Pierre Larrouturou est économiste, fondateur du Collectif Roosevelt 2012. Il est auteur notamment avec Michel Rocard de La gauche n’a plus droit à l’erreur (Flammarion janvier 2013). Il était invité le 24 juin de la matinale de France Culture, avec Marc Voinchet.

86 réponses à [Vidéo] Pierre Larrouturou sur France Culture

  1. Tom Le 14 juillet 2013 à 07h00
    Afficher/Masquer

    Je serais vraiment surpris que la solution vienne d’un socialiste… Je ne me cache pas et je n’ai pas honte de dire que je vote front national même si je reproche un peu à Marine Le Pen la propagation de l’idée qu’on peut éviter de se prendre la claque qui va faire très male….

    Dans son interview Pierre Larrouturou relève des points intéressant et en apporte des solutions crédible, mais force est de constater que le front national en fait le même constat.

    Pierre Larrouturou parle également du fascisme…. Si fascisme il a ,c’est pas du coté du FN qu’il viendra mais plutôt de celui de l’union européen qui impose à des pays membre des décisions reposant sur aucune légitimité démocratique.

    L’histoire est bonne enseignante et si on s’y intéresse un peu il est simple de constater que le socialisme d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec les grandes années du socialisme d’hier.

    Il est là mon principale reproche… Monsieur Pierre Larrouturou devrait ouvrir les yeux et arrêté de croire à sa propagande et admettre que la seule solution de voir son programme appliqué dans les hautes sphères politique serait de s’allier avec des forces telle que le FN ou encore le mouvement de debout la république présidé par Nicolas Dupont Aignan, son mouvement en gagnerait en crédibilité.


    • Christophe Vieren Le 14 juillet 2013 à 15h05
      Afficher/Masquer

      Un programme de gouvernement ne se limite pas à ce que développe Larouturrou dans cette émission. Il y a bien d’autres VALEURS que Larouturrou, Roosevelt 2012, et même l’aile gauche du PS ne partagent pas avec ni le FN, ni DLR ! Désolé.


      • Pierre-Antoine Le 14 juillet 2013 à 18h43
        Afficher/Masquer

        Quelles valeurs en particulier ?


        • Mat Le 15 juillet 2013 à 23h43
          Afficher/Masquer

          Solidarité, respect de l’autre, non violence, liberté, égalité, …

          Évidemment, toutes ces valeurs ne sont pas appliquées à 100% par le partie socialiste au pouvoir, mais ça reste des valeurs vers lesquels il faut tendre au maximum…

          Et je ne crois pas que le FN soit une meilleure solution pour y parvenir.


          • Pierre-Antoine Le 16 juillet 2013 à 18h32
            Afficher/Masquer

            Ces valeurs ne sont-elles pas universelles ?
            Je pense sincèrement qu’il faut arrêter le vieux couplet moral sur le FN. Ils n’ont jamais rien dirigé, il est impossible de juger…


  2. Vénus-Etoile du Berger Le 14 juillet 2013 à 08h04
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    J’adore les analyses de Paul Krugman. Dans cette vidéo P.Larrouturou cite Paul Krugman.
    J’avais traduit cette analyse de Paul Krugman. Je la partage avec vous. Cordialement.

    Toi aussi, Bernanke ?

    Ben Bernanke et ses collègues de la Réserve Fédérale se sont comportés comme des gens bien, la plupart du temps, lors de cette période économique troublée. Ils ont tenté de relancer l’économie même lorsque tout Washington ou presque semblait soit oublier les chômeurs, soit décider que la meilleure façon de guérir du chômage, c’était d’intensifier les souffrances des sans-emplois.
    L’on pourrait arguer – c’est mon cas – que l’activisme de la Fed, quoique le bienvenu, n’est pas suffisant et qu’elle devrait en faire encore plus. Mais au moins, elle n’a pas perdu de vue ce qui est réellement important.
    Jusqu’à aujourd’hui.
    Dernièrement, la Fed a laissé entendre de plus en plus clairement que plutôt que d’en faire davantage, elle souhaitait en faire de moins en moins et qu’elle était impatiente de commencer à se mettre en retrait, à revenir à une politique économique normale. L’impression que la Fed est fatiguée de faire autant d’efforts est devenue encore plus forte la semaine dernière, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle Bernanke a semblé plutôt content de faire passer le message d’une réduction imminente dans le plan de relance.
    Le souci, c’est que c’est tout à fait le genre de mauvais signal à envoyer étant donné l’état de notre économie actuelle. Nous vivons toujours ce qui pourrait se résumer à une dépression de faible intensité – et les messages négatifs de la Fed réduisent les chances de nous voir sortir de cette dépression rapidement.
    La première chose qu’il nous faut comprendre, c’est à quel point nous restons éloignés du plein emploi quatre ans après la fin officielle de la récession de 2007-2009. Il est vrai que les chiffres du chômage sont en baisse – mais ceci est surtout le reflet du déclin du nombre de gens cherchant activement un emploi, plutôt que l’augmentation des emplois disponibles. Observons par exemple la proportion des adultes ayant un emploi et étant dans leurs années les plus productives (25 à 54 ans) ; ce pourcentage a chuté de 80 à 75% pendant la récession et n’est remonté, depuis, qu’à 76%.
    Au vu de cette triste réalité – en plus d’une inflation très faible – il nous faut nous interroger sur les raisons pour lesquelles la Fed parle de réduire ses efforts pour le bien de l’économie.
    Ceci dit, ce ne sont que des mots, c’est bien ça ? Eh bien oui – mais bien souvent, ce que dit la Fed compte tout autant, si ce n’est plus, que ce qu’elle fait. Cela est inhérent à la relation entre ce que la Fed contrôle plus ou moins directement, à savoir les taux d’intérêt à court terme, et les taux d’intérêt à long terme, qui reflètent les taux à court terme attendus et actuels. Même si la Fed ne touche pas aux taux à court terme maintenant, des déclarations qui vont convaincre les investisseurs que ces taux vont augmenter encore plus très bientôt vont causer une augmentation des taux à long terme. Et parce que les taux de longue durée sont ce qui compte le plus quant aux dépenses privées, cela va affaiblir la croissance et l’emploi.
    Bien entendu, les taux ont monté en flèche depuis que ces idées de mise en retrait ont commencé. Il y a deux mois, le taux d’intérêt sur 10 ans sur les obligations américaines n’était que de 1,7%, tout près d’un taux historiquement bas. Depuis, ce taux est passé à 2,4% – ce qui est toujours bas par rapport à la norme mais, comme je l’ai dit, nous ne vivons pas dans une économie normale. Peut-être que la relance économique continuera et, comme le prédit la Fed, prendra de la vigueur malgré cette augmentation des taux. Mais peut-être que non et dans tous les cas, des taux plus élevés signifieront certainement une relance plus lente que ce qui se serait produit si les responsables de la Fed avaient évité tous ces discours de mise en retrait.
    Les responsables de la Fed comprennent certainement tout cela. Que croient-ils donc faire ?
    Une réponse pourrait être que la Fed s’est doucement rangée à l’avis de ceux qui prétendent que les politiques d’argent facile causent des dommages collatéraux, par exemple en augmentant le risque des bulles. Mais j’espère que ce n’est pas vrai, puisque quels que soient les dommages causés par des taux faibles, ce n’est rien par rapport aux dommages causés par des taux élevés, et le chômage en hausse que cela impliquerait.
    Dans tous les cas, je pense que ce qui se passe réellement est un peu différent : les responsables de la Fed sont, consciemment ou non, en train de répondre à la pression politique. Après tout, depuis que la Fed a commencé sa politique de relance monétaire agressive, elle s’est retrouvée mise en accusation par la droite, en colère, quant au fait qu’elle “dévaluait” le dollar et qu’elle mettait tout en place pour une forte inflation – des accusations qui n’ont jamais été réfutées même si le dollar reste fort et que l’inflation est restée basse. Il est difficile de ne pas penser que les responsables de la Fed, fatigués par ces attaques incessantes, cherchaient une raison de stopper leurs efforts, et ont saisi le prétexte de nouvelles économiques un peu rassurantes.
    Et ils vont peut-être s’en sortir ; peut-être que la relance économique va se renforcer et que tout se finira bien. Mais les taux d’intérêt en hausse rendent cette fin heureuse peu vraisemblable. Et aujourd’hui que tout le monde sait que la Fed est prête à se désengager, il sera difficile de ramener ces taux d’intérêt aux niveaux auxquels ils étaient auparavant. Tout ceci est triste et déprimant, dans les deux sens du terme. La raison fondamentale pour laquelle notre économie est toujours déprimée après toutes ces années, c’est qu’un grand nombre de responsables politiques ont perdu le fil, ont oublié que la création d’emploi était leur tâche la plus urgente. Jusqu’à aujourd’hui, la Fed était une exception ; mais aujourd’hui, elle semble rejoindre ce club. Toi aussi, Ben ?
    Paul Krugman


  3. Julian Le 14 juillet 2013 à 08h34
    Afficher/Masquer

    M. Larrouturou énonce de bien belles et bonnes évidences sur la crise, la croissance, le chômage, l’économie, la démocratie.

    Ma vigilance a failli succomber à cette voix charmeuse, et autant le dire, très sympathique.

