Olivier Delamarche a été invité aux Experts le 14 juin sur BFM Business, face à Jean-Pierre Petit.

Profitez-en, car il ne sera probablement pas réinvité au vu de la fin… 🙂

Faites vite, la seconde partie a “mystérieusement” disparu de la plupart des sites…

149 réponses à [Castagne] Delamarche aux Experts

  1. yoananda Le 22 juin 2013 à 02h33
    Afficher/Masquer

    Boh, c’est pas non plus hyper violent, et puis il n’a fait que dire la vérité, même si c’est un coup bas.
    Je le comprends quand même parce que même si JPP prétends que c’est normalité d’être en bulle depuis 25 ans, je ne crois pas qu’on puisse tenir ce régime indéfiniment.
    Pourquoi ?
    Parcequ’en 2005 on a atteint le pic pétrolier conventionnel (onshore+offshore) et que bam, 2 ans plus tard, mega crise financière qui n’en finit pas, alors que sinon la crise des subprimes 5 ans plus tard serait déjà plus qu’un mauvais souvenir.
    Pas de pétrole, pas de croissance, pas de bras, pas de chocolat.

    Hors d’ici environ 2017 (+/6 2 ans) nous allons atteindre le prochain pic pétrolier, non conventionnel compris. Et la, cette fois, même la cavalerie des banques centrales n’y pourra plus rien.

    Il faut savoir que les théories économiques actuellement en vigueur sont totalement fausses, car ce sont des modélisations linéaires (les seuls équations que les maths savent résoudre), alors que l’économie est par nature non linéaire (cf théorie du chaos).

    Il faut savoir que la production de pétrole est donné en volume, et non pas en énergie utile pour l’économie réelle, et que le gaz/charbon, ça n’est pas utilisable pour les transports.

    L’explication unique de la crise par la compression des salaires ne tient pas la route. La compression des salaires provient de la robotisation, des rendements décroissants, de la dérégulation/délocalisation ET de l’endettement visant a relancer perpétuellement la croissance.

    Tout ça fait que il n’y a pas de porte de sortie (du moins pas avant 30 ou 50 ans) et que le prochain choc exogène fera très mal, et probablement exploser l’Euro. On verra alors si JPP parvient à naviguer dans son économie de bulles qui explosent les unes après les autres, ou bien si la stratégie protectionniste de Delamarche fonctionnera (pour l’instant elle ne donne pas de bon résultats tant qu’il y a des QE).

    Il est clair que Delamarche est en danger car il sous-perfome et il devient de plus en plus agressif et stressé (car évidement l’économie même sous perfusion continue de tourner).

    Bref, le temps nous dira ce qu’il en est. Mais moi, si j’étais vous, je prévoirais de réduire ma consommation d’énergie le plus vite possible (isoler sa maison, voiture qui consomme moins, production locale) … tant qu’il est encore temps. L’économie, ça s’écroule par pallier, comme on peut le voir. A moins d’être dans les hautes sphères, ça va être compliqué d’échapper à tout ça. La France est déjà rentré dans la spirale Grecque et je vois mal les Allemands sortir encore le chèque pour nous aider a combler le tonneau des danaïdes des politiques socialistes d’aides au moins méritant (en fait politique de maintient de la paix sociale car sinon ce serait déjà bien pire).


    • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 07h41
      Afficher/Masquer

      D’accord avec le début : pas d’énergie pas de croissance*
      Et d’accord avec la fin : je prévoirais de réduire ma consommation d’énergie le plus vite possible : isoler sa maison, voiture qui consomme moins, production locale. Car il risque en effet de se créer une bulle sur les matières nécessaires au deux premières, lesquelles deviendront précieuses et qui sont elles aussi non renouvelables (même si l’on peut isoler sa maison avec des matières naturelles, elles sont en quantité limitées au niveau mondial et nous sommes en économie de marché). Pour la voiture, c’est valable à condition de pouvoir revendre sa voiture consommatrice un bon prix. Mais à l’occasion du renouvellement, oui, en effet, veiller à prendre ce qui consomme le moins.
      ____________________
      * on ne rappellera jamais assez que la croissance – telle qu’elle est mesurée aujourd’hui – est la capacité croissante de transformer de la matière (essentiellement non renouvelable) avec de l’énergie avec une certaine efficacité qui s’appelle l’intensité énergétique. Si les prix de l’énergie augmentent plus vite que ne décroit l’intensité énergétique alors il n’y a plus de croissance.


    • amemar Le 22 juin 2013 à 07h48
      Afficher/Masquer

      “Aides aux moins méritants” : vous voulez dire quoi par “moins méritants”? Qu’est-ce qui dans le monde tel qu’il va prouve que ce sont les gens qui “méritent” le plus qui en sont les mieux récompensés ? Entre votre éboueur qui tous les matins vient vous débarrasser de vos ordures pour un salaire qui ne lui permet même pas de vivre et le financier qui nous a “bien foutu dedans” et qui gagnent des millions, lequel est le plus utile ? Et puis le mérite sans égalité des chances cela ne veut rien dire. Si vous n’avez hérité à votre naissance que d’une 2-chevaux et votre voisin d’une porche, dans une course, qui pensez vous qui va gagner ? Et quel mérite a t-il ? Je veux bien entendre parler de “mérite”, le jour ou on déterminera ce qui est le plus utile aux sociétés humaines et ou on récompensera ceux qui sont vraiment au service de l’humain. Passer pour “méritant” juste parce qu’on sait accumuler le fric n’est en rien méritoire. Il faut avoir 20 ans et être éblouis par l’argent pour parler de mérite pour ceux qui en gagnent beaucoup. Ce discours sur le “mérite” m’agace au plus haut point car il démontre un mépris total pour ceux qui tous les jours vont travailler juste pour vivre (et ceux qui le voudraient bien mais dont on ne veux pas). La glorification du “mérite”, ce darwinisme social qui ne dit pas son nom, démontre à quel point nos sociétés sont dévoyées : MOF (Mort Aux Faibles). N’oubliez pas, dans la jungle, seul le lion mange et on ne peut pas être tous des lions.


      • jean Le 22 juin 2013 à 11h20
        Afficher/Masquer

        le financier, le financier, le financier ………..
        arrêtez avec ça. vous oubliez la lourde responsabilité politique qui est aussi grande que celle du financier. c’est pas le financier qui a créer l’euro. un exemple parmi d’autres….


        • raloul Le 24 juin 2013 à 09h43
          Afficher/Masquer

          Bonjour!

          Merci de préciser qui “a créé” l’euro, selon votre vision. Merci de démontrer si possible dans quelle mesure les “financiers” n’ont eu aucune implication dans la création de l’euro.
          Je suis d’accord avec vous que la technique du bouc-émissaire est détestable, mais par ailleurs il est plus intéressant d’utiliser des arguments fondés dans le cadre d’un débat.


      • patrice Le 23 juin 2013 à 07h28
        Afficher/Masquer

        completement d’accord…ce passage pue…


    • Crapaud Rouge Le 22 juin 2013 à 09h20
      Afficher/Masquer

      “politiques socialistes d’aides au moins méritant” : à croire que l’Etat n’aide pas aussi les “plus méritants”, à savoir, selon les normes actuelles, ceux qui font le plus de fric. Du fric qu’à la longue les possédants ne savent plus que faire, du fric dont les “bulles” réduisent le pouvoir d’achat. Quand les US décident par exemple d’inscrire dans le droit que les OGM sont “substantiellement identiques” aux produits naturels, c’est quoi si ce n’est pas une “aide” ? Quand les petits producteurs se font ratatiner par la concurrence étrangère faute de protections douanières, qui est “aidé” ? Quand la “compétitivité” allemande est obtenue au prix de la déflation salariale, ce qui permet ensuite aux salariés des grosses boîtes de toucher de grosses primes, qui est “aidé” ? Et quand, en France, on laisse disparaître le petit commerce au profit des “grandes surfaces”, est-ce parce que ses petits commerçants n’étaient pas “méritants” ou est-ce parce qu’on a aidé les “plus capitalistes” ?

      Rien de plus exécrable que ces histoires de “mérite”. D’abord parce que le mot masque les critères qui font que les uns sont dits “plus méritants” que les autres, des critères qui se trouvent ainsi soustraits au débat mais que l’on connaît assez bien pour savoir qu’ils s’opposent radicalement à la vie en société, la vie en commun, base de beaucoup de noms en isme. Ensuite parce que le mérite est, à son origine, une vertu morale. Mais à force de prétendre le récompenser par le fric, ce mérite-là n’existe plus. Restera un monde qui ne méritera pas d’exister.


      • Patrick Luder Le 22 juin 2013 à 09h23
        Afficher/Masquer

        “Restera un monde qui ne méritera pas d’exister.”
        Un p’tit coup de blues Christophe ?


        • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 09h39
          Afficher/Masquer

          C’est à Crapaud rouge que tu souhaitais poser la question je pense.
          Pour ma part, je crains avoir abandonné la lutte en 2007 lorsque notre zébulon fût élu.
          Place aux jeunes. Et quand je discute avec eux, ça fait peur : jamais entendu parler des indignés, de Hessel, de Negawatt, . . . mais prompt à s’indigner dès lors qu’ils pensent avoir été lésés d’un point ou deux dans une note.


          • Brice Goe Le 22 juin 2013 à 12h27
            Afficher/Masquer

            D’accord avec vous : Les jeunes de la génération Y sont à cent mille lieux de s’émouvoir de la situation collective.
            Du moment qu’on ne leur confisque pas leur smartphone, y’a rien qui va mal !

            Ca augure mal de la France (du monde ?) de demain.
            Au moins, y’en a qui seront contents, ce sont les ultralibéraux. Car ne comptez pas sur cette génération pour défiler dans la rue. Au mieux, faire une pétition via facebook ou balancer un tweet insolent.


          • step Le 23 juin 2013 à 12h41
            Afficher/Masquer

            @brice

            Vous verrez 10 ans de récession, risque de changer leurs valeurs. On ne peut pas dire qu’à 20 ans ont soit “abouti”. Et de toute façon, leur smartphone, ben ils pourront plus se le payer, un jour.


          • bizbee Le 24 juin 2013 à 13h49
            Afficher/Masquer

            la génération Y, c’est pas la génération qui débarque dans un marché du travail sclérosé (par qui?)
            c’est pas la génération à qui ont explique que leur vie sera pire que celle de leur parent (la faute à qui?)
            c’est pas la génération que l’ont voit manifester un peu partout dans le monde, qui a fait tomber plusieurs régime (installer par qui?)

