Toute ressemblance etc…

Source : Consortium News, le 27/11/2016

Le 27 novembre 2016

Exclusif : Selon Robert Parry, le thème des “fausses informations” a tellement captivé le Washington Post et les médias américains qu’ils s’abaissent à des calomnies maccarthistes contre les publications qui ne sont pas en concordance avec la ligne de propagande du département d’État.

Par Rober Parry

L’hystérie des principaux médias américains sur les “fausses informations” a atteint son paroxysme logique (ou illogique) : une liste noire, à la McCarthy, de journalistes honnêtes qui montrent simplement leur scepticisme professionnel vis à vis des autorités, ce qui inclut les déclarations des dirigeants américains comme ce qui est écrit dans The Washington Post et le New York Times.

Apparemment, se montrer sceptique vous expose maintenant à être traité de diffuseur de “propagande russe”, d'”idiot utile” ou de quelque autre immonde qualification rappelant la Guerre froide. Maintenant que nous sommes entrés dans une nouvelle Guerre froide, je suppose qu’il est logique de s’attendre à un nouveau maccarthysme.

L'avocat Roy Cohn (à droite) avec le sénateur Joseph McCarthy.

L’avocat Roy Cohn (à droite) avec le sénateur Joseph McCarthy.

À mon retour d’un voyage de Thanksgiving à Philadelphie samedi, j’ai appris que Consortiumnews.com, site d’investigation qui, au cours de ses 21 ans d’existence, a mis à mal des “groupes de réflexion” indélicats, tant Républicains que Démocrates ou d’autres obédiences, figurait parmi les quelques 200 sites Internet diffusant ce qu’un certain site web anonyme, PropOrNot, considère être de la « propagande russe ».

J’aurais normalement ignoré de telles inepties mais elles ont été révélées par le Washington Post, qui a considéré ces “chercheurs indépendants” non cités comme des experts pointus qui ont traqué le fonctionnement de la propagande russe et en ont dressé la liste noire.

Et je ne plaisante pas quand je dis que ces néo-maccarthistes ne sont pas nommés. L’article publié par Craig Timberg jeudi dernier décrit simplement PropOrNot comme “un groupe non partisan de chercheurs ayant des connaissances en politique étrangère, et dans les domaines militaires et technologiques [qui] prévoyait de publier ses propres résultats vendredi, montrant la portée surprenante et l’efficacité des campagnes de propagande russes.”

Le Post a accordé au groupe et à ses dirigeants l’anonymat pour diffamer les journalistes qui ne suivent pas à la lettre les déclarations officielles du Département d’État ou quelque autre source irréprochable quant aux vérités qui-ne-peuvent-être-remises-en-cause. Le Post a même publié une citation “aveugle” (ou non attribuée) du dirigeant de ce site ténébreux, que voici :

“La façon dont cet appareil de propagande a soutenu [Donald] Trump équivalait à l’achat d’une quantité énorme de publicité,” a déclaré le directeur exécutif de PropOrNot, qui a parlé sous condition d’anonymat pour éviter d’être ciblé par les légions de hackers russes.”

Le Mesquin Washington Post

En tant que journaliste professionnel depuis plus de quatre décennies, il est difficile pour moi de comprendre comment un journal soi-disant réputé comme The Washington Post aurait permis à un personnage anonyme d’attaquer le patriotisme des journalistes américains tout en cachant le nom de la personne derrière l’excuse ridicule qu’il ou elle pourrait être ciblé(e) par des pirates.

Les bureaux du Washington Post (Crédit photo: Daniel X. O'Neil)

Les bureaux du Washington Post (Crédit photo: Daniel X. O’Neil)

En 1985, alors que j’étais journaliste d’investigation pour The Associated Press et que j’étais le premier à exposer la fonction secrète d’Oliver North à la Maison-Blanche pour soutenir des rebelles Contra au Nicaragua, j’ai reçu quelques critiques pour avoir utilisé le nom de North parce qu’il prétendait qu’il aurait pu être ciblé par des assassins – bien qu’il ne fut pas officiellement un agent secret (son nom et son titre figuraient dans l’annuaire de la Maison-Blanche, par exemple).

Donc, aussi stupides et infondées que puissent être les inquiétudes de North – et The Washington Post m’a ensuite suivi en publiant le nom de North – ses inquiétudes, au moins, portaient sur sa sécurité personnelle. Mais maintenant, nous avons The Post qui traite d’une prétendue étude de soi-disant “chercheurs indépendants” comme ayant besoin de la protection de l’anonymat pour permettre au Directeur exécutif du site web d’exposer les calomnies de ce groupe sans donner son nom.

