Par Stephen Kinzer, article initialement paru en anglais sur le site du Boston Globe.

Stephen Kinzer est un journaliste américain qui a été en poste dans diverses régions du monde, notamment en Amérique centrale (Honduras) et en Turquie : il a dirigé de 1996 à 2001 le bureau du New York Times à Istanbul.

18 Janvier 2015


« Bien des problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui », déclarait le ministre des affaires étrangères britannique Jack Straw une décennie plus tôt, « sont une conséquence de notre passé colonial ». Euphémisme diplomatique typique. Les guerres au moyen-orient, et leurs récentes retombées à Sydney, Ottawa et Paris, sont l’héritage de bévues coloniales inconsidérées. Elles nous enseignent que bien que le déploiement extérieur de forces puisse permettre de contrôler des terres lointaines pour un certain temps, la finalité s’avère souvent tragique.

En 1921 la diplomate et espionne britannique Gertrude Bell a écrit qu’elle était « horriblement occupée à faire des rois et des gouvernements ». Cela semblait assez romantique. Bell parlait arabe, charmait les scheiks, et pouvait monter à dos de chameau pendant des heures. Nicole Kidman l’incarne dans la super-production prévue pour plus tard dans l’année.

Bell a été une architecte-clé du monde de SykesPicot, du Moyen-Orient de la majorité du 20ème siècle. Aux côtés de diplomates comme Mark Sykes et François Georges-Picot – qui dessinèrent arbitrairement les lignes qui définirent les nouveaux pays arabes d’après la première guerre mondiale – d’aventuriers comme T.E. Lawrence, et d’une poignée d’hommes d’état à Londres et à Paris, elle a créé l’ordre qui s’effondre actuellement dans une violence inconcevable. Si un film sur Bell avait été tourné une génération plus tôt, il aurait peut-être été possible de lui donner une fin heureuse. Aujourd’hui, ses camarades colonialistes et elle-même semblent avoir créé une bombe à retardement dont l’explosion secoue actuellement les nations. L’effondrement de l’ordre Sykes-Picot, c’est la grande histoire géopolitique de notre temps.

Mark Sykes - François Picot

Mark Sykes – François Picot

C’est une erreur de considérer séparément – individuellement – les divers conflits politiques et militaires qui font actuellement trembler le Moyen-Orient. Ils font tous partie d’une lutte globale visant à redéfinir la carte de la région. Cette carte sera bien différente de celle que Bell et ses camarades impérialistes nous avaient léguée.

Certains pays du Moyen-Orient sont condamnés. Ils sont des accidents malheureux de l’histoire. Lamentablement, leur effondrement nécessitera des années, et d’immenses coûts en souffrance humaines.

La Syrie, qui fut créée comme protectorat Français, n’existe plus qu’en tant que nom. L’Irak, initialement dominé par l’Angleterre est probablement le prochain sur la liste. La façon dont furent créés ces pays – par des étrangers qui ne s’intéressaient qu’à leurs propres intérêts – garantissait à peu près leur effondrement.

Ailleurs dans le quartier, le Yémen est dans la tourmente. Le Bahreïn n’est discret que parce que son gouvernement sunnite a temporairement réussi à supprimer la majorité chiite. Même le sultanat d’Oman, dans sa longue stabilité, risque de connaitre des troubles une fois que son sultan souffrant ne sera plus.

Le Liban et la Jordanie, deux petits pays qui ont émergé des spasmes impériaux des années 1920, peuvent survivre aux années de guerre à venir, mais c’est loin d’être garanti. Dans la ceinture externe de la région, le futur à long terme de la Libye est lugubre, et les perspectives du Pakistan sont hautement incertaines.

Le candidat à l’effondrement le plus fascinant est l’Arabie Saoudite. Pendant plus d’un demi-siècle les leaders Saoudiens ont manipulé les États-Unis en nourrissant notre addiction au pétrole, prodiguant de l’argent aux politiciens, aidant aux financements des guerres américaines, et achetant à hauteur de milliards de dollars en armement aux compagnies états-uniennes. Aujourd’hui le sol commence à se dérober sous leurs pieds.

Gertrude Bell - espionne britannique

Gertrude Bell – espionne britannique

Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite a près de 90 ans et est malade. L’un de ses demi-frères va probablement lui succéder [NB. C’est fait…], mais cela marquera la fin de la lignée des fils du dirigeant fondateur, Ibn Saud. Après cela, une bataille de pouvoir au sein de la famille royale est probable. Personne ne peut prévoir ni son intensité ni son degré de violence, mais la perspective d’une crise arrive à un moment particulièrement mauvais. La région est en flammes et le prix du pétrole s’effondre. Il serait stupide de penser que l’Arabie Saoudite aura encore la forme qu’elle a actuellement d’ici la prochaine génération.

Dans une région pleine de faux-pays inventés, une puissance musulmane est sûre de survivre : l’Iran. L’opposé d’un faux pays. L’Irak, la Syrie, le Liban, la Jordanie et l’Arabie Saoudite ont moins d’un siècle. L’Iran existe – avec quasiment les mêmes frontières et plus ou moins le même langage – depuis 2500 ans. Les colonialistes n’ont jamais réussi à le diviser et il siège aujourd’hui comme un ilot de stabilité dans une région d’activité volcanique instable.

L’arrogance des colonialistes du Moyen-Orient est facilement observable du point de vue de l’histoire. Lawrence a admis avant sa mort qu’ils avaient commis des « erreurs évidentes ». Gertrude Bell a écrit, « je ne participerai plus jamais à la création de rois ; c’est bien trop de pression ». Aucun des deux n’aurait pu prévoir l’horreur qu’entraineraient leurs décisions. Le chaos actuel est le résultat de leur ingérence ignorante. Une leçon pour les étrangers qui tentent aujourd’hui de façonner le Moyen-Orient.

Stephen Kinzer

====================================================================

Paris est un avertissement : il n’y a pas de cloison étanche entre nous et nos guerres. (The Guardian), par Seumas MILNE

Les attaques en France sont le contrecoup des interventions dans le monde arabe et musulman. Ce qui arrive là-bas, arrive aussi ici.

La réponse officielle de l’Occident à chaque attaque terroriste d’inspiration djihadiste, depuis 2001, a été de jeter de l’huile sur le feu. Ça a été le cas après le 11 septembre, quand George Bush a lancé sa guerre contre le terrorisme, dévastant des pays entiers et répandant la terreur dans le monde. Ça a été le cas en 2005, après les bombes de Londres, quand Tony Blair a réduit les libertés publiques et envoyé des milliers de soldats anglais en mission impossible en Afghanistan. Et ça a été le cas, la semaine dernière, après les horribles massacres à Charlie Hebdo et dans un supermarché juif de Paris.

En écho à la rhétorique de Bush, la réaction de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy, aux attaques contre “nos libertés” a été de déclarer une “guerre des civilisations”. Au lieu d’être simplement là avec les victimes – et, aussi, par exemple, avec le grand nombre de victimes de Boko Haram au Nigéria – on a élevé le magazine satirique, et sa manière de représenter le prophète Mouhammad, au rang de symbole sacré de la liberté occidentale. La sortie, mercredi, d’une édition de Charlie Hebdo sponsorisée par l’état est devenu le dernier test en date du “qui n’est pas avec nous est contre nous” dans l’engagement à “nos valeurs”, tout cela pendant que les députés français votaient, par 488 votes pour et un seul contre, la poursuite de la campagne militaire en Irak. Si l’on en juge par le bilan des 13 dernières années, cela se révélera être une décision dangereuse, et pas seulement pour la France.

Absolument rien ne justifie l’assaut meurtrier des journalistes de Charlie Hebdo, et encore moins celui des victimes juives sélectionnées sur le seul critère de leur identité religieuse et ethnique. Ce qui est devenu terriblement évident la semaine dernière, en revanche, c’est le fossé qui sépare la manière dont est perçue la position officielle de l’état français en matière de politique intérieure dans le pays et à l’étranger ainsi que par de nombreux citoyens musulmans du pays. Cela est vrai de l’Angleterre aussi bien sûr. Mais ce qui est salué par la France blanche comme une laïcité dénuée de tout préjugé racial, garantissant l’égalité à tous, est vécu par de nombreux Musulmans comme de la discrimination et comme un déni de leurs liberté fondamentales.