    Jusqu’au moment où une autre évidence est venue me réveiller : M Larrouturou gomme toutes les causes initiales de nos maux, exonère toutes les responsabilités historiques dans leur survenue, celle de son bord, le ce-disant Parti socialiste. Comme s’il n’y avait pas d’avantage à tirer les leçons des errements politiques commis.

    Aucune critique des causes et des mécanismes.
    Et d’abord du consentement de tous les partis de gouvernement européens ( le sien fut à la pointe !) aux dogmes néo-libéraux ! Aucune remise en cause , à la lumière de l’expérience acquise , d’un projet d’intégration européen inadapté aux réalités culturelles et économiques (dont l’euro est la triste, et sera bientôt ruineuse illustration).

    M.Larrouturou devrait consacrer un bout de ses vacances à lire et méditer Frédéric Lordon.


    • chris06 Le 14 juillet 2013 à 11h10
      Afficher/Masquer

      Ah ben s’il faut choisir entre P. Larrrouturou (néo-keynesien) et F.Lordon (néo-marxiste), toujours plus d’Etat, d’interventionnisme et de socialisation de l’économie, voilà ce qu’ils nous proposent à des degrés divers.

      Les dogmes néo-“libéraux” dites vous? Qu’on ils de libéral quand les dépenses des administrations publiques n’ont cessé d’augmenter dans ce pays sur les cinquante dernières années et que l’économie française n’a jamais été aussi dépendante des privilèges distribués par l’Etat et qu’on a mis en place un système monétaire aberrant qui permet aux banques centrales de manipuler les taux d’intérêts sans cesse à la baisse, bien en deçà de ce qu’ils auraient été si on avait laissé les marchés libres les déterminer et dont le résultat à été la fabrication d’une fausse croissance par l’endettement accéléré (public et privé) dans la plupart des pays développés (sauf l’Allemagne) et la fabrication de bulles immobilières. Ou le bail out systématique des banques privées, c’est à dire tout le contraire du libéralisme classique qui est basé sur le mécanisme fondamental de la destruction créatrice que nos Etats s’évertuent à bloquer par tous les moyens en sauvant à n’importe quel prix des banques et des entreprises privées qui auraient du depuis longtemps faire faillite pour laisser place à de nouvelles entreprises plus adaptées à la réalité du monde du XXIeme siècle . Sans parler de toutes les politiques interventionnistes des banquiers centraux visant à manipuler les taux de changes, comme le font des pays aussi divers que la Suisse ou la Chine.

      Nous ne sommes pas du tout d’accord sur les causes fondamentales et les mécanismes, l’économie-politique en est au stade de la médecine au temps de Molière avec un malade et dix soi-disant médecins et dix diagnostics différents.

      Ce sont les idées qui mènent le monde et de cette bataille des idées qui est entrain d’avoir lieu au niveau mondial sortira de nouveau une idéologie dominante, comme maintes fois par le passé et je suis à peu près certain que ce ne sont pas les idées de Lordon, très circonscrites à un microcosme franco-français de la gauche de la gauche qui s’imposeront.

      Mais bon, je suis avant tout pour la liberté d’expression et le foisonnement d’idées contradictoires et rien ne peut vous empêcher de penser que ce ont les idées et les analyses de Lordon qui sont les plus justes. On a le droit de ne pas être d’accord.


      • Suricat Le 14 juillet 2013 à 11h28
        Afficher/Masquer

        C’est quand même dingue qu’après le Tsunami Lehman Brothers, il y ai encore des gens qui pensent qu’on peut laisser les choses telles quelles et laisser les banques faire faillite au nom du libéralisme pour voir ce qui en ressortira.

        En 1929, ils ont d’abord attendu sans rien faire pour voir le marché se réguler tout seul.

        Résultat : une dépression majeur qui se terminera par la guerre.

        Les marchés sont biaisés, c’est un fait. Il faut partir de ce constat. Il faut d’abord séparer complètement banques de dépôt et de marché pour diminuer l’importance de la spéculation. Essayer de mettre de l’ordre dans tout ce marché mené par des banques aux lobbys incroyablement puissants qui dirigent les politiques. Il faut mettre à terre les paradis fiscaux qui pompent le fric des nations. Découper les multinationales qui ont des statuts monopolistiques.

        Sans mettre de l’ordre au préalable dans tout ça, dire qu’il faut laisser faire le marché, c’est se diriger vers une dépression majeur et sans doute vers la guerre. Alors oui, après que la misère sera la règle, que l’économie sera détruite et après des millions de morts. Oui, le marché pourra peut être se remettre à fonctionner comme il faut… pour un temps. Mais attention à la destruction créatrice, il faut bien savoir quel sera le volume de cette destruction dans l’économie mondialisée d’aujourd’hui.

        En vérité, aucun politique n’est prêt à assumer une destruction créatrice qui impliquerai une dépression économique majeur et probablement une guerre. Alors le libéralisme parfait ne sera jamais appliqué, tout comme le communisme parfait ne sera jamais appliqué, et c’est tant mieux…


        • patrice Le 14 juillet 2013 à 12h03
          Afficher/Masquer

          Séparer banques de dépôts et de marché : Oui, il faut !

          Ajoutons y la séparation par d’autres types d’activités : bancaire et assurance.
          Ajoutons y la nature des types d’activités : Assurance vie , assurance immo, Assurance RC , Assurance RCP, etc …

          Ajoutons y la saisie de tous les Ets qui ne pourront s’y soumettre … Et celles qui ne pourront y survivre !

          Solutions partielles ? Certes ! Toutefois, solutions partielles !


        • chris06 Le 14 juillet 2013 à 12h31
          Afficher/Masquer

          @Suricat,

          s’il y a au moins un point sur lequel les libéraux classiques et les gens comme Lordon sont d’accord c’est qu’il aurait mieux valu procéder à la liquidation judiciaire des banques qui auraient du faire faillite que de procéder à un bail out systématique sauvant aux frais du contribuable les actionnaires et les créanciers obligataires de ces mêmes banques.

          Les libéraux classiques et Lordon diffèrent sur les méthodes qu’il aurait fallu employer pour procéder à cette restructuration du système bancaire et à l’élimination des actifs toxiques, mais ils sont au moins d’accord sur le fait que maintenir à tout prix des banques zombies aux frais du contribuable et maintenir les peuples en otage de ces banques est la pire des solutions.

          Quand vous dites que c’est un fait que les marchés libres sont biaisés, je me demande bien sur quoi repose cette affirmation alors que les marchés des taux d’intérêts, qui sont à la base de tous les prix de marché, actions, obligations, matières premières, sont tout sauf des marchés libres puisque tout le monde sait que dans le système prédominant depuis 1971 ce sont en fait les banques centrales qui déterminent les taux (courts, moyens et longs) et non pas les marchés libres. Vous pouvez vous reporter aux multiples études faites par les néo-chartalistes à ce sujet qui prouvent cela.


          • Suricat Le 14 juillet 2013 à 13h22
            Afficher/Masquer

            Oui, cela dépend ce qu’on entend par laisser les banques faire faillite. Lordon est pour un rachat des banques défaillantes par l’Etat pour 1 euro symbolique et je suis tout à fait d’accord avec ça. Il dit aussi qu’il y avait une nécessité impérieuse de sauver les banques (pas les actionnaires).
            Cf : http://www.youtube.com/watch?v=jlh8rHR5f7Y

            Ce que je dis, c’est que comme vous dîtes, les marchés libres et non biaisés n’existent pas et n’existeront jamais. Croire que les politiques vont un jour laisser les marchés s’écrouler pour laisser faire la destruction création, c’est faire fi de la nature humaine, du carriérisme des politiciens, des lobbys en tout genre, bref de la réalité.

            Il est toujours possible de se masturber le cerveau avec des théories purement libérales qui n’existeront jamais, mais elles resteront à l’état de théorie, et il est temps aujourd’hui de parler de concret si l’on veut s’en sortir le mieux possible…


          • chris06 Le 14 juillet 2013 à 16h45
            Afficher/Masquer

            Lordon est pour un rachat des banques défaillantes par l’Etat pour 1 euro symbolique et je suis tout à fait d’accord avec ça.

            si le fait de nationaliser les banques permettait d’éviter les erreurs de gestion et les décisions d’investissement malencontreuses, ça se saurait.

            Je préfère nettement la solution de liquidation judiciaire sous contrôle de l’Etat préconisée par un certain nombre d’économistes (dont certains au FMI), qui a beaucoup plus de chances de voir le jour que les solutions néo-marxistes de crédit socialisé de Lordon.

            Ce que je dis, c’est que comme vous dîtes, les marchés libres et non biaisés n’existent pas et n’existeront jamais.

            ben ils ne peuvent pas exister dans un système monétaire et bancaire où les fondements des mécanismes de détermination des prix, les taux d’intérêts et les taux de changes, ne sont pas laissés aux marchés libres.

            Mais c’est évident, n’est ce pas? Si on fait tout pour que les marchés libres ne puissent pas être efficaces, il ne faut pas s’étonner pour qu’ils ne soient pas efficaces.

            Maintenant, vous affirmez que cela ne pourra jamais exister, pourquoi?

            il est temps aujourd’hui de parler de concret si l’on veut s’en sortir le mieux possible

            mettre en place un système monétaire et bancaire digne de ce nom tel que proposé en son temps par des économistes de renom tel que Irving Fisher ou Maurice Allais est quelque chose de très concret et pratiquement implémentable.