Dans ce cas, comment le public est-il supposé juger les diffamations ? Et déterminer si ces chercheurs sont effectivement « indépendants » ou sont financés par un vrai réseau de propagande, comme ceux financés par le National Endowment for Democracy ou USAID ou par le spéculateur financier George Soros, voire par le groupe de réflexion d’un complexe militaro-industriel ?

En effet, ce site web promu par le Post n’utilise-t-il pas l’essence même des “fausses informations” à la McCarthy : faire de vagues accusations et imposer la culpabilité par association, suggérant que tous les sites web sur sa liste sont soit des traitres ou des idiots utiles [propagandistes sans le savoir, NdT] ?

Alors que le Post ne semble pas se soucier de l’équité concernant les quelques 200 sites web soumis à ce maccarthysme, l’opération de diffamation ne présente même pas la preuve que quelqu’un fasse partie de cette grande conspiration de propagande russe. Le site PropOrNot admet que les critères de son « analyse » sont « comportementaux » et non probants.

En d’autres termes, l’évaluation repose sur la question de savoir si ce groupe anonyme n’aime pas qu’un journaliste remette en question la ligne de propagande du Département d’État ou fournisse des informations qui ne conviennent pas au récit de l’OTAN sur un sujet qui implique également la Russie, l’Ukraine, la Syrie ou tout autre point chaud international.

Pourtant, vous et d’autres journalistes sont dépeints comme des officiers de renseignement russes actifs ou alors “ils agissent, au mieux, comme de bons « idiots utiles » des services de renseignement russes et sont dignes d’un examen plus approfondi, » selon PropOrNot.

Une calomnie issue de la Guerre froide

Comme l’a reconnu le Post dans son article, l’expression « idiot utile » ou « imbécile utile » vient de l’ancienne Guerre froide – quand les journalistes et les citoyens qui ne suivaient pas la propagande de Washington étaient tellement stigmatisés. Qu’une locution aussi grotesque et péjorative ait été utilisée dans cette étude soi-disant “indépendante” aurait dû être un avertissement à tout journal professionnel pour jeter le rapport à la poubelle. Au lieu de cela, le Washington Post l’a accepté comme parole d’évangile.

Sergey V. Lavrov, Ministre russe des Affaires étrangères, s'adresse à l'Assemblée Générale des Nations Unies le 23 septembre 2016 (Photo ONU)

Sergey V. Lavrov, Ministre russe des Affaires étrangères, s’adresse à l’Assemblée Générale des Nations Unies le 23 septembre 2016 (Photo ONU)

Ce qui est encore plus remarquable dans cette “étude” bizarre, c’est qu’elle regroupe une grande variété de groupes politiques, idéologiques et journalistiques divers, y compris certains des meilleurs sites de journalisme indépendant sur Internet, tels que Counterpunch, Truthdig, Naked Capitalism, Zero Hedge, Truth-out, WikiLeaks et – je le suggère humblement – Consortiumnews.

De plus, ni la vérité ni le journalisme factuel ne semblent être impliqués dans cette “analyse”. Personne de ce site web ou du Washington Post ne m’a contacté au sujet de prétendues inexactitudes ou « propagande » dans les histoires de Consortiumnews.

De toute évidence, il y a eu des moments où nous avons contesté les “faits” tels que revendiqués par le gouvernement des États-Unis et le Post, y compris leurs affirmations de 2002-03 sur la fiction des armes de destruction massive en Irak. (À l’époque, nous étions dénoncés par les fans de George W. Bush comme des « apologistes de Saddam ».)

Nous avons également cité des cas de désaccord à l’intérieur de la communauté des services de renseignement des États-Unis au sujet d’autres “groupes de réflexion” qui étaient pressés d’agir par le Département d’État et les principaux médias d’information des États-Unis, comme par exemple les doutes internes de la CIA au sujet de qui était responsable de l’attaque au gaz sarin du 21 août 2013 à l’extérieur de Damas, en Syrie.

Consortiumnews a également cité des révélations enfouies profondément dans les articles du Post et du New York Times sur le rôle important des néonazis et d’autres milices ultra-nationalistes dans le putsch qui a renversé le Président élu de l’Ukraine Viktor Ianoukovitch le 22 février 2014 et dans la guerre civile qui en a résulté.