            Et la génération zzz+++, celle qui a bien développer le concept “il est interdit d’interdir”, celle qui aura bien profiter de sa retraite, qui a pu placer sa rente dans un ptit studio de 20m² a 300 000€ histoire d’être plus tranquil qd les tps seront difficiles, qui a principalement connue que le plein emploi, qui a pleinement développer l’individualisme après une grande branlette collective en 68 et qui fait des leçons de moral à qui veut l’entendre sans jamais céder un pouce de terrain sur ces acquis… et ben on l’emmerde.


            • Christophe Vieren Le 24 juin 2013 à 19h39
              Afficher/Masquer

              Je partage les premiers constats sur la génération Y, les 2e sur la génération Z un peu moins. Mais peu importe. Qu’est-ce que cela change ? Si les jeunes ne font pas leur révolution, il ne faut pas trop compter, surtout à te lire, sur les “vieux”.


          • Brice Goe Le 24 juin 2013 à 18h17
            Afficher/Masquer

            “la génération Y, c’est pas la génération qui débarque dans un marché du travail sclérosé”
            SI
            par qui?
            PAR LES PRECEDENTES

            c’est pas la génération à qui ont explique que leur vie sera pire que celle de leur parent
            SI
            la faute à qui?
            LA FAUTE AUX PRECEDENTES

            “c’est pas la génération que l’ont voit manifester un peu partout dans le monde, qui a fait tomber plusieurs régime”
            SI MAIS SUREMENT PAS EN FRANCE !!!! Ben oui, il en faut dans le slip pour faire ce qu’ils ont fait 🙂 Allez, réveil mon garçon !
            installer par qui?
            LES GENERATIONS PRECEDENTES, ENCORE ET TOUJOURS

            “et ben on l’emmerde”
            ALORS CA, C’EST TYPIQUE DE LA GENERATION Y ET RIEN QUE POUR JE LA PLAINS SINCEREMENT.
            ALLEZ, AU LIT AVEC UNE BONNE FESSEE !


          • raloul Le 25 juin 2013 à 10h44
            Afficher/Masquer

            Bonjour!

            Quelle délicatesse… Je fais partie de cette “génération y”, et le moins que l’on puisse dire est que les clichés, les amalgames douteux et les raccourcis idéologiques fusent à son propos. Du coup, ça me touche un peu, et je suis atterré de voir le déni, la mauvaise foi et certaines formes de violence verbales qui sont utilisées pour qualifier les gens de mon âge.

            Le minimum de décence serait de réfléchir au contexte dans lequel sont nés, ont grandi, ont évolué les représentants de ma génération, qui peuvent être très différents les uns des autres, mais qui ont été et sont confrontés à certains défis communs (pression du chômage à travers toute la scolarité et par la suite, sida et mst, junk-food junk-tv, compétition exacerbée, etc…)

            Si jamais, pour ceux qui semblent amalgamer allègrement “la génération y” en une bande de décérébrés accros au smartphone, je vous dirais: faites l’effort d’aller à la rencontre d’au moins 3 “Y” hors de votre cadre habituel (metro-boulot-dodo), discutez un moment avec eux si possible et vous verrez vos préjugés à deux balles – et je reste poli, ah! la politesse, encore une valeur tombée en désuétude – fondre comme neige au soleil…

            Enfin, mon impression personnelle, quand je discute avec des gens de mon âge, est que nombre d’entre eux sont beaucoup plus conservateurs, stricts, prudents et “carrés” que ce qu’étaient leurs aînés aux alentours de 1970… ce n’est qu mon impression personnelle, liée à mon propre vécu.


            • Christophe Vieren Le 25 juin 2013 à 11h15
              Afficher/Masquer

              @Raloul qui écrit “mon impression personnelle, quand je discute avec des gens de mon âge, est que nombre d’entre eux sont beaucoup plus conservateurs, stricts, prudents et “carrés” que ce qu’étaient leurs aînés aux alentours de 1970… ce n’est que mon impression personnelle, liée à mon propre vécu.”.

              Ce n’est hélas pas avec ces valeurs là que l’on va remettre le monde à l’endroit au profit de votre génération.

              En tout état de cause, pas besoin de discuter avec des jeunes en dehors de son metro-boulot-dodo, pour constater que les jeunes et moins jeunes sont insuffisamment combatifs vis-à-vis du sort qui leur est réservé. Leur dernière “révolte” des jeunes était en France contre le CPE en 2006. Depuis la crise s’est abattu sur eux mais hélas pas beaucoup de réaction. Combien de jeunes à la manif du 6 mai pour une VIe république ? Et le taux d’abstention ?

              Concernant les pays riches (= OCDE), ca a commencé à bouger en Espagne, aux USA, … avec le mouvement des indignés mais hélas insuffisamment. Ca avait pourtant bien bougé au début des années 2000 avec l’échec du sommet de l’OMC à Seattle puis des quelques suivants. avec la remise en cause de la “mondialisation heureuse” et le mouvement altermondaliste.

              Puis depuis plus rien. Mais bien sûr qu’une part de responsabilité est à rechercher chez leurs ainés (j’en fait partie) bien au chaud dans leur CDI et qui soutiennent insuffisamment les jeunes. Mais la question n’est pas celle des responsabilité. La question reste : Comment faire pour que nos jeunes prennent en main leur destin ?

              Pour commencer les jeunes, qui indiscutablement sont familiers à l’internet, pourraient soutenir la cause de 10 jeunes députés qui veulent l’abolition des privilèges de (vieux) députés. Une pétition existe. En deux mots clés on peut trouver la pétition – que j’ai signée – sur le web.


          • raloul Le 25 juin 2013 à 12h16
            Afficher/Masquer

            Bonjour!

            Merci pour votre réponse.
            Je ne sais pas ce que vous entendez par “remettre le monde à l’endroit”…

            Personellement, je pense qu’une réaction relativement conservatrice contre le “il est interdit d’interdire” est une réaction saine et nécessaire par-rapport aux échecs patents que cette idéologie a engendrés. Ces valeurs ne tombent pas de nulle part, et ce serait très méprisant envers la génération “y” que d’y voir une manifestation régressive, irréfléchie ou subie. J’ai été étonné par-rapport à un récent billet d’Olivier dans lequel il définissait sa notion de “réactionnaire”; en y réfléchissant et après maturation, j’y souscris entièrement.
            http://www.les-crises.fr/miscellanees-2013-06-19/

            Les jeunes ne sont peut-être pas assez combatifs, mais quand un jeune voit que des ex-soixante-huitards ex-maoïstes viennent se pavaner sur des plateaux tv en tant que responsables politiques venus prôner la “lutte contre l’insécurité”, il n’a aucune raison ni aucune envie d’utiliser les moyens de luttes et de transformations sociétales de ses parents. Ca donne juste envie de vomir un coup, avant d’aller “prendre en main son destin”, comme vous dites. Tâche, qui comme la philosophie, se pratique plus aisément le ventre plein et lorsqu’on risque pas d’être dans la dèche en fin de mois….

            Ne vous inquiétez pas, les jeunes vont créer le monde de demain, quoi qu’il arrive et plus ou moins facilement en fonction des agissements de la génération précédente qui s’accroche par tous les moyens à son emprise sur la marche de ce monde.

            Bien sûr, des jeunes peuvent soutenir la cause de jeunes députés. Mais un meilleur moyen de donner envie à des jeunes d’accorder un quelconque crédit à l’idée-même de députés, serait de virer tous les pourris qui siègent à l’assemblée, d’interdire le lobbying ou de l’encadrer très sévèremment (c’est lorsque j’écris des mots comme “sévèremment” que je pense que “ces valeurs-là” ne sont pas dénuées de perspicacité par le temps qui courent…), etc… en bref de restaurer des institutions démocratiques crédibles.

            Ce n’est pas impossible! En tous cas, les forces qui tendent à empêcher ceci d’advenir ne sont pas à chercher du côté des “jeunes”…


            • Christophe Vieren Le 25 juin 2013 à 12h39
              Afficher/Masquer

              Pour virer les députés actuels, peut-être faudrait-il que “les jeunes” aillent voter car c’est soit la rue, soit les urnes, soit les deux. Je ne connais pas d’autres moyens.
              Sinon je compte sur vous pour vous rebeller et foutre dehors tout ces vieux c…. (moi y compris peut-être) pour le plus grand bénéfice de mes enfants et neveux, ….

              _____________
              * secondairement, je ne vois pas dans ce qui m’entoure qu’ “il est interdit d’interdire” . Interdit d’interdire de rendre obligatoire la ceinture de sécurité ? Des exmples s’il te plait


          • Brice Goe Le 25 juin 2013 à 14h12
            Afficher/Masquer

            Personnellement, j’appartiens à la génération X.
            N’allez pas croire que tout était rose pour autant :
            Vous évoquez le chômage et le SIDA pour plaindre votre génération : C’est pas votre faute, on ne vous a pas aidé …
            Ben oui, mais c’était déjà le cas pour les X, mon garçon (le SIDA et le chômage de masse, ça date du début du début des années 80 que je sache !!!). Mais de surcroît, nous avions le contexte de la guerre froide, la promesse d’une guerre thermo-nucléaire qui allait anéantir toute forme de vie sur terre. Bref, c’était pas forcément le Pérou.

            Quant à discuter avec au moins 3 Y, c’est déjà fait depuis bien longtemps et même avec beaucoup plus que trois et dans une multitude de contextes (au boulot, à l’école, dans la rue, dans les assoc’, etc …). C’est bien pour ça que j’ai rédigé les commentaires ci-dessus.

            Maintenant, les Y ne sont pas méchants, hein ?
            Même plutôt très gentils, au contraire. Par contre, extrêmement susceptibles, n’est ce pas ?
            Et j’y reviens, désolé : Aucune conscience collective.

            En tout cas, beaucoup moins cyniques que les X. Ca c’est sûr 😀


          • raloul Le 25 juin 2013 à 15h53
            Afficher/Masquer

            Bonjour!

