Très intéressant article de 01net.com sur la marge d’Apple, et sa stratégie d’optimisation fiscale. C’est assez illustratif des dérives du financiarisme – et au passage de son aspect anti-libéral ; en effet, au vu des marges, il serait urgent de scinder Apple et ses brevets en 2 ou 3 entreprises concurrentes, comme cela a été fait par le passé dans le secteur pétrolier.

iPhone 5 : la marge d’Apple varierait de 442 à 611 dollars

Selon IHS iSupply, l’iPhone 5 coûterait en composants 199 dollars pour le modèle 16 Go et 230 dollars pour le 64 Go. Le coût de production est évalué à 8 dollars.

Même si Apple ne le revélera jamais officiellement, le coût de revient de l’iPhone 5, évalué par le cabinet américain IHS iSupply, serait très inférieur à son prix de vente en boutique, qui varie de 649 dollars ou 679 euros (16 Go) à 849 dollars ou 899 euros (64 Go). Ce cabinet estime à 199 dollars, le coût total des composants incorporés dans le dernier-né d’Apple, pour son modèle à 16 Go de mémoire, auquel il convient d’ajouter un coût de fabrication unitaire estimé à 8 dollars, quel que soit le modèle.
L’iPhone 5 à 64 Go reviendrait ainsi au total, selon cette évaluation, à 238 dollars, dont 230 dollars pour les composants. Cette facture théorique est évaluée en fonction des spécifications des smartphones et des données collectées sur les composants et leurs fabricants, explique IHS iSupply. Elle prend en compte le coût total des achats de composants et le coût de fabrication, mais n’intègre pas les autres dépenses (logiciels, redevances, licences), précise le cabinet d’études.
Dans le détail, les deux composants les plus onéreux sont, sans surprise, l’écran tactile (plus grand, rappelons-le) évalué à 44 dollars (contre 37 dollars pour l’iPhone 4S) et la partie circuits réseaux-télécoms, estimée à 34 dollars, sur la base de composants d’origine Qualcomm. La principale variable pour l’évaluation du coût des composants est la mémoire (DRAM et Flash), qui passe de 20,85 dollars pour le modèle 16 Go à 52,05 dollars pour le modèle 64 Go.
Même si ce calcul est théorique et, par nature, constestable sur les chiffres (puisque tous les coûts, notamment ceux liés à la R&D ou au marketing ne sont pas incorporés à l’analyse) : Apple continuerait donc de réaliser une marge (très) confortable sur l’iPhone 5. En tenant compte de son prix de vente, outre-Atlantique, de 649 dollars et de son coût total en composants et en fabrication de 207 dollaors, le modèle 16 Go laisse à la firme à la pomme, une marge brute de 442 dollars. Le même calcul appliqué au modèle 64 Go, fait apparaître une marge brute de 611 dollars !
NB. on appréciera aussi le 8 $ de coût de production par les salariés chinois…

Fiscalité : le système d’optimisation d’Apple en France décortiqué

En France, Apple déclare 257 millions d’euros de chiffre d’affaires. En réalité, il réalise l’Hexagone près de 3,5 milliards d’euros de revenus.

[…]

Source : RFI, mai 2013

Les résultats d’Apple Inc (en dollars, exercice clos fin septembre)

Chiffre d’affaires

2009: 42,9 milliards dont 20,6 milliards à l’international (48%)

2010: 65,2 milliards dont 36,6 milliards à l’international (56%)

2011: 108,2 milliards dont 66,4 milliards à l’international (61%)

2012: 156,5 milliards dont 95,6 milliards à l’international (61%)

Bénéfice avant impôt

2009: 12 milliards dont 6,6 milliards à l’international (55%)

2010: 18,5 milliards dont 13 milliards à l’international (70%)

2011: 34,2 milliards dont 24 milliards à l’international (70%)

2012: 55,8 milliards dont 36,8 milliards à l’international (66%)

==> on note que le taux de marge moyen de la compagnie est quand même de 30 %…

Impôts sur les bénéfices

2009: 3,8 milliards dont 310 millions à l’international (8%)

2010: 4,5 milliards dont 161 millions à l’international (3,5%)

2011: 8,2 milliards dont 602 millions à l’international (7%)

2012: 14 milliards dont 713 millions à l’international (5%)

Taux d’impôt sur les bénéfices

2009: 31,8% dont 4,7% à l’international

2010: 24,4% dont 1,2% à l’international

2011: 24,2% dont 2,5% à l’international

2012: 25,2% dont 1,9% à l’international

==> Oui, oui, taux d’imposition de 1,9 % à l’international, il manque ainsi au moins 7 Md$ d’impôts…

Trésorerie

2009: 34 milliards dont 17,4 milliards à l’international (51%)

2010: 51 milliards dont 30,8 milliards à l’international (60%)

2011: 81,6 milliards dont 54,3 milliards à l’international (66%)

2012: 121,2 milliards dont 82,6 milliards à l’international (68%)

==> Ça vaut le coup de flouer les États, vu que entreprise ne sait même plus quoi foutre de son argent, qu’elle refuse même de rapatrier pour éviter une imposition aux USA…

Source: comptes d’Apple Inc

Source : 01net, et .

84 réponses à [Financiarisme] Taux de marge de l’iPhone 5 d’Apple : environ 70 %

  1. yoananda Le 11 juillet 2013 à 02h47
    Afficher/Masquer

    Oui enfin pour moi idéalement, c’est pas Apple qu’il faudrait réguler mais le cerveau de ses clients lobotomisés …
    faire la queue des heures pour obtenir la dernier iConnerie a prix fort dans le seul et unique but de frimer … faut vraiment pas avoir la lumière a tous les étages.
    Apple se fou de ses clients ouvertement.

    Linus Torvald a rencontré Steeve Jobs : Jobs était enthousiaste, mais Linus a déclaré n’avoir strictement rien a partager avec lui, seule la thune, l’iThune l’intéressait !!!

    sans compter la centralisation accrue que ça implique (idem pour facebook le réseau du narcisime) et donc la destabilisation du net que ça implique. Prism ne serait pas possible sans cette centralisation …

    bref …
    c’était la flamewar du jour.


    • Patsux Le 11 juillet 2013 à 07h43
      Afficher/Masquer

      Vous avez sacrément raison de dire que le net est en train de mourir à cause de la centralisation des services. Si par nature Internet est un réseau décentralisé, puisque toutes les machines qui s’y connectent peuvent être à la fois clients et serveurs, il est remarquable de constater que ce que l’on considère comme étant le “must” de la technologie sont, dans les faits, de simples clients totalement verrouillés qui se contentent de récupérer des données depuis des serveurs centralisés détenus par des entreprises privées ultra-puissantes comme Google, Facebook et “l’incroyable” Apple.

      Cette incroyable régression d’Internet, qui le condamne à fonctionner comme le Minitel de mes parents, me semble caractéristique de l’époque, avec des démocraties occidentales déclinantes, plus proche d’un système oligarchique (système centralisé) que réellement démocratique (dans le sens pouvoir au peuple, et donc plus proche d’un système décentralisé selon moi).

      Quand je vois que l’éducation nationale introduit dès la maternel des tablettes Apple pour apprendre aux jeunes à utiliser les nouvelles technologies, et que dans le même temps on condamne les systèmes de partage décentralisés comme Bit torrent, ça me fout les boules.

      Si Internet est par construction un système émancipateur (qui ne dépend plus d’un pouvoir centralisé), son évolution fait sacrément peur. Reste donc espérer que dans les années à venir des services décentralisés voient le jour, des solutions crédibles qui feraient le poids face, par exemple, à un moteur de recherche comme Google, qui devient une vraie plaie lorsque l’on cherche à sortir de ses précédentes recherches (pour ceux qui se posent la question, il existe déjà des moteurs de recherche décentralisés, comme par exemple Yacy, qui ne dépendent plus de serveurs centraux, mais de toutes les machines connectées à un instant donné et donc hors de portée de la censure).


    • clyde Le 12 juillet 2013 à 20h33
      Afficher/Masquer

      Vous en parlez pas mais au lacement de l’iphone , Apple avait un arrangement avec les opérateurs et retouchait une commission sur chaque appel effectuer depuis un Iphone.

      Apple étant la nouvelle vache a lait des télécom la mesure a passé sans problème.


  2. JPJM Le 11 juillet 2013 à 07h19
    Afficher/Masquer

    Quelle est la part du poste marketing dans les 70%?


    • chris06 Le 11 juillet 2013 à 14h17
      Afficher/Masquer

      Et la marge des réseaux de distribution?

      L’article raisonne comme si Apple vendait ses produits directement aux utilisateurs finaux, or dans la grande majorité des cas, l’utilsateur final achète son iphone à travers un opérateur de téléphonie mobile (Orange,etc..) ou bien à travers un réseau de boutiques muticartes dans la téléphonie mobile (The Phone Shop, etc…) .