          • Amsterdammer Le 14 juillet 2013 à 18h40
            Afficher/Masquer

            Les marchés financiers libres, cela n’existe pas, n’a jamais existé et ne peut exister durablement, car libéraliser conduit invariablement et dans les plus brefs délais aux distorsions, manipulations, monopoles et en définitive à la catastrophe.

            Il ne peut exister de marchés que régulés, tout comme il ne peut exister de capitalisme sans Etat régulateur. Le marché libre est une vue de l’esprit tout autant que l’égalité parfaite.

            Rien n’est plus nuisible que les utopistes au pouvoir. C’est le cas aujourd’hui avec les sectateurs du marché libre, qui occupent tous les postes de décision, les chaires universitaires, etc…


      • Julian Le 14 juillet 2013 à 11h47
        Afficher/Masquer

        Chriso6.
        Les dogmes que ” l’Internationale financière ” a imposés (aux États) et mis en œuvre depuis le début des années 80 n’ont bien entendu que peu à connaitre avec le “libéralisme” que vous caractérisez fort bien.
        C’est pourquoi j’écris néo-libéralisme.

        Votre conclusion est cohérente. Mais elle implique une croyance : celle en l’auto-régulation.
        A quoi je n’adhère pas, en scrutant l’Histoire longue, qui n’en donne que bien peu d’exemples.

        Comme toujours, ne sont-ce pas de nouveaux équilibres qu’il faudrait viser ?
        Entre libéralisme définanciarisé et régulation ?


        • chris06 Le 14 juillet 2013 à 13h12
          Afficher/Masquer

          Il ne peut pas y avoir d’auto-régulation des marchés quand on met en place un système monétaire et bancaire aberrant qui permet la croissance accélérée des dettes publiques et privées à un rythme trois fois plus rapide que celui des richesses réelles et que les taux d’intérêts sont contrôlés par les banques centrales et non déterminés par les marchés libres.

          Si on avait mis en place un système monétaire et bancaire digne de ce nom, à savoir à 100% de réserves où la banque centrale contrôle l’intégralité de la masse monétaire à un rythme strictement égal à l’augmentation de la richesse réelle et où les taux d’intérêts sont déterminés par les forces du marché et pas par la banque centrale, on aurait pu vérifier que les marchés libres sont autrement plus efficaces dans la détermination des prix que l’interventionnisme étatique .


          • Christophe Vieren Le 14 juillet 2013 à 15h16
            Afficher/Masquer

            @chris : et comment fais-tu pour contrôler “l’intégralité de la masse monétaire à un rythme strictement égal à l’augmentation de la richesse réelle ” ? Car cela ne sous entend-t-il pas qu’il faille évaluer la richesse à l’aune d’une monnaie dont la valeur dépend justement de la quantité émise ? Crois-tu réellement que le PIB représente la réelle richesse d’un pays ? Si c’était le cas pourquoi devrait-on calculer le PIB-PPA ? Ta solution se mord la queue également et seule la POLITIQUE (au sens noble) peut déterminer la juste quantité. La monnaie ne sert pas qu’à évaluer le prix des produits, et pour cause


          • chris06 Le 14 juillet 2013 à 16h22
            Afficher/Masquer

            Déjà si on commençait par le faire par rapport au pib ça serait un bon début, ça éviterait d’avoir une masse monétaire et un niveau d’endettement qui croit trois fois plus vite que le pib.

            Le pib n’est pas une mesure parfaite de la richesse créée, surtout quand une partie de cette richesse n’est pas due aux gains de productivité mais uniquement virtuelle due à une augmentation artificielle du prix des logements consécutives à l’endettement accéléré, mais ce n’est pas une raison pour laisser croître la masse monétaire à un rythme bien plus rapide que le pib.

            A moins évidemment que tu ne penses que ça soit une bonne chose que la masse monétaire ait cru de l’ordre de 10%/an tandis que le pib croissait moins de trois fois moins vite?


      • Hajik Le 14 juillet 2013 à 12h06
        Afficher/Masquer

        Sans endettement nos salaires auraient rejoint ceux des chinois depuis longtemps. Comme leurs salaires ne peuvent pas augmenter, lié à des limites physique terrestre, c’est les nôtres qui doivent baisser.

        Mais bon tout cela les libéraux n’en ont rien à faire puisqu’ils ne subissent pas la concurrence en bas de l’échelle.


        • chris06 Le 14 juillet 2013 à 12h50
          Afficher/Masquer

          La croissance de l’endettement privatif n’a pas augmenté le pouvoir d’achat des salaires, bien au contraire, puisqu’il n’a fait qu’augmenter le prix relatif des actifs du capital (immobilier résidentiel et commercial, actions, etc…) par rapport aux salaires.

          Prière d’expliquer en quoi, sans endettement accéléré, les salaires français auraient rejoint ceux des chinois depuis longtemps? Pour info, les dettes ne sont pas des salaires.


          • Hajik Le 14 juillet 2013 à 14h59
            Afficher/Masquer

            Car les uns n’ont plus de travail et doivent s’aligner sur les moins cher ? L’endettement à ralenti ce processus mais certes, la chute n’en sera que plus grande. Personnellement je ne vois pas d’issue avec 7 milliards d’individus.

            D’ailleurs Barroso en avait parlé très clairement de ce processus d’alignement des salaires dans une vidéo que je n’arrive plus à retrouver, il compte sur la concurrence inter-pays pour que l’alignement des salaires Européen soient effectif dans un futur proche sans intervention du politique (je vais essayer de retrouver cette vidéo).

            Ps: c’est juste après avoir visionné cette vidéo que je suis devenu un nationaliste convaincu


          • chris06 Le 14 juillet 2013 à 16h14
            Afficher/Masquer

            @Hajik,

            ben si un ouvrier français fait exactement le même travail, avec la même qualité, qu’un ouvrier chinois, au final , il n’y a pas de raison que les salaires (en parités de pouvoir d’achat) soient très différents.

            Mais je ne vois pas ce que l’endettement vient faire dans le niveau des salaires, à part donner l’illusion à celui qui s’endette d’un niveau de vie supérieur tant qu’il peut continuer à s’endetter plus?


      • Casquette Le 14 juillet 2013 à 14h23
        Afficher/Masquer

        C’est vrai que ce système économique n’est pas libéral ni même néolibéral mais il n’est pas marxiste ou keynésien pour autant , à moins que le détournement des fonds publics à des fins privées fasse parti des préconisations marxistes et keynésiennes…
        On continue de raisonner avec de vieux schémas , à plus forte raison puisqu’ils contiennent encore certains principes véhiculés par les théories néoclassiques et néolibérales…
        Seulement la dérive oligarchique du système capitaliste financiarisé , grandement aidée il faut l’avouer par les errements de la haute fonction publique , ne répond à aucune théorie économique et politique clairement formulée.

        Vous pouvez toujours désigner cette nouvelle espèce non répertoriée “étatisme” , il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un étatisme qui affaiblît continuellement les prérogatives de l’Etat en matière de régulation commerciale et financière.
        Tout en s’attachant également à accélérer la privatisation et la revente de ses biens depuis une quinzaine d’années.


        • chris06 Le 14 juillet 2013 à 14h54
          Afficher/Masquer

          je le qualifierait plutôt de néo-féodal puisqu’il permet la collusion sans cesse croissante entre les politiques et les milieux d’affaires.

          La cause fondamentale de ce néo-féodalisme est selon moi, la mise en place d’un système monétaire et bancaire aberrant qui a rendu possible la croissance de l’endettement public et privé à un rythme trois fois plus rapide que la croissance des richesses réelles.

          On a tout faux.

          La croissance de la masse monétaire doit être strictement contrôlée par les banques centrales au rythme de la production de richesses réelles, or c’est impossible dans le système à réserves fractionnaires où ce sont les banques privées qui déterminent la masse monétaire. S’il y a bien une chose qui doit être un “bien public” c’est le système de paiement, c’est à dire la monnaie sous toutes ses formes. Seul un système à 100% de réserves permet de garantir que la quantité de monnaie et le système de paiement soient contrôlés intégralement par les banques centrales.

          Les taux d’intérêts et les taux de changes, fondements du mécanisme de détermination des prix, doivent être déterminés par les marchés libres, or dans le système actuel ce sont les banques centrales qui les déterminent.

          Pas étonnant qu’on ai un système qui marche sur la tête.


        • chris06 Le 14 juillet 2013 à 15h17
          Afficher/Masquer

          J’ajoute enfin que si on veut enfin mettre en place un système monétaire et bancaire digne de ce nom pour le XXIeme siècle, il se doit de permettre la traçabilité de TOUTES les transactions de paiement par un identifiant unique répertoriant émetteur, récepteur, date et montant de la transaction. Dans cet age d’internet et des transactions électroniques, il n’y a rien de plus facile à mettre en place techniquement parlant si on voulait s’en donner la peine. Ceci sous entend l’élimination progressive de tous les moyens de paiement opaques (cash, trust accounts, etc…) et la généralisation des porte-monnaies électroniques.

          C’est à dire un système de paiement électronique transparent, bien public fondamental entièrement géré et contrôlé par les banques centrales (et pas par les Etats ni les banques privées), condition essentielle de la démocratie et d’un système de prix de marchés réellement efficace.


          • Amsterdammer Le 14 juillet 2013 à 18h51
            Afficher/Masquer

            L’élimination du cash, c’est un pas de plus vers la société totalitaire, dans laquelle tous nos faits et gestes sont enregistrés.