            Brice Goe, votre ton paternaliste n’est pas à votre honneur…

            Si vous préférez le contexte du après-11 septembre à celui de la guerre froide, libre à vous. Et concernant la question nucléaire, la persistance dans l’environnement de déchets radioactifs de l’industrie nucléaire est pour nous une certitude, et pas une menace, fût-elle plus ou moins vague. C’est un exemple parmi d’autres, mais ça forge votre vision, je peux vous l’assurer.

            Et oui, de nombreux membres de la génération Y ne sont heureusement pas encore atteints par le grave délabrement des valeurs qui a touché leurs aînés. Alors, il y a de l’espoir, du courage, et une conscience planétaire qui n’ont rien à voir avec les délires utopistes des années 70. Et une nécéssité d’efficacité qui est inscrite très tôt dans l’instruction de ces “jeunes”. Peut-être que vous ne verrez pas de grosse manif’ de jeunes dans l’année qui vient, mais si le système venait à avoir de gros ratés, je pense que de nombreux jeunes montreraient une authentique et grande capacité de résilience. Les enjeux de cette civilisation en déclin ne sont peut-être pas où vous pensez et où vous regardez.

            Le seul fait que vous parliez d’avoir rencontré des jeunes dans des associations montre que certains de ceux-ci s’intéressent au fonctionnement associatif.
            Oui, l’individualisme a triomphé, mais ses jours sont comptés. Et ce ne sont pas les jeunes qui l’ont voulu.

            Nous allons au devant de gros changements, et personnellement je me réjouis de les affronter. Maintenant, si vous reprochez aux jeunes d’être “mous”, pourquoi pas, mais réfléchissez bien à ce que ça donnerait, des jeunes qui prendraient le pouvoir par la force de nos jours (étant donné que c’est le seul moyen concret et rapide à mes yeux pour effectuer les changements nécéssaires)… à méditer… Sinon, ils peuvent tenter la voie démocratique, mais que reste-t-il de celle-ci, honnêtement, quelle est sa crédibilité actuelle?


            • Christophe Vieren Le 25 juin 2013 à 18h20
              Afficher/Masquer

              @Raloul : j’ai pas bien compris l’incidence fondamentalement négative du 11/9 sur notre vie ? Certes quelques plans vigipirates (aussi bidons selon moi que les “gestes qui sauvent” qu’on nous délivre au début de chaque vol en avion. Mais c’est un autre débat). Mais pas de patriot act comme aux USA.
              Je verrais plutôt le pic pétrolier, la crise de 2007, l’effondrement du bloc communiste, . . . mais pas le 11/9, un non événement sauf pour les Irakiens et les Afghans (en schématisant un peu).


    • Finas Le 22 juin 2013 à 09h32
      Afficher/Masquer

      Merci de replacer le débat à sa vrai place : le pétrole, l’énergie et les ressources naturelles. J’invite à (re)lire l’excellent ouvrage de Richard Heineberg “Pétrole, la fête est finie !” qui, dès 2005 prévoyait les crises économiques que nous subissons aujourd’hui. Vous pouvez aussi consulter le blog “oilman”, très documenté.


      • Christophe Vieren Le 25 juin 2013 à 13h42
        Afficher/Masquer

        ou alors sur ce même blog, celui qui avait “prévu” ce séncario : Dennis Meadow et son équipe, rédacteur du rapport “Les limites de la croissance”,
        C’est ICI : « Nous n’avons pas mis fin à la croissance, la nature va s’en charger », par Dennis Meadows

        Sinon, dans la catégorie des économistes clairvoyant (si , si il y a en a qui pense autrement que croissance infinie du PIB) Nicholas Georgescu-Roegen dont l’ouvrage majeur écrit en 1971 est The Entropy law and the Economic Process paru en 1971 et dans lequel il est écrit :

        « Le processus économique n’est qu’une extension de l’évolution biologique et, par conséquent, les problèmes les plus importants de l’économie doivent être envisagés sous cet angle » . . . « la thermodynamique et la biologie sont les flambeaux indispensables pour éclairer le processus économique (…) la thermodynamique parce qu’elle nous démontre que les ressources naturelles s’épuisent irrévocablement, la biologie parce qu’elle nous révèle la vraie nature du processus économique ».


    • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 09h57
      Afficher/Masquer

      Mais non Anemar et crapaud rouge. Dans “aide aux moins méritants”, Yoananda parlait bien évidemment des entrepreneurs car elle a lu le rapport demandé par Montebourg :

      selon les auteurs de ce rapport, il est possible de réaliser 3 milliards d’euros d’économies sur deux ans au sein de la multitude – plus de 6000 différentes – d’aides publiques aux entreprises. En effet, les dépenses budgétaires ou niches fiscales dont bénéficient directement ou indirectement les entreprises en France représentent 110 milliards d’euros sur les budgets de l’Etat et des collectivités territoriales. Certains dispositifs comme le nouveau crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ou le crédit d’impôt recherche (CIR) et la TVA à taux réduit en représentent 63,5 milliards. Comme il n’y sera pas touché, la mission s’est concentrée sur les autres dispositifs, totalisant un montant de 46,5 milliards d’euros dont 40 milliards concernent l’Etat.

      Pour mémo 110 milliards c’est beaucoup plus que le budget de l’éducation nationale (62,7 milliards pour 2013), ce secteur non productif qui ne sert qu’à rémunérer des fonctionnaires !!! N’est-ce pas Yoananda ?


      • yoananda Le 22 juin 2013 à 10h58
        Afficher/Masquer

        La question du mérite fait couler beaucoup d’encre je vois.
        Non, je parlais de la perception qu’ont probablement les Allemands (travailleurs / organisés) et les Anglo des pays du sud : mal gérés, pénalisant l’entrepreneur au profit de toutes une armée de parasites (fonctionnaires, pauvres, mais aussi riches corrompus).
        Enfin, je ne sais pas précisément ce qu’il y a dans la psychologie collective des Allemands, mais je pense qu’on peut assumer qu’ils se voient comme un pays mieux géré, qui a su faire des efforts (politiques Hartz) pour se redresser économiquement, alors qu’en France la mentalité syndicaliste empêche toute reforme, si ce n’est de toujours distribuer plus d’argent gratuit a des fins électorales.

        Je pense qu’au final, a un moment donné, ils ne voudront plus payer. Que leur perception soit juste ou pas n’est pas n’est pas la question … c’est leur perception, et surtout c’est leur argent. On peut venir leur dire que les Français méritent cet argent autant que les Allemands, eux l’ont gagné, nous on l’a dépensé !
        lol

        Après, dans le détail, qui en France profite de cet argent gratuit que Hollande veut continuer a faire couler en forçant la main de la BCE pour sauver sa tête ?
        J’ai ma petite idée, je l’ai déjà dit, je ne m’en cache pas :
        * fonctionnaires
        * immigrés
        * grands patrons
        * élus
        * syndicats
        Dans les catégories il faut zoomer car tout le monde n’est concerné de la même manière. Mais tout ça se fait sur le dos des PMI/PME, grosso modo.

        Enfin, sur l’idéologie gauchiste moralisatrice “tout le monde se vaut”, ce sont souvent des ratés/loosers qui disent ça et je n’ai pas grand chose a leur répondre, ils pensent ce qu’ils veulent.


        • Inox Le 22 juin 2013 à 11h03
          Afficher/Masquer

          Vous êtes au moins démocrate, rien est perdu.


        • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 11h22
          Afficher/Masquer

          Hé, Yoananda, t’as oublié les retraités ! Tu mollis, tu mollis. Gaffe !!!!


          • yoananda Le 22 juin 2013 à 11h59
            Afficher/Masquer

            j’ai hésité sur les retraités ! lol


          • Brice Goe Le 22 juin 2013 à 13h08
            Afficher/Masquer

            Faut dire aussi que ça va être compliqué de continuer à payer 15 millions de personnes à rien foutre.
            Car tout de même : ces personnes de la génération des boomers sont parties à la retraite à 60 ans (voire 55 ans) avec une espérance de reste à vivre d’encore 20 à 30 ans et des pensions mirobolantes pour la plupart.
            Tout ça sur le dos des générations qui suivent et du fonctionnement actuel de l’économie.

            Qu’on leur donne au moins un petit boulot à faire en contrepartie, genre quelques heures d’enseignement par semaine. Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait !

            Seulement voilà, ce sont des électeurs en puissance.
            On en revient toujours au même : ces pourris de politiques qui ne pensent qu’à une chose dès qu’ils accèdent au pouvoir : être réélu la fois d’après.


            • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 07h13
              Afficher/Masquer

              Sais-tu ce que représenterait dans le PIB le travail bénévole en France ? Et également celui des retraités qui par exemple gardent leurs petits enfants lorsque leur maman est parti gonfler le PIB ?
              En tout état de cause ils bénéficient d’un contrat que l’Etat a signé avec eux : tu bosse 37,5 ans (42 maintenant) en cotisant et ensuite du as le droit à une retraite. N’oublies pas non plus Brice, que ces retraités auront gagné durant toute leur vie (active et “passive”) moins que ne gagnera un actif d’aujourd’hui. Il y a 37,5 ans le PIB-PPA/habitant était bien moindre qu’aujourdhui.
              A moins que l’on envisage une sérieuse décroissance et dans ce cas, bien sûr, les pensions doivent être indexées sur le PIB-PPA/habitant . . . comme en Suède.
              De toute façon les objectifs cachés de la retraite est de forcer les gens à prendre une complémentaire privée, . . . pour ceux qui peuvent (tiens encore les riches). Et c’est bien pour cela que ni l’UMP ni le PS ne veulent entendre parler d’une augmentation des cotisations, proposition de certains syndicats.


            • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 07h22
              Afficher/Masquer

              Ils sont certes partis à 60 ans mais sauf à envisager une décroissance (auquel cas on peut indexer les pension sur le PIB/capita comme en Suède), ils auront eu sur l’ensemble de leur vie des revenus inférieurs à ceux de leurs descendants : la croissance est passé par là.
              En tout état de cause retarder l’âge de la retraite est une option. D’autre préférerais cotiser plus. L’idéal serait peut-être une solution à la suédoise : les comptes notionnels qui premet des choix individuels tout en maintenant le système par répartition.


          • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 13h54
            Afficher/Masquer

            Et les chômeurs ? T’as oublié aussi ?
            Et les étudiants qui se payent leur formation sur le dos de la collectivité (cf. le coût ICI : à ces parents qui estiment payer trop d’impots !). Oublié aussi ?


