Istanbul: crayons cassés dans une flaque simulant du sang

A Istanbul, ce vendredi, devant le Consulat français, des crayons cassés ont été placés dans une flaque simulant du sang, en mémoire des victimes de la fusillade du journal satirique français Charlie Hebdo. AP/Emrah Gurel

L’attaque terroriste survenue au journal satirique Charlie Hebdo en France n’était pas à propos de la liberté d’expression. Elle ne concernait pas l’Islam radical. Elle n’illustrait pas le fictif choc de civilisations. C’était le signe avant-coureur d’une émergente contre-utopie où les damnés de la terre, privés de ressources pour survivre, désespérés, sauvagement tenus sous contrôle, rabaissés et raillés par des privilégiés vivant dans la splendeur et l’indolence de l’Occident industriel, se déchaînent en une défiante furie criminelle.

Nous avons organisé la rage des dépossédés. Le fléau du capitalisme prédateur global et de l’empire mondial a engendré le fléau du terrorisme. Et plutôt que de comprendre les racines de cette colère et de tenter d’y remédier, nous avons construit des mécanismes sophistiqués de sécurité et de surveillance, voté des lois qui permettent les assassinats ciblés et la torture des faibles, et amassé des armées modernes et les machines de guerre industrielle pour dominer le monde par la force. Cela n’a rien à voir avec la justice. Rien à voir avec la guerre contre le terrorisme. Rien à voir avec la liberté ou la démocratie. Rien à voir avec la liberté d’expression. Cela a à voir avec la course folle des privilégiés pour survivre aux dépens des pauvres. Et les pauvres le savent.

Si comme moi vous passez du temps à Gaza, en Irak, au Yémen, en Algérie, en Egypte et au Soudan, aussi bien que dans les logements sociaux déprimants des ghettos connus sous le nom de “banlieues” qui entourent les grandes villes françaises comme Paris et Lyon, où sont entassés des immigrants nord-africains paupérisés, vous commencez à comprendre les frères Chérif Kouachi et Saïd Kouachi, tués vendredi dans un échange de tirs avec la police française. Il y a peu d’emplois dans ces poches de misère. Le racisme ne se cache pas. Le désespoir est rampant, notamment pour les hommes, qui se sentent dénués de rôle. Le harcèlement des immigrants, couramment pratiqué par la police lors des contrôles d’identité, est pratiquement constant. La police a un jour fait sortir un immigré maghrébin, sans raison apparente, d’une rame du métro de Paris où je me trouvais pour le battre impitoyablement sur le quai. Les musulmans français constituent 60 à 70 pourcent de la population carcérale en France. Les sirènes de la drogue et de l’alcool attirent les communautés musulmanes pauvres pour atténuer leur douleur.

Les 5 millions de maghrébins en France ne sont pas considérés comme français par les français. Et quand ils retournent à Alger, Tanger ou Tunis, où ils sont peut-être nés et ont vécu brièvement, ils sont traités comme des parias étrangers. Coincés entre deux mondes, ils s’enfoncent, comme les deux frères, dans le désœuvrement, la petite délinquance et la drogue.

Devenir un guerrier saint, un djihadiste, le champion d’un idéal absolu et pur, est une enivrante conversion, une sorte de renaissance, qui amène un sentiment de pouvoir et d’importance, aussi familier pour un djihadiste islamique qu’il l’était pour un membre des Brigades Rouges ou des anciens partis communistes et fascistes. Les convertis à n’importe quel idéal absolu qui promet la venue d’une utopie adoptent une vue manichéenne de l’histoire pleine d’étranges théories du complot. Les forces, même bienveillantes, qui s’opposent à eux sont dotées d’une malveillance dissimulée. Les convertis croient vivre dans un monde binaire divisé entre bien et mal, pur et impur. En tant que champions du bien et de la pureté ils sanctifient leur statut de victime et diabolisent tous les incroyants. Ils croient avoir reçu une onction pour changer l’histoire. Et ils embrassent une violence hyper masculine vue comme un moyen de nettoyer les pollutions du monde, ce qui inclut les gens appartenant à d’autres systèmes, races ou cultures. C’est pourquoi l’extrême droite française, organisée autour de Marine Le Pen, dirigeante du Front National anti-immigration, a tant en commun avec les djihadistes que Le Pen dit vouloir annihiler.