Dans un pays où les femmes sont embarquées dans des cars de police à cause de la manière dont elles s’habillent, la liberté d’expression peut aussi donner l’impression d’être à sens unique. Charlie Hebdo prétend pratiquer “l’offense égalitaire”, en insultant toutes les religions. Mais la réalité, comme un de ses anciens journalistes l’a souligné, était que le journal souffrait d’une “névrose islamophobe” et que son fonds de commerce était l’attaque raciste de la minorité la plus marginalisée de la population. Il ne s’agissait pas simplement de “représentations” du prophète, mais d’humiliations pornographiques à répétition.

Malgré tous les beaux discours sur le fait que la liberté d’expression est un droit non négociable en France, la négation de l’Holocauste y est illégale et les spectacles du comédien noir antisémite Dieudonné y ont été interdits. Mais c’est avec le même aveuglement dont les milieux progressistes français ont fait preuve en ne se rendant pas compte que l’idéologie laïque, qui servait autrefois à lutter contre le pouvoir des puissants, servait aujourd’hui à contrôler le segment le plus faible de la population, que le droit de cibler une religion et de l’insulter à qui mieux mieux a été élevé au statut de valeur libérale fondamentale.

Tout le monde a pu constater l’absurdité de la situation à la manifestation “Je suis Charlie”, à Paris, dimanche. Une marche supposée défendre la liberté d’expression était menée par des rangs serrés de va-t-en guerre et d’autocrates : des leaders de l’OTAN et de celui d’Israël, Binyamin Netanyahou, au roi Abdullah de Jordanie et au ministre des Affaires Etrangères égyptien qui, tous autant qu’ils sont, ont harcelé, jeté en prison et assassiné des pléthores de journalistes tout en commettant des massacres et en lançant des interventions armées qui ont fait des centaines de milliers de morts, bombardant, en chemin, les stations de TV de la Serbie jusqu’à l’Afghanistan.

La scène était d’un ridicule achevé. Mais elle mettait aussi en lumière le rôle central de la guerre contre le terrorisme dans les atrocités commises à Paris, et la manière dont les rangs serrés de meneurs de la manif, sont en train de la récupérer pour faire avancer leur agenda personnel. Bien sûr, le cocktail de causes et de motivations qui a présidé aux attaques est complexe : il va de l’héritage de la sauvage brutalité coloniale en Algérie, à l’idéologie takfiri djihadiste, en passant par la pauvreté, le racisme, la criminalité.

Mais ces attaques n’auraient certainement pas eu lieu si les puissances occidentales, dont la France, n’avaient pas attaqué le monde arabe et musulman pour le mettre au pas et le réoccuper. Cette guerre contre le terrorisme dure depuis 13 ans – même s’il y a eu des tentatives bien antérieures de contrôler la région – et sème massivement la destruction et la terreur.

C’est ce que les meurtriers disent eux-mêmes. Les frères Kouachi se sont radicalisés à la guerre d’Irak et ont été entraînés au Yémen par al-Qaida. Cherif Kouachi a dit clairement que les attaques avaient pour but de venger les “enfants des Musulmans en Irak, Afghanistan et Syrie”. Ahmed Coulibaly a dit qu’elles étaient une réponse aux attaques de la France contre Isis tout en affirmant que le massacre du supermarché avait pour objet de venger les morts de Musulmans de Palestine.

Ces assassinats gratuits sont bien sûr tout à fait contre-productifs et nuisent aux causes qu’ils sont censés promouvoir – et le fait que les victimes soient choisies en fonction d’un cadre religieux réactionnaire, donne à penser que ces assassinats sont une sorte de produit mutant des guerres culturelles européennes. Mais ces attaques n’existaient pas avant 2001. Les bombes de 1995 à Paris qui semblent me contredire, étaient en fait une retombée directe de la guerre civile en Algérie et du rôle qu’y jouait la France. Par contre, la guerre de l’Union Soviétique en Afghanistan, il y a 30 ans, a favorisé le développement d’une forme de fondamentalisme violent qui revient en boomerang frapper le cœur de l’occident.

La France est célèbre pour avoir refusé de prendre part à l’agression étasuno-anglaise contre l’Irak. Mais depuis elle a rattrapé le temps perdu en envoyant des troupes en Afghanistan, en intervenant dans un pays africain après l’autre : de la Libye et du Mali à la Côte d’Ivoire et à la République centrafricaine, en bombardant l’Irak et en soutenant les rebelles syriens. Comme l’Angleterre, la France a armé les autocrates du Golfe et basé des troupes chez eux, et dernièrement, le président français a déclaré qu’il était le “partenaire” du dictateur égyptien Sissi et qu’il était “prêt ” à bombarder à nouveau la Syrie.

L’ancien premier ministre français, Dominique de Villepin, chef de file du camp opposé à la guerre en Irak, a dit, cette semaine, qu’Isis était “l’enfant monstrueux” de la politique occidentale. Les guerres occidentales dans le monde musulman “nourrissent toujours de nouvelles guerres” et “elles nourrissent le terrorisme chez nous”, a-t-il écrit, pendant que “nous simplifions” ces conflits “en ne regardant que le symptôme islamiste ”.

Il a raison – mais il ne fait pas partie des leaders qui ont mené la marche en rangs serrés et qui vont utiliser ces attaques pour justifier d’autres interventions militaires. Etant donné les événements de la dernière décennie, les Européens ont de la chance d’avoir eu si peu d’attentats terroristes. Mais le prix à payer est la perte des libertés, la montée de l’antisémitisme et l’islamophobie rampante. Plus nous laissons cette guerre s’éterniser, plus la menace s’alourdit. Dans un monde globalisé, il n’y a pas moyen de s’isoler. Ce qui arrive là-bas, finit par arriver ici aussi.

Seumas Milne

Traduction : Dominique Muselet

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

71 réponses à De Paris à Sydney, le terrorisme est l’héritage des bévues coloniales, par Stephen Kinzer

Commentaires recommandés

FifiBrind_acier Le 16 février 2015 à 08h20

Le premier article est de l’enfumage otanesque plein pot. La colonisation a bon dos…

“Certains états du Moyen Orient sont condamnés”, condamnés par qui? Et dans quels buts?
Condamnés par le projet américain ” de Grand Moyen Orient” , dont l’article se garde bien de parler.

http://www.politique-actu.com/debat/moyen-orient-plan-americano-israelien/514643/

Ce n’est pas un secret, les nouvelles frontières des nouveaux Etats ont été publiées dans le New York Times.
http://www.mondialisation.ca/new-york-times-publie-la-nouvelle-carte-du-moyen-orient/5352850

Il s’agit de faire éclater 5 pays en 15 petits califats bien soumis et “homogènes”.
Ce qui nécessite de faire au préalable, un “nettoyage ethnique des minorités”.
Et de faire faire le job par des mercenaires “sans état”, car le nettoyage ethnique est interdit aux Etats par le Droit international et passible du Tribunal pénal international.

Ceci explique sans doute le fait que Daesh occupe un périmètre à cheval sur plusieurs frontières.
Car c’est bien de cela qu’il s’agit, pour faire éclater des Etats, il faut en faire éclater les frontières.

  1. Patrick Luder Le 16 février 2015 à 06h20
    Afficher/Masquer

    Ce qu’écrit Stephen Kinzer est juste de l’histoire => on ne peut pas rejeter sur les passé les erreurs que l’on commet chaque jour actuellement! Je me demande vraiment pourquoi Stephen Kinzer ne touche pas un mot sur ce qui se fait aujourd’hui dans cette région … s’intéresser à l’histoire ancienne c’est bien, mais il aurait aussi “la chance” de s’intéresser à l’histoire qui s’écrit actuellement sous nos yeux.


    • jacques beaudry Le 16 février 2015 à 14h22
      Afficher/Masquer

      relisez son texte, vous en avez oublié des passages.