          • yoananda Le 22 juin 2013 à 17h39
            Afficher/Masquer

            Non. Je n’ai pas oublié.

            Le problème c’est que pour expliquer en 3 lignes tout une pensée complexe, c’est difficile.

            Le problème ce n’est pas “les retraités”, mais le XXX% de retraite en trop qu’ils perçoivent.
            Le problème, ce n’est pas les fonctionnaires, mais le XXX% d’avantages en trop. Certains fonctionnaires sont en trop, mais la plupart non. Et combien sont payés a leur juste valeur par rapport au service rendu ? On peut voir un disfonctionnement global, mais après, au cas par cas, ca ne veut plus rien dire.

            Idem pour les étudiants, pour les chômeurs, les immigrés. Ou est la limite entre la justice et l’abus ? Très difficile a dire. Si tu es payé pour 8heures mais tu parviens a n’en faire que 7 … et si tout le monde resquille un petit peu, alors on a un problème.

            On a un problème avec les retraites, avec les fonctionnaires, avec les immigrés, etc…
            Pour les chômeurs et étudiants, je ne sais pas, je n’ai pas regardé. Peut-être.
            Ca ne veut pas dire qu’il faut gazer tout le monde. Ca veut dire qu’il faut réintroduire de la justice, ré-équilibrer. Car il est vrai qu’il y a trop d’argent distribué sur le dos de ceux qui bossent vraiment. Je pense aux artisans qui ne comptent pas leurs heures, et a tout un tas de personnes, y compris des fonctionnaires, des immigrés, des retraités, des patrons, des chômeurs, qui se font tondre pour les autres.

            Il y a des retraites trop grosses, et des retraites trop basses. Mais en moyenne, la charge est trop lourde par rapport a ce que le pays produit. Idem pour les fonctionnaires, et tout ce qui est une charge nette pour la France…

            Après, si tu veux gazer les gens comme moi qui réfléchissent un peu trop … ca peut se justifier aussi !!! lol


            • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 19h04
              Afficher/Masquer

              En revanche on a aucun problème avec la finance, la spéculation, le libre échange, les abus de position dominante, les ententes illicites, le monopole des grosses entreprises sur les marchés publics, la fraude et l’évasion fiscale, la liberté de medias, la démocratie,… Non, l’urgence c’est les fonctionnaires, les immigrés et le RSA ! La stratégie du choc ca marche bien apparemment.


          • yoananda Le 23 juin 2013 à 00h37
            Afficher/Masquer

            Je n’ai jamais dit ça Christophe, mais a quoi bon en parler puisque tout le monde est déjà d’accord dessus.
            Moi j’ai parlé de la vision qu’on les Allemands de la France.
            A mon avis, ils refuseront de payer.
            Personne n’a rien a dire a ce sujet apparemment.
            Et ils n’ont pas totalement tort a mon avis, on est dans un pays du tiers monde, qui marche au clientélisme, que ce soit pour “en haut” ou “en bas” de l’échelle sociale.
            Pour moi, y en a pas un qui vaille mieux que l’autre.


            • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 07h52
              Afficher/Masquer

              Tout cela pour arriver à la conclusion que nous sommes d’accord pour dire que les Allemands vont (probablement) refuser de payer pour conserver l’Euro ? Quelle pitoyabe efficacité !


          • Brice Goe Le 23 juin 2013 à 17h06
            Afficher/Masquer

            @Christophe Vieren

            “En tout état de cause ils bénéficient d’un contrat que l’Etat a signé avec eux”

            Ouaip !
            Ben moi, je sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que, rapport au contrat que j’ai signé avec l’Etat, je me faire empapaouter. Et puis, j’ai beau chercher mais je ne me souviens pas avoir signé quoi que ce soit avec ce monsieur. D’ailleurs, je prends toujours soin de conserver un double et là je ne retrouve rien !


            • Christophe Vieren Le 24 juin 2013 à 09h31
              Afficher/Masquer

              A Brice : iI s’agit bien sûr d’un contrat virtuel : je cotise autant d’année , cela me donne droit à telle pension. On peut bien sûr dénoncer ce contrat comme cela est fait avec les salariés en activité (recul de l’âge de la retraite) mais la différence est que les retraité on aucun moyen d’action : il dispose certes du droit de vote et de manifestation mais plus celui de grève.


        • Surya Le 22 juin 2013 à 11h36
          Afficher/Masquer

          Les pauvres sont donc des parasites. Au moins votre vrai visage apparaît.


        • Brice Goe Le 22 juin 2013 à 12h39
          Afficher/Masquer

          Un peu cliché tout ça :

          – les Allemands seraient travailleurs, organisés, courageux et disciplinés
          – les Français seraient fainéants et retords

          Effectivement, les Allemands ont eu le courage de faire passer les lois Hartz quand nous passions aux 35 heures.
          La différence tient sûrement à de la chance : Ils ont eu Schröder qui a eu le courage et la décence de gouverner en admettant qu’il n’avait aucune chance d’être réélu à cause de ces mesures d’austérité.

          Pour ce qui nous concerne, nous avons eu Jospin qui pensait qu’avec les 35 heures et la suppression de la vignette auto, il serait facilement élu Président (on a eu du bol sur ce coup là !).

          On aurait pu rattraper le coup avec Sarkozy qui n’avait de cesse de répéter que les 35 heures ruinaient la France mais qui ne les a jamais supprimées, par manque d’une paire de couilles. Et qui n’a d’ailleurs pas été réélu non plus 😀

          Bon allez, au boulot Yoananda, on attend que vous redressiez la France avec vos petits bras …


          • yoananda Le 22 juin 2013 à 12h48
            Afficher/Masquer

            Bien sûr que c’est cliché, mais en attendant … au moment on vient dire a l’Allemand de payer ses impôts, non pas pour financer son pays, mais pour aider les ploucs d’a coté, il ne va pas passer des années a philosopher sur la question du mérite des râleur de l’ouest, des mafieux du sud, et des glandeurs aux oliviers …

            Oui, les clichés, c’est à sa qu’ils vont se référer pour dire “je paye ou je paye pas”.
            Vrai ou pas n’est pas la question, mais c’est une question de perception.


            • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 15h16
              Afficher/Masquer

              Mais la question n’est pas de savoir si les Allemands sont mieux ou moins bien que les français. La Vie n’est pas une compétition, nom d’un chien ! Tout ce que l’on dit c’est qu’il font différemment (surtout depuis que Hartz à réussi à leur imposer ces choix) et que ce n’est pas compatible avec une monnaie unique. Les Allemands ont fait des choix différents des choix français. Point barre. Et si c’est pas compatible avec une monnaie unique, il faudra bien que l’un ou l’autre la quitte. Le problème est qu’aucun homme politique ne le fera que si contraint et forcé par la rue ou les urnes. Car si l’on quitte l’Euro, les conséquences seront instantanément plus douloureuses que si l’on y reste et électoralement ce ne sera pas payant.elles seront d’autant plus douloureuses que l’on y sera resté longtemps. Vous connaissez l’histoire de la grenouille dans une marmite d’eau que l’on réchauffe et qui au final meurent brulée car lorsqu’elle se rend compte qu’il est temps de sortir, elle n’a plus les moyens de le faire. Toute la question qu’elle aurait dû se poser est : à quel moment mon avenir est préférable en dehors de la marmite même si il lui faudra courir au sec duran un certain temps pour trouver une autre marmite. Mais c’est une grenouille, pas une énarque ou un avocat d’affaires !


          • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 15h23
            Afficher/Masquer

            C’est quoi ce cliché que les allemands travaillent moins que les français :
            Où travaille-t-on le moins dans l’Union Européenne ?

            Si effectivement la loi sur les 35 h a conduit à la réduction de la durée annuelle du travail des salariés à temps plein, cela a permis de créer des emplois dont certains à temps partiel. C’est pourquoi, la durée effective annuelle moyenne de travail des salariés français, temps plein et partiels, n’est pas la plus faible de l’OCDE, ni même de l’UE. Et en particulier est plus importante qu’en Allemagne où les temps partiels étant plus nombreux, la moyenne est plus basse et le chômage tel que mesuré internationalement moindre.


        • Crapaud Rouge Le 22 juin 2013 à 12h42
          Afficher/Masquer

          @yoananda : “sur l’idéologie gauchiste moralisatrice “tout le monde se vaut”, ce sont souvent des ratés/loosers qui disent ça” : merci de me ranger dans cette catégorie. Suis pas une flèche, ça c’est sûr, mais de là à mériter de tels qualificatifs…

          Cette histoire de “ratés/loosers”, de “moins méritants”, me hérisse le poil car j’y vois une profonde bêtise. Profonde parce qu’elle touche un présupposé de la pensée qu’il est très difficile d’attaquer. N’est-il pas “logique” que les “plus méritants” soient mieux récompensés que les “moins méritants” ? Mais cette logique cache une erreur de logique : les “plus méritants” ne sauraient exister s’il n’existait pas des “moins méritants” qu’eux. L’existence des seconds est nécessaire à celle des premiers, et cette existence mériterait, en bonne logique, d’être honnêtement récompensée alors qu’elle est ouvertement méprisée.

          Il y a en Égypte des pyramides célèbres : dirait-on que les pierres à leur faîte sont “plus méritantes” que celles de leur base au prétexte qu’elles sont plus hautes ? L’on ne connaît pas de sommet de pyramide sans une base dessous. Et, au vu du poids que supportent la base, on serait plutôt tenté de dire, si son mérite il fallait estimer, que c’est elle la “plus méritante”. Quoiqu’il en soit, cette image rappelle qu’il y a nécessairement un ratio entre les meilleurs et les moins bons, et qu’il est profondément stupide de chercher à le modifier en faveur des premiers et au détriment des seconds : une pyramide mal proportionnée s’écroule, et c’est exactement ce à quoi nous assistons.