            Sachant que les tenants du pouvoir ne sont pas des démocrates mais des chargés d’affaires du 1%.

            C’est ça que vous voulez, que nous soyons tous irrémédiablement livrés, pieds et poings liés, aux sociopathes qui exploitent l’humanité?!


          • Kal Le 15 juillet 2013 à 09h58
            Afficher/Masquer

            En ce qui me concerne, c’est une vision de cauchemar … :p

            Mais j’aimerais quand même comprendre. Vous proposez de laisser la gestion et le contrôle aux banques centrales. J’imagine qu’elles exerceront également la fonction de big brother financier ?
            Comment s’assurer que ce pouvoir quasi absolu reste au service du peuple ? Comment s’exercerait le contrôle démocratique ?


      • Rycochet Le 18 juillet 2013 à 17h22
        Afficher/Masquer

        “Dix médecins et dix diagnostics différents”

        Dans cecas, le votre est-il un des dix ou le onzième et le seul valable?
        Qu’est-ce qui doit emporter notre conviction que vous ne vous trompez pas tout comme les autres?

        Le libéralisme intégral, à la pureté adamantine, que vous appelez de vos voeux est comme une mécanique céleste que rien ne doit venir troubler et qui alors fonctionne dans une harmonie totale et imperturbable.
        Cette théorie, car ce n’est qu’une théorie, n’est-ce pas? est fascinante… sur le papier.
        Existe-t-il un exemple historique de son application par un pays?


    • cording Le 14 juillet 2013 à 12h04
      Afficher/Masquer

      Jacques Sapir et Emmanuel Todd, aussi!


  4. Lisztfr Le 14 juillet 2013 à 11h10
    Afficher/Masquer

    A 24 mn. Larrouturou n’a pas la solution car il n’y en a pas, du moins à l’intérieur du capitalisme. Il n’ a pas de théorie non plus, ce qui ne l’empêche pas de dormir.

    Il semble comme un évangéliste apporter la bonne nouvelle, mais il se leurre.

    “Il faut inventer la justice sociale sans avoir de croissance”

    Non, il faut inventer la justice sociale dans un système qui s’effondre.

    “On peut sortir de la récession”

    Non. Il n’y a pas de croissance possible à cause de l’impraticabilité de la loi des débouchés de Say : toute croissance est à crédit, sans le crédit vous n’avez même pas la liquidité nécessaire à une croissance !

    Il n’y a chez L aucune compréhension du crédit, de sa nature, de la nécessité éventuellement de le remplacer par des mécanismes de substitution, etc. C’est l’ignorance qui rend optimiste.

    “On peut créer 2 millions d’emplois avec une croissance faible”.
    Promesse à minima, honteuse, cette utopie au rabais est indigne.

    Beaucoup de baratin :

    Croire que la croissance va rester faible est optimiste, je rappelle qu’il y a eu 1929 ! Donc l’hypothèse pour moi c’est que nous allons vers une crise économique de cette nature, et L est loin du compte !

    Ces gens n’ont aucune culture ni philosophique, ni épistémologique, ni économique. Ont ils jamais lu Keynes ou Galbraith, on se le demande. Le problème n’est même pas complexe, ce qui me sidère c’est la quantité d’incompétence qui sévit en économie. Je ne sais pas, Say, c’est un auteur d’économie où… ? non ? Ah bien si Ah bien mince alors, et Larrouturou l’a-t-il lu ? Ah bien non, c’est un auteur libéral, Ah…et comme L est socialiste, il ne va pas s’intéresser à un auteur libéral, Ah.. voilà.

    J.B. Say : Vous avez gagné 100$, vous les avez soustraits au marché. Vous devez les rendre intégralement seule condition pour que le système fonctionne.

    Sinon, prenez le personnel d’une usine, aucun personnel ne peut consommer ce qu’il a produit ! AUCUN ! Le système est depuis toujours à tous les étages, en crise de surproduction, par rapport à sa demande solvable, ceci va en s’aggravant avec la productivité ! Jamais les emplois ne reviendront. Je n’ai pas besoin d’observer la réalité pour le savoir, je le sais néanmoins plus sûrement que 2 + 2 = 4 parce que je le déduis de la théorie.


    • dadone Le 14 juillet 2013 à 11h38
      Afficher/Masquer

      J.B. Say : Vous avez gagné 100$, vous les avez soustraits au marché. Vous devez les rendre intégralement seule condition pour que le système fonctionne.

      Cette assertion est inexacte si la monnaie est fondante.
      Si j’ai 100 € et qu’au bout de X années cette somme n’offre plus qu’un pourvoir d’achat de 50 €, j’ai bien rendu au système 50.
      Donc pour que le système fonctionne il faut que non seulement que l’argent ne puisse pas rapporter de l’argent mais que l’argent comme n’importe quel bien se dévalorise.
      Mais même ainsi il faut d’autres garde fous, voir : http://www.lois-economiques.fr/Wiki-lois-economiques/mediawiki-1.20.5/index.php?title=R%C3%A8gles_d%27optimisation_%C3%A9conomiques


      • Lisztfr Le 14 juillet 2013 à 20h51
        Afficher/Masquer

        Vous ne les avez pas rendu…. en valeur, mais pas en nominal.

        Je me contente de reprendre Say, et Keynes qui lui a très bien vu l’importance de cette question. Si vous ne me croyez pas, je pense que Keynes saurait vous convaincre, ce sont les keynésiens qui ont le mieux compris la crise de 29 (Galbraith)

        Vous avez gagné 100$, si vous en épargnez une partie, rien que techniquement vous retirez de la liquidité au marché. C’est ce que dit Keynes.

        Maintenant, la crise de surproduction est irrémédiable, du point de vue comptable et matériel. Comptable, cf Say : le salaire du personnel d’une entreprise ne permet jamais de racheter sa production, à cause du profit, et de l’épargne. Matériellement à cause de la productivité, idem. et donc il y a toujours et partout, surproduction par rapport au marché solvable.

        Donc moi je suis très pessimiste…

        Ne pas croire que ça dure toujours. La productivité est le facteur d’évolution, ce qui produit l’évolution (marxiste) de l’économie (matérialisme historique), face à quoi aucune théorie des cycles ne garantit l’avenir.


    • Christophe Vieren Le 14 juillet 2013 à 15h38
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas parce qu’un économiste ne fait pas référence à d’autres économistes qu’il ne les a pas lus. Je ne connais pas personnellement Larrouturou, mais comme la plupart des (macro-économistes) universitaires leur connaissances des “grands” auteurs économiques est probablement aussi grande que la vôtre, voire beaucoup plus. En revanche, dans certaines écoles de commerce, d’économie, de management, de finance, . . . il y a (vait ?) une impasse total sur certains auteurs tels que Marx. Au point d’ailleurs qu’une pétition avait été initié il y a quelques années par des étudiants soutenus par des enseignants de ces écoles.


      • Lisztfr Le 14 juillet 2013 à 20h41
        Afficher/Masquer

        A court terme il y aurait des solutions, mais à moyen terme…. La crise de la surproduction, je ne vois pas comment l’éviter.

        Donc ce n’est pas inutile ce que proposent Larrouturou, la séparation des banques etc, la sortie de l’euro (Sapir). mais ça n’évitera pas le crash final.


    • Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 02h28
      Afficher/Masquer

      “toute croissance est à crédit, sans le crédit vous n’avez même pas la liquidité nécessaire à une croissance” => c’est FAUX

      Une entreprise viable doit réaliser du cash-flow, Une entreprise qui ne marche que par le crédit est vouée à l’échec et à la faillite, que cette entreprise soit en croissance ou pas. Un crédit ne peut être que momentané et pouvoir être remboursé rapidement. Un crédit doit être une exception et non la règle, parfois nécessaire pour un investissement particulier ou pour passer un mauvais cap. Tout crédit durable et non remboursable conduit à l’échec et à la faillite, avec ou sans croissance.

      Il en va de même pour un Etat, un endettement non remboursable ne peut conduire qu’à la faillite … et comme un état ne peut pas faire faillite (ne peut pas s’arrêter), les endettements non remboursables des Etats seront simplement non remboursés, les Etats feront donc défaut sur leurs dettes, soit de manière directe (Grèce ou Chypre), soit par inflation, mais comme l’inflation économique ne peut pas être forcée (surchauffe des prix face à une trop forte demande), mais comme une inflation monétaire (taux de change artificiels) ne se fait pas sans contre-partie (balance économique), il ne reste au final que le défaut sur la dette … Il ne faut pas perdre de vue non plus, qu’une monnaie fabriquée de toute pièces sans limite et sans contre-partie, retournera inévitablement à sa valeur réelle => c’est à dire zéro, dés lors qu’elle n’est plus crédible ni utilisée …


  5. jacqueline Le 14 juillet 2013 à 11h36
    Afficher/Masquer

    Mail reçu le 17 juin:

    Trois jours de jeûne
    devant l’Assemblée nationale

    A 4 jours de la Conférence sociale, Pierre Larrouturou et des militants du collectif Roosevelt ont entamé ce lundi un jeûne de trois jours devant l’Assemblée nationale. Leur objectif est double : alerter et rassembler.

    Nous sommes tous convaincus que nous ne vivons pas une banale récession mais bien une crise de civilisation qui peut conduire à la barbarie si nos dirigeants continuent à laisser pourrir la situation. Mais comment provoquer un sursaut ? Comment provoquer “l’insurrection des consciences” dont parlaient Edgar Morin et Stéphane Hessel lors de la création du collectif ?