      • z Le 16 février 2015 à 19h11
        Afficher/Masquer

        Relisez l’histoire, la colonisation est achevé depuis des décennies. Aucun gouvernement n’a été assez intelligent pour créer une fédération panafricaine ou se mettre d’accord avec ses voisins pour redessiner les frontières. Un proverbe résume bien la situation, “aides toi et le ciel t’aideras”

        L’Europe a été créée après deux guerres terribles, pourquoi faut-il toujours que les même erreurs se répètent.


        • Azza Le 16 février 2015 à 23h32
          Afficher/Masquer

          La fin de la colonisation n’a eu lieu que dans l’imagination des populations occidentales. La realite c’est que ces pays sont restes sous etroit controle. Rappelez vous que toute la zone CFA ne controle meme pas sa monnaie et que Paris fait autant sa loi en Afrique que les USA faisaient la leur dans le golfe.


    • farigoulette Le 17 février 2015 à 01h09
      Afficher/Masquer

      Patrick Luder : avez vous bien lu et compris le sens du texte de Kinzer ? Son texte cherche justement à démontrer que les bévues coloniales passées sont une des causes et non des moindres, du terrorisme.


  2. Ded Le 16 février 2015 à 06h23
    Afficher/Masquer

    Correction du commentaire précédent : adresse de la radio : 3 avenue Jean Médecin
    C’est plus “logique” car c’est exactement l’adresse de la station de tram “Masséna”.


  3. Patrick Luder Le 16 février 2015 à 06h30
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier de nous faire découvrir cet article de Seumas Milne. Un article de grande qualité pour nous faire prendre conscience de nos propres erreurs, mais un article incomplet pour nous faire comprendre “la marche du monde …”


    • FL Le 16 février 2015 à 08h11
      Afficher/Masquer

      Patricl Luder, vous dites, …”nous” faire prendre conscience de “nos” propres erreurs, vous avez tord de nous associer par ce “nous” aux gens qui nous gouvernent. Cela revient à les assurer de notre soutient quoiqu’ils fassent, ce qui n’est pas le cas et certainement pas votre intension. Non seulement “ils” sont élu avec 30 % des inscrits mais parmi ces 30 %, combien sont opposés à ces guerres diverses et variées qu'”ils” mènent avec “Notre” armée?
      Je peux entends votre “nous” comme le nous de “Nous sommes Charlie”…
      Je pourrais aussi l’entendre comme nous, les français ou nous, les citoyens, etc. ce nous, est trop imprécis.


      • Charles Le 16 février 2015 à 08h59
        Afficher/Masquer

        Mais vous les soutenez, vous savez : vous payez des impôts, qui servent à financer ces guerres. Nous payons tous des impôts (ne serait-ce que la TVA) qui servent à financer ces guerres.

        Qu’est-ce que cela nous demanderait, de refuser de les payer pour ces guerres ? Rien. En trois jours, la situation serait réglée. L’État ne peut pas vivre sans son fric. Un Français qui refuse de payer ses impôts, il est puni. 10% des contribuables, ce n’est plus possible. Ou refuser de payer autre chose que des pâtes et du pain jusqu’à ce qu’ils cèdent. En 5 jours, c’est terminé. On s’assied en sitting pacifique dans les rues jusqu’à ce qu’ils cèdent. En trois jours, c’est fini.

        C’est pacifique, ça ne nuit à personne. C’est efficace. Personne ne le fait.

        Mais nous cautionnons, ça, c’est sûr.

        Dire qu’en tant que citoyen, on ne peut rien faire, c’est accepter un état de minorité définitif, c’est reconnaître que l’on n’est en fait pas citoyen. La seule option qui nous reste, c’est d’attendre un messie, un miracle. C’est beau, la superstition. C’est confortable, aussi. On rejette toujours la faute sur d’autres. On acquiert ainsi une vertu. On passe pour une victime.

        Nous avons une mentalité d’esclave. Nous attendons de nos élites qu’elles changent, qu’elles modifient le monde. Ne les connaissons-nous pas assez ? N’avons-nous donc pas assez de preuves ? Nous attendons que d’autres fassent le boulot à notre place.

        Non, vous avez tort : oui, nous sommes à mettre dans le même sac qu’eux. Nous n’utilisons pas notre pouvoir d’agir pour les contrer, ce qui veut dire que nous les laissons faire. En n’agissant pas, nous cautionnons.


        • Vasco Le 16 février 2015 à 09h27
          Afficher/Masquer

          “Mentalité d’esclave” en effet de tout temps la population est conditionnée par les différentes élites avec cet objectif de contrôler les masses.


          • boduos Le 16 février 2015 à 13h38
            Afficher/Masquer

            conditionnement des peuples se réalise par des techniques à destination des masses lorsque les individus s’identifient à un groupe ,et par des techniques qui s’adressent à l’intime .)
            cet art de la manipulation relèvent de ce qu’on désigne par ” l’ingenierie sociale” pour laquelle je ne mets plus de lien .
            César utilisait déjà des rudiments de cette technique,Gustave le Bon en a théorisé un chapitre relatif à la ” foule”
            les techniques publicitaires et de marketing ont développé et affiné les méthodes.
            j’apprécierais que les modérateurs nous donnent une black listes des sites à proscrire ou tout au moins quels critères sont à retenir ,ceci sans esprit polémique particulier.
            j’apprécie la qualité des interventions sur ce blog , je devine le tempérament de certains d’entre nous ,peut on avoir une réflexion sur les limites naturellement indispensables à notre fougue .


            • Ray Le 17 février 2015 à 17h30
              Afficher/Masquer

              Boduos Bonsoir
              Je pense qu’ il est regrettable que vous ne puissiez nous faire profiter de ces liens.
              A mon avis…( petit clin d’œil a Mr Guy Yotin de la Mode Era Scion…haie, pas sur les doigts )
              sans avoir la possibilité de prendre connaissance de ces ” sciences ” de la manipulation dont vous faites allusion, ne peut aider le débat des idées sur ce blog, lequel est d’une valeur certaine .
              Tous problèmes, constatés, avérés, ne peuvent rester sans analyses personnelles du; pourquoi, par qui, comment, pour qui.
              Ce qui donc, entre dans les ” cordes ” de la raison d’existence de ce que Olivier Berruyer nous
              propose, ” la discussion, l’échange…….
              La recherche de la ” cause des causes ” en est la raison d’être.


        • Judabrutus Le 16 février 2015 à 09h55
          Afficher/Masquer

          Tout à fait d’accord avec vous.Ça s’appelle la désobéissance civile, mise én forme par H. D.Thoreau à l’occasion de la guerre mexicaine. …Et il est affligeant de voir qu’un siècle et demi après, nous ne sommes toujours pas capables de nous aviser du formidable levier de réaction que représenteraient 10 % des contribuables retranchant sur leurs impôts la part allouée au budget d’une politique étrangère qu’ils désapprouvent.