      Dans ce secteur, où j’ai fait toute ma carrière, le réseau de distribution (toutes les boutiques, la logistique pour amener le produit de l’usine à l’utilsateur final, le service après vente, etc…) coûte minimum 32% du prix hors taxe, auquel il faut ajouter en France par exemple 20% de TVA.

      Quel est le prix de vente d’Apple à Orange et aux autres opérateurs, à partir de là on peut calculer quelle est la véritable marge d’Apple, mais c’est nettement moins que 70%, moins de la moitié.

      Ensuite effectivement, sur cette marge brutte, il y a tous les coûts d’Apple qui sont hors du coût de la production, la R&D qui est énorme pour une boite comme Apple, le marketing et la publicité, qui est loin d’être négligeable dans ce secteur, l’administration des ventes et l’administration centrale, la garantie fabricant.

      Dans la boite pour laquelle je travaillais, grande multinationale du secteur de l’électronique grand public, il fallait multiplier le coût de production par minimum 2,7 pour arriver au prix de vente TTC pour pouvoir commencer à dégager un bénéfice.


      • Casquette Le 11 juillet 2013 à 14h38
        Afficher/Masquer

        Il me semble qu’Apple vend ses appareils plein pot aux opérateurs , qui margent grâce aux abonnements ?


        • chris06 Le 11 juillet 2013 à 15h28
          Afficher/Masquer

          que vous voulez dire par “plein pot”?

          Apple ne vend pas ses iphone 16 Go aux opérateurs pour 649 euros, non mais vous rigolez ou quoi?

          J’ai travaillé presque 20 ans dans cette industrie en tant que chef de produit international d’une des plus grandes multinationales du secteur.

          Si le prix TTC est 649 euros, c’est à dire HT 540 euros, le prix de vente à l’opérateur est maximum 549 x 0,68 (32% de marge minimum pour le réseau de distribution) = 373 euros

          Et encore, vu les contrats qui se chiffrent en millions d’unités vous pouvez enlever au moins 10% de ça car 32% de marge, c’est pour les petits distributeurs, pas pour les gros comme Orange qui ont un rapport de force bien plus important et préssurisent les marges constructeurs nettement plus.

          Je ne serais pas étonné qu’Apple vend l’iphone 16Go à Orange ou aux autres grands opérateurs pour moins de 320 euros, mais ce sont des contrats tenus secrets donc il n’y a pas moyen de connaitre le chiffre exact.

          Mais je peux vous dire, en tant qu’insider de ce secteur, que vous rêvez complètement si vous pensez qu’Apple vend ses iphone plein pot à Orange.


          • Casquette Le 11 juillet 2013 à 16h18
            Afficher/Masquer

            @Chris06
            C’est une discussion que j’avais capté sur un forum mobile il y’a quelques années , le vendeur se plaignait de la politique d’Apple qui consistait à imposer, selon lui , ses prix HT forçant la boite à se débrouiller pour trouver ses profits ailleurs (abonnements ,accessoires) , j’ignore s’il bossait à Orange ou dans une boutique de quartier mais les pratiques dénoncées paraissaient étranges…enfin il racontait peut être n’importe quoi


          • chris06 Le 11 juillet 2013 à 16h40
            Afficher/Masquer

            @Casquette,

            il bossait dans une boutique de quartier, qu’est ce u’il savait des contrats passés entre Orange et les constructeurs? Moi je bossais au siège d’un des plus grands constructeurs et je négociait des contrats de vente de millions d’appareils avec les opérateurs et je sais parfaitement quels étaient les prix et les marges pratiquées.

            Je connais dans les moindres détails toute la structure de cette industrie qu’on appelle les networked consumer products (les produits d’électronique grand public qui sont vendus avec un abonnement pour un service, qu’il soit de téléphonie mobile, d’internet, de télévision payante par satellite ou par cable). J’ai fait toute ma carrière la dedans jusqu’à un poste de directeur de business unit internationale où j’étais responsable pour l’intégralité du business, des budgets et du profit réalisé vis à vis du board.


        • Kal Le 11 juillet 2013 à 16h01
          Afficher/Masquer
      • Jean-Luc Le 11 juillet 2013 à 19h06
        Afficher/Masquer

        Le titre de l’article parle de l’Iphone 5, pas d’Apple en général.
        J’en étais resté à 60% de marge brute sur l’Iphone, d’après mes sources et de 40 à 45% de marge brute sur l’ensemble de la marque, en baisse dernièrement.
        C’est connu que l’Iphone est le produit sur lequel la marque marge le plus.

        Pour le reste, les chiffres sont indiqués en bas de l’article : 25% de bénéfice net fiscal, très largement au-dessus de ses rivaux.
        Apple reste une boîte qui fait de très gros bénéfices … et qui fait tout pour payer le moins possible d’impôts dessus, si l’on en croit l’article ci-dessus.


  3. Vincent Le 11 juillet 2013 à 07h27
    Afficher/Masquer

    Linus Torvald est rationnel alors que Steve Jobs c’était tout le contraire. C’est comme comparer un ingénieur et un artiste “fou” inventif. Concernant l’argent, c’est la culture américaine, c’est comme ça.

    J’aime beaucoup les produits Apple, car très bien conçu et si simple d’utilisation. Qu’on le veuille ou non, Apple est une société innovante.

    Par contre je trouve très choquant la marge qu’il se font. C’est limite écoeurant …

    Ok, on peut défendre l’idée qu’il n’y a pas que le matériel qu’il faut prendre en compte. La part licence logiciel doit être prise en compte (le développement coûte cher) mais vu la quantité d’unités vendus au final …….


    • john Le 11 juillet 2013 à 08h14
      Afficher/Masquer

      250 millions d’exemplaire vendu donc le coût de l’OS /appareil ne doit pas être très important.


    • gbalou Le 11 juillet 2013 à 15h09
      Afficher/Masquer

      Bonjour à toi Chris06,

      Vois-tu le problème que de devoir tout démontrer ? A un moment donné, il faut passer à l’étape supérieure. Le cas d’Apple est un classique. Il est étudié à Harvard (Business) mais pas seulement. En ce sens le responsable de ce blog (Berruyer) donne matière à réflexion et non simplement à des commentaires qui tournent à des incantations.

      J’ai lu hier tes réflexions sur l’euro. Tu t’es comporté comme un vrai leader. On peut toujours critiquer Sapir mais je crois qu’il a le mérite de donner un point de vue, certes universitaire, mais qui peut se défendre et doit nous faire douter. Tu le dis très bien d’ailleurs. La question est de savoir si tu peux te passer de l’euro et garder une vision mondialiste des échanges.

      Mais sur le taux de marge, je vois mal comment tu vas pouvoir t’en sortir quand certains estiment qu’il n’existe pas de création de richesses. (Niveau première ES).

      A un moment donné, il y a une question de pouvoir qui est en jeu aussi. Et le pouvoir se traduit par sa capacité à décider ! Décider de défendre l’euro est un risque aujourd’hui tant la défiance au business intelligent, à l’économie…aux élites est prégnant dans les esprits. En ce sens Attali est assez admiratif du régime chinois et dénonce le retour aux urnes systématique dans nos démocraties. Mais si le peuple ne comprend plus, à quoi sert d’avoir des élections ? Tout le monde s’improvise économiste, historien…et pourquoi pas le pape !?

      A quoi sert de discuter du taux de marge d’Apple quand les 4/5 ici ne savent pas le calculer ou ne l’ont jamais calculer ? A quoi sert de discuter d’un taux de marge quand certains critiquent les concepts économiques de base de la micro ou de la macro économie ?

      A rien, tu ne peux que faire front à des désaccords motivés essentiellement par l’ignorance de la chose économique. Le pouvoir s’accompagne de solitude. Il y a ceux qui décident et les autres. Bien à toi.


  4. Patrick Luder Le 11 juillet 2013 à 09h25
    Afficher/Masquer

    Le fonctionnement d’Applel n’est pas l’exception,
    mais la règle des grands groupes Internationaux !!!
    Arrêtez de jouer aux vierges effarouchées,
    ça m’énerve trop …


    • step Le 11 juillet 2013 à 09h49
      Afficher/Masquer

      et donc, on laisse faire ?


    • Calz Le 11 juillet 2013 à 13h42
      Afficher/Masquer

      Les vierges effarouchées, tout de même… Vous regrettez votre achat ?