Quand vous sombrez dans le désespoir, quand vous vivez piégé dans Gaza, l’immense prison à ciel ouvert d’Israël, dormant à 10 sur le sol d’un taudis de béton, marchant tous les matins à travers les rues boueuses de votre camp de réfugiés pour chercher une bouteille d’eau car celle de votre robinet est toxique, faisant la queue devant les bureaux de l’ONU pour obtenir un peu de nourriture parce qu’il n’y a pas de travail et que votre famille a faim, quand vous subissez périodiquement les bombardements aériens d’Israël qui font des centaines de morts, votre religion est tout ce qu’il vous reste. La prière musulmane, qui a lieu 5 fois par jour, vous donne votre seul sens de structure et de signification, et encore plus important, de dignité. Et quand les privilégiés du monde ridiculisent la seule chose qui vous offre cette dignité, vous réagissez avec une incontrôlable fureur. De même, il n’est pas paradoxal qu’il soit possible de concevoir que cette fureur soit exacerbée lorsque vous et tous ceux autour de vous se sentent impuissants à réagir.

Les dessins du prophète dans l’hebdomadaire satirique parisien Charlie Hebdo sont offensants et puérils. Aucun d’entre eux n’est drôle. Et ils dévoilent un grotesque double standard dès qu’il s’agit des musulmans. En France, un négationniste de la Shoah, ou quelqu’un qui nie le génocide arménien, peut être emprisonné pendant un an et forcé de payer une amende de 60 000$. C’est un acte criminel en France de se moquer de la Shoah comme Charlie Hebdo s’est moqué de l’Islam. On doit enseigner aux lycéens français la persécution des juifs par les nazis, mais ces mêmes étudiants ne trouvent presque rien dans leurs manuels à propos des atrocités françaises généralisées, qui incluent un nombre de morts algériennes que certains portent à plus d’un million, lors de la guerre d’indépendance algérienne contre la France coloniale. La loi française interdit le port public de la burqa, un vêtement couvrant pour les femmes qui comporte une grille sur le visage, aussi bien que le niqab, un voile intégral avec une fine fente pour les yeux. Les femmes portant ces vêtements en public peuvent être arrêtées, condamnées à payer une amende équivalant à 200$ et être forcées d’accomplir un travail d’intérêt général. La France a interdit des rassemblements de soutien aux palestiniens l’été dernier lorsque Israël conduisait des raids aériens journaliers qui aboutissaient à la mort de centaines de civils. Le message aux musulmans est clair : vos traditions, votre histoire et votre souffrance ne comptent pas. Votre histoire ne sera pas entendue. Joe Sacco a eu le courage d’en parler dans une bande dessinée pour le journal The Guardian. Et comme Sacco l’a fait remarquer, si nous n’écoutons pas ces histoires, nous ne ferons jamais qu’échanger sans fin le terrorisme d’état contre le terrorisme.