        • Maurice Le 16 février 2015 à 19h29
          Afficher/Masquer

          Il y a pire que le bruit des bottes, c’est le silence des pantoufles!
          (du Suisse Max Frisch)


        • farigoulette Le 17 février 2015 à 02h46
          Afficher/Masquer

          Je suis assez de l’avis de FL Charles. Je ne me sens pas responsable non plus car je ne fais pas partie de ceux qui soutiennent citoyennement parlant. Quant aux impôts ils se répartissent (normalement) sur plusieurs secteurs sociaux et économiques mais bien sûr le budget militaire en fait partie. Vous avez déjà essayé de refuser de payer les impôts vous ? Est-ce que ça veut dire que l’on cautionne ? Est-ce que rassembler sur ce thème de l’impôt refusé en masse vous paraît aujourd’hui possible et vraiment rassembleur ? Attelons-nous à comprendre les mécanismes de la machine infernale qui nous enfonce peu à peu dans la précarité et la dictature renforcée de l’oligarchie financière et préparons nous à argumenter valablement pour contrecarrer le discours idéologique dominant auprès de nos semblables car c’est sur ce terrain qu’il faut se battre pour éclairer les consciences afin de trouver ensemble comment changer la donne efficacement. Je pense que nous sommes un certain nombre à ne pas mettre dans le même sac que ceux qui ont une “mentalité d’esclave” comme vous dites, car ayant toujours lutté socialement et politiquement, pour faire respecter nos droits collectifs et individuels de salariés et de citoyens et faire reculer l’injustice. Beaucoup comme moi n’ont jamais considéré qu’un monde plus humain et plus juste ne pouvait venir que d’un sauveur providentiel tout comme nous avons toujours critiqué l’esprit et le fonctionnement élitiste de cette République monarchique de voyous cravatés et profiteurs et de castes de privilégiés jusque sur les bancs de l’Assemblée. Tout est à refaire et à reconsidérer. Et je vous rejoins pour dire que cela dépend de nous. Mais réalisons que cela ne pourra se faire que si nous avons les idées claires sur les tenants et les aboutissants de notre monde d’aujourd’hui et la connaissance de l’histoire des sociétés humaines et du dessous des cartes géostratégiques et politiques des Etats dominants peut aussi nous y aider, car c’est un processus pervers, constant et progressif, (renforcé aujourd’hui par le pouvoir des médias à leur service) d’affaiblissement de la conscience citoyenne et politique (au sens noble), d’amoindrissement des capacités de réflexion et de discernement de la majorité par une minorité. Cela dépend aussi de notre capacité à comprendre ce processus et à déméler le vrai du faux et de la


  4. luci2/29 Le 16 février 2015 à 06h57
    Afficher/Masquer

    Le Général de Gaulle,habile et intègre “Politique”,aimant La France par dessus tout et depuis toujours, connaissait parfaitement la dangerosité de ces “mondes hostiles” dans lesquels il avait dû s’exiler un temps…(Londres)…alors que condamné à mort par le gouvernement de Monsieur Pétain.
    Parallélement,”félon,rénégat” (il faut le faire !!! ) et observé d’un oeil inquisiteur et accusateur par “Uncle sam”–Cf débarquement US en Afrique du Nord..en 1942–) il a dû et su composer adroitement,voire dangereusement avec ces “amis” d’un temps.
    Le Président de Gaulle,en 1965,décréte le départ de La France du giron de la NATO.
    Enfin libres…un peu .!
    Jusqu’à la reddition de 2007 et suivantes. ,qui a été précédée par Maastricht (1992) ,puis chaotiquement en 2005,par la trahison du Peuple français dont La Voix ne porte pas…pas encore !


    • bleu ciel Le 16 février 2015 à 14h33
      Afficher/Masquer

      Saluons egalement le Général de Gaulle pour avoir compris très tôt les difficultés de la coexistence entre français et musulmans (l’eau et l’huile), et avoir favorise l’indépendance de l’Algérie afin que Colombey les deux églises ne devienne jamais Colombey les deux mosquees ? (Cf “C’était De Gaulle” T1 Alain Peyrefitte)


  5. Marie Genko Le 16 février 2015 à 07h00
    Afficher/Masquer

    Les deux articles sont excellents, ils nous mettent face aux incohérences de nos gouvernants européens !

    Merci, Olivier!

    Le sang appelle le sang, nous en avons versé beaucoup!

    Si les chrétiens ont supporté sans réagir les blasphèmes à l’encontre du Christ, les blasphèmes contre Mahomet engendreront hélas encore beaucoup de violence…

    L’aveuglement de l’idéologie dominante nous entraîne dans le mur !!!
    Mais comment inverser la vapeur…? That is the question?


  6. Grossomodo Le 16 février 2015 à 08h15
    Afficher/Masquer

    S’il n’y avait pas les religions (monothéistes, donc cousines) , l’ hypercapitalisme , le pétrole et les ressources (minières , bois , alimentaires ) dont nous ne disposons pas , c’est certain le monde serait différent .
    Affirmer qu’il n’y aurait pas de violence c’est un autre débat .
    Je dirais : spéculation .


  7. FifiBrind_acier Le 16 février 2015 à 08h20
    Afficher/Masquer

    Le premier article est de l’enfumage otanesque plein pot. La colonisation a bon dos…

    “Certains états du Moyen Orient sont condamnés”, condamnés par qui? Et dans quels buts?
    Condamnés par le projet américain ” de Grand Moyen Orient” , dont l’article se garde bien de parler.

    http://www.politique-actu.com/debat/moyen-orient-plan-americano-israelien/514643/

    Ce n’est pas un secret, les nouvelles frontières des nouveaux Etats ont été publiées dans le New York Times.
    http://www.mondialisation.ca/new-york-times-publie-la-nouvelle-carte-du-moyen-orient/5352850

    Il s’agit de faire éclater 5 pays en 15 petits califats bien soumis et “homogènes”.
    Ce qui nécessite de faire au préalable, un “nettoyage ethnique des minorités”.
    Et de faire faire le job par des mercenaires “sans état”, car le nettoyage ethnique est interdit aux Etats par le Droit international et passible du Tribunal pénal international.

    Ceci explique sans doute le fait que Daesh occupe un périmètre à cheval sur plusieurs frontières.
    Car c’est bien de cela qu’il s’agit, pour faire éclater des Etats, il faut en faire éclater les frontières.


    • alexg81 Le 16 février 2015 à 09h51
      Afficher/Masquer

      Bien vu pour la carte. Je pensais dans un premier temps à la carte du moyen Orient proposée par Ralph Peters, la “Blood border” : http://joeforamerica.com/2013/09/super-powers-drawing-lines-creates-bloody-mess/#

      Mais au vu des événements depuis 2011, le lien que tu proposes est bien plus proche de la réalité et de la volonté des US. D’ailleurs le journaliste révèle indirectement la suite : la fragmentation de l’Arabie Saoudite en plusieurs pays plus petits. J’en suis presque réduit à espérer que la diplomatie et l’influence sino-russe stoppe cette folie humaine pour sauver le Moyen-Orient des guerres néo-coloniales que nous menons là-bas.


      • FifiBrind_acier Le 16 février 2015 à 10h59
        Afficher/Masquer

        alexg81,
        Si c’est bien la réalité de ce qui se passe, il s’agit donc de remplacer une colonisation par une autre qui ne dit pas son nom…


        • boduos Le 16 février 2015 à 13h52
          Afficher/Masquer

          le monde est effectivement composé de prédateurs plus ou moins voraces et plus ou moins scrupuleux ,les moins mauvais étant de ceux qui ne veulent ni insulter l’avenir ,ni laisser une planète saccagée.
          la multi polarité qui semble venir ,en opposition au gouvernement mondial qui trébuche, réhabilitera le droit international susceptible d’ endiguer les dérives qui ont enfanté les monstruosités auxquelles on assiste.


          • theuric Le 16 février 2015 à 15h40
            Afficher/Masquer

            Ne comprenez-vous donc pas que ces plans sensément subtiles ne se font que sur la comète:les U.S.A. et les spéculateurs de haut vol ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils furent.
            “N’importe quel imbécile”, dit le sage, “peut bruler une grange mais pour la reconstruire il faut un charpentier.”
            Et n’est pas charpentier qui veut!


    • Chris Le 16 février 2015 à 16h55
      Afficher/Masquer

      @Fifi
      Le monde selon Garp ! A force de prévenir les accidents, on les créé…


    • Homère d'Allore Le 16 février 2015 à 18h44
      Afficher/Masquer

      Bonsoir Fifibrindacier
      Cette carte est du “wishful thinking”. Et se heurtera aux réalités sur le terrain. D’ailleurs, je doute de la volonté US de démembrement de L’Arabie Séoudite. Il est très important que le gardien des lieux saints de L’Islam soit aussi le principal partenaire avec lequel on s’entend sur le pétrole.


  8. Homère d'Allore Le 16 février 2015 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Je trouve déplorable de trouver dans un texte avec lequel je suis plutôt d’accord, une critique de la loi contre le voile intégral.
    Outre le fait que la burkha n’a aucune justification théologique, il est devenu évident que ne pas pouvoir reconnaître le visage de quelqu’un dans la rue est dangereux.
    Je me demande pourquoi la Grande Bretagne, adepte des vidéos surveillance dans chaque rue permet à certaines ( ou certains, d’ailleurs…) d’être totalement méconnaissables !