    • grub Le 11 juillet 2013 à 13h46
      Afficher/Masquer

      Désolé, on voulait pas t’énerver.
      C’est bientôt le w-end. 🙂


  5. Xavier TARPIN Le 11 juillet 2013 à 09h29
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    si vous voulez voir de la marge, et sur des décennies, le spectacle des industriels du médicament est également grandiose.
    un marché mondial de l’ordre de 856 milliards de dollars

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Industrie_pharmaceutique
    Pfizer, 1° mondial, 57,5 de CA, 14,6 de bénéfice net en 2012

    la paracétamol (Doliprane°, Efferalgan°, …°) fabriqué en Chine et Inde arrive en Europe à 2,50 euros le kg et ressort de la pharmacie à 243 euros le kg
    la molécule date de 1949 (mis sur le marché en 1955)

    leurs dépenses marketing, à plus de 20 % du CA, sont de 50 % à 80 % supérieures à la R&D
    http://www.lefigaro.fr/societes-francaises/2008/01/23/04010-20080123ARTFIG00270-le-budget-promotion-des-laboratoires-explose-.php
    http://www.prescrire.org/editoriaux/EDI33595.pdf


  6. Loran Le 11 juillet 2013 à 09h29
    Afficher/Masquer

    Aujourd’hui, l’iphone est largement dépassé….

    Je travaille dans une (très) grosse société technologique, à la machine à café, les frimeurs sont équipés de Samsung et de …Nokia.

    J’ai même entendu deux fois, des possesseurs d’iphone dire, “oh tu sais moi , mon téléphone c’est pour téléphoner…”…. RIP.


  7. Arnould Le 11 juillet 2013 à 09h43
    Afficher/Masquer

    Je me suis fait avoir par Apple en 1984 (produit pas terrible et trop cher), ils n’auront plus jamais mon pognon. Mais je n’ai pas reussi a persuader mon fils de regarder ailleurs…


  8. BA Le 11 juillet 2013 à 09h56
    Afficher/Masquer

    Jeudi 11 juillet 2013 :

    On nous expliquera qu’il n’y a pas d’alternative.
    On nous expliquera qu’il est interdit de remettre les dogmes en question.
    On nous expliquera que nous ne comprenons rien, que eux savent ce qui est bon pour nous et ce qui est bon pour nous, c’est que nous travaillions plus, pour de moins en moins cher, jusqu’à ce que nous soyons tous à la soupe populaire.

    Alors ce jour-là, lorsque nous serons suffisamment nombreux à la soupe populaire, le système se rendra compte que les capitalistes se seront eux-mêmes suicidés en ayant tué tous les consommateurs solvables…

    Le système ne voit désormais l’individu, le salarié, le travailleur – peu importe – uniquement comme un coût (ce qui est souvent vrai), le petit problème c’est que le système a autant besoin de clients solvables que les salariés de patrons, et comme en économie tout est une question de respect des grands équilibres, le moment du grand rééquilibrage approche.

    Mais avant le rééquilibrage, il y aura bien sûr le grand nettoyage.

    Charles SANNAT

    http://www.lecontrarien.com/


  9. draxredd Le 11 juillet 2013 à 10h06
    Afficher/Masquer

    Si on en est a scinder les entreprises qui font trop de marge, et pour compléter la liste des industries vautours (défense et pharmaceutique, notamment) n’oubliez pas les coiffeurs, les opticiens, les dentistes, les notaires, les pharmaciens et autres “professions libérales” qui non content d’avoir des taux de marge ridiculisant ceux d’Apple (regardez le cout de production et de vente de verre de lunette ou de prothèse dentaire, on frôle les 1000%) , ces professions bénéficient de niches fiscales totalement injustifiées (si ce n’est qu’ils s’agit de corps de métiers surreprésentés dans le corps législatif, bien sur).

    Mais bon on aime bien taper sur Apple quand meme 🙂


    • Surya Le 11 juillet 2013 à 10h49
      Afficher/Masquer

      Les surprofits se trouvent souvent dans les oligopoles ou les monopoles de fait.


    • grub Le 11 juillet 2013 à 14h00
      Afficher/Masquer

      Dans le cas d’apple, j’imagine que c’est la même chose pour la plupart des grands groupes, il y a plus de 100 milliards qui traînent on ne sait où et qui ne sont pas réintroduits dans l’économie par le biais d’investissements ou d’impôts.
      Et à quoi sert cet argent en attendant ?


  10. yoyo6963 Le 11 juillet 2013 à 10h09
    Afficher/Masquer

    L’anti-libéralisme c’est bien de vouloir scinder une société parce qu’on trouve qu’elle fait trop de marge, et que c’est pas bisou de priver le bas peuple de ces beaux produits.
    Le prix de l’iphone ou d’autres produits de cette société n’est que le reflet de ce que les gens sont prêts à y mettre dedans, rien de plus, rien de moins.

    Perso je trouve l’iPhone fantastique, mais je me refuse à mettre 800€ dans un téléphone, donc je ne l’achète pas, point.

    D’autres ne peuvent visiblement pas se passer de la chose et sont prêts à y mettre ce prix, c’est que quelques part ils s’y retrouvent, et tant mieux pour eux, et tant mieux pour Apple !

    Laissez Apple tranquille, et laissez d’ailleurs tout le monde tranquille, la concurrence s’organise toute seule et Apple sera bien contraint de baisser prix et marges quand la majorité des smartphones concurrents seront 2 à 3 fois moins chers pour un service rendu pratiquement équivalent.

    Mettez le nez là dedans, messieurs les apprentis sorciers du marché, tordez, contraignez, pompez un peu de pognon au passage, distribuez à court terme de l’iPhone pas cher produit sous la contrainte….
    Tout ce que vous obtiendrez au final, ce sera de freiner l’innovation, ce sera une concurrence factice qui aboutira à une oligarchie avec 2 ou 3 puissants genre Samsung et Apple, et absolument plus rien autour, ce sera de faire vivre une cohorte de commissions, de “hototorités”, d’agences de contrôle diverses et variées, de fonctionnaires fiscaux, de politiques, et j’en passe…

    Continuez ainsi, c’est bien.


    • reneegate Le 11 juillet 2013 à 10h52
      Afficher/Masquer

      C’est plutôt toi qui tourne en boucle. A ton discours laissez faire la concurrence, ne touchez pas au marché, qui tu ressasses depuis 30 ans je répondrais punissons durement ceux qui ne paient pas leur du.


      • yoyo6963 Le 12 juillet 2013 à 09h37
        Afficher/Masquer

        Vous confondez.

        Si un compagnie quelle qu’elle soit ne respecte pas la loi, il est normal qu’elle soit traduite en justice et paye son dû et réparations.

        Il ne s’agit pas de cela ici, je réagis à ce discours “en effet, au vu des marges, il serait urgent de scinder Apple et ses brevets en 2 ou 3 entreprises concurrentes, comme cela a été fait par le passé dans le secteur pétrolier”.

        Ce discours qui ne parle pas de fraude ou de non respect de la loi, mais qui se contente dire que faire de la marge, c’est pas bien.
        Ce discours qui légitimerait le pouvoir pour quelqu’un ou quelque organisation (l’état ?) de dire “Monsieur vous avez fait une belle société mais vous faites trop de marge, alors nous allons vous empêcher de continuer”…. sur quelle base ? au nom de quoi ? pour quoi faire ?

        C’est juste ridicule, mais c’est surtout inquiétant de voir l’adhésion à de tels propos.

        Mais pourquoi personne n’attaque alors l’état sur la marge honteuse qu’il fait sur les ventes d’alcool ? sur les cigarettes ? sur le carburant ? sur le travail ?

        Pour le coup je dis bien honteuse, puisque l’état ne produit pas ces choses, il se contente de les faire payer plus cher à ceux qui les achètent, ceux qui en ont besoin (carburant, travail), bref nous !

        Mais là vous me direz que c’est pas pareil, que là c’est normal…

        Et j’en conclurai que ce pays est foutu.

        Cordialement.


    • Surya Le 11 juillet 2013 à 11h12
      Afficher/Masquer

      C’est un frein à l’innovation que de considérer que lorsqu’on sort un ROE de 33% c’est signe d’un petit problème quand même ? (avec 48% sur Q1 2012)

      http://www.wikinvest.com/stock/Apple_%28AAPL%29/Data/ROE


  11. lsoulages Le 11 juillet 2013 à 10h22
    Afficher/Masquer

    Ce que je crois…
    Je suis très partagé sur cet article (je n’ai aucun lien avec apple en tant que consommateur et en tant que producteur).

