Suite de notre série sur le Venezuela, avec différents articles visant à compléter la vision diffusée par les médias.

Rappelons que nous ne soutenons aucun camp là-bas, militons pour que le peuple vénézuelien choisisse librement et démocratiquement son avenir, et condamnons toutes les atteintes aux Droits de l’Homme des deux camps…

Source : Venezuela infos, Thierry Deronne, 30-07-2017

Qui découvre ce qui se passe au Venezuela uniquement via les médias occidentaux confondra droite insurgée avec révolte populaire, croira que le gouvernement a la mainmise sur les médias alors que c’est la droite qui domine dans la presse écrite, radio et télévisée. Les journalistes parlent de « chaos » et de « pénuries comme faillite du socialisme bolivarien » pour ne pas analyser la guerre économique menée par un secteur privé qui possède 80 % de l’économie. Ils parlent, avec un solide mépris de la démocratie, de « régime » : ce gouvernement élu a mené plus d’élections que dans n’importe quel autre pays d’Amérique Latine et Jimmy Carter considère que ce pays « possède le meilleur système électoral du monde ».

En ce qui concerne la violence, il faut répéter, vu la force massive de la désinformation, que les médias inversent la chronologie des faits : https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/07/29/antidote/ , faisant passer la réponse des forces de l’ordre à une insurrection d’extrême droite négrophobe, qui a lynché et brûlé vifs près de vingt personnes, pour une « répression de manifestants pacifiques ». Les violences de la droite sont la cause de la majorité des morts. Les membres des forces de l’ordre qui ont désobéi et fait un usage excessif de la force ont rapidement été arrêtés et jugés, fait plutôt rare dans le monde.

La journaliste Abby Martin (Empire Files) a réalisé ces reportages sur la vraie nature de cette opposition de droite qu’on nous a présenté comme « démocratique ». (On peut activer les sous-titres français en bas à droite de la vidéo)

Source : Venezuela infos, Thierry Deronne, 30-07-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

17 réponses à Le Président Evo Morales : La CPI doit juger les financeurs et organisateurs de la violence au Venezuela

Commentaires recommandés

bluetonga Le 08 août 2017 à 10h57

Evo Morales corrompu jusqu’à la moelle…

Peut-être, peut-être pas, en tous cas blanchi par les tribunaux et défendu par Mediapart :

https://blogs.mediapart.fr/eric-stemmelen/blog/280516/diffusion-de-fausses-nouvelles-par-m-francois-lenglet-sur-france-2

Et quand bien même eut-il été coupable des faits reprochés, en quoi cela invaliderait-il son analyse concernant les événements aux Venezuela? Voir la main de la CIA dans la petite culotte d’une démocratie sud-américaine, c’est une idée incongrue? Imaginer une politique de changement de régime de la part de la maison blanche, ou un interventionnisme US auprès de la deuxième réserve mondiale prouvée de pétrole, une aberration?

Certainement pas, et Morales, qui a lui-même été visé, en sait quelque chose (source wikileaks) :

http://www.zerohedge.com/news/2015-10-13/wikileaks-us-government-plotted-assassinate-bolivian-president

Smear campaign, campagne de diffamation et amalgames douteux. Pas réellement un argument.

  1. mûr Le 08 août 2017 à 06h45
    Afficher/Masquer

    Ce Morales, il dit des choses pas possibles :

    « L’empire a entrepris la grande bataille pour recoloniser l’Amérique latine et les Caraïbes, et le Venezuela est le pion stratégique »

    « Le Venezuela est le maillon stratégique pour les Etats-Unis, parce qu’il détient la plus grande réserve de pérole du monde. »

    « La géopolitique et le pétrole, voilà ce que l’empire cherche au Venezuela. Tout d’abord renverser le gouvernement, ensuite diriger le pays et enfin s’approprier le pétrole. »

    « La pire des hontes pour la région n’est pas seulement que certains gouvernements s’agenouillent devant la conspiration de la CIA contre le Venezuela, mais que certains dirigeants antipatriotes prennent le rôle pénible de Felipillos y Malinches » [référence historique, cf. le texte de l’article]

    = http://elnacional.com.do/evo-morales-dice-que-venezuela-es-ficha-estrategica-en-planes-del-imperio/ =


    • Fritz Le 08 août 2017 à 07h07
      Afficher/Masquer

      Ce Morales, quel conspi, quand même…
      Allez, je vais voir ce qu’en dit l’ami Rudy.
      http://www.conspiracywatch.info/mort-de-chavez-evo-morales-soupconne-les-gringos-dixit-melenchon_a1019.html

      C’est mince, mais je suis sûr que le dossier “Morales” va s’étoffer grâce à la vigilance des chasseurs de conspis. Eux-mêmes ne risquent rien : comme dirait Brassens, “quand on est néocon, on est néocon”.