    • Judabrutus Le 16 février 2015 à 11h29
      Afficher/Masquer

      Tout simplement parce que les Anglais ont toujours été par tradition historique plus sourcilleux que nous sur la question formelle des libertés individuelles ! En termes de droit pur, le fait de ne pas montrer son visage dans les espaces publics ne constituant pas une nuisance réelle pour le droit d’autrui, son interdiction ne trouve pas de fondement juridique sérieux . Encore un texte réglementaire qui n ‘est que le fils des circonstances ! D’autant que l’interdiction de la burka emporte avec elle celle du simple voile et que de fait, nous sommes là confrontés à un viol pur et simple des droits élémentaires de la personne.


      • Homère d'Allore Le 16 février 2015 à 11h33
        Afficher/Masquer

        Ben non, l’interdiction de la burqa dans la rue n’est pas l’interdiction du simple voile. Je ne sais pas où vous avez lu ça…
        D’ailleurs les nudistes sont interdits dans la rue. Horreur, leurs libertés fondamentales sont bafouées…


        • Judabrutus Le 16 février 2015 à 12h34
          Afficher/Masquer

          Ben si ! , je vous parle d’espaces publics et je confirme : le voile est interdit dans un nombre conséquent de lieux publics, dont l’école , le collège et le lycée, plus les établissements privés à vocation publique qui sont livrés à la discrétion de leurs gérants (filles de salles dans les cliniques). Le voile est même devenu un motif de licenciement . Et cette interdiction a été votée en même temps que celle de la burka.Quant aux naturistes, le droit considère qu’il y a atteinte” à la pudeur et aux bonnes moeurs,” et donc, que d’ une certaine façon ce sont les libertés individuelles des autres qui sont lésées ( trouble à l’ordre public). Vous vous étonniez que les Anglais supportent ce que vous sembliez présenter comme une contradiction ou un paradoxe: je voulais modestement vous apporter un élément d’explication. Le droit anglais trouve son enracinement historique dans l’ affirmation de la liberté individuelle ( chartes et habeas corpus ) tandis que le droit français est plus soucieux d’ordre public et d’égalité devant la loi. Chaque nation construit sa culture juridique autour d’un principe qui lui est particulier parce qu’il est intimement lié à son histoire.


          • Homère d'Allore Le 16 février 2015 à 12h44
            Afficher/Masquer

            Vous êtes d’habitude mieux renseigné, Judabrutus !

            La loi sur le voile à l’école date de 2004.

            Celle sur la burqa dans la rue de 2010.

            http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/20/01016-20141020ARTFIG00055-port-du-voile-ce-que-dit-la-loi.php

            Je ne m’étonne pas de la tradition d’habeas corpus anglaise, je m’interroge sur l’utilité de leur vidéo surveillance si on permet à tout un chacun d’apparaître comme un grand fantôme noir.

            Quant au voile pour motif de licenciement, il faut pour cela que l’entreprise soit “une entreprise de conviction”, ce qui restreint fort heureusement les discriminations. Cf affaire Baby Loup.


            • Judabrutus Le 16 février 2015 à 14h45
              Afficher/Masquer

              Autant pour moi et je vous prie de m’excuser : à force de polémiquer avec des gens qui, sans cesse, passent de l’une à l’autre, j’avais perdu de vue que ces deux lois étaient à ce point distantes dans le temps.


            • Homère d'Allore Le 16 février 2015 à 14h56
              Afficher/Masquer

              Aucun problème. Vous êtes tout excusé et je comprends votre confusion. Ce sujet a tellement déchaîné de passions qu’on y perd son latin…

              A propos, la vraie manière d’écrire est “au temps pour moi”, cette expression venant du vocabulaire militaire comme “en deux temps, trois mouvements”. Ce sont des expressions usitées lors des répétitions pour des défilés officiels.
              Le “autant pour moi” est toutefois toléré mais inexact.


            • Joanna Le 16 février 2015 à 15h36
              Afficher/Masquer

              l’académie française nous dit que rien ne justifie la graphie “autant pour moi”;
              je trouve au contraire qu’elle se justifie par la compréhension et c’est ainsi que je continuerai de l’écrire alors que “au temps pour moi” me semble incompréhensible …


          • theuric Le 16 février 2015 à 15h51
            Afficher/Masquer

            Vous posez là la question que les papous pourraient relever en Angleterre si les représentants de leurs mouvements indépendantistes de la partie de l’ile colonisée par les indonésiens, là où ces derniers font subir à ce peuple autochtone quelque chose ressemblant fortement à un génocide, venaient à fuir leur nation.
            Imaginons donc, en une expérience de pensée, que quelques papous, que nous considèrerions enfin comme des être humains à part entière, viennent se réfugier en Grande-Bretagne ou en France et décident de conserver, pour les hommes, leur vêture traditionnelles, soit l’étui pénien (par une bravade contre le froid).
            Comment le leur refuser si nous acceptons également la burka?
            Il y aurait là, en effet, deux poids, deux mesures que ces papous seraient en droit de désigner comme du racisme.
            Alors, qui a une solution?
            Et surtout, pourquoi l’O.N.U. n’a-t-il jamais porté attention aux massacres perpétués contre ce peuple?
            Appartient-il vraiment à l’humanité?


      • z Le 16 février 2015 à 12h39
        Afficher/Masquer

        vous confondez burqa et voile. Et la loi interdit de dissimuler son visage si cela n’est pas nécessaire pour des raisons de sécurité, routière notamment. Ainsi un homme à moto peut être casqué mais un homme à pied ne le peut pas.

        Mais la lecture de texte législatif est peut être un exercice trop périlleux pour vous.


        • Lamonette Le 16 février 2015 à 22h40
          Afficher/Masquer

          Arrêtez tout de suite.
          Zêtes fou?!

          Je ne le crois pas mais arrêtez de déconner!
          Bon Ok depuis le 7, 11 janvier et tout le mois de février, je vous reconnais des circonstances atténuantes….( voui, à un moment, vous avez été CH, mais pas longtemps) et vous avez transcendé. .

          Je suis tête dure: quid de l’audience du 26 janvier?
          C’est vrai qu’après, je quitte les Crises…


        • Lamonette Le 17 février 2015 à 17h05
          Afficher/Masquer

          Allez va. C’est un jour pénible pour moi: vote de la loi Macron. On arrive au 49.3 et naturellement personne ne va renverser la table.

          Le mois de mai…..est un joli mois.C’est dommage d’être coincé en audience. Cherchez l’accord.


          • Homère d'Allore Le 17 février 2015 à 17h36
            Afficher/Masquer

            Cette loi Macron, véritable loi scélérate, avait bien sûr besoin du 49-3 pour passer. En effet, comme la motion de censure aura peu de chance de passer, les abstentions ne comptant pas, le pack complet va nous tomber dessus.
            Concernant l’accord dont vous parlez, je doute fort qu’ils le proposent.


        • Lamonette Le 17 février 2015 à 18h16
          Afficher/Masquer

          Perso, mon idole c’est Monsieur le Député POISSON, un nom pareil en plus…

          Cela fait longtemps qu’il bataille pour de vraies valeurs ( les miennes en tout cas) jusqu’à la fin de la nuit et je l’écoute car manifestement nous avons les même points de blocage et manifestement faut réellement nous chercher très loin pour qu’on bloque.

          Mais cela ne marchera pas. Et pourtant puisque le PS reste sourd aux demandes légitimes des petits patrons, il y avait un point d’entrée ici mais le travail le dimanche…..


        • Lamonette Le 17 février 2015 à 18h32
          Afficher/Masquer

          Pour l’accord, zavez raison, ce n’est pas eux qui le demanderont .

          Faites le et naturellement c’est moins d’une chance sur 15.