    1er§) Vous vous étonnez de la “marge” d’apple (70%). Il s’agit en fait du “Prix de Revient” sortie usine de l’iphone. Je m’étonne de votre étonnement et d’en faire une spécificité Apple.
    Le problème, car pour moi il s’agit d’un problème et d’une interrogation sans réponse, est que cette “marge” est tout à fait générale dans l’industrie. Quelques exemples :
    Je travail pour un constructeur automobile français, le PR de fabrication est d’1/3 du prix de vente HT (et encore, cela inclus l’amortissement de l’investissement pour construire l’usine et ses machines) y compris pour PSA qui, c’est bien connu, roule sur l’or en ce moment.
    La différence de PR entre RSA et DACIA est d’environ 1500 euros HT sur le prix du véhicule, même si je reconnais que DACIA bénéficie de l’amortissement des moyens de production des composants, payés en son temps par RSA ou plutôt par les clients de RSA. PSA à fermé raytheon (usine en Angleterre) car le différentiel de PR avec les autres usines du continent était de 500 euros.
    Au fait, le coût du marketing est de 700 euros par véhicule pour un véhicule français.
    Je ne trahis aucun secret, ces chiffres sont du domaine public.
    J’ai achetez, chez Monoprix, un teashirt étiqueté à 12 euros avant solde. Ce teashirt est fabriqué en inde et arrive dans un port francais (voire chez le grossite) au prix de 1,2 euros (dont 0,4 de logistique). Soit une “marge” de 90% quand même.
    En cherchant à acheter un casque STAX (et son ampli) sur internet, je trouve le système, livré légalement chez moi, à 1400 euro HT (avec le transfos d’adaptation car venant du japon, pays d’origine des STAX) ou à 1900 HT depuis un revendeur francais (avec adaptation au secteur intégré et marquage CE). Cela coute cher le marquage CE ! (ah zut, c’est pas ça, il est payé par STAX).
    J’ai analysé un ampli HIFI LAVARDIN, difficile mais faisable même avec la référence des composants “limé”, j’ai estimé que le PR de fabrication (hors amortissement invest) était d’1/4 du prix HT (2000 euros).
    La part de marché d’Apple est de 17% dans le monde et est en diminution, loin derrière Samsung (32%) qui est en croissance. Les PR des 2 constructeurs sont identiques (236$ c pour le galaxy S4 ontre 200$ pour l’iphone 5), pour un prix de vente TTC de 550 euros pour le galaxy S4 contre 600 euros pour iphone5). Alors, Apple hors iTunes, le grand méchant loup ?

    Je suis d’accord avec yoananda, le problème est plus dans le désir d’achat statutaire (et imbécile) des consommateurs. C’est d’ailleurs un fait marketing, répondre à ce désir est la seule chose qui rapporte (phénomène très présent également dans l’automobile).

    les autres §)
    Intéressant et oui c’est insupportable mais à qui la faute ? A ceux qui en profite ou à ceux qui ont institués ce système légal en escroquant les électeurs ? M… c’est les mêmes…


  12. BA Le 11 juillet 2013 à 10h26
    Afficher/Masquer

    Jeudi 11 juillet 2013 :

    330 milliards d’euros. La fortune totale des 500 Français les plus riches a progressé de presque 25 % en un an. De quoi donner le tournis. Et fournir quelques arguments à une France qui a toujours détesté ses riches, surtout en période de crise.

    Jamais depuis 1996, année où Challenges a lancé son classement des “500”, leur fortune globale n’avait atteint de tels sommets.

    En une décennie, ce chiffre a plus que quadruplé, alors que le produit intérieur brut (PIB), lui, n’a fait que doubler.

    http://www.challenges.fr/classement/20130709.CHA1933/classement-niel-free-rejoint-arnault-et-bettencourt-au-top-10-des-plus-grandes-fortunes-de-france.html

    Je relis cette phrase :

    “La fortune totale des 500 Français les plus riches a progressé de presque 25 % en un an.”

    Et je relis ces chiffres :

    En 1985-1986, les Restos du Cœur ont distribué 8,5 millions de repas.
    En 1987-1988, les Restos du Cœur ont distribué 22 000 000 de repas.
    En 1991-1992, les Restos du Cœur ont distribué 29 000 000 de repas.
    En 1994-1995, les Restos du Cœur ont distribué 50 000 000 de repas.
    En 1996-1997, les Restos du Cœur ont distribué 61 000 000 de repas.
    En 2005-2006, les Restos du Cœur ont distribué 70 000 000 de repas.
    En 2006-2007, les Restos du Cœur ont distribué 81 700 000 repas.
    En 2007-2008, les Restos du Cœur ont distribué 91 000 000 de repas.
    En 2008-2009, les Restos du Cœur ont distribué 100 000 000 de repas.
    En 2009-2010, les Restos du Cœur ont distribué 103 000 000 de repas.
    En 2010-2011, les Restos du Cœur ont distribué 107 000 000 de repas.
    En 2011-2012, les Restos du Cœur ont distribué 115 000 000 de repas.
    En 2012-2013, les Restos du Cœur ont distribué 130 000 000 de repas.

    Nous n’en sommes pas encore au moment précis où l’élastique se brise.

    Mais ce moment approche.


    • grub Le 11 juillet 2013 à 14h30
      Afficher/Masquer

      Et vu que ce sont les plus riches qui sont aux commandes, je ne vois pas pourquoi ça changerait.


      • dadone Le 11 juillet 2013 à 14h36
        Afficher/Masquer

        Ils l’étaient en 1789, on connait la suite…
        Et comme le dit BA, le bis repetita va pas tarder…
        Faut pas prendre les gens pour des demeurés…et demander qu’on rembourse les dettes au profit de ces personnes…


        • grub Le 11 juillet 2013 à 15h11
          Afficher/Masquer

          @dadone

          Les plus riches contrôlent les médias qui ne cessent de répéter qu’il n’y a pas d’autres alternatives.
          La télé, la publicité, de la manipulation de masse acceptée par la population.
          Mes parents ont vécu les trente glorieuses et ils me disent qu’un chômeur vit bien mieux maintenant que n’importe quel travailleur de l’époque.
          On mange à notre faim, on peut même s’offrir quelques loisirs.
          La plupart des gens sont propriétaires, ont des dettes, des emprunts, des assurances-vies.
          Tout le monde est dans le système.

          On est certainement beaucoup plus instruit et moins bêtes que nos ancêtres de 1789 mais ceux en face sont aussi très malins et ils disposent d’outils de communication très efficaces.
          Il n’y a qu’à voir comment en deux ans, l’opinion publique change petit à petit sur l’idée d’exploiter le gaz de schiste.

          On pourra noter aussi que ni l’étude, ni les commentaires ne parlent de l’origine des matières premières qui viennent pour la plupart des pays africains que l’on exploitent sans vergogne, en particulier en république démocratique du congo où massacres, guerres civiles et viols font partis du système d’exploitation.
          Tout le monde le sait, ou ne veut pas le savoir, mais ça n’empêche pas les gens d’acheter tous les machins tech.

          Donc tout ça pour dire que ça pourrait changer mais que c’est pas prêt d’arriver même si je le souhaite comme toi. 🙂


          • dadone Le 11 juillet 2013 à 15h37
            Afficher/Masquer

            Si tu compares à 1789, il n’y a pas beaucoup de differences.
            L’Eglise c’était les médias d’aujourd’hui, le roi était le représentant de Dieu sur terre, c’est dire le bourrage de crane…
            La Noblesse contrôlait tout, l’armée, la police, les terres, etc…
            alors affirmer

            Donc tout ça pour dire que ça pourrait changer mais que c’est pas prêt d’arriver

            je n’en suis pas si sure car si effectivement il n’y aura peut être pas de soulèvement comme en 1789, l’effondrement économique inéluctable risque de précipiter bien des choses.
            Quant un système a faillit comme il va faillir, les élites ne pourront plus se maintenir au pouvoir.
            Et donc par la force des choses le système changera…
            C’est mon scénario.


          • chris06 Le 11 juillet 2013 à 16h06
            Afficher/Masquer

            La révolution de 1789 a été faite par le Tiers Etat, qui était la bourgeoisie non aristocratique d’alors

            La révolution de 1789 s’est contentée de remplacer l’élite aristocratique et le clergé par l’élite de la bourgeoisie.

            Peux tu me dire quel est le Tiers Etat aujourd’hui? Y’a plus de noblesse, plus de clergé, y’a plus que des grands bourgeois (les grands actionnaires des multinationales) et des petits bourgeois et autre privilégiés du système qui représentent ensemble une majorité de la population et n’ont certainement pas envie de chnager le système et risquer de perdre leurs privilèges au bénéfice d’une petite minorité d’exclus et d’indignés.

            Les rapports de force sont complètement différents, la France est un pays de privilégiés, petits ou grands, et on est loin, très loin, de vivre une période pré-révolutionnaire.


          • dadone Le 11 juillet 2013 à 17h34
            Afficher/Masquer

            Chris06
            L’avenir jugera.
            Mais quant le système financier se sera effondré car dans l’impossibilité d’honorer les dettes, on verra si les cartes ne seront pas rebattu.
            Il se trouve que je côtoie très souvent des gens modestes dans les transports en communs.
            Et bien je peux te dire que très souvent les gens expriment un ras le bol étonnant.
            Pourtant ils ont un boulot, une maison etc…et bien je peux te dire une chose l’austérité à l’espagnol appliquée à la France et bien on verra…et je suis prêt à prendre les paris qu’en France il n’y aura pas 300 000 expulsions de personnes incapables de rembourser leur emprunts…
            Tu tiens le pari ?