“C’est une triste situation lorsque la liberté signifie la liberté d’insulter, de dégrader et de se moquer des concepts les plus sacrés des gens”, m’a écrit par email le savant islamiste Hamza Yusuf, un américain vivant en Californie. “Dans certains pays latins, des gens sont acquittés pour meurtre quand la mère de l’accusé a été calomniée par la victime. J’ai vu cela en Espagne il y a de nombreuses années. Ce n’est pas une excuse pour le meurtre, mais cela explique la situation en termes d’honneur, ce qui ne veut plus rien dire en Occident. L’Irlande est un pays occidental qui garde encore un peu de cette mentalité, et c’était les règles de duel irlandaises qui étaient utilisées au Kentucky, le dernier état américain à interdire le duel. La pratique du duel était autrefois très importante en Occident, quand l’honneur avait une profonde signification pour l’âme des hommes. Aujourd’hui on n’a plus le droit de se sentir insulté que par une injure raciale ce qui, en fait, a moins d’impact sur une personne profondément religieuse qu’une attaque contre sa religion. Les pays musulmans sont encore gouvernés, comme vous le savez bien, par des codes d’honneur et de honte. La religion est le plus important. J’ai été attristé par les tweets et images “Je suis Charlie” car bien que je n’aie certainement aucune sympathie pour ces idiots égarés [les hommes armés qui ont fait irruption dans le journal], je ne me sens pas en solidarité avec les moqueurs.”

Charlie Hebdo, qui se fait pourtant fort de taper sur tout le monde de la même façon, a viré un artiste et journaliste en 2008 pour un article qu’il jugeait antisémite.

Peu après les attaques du 11 septembre, alors que je vivais à Paris en tant que reporter pour le New York Times, je suis allé à la cité des 4 000, une cité HLM grise où les immigrés maghrébins vivaient dans des appartements aux fenêtres murées. Des ordures parsemaient les cages d’escalier. Des slogans tagués sur les murs dénonçaient le gouvernement français comme fasciste. Des membres des trois principaux gangs vendaient de la cocaïne et du haschich dans les parkings au milieu des carcasses de plusieurs voitures brûlées. Quelques jeunes hommes m’ont jeté des pierres. Ils scandaient “Fuck the United States ! Fuck the United States ! Fuck the United States !” et “Oussama Ben Laden ! Oussama Ben Laden ! Oussama Ben Laden !” Sur la porte de l’appartement d’une vieille femme juive, quelqu’un avait tagué un “Mort aux juifs” qu’elle avait lessivé.

Dans les banlieues Oussama Ben Laden était un héros. Lorsque les nouvelles des attaques du 11 septembre ont atteint la Cité des 4 000 – ainsi nommée car elle avait 4 000 HLM lors de sa construction – des jeunes hommes sont sortis de leurs appartements pour se réjouir et scander en arabe “Dieu est grand !”. Quelques semaines plus tôt, en France, a eu lieu le premier match de football entre les équipes françaises et algériennes depuis la guerre d’indépendance ayant pris fin en 1962. Les maghrébins dans le stade ont hué et sifflé l’hymne national français. Ils ont scandé “Ben Laden ! Ben Laden ! Ben Laden !” et ont jeté des bouteilles sur deux ministres français, deux femmes. Alors que l’équipe française approchait de la victoire, les supporters algériens, pour arrêter le match, ont envahi le terrain.

“Vous voulez qu’on pleure pour les américains quand ils bombardent et tuent des palestiniens et des irakiens tous les jours ?” m’a dit Mohaam Abak, un immigré marocain assis avec deux amis sur une banc lors de ma visite de 2001 à la Cité des 4 000. “On veut que plus d’américains meurent pour qu’ils commencent à sentir ce que ça fait.”

“L’Amérique a déclaré la guerre aux musulmans il y a bien longtemps”, disait Laala Teula, un immigré algérien qui a travaillé de nombreuses années comme mécanicien dans les chemins de fer. “Ce n’est que la réponse.”

Il est dangereux d’ignorer cette rage. Mais il est encore plus dangereux de refuser d’examiner et de comprendre ses origines. Elle n’a pas émergé du Coran ou de l’Islam. Elle a émergé d’un désespoir de masse, de conditions palpables de pauvreté, allant de pair avec la violence impérialiste occidentale, l’orgueil et l’exploitation capitaliste. Alors que les ressources du monde diminuent, tout spécialement sous l’effet du changement climatique, le message que l’on fait passer aux damnés de la terre est sévère et sans équivoque : nous avons tout ; si vous essayez de nous prendre quoi que ce soit, nous vous tuerons. La réponse des dépossédés est également sévère et sans équivoque. Elle a été donnée à Paris.