          Tentez la. On s’en fout, personne n’est jamais mort de tenter de sortir par le haut


  9. Nerouiev Le 16 février 2015 à 10h31
    Afficher/Masquer

    Ces articles nous incitent, si ce n’est déjà fait, à structurer nos analyses sur le monde actuel. On ne peut qu’y retrouver les écrits de Marc Ferro dans quelques livres à savoir : Le ressentiment dans l’histoire, Le livre noir du colonialisme, Le choc de l’Islam…
    En essayant de remonter au plus profond, donc de simplifier pour synthétiser, personnellement j’en arrive au fait que l’esclavagisme est toujours en vigueur sous des formes plus cachées et moins répréhensibles, ce qui le rend encore plus difficile à éradiquer. C’est la loi du dominant, du plus fort qui ne sait pas s’arrêter jusqu’à ce qu’à son tour il se fasse détrôner dans le but perpétuel de dominer et soumettre. Après il ne s’agit que de constats et d’explications à courts termes. Nous ne cherchons pas à vivre ensemble mais à appartenir au groupe dominant qui vit sur le dos des autres.


    • pipo Le 16 février 2015 à 12h59
      Afficher/Masquer

      “Nous ne cherchons pas à vivre ensemble mais à appartenir au groupe dominant qui vit sur le dos des autres.”

      Ce n’ est pas “Nous” mais quelques personnes qui nous entrainent avec eux en essayant de nous faire croire que c’est notre intérêt.

      “Nous” sommes naïf ou impuissant face à ce rouleau compresseur pervers.


  10. Michel Loncin Le 16 février 2015 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Par delà le procès en accusation de Stephen Kinzer contre l’Angleterre et la France, ci-devant puissances coloniales mondiales devenues, de par le DESASTRE européen résultant de la “Seconde guerer de Trente ans – 1914-1945), elles ne sont plus que les HUMBLES vassales de la “Nouvelle Rome” étatsunienne, il ne faudrait tout de même pas oublier que les Etats-Unis portent une terrible responsabilité dans cette CATASTROPHE Moyen et Proche orientale !!!
    Du drame d’Afghanistan (où, dans le cadre de la guerre froide avec l’URSS, ils ont créé délibérément Al Qaïda), de la destruction de l’Irak (où, après avoir l’ameuté comme ennemi de l’Iran, ils l’ont tout simplement condamné à une interminable guerre civile) à celle, programmée de la Syrie (nouvel “Afghanistan” puisque Bachar al Assad est un allié de circonstance de la Russie), on ne voit QUE la main étatsunienne qu’aggrave encore le fait que pratiquement tous les dirigeants américains se révèlent d’une lamentable MEDIOCRITE !!!
    Et n’oublions pas non plus ISRAËL lequel, à l’école de ses persécuteurs nazis, a BEAUCOUP appris dans l’art de GENOCIDER un peuple !!!


  11. Carole G Le 16 février 2015 à 10h56
    Afficher/Masquer

    Le peuple Français découvre l’eau chaude…Nous sommes en guerre!
    Depuis des décennies , le bloc occidental( auquel nous sommes si bien arrimé) balance des tonnes de bombe…sur un “ailleurs” dont tout le monde se fout royalement: pas vraiment le sentiment de guerre puisque ça se passe “ailleurs”
    Et tout d’un coup , horreur, les morts sont chez nous ; on convoque sur les plateaux télé les “experts” de tous poils; jusqu’aux psychiatres…
    Depuis que les guerres sont décrétées “humanitaires”( depuis quand une guerre peut elle etre humanitaire?), il n’y a plus de mouvement de masse( 2003 a fait pschitt) anti guerre; faut il vraiment s’étonner que toutes ces atrocités, ces déstabilisations de pays entiers nous reviennent en boomerang: sous forme de morts, de bateaux de milliers de migrants fuyant ces guerres
    Le peuple Français va t il enfin se réveiller, et demander des comptes à ses dirigeants fauteurs de guerre : rien n’est moins sur…hélas 🙁


    • Macarel Le 16 février 2015 à 12h03
      Afficher/Masquer

      C’est l’ère des somnambules qui revient…

      Les peuples occidentaux, sont pris dans une schizophrénie grandissante, américains en tête.

      Pour maintenir notre mode de vie basée sur les énergies fossiles pas chères, nous devons faire de plus en plus de guerres, en même temps nous nous réclamons de valeurs humanistes.

      C’est le fond du problème, d’autant plus que de plus en plus de “gueux” veulent leur part du gâteau, et vivre à l “américaine”. C’est sur ce terreau de toutes les frustrations, d’un mode de vie occidental inatteignable par de plus en plus de damnés de la terre, que prospère la fabrique des monstres sanguinaires comme Daesh, le terrorisme et les guerres.

      Tant que nous refuserons de réformer nos modes de vie, pour les rendre plus sobres en énergie, et en consommation de ressources diverses, dont beaucoup sont non renouvelables, tant que nous refuserons de lutter efficacement contre les inégalités, nous serons condamnés à voir croître en ce bas monde la sauvagerie et la barbarie.

      Se réveiller, se réveiller ? Je crois que nous n’en avons pas envie. Nous préférons, comme des somnambules, nous diriger vers l’abîme. L’être humain, n’est en fait pas raisonnable, contrairement à toutes les histoires que l’on peut se raconter.

      Nos sociétés sont des bulles de relative prospérité, certes de plus en plus mal partagée, dans un océan de misère et de chaos guerrier, comment peuvent-elles rester à l’abri d’effets boomerang de ce chaos, et de cette misère ? Nos contemporains découvrent avec horreur, qu’elles ne le peuvent pas ! Et ce n’est pas la mondialisation néo-libérale, qui va mettre fin à ces plaies, au contraire malheureusement.


      • theuric Le 16 février 2015 à 16h04
        Afficher/Masquer

        Allez y de réformer la perception du monde de plus de sept milliards d’être humains, je vous souhaite bien du plaisir et, surtout, des trésors de patience.
        Le désir de classe-moyenne est profondément inscrit dans nos schémas mentaux de notre inconscient collectif et rien ni personne ne peut en faire changer l’optique humaine.
        C’est pourquoi nous ne pouvons éviter, dans le proche futur, une conflagration de première force.
        Tout ce que nous devons faire ce ne sera que d’en limiter les dégâts mais pour cela il faut comprendre dès maintenant ce dynamisme historique dont je ne fait que marteler le nom.


    • Lamonette Le 16 février 2015 à 12h10
      Afficher/Masquer

      Dame Carole,

      Je ne souhaitais pas réagir sur ces deux articles tant…ce n’est même pas l’eau chaude qu’on découvre mais vaguement l’eau tiède…
      Et puis faire dire dans le premier que LAWRENCE aurait reconnu, à la fin de sa vie, des erreurs des puissants auxquels il a du faire face, c’est, j’imagine, une nouvelle pirouette ….
      J’ai lu les 7 piliers de la sagesse.
      Certes, c’était il y a bien longtemps, j’ai retenu aussi que pour certains, cela constituait un bréviaire.
      Moi qui en est déjà un , j’ai juste reconnu , avec ses faiblesses et ses forces, et son égotisme aussi, un homme qui tentait un peu d’avoir une vision et de demeurer fidèle. Et, rien que cela, c’est précieux.
      Alors, comme pied de nez , je reprendrai à fond les manettes … la chanson du film: Im the man who broke the bank of Monte-Carlo.
      Tout le reste , j’évite de commenter


  12. Lamonette Le 16 février 2015 à 11h10
    Afficher/Masquer

    Je ne souhaite pas forcément réagir sur ce fil mais en tous les cas le faire à la seconde annonce du deuxième non respect des accords de Minsk 2 par Kiev.

    Après le refus d’envisager une fédéralisation, nous avons le refus de retrait des armes lourdes.
    C’est vrai que Pravy Sektor avait déjà expliqué ne pas être tenu par les accords…..

    Ce qui m’amuse c’est que donc pour une deuxième fois, la semaine prochaine, en vacances, je risque d’être rivée devant ma télé à suivre le nouveau coup d’état à Kiev….

    Quel bras d’honneur à Monsieur Hollande et Madame MERKEL. S’ils pouvaient au moins comprendre l’incroyable erreur, dont on n’a pas fini de voir les impacts néfastes, qu’ils ont commises il y a un an….