Je suppose que les lecteurs sont censés ignorer ces rafales occasionnelles d’honnêteté d’un journaliste de terrain qui se sent obligé de mentionner les swastikas et autres symboles nazis décorant les chambres et les uniformes de ces « combattants de la liberté » soutenus par les États-Unis – bien que le journaliste et les rédacteurs en chef sachent assez bien coller ces références vers la fin des récits que peu de gens sont susceptibles de lire. Notre “culpabilité de propagande” est que nous lisons la fin de ces articles et mettons en évidence ces développements intéressants.

Symboles nazis sur les casques portés par les membres du bataillon Azov d'Ukraine, (tels qu'ils ont été filmés par une équipe de cinéma norvégienne et montrés à la télévision allemande)

Symboles nazis sur les casques portés par les membres du bataillon Azov d’Ukraine, (tels qu’ils ont été filmés par une équipe de cinéma norvégienne et montrés à la télévision allemande)

Puis, il y a des moments où Consortiumnews a parlé de ces aveux occasionnels à propos des néonazis et les a comparés aux références courantes positives concernant ces mêmes néonazis. Par exemple, le Times lui-même comportait au moins une brève référence à cette réalité néo-nazie, bien qu’il l’ait enfouie au fond d’un article (le 10 août 2014, un article du Times mentionnait le bataillon néo-nazi Azov dans les trois derniers paragraphes d’un long article sur un autre sujet).

“Les combats pour Donetsk ont pris un caractère mortel : l’armée régulière bombarde les positions séparatistes de loin, s’ensuivent alors des assauts chaotiques et violents de la part d’une demi-douzaine de groupes paramilitaires qui entourent Donetsk et veulent plonger dans le combat urbain,” rapporte le Times.

“Les responsables de Kiev disent que les milices et l’armée coordonnent leurs actions, mais les milices, qui comptent environ 7000 combattants, sont en colère et, parfois, incontrôlables. L’une d’entre elles, connue comme faisant partie d’Azov, a participé à la prise du village de Marinka et agite un drapeau portant un symbole néonazi ressemblant à une Swastika. “[Voir Consortiumnews.com “NYT Discovers Ukraine’s Neo-Nazis at War.”]

Plus tard, cependant, le Times a publié un article sur la défense par le gouvernement ukrainien du port de Marioupol contre les rebelles ethniques russes, et le bataillon Azov a été considéré comme le dernier bastion de la civilisation luttant contre les barbares à leur porte. De façon remarquable, l’article a laissé de côté toutes les références aux Swastikas nazis du bataillon Azov. [Voir Consortiumnews.com “NYT Whites Out Ukraine’s Brown Shirts.”]

C’est cette exposition des distorsions de la réalité ukrainienne par les médias américains qui a permis à Consortiumnews de gagner sa place dans cette liste étrange de propagateurs volontaires de « propagande russe » et d’« idiots utiles ».

Les “fausses informations” du Washington Post

On peut également noter que Consortiumnews a, à plusieurs reprises, fait remarquer que le Washington Post a faussement déclaré comme état de fait que l’Irak cachait des armes de destruction massive ; mais les rédacteurs ayant approuvé la propagande du Département d’État, qui mena 4500 soldats américains et des centaines de milliers d’Irakiens à la mort, n’ont jamais fait face à leurs responsabilités. [Voir Consortiumnews.com “A Media Unmoored from Facts.”]

Fred Hiatt, rédacteur de la page éditoriale du Washington Post, qui a publié comme un fait avéré que l'Irak cachait des stocks d'ADM.

Fred Hiatt, rédacteur de la page éditoriale du Washington Post, qui a publié comme un fait avéré que l’Irak cachait des stocks d’ADM.

Ironiquement, il faut aussi noter que, samedi, le New York Times, qui a également fustigé le thème des “fausses informations”, a publié un article relativement responsable révélant comment un important site web de “fausses informations” n’était pas du tout lié à la Russie mais bien à l’effort entrepreneurial d’un étudiant géorgien sans emploi qui utilisait un site web à Tbilissi pour gagner de l’argent en faisant la promotion d’histoires pro-Trump, vraies ou fausses d’ailleurs.

Le propriétaire du site web, Beqa Latsabidse, âgé de 22 ans, a déclaré qu’il avait d’abord essayé de promouvoir des histoires favorables à Hillary Clinton, mais que cela s’était révélé non rentable, donc il avait retourné sa veste en publiant des articles anti-Clinton et pro-Trump, vrais ou non.

L’article de première page du Times a révélé ce qui se passe – les entrepreneurs qui veulent gagner de l’argent ont colporté des “informations” pro-Trump parce que ce sont elles qui obtiennent des clics et donc les dollars publicitaires. Ce comportement n’incrimine pas Consortiumnews ou tout autre site web indépendant qui défie la propagande du Département d’État. (Consortiumnews s’appuie sur les dons des lecteurs et de certaines ventes de livres pour faire face à son modeste budget de 200 000 $ par an.)

Fusionner ces deux groupes – sites à but lucratif ne se souciant pas de la vérité et sites de journalisme honnête montrant le scepticisme professionnel envers la propagande du gouvernement, quelle que soit sa source – est une sorte d’exemple classique de « fausses informations » encore que dans ce cas le mystérieux site web PropOrNot et The Washington Post vendent de la désinformation.

Le journaliste d’investigation Robert Parry a publié bon nombre d’articles pour The Associated Press et Newsweek dans les années 1980 à l’époque de l’Irangate [appelé aussi Iran-Contra, NdT].

Source : Consortium News, le 27/11/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

33 réponses à Le Washington Post coupable de “fausses informations”, par Robert Parry

Commentaires recommandés

Duracuir Le 19 février 2017 à 11h20

Cet article montre bien qu’il s’agit d’une manoeuvre mondiale pour éradiquer les sites et blogs “dissidents”.
A mettre en relation avec le vote de motion du parlement européen sur les “dangers” de la “propagande russe”.
Une bloggueuse danoise a été blacklistée, au nom de cette motion, par “startfor est” comme agent de propagande russe…et le ministre danois des A.E. interpelé par un député à ce sujet a déclaré que c’était normal et que cette blogueuse risquait la prison en cas de montée des tensions.
Il est clair qu’on nous prépare à une guerre.
L’attaque contre Olivier participe de cette préparation.
Il est temps de se réveiller.
Je rappelle aussi que le chef d’un récent parti politique polonais,Zminia, M.Piskorski, favorable à une détente avec Moscou, a été arrêté par les services polonais pour “intelligence” avec puissance étrangère dans le plus parfait silence des instances de l’UE.
C’est dans l’UE que ça se passe!!!

  1. Lysbeth Levy Le 19 février 2017 à 10h32
    Afficher/Masquer

    En plein coeur du problème qui sont les vrais coupables de fausses nouvelles autrement dit de propagande de guerre ? Ce sont bien les médias dominants qui préparent les citoyens aux “bonnes guerres” ou “guerres humanitaires” et le Tribunal de Nuremberg juge cela (la propagande pour la guerre) comme un crime de guerre ou crime contre la paix. Mr Parry a hélas raison de cibler les vrais responsables et de noter que ceux qui font la morale aux dissidents, sont les plus gros producteurs de fake-news autrement dit de mensonges honteux. Voir la collusion entre le WaPo et de gros entrepreneurs et les conflits d’intérêts : https://medium.com/@SarahRRunge/amazon-the-washington-post-and-the-cia-d68a4ee802e#.pdpapc3hu De quel droit laisser faire ces médias du pouvoir alors qu’ils poussent aux guerres dont les peuples ne veulent pas ? Voilà qu’ils veulent éradiquer toute dissidence, les médias alters ou blogueurs indépendants par le biais de “complotisme” ou “diffuseur” de “fausses nouvelles” ?https://medium.com/@decklin.mulquee/agents-of-disinformation-mockingbird-2-0-97392bb27ebf#.axl36toqo
    L’Otan domine désormais le discours ou la narrative est ce cela la démocratie ?Qu’ils balaient devant leur porte..


    • L'illustre inconnu Le 19 février 2017 à 11h56
      Afficher/Masquer

      C’est ce qu’on appelle l’inversion des valeurs, ils sont coutumier du fait. Tout comme, vous êtes avec nous ou contre nous. Un mode binaire typiquement Americain. Heureusement qu’il n’ont toujours pas acquis la finesse, au moins ça reste bien visible pour s’en protéger, ou pas…

      En espérant que grâce à Internet le peuple Americain se réveille enfin.


  2. Dahool Le 19 février 2017 à 11h04
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Et oui Mr Parry, nous avons les mêmes en France !

    Pas plus tard que cette semaine, dans l’émission “c dans l’air” consacré au méchant Trump.
    Un soit disant spécialiste de je ne sais quoi parlait des minorités qui étaient inquiêtes de la présidence de frange d’or en citant les juifs, les noirs et les hispaniques.
    Et ben, v’la ti pas que 30 secondes après son affirmation, il disait qu’Israël soutenait Trump ! Et ce, sans que personne sur le plateau (tous “anti” vous vous en doutiez, drôle de manière quand on se prétend émission de débat) ne lui fasse remarquer le paradoxe de sa déclaration.

    Pendant un moment, j’ai cru que c’était le frère de Dalida, “Paroles et encore des paroles que tu sèmes au vent…”.

    Bref, encore un qui aurait dû se taire et qui mériterait le goudron et les plumes.


    • Dominique Le 19 février 2017 à 12h49
      Afficher/Masquer

      Bonjour. Tu ne vois un paradoxe que parce que tu fais une confusion entre juifs et Israël.
      Je m’explique : Trump est de toute évidence bien plus favorable à la politique colonisatrice d’Israël que quiconque. Ce qui évidemment plait à Israël. Les juifs aux États-Unis peuvent raisonnablement craindre toutes sortes de réactions, disons collatérales, aux politiques extérieure et intérieure de ce nouveau président.


  3. Duracuir Le 19 février 2017 à 11h16
    Afficher/Masquer

    Il faut absolument regarder la série de documentaires d’Oliver Stone Untold Story of USA, en version française, “une autre histoire de l’Amérique”.
    Une série de 10 documentaires de 50′ qui court de 1940 à 2012.
    C’est certes long, mais plutôt que de glandouiller sur facebook ou de faire son goret devant la tv, ça se regarde assez vite.
    C’est extrêmement déprimant.
    Le plus interessant est que ce film a été réalisé avant la nouvelle fabrication du mythe de la menace Russe.
    On y voit comment, en 1944, le candidat à la vice présidence Wallace, progressiste, champion de l’entente avec l’URSS va être scandaleusement évincé à la convention où pourtant il dominait de 80%. Insensé. Les magouilles contre Sanders sont de la petite bière à coté.
    On y voit la création, dés 48, date de la création de la CIA, de la fabrication totalement artificielle d’une menace Russe …. De l’utilisation de l’accusation “d’antiamericanisme pro-russe” pour éradiquer toute contestation. Et plein d’autres choses.
    On y voit comment, à partir de 1948, date de création de la CIA, on va artificiellement recréé


  4. Duracuir Le 19 février 2017 à 11h20
    Afficher/Masquer

    Cet article montre bien qu’il s’agit d’une manoeuvre mondiale pour éradiquer les sites et blogs “dissidents”.
    A mettre en relation avec le vote de motion du parlement européen sur les “dangers” de la “propagande russe”.
    Une bloggueuse danoise a été blacklistée, au nom de cette motion, par “startfor est” comme agent de propagande russe…et le ministre danois des A.E. interpelé par un député à ce sujet a déclaré que c’était normal et que cette blogueuse risquait la prison en cas de montée des tensions.
    Il est clair qu’on nous prépare à une guerre.
    L’attaque contre Olivier participe de cette préparation.
    Il est temps de se réveiller.
    Je rappelle aussi que le chef d’un récent parti politique polonais,Zminia, M.Piskorski, favorable à une détente avec Moscou, a été arrêté par les services polonais pour “intelligence” avec puissance étrangère dans le plus parfait silence des instances de l’UE.
    C’est dans l’UE que ça se passe!!!


    • Fritz Le 19 février 2017 à 11h40
      Afficher/Masquer

      En 1982, Dominique Jamet avait interpellé le président Mitterrand sur l’enlèvement de l’écrivain roumain Virgil Tanase. L’affaire Tanase avait eu un certain retentissement et elle avait contribué au virage anticommuniste de la France.
      http://telescoop.tv/browse/1332700/8/l-affaire-tanase-cache-cache-avec-la-mort.html

      En 2016, l’arrestation de Mateusz Piskorski n’a eu aucun retentissement dans Le Monde, Libé, Le Figaro, France 2, etc. Aucune pétition ne circule, ni sur le Net ni sur le papier. Intellectuels et journalistes se taisent. Pour l’instant, M. Pujadas n’a pas interpellé François Hollande sur l’emprisonnement arbitraire de ce dissident polonais.

      Certes, Tanase était une victime plus intéressante que Piskorski. Mais quand même.
      O tempora, o mores.


      • Krystyna Hawrot Le 19 février 2017 à 23h14
        Afficher/Masquer

        Le tribunal a prolongé la détention préventive de Piskorski z 3 mois – 1 an de prison sans jugement, ça fait long! Que disent les droits de l’hommistes? Rien, bien sur, c en’est pas le bon candidat. A ce rythme, quand Piskorski va être jugé, il va rester plusieurs années en prison et il en sortira cassé!
        https://pl.sputniknews.com/polska/201702084785193-sputnik-polska-piskorski-areszt/
        Nous allons traduire cet article et diffuser l’info, il faut agir! (en Pologne on n’agit pas assez parce que la gauche, par ailleurs également visée par le système ne veut pas aider un mec de droite… misère!)


    • Crapaud Rouge Le 19 février 2017 à 13h33
      Afficher/Masquer

      “Il est clair qu’on nous prépare à une guerre” : fort possible mais un peu prématuré. La cible la plus évidente à court terme est Trump, sa politique étrangère étant parti à contre-pied de celle d’Obama. Les US ayant toujours eu besoin d’ennemis, ils donnent l’impression de chercher la guerre, mais le maintient d’un état de tension peut suffire, comme dans le cas de la guerre froide.


      • Duracuir Le 19 février 2017 à 14h06
        Afficher/Masquer

        Le problème à ce petit jeu, c’est que si un jour malheureux, vous un avez un officier de permanence un peu nerveux d’un coté ou de l’autre….
        Surtout avec les USA qui installent des systèmes missile(pseudo anti-missile) aux frontières polonaises et roumaines, 10mn de vol de Moscou ou St Petersburg.


    • Chevallier-Héran Le 20 février 2017 à 11h42
      Afficher/Masquer
  5. RGT Le 19 février 2017 à 11h38
    Afficher/Masquer

    “Toute ressemblance etc…”

    Je n’aurais pas dit mieux.

    L’attaque en règle contre des publications mettant en lumière la propagande assumée (et non vérifiée) des grands médias officiels a commencé aux USA et se poursuit en France (en retard, comme d’habitude, et sans doute ensuite dans le “monde civilisé”).

    Bientôt, le simple fait de PENSER qu’on est pas Charlie sera passible d’embastillement à perpétuité assorti d’une interdiction totale de communiquer (même avec les matons) pour éviter de propager des théories – complotistes – communistes – anarchistes – poutiniennes – reptiliennes (rayer les mentions inutiles).

    La suite ?
    Le fait de pisser contre un arbre en forêt sera considéré comme un acte hautement subversif mettant en danger la civilisation entière et menant au chaos.
    Un attentat contre la sûreté de l’État.

    Proudhon, Orwell, revenez !!!

    Nota : Je cite souvent Proudhon car cet homme honnête et intègre a été de tous temps sauvagement attaqué non pas sur ses idées mais sur des “bruits de chiottes”.

    Relisez “Étre gouverné”, c’est tout à fait d’actualité et je conseilla à Olivier d’ajouter cette tirade dans le bandeau droit de ce blog, il en est actuellement l’exemple le plus abouti.


    • Dominique Le 19 février 2017 à 12h38
      Afficher/Masquer

      « Bientôt, le simple fait de PENSER qu’on est pas Charlie sera passible d’embastillement à perpétuité »
      C’est ce qu’avait demandé Nathalie Saint Cricq à l’antenne (y compris pour «ceux qui ne voient pas en quoi ce combat est le-leur »).
      https://www.youtube.com/watch?v=8rhzCyqVkDo


  6. Gabriel Parnet Le 19 février 2017 à 11h40
    Afficher/Masquer

    “Ces gens là n’ont rien appris et rien oublié” Phrase attribuée à Talleyrand à propos des émigrés.


  7. Eric83 Le 19 février 2017 à 12h10
    Afficher/Masquer

    Donald Trump a déclaré la guerre aux médias menteurs aux US et son constat est lucide sur le fait que c’est le peuple américain qui en fait en premier lieu les frais.

    Donald J. Trump ✔ @realDonaldTrump
    The FAKE NEWS media (failing @nytimes, @NBCNews, @ABC, @CBS, @CNN) is not my enemy, it is the enemy of the American People!
    22:48 – 17 Févr 2017

    Fait notoirement intéressant, Reince Priebus, qui n’est pas franchement un pro-Trump, dit qu’il faut prendre au sérieux les propos du Président. Dans le contexte actuel de défiance tous azimuts de Trump, cette sortie est aussi réjouissante que surprenante.
    https://fr.sputniknews.com/international/201702191030149782-usa-trump-medias-mensongers/


    • RGT Le 19 février 2017 à 18h10
      Afficher/Masquer

      Eric83,

      Vous commettez là un acte doublement CRIMINEL vis à vis de la Loi :

      – Vous allez visiter un site qui est classé “conspirato-antidémocrato-nazi” pour lequel le Saint Déconnex et PropOrNot ont pourtant clairement averti qu’il ne FALLAIT PAS le consulter

      et

      – Vous incitez d’innocents internautes crédules à aller boire jusqu’à la lie la propagande mensongère de ce site nauséabond.

      Je propose donc de vous livrer aux mains de la Sainte Inquisition pour purifier votre âme.
      Elle se fera un plaisir de vous brûler vif sur la place publique pour inciter ceux qui souhaiteraient suivre votre exemple indécent à y réfléchir à deux fois…

      Vade Retro Satanas !!!


      • gracques Le 19 février 2017 à 22h31
        Afficher/Masquer

        Ouai et quand le Canard et Médiapart aboient aux basques de ce povre Fillon qui se démène pour que sa femme ne s’ennuie pas dans son rolé de femme au foyer ?
        Toujours faire gaffe au bebe quand on’jette l’eau du bain …..


  8. Dominique Le 19 février 2017 à 12h33
    Afficher/Masquer

    « le directeur exécutif de PropOrNot, qui a parlé sous condition d’anonymat pour éviter d’être ciblé par les légions de hackers russes »

    Manifestement, les journalistes du Washington Post ignorent qu’un hacker, même russe, ne peut pas s’en prendre à une personne. Aucun pathogène ne peut être transmis par internet. Encore moins une bombe.


    • Lysbeth Levy Le 19 février 2017 à 13h38
      Afficher/Masquer

      D’autant que le WaPo a été riche dans son histoire de ces fameuses fausses nouvelles comme le dit cet article sur les sales coups du FBI a une époque pas si lointaine : http://kalamu.com/neogriot/2014/01/07/politics-video-burglars-who-took-on-f-b-i Hoover était un maitre du mensonge, de montages, “kompromats”, même Kennedy en avait peur. Je suis en train de lire la bio officielle de ce triste personnage, le FBI ou CIA sont pire que la stasi contrairement à ce qu’on nous dit les soviétiques n’avaient pas le monopole de l’espionnage, des compromissions malhonnêtes voir des “accidents” arrivés a quelques gêneurs. Alors prétendre que ça aurait changé quelle rigolade !


  9. Gregoire Quartier Le 19 février 2017 à 13h59
    Afficher/Masquer

    On nous prépare à une guerre, on dirait. On décide qui dit vrai ou non (Décodex…etc), on accuse sans preuve pour mieux cacher qu’on fait la meme chose (méchants hackers Russes), on trouve des boucs émissaires, on achète et on vend des armes comme jamais.


  10. georges glise Le 19 février 2017 à 15h11
    Afficher/Masquer

    la chasse aux sorcières a largement commencé, tous ceux qui n’adhèrent pas totalement à la doxa officielle des gouvernements en place seront pourchassés, blacklistés avec le washington post, redlistés avec le décodex du journal le monde


  11. dupontg Le 19 février 2017 à 16h17
    Afficher/Masquer

    il y a des choses qu’un president US peut se permettre…
    et ça devrait interesser les “createurs” du decodex
    À l’occasion de sa première conférence de presse, alors qu’il commentait un article publié sur le site BuzzFeed selon lequel les services secrets russes auraient des dossiers à son sujet, Donald Trump a qualifié le site de « tas d’ordures ».


  12. Lithan Le 19 février 2017 à 17h11
    Afficher/Masquer

    Amusant de voir une photo avec Roy Cohn….. futur avocat de Trump !


    • Fritz Le 19 février 2017 à 17h51
      Afficher/Masquer

      Roy Cohn était un personnage fort peu recommandable (cf. la biographie de J. Edgar Hoover par Anthony Summers, traduction française : “Le plus grand salaud d’Amérique”). On nous dit qu’il est le mentor du jeune Donald Trump, mais aujourd’hui, les héritiers du maccarthysme sont ceux qui veulent délégitimer Trump afin de l’éliminer.


  13. Cathy Le 19 février 2017 à 17h43
    Afficher/Masquer
  14. Arkantz Le 19 février 2017 à 17h58
    Afficher/Masquer

    Retour à la censure et chasse aux hérétiques…

    Internet serait-il devenu le champ de bataille entre les détenteurs de la Vérité, celle d’une doxa, véhiculée par les médias mainstream manipulée par les forces de l’argent et nos subventions et celle des centaines de défenseurs d’une autre vérité, celle des faits, des analyses, des témoignages de terrain ?


  15. RGT Le 19 février 2017 à 18h22
    Afficher/Masquer

    Pour paraphraser une phrase célèbre :
    “Être gouverné décodexé, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni titre, ni la science, ni la vertu…

    Être gouverné décodexé, c’est être à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé.
    C’est sous prétexte d’utilité publique et au nom de l’intérêt général être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre réclamation, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré.

    Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale ! Et qu’il y a parmi nous des démocrates journalistes qui prétendent que le gouvernement décodex a du bon ; des socialistes qui soutiennent, au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, cette ignominie ; des prolétaires ploutocrates qui posent leur candidature à la présidence la République direction de l’Immonde !”


  16. wuwei Le 19 février 2017 à 19h19
    Afficher/Masquer

    ” Ce que je lis dans la presse occidentale ne correspond pas vraiment à ce dont j’ai été témoin aux quatre coins du monde.
    Des états féodaux en pleine déconfiture sont vantés en tant que “démocratie dynamiques” , des régimes religieux oppresseurs sont qualifiés de pays “tolérants” et “modérés” , tandis que des Etats nationalistes visant la justice sociale sont invariablement diabolisés, leurs modes particuliers de développement et de redistribution de la richesse sont dénigrés, dépeints sous un jour très sombre.
    De Londres à Washington d’habiles propagandistes veillent à “protéger” les populations de monde entier contre les “vérités qui dérangent”. l’opinion publique, l’idéologie et les perceptions sont fabriquées. Comme les voitures et les smartphones produits en série, elles sont mises en marché par l’entremise de la publicité et de la propagande.”

    André Vltchek dans : “L’Occident Terroriste” livre écrit en collaboration avec Noam Chomsky


  17. corto Le 19 février 2017 à 22h20
    Afficher/Masquer

    Lui aussi…..
    Pewdiepie, le youtubeur le plus populaire de la plateforme avec plus de 53 millions d’abonnés, est devenu l’incompréhension personnifiée des médias traditionnels envers les réseaux sociaux.

    Le Suédois est actuellement sous le feu nourri des critiques des médias mainstream, qui l’accusent d’antisémitisme suite à un article du Wall Street Journal (WSJ) paru le 14 février. Dans son article, le quotidien américain répertorie neuf de ses vidéos au cours des six derniers mois dans lesquelles transparaîtrait «un message antisémite». Le WSJ est allé jusqu’à contacter Maker Studios, une filiale de Walt Disney en contrat avec le youtubeur, pour dénoncer ses «écarts». A la suite de quoi, Walt Disney a décidé de rompre son contrat. https://francais.rt.com/international/34149-essayez-encore-bande-c-accuse-antisemtisme-prend-aux-medias


  18. Gizon Nadine Le 19 février 2017 à 23h46
    Afficher/Masquer

    Voir Charlie Hebdo du 15/2 : article “A la Manivelle” de Gérard Biard : LES GRANDS VERIFICATEURS.

    C’est exactement le sujet, y sont cités le Monde, facebook en collaboration avec l’AFP !!!, Libération, l’Express, BFMTV, France tv, 20 mn, France médias monde, et lees équivalents de Decodex que sont aux USA le ste Politifact et en Allemagne le collectif Correctiv. !!! Suivent aussi google news, CNN, BBC, …


  19. Louis Joseph Le 20 février 2017 à 05h22
    Afficher/Masquer

    Pour ceux qui lisent l’anglais, Robert Parry dénonce un nouveau mensonge du WP dans la deuxième partie:
    https://consortiumnews.com/2017/02/18/the-did-you-talk-to-russians-witch-hunt/

    “Ce conflit a commencé quand la Russie a envahi et annexé la Crimée en 2014, puis a soutenu les séparatistes dans l’Est de l’Ukraine dans ce qui est devenu une guerre de meulage, en dépit d’un accord pour y mettre fin, appelé l’accord de Minsk, négocié avec Poutine par les dirigeants de France et d’Allemagne.”
    ——————–
    (…)


  20. Basile Le 20 février 2017 à 11h50
    Afficher/Masquer

    Je demande le classement de France info en radio douteuse, au motif qu’elle ne site pas ses sources. Entendu à l’instant à propos d’un film sur Le Pen : que pensez vous de son admiration pour des pays pas vraiment amis de la France, Trump, Poutine. Je demande les source, les paroles de Poutine qui seraient anti France


Charte de modérations des commentaires