Source : Chris Hedges (journaliste et auteur américain. Ancien correspondant de guerre, il est reconnu pour son analyse de la politique américaine ainsi que de celle du Moyen-Orient), Truth Dig, le 11/01/2015

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

25 réponses à [Reprise] Un message des dépossédés, par Chris Hedges

Commentaires recommandés

Krystyna Hawrot Le 11 février 2015 à 15h01

Les 4000 ne sont pas ce coupe gorge décrit par l’article… il y un super centre médical let social avec tous les spécialistes (et la sécu!), un centre culturel… l’Association Africa 93 s’y dévoue depuis 25 ans à tisser des liens entre les habitants et à contenir l’islamisme radical… Les 4000 ne sont pas du tout enclavés, il y a le RER B La Courneuve qui est à côté, vous êtes à 10 minutes de Paris.

On me donnerait un HLM la bas que je courrais tout de suite!

Les difficultés sont celles du modèle néolibéral: le manque de boulot qui engendre le manque non seulement de revenus mais surtout de place social et donc de dignité; De nos jours dans votre courte vie vous passez plus de temps à écrire des CV et des LM qu’à travailler.

Et cela n’est pas lié à la colonisation du Magreb par la France au 19 siècle, mais au choix du modèle néolibéral américain depuis 35 ans.

  1. arkantz Le 11 février 2015 à 02h28
    Afficher/Masquer

    Aucune loi ne condamne la négation du génocide des Arméniens (qui a aussi entraîné la mort des Assyro-chaldéens, des Syriaques et des Grecs pontiques)


    • Alain Le 11 février 2015 à 10h02
      Afficher/Masquer

      Faire des lois pour pouvoir condamner pénalement la négation de certains massacres alors que quantité d’autres sont ignorés, est une discrimination intolérable. Il est préférable que la loi ne s’occupe pas de l’histoire, c’est à l’opinion publique de stigmatiser ces négations


    • Homère d'Allore Le 11 février 2015 à 15h53
      Afficher/Masquer

      En effet, la loi a été censurée par le Conseil Constitutionnel.

      http://j.poitou.free.fr/pro/html/cens/genarm-a.html


  2. luci2/29 Le 11 février 2015 à 04h14
    Afficher/Masquer

    J’ai dressé asse largement,un constat similaire ,mais plus concis,dès les émotions passées,dans un grand quotidien.français.
    L’écho est demeuré “faible”…
    Et pourtant,ce point de vue exprimé ci-dessus,est également à retenir…si du moins nous voulons analyser le moins mal possible le malentendu réciproque, et ce , afin de tenter,coûte que coûte,d’y porter remède,de part ET d’autre.


  3. Patrick Luder Le 11 février 2015 à 06h39
    Afficher/Masquer

    C’est le choque des civilisations …
    une civilisation de nantis suréquipés
    contre une non civilisation dépossédée.

    Les buts sont inégaux, les moyens sont inégaux,
    les idéaux sont à l’opposé les uns des autres.


  4. Crapaud Rouge Le 11 février 2015 à 07h21
    Afficher/Masquer

    Ce texte est très clair : la pauvreté participe fortement à la trajectoire du terroriste/jihadiste de base, celui qui prend une Kalach’ ou se ceinture d’explosifs. Elle explique qu’on puisse être motivé par le contexte islamophobe : Charlie Hebdo, Palestine, guerres actuelles et passées, banlieues, flics, voile, double standard,… La liste est longue et quasiment sans fin. Chris Hedges restitue fort bien ce que peut être le “paysage mental” d’un jihadiste, c’est éloquent.