          • Opps' Le 12 juillet 2013 à 00h52
            Afficher/Masquer

            Dadone

            Pas de soucis , le système est assez bien verrouillé en France.

            Je te rappelle le nombre de fonctionnaires , le nombre de personnes qui vivent de subventions les plus diverses , tous en très grande partie , gens de gauche , contestataires du ‘système’ et absorbés par celui-ci.

            Ce sont eux qui feraient 1789 ? … MdR

            Et ceux qui auraient de réelles raisons de faire 1789 sont claquemurés dans le FN .

            Maintenant je ne dis pas que les prochaines manif. contre le projet de réforme des retraites n’auront pas un air de début de révolution avec la gauche rejointe par la droite réveillée par la mariage gay et qui redécouvre la rue , et renforcée par les gens du FN excédés !

            Ca sera assez drôle.

            Le quinquennat de Hollande se termine dans quelques mois, sans avoir vraiment commencé , sauf pour ce qui est du mariage gay dont le but secret était de mettre les lobby lgtb comme moteur de la GPA.


    • dadone Le 11 juillet 2013 à 14h34
      Afficher/Masquer

      BA
      Tu devrais ajouter la somme que détiennent ces 500 personnes :
      335 milliards d’€ !
      Pour 500 personnes…
      The rich and the rest


  13. Casquette Le 11 juillet 2013 à 10h34
    Afficher/Masquer

    Je trouve ça énorme et tellement cynique que le Nevada siphonne l’impôt sur les sociétés de l’Etat californien…
    Apple n’a même pas la reconnaissance du ventre ,quand on sait ce que la Californie a fait pour développer cette industrie…l’état fédéral est toujours en faillite au fait ?

    L’article était vachement complet par contre c’est dommage qu’ils n’aient pas proposé des pistes de réflexion pour casser ce circuit …

    Dans la même veine : Apple et Ikea refusent d’être auditionnées par nos parlementaires sur leur politique d’optimisation fiscale :
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/afp-00534878-optimisation-fiscale-apple-et-ikea-ont-refuse-d-etre-auditionnees-par-une-mission-parlementaire-584898.php

    Raison invoquée par le géant suédois de l’ameublement ?
    “malheureusement nous ne disposons pas de compétence dans ce domaine très technique”.


    • reneegate Le 11 juillet 2013 à 15h28
      Afficher/Masquer

      c’est parfait nous pourrons donc répondre la même chose lorsqu’un controleur nous demandera de justifier nos déclarations : “désolé c’est un domaine trop technique”.
      Cela démontre bien que le pouvoir et les finances sont consentants.


      • Casquette Le 11 juillet 2013 à 16h26
        Afficher/Masquer

        Pour l’occasion je me demande si le vent mis par les 2 entreprises à nos parlementaires est assimilable à un “refus d’obtempérer” , ou quelque chose qui s’y approcherait.


  14. Blackisto Le 11 juillet 2013 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Merci pour cet article,

    Et par pitié, n’achetons plus de produits Apple. C’est de l’argent mis en l ‘air et c’est de l’argent qui quitte la France (qui en a bien besoin !).


  15. reneegate Le 11 juillet 2013 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Depuis cette émission sur “l’optimisation fiscale” (france2) nous avons tous vu 2 zombies lobotomisés bafouiller des réponses “ponce pilate” à une commission parlementaire britanique. J’ai grand peine à dire que mes enfants universitaires, sensibilisés (je le pensais du moins) s’en foutent complètement et s’équipent Mac.
    Jetez un oeil dans “magasin Mac” à Opéra : c’est la foule. Rentrez et vous allez connaitre immédiatement 4 ou 5 prénoms de jeunes vendeurs sympas intoxiqués aux dernières techniques marqueting américaines. Si vous n’êtes pas habitué à ce discours, c’est à dire si vous n’ avez pas pris l’habitude de regarder les series américaines, vous pouvez penser qu’on se fout de votre gueule et très mal le prendre. Si, si!

    Il y a des mauvais jours……


  16. draxredd Le 11 juillet 2013 à 12h33
    Afficher/Masquer

    ce qui m’échappe, en fait dans ce post, c’est son titre… pourquoi parler de financiarisme ?
    il s’agit là bel et bien d’économie réelle non ? avec des vrais biens de consommation vraiment produits, vraiment vendus , vraiment achetés par des consommateurs (qui jugent le pri acceptable, donc lachez les).

    Pourquoi financiarisme ?


    • toutouadi Le 11 juillet 2013 à 13h13
      Afficher/Masquer

      Je suis pas un spécialiste mais j’imagine que l’optimisation fiscale augmente les cours des actions et des dividendes et donc par ce biais favorise la concentration patrimoniale.

      Donc on a bien un transfert vers la propriété privée rentière d’actifs venant de l’économie réelle soit par une sur-marge (pénalisation du pouvoir d’achat dans l’économie réelle) soit pas par un manque de fiscalisme qui sera compensé par le corps social (fiscalisation salarial amputant le pouvoir d’achat)


      • draxredd Le 11 juillet 2013 à 13h54
        Afficher/Masquer

        Apple ne verse des dividendes que depuis 2012 et vient de débuter une opération de rachat de ses propres actions.


        • toutouadi Le 11 juillet 2013 à 14h18
          Afficher/Masquer

          Honnêtement la bourse, ça me dépasse un peu.

          Mais mon beau-fils est un fana d’Apple et n’arrête pas de me parler des plus-valus possibles avec les actions.


  17. Jean-Luc Le 11 juillet 2013 à 13h00
    Afficher/Masquer

    Avec de telles marges, ces entreprises pourrait typiquement produire sur le sol Américain sans y perdre énormément. Elles participeraient au soutien de l’emploi et des finances de leur pays.
    Au lieu de cela elles préfèrent “optimiser” en exploitant toujours plus une main d’œuvre ultra bon marché qui n’a pas intérêt à avoir de revendications bassement matérielles sinon on trouvera moins cher ailleurs.

    C’est symptomatique de ce capitalisme décomplexé où l’accumulation de l’argent prime sur tout.
    Pour quoi ? Pour l’entasser sur des comptes offshore.


  18. Guillaume Le 11 juillet 2013 à 13h09
    Afficher/Masquer

    L’analyse ne prend pas en compte les coûts du logiciel (partie concue et fabriquée en Californie donc plus chère) ni les autres coûts globaux d’Apple (marketing, RH, IT, etc.) qui doivent être eux aussi significatifs. De plus, elle n’inclut pas la marge du revendeur (typiquement 30% minimum).

    De ca fait, je trouve cette analyse mauvaise et fallacieuse.


    • G L Le 11 juillet 2013 à 15h13
      Afficher/Masquer

      Tim Cook a déclaré qu’Apple a vendu en tout “well over half a billion iOS devices”.ça fait un demi-milliard d’iPhone, iPad et iPod au total et, à part le marketing, ces coûts sont assez indépendants du nombre d’appareils vendus (en particulier pour le logiciel dont la duplication ne coûte rien.)

      Ce qui semble le mieux justifier les énormes bénéfices réalisés c’est les risques au lancement de chaque produit réellement nouveau. Apple a connu des échecs (ils font beaucoup moins de bruit que ses réussites), ses concurrents aussi, sans parler de tous ceux qui ne sont jamais parvenus à exister suffisamment pour qu’on les remarque.

      Quand à la marge des revendeurs elle est en accord avec le positionnement haut de gamme des produits.


  19. G L Le 11 juillet 2013 à 13h18
    Afficher/Masquer

    Reprocher à Apple de payer aussi peu d’impôts revient à lui reprocher de ne pas s’être imposé à elle-même un taux d’imposition plus élevé et plus proche de celui d’une petite entreprise soumise aux taux d’imposition d’un seul pays et au contrôle des services fiscaux de ce seul pays.

    La cause réelle de ce scandale provient de ce que la manière de fixer et de percevoir les impôts a peu varié depuis deux siècles.

    La seule manière d’y remédier parait relever de l’utopie mais nécessiterait de prendre en compte où, quand et comment est produit ce que vend Apple.
    Par exemple le logiciel est produit avec des méthodes très artisanale en seul exemplaire avant qu’on puisse commencer à le vendre. Ensuite il est miraculeusement multiplié sans que ça ne coûte rien et exporté dans le monde entier sans qu’aucun douanier ne puisse le voire passer les frontières. Tous les produits dont la “fabrication” ne dépend pas ou ne dépend que peu du nombre d’exemplaires sont dans le même cas mais la chose est tellement nouvelle que nous préférons ne pas en tenir compte…


    • jacqueline Le 11 juillet 2013 à 16h17
      Afficher/Masquer

      Mais non le logiciel n’est plus pondu de manière artisanale, les µprocs étant de plus en plus complexes, les fabricants ou des boites spécialisées, proposent des outils de développement ultra sophistiqués pour simplifier la vie des développeurs, réduire les temps de développement et optimiser au mieux les logiciels avec le matériel, ce qui leur laisse peu de liberté.