    J’en doute.


    • Nerouiev Le 16 février 2015 à 14h15
      Afficher/Masquer

      Comme le disait je ne sais plus quel président américain : il faut être le premier à mentir. Le premier mensonge est donc le plus tenace. Mais petit à petit la vérité apparaît. Actuellement présentées en discussions ouvertes sur les grandes chaînes russes, j’ai réussi à trouver une trace écrite :
      http://www.newsli.ru/news/ussr/politika/13446
      (en russe mais ça se lit bien avec Google traduction)
      En fait d’après l’article ce sont les deux premiers intérimaires Iatseniouk et Tourtchinov, ceux-là même nommés par les USA, qui continuent la guerre, non concernés par Minsk. Quant à Porochenko, il déculpabilise Poutine mais doit affronter une opposition purement guerrière.


  13. Barberousse Le 16 février 2015 à 12h05
    Afficher/Masquer

    Stephen Kinzer souligne la difficulté qu’ont des états arbitrairement crées de survivre. Mais quel est le problème de ces pays sinon les angonismes entre chiites, sunnites, chrétiens, druzes, etc ou kurdes, arabes, turques, etc. Pourquoi serait-il impossible, si les grands acteurs géopolitiques n’attisaient pas les tensions, de les faire vivre ensemble ? Pourquoi serait-ce possible en occident et pas ailleurs ?


  14. christiangedeon Le 16 février 2015 à 12h11
    Afficher/Masquer

    J’ai beaucoup ri en lisant ces articles qui enfoncent des portes ouvertes depuis des lustres…oui,beaucoup ri… parce que pour ces esprits qui se veulent brillants,la colonisation a commencé et s’est terminée avec les “occidentaux”…c’est le dogme…incontournable…tout ces analystes autoproclamés brillants ont fait du passé table rase… la conquête et le fait colonial ont commencé en Occident et se sont terminés avec le départ des occidentaux…avant? ben avant rien,vous dis je…pas de colonisation et de massacres ottomans par centaines, pas de Constantinople, j’arrête là parce que ce serait trop long…mais bref,avant..rien…long fleuve tranquille plein de bisounours où les gens vivaient heureux…les euls horribles méchants sont bien évidemment les occidentaux…chut…vous ne saviez pas que les ottomans étaient des paragons de civilisation,des modèles de douceur?! articles aussi abscons que ridicules…l’histoire a changé…


    • Crapaud Rouge Le 16 février 2015 à 19h36
      Afficher/Masquer

      Principe de droit : nul ne peut arguer pour sa défense des turpitudes de sa victime. Surtout quand on se prétend “États de droit” par excellence comme les pays occidentaux. Ensuite, de l’Empire Ottoman à celui des US, les moyens techniques ont considérablement évolué, et les dégâts augmenté en proportions. Avant, pas de bisounours, mais pas de bombes à l’uranium appauvri, à fragmentation, au phosphore,… pas d’agent orange, pas de mines anti-personnel,… La liste des calamités ne cesse de s’allonger.


      • christiangedeon Le 17 février 2015 à 07h01
        Afficher/Masquer

        Nemo auditur et patin couffin…à part qu’il n’y avait là aucune défense,mais un constat et rien d’autre. Et puis de toute façon cette espèce de pleurnicherie permanente repentante et…emmerdante sur la colonisation ne mène à rien…c’est fait,c’est fait.On passe à autre chose maintenant,hein?On a compris. On ne va pas remonter aux dinosaures quand même!La lutte contre les méfaits de l’ultralibéralisme,c’est autre chose. Une autre dimension. Le passage de deux plus deux à la mécanique quantique. Tant qu’on regardera en arrière en battant sa coulpe et en gémissant,on n’avancera pas d’un pouce dans les luttes qui méritent d’être menées actuellement…çà vous parle ou pas que ce soit les cinéma et la littérature étasunienne qui aient mis à la mode les racinismes de tous poils? Hollywood n’est jamais innocent quand il fait quelque chose,dites le vous bien. Et dites vous bien aussi que la résurgence bien à propos des “erreurs ” de la colonisation ont bien aidé les ultralibéraux à foutre en l’air un certain nombre de pays en jouant sur les divisions ethniques et religieuses ” d’origine “. Les choses sont rarement ce qu’elles paraissent être,en géopolitique.


  15. Anas Le 16 février 2015 à 12h22
    Afficher/Masquer

    L’article de Stephen Kinzer nous rappelle le phénomène de rétro-action (“feed-back”) décrit par la systémique et qui s’applique à l’échelle de l’Histoire.

    Les américains ont soutenu les islamistes les plus radicaux pour affaiblir la Russie et ils en ont récolté le 11/09. La France a sounenu les islamistes les plus radicaux ( … qui faisient “du bon boulot” selon Fabius) pour affaiblir la Syrie et elle en a récolté le 07/01.

    Appartement les leçons ne sont pas tirées puisque les US et la France soutiennent sans vergogne le régime néo-nazi de Protchenko et projettent d’intervenir militairement pour faire tomber le régime Syrien (et ce, en pleinne menace de daech !!!)


  16. Carabistouille Le 16 février 2015 à 12h35
    Afficher/Masquer

    Je ne crois pas qu’il y a eu de bévues colonialistes.
    Je pense que le colonialisme était une colossale bévue. Une pourriture profonde et une frontière sanglante et infranchissable entre une évolution passée ethnique et le lâcher soudain dans le modernisme le plus effroyable doublé d’une course soudaine à l’accaparement dans les populations libérées d’un coup et s’entretuant pour s’arracher les biens laissés sur place par les colons. Et triplé de l’avidité impérialiste des puissances dominantes.
    Ensuite, parler de colonialisme en ce qui concerne le Moyen-Orient est discutable. Il y a eu assez courte “protection” des puissances occidentales et dessin des frontières après la dissolution de l’empire colonial Turc multi-séculaire.
    Enfin, il n’y avait pas de terrorisme sous Nasser ou Saddam Hussein. Il n’y avait pas de terrorisme palestinien avant 67. Il n’y avait pas de terrorisme sous Boumedienne ou Ben Ali. Assad et Kadhafi menaient un terrorisme d’état qui a vite trouvé ses limites et s’est arrêté il y a longtemps.
    Non, le terrorisme est le résultat de la politique moyen-orientale des USA. Rien d’autre.
    De la même manière que le génocide Congolais est l’exclusif résultat de la politique africaine des USA. Qui a armé, promu, encadré Kabila? Kagamé?


    • Homère d'Allore Le 16 février 2015 à 13h27
      Afficher/Masquer

      @Carabistouille

      Dans la région des Grands Lacs dont vous parlez, avant de dénoncer les USA, qui ont leur part de responsabilité, certes, il nous faut balayer devant notre porte.
      Or, vous citez Kagame. Si il est évident que ce pro-américain n’est pas un parangon de vertu, il vient quand-même après bien pire que lui, et ceux ci étaient formés et soutenus par la France.


    • bleu ciel Le 16 février 2015 à 15h06
      Afficher/Masquer

      Il n’y avait pas de terrorisme sous Nasser ou Sadam Hussain, il n’y avait pas de terrorisme avant 1967…etc… Évidemment, c’est bien la preuve, Charlie Hebdo n’existait pas ! Voilà un mois que “les crises” relaie trois articles par jour vous expliquant que TT ça, c’est qd mm la faute de Charlie Hebdo et vous avez le culot d’affirmer que ” le terrorisme est le résultat de la politique moyenne orientale des USA !? Non, mais allô, quoi ! ;o))


      • Caramba! Le 16 février 2015 à 16h04
        Afficher/Masquer

        Bleu ciel,
        Allô?

        Il n’est écrit nulle part que c’est la faute à CH et encore moins expliqué;
        Ce qui est amené dès le départ, c’est que nous faisons des choses pas bien belles ailleurs, et que le terrorisme en est la vengeance.
        Après, CH s’est porté tout seul comme cible.
        Personne ne l’a obligé à s’exposer.