    • Serge Le 11 février 2015 à 09h45
      Afficher/Masquer

      En terme de lutte sociale ,le terrorisme n’a toujours été qu’une impasse ,et même le plus souvent récupérée(voire manipulée) par le pouvoir.Mais cela nourrit et conforte l’imaginaire gauchiste de ceux qui ne savent pas ce qu’est la vie d’un pauvre .


      • Crapaud Rouge Le 11 février 2015 à 19h26
        Afficher/Masquer

        Ok d’accord, Serge, rien n’excuse ni n’explique l’apparition de terroristes, de ces gens qui vont droit au suicide dans le seul but d’en tuer quelques autres. Que certains se font recruter dans les prisons, n’explique rien non plus. Bref, pas d’explication. Ces “terroristes” nous tombent dessus depuis les cieux parce que leur Allah l’a voulu. Amen.


      • Wilmotte Karim Le 11 février 2015 à 23h33
        Afficher/Masquer

        Si nous faisons vivre des masses de pauvre dans la misère pure…

        Même si seulement un sur mille devient terroriste…

        Je vous laisse compter les morts.


  5. karima Le 11 février 2015 à 08h24
    Afficher/Masquer

    heuuu c’est un peu beaucoup un racourcis!!!! et puis à ces yeux aussi c’est sidérant de constater que tous ces gens habitent des HLM dégueu et sont toujours des immigrés!!! haaa stéréotype quand tu nous tiens dure dure d’être d’origine autre qu’européenne en france!!
    Voici après l’arabe fourbe, vicieux débile, l’arabe pauvre et sale!!!!!

    Avec cette logique, on devrait appeler tous les américains (sauf les amérindien bien sûr) d’immigrés même au bout de la 100ieme générations!


    • Serge Le 11 février 2015 à 09h20
      Afficher/Masquer

      S’il est vrai que les bâtiments HLM surdimensionnés furent une erreur architecturale et donc sociologique ,il n’en demeure pas moins que ceux comme la cité des quatre mille à La Courneuve,n’ont jamais été construits spécifiquement pour “parquer ” les maghrébins ,comme le laisse entendre cet article .
      C’étaient des logements sociaux visant à éradiquer les bidonvilles ,où logaient les ouvriers de souche ,et même des pieds noirs rapatriés d’Algérie .Au début ,c’était propre et vécu comme un progrès de confort par les couches populaires de la “banlieue rouge” .
      A l’été 1970,étudiant,j’ai travaillé en face de cette cité ,je peux témoigner que ce n’était pas dans l’état de “cloaque” et de non-droit ,malgré les problèmes sociaux .
      Cet article qui se veut dissident est quand même typiquement américain,car calquant la société américaine sur la notre .
      Si MLP arrivait au pouvoir,je gage que les forces oligarchiques utiliseraient de tels analyses pour fomenter des Maïdan et des nouveaux attentats à partir des banlieues ,pour la renverser .


  6. karima Le 11 février 2015 à 08h31
    Afficher/Masquer

    haaa c’est un reporter de guerre ce type donc normal qu’on l’envoie dans les “banlieus” françaises…
    alalaaaa on n’est pas sortis de l’auberge avec ces analyses faites par des sortes de journalistes qui mettent des gilets par balle pour aller sur le toit des hôtels 4* à 500km du front!

    Un peu de sérieux tout de même et à quand une vrai analyse de notre société (celle d’aujour’hui, hein, pas celle de 1960) avant de tout mettre dans le même sac!!


  7. PasUneBrebis Le 11 février 2015 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Nos banlieues vues par ce journaliste ressemblent aux no-go-zones de Foxnews.. sous stéroïdes. Le reste est à l’avenant. Il semble que les américains aient quelques petits soucis d’objectivité quant ils observent notre société.

    Sur le fond, l’appel à tuer Charb pour ses caricatures, il venait de nos désespérés, de nos enragés (de nos damnés de la terre, comme l’auteur les nomme !) ? ou bien d’al Quaïda au Yémen ?