          Que la société récompense les plus intelligents est une bonne idée, mais qu’elle récompense en priorité les gens qui n’utilisent leur intelligence que pour gagner du fric, l’on peut douter que ce soit strictement nécessaire. Le monde regorge de gens très intelligents, (plus que vous et moi), mais incapables de gagner plus de fric que ce que le système veut bien leur accorder : vous les ranger aussi dans les “ratés/loosers” ? C’est pourtant ce à quoi aboutit la réforme dite “libérale” de la recherche scientifique…


          • yoananda Le 22 juin 2013 à 13h17
            Afficher/Masquer

            Bon, je vois que ce sujet te touches et t’embrouilles l’esprit car l’émotion prends le dessus sur la réflexion. Alors on va essayer de mettre un peu d’ordre dans ce foutoir 😉

            Le mérite d’abord : pour être méritant il faut combiner 1 ou plusieurs facteurs :
            – intelligence
            – détermination
            – éthique
            Malheureusement, les 3 ne sont pas toujours au RDV, mais on peut dire qu’en moyenne, le chef d’entreprise (PMI/PME) est souvent la dedans. L’artisan aussi. Question de survie pour eux. L’entrepreneur Schumpétirien en somme, le héro du capitalisme.

            Prenons un autre cas : Quelqu’un qui est, disons, intelligent/déterminé, mais qui n’a pas d’éthique (pour caricaturer en moyenne ce sera l’archétype du patron de grosse boite) EST quand même méritant. Mais moins, c’est indéniable. Sauf que, même si on éthique est défaillante, c’est compensé par le fait qu’il fournit du travail a beaucoup de monde, et qu’il rapporte des impôts a ses copains politiciens, et aussi, une arme de compétition économique a l’international. Il est moins méritant, mais utile.

            Après, tu va avoir tous le monde “gauchiste” : éthique, détermination. Mais peu d’intelligence a leur actif.

            Après, il y a toute la “plèbe”, qui bien souvent, n’a qu’une semi-ethique, une semi-intelligence, une semi-détermination a son actif pour justifier un quelconque mérite. Ou parfois, ils ont un des 3 facteurs, les 2 autres étant très aléatoire. En plus, cette “plèbe” dépends beaucoup du contexte. Ils sont méritant si on les pousse a l’être, sinon ils se laissent aller. Pour cette grosse majorité, il FAUT que le système économique les pousse a se dépasser.

            Et puis, a l’autre bout du spectre, tu as tous les cassos. Je ne sais pas si tu en as déjà côtoyé, mais ceux la, impossible d’en tirer quoi que ce soit. Dès qu’on leur donne de l’argent (qu’ils sont incapable de gagner) ils le dépensent en futilité qui n’ont souvent qu’un seul but “se donner l’image qu’ils s’en sortent” alors que ça fait l’inverse. A cause du système économique qui doit pousser la plèbe a donner le meilleur d’elle même, les cassos sont incapable de suivre, survivre par eux même.

            Le problème en France, c’est qu’avec notre mentalité égalitariste, on ne reconnaît pas l’existence des cassos et on veut le traiter comme les autres, alors qu’ils ne sont pas fichus de faire autre chose que dépenser de l’argent non gagné. Et, malheureusement, pour tout un tas de raisons, cette attitude se propage comme une gangrène et pèse de plus en plus.

            Du coup, les méritants en ont un peu marre qu’on leur pompe le fruit de leurs efforts, et qu’on les empêches de proposer des solutions pour tous à cause de ce “poids morts”.

            Pourquoi ce boulet devient de plus en plus pénalisant en France ?
            C’est une question culturelle. Car en France, on ne sait pas faire de pédagogie, ni de réalisme sous prétexte que l’homme est égal, et surtout que les différences n’existent pas, ni au niveau individuel, ni au niveau culturel. On est en république, et tout le monde devrait être citoyen.
            Du coup parler de cassos, on sombre direct dans l’hystérie.
            C’est ça l’idéologie socialisante (qui a la base consiste a redistribuer l’égalité des chances, et a faire fonctionner la solidarité) qui devient délétère car basée sur une morale frelatée. Tout le monde ne se vaut pas non. Mais tout le monde a le droit à un état de droit, et le droit de vivre. Mais a partir du moment ou tu ne peux pas vivre sans assistance de l’état, faut pas non plus demander la lune. Du coup, on favorise l’assistanat ,massivement en France. Les immigrés l’ont bien compris, mais ils ne sont pas les seuls.

            Du coup, même si c’est un bel idéal, il se heurte au mur de la réalité.
            Et, les anglo + saxons, anglais+allemands eux ne voient pas les choses ainsi et finiront pas refuser de payer et n’iront pas par 4 chemins pour nous l’expliquer.

            Voila ce que signifie cette phrase qui te choque tant.


            • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 17h09
              Afficher/Masquer

              Très amusant cette diatribe qui prouve que tu ne réfléchis que de manière franco française.
              Les minimas sociaux et les fonctionnaires (et tous les autres “loosers et assistés”) ne sont pas l’apanage de la France. Sur les minima sociaux par exemple, voir la corrélation entre montant des minimas sociaux et taux de chômage. On constate que la corrélation est inverse de celle que tu affirmes péremptoirement : l’assistanat n’induit pas l’ “oisiveté. Le graphique ICI pour les pressés.


          • yoananda Le 22 juin 2013 à 17h30
            Afficher/Masquer

            Tes liens ne fonctionne pas Christophe. Repostes les stp.
            Si je me trompe, je corrigerais ma pensée, c’est pas plus compliqué que ça 😉


          • Crapaud Rouge Le 22 juin 2013 à 17h36
            Afficher/Masquer

            @yoananda : Ton exposé est sans surprise et ne répond pas à du tout à ma petite argumentation. Mais surtout, tu es clairement dans “l’individualisme méthodologique” à soupeser les mérites de chacun. Une méthode qui te permet de dire à peu près ce que tu veux, tant il est facile de sortir le “bon cas” qui convient chaque fois à la “démonstration”.

            Cela dit, ça fait doucement rigoler de te voir parler “éthique”. Elimine ce mot de ton vocabulaire où il n’a pas sa place, et reviens avec une copie corrigée. Je m’explique: la base de l’éthique, c’est précisément d’aider plus faible que soi, c’est-à-dire les “ratés” et les “loosers”, alors que tu t’échines à nous prouver qu’il n’y a pas lieu de le faire.


          • Crapaud Rouge Le 22 juin 2013 à 18h26
            Afficher/Masquer

            Jorion s’est planté parfois (à mon avis) mais a quand même brillamment démontré l’erreur de “l’individualisme méthodologique”, erreur dans laquelle yoananda baigne allègrement, et qui est en train de plonger le monde dans la m… Lire “CRISE FINANCIÈRE ET LOGIQUE DE LA PRÉDISPOSITION” : http://www.pauljorion.com/blog/?p=40793.

            Il me semble évident qu’il n’y a pas que certains risques à être “systémiques”, c’est toute la réalité socio-économique. Mais cette vérité triviale ne fait évidemment pas l’affaire des “winners” : comment pourraient-ils reconnaître qu’ils ne gagnent pas dans un désert où il n’y a personne, mais au sein de la société qui a permis qu’ils deviennent ce qu’ils sont ? Reconnaître ce qu’ils doivent à la société, c’est évidemment diminuer leur mérite, leur sacro-saint mérite.

            Cela dit, aucune société ne peut faire autrement que récompenser d’une façon ou d’une autre les “méritants”. Dans l’ex-URSS, il fallait avoir fait ses études au Parti, et gravir patiemment les échelons, avant de finir sa carrière dans une “datcha”. La bonne question est donc de savoir comment fixer les critères du mérite, et pour cela il faut tenir compte des effets systémiques : c’est bien plus compliqué que de taper sur les “cassos” et les immigrés.


          • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 19h13
            Afficher/Masquer

            OK Yoananda. Le 2e fonctionne. Je reposte donc le premier : “Y a-t-il une corrélation enter minima sociaux et taux de chomage ?


          • yoananda Le 23 juin 2013 à 00h50
            Afficher/Masquer

            Ton lien+graphique est censé montrer que l’assistanat n’existe pas ? lol

            ouille ouille ouille, on est la alors ?
            corrélation n’est pas causalité. Ca te dit quelque chose ?

            Le taux de chômage d’un pays, c’est quelque chose de très complexe. Et pour montrer qu’il serait lié aux minima sociaux en inverse, c’est pas comme ça qu’on fait.

            En plus, la corrélation est probablement inverse :
            Moins tu as de chômage, plus tu as de recettes, et plus tu peux redistribuer et donc avoir des minima sociaux importants. Le lien de cause a effet serait plutôt l’inverse que celui qui est expliqué ou soit disant, plus tu as d’aides sociales, moins tu as de chômage !!!

            mais bon, ce n’est pas non plus une démonstration. Juste pour expliquer que ce lien ne veut strictement rien dire. Ni dans un sens, ni dans l’autre. Mais si on devait choisir un sens, le “bon sens” nous dicterait l’inverse de celui du lien qui n’est une fable idéologique pour gauchiste préconvaincu.

            c’est sûr que mes explications ne doivent pas être très compréhensible si on en est rendu la dans la manière de penser le monde.


            • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 07h59
              Afficher/Masquer

              Tout à fait Yoananda : le lien de cause à effet n’est pas démontré. Et c’est tout à fait ce que j’écris dans l’article :

              “L’on entend parfois dire, jusque dans les hautes sphères politiques, que les minima sociaux (RSA, . . . ) contribueraient au chômage, certains bénéficiaires préférant s’en contenter plutôt que de rechercher un emploi.

              Mais alors, cela doit se constater au niveau du taux de chômage, non ?

              Si corrélation il y a, au vu du graphique taux de chomage= f(montant des minimas), il semblerait plutôt qu’elle soit négative : plus les minima sont élevés, plus le taux de chômage est faible.”

              Car, Yoananda, si ton hypothèse est bonne, à savoir “les minima sociaux favorise l’oisiveté”, avant de taper sur l’ensemble de ces personnes qui disposent de moins de 1.000 euros pour vivre, voire survivre, peut-être faudrait-il étayer ton hypothèse d’un début de commencement de preuve. dans le doute, abstiens toi. Car en attendant, cela fait des heureux de plus. Et ceux qui pensent qu’il faut mieux être aux minima sociaux que de travailler, comme toi probablement, n’hésitent pas à céder leurs emplois. Nul n’est irremplaçable !


          • yoananda Le 23 juin 2013 à 11h19
            Afficher/Masquer

            Je dis qu’il y a une culture de l’assistanat.
            Je dis qu’il y a des personnes qui ne sont pas/plus capable de survivre dans le monde actuel sans aide.
            Cela n’a rien a voir avec l’oisiveté, qui est un problème bien différent a mes yeux, et encore plus profond …
            Le lien en minima sociaux et assistanat ? je ne sais pas trop, je n’y ai pas vraiment réfléchit. Je ne suis pas contre le principe des minima sociaux.