        • bleu ciel Le 16 février 2015 à 16h41
          Afficher/Masquer

          Nous jouons sur les mots ;o)
          Affirmer que “CH s’est porte TT seul comme cible”, c’est admettre que faire un dessin peut faire de vous une cible, i.e. renverser la charge de culpabilité en établissant les éléments d’une légitime défense.
          “Personne ne l’a oblige a s’expose” certes, mais j’imaginais que l’on pouvait encore exprimer une idee mm deplaisante sans devenir automatiquement passible d’une rafale de kalachnikov.
          Ce que je décris la, c’est un peu la liberté de presse (entre autres). Il me semble qu’elle doit être défendue sans “megotter”.


          • Caramba! Le 16 février 2015 à 17h12
            Afficher/Masquer

            Nous jouons sur les mots
            ;O)
            Pour ma part j’écris, j’ai écris un texte très fumeux à l’encontre des fous de dieux et je sais que je m’expose dangereusement.Pourquoi, ben, pace qu’ils sont fous, bien sûr!
            Je n’ai pas la notoriété même petite de CH mais bon, je critique.
            Et je critique en ces fous de dieux tous ceux quelque soit leur confession qui utilisent la force, la persécution envers leurs semblables sous couvert de leur religion.
            Les tueurs de CH n’étaient que des instruments dans la géopolitique financière et guerrière, et .CH une cible nommée depuis un moment.


          • Crapaud Rouge Le 16 février 2015 à 19h53
            Afficher/Masquer

            @bleu ciel : “j’imaginais que l’on pouvait encore exprimer une idee mm deplaisante sans devenir automatiquement passible d’une rafale de kalachnikov” : ça, c’est l’argument des Je suis Charlie, et c’est bien le seul qu’ils ont. Il y a un conditionnel inside, l’argument disant : on devrait pouvoir (tout) dire sans se ramasser un attentat. Alors, sur ce blog, on explique que la réalité ne ressemble pas à ce conditionnel : quand on veut tout dire, on peut se ramasser des coups. La réalité de cette fameuse “liberté d’expression”, c’est comme celle de conduire : si vous tenez mordicus à rouler à n’importe quelle vitesse dans n’importe quel virage, vous pouvez être sûr de vous ramasser un platane…


  17. arthur78 Le 16 février 2015 à 12h36
    Afficher/Masquer

    Les accords Sykes Picot qui éteint secrets avaient été torpillés en partie par les Russes (des monstres déjà à l’époque), tout ceci nous avait donc conduit à la conférence de San Remo en 1920 et leur mise en application par les accords de sèvres.

    Un point de vue intéressant celui de la “revue du monde musulman” créé en 1906 , elle commente les accords, qu’elle ne voyait pas d’un bon oeil .

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_Sykes-Picot

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_San_Remo_%281920%29

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_S%C3%A8vres

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k103836s/f225.image.r=revue%20du%20monde%20musulman.langFR


  18. Leonard Le 16 février 2015 à 13h19
    Afficher/Masquer

    On ne peut pas limiter l’histoire du terrorisme à celle de la colonisation. En réalité, le terrorisme – l’irruption d’une violence désordonnée dans la vie politique – est un fait ancien et dont le pays a déjà été le témoin dans le passé. Sans évoquer l’assassinat du duc de Bourgogne au 15ème siècle, on peut rappeler l’affaire de Wassy par le duc de Guise, l’assassinat d’Henri IV par un loup solitaire sous influence catholique, les tentatives de meurtres montées par Cadoudal sous le Consulat ou l’affaire Auguste Vaillant.
    L’histoire du terrorisme défie le temps et les courants politiques ou religieux. On peut même considérer qu’il existe un terrorisme d’Etat (la période de la Terreur). L’erreur (ou le mensonge) d’aujourd’hui est de faire croire qu’il ne serait qu’islamique. En réalité, on y a toujours recouru.


    • bleu ciel Le 16 février 2015 à 15h27
      Afficher/Masquer

      La résistance a l’occupant allemand pendant la deuxième guerre mondiale était qualifiée de terrorisme. On peut se demander si l’exécution sommaire de civils perpetree par l’occupant en représaille aux actions de résistance n’en faisait pas pour le coup les véritables “terroristes” ? Ça dépend surtout du point de vue. Un pilote de bombardier ne terrorise-t-il pas les populations qui prennent les bombes sur la figure ?


      • z Le 16 février 2015 à 19h19
        Afficher/Masquer

        Si vous ne connaissez pas la différence entre guerre conventionnelle et terrorisme, c’est grave.

        Un terroriste c’est un peu une patate chaude, tout le monde cherche à se la refiler, non il n’est pas français, il n’est pas mulsulman, … ce n’est même plus un Homme, il devient un concept, un idée, … Alors qu’un militaire c’est un numéro, une nationalité, une maillon d’une chaine de commandement, il vit dans une base militaire, il possède un uniforme, il possède un code de conduite, …


        • Crapaud Rouge Le 16 février 2015 à 20h04
          Afficher/Masquer

          Si vous ne connaissez pas la différence entre guerre conventionnelle et terrorisme, c’est grave.” : les bombardements des guerres dites “conventionnelles” ont aussi pour but de terroriser les civils. Et de terroriser au sens propre du terme car il paraît que c’est vraiment effrayant, sans commune mesure avec minable petit attentat dont le bruit n’est que médiatique.


    • theuric Le 16 février 2015 à 16h21
      Afficher/Masquer

      Leonard, vous oubliez le terrorisme anarchiste en Europe et en France à cheval entre les XIX° et XX° siècle.
      Certes, les puissances victorieuses de la guerre de 14/18, la France et l’Angleterre, se sont partagé le Moyen-Orient mais cela en faisant éclater l’empire turque ottoman, allié à l’Allemagne.
      Les empires sont un fait civilisationnel ayant ponctué l’histoire sur tous les continents, sauf, aux dernières informations, en Australie, et aujourd’hui nous voyons le dernier, l’ultime, le plus puissant, le plus vaste, s’effondrer.
      Comment voulez-vous que cela se fasse sans bruit ni fureur?
      Ensuite, pour le reste, tout dépend des contextes et des situations.
      Mais la cause première et véritable, le soubassement de tout ce qu’il se passe aujourd’hui vient de ce fait incontournable de la disparition de l’empire tout puissant qui sut s’étendre partout sur terre en contrôlant, un très bref instant, quasiment tous les pays du monde, soit les U.S.A..
      Recherchez les causes premières de toutes choses et vous aurez bien des surprises…
      Et comment peut-on comprendre quoi que ce soit sans en comprendre les causes premières?


  19. theuric Le 16 février 2015 à 18h43
    Afficher/Masquer

    Cela n’a rien à voir mais il me semble que la désintégration de l’économie mondiale s’accélère.
    Ici j’ai plus d’écho que sur mon blog, c’est pourquoi je vous préviens une fois encore, préparez-vous à la banqueroute généralisée.
    N’est même pas sûr que ceux ayant des biens ou de l’argent placé correctement s’en sorte aussi, les plus riches seront ceux qui perdront le plus.
    Alors, messieurs-mesdames, remplissez vos placards, les temps prochains seront très durs et la France sera des pays occidentaux qui souffriront le moins, pour l’Angleterre et l’Allemagne ce sera une réelle catastrophe.
    Soyez prêts, il peut s’agir de mois, voire de semaines,là, nous avons affaire à une accélération exponentielle avec des effets totalement imprévisibles, donc non modélisables pouvant accélérer le processus.


  20. bili Le 16 février 2015 à 20h19
    Afficher/Masquer

    reportage diffusé sur atre en plein dans le sujet , je vous conseil à touts de le regarder vous en apprendrez des belles , certaine chose sont omis… mais globalement il est bien

    https://www.youtube.com/watch?v=GgfdFLyrRa4


  21. Lysbeth Lévy Le 05 mars 2015 à 20h50
    Afficher/Masquer

    Déjà juste après la guerre un coup d’état en Syrie de 1949 – 1957 :

    http://coat.ncf.ca/our_magazine/links/issue51/articles/51_12-13.pdf

    Et toujours pour le pétrole bien sur.!


Charte de modérations des commentaires