      La plupart des fonctions complexes, sont “cablées ” dans les µproc, pour accélérer les performances et n’ont pas à être programmées.


      • Hajik Le 11 juillet 2013 à 17h47
        Afficher/Masquer

        µproc/µP = microprocesseur

        (ça évitera à d’autres de chercher…)


  20. jacqueline Le 11 juillet 2013 à 13h42
    Afficher/Masquer

    Argh ! je suis désolée, mais il y a longtemps que Apple n’innove plus du tout.

    La véritable innovation c’est chez ARM, le concepteur des microprocesseurs. En regardant leurs nouveaux produits, deux ans avant on devine les performances des prochains smartphones.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Architecture_ARM

    ARM ne fabrique pas ses microprocesseurs : ils sont fabriqués sous licence par les grands fabricants mondiaux de µP, on y trouve Samsung, Texas Instruments, Nvidia, etc.. voir la liste : https://fr.wikipedia.org/wiki/Architecture_ARM#Fabricants_de_processeurs_ARM.

    Ils ont toute liberté de les compléter dans le boitier de circuits spécifiques à leurs applications ( essentiellement industrielles pour TI et Freescale ).

    Apple n’en fait pas partie, c’est un handicap. Il les achète à son rival Samsung qui a un coup d’avance. Aussi il y a un ou deux ans, Apple a tenté d’acheter le Consortium ARM, ils avaient le cash. Ça a été la panique pendant quelques jours, mais ARM a refusé.

    Enfin pour l’ Ipad, depuis longtemps Panasonic propose des tablettes tactiles appelées toughpad, pour les gens qui doivent saisir des données debout ( chantiers hopitaux ) , plus robustes, étanches et plus ergonomiques.

    http://business.panasonic.co.uk/computer-product/products-and-accessories/introducing-the-full-toughbook-range/toughpad

    Pour les PC, depuis qu’ils ont abandonné Motorola puis le µP PowerPC, Apple n’apporte plus aucune innovation et on peut se monter le même avec carte mère Intel, double proc Xéon, pour la moitié du prix du Mac.. Un assembleur vous fait ça pour 50 €.

    L’autre partie de l’innovation se trouve dans les écrans tactiles et les batteries.


    • gbalou Le 11 juillet 2013 à 15h26
      Afficher/Masquer

      Et à votre avis pourquoi Apple n’est pas français, souverainement français ? A cause de l’euro ? Je vous rassure la question est trop complexe. Elle nécessiterait une catharsis basée sur le discours de la méthode.


      • jacqueline Le 11 juillet 2013 à 16h01
        Afficher/Masquer

        Je ne suis pas sûre de bien saisir le sens ou l’ironie ou les subtilités philosophiques de votre question, aussi je répondrais simplement parce que les deux Steve sont nés au USA.

        C ‘est en soi une bonne raison, incontestable.

        Mais je vous invite à faire une recherche dans Google : François-Henri Raymond SEA et de consulter les différents liens. En particulier celui-ci :

        http://sea.museeinformatique.fr/Le-plan-calcul-vu-par-Francois-Henri-Raymond_a3.html

        Peut être vous comprendrez pourquoi 40 ans plus tard, le français Grégoire Gentil, polytechnicien patron de Always Innovating a créé ses startups aux USA et pas en France.

        http://www.alwaysinnovating.com/company/


  21. Vénus-Etoile du Berger Le 11 juillet 2013 à 14h24
    Afficher/Masquer

    vive la pomme(humour)

    extraordinaire, ils parviennent à faire des marges qui « surperforment » avec un système d’exploitation truffé de bugs et avec une régression de version(la version 4 fonctionne mieux que la version 5).

    On n’arrête pas le progrès(humour)


    • Vénus-Etoile du Berger Le 11 juillet 2013 à 22h56
      Afficher/Masquer

      Inédit Luxembourg
      Après 18 années en tant que premier ministre, Sir Juncker vient de remettre la démission de son gouvernement au Grand-Duc Henri en vertu de l’article 74 de la Constitution.

      Un acte qui ne deviendra officiel qu’à partir du moment où le Grand-Duc signera l’arrêté grand-ducal signifiant la tenue de nouvelles élections.

      Un retour aux urnes prévu trois mois après la date à laquelle le chef de l’État aura signé.

      La démission de M. Juncker intervient quelques mois après l’annonce par le Luxembourg, une place financière majeure en Europe, de la levée partielle de son secret bancaire, après des années de résistance.


  22. Incognitototo Le 11 juillet 2013 à 14h38
    Afficher/Masquer

    Pourquoi scinder cette entreprise-là, plus que d’autres ??? Apple n’est ni en situation de monopole, ni d’oligopole ; il a des concurrents commerciaux, par exemple, Samsung dont les montages offshore ne doivent pas être tellement mieux…

    En quoi, cela résoudrait-il les problèmes d’évasion fiscale ?
    Avec l’application de nos lois sur l’abus de droit et l’acte anormal de gestion, ce serait assez simple de remettre Apple au pas et de lui faire payer un maximum (jusqu’à 100 % de pénalités pour les rémunérations ayant frauduleusement échappées à l’IS), mais je doute que notre Ministre du budget (pas plus que ceux qui l’ont précédé) ait envie de se lancer dans ce genre “mise au point”… qui demanderait, en plus, de dénoncer les accords fiscaux léonins que nous avons avec les pays complices de ce genre de pratiques…
    Enfin, et peut-être surtout, ça obligerait l’État à faire de même pour toutes nos entreprises internationales (dont beaucoup où il est lui-même actionnaire), y inclus pour nos banques…

    Donc, je ne vois pas bien l’intérêt et les principes qui font qu’on devrait s’attaquer plus à Apple qu’à d’autres… et en particulier au système global qui autorise toutes les entreprises internationales à faire pareil…


    • G L Le 11 juillet 2013 à 15h28
      Afficher/Masquer

      Les systèmes fiscaux appliqués aux multinationales ont un bon demi-siècle de retard et si ça continue les autres entreprises n’y survivrons pas…


      • Incognitototo Le 11 juillet 2013 à 16h09
        Afficher/Masquer

        Je ne partage pas du tout cette vision, nous avons déjà toutes les lois qui permettraient de stopper les pratiques frauduleuses ; c’est juste une question de “volonté” politique, si tant est qu’on puisse encore faire preuve de “volonté”, quand l’État est lui-même demandeur, utilisateur et complice de ce genre de pratiques : http://solutions-politiques.over-blog.com/article-le-faux-debat-sur-l-evasion-fiscale-et-les-paradis-fiscaux-39754086-comments.html


        • G L Le 11 juillet 2013 à 17h48
          Afficher/Masquer

          Je cite le texte que vous avez mis en lien:

          […] depuis plus de 30 ans qu’elles existent, ces lois n’ont quasiment jamais été appliquées !

          La réalité, c’est que les intérêts financiers en jeu, dépassent de loin le prix des vies qu’elles manipulent et qu’elles broient. Qu’est-ce qu’un État comme la France ou même les EU, quand les groupements financiers ont acquis des puissances d’intervention supérieures à ceux-ci ? Je vous laisse, imaginer ce qui pourrait se passer, si nos lois sur l’évasion fiscale étaient appliquées aux entreprises internationales… à quels chantages, sans aucun scrupule, les sociétés concernées se livreraient pour continuer comme avant.

          Ce que vous y avez écrit (en 2009!) sur la non utilisation par les services ad-hoc des informations qu’ils détiennent recoupe parfaitement ce qui a été exposé devant la commission sénatoriale d’enquête contre la fraude fiscale par M. Antoine Peillon et M. Fabrice Arfi (entre autres.).

          Ce texte correspond aussi aux réponses faites à Elisabeth Warren au Sénat américain par les régulateurs de la SEC, selon lesquelles les banquiers sont “too big to jail”…

          http://libertyblitzkrieg.com/2013/02/18/video-of-the-day-regulators-squirm-when-asked-about-too-big-to-jail/

          Je reconnais donc avoir tort: c’est une question de rapport de forces que même des lois applicables au niveau “multi-national” ne suffiraient pas à résoudre.