            Je ne sais pas si tu as vu, mais j’ai postés des liens plus bas : c’est JPP qui a raison sur la création d’emplois US vs EU !!! Delamarche a merdé grave sur ce coup la.


            • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 11h48
              Afficher/Masquer

              Ah ben voilà : . “Je dis qu’il y a des personnes qui ne sont pas/plus capable de survivre dans le monde actuel sans aide.” (ton dernier commentaire) ca change tout de même de “Après, dans le détail, qui en France profite de cet argent gratuit que Hollande veut continuer a faire couler en forçant la main de la BCE pour sauver sa tête ? J’ai ma petite idée, je l’ai déjà dit, je ne m’en cache pas : fonctionnaires, immigrés, grands patrons, élus, syndicats” (ton premier commentaires).

              Oui en effet, notre société laisse sur le côté des millions de personnes dont certaines jugées “inemployables” au nom de notre obsession croissanciste. Et je préfère savoir ces personnes employées dans des emplois qui peuvent paraître commercialement non rentables (exemple : personnes qui font traverser les enfants à la sortie des écoles) même si c’est de l’argent “gratuit” distribué par la collectivité et donc nos impôts qu’au chômage ou “assisté”. J’appelle cela la solidarité plutôt que l’assistanat. Les mots ont un sens !


          • yoananda Le 23 juin 2013 à 11h38
            Afficher/Masquer

            Ceci dit, tu as raison Christophe, je devrais ettayer mes propos par des études sociologique / économiques.

            Je ne fais que commencer ma réflexion sur le sujet, tatter un peu le terrain.
            Des cassos j’en connais. La culture cassos, je la vois, je sais qu’elle existe, et même qu’elle est favorisée par l’idéologie ambiante.

            Mais après, pour la “preuve statistique”, je n’ai pas creusé plus que ça.
            Mon propos était déjà d’essayer d’aborder ce sujet, car je constate que c’est un angle mort dans les discussions…
            Jamais la question du mérite n’est abordée … on fait “comme si” elle ne se posait pas. Tradition républicaine oblige semble-t-il …


          • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 12h04
            Afficher/Masquer

            Yoananda écrit : “La culture cassos, […] est favorisée par l’idéologie ambiante”. cela s’appelle soit une croyance, soit un postulat, soit une hypothèse. Si c’est une hypothèse, il te faut maintenant l’étayer. Si c’est une croyance, c’est ton plus grand droit. Je ne la partage pas.


          • step Le 23 juin 2013 à 13h07
            Afficher/Masquer

            @yoananda : Culture cassos, mon périmètre de vue c’est 200 000 personnes, sur ça j’ai des statistiques. Qui bosse : 80% qui cherche du boulot (réellement : 16%) et qui fait cassos en attendant les aides: 4%. Les cassos ça existe, mais je pense que on est loin de ta vision qui n’est pas statistique.
            Il faut bien voir que ces 4% sont INEMPLOYABLES dans le monde moderne, je dis handicapés, et inaptes (50/50). Quand je dis inaptes, c’est alcooliques, violents, illettrés et sans capacités d’apprentissage. On en fait quoi. On les gaze ?

            Dans les 96% restant il y a le développement d”une “culture cassos”. En particulier dans les 16% qui au demeurant cherchent et sont “employables” (pas forcément en recherche fondamentale, mais ils peuvent se lever, aller au boulot régulièrement et faire quelque chose de simple). Quand tu creuses le développement de cette mentalité (qui est contredite dans les actes, car ils restent en recherche active) tu y découvre un mécanisme de protection. Au bout du 500 eme CV infructueux, hé ben tu préfère passer pour un cassos qui à “tout compris au système” que d’avouer que ce monde t’as laissé au bord de la route.
            Enfin apparait aussi des “cassos” employés. Ce sont tout simplement des gens qui pensent que le lien entre leur valeur au travail et leur rémunération (pas seulement monétaire) est cassé. C’est ce que dans le monde de l’éducation on appelle des décrocheurs. Non seulement ils sont capables mais il sont volontairement nuisible à leurs entreprises. On devient décrocheur en général quand on subit des plans sociaux dans l’entreprise, ou quand la politique RH tourne autour du décollage de quelques grands cadres contre une politique de rémunération plus redistributive ou quand le management devient si immatériel, que la prise de décision proche est nulle (le syndrome “temps modernes de chaplin”).

            Bref ta vision est très simplificatrice, plutôt fausse statistiquement et complètement fausse sociologiquement. Pas étonnant du coup que tu focalises sur de fausses solutions (ou des corrections qui devraient être faites mais qui sont marginales).


          • yoananda Le 23 juin 2013 à 14h02
            Afficher/Masquer

            @Christophe,
            je viens de le faire sur mon blog “par inadvertance”.
            http://yoananda.wordpress.com/2013/06/23/punir-le-meritant-et-favoriser-le-cassos/
            bien sûr, sur un article, je n’ai pas examiné toutes les conséquences ,objections … il faudrait un livre pour ça.
            Mais ça explique pourquoi en France spécifiquement, la question se pose.

            Pour aller plus loin dans la “preuve” comme tu le demande (légitimement) il faudrait regarder du coté des sociologues, mais vu que c’est tabou … le préalable c’est déjà d’oser aborder la question.

            J’essayerais de trouver chez les anglos. Peut-être que eux ont plus de données sur le sujet.


            • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 16h00
              Afficher/Masquer

              Yoananda écrit “Mais ça explique pourquoi en France spécifiquement, la question se pose.”

              Ah bon ? Plus qu’ailleurs ? Quelle culture !!!! Cela fait des siècles et dans toutes les communautés humaines que cette question des inégalités de revenus se pose. Tout au moins à partir du moment où les biens ont commencé à s’accumuler et que la propriété privée a été reconnue.

              Yoananda écrit “Pour aller plus loin dans la “preuve” comme tu le demande (légitimement) il faudrait regarder du coté des sociologues, mais vu que c’est tabou … le préalable c’est déjà d’oser aborder la question.

              Rien n’est tabou chez les sociologues. Mais disons que, dans certains pays plutôt égalitaire comme la France, le débat ne se pose plus au niveau où tu le poses. De même que l’on débat moins en France qui, du créationnisme ou de l’évolutionnisme, a raison. A force de remettre tout en cause, on risque de régresser. Je ne sais d’ailleurs plus quel grand philosophe disait que l’intelligence se mesurait à la la capacité à vivre avec ses doutes. Et comme on ne peut être sûr de rien à 100% (sauf expérience de laboratoire), vaut mieux hiérarchiser ses doutes pour se focaliser sur les plus importants par rapport aux conséquences de ses éventuelles erreurs de jugement.

              Mais, bien sûr libre à chacun, à chaque communauté, d’essayer de lever tous les doutes qui l’assaillent afin de prendre des décisions au plus proche du consensus. J’irais – si j’ai le temps – lire ta prose sur ton site. Au sujet de l’acceptabilité des inégalités dans le temps, je te suggère cet article de J. Gadrey : L’éventail acceptable des revenus : Platon, Georges Marchais etc.

              Tu peux même y mettre des commentaires. Jean Gadrey est quelqu’un de très ouvert. Et il a beaucoup travaillé sur cette question. Tu verras qu’il ne jugera pas la question tabou.


          • yoananda Le 23 juin 2013 à 14h05
            Afficher/Masquer

            @step
            détrompes toi, je suis plutôt d’accord avec ce que tu dis.


          • step Le 23 juin 2013 à 15h10
            Afficher/Masquer

            alors on diverge sur les conséquences de ce constat car les cassos inemployables, il faut d’une manière ou d’une autre subvenir à leur besoin, les cassos au chomage, c’est qu’une manière de se préserver, pas une réalité et les cassos du boulot, c”est beaucoup plus la politique sociale de l’entreprise sur laquelle il faudrait médire, or tu ne le fais pas.


          • yoananda Le 23 juin 2013 à 20h13
            Afficher/Masquer

            @step
            non, je suis d’accord aussi avec les conséquences, d’ailleurs, je n’ai rien stipulé a ce sujet.


          • step Le 24 juin 2013 à 09h46
            Afficher/Masquer

            qui ne dit mot conscent yoananda. C’est valable aussi bien pour le “libéralisme” que pour ta colère … sélective.


        • amemar Le 22 juin 2013 à 13h01
          Afficher/Masquer

          Et ça continue! “ratés, loosers”.Mais qu’est-ce qui vous permet de juger les gens ainsi. Pour qui vous prenez vous ? Et les largesses de l’Etat payées par “vos” impôts (c’est vrais que les “loosers” n’en payent pas !) qui vont, comme de juste aux fonctionnaire et aux immigrés ! Oui il faut payer des fonctionnaires pour qu’ils fassent fonctionner un pays dans lequel on forme de gens pour l’Entreprise, on construit des routes , des voies de chemin de fer et des aéroport pour que l’Entreprise reçoive ses matières premières et écoule ses produits, une police pour protéger les biens de l’Entreprise, une justice pour que l’Entreprise soit défendue si besoin est , etc…
          Pour les immigrés, de qui parlez vous ? En ce qui concerne d’éventuelles aides, ce ne sont que celle que l’Etat veut bien accorder et je vous garanti qu’avec les pauvres, il est plutôt chiche l’Etat, surtout avec ceux qui ne votent pas ! A part les allocations familiales, parce qu’ils ont beaucoup d’enfants, je ne vois pas de quoi vous parlez., mais je suppose qu’on va bientôt leur reprocher de se “reproduire”. Et puis renseignez vous mieux sur l’Allemagne, ce n’est pas parce qu’un pays choisit de sacrifier une partie de sa population et que celle-ci commet la sottise de se laisser faire, que cela en fait un modèle à suivre, d’autant qu’aux dernières nouvelles les banques et les finances allemandes ne se portent pas si bien que ça.