    Certes, notre action permet de faire avancer nos idées : depuis un an, ensemble, nous ne ménageons pas notre énergie. Tous, à notre mesure, nous avons participé à la diffusion des propositions du collectif, que ce soit auprès de nos proches, de nos élus, en tractant, en organisant des réunions, en manifestant, etc. Chaque mois des groupes locaux se constituent dans toute la France et en Europe. Depuis plus d’un mois, nous sommes devant l’Assemblée nationale tous les mardis et chaque semaine, des dizaines de citoyens et quelques “leaders d’opinion” découvrent nos idées… Pas de doute, nos idées avancent. Mais elles n’avancent pas assez vite et surtout, pour le moment, le gouvernement et les partenaires sociaux nous ignorent !

    Pour alerter le plus grand nombre, pour mettre un maximum de lumière sur nos idées, trois membres du collectif ont donc entamé ce lundi un jeûne d’alerte et d’interpellation devant l’Assemblée nationale. A quelques jours de l’ouverture de la conférence sociale des 20 et 21 juin, ils demandent instamment aux partenaires sociaux et aux parlementaires de regarder la vérité en face et d’avoir le courage de débattre sans délai de ces solutions.

    La suite : http://us2.campaign-archive2.com/?u=4d87c97797d244630f6bb3382&id=f812859a87&e=1c94edd80a

    Vous en avez entendu parler ?

    Et dire que Jean Marc Blayrault fait partie de ce collectif ! Il est là pour les endormir ?


    • Julian Le 14 juillet 2013 à 14h34
      Afficher/Masquer

      @ Jacqueline

      Ce jeûne est une initiative sans nul doute très digne et respectable.

      Mais Roosevelt 2012 n’est pas crédible.

      Là est le problème, celui de la crédibilité, et nos concitoyens sont moins dupes que la caste politique ne les imagine en général.

      Beaucoup de nos concitoyens savent que Michel Rocard, et tous les hiérarques de la la rue de Solférino qui honorent “Roosevelt” de leur présence, votre “Blayrault” en tête, SONT, DEPUIS 40 ANS, LES ACTEURS DU FIASCO !

      Ils ont voté, approuvé, encouragé tous les dessaisissements de pouvoirs au profit de la technocratie, des lobbys, des banques etc.

      Ils ont voté approuvé, encouragé tous les Traités européens fumeux, et on le constate, désastreux, fondés sur la “croyance” en une homogénéité des peuples d’Europe… ce que des hommes aussi avisés que Mendés-France et de Gaulle ont toujours contesté.

      M. Larrouturrou est certes un homme plein d’enthousiasme et chaleureux. Mais il n’est pas crédible.
      Son action, dans le sillage du PS, ne peut pas créer d’effet d’entrainement.


    • Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 02h34
      Afficher/Masquer

      @jacqueline courageux mais surtout inutile … sauf guerre civile, aucune décision politique ne sera jamais prise sur la base de telles actions. Ces actions pourraient être utiles lors de votations populaires, mais pas dans un système élitiste.


  6. FL Le 14 juillet 2013 à 11h40
    Afficher/Masquer

    Certes P. Larrouturou nous parle avec conviction, sincérité et compétence, il indique des voies de sortie et finalement, il est assez proche dans son analyse et ses solutions, de tous ceux qui de bonne foi remette en cause ce désastreux détournement du système mis en place après guerre par l’avidité des “1 %”.
    Quant à Brice Couturier, il défend ces 1% fougueusement, stupidement, par bêtise je crois et c’est affligent, comme tous les matins que le bon dieu fait, comme disait ma grand mère.

    Je me demande s’il est opportun de ce référer pour nous Français à Roosevelt quand on sait dans quelle estime il tenait notre pays et son glorieux représentant…
    Cette observation me conduit à penser qu’en 1945 la France était dans état incroyable de délabrement autant matériel que moral et que nos aïeux d’alors ont œuvré de grès ou de force mais tous ensembles à la reconstruire et avec quel bonheur.


    • Julian Le 14 juillet 2013 à 14h59
      Afficher/Masquer

      @ FL.
      Vous pointez du doigt un vrai sujet.

      Roosevelt méprisait notre pays.

      Il a cherché à humilier de Gaulle plus qu’à son tour pendant la guerre. Il lui vouait plus que du mépris : une sorte de répulsion aveugle.

      Il a maintenu un ambassadeur auprès de son cher Pétain…jusqu’à l’invasion de la zone Sud par les allemands en novembre 42 !

      Il a fait fabriquer une fausse monnaie pour la Libération de la France, que seule la légitimation sur le terrain par le peuple français du pouvoir “gaulliste” dans l’été 44 a pu contrecarrer.

      Il avait même prévu un Gouvernement de Libération à sa botte et solliciter pour cela un des plus contestables politiciens de la 3ème République, Édouard Herriot !

      Il a fait financer maints mouvements nationalistes dans nos colonies, ce qui a contribué à compromettre la mise en œuvre du Discours de Brazzaville qui dessinait une perspective d’évolution interne pacifique dans les pays de l’Empire, étape vers une décolonisation “douce”.

      Oui. Il faut avoir une mentalité de carpettes atlantistes pour avoir choisi le nom de “Roosevelt 2012”.


      • Christophe Vieren Le 14 juillet 2013 à 15h42
        Afficher/Masquer

        En appelant le collectif Roosevelt2012, ce n’était pas en référence à l’Homme mais à celui qui fit les réformes qui menèrent au New deal. Pour la politique extérieure, je rappelle qu’en France seul le parti communiste était pour la décolonisation de tous les colonies, y compris l’Algérie. Faut-il pour autant rejeter toutes les idées issues des autres mouvances politiques (qu’elles aient changé de nom ou pas) car colonialiste ?


        • Julian Le 14 juillet 2013 à 16h27
          Afficher/Masquer

          “Clémenceau 2012” , ça aurait eu de la gueule, non ?

          Car nous sommes en guerre M. Vieren !

          Une guerre sans morts apparents comme l’a dit Mitterrand dans un de ses rares moments de lucidité, mais une guerre à mort…avec l’Amérique.


          • chris06 Le 14 juillet 2013 à 16h57
            Afficher/Masquer

            “Clémenceau 2012″ , ça aurait eu de la gueule, non ?

            Clémenceau, celui qui a insisté pour que l’Allemagne paie des dommages de guerre considérables lors du traité de Versailles et grâce à qui on a eu droit à une deuxième guerre mondiale moins de trente années plus tard.? Pourtant Keynes et von Mises avaient tous deux prévenus que c’était une erreur monumentale

            Heureusement que Roosevelt, Churchill et de Gaulle n’ont pas refait la même erreur à la suite de la deuxième guerre mondiale.

            Ah oui, c’est sûr, Clémenceau c’est le genre de grands visionnaires qu’il s’agit d’émuler!


          • Casquette Le 14 juillet 2013 à 17h32
            Afficher/Masquer

            @Chris

            Bien qu’admirateur du personnage ,je trouve que c’est l’épisode le moins reluisant de sa longue carrière…
            Mais puisqu’il est question d’irresponsabilité dénonçons aussi celle des personnes qui , en 2013, au gouvernement , dans les médias , dans les instances inter/supranationales et dans les institutions financières, font pression sur les Etats pour qu’ils remboursent ces dettes contractées dans cette guerre économique généralisée qu’est devenue la mondialisation.


    • Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 02h43
      Afficher/Masquer

      @FL

      Eh oui, ce sont les guerres mondiales qui ont sortis les années 1900 de la révolution industrielle, crise massive des emplois perdus par une industrie devenue mécanisée, en changeant le mode de fonctionnement de nos sociétés.

      Et les crises d’aujourd’hui sont d’une même nature, perte massive des emplois face à une industrialisation toujours plus poussée de tous nos biens de consommation => et la sortie de nos actuelles crises ne se fera également que par un changement de fonctionnement de nos sociétés => de gré ou de force.


  7. fatalitas Le 14 juillet 2013 à 14h52
    Afficher/Masquer

    M’enfin, il est complètement inutile de continuer à disserter.
    Notre grand Mamamouchi vient de le dire:
    “La reprise économique est la”.
    Fermez le ban


    • Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 02h46
      Afficher/Masquer

      Tiens, j’avais cru un moment que F. Hollande parlait totalement dans le vide … manifestement il y a encore des incorrigibles qui l’écoute encore ;o)


      • fatalitas Le 15 juillet 2013 à 07h41
        Afficher/Masquer

        Hello Patrick,

        meuh non, rassurez-vous, je n’écoute en aucun cas M’holland’ouille (sans son triple A).
        J’ai simplement relevé l’assertion irréaliste de l’incompétent & ne fais que me gausser.
        Il faut bien rigoler de temps à autre.

        Bonne journée


  8. luci2/29 Le 14 juillet 2013 à 15h41
    Afficher/Masquer

    fh forum =
    (“commission./think tank à l’initative de J. Attali ) ,commission à laquellle P. Jorion participe (mai 2013)
    elle pourrait,ou en tout cas voudrait être celle ou de celles qui “sauveront” Tout…en 2030 au plus tard
    Qu’en dit Olivier Berruyer et qu’en pensent ceux qui ,ici ,savent plus que beaucoup…??
    Pour le Chef de l’état, partie prenante de l” Idée “, le salut est là…et pourrait être perçu …dans…quelques 10 années…
    Dieu et Allah,sans omettre le bouddha en soient loués!!!


    • Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 02h48
      Afficher/Masquer

      des commissions think/tank sont exactement ce que notre société à besoin => le retour à des éco-citoyens, mais il faut encore pour cela que ces commissions soient accessibles à tout-un-chacun …


  9. yoananda Le 14 juillet 2013 à 16h13
    Afficher/Masquer

    Un new deal en ce moment n’est simplement pas possible.
    A l’époque de Roosevelt, c’était le grand boom du pétrole (suite l’éffondrement du charbon ayant mené a la première guerre mondiale).

    Aujourd’hui vous allez faire un new deal de quoi ?
    des ENR ? lol
    de l’immigration (on en fait venir 3X plus pour booster le bousin) ? relol

    NAN, il se met le doigt dans l’oeil … il ne comprends les causes de la crise qu’avec sa grille de lecture socialiste.
    Les causes sont plus profondes et plus compliquées a gérer : pic pétrolier, surpopulation, robolution, nouvel ordre mondial, décadence.


    • bats0 Le 14 juillet 2013 à 17h52
      Afficher/Masquer

      “Aujourd’hui vous allez faire un new deal de quoi ?”
      Grace à l’hydrogène, et je suis persuadé que tous les plans sont déjà dans les cartons, prêts à être sortis le jour venu.
      Mais pour l’instant, une trop grande partie de la production industrielle dépend du pétrole, et c’est bien de là que les projets de transition diverges. Car non seulement le pétrole permet de fournir de l’énergie, mais aussi toute une base qui par transformation servira à la production de 90% des objets que nous consommons, et qui nous entourent; et c’est bien cette production qui semble poser problème de nos jours, car pour l’instant les nano-technologie ne permettent pas de remplacer la base, issue du pétrole; ces nouvelles technologies utilisent trop de matière première, afin de transformer les molécules et les rendre prêtes à être utilisées pour la production industrielle.
      On vie une époque en pleine mutation, non seulement sociale, politique, mais aussi économique, et avant tout technologique, qui engendre les trois précédentes.


      • Amsterdammer Le 14 juillet 2013 à 19h00
        Afficher/Masquer

        “Grace à l’hydrogène, et je suis persuadé que tous les plans sont déjà dans les cartons”
        Désolé, mais vous croyez au père Noël, là.

        L’hydrogène n’est pas une solution miracle.
        Ce n’est pas une SOURCE d’énergie, mais un VECTEUR, tout comme l’électricité.
        Il faut de l’énergie pour en fabriquer.

        Et donc, retour au problème : aucune source d’énergie alternative – renouvelables, nucléaire – n’est en mesure de pallier le déclin des énergies fossiles. Aucune.

        La décroissance, on y va, inéluctablement, et ce sera sanglant.


      • yoananda Le 14 juillet 2013 à 20h49
        Afficher/Masquer

        l’hydrogène ca fait 30 ans qu’il est censé révolutionner le monde ! lol
        non, ca ne changera rien. Je ne vais pas refaire la liste ici de toutes les alternatives qui n’en sont pas (thorium, hydrogène, algues bleues, etc…).
        Ce n’est pas qu’une question de moyen il y a des lois de la physique, on a tendance à l’oublier.


        • fc Le 15 juillet 2013 à 00h08
          Afficher/Masquer

          Certes,

          Mais arretons l’onanisme,beaucoup de paroles et puis apres, RIEN le neant.
          Oui, nous vivons une mechante crise , mais ils sont encore nombreux ceux qui en profitent en vivvant sur le dos de la bete,donc rien ne changera si il y a encore du gras.


    • Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 02h52
      Afficher/Masquer

      @yoananda — tu oublies le plus important => le désengagement et la déresponsabilisation et des dirigeants et des citoyens … car tous sont occupés, société individualiste oblige, à s’occuper de leurs petits oignons, ou lieu de s’occuper des biens collectifs et de l’avenir !!!


  10. JPS1827 Le 14 juillet 2013 à 16h30
    Afficher/Masquer

    Comme je suis complètement naïf, j’y vais d’une naïveté supplémentaire : à la lecture de ce blog depuis deux ans, et de pratiquement tous les commentaires (très souvent passionnants) qui ont été faits, je commence à me dire qu’avec des acteurs “raisonnables” (ne me demandez pas ce que j’entends par là, chacun peut en avoir une idée) n’importe quel système marche, et qu’avec des acteurs “déraisonnables”, rien ne marche vraiment, on peut juste essayer de les limiter dans leur déraison par des mesures qui auront toujours des avantages et des inconvénients. La séparation des banques, la limitation des salaires (et pourquoi pas également des patrimoines ?), le droit du travail etc. sont des mesures qui tendent à limiter les choses. Olivier me paraît dans la bonne voie quand il dit qu’il cherche à doter les institutions de lois qui fassent qu’elles marchent même avec les pires acteurs… Quant à l’autorégulation de marchés régis par des règles iniques (qui permettent d’assurer ce qu’on n’a pas, vendre ce qu’on n’a pas, ne pas emporter ce qu’on achète etc.), et animés par des gens que je considère pour la plupart comme complètement fous, et de plus mauvais joueurs (le libéralisme n’est bon que ce pour ce qui les arrange en général), je pense qu’on ne peut plus raisonnablement compter dessus, ni maintenant ni ultérieurement.
    Quant aux trahisons multiples des socialistes évoquées plus haut, il y a malheureusement longtemps déjà que j’avais fait l’essentiel de la liste.


    • jules Le 14 juillet 2013 à 18h12
      Afficher/Masquer

      « … je commence à me dire qu’avec des acteurs “raisonnables”… »

      Un petit truc :

      Quand vous entendez poser la question « quoi ? » : socialisme, communisme, libéralisme, néo-libéralisme, conservatisme, gauchisme, fascisme, européanisme, atlantisme, souverainisme — bref, toutes ces jolies religions qui se terminent généralement par le suffixe « isme » — remplacez immédiatement ce « quoi »-là par la question « qui ? ».

      C’est imparable !

      Il en va de même pour les gros concepts globalisants : le « système », l’« État »… Comment, il n’y a donc personne qui viendrait à se cacher derrière ces jolis concepts-là, question de soigner aux petits oignons quelque intérêt un chouia plus particulier ?

      Le « quoi » n’est bien souvent qu’une subjugation qui permet d’écarteler les problèmes sur deux extrêmes opposés. L’amour des belles grosses dichotomies stériles et manichéennes, celles qui permettent de « diviser pour régner ». (Mais le pouvoir, ça n’intéresse « personne »… Le désintéressement de « la banque », l’altruisme du « gouvernement », la justice divine des « marchés »…) Or, c’est entre les deux que les choses se passent, que la vie coule, que s’immiscent les formes les plus diversifiées d’oppression ET de résistance. Toujours. C’est encore là que, bien évidemment, comme par hasard, vous trouverez la réponse à la question « qui ? ».


    • Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 02h57
      Afficher/Masquer

      @JPS1827 — exactement … et alors ?
      Qui seront les nouveaux acteurs d’un nouveau type de société “idéale” ?


  11. Vénus-Etoile du Berger Le 14 juillet 2013 à 17h30
    Afficher/Masquer

    La vidéo aborde des années 80.

    Nous pouvons aborder en effet des années 80 en rappelant que en Allemagne et en France l’épargne nationale et l’investissement national ont diminué après 1980.

    Au cours des années 80, nous pouvons observer une baisse des taux d’épargne (cf. source OCDE) dans les pays anglo-saxons, au Japon et en France.

    Seules l’Allemagne et l’Italie ont connu une évolution opposée.
    En Italie la dette publique était très élevée.

    La particularité de l’Allemagne provient d’une désinflation dans les années 80.

    Voilà.Cordialement.


  12. amorgos Le 14 juillet 2013 à 17h35
    Afficher/Masquer

    Quand Larrouturou dit et s’étonne que le pouvoir, et donc Hollande, ne l’écoute pas tout en le félicitant de ses solutions, s’explique par sans doute l’immense pression des US pour exécuter les directives qu’on lui dicte des bureaux de Washington vià Bruxelles, avec la “manière” si j’ose dire du style le canon sur la tempe !

    Sarkosy, Hollande ou un autre président sont sans doute sincère en campagne, mais découvre la fonction une fois élu et doivent subir alors une pression inimaginable des US et de BRUXELLES que nul ici de peut imaginer !!! ce sont les côtés du pouvoir obscure dissimulés aux petits peuples.

    Je ne défend pas de la sorte nos présidents successifs, mais négocier en direct avec le président des Etats-Unis ou se faire taper sur les doigts vià Bruxelles avec en face la puissance financière qu’ils représentent et dont nous dépendons n’est pas donner à personne.

    Voilà pourquoi il est évident que nos politiques intérieurs nous sont dictées de l’extérieur, et de la configuration structurelle de notre dette détenue par les étrangers, découle l’impuissance de nos dirigeant à toute autonomie dans leurs orientations économiques et de politique étrangère.


    • Macarel Le 14 juillet 2013 à 20h18
      Afficher/Masquer

      Sarkozy, Hollande ou un autre président sont sans doute sincère en campagne, mais découvre la fonction une fois élu et doivent subir alors une pression inimaginable des US et de BRUXELLES que nul ici de peut imaginer !!! ce sont les côtés du pouvoir obscure dissimulés aux petits peuples.