          • Incognitototo Le 11 juillet 2013 à 18h18
            Afficher/Masquer

            De rapport de forces, … de corruption, d’inféodation de la justice aux pouvoirs politiques, de lutte des places, d’intérêts “supérieurs” des États, de volonté politique… et autres perversions systémiques…

            Je ne dis rien de plus que ce que tous les agents des impôts, les professionnels du chiffre et les fiscalistes savent depuis toujours, et je m’étonne juste que le Sénat ait encore besoin d’entendre des avis là-dessus… Comme si ces pratiques étaient nouvelles, alors que mon premier cours de fiscalité, il y a plus de trente ans portait déjà sur les façons de faire des montages triangulaires dans des pays différents, pour échapper à l’impôt (tout en nous spécifiant que c’était interdit)…

            Pour qu’il y ait besoin d’explications auprès de nos élus, c’est soit qu’il y a un vrai déficit de représentants de la société civile dans nos assemblées, soit qu’ils se foutent vraiment de nous (selon la formule de Clemenceau : “quand on veut enterrer un problème, on crée une commission”)…

            Pas grave d’avoir raison ou tort, il faut juste se mettre d’accord sur comment on fait pour changer tout ça… et pour ça, il vaut mieux correctement savoir où se situent les problèmes.


          • G L Le 11 juillet 2013 à 19h31
            Afficher/Masquer

            “Pour qu’il y ait besoin d’explications auprès de nos élus, c’est soit qu’il y a un vrai déficit de représentants de la société civile dans nos assemblées, soit qu’ils se foutent vraiment de nous (selon la formule de Clemenceau : “quand on veut enterrer un problème, on crée une commission”)”

            Les auditions du Sénat sont filmées puis consultées par un nombre inhabituel de citoyens et je ne crois pas que l’équivalent était disponible du temps de Clemenceau. Que les sénateurs nous donnent accès, peut-être sans trop s’en rendre compte mais peu importe, à une critique aussi claire et directe de l’action ou plutôt de l’inaction de l’État est une bonne chose.

            À part ça, de même que je suis à chaque fois surpris de l’importance qu’on attache à l’élection d’un Président de la République dont on sait bien qu’il n’aura pas le pouvoir suffisant pour tenir ses promesses, je ne pense pas que les sénateurs aient les moyens de changer grand chose: c’est un peu comme si les maires de nos communes devaient pour se faire élire promettre de vaincre le chômage ou même seulement de restaurer les services publics du bon vieux temps. La puissance publique n’a probablement jamais disposé du pouvoir nécessaire pour accomplir correctement sa tache mais je crains que la situation se soit sérieusement dégradée depuis quelques dizaines d’années.


            • Incognitototo Le 11 juillet 2013 à 22h21
              Afficher/Masquer

              Tout à fait d’accord, mais qu’est-ce qui s’est réellement dégradé ?… Les structures de la Vième République sont, à peu de chose près, les mêmes depuis 58… et là, on rentre dans un problème de personnalité, parce que c’est pas à un De Gaulle, à qui on aurait fait gober, par exemple, le pacte transatlantique, même avec des menaces à la clef… et en plus, il aurait respecté une décision référendaire, lui…
              Alors, c’est quoi ce fait sociétal qui ne produit plus de dirigeants avec de la testostérone (pour faire grossier), et plus que des toutous arrivistes, complices et soumis ?
              Si, on a une telle défaillance des hommes et des femmes, alors c’est que les structures ne sont plus du tout adaptées à l’exercice du pouvoir…


          • G L Le 12 juillet 2013 à 08h47
            Afficher/Masquer

            En forçant le trait: Hollande et l’Assemblée disposent pour résoudre les problèmes des français de pouvoirs aussi restreints que le maire et le conseil municipal d’une commune pour résoudre ceux des habitants de leur ville ou village.

            Plus sérieusement: pouvoir réel de plus en plus limité sur le budget, impossibilité de fixer les impôts sans sans tenir compte de leurs niveaux chez les voisins et concurrents. Ça peut aller jusqu’à la manière de fabriquer les fromages… Au delà de l’évasion fiscale il y a le fait que les entreprises peuvent se déplacer de plus en plus facilement d’un pays à l’autre et que leur appliquer la loi est impossible sans l’aide des services fiscaux d’autres pays. L’UE peut être vue comme une trop timide et très maladroite solution pour tenter de résoudre ces vrais problèmes.

            Le manque de pouvoir réel pousse tout le monde (y compris malheureusement les partis n’ont pas l’espoir d’arriver au pouvoir rapidement) à éluder les vraies questions lors des élections.


            • Incognitototo Le 12 juillet 2013 à 15h12
              Afficher/Masquer

              Je ne vous suis pas là-dessus, sur cette vision d’un “pouvoir restreint”… Je pourrais vous faire un couplet sur le “quand on veut, on peut”, qui serait déjà une explication en soi ; mais je pense que c’est beaucoup plus profond que ça…

              Nos politiques continuent à réfléchir avec des outils conceptuels des années 70, sans avoir intégré qu’en système ouvert, toute décision se répercute également en dehors du territoire et nous revient en rétro-action annulant dans le meilleur des cas la décision, et dans le pire rendant ses effets contre-productifs…

              Un simple exemple (vous en trouverez de nombreux sur mon blog, notamment ici : http://solutions-politiques.over-blog.com/article-double-contrainte-40-ans-d-accords-internationaux-et-de-lois-qui-rendent-fou-111407861-comments.html ) :
              Nous continuons à réglementer nos productions nationales, sans aucune adaptation au contexte international ou même européen. Parmi bien d’autres, la loi « pollueur-payeur » de 1995 : formidable ! Il fallait bien que cette juste loi (adoptée par l’OCDE en 1972) s’applique enfin, en France. Résultats :
              – les industries les plus polluantes se sont délocalisées dans des pays moins regardants, et nous avons perdu des emplois (et ce mouvement continue),
              – nous importons maintenant ces produits d’ailleurs, et nous creusons doublement nos déficits, par les pertes d’emplois qui nécessitent un traitement social et par notre balance commerciale déficitaire,
              – et surtout en aucune manière, nous n’avons réglé le problème, puisque nous l’avons juste déplacé ailleurs… faisant crever d’autres populations que nous…

              Le minimum du minimum de bon sens aurait voulu que nous interdisions l’importation des produits qui ne respectent pas nos normes de production, ou pour le moins que nous les surtaxions, pour permettre à nos industries de rester concurrentielles sur notre sol en s’adaptant à nos normes… Bé non, rien, nada, encéphalogramme plat de la part de nos politiques qui continuent à prendre des décisions, comme si le monde ne proposait pas des milliers d’alternatives pour s’autoriser ailleurs, ce qui est interdit chez nous…

              Aussi, je ne comprends pas que personne, parmi tous ces gens qui pensent les décisions, ne sache mesurer les conséquences des lois qui sont prises, sans réfléchir en termes systémiques. J’ai parfois du mal à admettre que nous ayons des politiques aussi cons… mais malheureusement, il faut se rendre à l’évidence… et cela n’a donc pas grand-chose à voir avec une paralysie (ou si peu) du pouvoir… et comme le système d’accès au pouvoir est bloqué par ces mêmes imbéciles, on n’est pas sorti de l’auberge…


          • G L Le 12 juillet 2013 à 17h47
            Afficher/Masquer

            Il se pourrait que nous soyons d’accord sur le fond.

            Quand je parle de pouvoir limité c’est “limité géographiquement” et limité vis à vis des personnes morales (par opposition aux personnes physiques, pour lesquelles j’admet facilement qu’elles changent de pays, quitte à s’entendre avec ce pays pour les récupérer si elles ont commis des crimes.)

            Le cas de l’industrie polluante qui va poursuivre ses crimes ailleurs plutôt que de travailler proprement là où était avec l’argument si c’est pas moi un autre ira à ma place est un très bon exemple: si les pays de l’OCDE avaient réellement l’intention de faire appliquer la loi pollueur-payeur ils finiraient par y parvenir mais à condition d’être solidaires au lieu d’être avant tout des concurrents. Il faudrait aussi que dans un nombre suffisant des pays de l’OCDE les écologistes soient dans un rapport de force favorable vis à vis des industries polluantes et des consommateurs qui ne se préoccupent que du prix sinon ça n’a pas de véritable chance de marcher.

            J’ai trouvé l’audition de DSK au Sénat intéressante dans le genre “l’évasion et la fraude fiscale, oui bien sur ils exagèrent, mais constatez que finalement on ne peut pas y faire grand chose.” Conclusion: il n’est pas spécialement con mais, avec beaucoup d’autres, il est dans une logique confortable qui permet de conclure qu’il est la plupart du temps plus raisonnable de laisser faire. Tant qu’ils ne sont pas largement soutenus, ceux qui proposent de ne pas se laisser faire passent dans ce contexte pour des illuminés ou des emmerdeurs (leurs adversaires disposent de plus de moyens qu’eux pour influencer l’opinion.)

            À propos de la fraude fiscale j’ai peur que ceux qui pensent que ça a toujours été comme ça et qu’on y peut pas grand chose, sauf se venger de temps en temps sur ceux qui exagèrent plus que d’autres, soient plus nombreux que ceux qui vont voter pour quelqu’un réellement décidé à régler le problème.


  23. Libre Le 11 juillet 2013 à 19h53
    Afficher/Masquer

    A noter que pourtant la concurrence est là :

    J’ai offert à ma fille un petit portable bien sympathique pour 49€ un Huawei U8350 chez Free
    !
    De plus va arriver enfin des portables libres avec FirefoxOS
    http://www.mozilla.org/fr/firefox/partners/
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Firefox_OS


  24. Macarel Le 11 juillet 2013 à 23h12
    Afficher/Masquer

    La marque à la pomme négrier des temps modernes, voir ce reportage sur son sous-traitant chinois Foxconn:

    http://www.youtube.com/watch?v=gPQXO6UPENw

    vers minute 31.

    Le capitalisme est un système prédateur, qui exploite la misère des populations.

    Croire que l’on peut moraliser le capitalisme, c’est comme croire que les tigres ou les requins pourraient devenir végétariens. Le capitalisme est intrinsèquement antisocial et antiécologique.

    Seules les luttes sociales l’ont rendu plus supportable, mais aujourd’hui le capitalisme mondialisé a trouvé la parade à ces luttes, il met en concurrence tous les pays de la planète dans une course effrénée au moins disant social, fiscal, environnemental.
    Cette course fait exploser les inégalités, et ravage la biosphère, mais ce faisant le capitalisme se détruit aussi. Lorsqu’un prédateur exerce une trop forte pression sur ses proies, sur l’environnement, il finit par ne plus rien avoir à se mettre sous la dent et périt lui aussi.
    Triste consolation, mais enfin…


  25. BA Le 11 juillet 2013 à 23h20
    Afficher/Masquer

    Jeudi 11 juillet 2013 :

    Le Portugal demande le report du prochain examen de la troïka.

    Le gouvernement portugais a demandé jeudi le report fin août, début septembre de la prochaine évaluation des comptes du Portugal par la troïka (UE-FMI-BCE), représentant les créanciers du pays, en raison de la crise politique qu’il traverse.

    La troïka effectue tous les trimestres une évaluation des réformes et des mesures d’austérité mises en oeuvre par le Portugal en échange du plan de sauvetage de 78 milliards d’euros accordé en mai 2011 par l’Union européenne et le Fonds monétaire international. Ce plan d’aide doit prendre fin en juin 2014.

    http://www.romandie.com/news/n/_Le_Portugal_demande_le_report_du_prochain_examen_de_la_troika72110720132242.asp

    Grèce : le chômage à 26,9% en avril.

    Le taux de chômage s’est élevé à 26,9% en avril en Grèce contre 26,8% de la population active en mars, et 23,1% en avril 2012, a annoncé jeudi l’autorité des statistiques grecques Elstat.

    Le nombre de personnes à la recherche d’un emploi s’élevait à 1,33 millions en avril contre 3,63 millions employés.

    Principales victimes du chômage de masse, les jeunes de moins de 26 ans, dont le taux explose à 57,5% en avril, contre 51,4% il y a un an, et 22,3% en avril 2008, il y a cinq ans.

    http://www.romandie.com/news/n/Grece_le_chomage_a_269_en_avril70110720131235.asp


  26. jacqueline Le 11 juillet 2013 à 23h24
    Afficher/Masquer

    @Vincent

    Là vous me parlez d’innovations d’usages. Il faut reconnaitre qu’ Apple a été assez fort pour produire et commercialiser à des prix de “oufs” des gadgets inutiles et les multiplier en les individualisant avec la mobilité. Je leur accorde une certaine innovation au niveau du design, mais derrière il n’y a aucune innovation technologique si on compare à ce que fait Intel et ce qu’ont inventé Sony et Philips pour la musique et la vidéo numérique.

    Désolée , je n’écoute pas des mp3 dans le bus, j’écoute de la musique chez moi sur une chaine HiFi digne de ce nom, et pas très chère car c’est du vintage. En lecteurs de CD , j’ai pratiquement un exemplaire des diverses technos de lecture depuis la première jusqu’aux plus récentes. La concurrence faisait rage pour sortir le meilleur lecteur et là il y avait de l’innovation technologique.

    Pour le CD la techno existait pour les laboratoires et le militaire, mais n’était pas accessible aux particuliers. Or pour développer le CD afin qu’il remplace les vinyles, cette technologie devait être accessible au grand public. Théoriquement ça ne devrait même pas marcher sur un lecteur bas de gamme, mais dès le début il y a vraiment eu de la recherche et de l’innovation pour qu’un CD soit lisible aussi bien sur un appareil haut de gamme que sur une bouse.. Bien entendu on a pas la même qualité de restitution.

    Aujourd’hui place à la musique dématérialisée, avec des technos encore plus performantes et moins chères qu’autrefois, mais ce n’est pas grâce à Apple, c’est grâce à Analog Device et ESS Technology entre autres. Apple ne fait que de la mise en boite.

    Pour se consoler un peu d’être français , il y a de l’innovation dans les deux pôles de recherche Minatec et Minalogic à Grenoble.


  27. Opps' Le 12 juillet 2013 à 00h26
    Afficher/Masquer

    En réponse à une remarque :

    Non ce ne sont pas les riches qui dirigent le monde , mais la richesse elle-même. Il faut saisir la nuance qui n’exempte pas “les riches” d’ailleurs!

    Une autre idée : la notion de marge ou de prix sur un produit précis , n’a au fond plus aucun sens. Pour une entité-entreprise : Ici des profits colossaux , là des pertes abyssales . Hier l’abondance , demain la dèche.

    Il faut donc calibrer sa critique, sans quoi elle patine.


  28. Patrick Luder Le 12 juillet 2013 à 02h30
    Afficher/Masquer

    En France, l’escroquerie, c’est d’acheter un abonnement “prepaid” et de se rendre compte que l’on est obligé de consommer au minimum 10€ par mois, sans quoi l’abonnement est désactivé et le solde perdu. En Suisse, un abonnement “prepaid” est illimité dans le temps, sans aucune obligation de consommer …


  29. sgmsg Le 12 juillet 2013 à 02h31
    Afficher/Masquer

    Hormis que ces marges soit aberrantes.

    Apple la joue tout ce qui a de plus réglo, alors …

    Aucune raison de scinder Apple, Samsung les rattrapent à grand pas.

    Solution simple c’est d’augmenter en France la TVA. Soit Apple vend moins cher pour compenser, soit il perd des parts de marché.

    Pour ce qui est d’emprunter pour payer des dividendes c’est bête à bouffer du foin. Jobs ne l’aurait pas fait, il n’aurait pas donner de dividende, au mieux un rachat d’action.

    Il faut quand manquer d’ouverture d’esprit ne pas savoir quoi faire de cet argent.


  30. jacqueline Le 12 juillet 2013 à 15h43
    Afficher/Masquer
  31. PhildeFer Le 12 juillet 2013 à 18h33
    Afficher/Masquer

    Pourquoi se focaliser sur Apple? TOUS les produits proposés aux consommateurs “moutons” manipulés dès le berceau par les médias (émissions enfantines bourrées de pub et de messages subliminaux…) sont basés sur le même principe du “prix psychologique”.
    Même une simple boite de conserve subit cette terrible règle: amusez vous à comparer les codes fabricants d’une boite de haricots verts “1er prix” (exemple: eco +) et d’une boite de haricots vers “marque distributeur” (exemple “produit repere”… et vous verrez que seule l’étiquette change… avec certes une différence de 30 à 40% pour la marque distributeur: l’étiquette est beaucoup plus valorisante!
    Garez une mercedes classe A à côté d’une dacia sandero bas de gamme et demandez vous qu’est ce qui peut bien justifier que le prix de ces 2 véhicules puisse varier du simple au quadruple!…. ce sont deux caisses en ferraille avec un moteur et 4 pneus…alors pourquoi payer 20000€ en plus pour qqs gadgets et une étoile sur un capot???? la mercedes est plus “agréable” à conduire… la joconde est plus agréable à regarder que la photo d’un zouave…certes…


  32. titus Garfield Le 13 juillet 2013 à 00h46
    Afficher/Masquer

    je suis d’accord avec sgmsg ,de la dette pour pour payer des coupons ,c’est très c.n,
    de meme,des rachats d’actions quand la capitalisation dépasse largement les fonds propres,c’est tout aussi débile puisque vous detruisez le capital à prix fort….
    je pense qu’APPLE va cristalliser la vindicte de tous les Etats à la recherche de bases taxables…et tout leur cash offshore quasi gelé deviendra plus un probleme qu’une force,de plus si l’iwatch est un four,la compagnie n’a pas fini de descendre en Bourse (rappel moins 20% depuis le 1/1/2013 alors que les indices us font des plus hauts…..!!)


Charte de modérations des commentaires