      • amemar Le 28 juin 2013 à 16h20
        Afficher/Masquer

        A bizbee et raloul : je suis entièrement d’accord avec vous ! J’ai 54 ans, depuis ma sortie de la fac (1980) je n’entend parler que de chômage, à l’inverse de mes parents qui n’avaient pas ce soucis. Il n’étaient pas “soixante-huitars” non plus et pour eux “il est interdit d’interdire” ça ne signifiait strictement rien ! Certaines choses se faisaient d’autres non ! Point ! Tout ça c’était des histoires de bourgeois parisiens, ils ne se sentaient pas concernés. Bref ils ont eu le plein emploi, les aides sociales assez conséquentes, et plus tard une retraire correcte. Rien de scandaleux, mais tout de même, cette génération là ne s’est battue pour rien, se sont leurs parents et grands parents qui l’ont fait, et ont profité de tout. Nous, nous sommes arrivés dans un monde qui changeait et nous n’avons pas su prendre la mesure de ces changements. On nous expliquait sans cesse que c’était la crise (déjà) et que si on faisait des efforts cela s’arrangerait et nous y avons cru, mais la plupart d’entre nous sommes malgré tout parvenus à tirer notre épingle du jeu. Il n’y a que pour les retraites que nous nous sommes fait avoir ! Vous, les jeunes, nous vous laissons un monde saccagé, un avenir incertain mais nous avons assumé votre éducation (ça fait longtemps que l’Etat fait le minimum se déchargeant sur les familles de l’instruction des jeunes), payer vos études et offert malgré tout, pour beaucoup d’entre vous, un confort de vie que nos parents n’avaient pas eu. La génération de vos grands-parents et de vos parents vous doivent des excuses pour n’avoir pas su vous conserver les progrès et les avancées sociales arrachées par d’autres, parfois au péril de leur vie, mais vous avez reçu une instruction qui doit vous rendre beaucoup plus lucides et plus efficaces dans le monde qui se prépare et qui sera le vôtre. On vous dit égoïstes, mais vous savez vivre en coloc, pas nous ! on vous dit instables, mais vous savez vous adapter quand les veilles recettes ne marchent plus, on vous accuse de ne pas vous révolter, pourquoi faire? l’avez nous fait pour les autres ? C’est vous qui avez raison, cela ne sert à rien de se révolter si on n’a pas mieux à proposer et de toutes façon, vos aînés qui ont encore beaucoup à perdre ne vous suivront pas ! Vivez votre vie au mieux et n’oubliez pas; tout le monde vieilli, et quand on vieillit on devient fragile, donc peureux et les peureux sont toujours égoïstes ! tout ce qu’ils veulent c’est durer, encore un petit peu, dans le meilleur confort possible !! C’est triste mais c’est comme ça !MAIS si une occasion de rendre le monde plus heureux pour tous se présente, NE LA RATEZ PAS


    • Inox Le 22 juin 2013 à 10h33
      Afficher/Masquer

      “Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.”

      “tonneau des danaïdes des politiques socialistes d’aides au moins méritant” (très à la mode cet argument en ce moment)

      De plus en plus intéressant. Après la tentative de nous expliquer que la démocratie ne sert plus à rien, on tente de nous expliquer que le premier article de la déclaration universelle des droits de l’homme ne sert à rien non plus.

      Et tout ça pour sauver les intérêts de “ceux qui méritent”.

      Quelle est la prochaine étape ? MAF dans la constitution peut être ? (pourquoi pas hein…)

      Décidément, je vais presque finir par croire comme Cristophe Vieren, L’espèce humain n’est capable du meilleur qu’en reconstruisant sur les ruines de sa médiocrité.


    • Néophyte Le 23 juin 2013 à 10h30
      Afficher/Masquer

      Encore sur le début je suis près à vous suivre mais sur la fin excusez moi du peu…

      “[…]le tonneau des danaïdes des politiques socialistes d’aides au moins méritant (en fait politique de maintient de la paix sociale car sinon ce serait déjà bien pire).[…]”

      Peut-être préférez-vous que les chômeurs (car c’est sans d’eux dont-il s’agit,), les précaires, les salariés sous payé vive dans la misère…

      Maintenant dire que c’est Allemagne qui paye pour nous, je voudrai JUSTE dire que l’Allemagne c’est plutôt enrichie en faisant du dumping sociale et fiscale vis à vis de ses voisins)

      L’excédent que possède l’Allemagne aura vite fondu des que l’euro éclatera

      RussEurope – Jacques Sapir
      “La compétitivité-prix ne se ferait pas au détriment des pays de l’Europe du Sud, dont toutes les estimations montrent qu’il auraient intérêt à dévaluer plus que nous. Les gains quant aux exportations se feraient essentiellement au détriment de l’Allemagne qui verrait son excédent commercial de 5% du PIB se transformer en un déficit de -3% du PIB”
      http://russeurope.hypotheses.org/1381


  2. Patrick Luder Le 22 juin 2013 à 05h54
    Afficher/Masquer

    Même dans les plus grands malheurs, il y a en a en tirent toujours profits.
    Les charognes font partie du fonctionnement de la nature.


    • Julian Le 22 juin 2013 à 07h06
      Afficher/Masquer

      Et surtout les charognards…


    • step Le 23 juin 2013 à 13h12
      Afficher/Masquer

      je me suis dit exactement la même chose quand il a dit cette phrase. Mais c’était insulter les charognards qui ont une fonction écologique importantissime. Des parasites, oui qui essayent de nous faire croire qu’ils sont des symbiotes économiques.


  3. millesime Le 22 juin 2013 à 06h46
    Afficher/Masquer

    ce qui est appréciable ce sont les non-dits : économie de bulles + guerre et on recommence..!
    quelle stratégie !
    il est plus que temps de réaliser la séparation des banques commerciales, des banques de dépôt d’une part et de réviser ou plutôt refonder le système monétaire international. d’autre part.


  4. Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 07h46
    Afficher/Masquer

    Je crains hélas qu’il ne faille compter sur la pédagogie des catastrophes pour repartir sur de bonnes bases ! Souvenons-nous le CNR au sortir de la guerre, le New Deal aux USA, . . . L’avantage est qu’il y avait à l’époque le risque de containation des pays dits communistes. Nos capitalistes étaient obligés de lâcher du lest. Ils n’existent plus aujourd’hui. Tant mieux pour ces peuples là, dommage pour nous car cela nous permettait d’allier démocratie et social dans une économie à peu près performante (au taux de chômage et à la destruction de la planète près).
    Espérons que la nouvelle base sera surtout écologique, avec une priorité à l’êter plutôt qu’à l’avoir : la sagesse quoi ! Sapiens comme dans Homo sapiens


  5. Fabrice Le 22 juin 2013 à 07h54
    Afficher/Masquer

    Il faut avouer qu’ inviter les deux c’était osé pour Nicolas Doze !

    Dès le départ on voit qu’ils ne s’aiment pas, une fois que l’on voit ça, on ne peut penser qu’à un moment ça tournera mal ! Mais bon un qui tente un revers et qui au final se fait tacler résume bien l’impression qu’on peut tirer du débat l’un avale sans analyse les chiffres qui sont derrière sans chercher à comprendre et l’autre qui fouille ses données.

    L’un qui fait la cigale (cool y a de la liquidité tout va bien on va surfer sur les bulles, ça fa farter !) et l’autre la fourmi (bon arrêtez de danser, vous voyez pas que ça va faire mal, préparez vous bon sang c’est hors de contrôle).

    Il faudrait juste que vous donniez des trucs de calme à Olivier Delamarche, il se dessert parfois car il fait bad boy par rapport à d’autres qui sont plus attirant, il faudrait qu’il regarde la caméra son regard fuyant n’aide pas à appuyer son discours.


    • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 08h53
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord. Le fond de Delamarche est bon, mais la forme me semble discutable. Au delà de son regard fuyant, on le sent trop sûr de lui, limite condescendant : il se retranche derrière ses certitudes (qui sont probablement réelles, et à juste titre) au lieu d’avancer à chaque fois un fait incontestable plutôt que de répéter en boucle “cela va péter à la figure”. Rappeler qu’il y a 50 millions de bénéficiaire des food stamps me semble faire partie de ces arguments incontestables montrant qu’entre l’économie réelle (celle que vivent les peuples) et les indicateurs (PIB, Dow Jones, …) il y a souvent un grand écart. Suffit d’ailleurs de regarder, en France, le CAC 40 qui est en train de gonfler alors qu’aucune perspective d’embellissement dans les quelques années à venir n’est annoncée par les instances officielles.


      • Crapaud Rouge Le 22 juin 2013 à 09h32
        Afficher/Masquer

        Mais son adversaire répétait en boucle “7 millions d’emplois créés aux US” ! Faut quand même pas déconner ! Aujourd’hui, parler d’emplois ne signifie strictement rien si l’on ne dit pas à quels tarifs et pour quels horaires. Garder des mômes 4 heures par jour à 8 euros de l’heure, je n’appelle pas ça un “emploi”.


        • Fabrice Le 22 juin 2013 à 10h50
          Afficher/Masquer

          J’ai remarqué que c’était dans les techniques, Crapaud Rouge,pour décrédibiliser une analyse détaillée et indiscutable répéter des absurdités comme light motif, jusqu’à ce que l’adversaire s’énerve et desserve son propos.

          La technique a été souvent utilisé par les opposant au dérèglement climatique pour arriver à faire douter sur des recherches pourtant indiscutable scientifiquement, pinailler sur un doute ou un point de forme jusqu’à décrédibiliser totalement le fond.

          Olivier Delamarche a une analyse basé sur du travail poussé, mais depuis je l’observe il se dessert par son énervement, quand à vous Olivier j’ai l’impression que vous apprenez de ce genre de technique et vous évitez maintenant ce genre de piège que vous tendent parfois vos interlocuteurs non ?


          • raloul Le 24 juin 2013 à 11h55
            Afficher/Masquer

            Bonjour!

            J’aime beaucoup le terme “light motif”, très drôle!
            Leitmotiv, ça sonne un peu trop wagnérien… (humour)

            Sinon, totalement d’accord avec vous concernant les techniques de discréditation des thèses adverses, la rhétorique appliquée à ras le plancher. Au passage, “Les marchands de doutes” est un bon ouvrage pour comprendre certaines mystifications de la science récente…


        • jave Le 23 juin 2013 à 02h38
          Afficher/Masquer

          Il y a les chiffres du taux d’emploi entre 2003 et 2013 sur le blog de Paul Krugman (A Potentially Tragic Taper).
          Chute de 5 % en 2008, passant de 63 à 58 %, et depuis +0 %. J’imagine qu’Olivier a du mal avec Krugman but still he is Krugton the invicible.