      Ces gens là sont donc selon vous de grands naïfs, qui une fois élus n’osent pas avouer au “petit peuple”, bien évidemment idiot, que le roi est nu, et ceci depuis longtemps.

      J’ai du mal à croire qu’à ce niveau des professionnels de la politique, des vieux routiers soient aussi naïfs. Chirac ne disait-il pas: “Les promesses n’engagent que ceux qui les croient.”

      Non, c’est sciemment qu’ils adhèrent aux politiques qui sont menées, bien entendu tout n’est que rapport de forces, mais ils ne découvrent pas ces rapports de force, innocemment une fois élus.

      Lorsque l’on met en oeuvre pendant des décennies des politiques de dérégulation d’inspiration libérale, lorsque l’on accepte de graver dans le marbre des traités européens des dogmes libéraux, comme la “concurrence libre et non faussée”, lorsque l’on autorise la libre circulation des capitaux, lorsque l’on met fin à la séparation des banques de dépôt et d’affaires, lorsque accepte d’interdire aux états de se financer auprès de leurs banques centrales à taux zéro, alors l’on sait pour qui l’on roule.

      Je vous conseille de revoir cette vidéo de Pompidou en 1967

      http://www.dailymotion.com/video/x7hahj_georges-pompidou-1er-ministre-1967_news#.UeLhUaz7YjE

      Non, ils savent depuis le début (depuis la signature du Traité de Rome en 1957, où ils veulent en venir), c’est d’ailleurs pour cela que l’un des rares vrais socialistes que je connaisse, Mendez France n’a pas voulu signer ce traité à l’époque, et de De Gaulle l’avait fermement critiqué.
      L’ Europe des banquiers, sous contrôle du grand frère US, est sur les rails depuis au moins la fin de la deuxième guerre mondiale. D’ailleurs Monnet avait été banquier aux USA, lui même.
      D’ailleurs “ce rêve” de Grand Marché de Los Angeles à Varsovie est en train d’être parachevé par le début des négociations sur le Traité de Grand Marché Transatlantique.

      Non, vraiment ce sont les peuples qui sont d’une crédulité confondante, et je n’ai pas peur d’avouer que j’ai été le premier à croire aux bobards d’une Europe fédérale, unie et sociale à “la française” promise par nos”chers utopistes” du PS. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai voté “oui” à Maastricht en 1992, mais à partir de la fin des années 90, j’ai commencé à avoir de sérieux doutes sur l’orientation que prenait le “rêve européen”, surtout avec la politique d’élargissement à tout va, et de dérégulation libérale sans freins. C’est pour cela que j’ai “fait campagne” et voté NON en 2005 lors du référendum sur le Traité pour une Constitution pour L’ Europe.
      Non que je sois entre temps devenu antieuropéen, et contre une entente cordiale entre les peuples de ce continent, au contraire! Mais parce que ce traité nous demandait de graver dans le marbre les dogmes des économistes libéraux dans le marbre. L’on nous demandait de consentir,par notre votes, aux chaînes que les intérêts économiques dominants voulait nous faire porter. Si le TCE n’avait contenu qu’un simple texte constitutionnel, sans aucune considérations sur le système économique à mettre en place, j’aurais certainement voté OUI.
      C’est bien parce que j’estime avoir été gravement trompé que je suis particulièrement intraitable dans mes critiques envers les “socialistes”.
      Pour autant, je ne voterai pas FN, car une chose est certaine la solution ne viendra pas de ce côté de l’échiquier politique. Car malheureusement, par la faute de la duplicité des partis de gouvernement comme l’UMP et le PS, par leur faute, ils ouvrent une autoroute à ce parti qui n’en demandait pas autant, et qui se fait un bonheur, d’exploiter à son tour l’incroyable crédulité du peuple. A la décharge de ce dernier, il faut bien dire que l’information qui lui est dispensée par les médias dominants à la solde du “rêve de grand marché transatlantique et sans doute planétaire”, n’est pas vraiment faite pour l’aider à ouvrir les yeux.
      Je terminerai avec les paroles de la Marseillaise, car en ce jour de 14 juillet, il faut monter que l’on peut être fier de sa Nation, sans tomber dans le nationalisme imbécile qui fait son fond de commerce de la chasse aux boucs émissaires.

      http://fr.wikisource.org/wiki/La_Marseillaise


      • jducac Le 16 juillet 2013 à 06h14
        Afficher/Masquer

        @ Macarel Le 14 juillet 2013 à 20h18

        Je vous conseille de revoir cette vidéo de Pompidou en 1967

        Vous avez mille fois raison d’inviter à visionner à nouveau cette vidéo. Elle appelle au progrès, au dépassement de ses propres performances afin d’éviter de régresser. C’est ce qui est arrivé après la période de Gaulle Pompidou, les derniers chefs d’Etat à être à la hauteur de leur mission.

        Maintenant dans nos pays développés et particulièrement en France, les gens pleurent en constatant que d’autres, en partant de beaucoup plus bas, mais en travaillant davantage, arrivent à nous dépasser et à nous éliminer au plan international. Pourtant il nous faut absolument être capables d’exporter pour pouvoir importer ce qui nous manque. Nier la nécessité d’être compétitifs, c’est accepter d’être les premiers sur la liste de ceux de notre espèce qui devront disparaître.


    • jducac Le 14 juillet 2013 à 20h21
      Afficher/Masquer

      @ amorgos Le 14 juillet 2013 à 17h35

      Voilà pourquoi il est évident que nos politiques intérieures nous sont dictées de l’extérieur, et de la configuration structurelle de notre dette détenue par les étrangers, découle l’impuissance de nos dirigeants à toute autonomie dans leurs orientations économiques et de politique étrangère.

      Après de Gaulle et Pompidou, la France n’a plus eu de dirigeants à la hauteur. Ils ont occupé les postes sans en avoir l’étoffe et sans prendre conscience de leurs devoirs qui étaient de préparer l’avenir du pays en prenant les bonnes options. Ils se sont avérés incompétents en économie, et ce ne sont pas des « Larrouturou », surtout en préconisant de travailler moins, qui permettront au pays de retrouver sa prospérité.


    • Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 03h03
      Afficher/Masquer

      C’est ce que j’appelle faire miroiter l’oeuf alors que l’on vient de tuer la poule …


  13. Macarel Le 14 juillet 2013 à 19h14
    Afficher/Masquer

    Derniers paragraphes de la “Ferme des animaux”

    Il y avait des acclamations aussi chaleureuses qu’ auparavant, et les chopes étaient vidées jusqu’à la lie. Mais alors que les animaux regardaient la scène de l’extérieur, il leur sembla que quelque chose d’étrange se passait. Qu’est-ce qui avait changé dans les visages des cochons? Les vieux yeux sombres de Trèfle passaient rapidement d’un visage à l’autre.
    Certains d’entre eux avaient cinq mentons, certains en avaient quatre, certains en avaient trois. Mais qu’est-ce qui semblait s’évanouir et changer?
    Puis les applaudissements ayant pris fin, toute la compagnie reprit ses cartes et continua le jeu qui avait été interrompu, et les animaux s’éloignèrent silencieusement.
    Mais, ils n’avaient pas fait vingt mètres qu’ ils s’arrêtèrent subitement. Un tumulte de voix venait de la ferme. Ils revinrent précipitamment sur leurs pas et regardèrent de nouveau à travers la fenêtre. Oui, une violente altercation se déroulait sous leurs yeux. Il y avait des cris, des coups bruyants sur la table, de pénétrants regards emplis de soupçons , des démentis furieux.
    L’origine du problème semblait être que Napoléon et M. Pilkington avait joué chacun un as de pique simultanément.
    Douze voix en colère criaient , et ils étaient tous pareils. Pas d’erreur, maintenant, sur ce qui était arrivé aux visages des porcs. Les créatures dehors portaient leur regard du cochon à l’homme, de l’homme au cochon et de nouveau du cochon à l’homme: mais il était désormais impossible de dire qui était qui.

    Novembre 1943 – Février 1944

    George Orwell

    Cela pour dire que lorsque l’on exerce trop longtemps le pouvoir, l’on finit par ressembler à s’y méprendre à ceux que l’on prétendait combattre, car à force de les fréquenter…

    Rien ne changera, le slogan “Le changement c’est maintenant”, restera toujours lettre morte tant que la politique sera un métier, tant que l’on fera carrière en politique.
    Si un jour une assemblée constituante rédige une nouvelle constitution, il faudra interdire de faire carrière en politique.


  14. Picq Le 14 juillet 2013 à 23h25
    Afficher/Masquer

    Voici ce que j’écrivais sur son site à Pierre Larrouturou après sa prestation sur France Culture :

    Bonjour
    Ce matin lundi 24 juin, je viens de vous écouter sur France Culture. Je partage la plus grande partie de vos propos. Une chose néanmoins m’a gêné. Vous avez évité de répondre à la question : « Pourquoi si tout le monde en est d’accord (de vos propositions), le pouvoir ne les met-il pas en œuvre ? ». Là, vous bottez en touche et faites semblant de ne pas comprendre évoquant « un mystère ». Si vous êtes un adepte du parler vrai, ce qui semblait jusque-là, il aurait été plus simple de dire que de mystère il n’y a point. Que très simplement le pouvoir en place, par Hollande interposé et autre Ayrault, ne fait que servir les intérêts de ceux qu’il représente objectivement : les puissants de ce monde.
    Douloureux constat certes, mais aussi nécessaire que les propositions que vous formulez. Sans cet appendice de vérité votre discours n’est plus que tartufferie.