      • reneegate Le 08 août 2017 à 08h36
        Afficher/Masquer

        Pourquoi mettre ce lien? Ce torchon n’a pas besoin d’un coup de pouce pour améliorer sa “popularité”. Il n’apporte absolument rien non plus.


    • Fritz Le 08 août 2017 à 08h22
      Afficher/Masquer

      « certains dirigeants antipatriotes prennent le rôle pénible de Felipillos y Malinches » :

      La Malinche = compagne indienne et traductrice d’Hernán Cortés, elle a facilité la conquête du Mexique par les Espagnols ;

      Felipillo = autre Indien qui a facilité la conquête du Pérou par Pizarre (Francisco Pizarro).


  2. maheo Le 08 août 2017 à 09h55
    Afficher/Masquer

    Evo Moralés corrompu jusqu’à la moelle
    il a donné les marchés publiques à la société que tient la mère de son enfants pour 500 millions de $ ben voyons !!! çà doit être aussi la faute de la CIA
    comme les richesses planquées de feu Castro au nom du peuple
    idem malheureusement dans toutes ces démocraties qui se veulent “pour le peuple” et qui enrichissent surtout leurs propres patrimoines
    corruption aux plus hauts degrés


    • bluetonga Le 08 août 2017 à 10h57
      Afficher/Masquer

      Evo Morales corrompu jusqu’à la moelle…

      Peut-être, peut-être pas, en tous cas blanchi par les tribunaux et défendu par Mediapart :

      https://blogs.mediapart.fr/eric-stemmelen/blog/280516/diffusion-de-fausses-nouvelles-par-m-francois-lenglet-sur-france-2

      Et quand bien même eut-il été coupable des faits reprochés, en quoi cela invaliderait-il son analyse concernant les événements aux Venezuela? Voir la main de la CIA dans la petite culotte d’une démocratie sud-américaine, c’est une idée incongrue? Imaginer une politique de changement de régime de la part de la maison blanche, ou un interventionnisme US auprès de la deuxième réserve mondiale prouvée de pétrole, une aberration?

      Certainement pas, et Morales, qui a lui-même été visé, en sait quelque chose (source wikileaks) :

      http://www.zerohedge.com/news/2015-10-13/wikileaks-us-government-plotted-assassinate-bolivian-president

      Smear campaign, campagne de diffamation et amalgames douteux. Pas réellement un argument.


      • Fritz Le 08 août 2017 à 11h04
        Afficher/Masquer

        Merci, bluetonga.

        “La juge Jacqueline Rada, saisie sur le dossier de l’enfant supposé du président Evo Morales avec Gabriela Zapata, a conclu à l’inexistence de ce fils”.

        Votre réponse, @maheo ?
        Pourquoi relayez-vous les mensonges de François Lenglet ?


      • fanfan Le 08 août 2017 à 13h11
        Afficher/Masquer

        Face à Jean-Luc Mélenchon, le journaliste François Lenglet déclare :

        « Evo Morales, président de la Bolivie, est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. […] C’est un corrompu. […] La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques, allez m’expliquer que tout cela est normal ! »

        Deux semaines auparavant, une commission parlementaire bolivienne mixte a rejeté toute accusation de « corruption » à l’encontre du président bolivien. En outre, la prétendue « petite amie » d’Evo Morales, Gabriela Zapata, n’est plus sa compagne depuis des années et il n’a jamais eu de fils avec cette femme.


        • fanfan Le 08 août 2017 à 13h18
          Afficher/Masquer

          Cette déclaration relève du délit de diffusion de nouvelles fausses, sans compter son caractère diffamatoire, à l’encontre de M. Morales mais aussi de M. Mélenchon, présenté comme le partisan d’un individu « corrompu ».

          “Ce qui n’est sans doute pas « normal », c’est qu’on puisse, devant 2 471 000 téléspectateurs (11,5% de part d’audience), « corrompre » à ce point le débat public et l’information, sans qu’aucun média, le lendemain, plutôt que de gloser sur l’« agressivité » de Mélenchon, ne dénonce l’imposteur Lenglet…
          https://www.legrandsoir.info/francois-lenglet-ou-la-corruption-du-debat-30439.html


    • Arcousan09 Le 08 août 2017 à 11h02
      Afficher/Masquer

      Ces corruptions là valent bien celles du système américain et valent bien les nôtres de corruptions
      Et si nous leur foutions la paix à ces vénézuéliens en les laissant régler leurs problèmes internes sans ingérence et surtout sans ingérence de USA “pacifistes”, “moralisateurs”, “démocratiseurs” à coup de canon et de massacres


    • Madudu Le 08 août 2017 à 11h18
      Afficher/Masquer

      Ouai, butons-les tous ces enfoirés de sous-développés ! Ils ne savent pas ce qui est bon pour eux, il faut le leur apprendre.

