          +0

        Alerter
        • Alfred // 13.11.2018 à 17h39

          Les exemples de traités foulés au pied quand il contreviennent à l’intérêt du “partenaire” le plus puissant ne manquent pas. L’article 5 ne servira jamais à rien si un pays européen (par exemple) l’invoque et que les états unis n’ont pas intérêt à l’appliquer, tout contraignant qu’il soit sur le papier. Exemple facile la Grèce et la Turquie. Celui des deux qui n’aura pas les états unis avec lui pourra se brosser même s’il est attaqué. Vous en doutez vraiment ?

            +4

          Alerter
          • Jaaz // 13.11.2018 à 17h54

            Les hypothèses sont…hypothétiques par définition. Je relève juste que l’article 5 n’a jamais été mise en oeuvre jusqu’ici.

              +0

            Alerter
            • Alfred // 14.11.2018 à 00h44

              Si a la suite du 11 septembre (la seule et unique fois à ma connaissance). On notera que l’aide apportée au pays attaqué peut prendre toute forme (de l’envoi d’une armée à la simple fourniture de matériel médical).
              Bref ça peut se limiter à une tape sur l’épaule et il est quand même facile de comprendre que certains peuvent demander avec plus d’insistance.
              Mais ce n’est pas cela la “force” de l’OTAN. C’est l’inter-operabilite forcée sur les standards de l’industrie militaire la.plus puissante.

                +2

              Alerter
    • Jaaz // 13.11.2018 à 14h44

      Vous pensez vraiment que la question est la prééminence d’un pays ou d’un autre sur l’islam sunnite?
      Personnellement, j’en doute très fortement. En Turquie par exemple, jamais n’a été débattue cette question, quel que soit le média (opposition, pro-gouvernement ou indépendant). Pour l’AS, je n’en sais rien.
      Je trouve assez curieuse cette façon (très française, il faut le dire) de maintenir un lien permanent entre les pays musulmans et l’islam, comme si la religion avait une importance suprême dans les questions géostratégiques et énergétiques dans le proche-orient.
      Je note, pour ma part, que:
      – l’AS est unanimement détestée dans tous les opinions publics arabes, de telle sorte qu’elle ne joue nullement un rôle de leader, loin s’en faut,
      – la plupart de ces mêmes opinions publics arabes ne se sentent pas spécialement proches de la TR,
      – les intérêts nationalistes priment dans la région (allez demander à un Syrien ou un Jordanien ce qu’il pense des intérêts des Saoud)

        +2

      Alerter
  • Yelli 1980 // 13.11.2018 à 11h23

    Ci ci avec Bachar el-Assad le monde réagissent mais c’est pas grave avec Ben salmane de Arabie Saoudite

      +1

    Alerter
    • jdautz // 13.11.2018 à 18h03

      Je précise un détail : Avec Bachar el-Assad le monde sur-réagissait sur ce qu’il n’avait pas fait et avec Ben salmane le monde était amorphe sur ce qu’il faisait.

        +9

      Alerter
  • Ando // 13.11.2018 à 13h31

    Je suis surpris. Personne, jamais, aucun politicien de l’UE en visite officielle aux États-Unis n’exige ou ne sollicite d’explications de la part des autorités d’Etat s’agissant des ‘droits de l’homme’. C’est curieux.

      +5

    Alerter
  • loki // 13.11.2018 à 16h14

    Sur France Inter le compteur est resté bloqué à 10000 morts pourtant. Edulcorons !

      +2

    Alerter
  • clauzip12 // 13.11.2018 à 23h19

    Cherchez,cherchez et vous ne trouverez pas !
    L’origine de l’évolution de l’humanité dans son fonctionnement est dans un systeme de rétribution aveugle et inhumain.Nous l’avons ,enfin les 50% des gens aisés dans nos portefeuilles …d’actions…il faut l’avouer,méprisables.
    Le systeme qui couvre et draine l’économie mondiale a pour effet principal de rapporter des revenus les yeux bandés alors que cela peut et provient du crime .
    Certes ,il n’y a pas l’intention pour de nombreux bénéficiaires mais il y a la volonté de ne pas savoir.
    Qu’ils s’gisse de drogue ou de maltraitance institutionnalisée notre responsabilité en qualité d’etre humain est entière .
    Les conséquences qu’engendre ce mode de dividende sur toute la planéte est le premier responsable du réchauffement climatique.
    Nous persistons à maintenir les structures par cupidité qui engendrent les centaines de millons de crimes par la pauvreté ,la guerre économique permanente,par les guerres de plus en plus terrifiantes,par le développement des industries de guerre.
    Cessons de confier notre argent à des sociétés dont l’action finale consiste à léser,voler,diminuer les humains pris dans leur filet.
    Cessons d’être actionnaire pour ne pas être les bénéficiaires de crimes contre l’humanité,contre l’avenir de nos enfants!

      +2

    Alerter
  • Myrkur34 // 15.11.2018 à 10h04

    Vu la masse de bases militaires de différents pays situées juste en face à Djibouti, le pont aérien pour sauver le peuple yéménite de la famine ne devrait pas trop poser de problèmes.
    Vu que nous sommes en fin d’année, cela soldera les lignes budgétaires.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications