Source : The Telegraph, le 24/06/2016

Ce référendum a été la chose la plus émouvante que j'ai vue en 40 ans de politique | Crédit : Ray Tang/REX/Shutterstock

Ce référendum a été la chose la plus émouvante que j’ai vue en 40 ans de politique | Crédit : Ray Tang/REX/Shutterstock

Un ami d’Oxford a été déconcerté par un dépliant reçu à la dernière minute qui disait : “Ne laissez pas quelqu’un d’autre décider de votre futur : votez Remain (Rester dans l’UE).” Il a suivi la première recommandation, et pas la seconde, puisque cette dernière contredisait totalement la première. Il a voté Leave (Sortir de l’UE).

Si, comme moi, vous vous sentez un peu engourdi ce matin, c’est parce que nous, les Britanniques, avons en fait décidé de choisir notre propre destinée. Nous n’avons pas été autorisés à le faire depuis 1975. C’est à la fois un sentiment un peu effrayant mais merveilleux de constater qu’un peuple peut, grâce à un bulletin de vote, libérer son pays.

Le vote Leave a été choisi jeudi par plus d’électeurs — 17 410 742 — qui aient jamais voté pour quoi que ce soit dans l’histoire britannique. Comme David Cameron l’a reconnu hier dans son discours de démission, censé et ferme, ce résultat, obtenu avec une très forte participation électorale, est déterminant : notre décision doit donc être traduite dans les faits.

Capture d’écran 2016-07-16 à 09.50.18

On a attaqué la campagne Leave parce qu’elle méprisait l’avis des experts. On doit, bien sûr, respecter les experts pour leur compétence. Personne, cependant, n’est un expert quand il s’agit de démocratie. Chacun de nous ne vaut qu’une seule voix. Il a fallu un immense courage à la majorité pour refuser de se laisser intimider par les banquiers et les archevêques, les Premiers ministres et les présidents, les savants et les économistes, la BBC et la CBI, Richard Branson, Peter Mandelson et David Beckham, mais nous n’avons pas, pour autant, agi sur un coup de tête. Nous avons, tout simplement, massivement fait valoir un droit qu’au fil des années nous étions en train de perdre.

L’indépendance démocratique, la démocratie parlementaire, est ce sur quoi la nation britannique est fondée. Comme Boris Johnson l’a dit hier, dans son discours rempli de modération et de générosité, c’est aussi « la chose la plus précieuse » que nous offrons au monde. Elle nous échappait. Maintenant nous en avons repris possession. La campagne pour le vote Leave a commencé et s’est terminée avec le slogan « Reprenez le contrôle ». C’est là la raison de notre choix, ce n’est pas « l’économie versus l’immigration ».

Je peux témoigner qu’il n’est pas facile de faire valoir notre droit contre ceux qui nous gouvernent. Dans la majeure partie de mon travail comme rédacteur en chef et commentateur, je me satisfais habituellement de m’engager dans les discussions du moment, de dire ce qu’on pense devoir être dit et puis de passer à autre chose. Dans le cas de l’Europe, cependant, il y a plus de 30 ans, j’ai décidé — alors même que j’avais voté oui en 1975 quand j’avais 18 ans — que la nécessité d’indépendance démocratique l’emportait sur toutes les autres considérations et que la Grande Bretagne ne pourrait pas être un pays vivant dans l’harmonie ni un pays libre tant que cette indépendance lui était refusée. Depuis lors j’ai fait tout ce à quoi je pouvais penser pour expliquer le pourquoi de cette situation. Je me suis vite rendu compte qu’instinctivement les puissants avaient l’opinion opposée et qu’ils marginalisaient très adroitement toute discussion à ce propos. Un gouvernement parlementaire avait moins d’importance à leurs yeux que « notre siège à la meilleure table ».

« La chose la plus précieuse que ce pays ait donnée au monde est l’idée de démocratie parlementaire. Hier je crois que le peuple britannique s’est prononcé, bien fort, pour la démocratie en Grande Bretagne et dans toute l’Europe. »

Boris Johnson

Si l’on utilisait le terme « souveraineté », on était considéré comme quelqu’un de bizarre. Si l’on aspirait à une carrière en politique, et a fortiori dans la haute fonction publique, on ne tardait pas à comprendre qu’être pour l’UE était un impératif. Le seul dirigeant à avoir sérieusement remis en question cet état de choses, c’est Margaret Thatcher, et regardez la façon dont sa carrière s’est achevée.

Depuis les années 90, l’évidence des événements, comme nos fichus problèmes avec le MCE, (le mécanisme des changes européens), la série de traités qui nous dépouillaient encore un peu plus de nos droits légitimes, et plus récemment la catastrophe permanente de cet euro qui détruit les emplois, a fini par attirer l’attention des citoyens. Cependant, même en face de ces chocs, les dirigeants qui se sont succédé comme John Major, Tony Blair, Gordon Brown et David Cameron n’ont jamais essayé de s’attaquer au problème, mais ils ont bien plutôt évité le sujet. Il a fallu la combinaison de la crise du crédit (qui a mis l’euro en danger) et de celle des migrants pour qu’on regarde la situation en face. Et il a fallu que M. Cameron soit en mauvaise posture dans son propre parti avant la dernière élection pour se trouver forcé de nous accorder ce référendum.

Les anciens premiers ministres britanniques John Major (L) et Tony Blair partagent une plate-forme pour l'événement Remain de la campagne à l'Université d'Ulster à Londonderry, Irlande du Nord | Crédit : Jeff J Mitchell/Reuters

Les anciens premiers ministres britanniques John Major (L) et Tony Blair partagent une plate-forme pour l’événement Remain de la campagne à l’Université d’Ulster à Londonderry, Irlande du Nord | Crédit : Jeff J Mitchell/Reuters

Quand nous avons voté, il est apparu, comme j’avais toujours pensé que ce serait le cas, que si seulement les électeurs pouvaient correctement décider de ce problème, ils comprendraient de quoi il s’agissait vraiment. Si l’on adopte le point de vue des pro-UE, les élites de l’UE ont eu raison de croire qu’on ne devrait jamais consulter le peuple. M. Cameron est donc maintenant le dirigeant à qui elles en veulent le plus puisque c’est à cause de sa capitulation réticente devant la démocratie que tout l’édifice s’effondre.

Ainsi le résultat met en évidence l’énorme fossé qui sépare les puissants du reste du peuple. John Major, Tony Blair, Gordon Brown et Cameron se sont tous considérés comme des champions de la modernité. Et l’emblème de cette modernité, ont-ils cru, c’était l’UE. Maintenant les électeurs ont pris conscience que l’UE rejette la modernité, parce qu’elle prive le peuple de ses droits et confirme le sentiment d’impuissance que nous avons ressenti depuis la crise bancaire. Les dirigeants ont tous l’air, comme l’UE elle-même, très XXème siècle. Imaginez donc la façon dont Cameron aurait dominé la modernisation de la politique britannique s’il avait incité son pays à voter Leave. Au lieu de cela, à part le mariage gay, son héritage va être bien mince.

L’une des images que je garde de cette campagne du référendum est l’étrange spectacle de notre ministre des finances, sur une estrade à Bournemouth, en compagnie d’un manitou américain du grand krach de 2008, Jamie Damon. Tous deux essayaient d’effrayer les employés captifs de la banque pour qu’ils votent Remain. De telles scènes ne vont pas tarder à avoir l’air aussi lointaines et saturées d’une incompréhensible vénération hiérarchique que des vieux films au rythme saccadé sur le couronnement de Delhi Durbar de 1911, mais beaucoup moins romantiques, toutefois.

Il est normal d’être un peu choqué par ce que nous avons fait. Des gens comme M. Osborne, qui sûrement ne peut pas garder son poste beaucoup plus longtemps, ont évoqué des visions si terribles que les marchés naturellement sont nerveux. Tout comme son homme à la banque d’Angleterre, Mark Carney. Où est donc la main ferme sur le gouvernail économique ?

L’appartenance à l’UE, connue auparavant sous le nom de Marché commun, a été aussi l’une des bases de la politique étrangère britannique pendant près de 60 ans, pas seulement depuis l’époque où nous avons effectivement adhéré. Et maintenant quelle politique étrangère allons-nous avoir ?

« La Grande Bretagne est une société ouverte, c’est une société accueillante et nous allons continuer à coopérer avec les pays européens à un niveau international. »

Gisela Stuart

On ne peut pas répondre complètement aujourd’hui à de telles questions, mais au moins nous savons maintenant à partir de quelle base y répondre. Les hommes politiques britanniques ont eu raison, dans l’Europe d’après-guerre, de chercher des relations apaisées et des marchés plus libres. Leur erreur fatale a été de ne pas prêter attention à la construction du Super État en échange des avantages provisoires du commerce et de la diplomatie. Comme ils ne pouvaient pas admettre cette erreur, ils ont eu, avec leur peuple, pendant un demi-siècle, des relations empreintes de mauvaise foi. Hier, Boris, Michael Gove et la courageuse Gisela Stuart ont posé de meilleures fondations — un rôle dans le monde que façonneront nos institutions démocratiques, notre capacité à faire nos propres lois et notre ouverture économique et culturelle au monde.

Dans la nuit de jeudi à vendredi — alors que Downing Street nous avait informés officieusement dans la soirée que le vote Remain l’emportait à 57% —, la façon dont le peuple s’est comporté nous montre à l’évidence combien cette situation est porteuse d’espoir. En effet, quasiment aucun homme politique des deux côtés n’a remis le résultat en question, n’a mis en accusation ses adversaires ni n’a menacé de se rebeller. On parlait surtout de dialoguer avec tous ceux qui se sentaient mis de côté. Grâce à l’instinct culturel profond d’un peuple libre, cette fabuleuse restauration sans précédent a été acceptée sans émeutes, sans police, sans révolution. C’est l’événement le plus important que j’ai vu en presque 40 ans de couverture de la politique britannique, et aussi le plus émouvant.

Source : The Telegraph, le 24/06/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

13 réponses à L’élite européiste a oublié que la démocratie est LA chose à laquelle les Britanniques tiennent le plus, par Charles Moore

Commentaires recommandés

Spectre Le 09 août 2016 à 01h26

C’est à la fois un sentiment un peu effrayant mais merveilleux de constater qu’un peuple peut, grâce à un bulletin de vote, libérer son pays.

Mouais. Quitter l’Union européenne, ce n’est que le début ; condition nécessaire, mais non suffisante. Quitter l’UE n’a fait disparaître ni le capitalisme mondialisé/financiarisé, ni la tutelle de l’Oncle Sam, configuration dans laquelle aucun pays n’est réellement « libre ».

Ensuite, vous avez intérêt à réussir votre après-Brexit — sinon les européistes, avec toute leur mauvaise foi, feront leur beurre sur votre échec et chercheront à terroriser les suivants sur le mode « voyez ce qui est advenu du Royaume-Uni depuis ! » Le précédent est à double tranchant.

  1. Spectre Le 09 août 2016 à 01h26
    Afficher/Masquer

    C’est à la fois un sentiment un peu effrayant mais merveilleux de constater qu’un peuple peut, grâce à un bulletin de vote, libérer son pays.

    Mouais. Quitter l’Union européenne, ce n’est que le début ; condition nécessaire, mais non suffisante. Quitter l’UE n’a fait disparaître ni le capitalisme mondialisé/financiarisé, ni la tutelle de l’Oncle Sam, configuration dans laquelle aucun pays n’est réellement « libre ».

    Ensuite, vous avez intérêt à réussir votre après-Brexit — sinon les européistes, avec toute leur mauvaise foi, feront leur beurre sur votre échec et chercheront à terroriser les suivants sur le mode « voyez ce qui est advenu du Royaume-Uni depuis ! » Le précédent est à double tranchant.


    • noDJ Le 09 août 2016 à 01h51
      Afficher/Masquer

      Selon certaines hypothèses la City pourrait en profiter pour jouer la carte du yuan contre le dollars.


      • babelouest Le 10 août 2016 à 08h46
        Afficher/Masquer

        C’est pourquoi La City DOIT DISPARAÎTRE. On sait où se tient la cause de TOUT le mal. Ce sera nécessaire, mais pas forcément suffisant.

        Rappel : la City a la taille de l’île de Bréhat, à cette différence près qu’elle compte au moins autant de banques que l’île n’a d’habitants.


    • HOTTY Le 09 août 2016 à 09h34
      Afficher/Masquer

      Spectre,

      Il faut bien commencer par fragiliser la digue, si le remain l’avait emporté, les européistes auraient eu encore plus de facilités pour dire, vous voyez bien rien ne sert de vouloir partir, c’est juste impossible. Bien sûr qu’il faut réussir l’après Brexit, mais imaginez que cela réussisse, là ce sont les européistes qui seront au plus mal, et c’est bien cela qui les a motivé pour tenter de garder l’UK dans l’UE. La peur a semble-t-il changé de camp, et c’est parfait comme cela.


    • Ailleret Le 09 août 2016 à 13h12
      Afficher/Masquer

      Un autre avantage du Brexit : il remet la question européenne au centre du débat, alors que les dominants « marginalisent très adroitement toute discussion à ce propos », comme l’écrit Charles Moore. Chez nous, cela se traduit par une sélection insidieuse des candidats à la présidentielle :

      en 2005, les Français votent NON à près de 55 % au projet de constitution européenne ; deux ans plus tard, ils doivent choisir entre Sarkozy et Royal, deux candidats du OUI, avec Bayrou dans le rôle de dissident – un troisième candidat du OUI européiste.

      En 2012, nous avons eu le « choix » entre deux candidats, Sarkozy et Hollande, qui avaient posé ensemble pour le OUI sur une immortelle photo de Paris Match :
      http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Hollande-Sarkozy-les-coulisses-d-une-rencontre-149880#

      Mais voilà, en 2017, il sera plus difficile d’esquiver la question européenne. Merci les Anglais.


      • RGT Le 09 août 2016 à 19h10
        Afficher/Masquer

        L’article précise : “C’est la première fois que les patrons des deux grands partis ­politiques français, l’UMP et le PS, acceptent de poser ensemble, en toute décontraction.

        Vu la “banane” qu’ils affichent sur la photo on voit bien que ce qui les rapproche est largement plus important que ce qui les “sépare”…

        Sur cette photo, il ne manque que “l’ignoble Le Pen” et même le “trublion de service” pendant qu’on y est pour que la photo de famille soit complète, tout ce beau monde avec un sourire digne des meilleures pubs pour dentifrice.

        A tous ceux qui “rêvent” d’une “alternance salvatrice” de la “droite modérée” (LR+PS) vers le FN, ou d’une “alternance populaire” vers le PG, méfiez-vous, quand on se réveille on a souvent la gueule de bois.

        Aucun de ces partis ne proposera un vote pour “rester” ou “se barrer” de l’UE.
        Pas pour une question de “greffe de couilles” mais simplement parce qu’ils ne tiennent pas à se mettre à dos tous les profiteurs du système (profiteurs dont ils font bien sûr partie).

        Les autres partis comptent pour des prunes… C’est le propre de la “démocratie représentative”.


    • UltraLucide Le 10 août 2016 à 21h28
      Afficher/Masquer

      @Spectre
      Le risque que la Grande Bretagne devienne une nouvelle Albanie suite à son départ de l’UE, et soit en plus victime de sécheresses, d’inondations, de famines, de pluies de sang et de mort immédiate des nouveaux-nés post-brexit me paraît faible.
      Si cela doit se produire, alors ce serait la première fois que les experts européistes nous exposent une prédiction juste, ça ce serait vraiment un grand évènement!
      Sinon, toutes les opinions émises en France et qui ne prennent pas en compte l’amour des Anglais pour la liberté, ni ne le comprennent, sont une preuve de plus que les français et la France n’ont jamais vraiment été un peuple et une Nation épris de Démocratie. En France, on vénère d’abord Napoléon, Louis XIV et Robespierre. C’est hélas dans nos gènes.


  2. DUGUESCLIN Le 09 août 2016 à 06h50
    Afficher/Masquer

    En fond de tableau, c’est la question même de la démocratie qui est mise en cause. Ceux qui en sont les plus grands défenseurs le restent tant qu’ils en tirent un avantage. Pour eux la démocratie est un moyen ou un outil qui leur assure la domination au nom du peuple.
    Mais ils deviennent de mauvais joueurs quand cette même démocratie remet en cause leur pouvoir.
    En 1789 ceux qui ont tiré le plus grand avantage de la révolution sont les bourgeois marchands capitalistes. Si il y avait eu un référendum, il est probable qu’il n’y aurait pas eu le transfert des pouvoirs et des privilèges à la société mercantile, assoiffée de pouvoir, ni le bain de sang qui a en a découlé au nom du peuple.
    Le parlementarisme à l’anglaise aurait été moins cruel et barbare que le comité de salut public.
    Ce sont les mêmes qui, aujourd’hui, remettent en cause le peuple quand il cesse d’être leur armée par procuration.
    Ces gens n’aiment pas que le peuple choisissent une autre voie que la leur.


    • Rémi Le 09 août 2016 à 13h54
      Afficher/Masquer

      Vous pouvez reprendre Tolomei dans les rois maudits:
      le peuple est pratique il peu tout et quand c’est finit on ne lui doit rien.
      Depuis l’avénement d’internet et les deux guerres mondiales cette dernière affirmation est de moins en moins vraie et c’est ce qui terrorise nos gouvernants: Un peuple veillant sur lui meme au lieu de servir de pion dans les querrelles de puissants.


  3. Yves Le 09 août 2016 à 08h27
    Afficher/Masquer

    La carte n’est pas correcte : GIBRALTAR devrait être indiqué en BLEU (Remain in EU >90%).


  4. Louis Robert Le 09 août 2016 à 12h22
    Afficher/Masquer

    Le monde de demain ne sera ni américain ni européen. Il ne sera donc pas occidental. Le retour de la Chine et ses accomplissements sans précédents dans l’histoire de l’humanité pèseront lourd dans l’équilibre du monde. Le monde de demain sera ainsi profondément transformé à tous les points de vue: politiquement, économiquement, financièrement, culturellement, linguistiquement aussi, etc. Post-américain, post-occidental, ce nouveau monde pour tous sera dominé par l’Asie, avec la Chine en tête.

    Le Royaume, ce récent Empire (de l’opium), ne le sait que trop. Témoin de la venue de ce nouveau monde et voulant en être, il choisit d’effectuer librement son virage. Quitte à laisser derrière ceux qui, mécontents, geignent et stagnent et se querellent, il ira de l’avant. Ces temps-ci, pareil regain de dignité et de jeunesse est beau à voir.


  5. colin c Le 09 août 2016 à 19h14
    Afficher/Masquer

    ce que la France semble minable a cote de la grande bretagne
    c est bien . si ca pouvait porter a la dissolution de l europe ca serait encore mieux .


  6. Charlie Bermude Le 09 août 2016 à 20h54
    Afficher/Masquer

    Alors , le Brexit , c’est la statue de la liberté pour nous sur les barricades . Oui d’accord , mais elle a les seins qui tombent quand méme , ( sauf soutien-gorge ) ou c’est une impression personnelle ? .
    Alors c’est juste métaphore . D’accord . Mais bon c’était encore sur le continent que les femmes avaient des seins qui se tenaient tout seuls . Quoique dans l’ile on pouvait , on pouvait déjà tater çà , plus librement que chez nous . Je suis toujours dans la méraphore , là , j’étais pas là à l’époque , et j’ai pas taté , mais y avait déjà un certain Don Juan qui a essayé , il s’est fait jeté , et puis il a attrapé une maladie . çà pose question quand méme . Est ce que cette ile fait vraiment partie du continent ?


Charte de modérations des commentaires