    Certes, le désespoir, l’humiliation, la rage touchant une grande partie de la société française fait partie du problème (et pas uniquement dans nos banlieues, cf, les résultats de l’élection dans le Doubs), mais le journaliste passe un peu vite par pertes et profits l’islamisme radical.


    • Crapaud Rouge Le 11 février 2015 à 19h46
      Afficher/Masquer

      le journaliste passe un peu vite par pertes et profits l’islamisme radical.” : effectivement, il “passe un peu vite” sur une cause évidente et tautologique qui ne mérite pas d’être citée. Mais les discours, (avec insertion présumée dans un milieu d’islamistes radicaux), ne sont que la cause dernière, le détonateur du passage à l’acte. Les extrémistes en tous genres, (y compris inoffensifs), ne deviennent pas extrémistes en quelques mois ni même en quelques années.


  8. Jourdain Le 11 février 2015 à 10h24
    Afficher/Masquer

    a bon ? Vous dites que ” […] Elle ne concernait pas l’Islam radical. Elle n’illustrait pas le fictif choc de civilisations […]
    mais VOUS DITES N’importe quoi ! Même si tout n’est pas faux, comme analyse, ça l’est pour l’essentiel.


    • Crapaud Rouge Le 11 février 2015 à 20h03
      Afficher/Masquer

      Mais non, l’islam radical n’est qu’un prétexte, un habillage superficiel, une justification. On peut le ranger dans la même catégorie que la propagande anti-russe pour justifier tout ce que l’on fait en Ukraine.


  9. nono Le 11 février 2015 à 10h54
    Afficher/Masquer

    Très bon papier. Que certains confondent causes et effets est bien naturel. Les déterminismes sont nombreux et on peut se perdre. L’islamisme radical n’est pas une cause mais un effet.
    “Nous avons organisé la rage des dépossédés. Le fléau du capitalisme prédateur global et de l’empire mondial a engendré le fléau du terrorisme. Et plutôt que de comprendre les racines de cette colère et de tenter d’y remédier, nous avons construit des mécanismes sophistiqués de sécurité et de surveillance, voté des lois qui permettent les assassinats ciblés et la torture des faibles, et amassé des armées modernes et les machines de guerre industrielle pour dominer le monde par la force. Cela n’a rien à voir avec la justice. Rien à voir avec la guerre contre le terrorisme. Rien à voir avec la liberté ou la démocratie. Rien à voir avec la liberté d’expression.
    Cela a à voir avec la course folle des privilégiés pour survivre aux dépens des pauvres. Et les pauvres le savent.”
    Inutile de s’énerver, c’est juste ça.


    • ploi Le 11 février 2015 à 17h26
      Afficher/Masquer

      Ça a pas trop l’air de freiner la Chine…


  10. adrien Le 11 février 2015 à 10h54
    Afficher/Masquer

    Un mois après le 11/01, suivi d’une providentielle remontée dans les sondages pour l’exécutif, c’est le temps des questions sur cette liberté d’expression qui serait la vertu cardinale de notre monde libre et parfaitement démocratique ! Si on ne peut plus blasphémer en paix, où va t-on ?

    http://orientxxi.info/magazine/ils-haissent-nos-libertes,0795


  11. eric le goff Le 11 février 2015 à 11h00
    Afficher/Masquer

    si on explique la révolte par des arguments économiques , que ne se révoltent ils pas dans leur propre pays ? soumission ? en Tunisie et ailleurs , élections ? soumission générale ? dans tous les domaines ? le syndrome de la femme battue ? voire pire ? sans rejeter l’argument , bien sur , mais l’argument déterminant ? ou déclencheur ? la causalité , c’est quand la théorie s’applique à tous les coups ou presque ? Les “terroristes”, quel pourcentage ? Oussama ? on a les héros qu’on peut ? on propose qui ? chez nous ? Charlie ? c’est juste une question .