  15. Patrick Luder Le 15 juillet 2013 à 03h12
    Afficher/Masquer

    @Picq Qu’est-ce que “la puissance”? L’appât du gain? Le fait de pouvoir diriger un monde basé sur l’argent? Pauvres humains, les yeux seulement rivés sur leur porte-monnaie, ils passent à côté de la vie et des amitiés …


    • Vénus-Etoile du Berger Le 15 juillet 2013 à 08h09
      Afficher/Masquer

      @Patrick « Pauvres humains, les yeux seulement rivés sur leur porte-monnaie, ils passent à côté de la vie et des amitiés … »

      Oui, triste vie rythmée par leur obsession et leur enchaînement.

      Cela me fait penser à un reportage sur le service à la personne.

      Un monsieur avait peur de perdre « sa femme de ménage », « sa nounou » etc.

      Pour la « nounou » il découvre l’entraide comme un nouveau concept, hallucinant.
      Cela a toujours existé.

      Pour récupérer son enfant à la sortie de l’école nous nous « arrangeons » entre mamans et ce n’est pas un service c’est naturel.

      J’ai refait moi-même toute ma plomberie dans mon ancien appart, c’est d’ailleurs amusant à faire à l’époque avec ma fille bébé, elle regardait avec amusement, pas besoin d’un plombier qui ne vous remplacera pas correctement votre plomberie.
      Cette plomberie que j’ai pris soin d’installer moi-même en utilisant les mathématiques durera minimum 7 ans.

      Ainsi cela m’a permis de donner à quelques enfants pour leur assurer un droit d’inscription annuel scolaire.

      Savez-vous que des enfants ne peuvent pas suivre une scolarité élémentaire ?
      Hallucinant qu’en 2013 cela existe toujours.
      Cela ne choque personne. Tout va bien dans le meilleur des mondes (humour).

      Pour en revenir à « nos pauvres humains », Notre cher Sigmund Freud explique très bien les pulsions pathologiques de « pauvres humains condamnés », « les yeux rivés seulement sur leur porte-monnaie ».
      Il faut une juste pondération et non pas 97% « les yeux rivés seulement sur leur porte-monnaie ».

      Bonne journée à tous et à toutes,
      Cordialement.


  16. Macarel Le 15 juillet 2013 à 07h59
    Afficher/Masquer

    Comment peut-on déclarer, comme Hollande hier: ” Je veux une France souveraine.”, alors que l’on a accepté et que l’on accepte des Traités qui nous mettent chaque fois un peu plus dans les mains des marchés et de la finance ?
    Car dans ce contexte réduire la dette, équivaut à la casse de nos services publics et sociaux.
    Où est la souveraineté, lorsque l’Etat n’a plus le droit de se financer auprès de la banque centrale pour des investissements utiles au bien commun ???


  17. samuel Le 15 juillet 2013 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Larrouturou a raison, l’optimisme ne sert à rien, la France ne fonctionne pas comme les US.
    Si on prend un Français optimiste et que l’on place a coté de lui un américain moyen, il suffit de leurs demander de parler de ce qu’est la “passion” et automatiquement, par contraste, le Français donne l’impression d’avoir pris du prosac.
    C’est un peu comme notre équipe de foot, si on l’attend perdante, elle peut gagner, si elle ce croit gagnante, on ce ramasse une volée de bois vert.


  18. Fabrice Le 15 juillet 2013 à 10h11
    Afficher/Masquer

    Je n’arrive pas à comprendre les socialistes qui sont en désaccord avec le gouvernement comme Larrouturou, si ils sont sincères qu’il fassent un ulitmatum menaçant d’un schisme (quoi qu’il serait plus efficace d’un renvoi des membres du gouvernement et du président du parti socialiste), pour qu’ils respectent les orientations des engagements pris lors des élections (je parle au moins du volet économique qui est leur spécialité).

    Car à trop vouloir transiger ils se font complices et à jouer les pleureuses, ils n’aboutiront qu’à se discréditer, si ils sont sincères il n’est, je crois, plus temps aux demi-mesures.


    • jacqueline Le 15 juillet 2013 à 10h53
      Afficher/Masquer

      Partir est toujours possible, mais l’auge reste rue de Solferino.

      Mélenchon bouffe dans celle du PC, dont il profite des structures.


      • Fabrice Le 15 juillet 2013 à 13h48
        Afficher/Masquer

        Personnellement je pense qu’en politique il faut être en accord avec ses convictions plutôt qu’au reste, rien ne devrait expliquer de baisser les bras pour les promouvoirs.

        On peut faire des erreurs et dans ce cas les reconnaîtres pour changer d’orientations mais rien n’excuse l’obstination parce que c’est plus “confortable” (jusqu’au moment ou on percute le mur) ou pire par compromission.


        • jacqueline Le 15 juillet 2013 à 14h54
          Afficher/Masquer

          Le pire c’est Fabius qui a fait campagne pour le NON au TCE.

          Mais les gens se disent : je serais plus utile à la cause que je défend en restant à l’intérieur.

          Un peu de patience et le FN va balayer le PS, seule chance de renverser la table des tricheurs et de remettre tout à plat..


          • Fabrice Le 15 juillet 2013 à 15h41
            Afficher/Masquer

            Croire ça c’est ne pas connaître le FN dont les dirigeant fait parti des 1%, rien ne changera si ce n’est que de nouvelle illusions perdues.


    • Bernie Flack Le 17 juillet 2013 à 00h23
      Afficher/Masquer

      C’est sûr qu’il est plus facile de gémir que d’agir …!

      Le point commun à toutes ces interventions est l’arrogance propre aux médiocres : faire bouger un pays démocrate – ce que sont les pays européens quoiqu’en disent les nostalgiques d’une Antiquité grecque tyrannique et esclavagiste – demande juste de convaincre suffisamment de ses propres concitoyens (50% + 1 voix). C’est évidemment plus facile de conchier ceux qui s’efforcent d’y parvenir et de jouer les visionnaires incompris.

      Mais après tout c’est aussi le propre du snobisme petits-bourgeois que de vouer aux gémonies cela même qui leur permet de vivre aux dépens de leurs concitoyens. Olivier Delamarche est notre leader !


  19. Leens Le 15 juillet 2013 à 15h54
    Afficher/Masquer

    Pour réussir il faut faire de la politique. Pourquoi monsieur Laroutourou reste-t-il au PS? Mélenchon a compris après de longues années que de l’intérieur le PS ne pouvait être orienté à gauche. Monsieur Laroutourou y croit encore. Combien de temps ?


  20. Lionel Le 15 juillet 2013 à 18h29
    Afficher/Masquer
  21. Crapaud Rouge Le 15 juillet 2013 à 22h17
    Afficher/Masquer

    Quand on a lu le commentaire de Macarel, (http://www.les-crises.fr/quand-l-europe-sauve/#comments) qui résume un siècle de forfaitures socialistes, on se dit que ces gens, (les socialistes), sont tous des enfoirés. Je n’en écoute plus aucun. Même Mélenchon puisque, malgré les terribles développements de la crise en Grèce, il ne préconise pas de sortir de l’euro. Mon avis, c’est que les Français commenceront à se poser des questions quand ils seront 60 millions sous le seuil de pauvreté.


  22. fred Le 18 juillet 2013 à 16h26
    Afficher/Masquer

    Après avoir écouté cet interview , après m’être écorché les oreilles en écoutant celle du président le 14 juillet , je trouve Larouturou fort naïf quand à son parti .
    Il me semble avoir entendu Moscovici défendre la banque universelle , Hollande justifier l’allongement de la durée de cotisation par l’allongement de l’espérance de vie , alors que l’espérance de vie en bonne santé semble stagner ,et que l’espérance de vie des ouvriers est encore très inférieure à celle des cadres .
    Par contre , je partage son point de vue lorsqu’il dit que se ne sont pas trois énarques qui vont régler les problèmes .
    Il faudrait , me semble-t-il , une véritable révolution intellectuelle pour sortir de tout cela . Cependant , lorsque j’écoute l’ami Brice Couturier , je me dis que ce n’est pas gagné . Que fait -il à part répéter ce que lui ont rabâché ses profs de sciences po , véritable usine à formater les cerveaux .
    La seule solution , se bouger le cul . Certains le font déjà ,sur les blogs , dans les associations , dans leur vie de tous les jours … Lire les bons auteurs , se cultiver au lieu de consommer .
    La route est longue , mais chaque pas nous rapproche de l’arrivée .


  23. InternetDev Le 15 mars 2014 à 12h34
    Afficher/Masquer

    2002 : Robert Namias déclara, vers 2012 : “L’affaire Papy Voise était une faute ”

    Rappelons-nous que les médias en ont fait beaucoup à l’époque et que le Zapping mettait des piqure de rappels (au cas où) on aurait raté ce fake de la Maison Bouygues!

    Voir les documentaires de Pierre Carles (viré de Canal+ et TF1 parce qu’il avait piéger ses patrons d’émission et de chaines).

    2007 : Voir l’accusation de fraude fiscale faite à Ségolène Royal dans Soir 3 en Mars 2007, par Audrey Pulvard.


Charte de modérations des commentaires