      Qu’au moins ils découvrent la démocratie états-unienne et tous ses avantages :

      -Un système politique connu pour la juste répartition des richesses dont il fait preuve.

      -Connu aussi pour son fameux système d’encadrement de la corruption, tout est légal !

      -Une diplomatie pacifiste de longue date, toujours à l’écoute de ses proies.

      -Une économie à la pointe des préoccupations environnementales.

      Et bien plus encore, à découvrir chez votre marchand de propagande local !


    • Ellilou Le 08 août 2017 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Faut pas écouter tout ce que dit ce bon Monsieur Lenglet….ce sont généralement de bonnes grosses âneries (pour rester polie!).


    • Francois Le 08 août 2017 à 11h43
      Afficher/Masquer

      Est-ce que l’article dit que Morales n’est pas corrompu ? Qu’il n’a pas mis de l’argent à gauche ? Quel est le rapport entre Castro et Morales ? En attaquant les personnes et non leurs arguments, vous devoyez le débat, et êtes hors sujet. Merci de donner vos sources.
      Vous dites dans toutes ces démocraties qui enrichissent leurs patrimoines en disant être pour le peuple, j’imagine que vous parlez des dirigeants. C’est justement le propre des politiciens de s’enrichir au nom du peuple et du bien commun.
      Je me permets une petite réecriture de votre commentaire : Shinzo Abe corrumpu jusqu’à la moelle, il s’en ait mis plein les fouilles dans l’armement. Ca aussi c’est la faute de la Corée du nord ? Comme le magot que Chamberlain a planqué pendant la guerre
      Toutes ces pseudos démocraties impérialistes qui colonisent la planète au nom des droits de l’homme. corruption aux plus hauts degrés
      MDR


  3. Vltava Le 08 août 2017 à 11h51
    Afficher/Masquer

    Bonjour! Voici ce que j’ai trouvé sur le net…
    https://catherinemarchais.blogspot.fr/2017/08/nouvelle-victoire-du-venezuela-lonu.html
    Vendredi 4 août
    Nouvelle victoire du Vénésuala à l’ONU au grand désespoir de la droite.
    Lire le reste de l’article.


    • fanfan Le 08 août 2017 à 13h00
      Afficher/Masquer

      Merci @Vitavi pour ce lien vers le blog de Catherine Marchais qui “scrute le monde avec un regard féminin et solidaire pour construire une analyse politique” et qui publie des articles de :
      – Marco Terrugi in Hasta el nocau, Sociologue, journaliste franco-argentin résident en ce moment au Venezuela, “La violence politique au Venezuela”,
      – Luis Eduardo Celis in La silla vacia, “Venezuela et le renouvellement des élites… Un autre point de vue colombien”,
      – Yezid Arteta Dávila in Semana, “5 clefs sur le Venezuela à la sauce colombienne”,
      – Victor de Currea-Lugo in Las dos orillas, “De la Syrie au Venezuela. Un regard depuis la Colombie”
      https://catherinemarchais.blogspot.fr/


  4. Catalina Le 08 août 2017 à 13h06
    Afficher/Masquer

    “Parmi les vieux tours de magie des médias français, de Jean-Hébert Armengaud (Courrier International) à Natacha Tatu (nouvel Observateur) (1), il y a la transformation de la droite vénézuélienne en sympathique club de combattants pour la démocratie. Une élite à laquelle la CIA accorde un crédit limité selon Wikileaks. Enchâssée dans son seizième siècle – avec domestiques mulâtres et modes fébrilement importées du monde blanc, elle reste dans l’impossibilité de sauter par dessus son propre être pour comprendre la démocratie participative (2), prête à “tout” pour revenir en arrière. D’où sa tendresse pour l’ère Pinochet, et depuis 2002, ses tentatives répétées de coup d’État, ses violences (comme au Salvador ou en Équateur) organisées avec l’appui du vaste réseau paramilitaire de l’ex-président colombien Alvaro Uribe. Si certains des leaders de “l’Aube Dorée” vénézuélienne – tels Leopoldo Lopez – sont arrêtés comme organisateurs de violences – celles de 2013 ont fait 43 morts, la plupart dans le camp bolivarien, et six membres des forces de l’ordre tués par balles – on peut compter sur les médias privés majoritaires au Venezuela et la presse française pour en faire… des prisonniers “d’opinion”.”

    https://venezuelainfos.wordpress.com/2015/08/04/venezuela-la-presse-francaise-lachee-par-sa-source/


  5. Olysh4 Le 08 août 2017 à 13h37
    Afficher/Masquer

    Maintenant que la Chine a une sphère d’influence qui dépasse celle des États Unis en Asie, on peut observer les États Unis se rabattre sur “leur pré-carré” sud américain. Avec des méthodes qui sont les leurs, les même utilisées par Kissinger il y a 50.


Charte de modérations des commentaires