    • Wilmotte Karim Le 11 février 2015 à 23h37
      Afficher/Masquer

      En Tunisie et ailleurs, nombre se sont révoltés.
      Une des causes régulièrement avancée est… l’explosion du coût de la nourriture.

      Quand aux attentats “Charlie”, ils ont bien été commis par des FRANCAIS.
      Ils se sont donc révolter dans leur propre pays.


  12. Jourdain Le 11 février 2015 à 13h56
    Afficher/Masquer

    Les terroristes sont des victimes d’une société, oui je suis d’accord, mais de là à les traiter de simples “idiots égarés”, de là à regretter un “code d’honneur” par ce q’u on aurait été insulté.. (qui ne l’a pas été dans sa vie, qu’elle que soit ces opinions, sa race etc.), cet article semble détestable à souhait en mélangeant le vrai du faux, le bénin et le grave, comme les médias, mais dans l’autre sens.
    Tout comme les comparaisons sont détestables :
    “C’est un acte criminel en France de se moquer de la Shoah comme Charlie Hebdo s’est moqué de l’Islam.”
    Ainsi, on compare l’incomparable, en justifiant le fait qu’on n’a pas à se moquer de la Shoah.. ce QUI EST vrai, certes, et bien dommageable.. même s’il y a rien à rire avec la Shoah, L’article mélange le bénin et du n’importe quoi pour nous faire croire que tout est pareil !


    • Caramba! Le 11 février 2015 à 15h58
      Afficher/Masquer

      ben, perso, je trouve qu’il n’y a rien à rire sur l”islam radical.Il est clair pour moi que CH était raciste mais seulement contre l’Islam radical.
      De toute façon, vu que Fourest y a sévit, pour moi, c’est le signe que ce journal était à chier(sans parler du cancer ambulant bhachelle).enfin, quoi, 30 000 lecteurs sur une population de 65 millions, CH allait mettre la clé sous la porte.


    • Crapaud Rouge Le 11 février 2015 à 20h11
      Afficher/Masquer

      on compare l’incomparable, en justifiant le fait qu’on n’a pas à se moquer de la Shoah” : ce qui importe dans ce billet, ce n’est pas le fait qu’on ne puisse pas se moquer de la Shoa, (c’est une option législative, donc indiscutable en droit), mais le “double standard” : on ne peut pas se moquer de la Shoa MAIS on peut se foutre de la gueule des musulmans autant qu’on veut. C’est peut-être “incomparable” pour vous, mais pour les autres, les terroristes ? Comme beaucoup de commentateurs, vous démolissez ces explications, mais n’avez strictement rien en remplacement. Les terroristes tombent du ciel, vous croyez ? C’est Allah qui nous les envoie pour nous punir ?


  13. Krystyna Hawrot Le 11 février 2015 à 15h01
    Afficher/Masquer

    Les 4000 ne sont pas ce coupe gorge décrit par l’article… il y un super centre médical let social avec tous les spécialistes (et la sécu!), un centre culturel… l’Association Africa 93 s’y dévoue depuis 25 ans à tisser des liens entre les habitants et à contenir l’islamisme radical… Les 4000 ne sont pas du tout enclavés, il y a le RER B La Courneuve qui est à côté, vous êtes à 10 minutes de Paris.

    On me donnerait un HLM la bas que je courrais tout de suite!

    Les difficultés sont celles du modèle néolibéral: le manque de boulot qui engendre le manque non seulement de revenus mais surtout de place social et donc de dignité; De nos jours dans votre courte vie vous passez plus de temps à écrire des CV et des LM qu’à travailler.

    Et cela n’est pas lié à la colonisation du Magreb par la France au 19 siècle, mais au choix du modèle néolibéral américain depuis 35 ans.


Charte de modérations des commentaires