      • Lutfalla Le 22 juin 2013 à 16h36
        Afficher/Masquer

        Quelqu’un connait-il les sources d’Olivier de la Marche ?

        Où trouver des chiffres fiables sur les “food stamps” US ?

        merci par avance


      • Deres Le 24 juin 2013 à 15h37
        Afficher/Masquer

        En France, il y a facilement 10 millions de personnes qui touche une aide de l’Etat pour une population 5 fois plus faible … Faire une aide ciblée au lieu de donner du cash me semble au contraire un bon moyen d’éviter les polémiques comme celles de la prime de rentrée scolaire servant à payer des télévisions ! Les food stamp ne sont pas la soupe populaire pour les clochards.

        Ce qui m’énerve un peu est que l’on dit toujours que les gens peuvent crever la bouche ouverte aux USA, puis quand on veut dire que l’économie américaine va mal, on sort la quantité des aides aux démunis !!!


        • Christophe Vieren Le 24 juin 2013 à 19h49
          Afficher/Masquer

          @Deres : la question ne porte pas sur la richesse des ricains mais sur la présumée reprise US. Nous n’avons fait que regarder l’évolution du chomage et des food stamps de ces 10 dernières années. Alors certes en France il y a de nombreuses aides, et c’est heureux. Quant au détournement des aides : un téléviseur = 300 € pour 10 ans, soit 30 € par an, soit 5 repas ! Salaud de pauvres, z’ont qu’à lire !

          Mais OK. Pourquoi pas cibler les aides avec des bons puisqu’elles sont reliées à des droits fondamentaux : alimentation, logement (c’est déjà le cas avec l’APL versé directement au beilleur), santé (c’est déjà le cas avec la sécu), travail (oups. Y a comme un bogue là !), culture, . . .


    • Brice Goe Le 22 juin 2013 à 12h45
      Afficher/Masquer

      @Fabrice

      “Il faudrait juste que vous donniez des trucs de calme à Olivier Delamarche, il se dessert parfois car il fait bad boy par rapport à d’autres qui sont plus attirant, il faudrait qu’il regarde la caméra son regard fuyant n’aide pas à appuyer son discours.”

      Ah non, SURTOUT PAS !!!
      Laissez-le comme il est.
      Ca fait du bien de voir des vraies gens, qui ne pensent pas qu’à faire de la com’ pour améliorer leur standing.

      Même Olivier Berruyer a appris à sourire quand la caméra bascule sur lui. Certes, avec un temps de retard pour l’instant mais il va (malheureusement) progresser !


  6. scholler Le 22 juin 2013 à 08h02
    Afficher/Masquer

    pas besoin d etre expert de LIE TO ME pour voir qui ment depuis des mois , CAHUZAC en moins bien , mais il le dit lui meme il est la pour gagner de l argent …MALHEUREUSEMENT sur le dos de ceux qui l ecoutent , j ai signale ce comportement a NICOLAS sans succes n par contre o delamarche pas vu depuis


  7. Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 09h01
    Afficher/Masquer

    Bon comme je ne connaissais pas JP Petit, j’ai cherché trouvé cela : Ancien chef économiste chez Exane BNP Paribas, Jean-Pierre Petit a été élu meilleur économiste de marché aux grands prix Agefi/Wall Street Journal en 2002, …

    Comment voulez-vous qu’il soit critique vis à vis du système boursier, devenu purement financier ?


    • Surya Le 22 juin 2013 à 11h03
      Afficher/Masquer

      Maintenant on sait d’où vient son égo sur-dimensionné : un prix Agefi/SWJ et un stage à la buba.

      J’aimerai bien voir son track record à celui là, juste pour rire.

      Un peu de google sur ce monsieur juste pour rire; tout y passe : le découplage, la hausse des actions… Publié début 2008.

      Encore un expert en mousse qui passe à l’antenne parce que c’est un copain du rédac’ chef.

      http://www.easybourse.com/bourse/financieres/interview/1000/jean-pierre-petit-exane-bnp-paribas.html

      À mon sens, nous n’assistons pas à la fin du marché actions haussier qui a démarré en mars 2003. Même si nous observerons une baisse en début d’année, nous aurons une reprise.
      Si nous avons une récession au premier semestre, il faut garder à l’esprit que le marché actions a anticipé le creux avec une moyenne de 4,8 mois d’avance.

      Qu’en est-il de la profitabilité des entreprises ?

      La profitabilité structurelle va résister. Nous anticipons des BPA à 7 en nominal en Europe et entre 4 et 7 aux Etats-Unis, cela dépendra des rachats d’actions.
      Même si nous étions en négatif, nous pourrions avoir un marché actions haussier.
      Nous avons connu quatre marchés actions haussiers depuis 25 ans aux Etats-Unis, en dépit d’une baisse des BPA, en 1986, 1989, 1991 et 1998.
      Cela doit être compensé par une forte baisse des taux. C’est ce que nous aurons cette année.

      Doit-on s’attendre à une hausse des marchés actions cette année ?

      Nous anticipons une hausse modérée des marchés actions pour cette année. Nous n’aurons certainement pas de total return de 20/25% comme nous avons pu en avoir ces dernières années. Au niveau mondial, nous prévoyons un total return entre 7 et 12.

      […]

      Je surpondère les marchés actions sur l’année, bien que je sois sous-pondéré pour le moment.


      • Phoenix Le 22 juin 2013 à 19h28
        Afficher/Masquer

        @ Surya : Vous dites “Maintenant on sait d’où vient son égo sur-dimensionné “.

        Je suis très surpris de votre remarque car je lui trouve au contraire beaucoup de cohérence et très peu d’égo alors qu’à contrario, si il y en a un qui a un égo sur-mendisionné, c’est bien Olivier Delamarche. Lequel égo lui fausse toute vision objective, trop ancré qu’il est dans la volonté de concrétisation de ses prévisions catastrophistes. Il en est devenu non seulement désagréable mais aussi redondant, borné, limite inintéressant et même frustrant.


        • Surya Le 22 juin 2013 à 19h49
          Afficher/Masquer

          Je trouve que la plupart des intervenants dans cette émission ont un égo boursouflé, à l’exception notable de Jean-Louis Mullenbach et des quelques dirigeants d’entreprises qui interviennent régulièrement.

          j’en ai marre de tous ces économistes/stratégistes d’opérette qui ont tous la science infuse; eux qui savent et peuvent donc faire de la propagande pédagogie vis à vis de nous, crétins ignorants d’auditeurs qu’il faut informer éduquer

          Pour vos remarques sur Olivier Delamarche, je constate juste que tout le monde se fout de sa gueule, donc je comprends que ça énerve 😉 J’ai remarqué que JP Petit n’a jamais répondu sur les 47 millions d’américains aux food stamps et sur le taux de participation de la population active aux stats du chômage.

          C’est un truc marrant avec les économistes, quand les faits ne sont pas en accord avec le dogme, il vaut mieux rejeter les faits que le dogme. Tels des talibans (et je pèse mes mots) vis à vis des infidèles 😉


    • yoananda Le 22 juin 2013 à 13h22
      Afficher/Masquer

      Soit.
      Comme je l’ai expliqué les théories économiques actuelles basées sur des mathématiques linéaires sont totalement inopérantes.

      Mais après, la seule chose qui vaille pour ce qui concerne cette vidéo c’est les 7 millions d’emplois créés.
      Soit c’est vrai. Soit c’est faux.
      Si c’est faux, il faut le démontrer.

      Je me fiche que JPP ai été élu plus grosses chevilles de l’année ou pas. S’il a raison ou pas, c’est ça qui compte. Point par point.

      Je ne sais pas pour ces chiffres, je n’ai pas creusé, mais les arguments de Delamarche sur la question ne tiennent pas la route. Désolé.
      Le PIB ca se truque, on est d’accord. Surtout avec des QE.
      Mais les créations d’emplois … c’est autre chose. Food stamps ou pas.


      • Surya Le 22 juin 2013 à 13h43
        Afficher/Masquer

        La réponse est donnée en 30 secondes par google

        http://data.bls.gov/timeseries/LNS11300000


        • yoananda Le 22 juin 2013 à 17h28
          Afficher/Masquer

          mais d’ou il sort ce chiffre de 7 millions d’emplois créés ???
          y a vraiment un truc qui cloche la.


          • Christophe Vieren Le 22 juin 2013 à 17h57
            Afficher/Masquer

            Rappel : 7 millions d’emplois créés ne signifient pas 7 millions de chômeurs de moins. Ce chiffre ne tient en effet pas compte des emplois DETRUITS (la fameuse destruction créative) durant la même période.


          • pitoun Le 22 juin 2013 à 18h08
            Afficher/Masquer

            et pour le chomage voir ue 6


          • yoananda Le 22 juin 2013 à 18h57
            Afficher/Masquer

            @Christophe

            mais non justement, JPP prends bien soin de dire qu’il s’agit de créations NETTES, c’est a dire, destruction d’emplois comprises.
            Après, ca fait un bail que je ne consulte plus les stats des emplois US, donc, je ne sais pas.


          • Surya Le 22 juin 2013 à 19h11
            Afficher/Masquer

            La reprise est USA est là !

            Ha en fait non :/

            http://research.stlouisfed.org/fred2/series/UEMPMEAN/

            Je ne sais pas d’où sort ce chiffres de 7 millions d’emplois créés (et sur quelle période ?) mais en annuel on en est (très) loin.

            http://www.bls.gov/news.release/empsit.toc.htm

            http://www.bls.gov/news.release/empsit.nr0.htm

            Establishment Survey Data

            Total nonfarm payroll employment increased by 175,000 in May, with gains in professional and business services, food services and drinking places, and retail trade. Over the prior 12 months, employment growth averaged 172,000 per month. (See table B-1.)

            Il doit parler des emplois créés depuis le crash post lehman (donc sur 4 ans)


          • pitoun Le 23 juin 2013 à 09h59
            Afficher/Masquer
      • yoananda Le 23 juin 2013 à 11h10
        Afficher/Masquer

        Et bien il semble que JPP ai raison : http://www.tradingeconomics.com/united-states/employed-persons
        la création d’emplois aux USA s’est remise à un rythme “normal”.
        Après le taux de chomage est bidonné, on sait tous de quelle manière, mais c’est une autre question.

        A comparer avec celle de l’Europe en plein déclin : http://www.tradingeconomics.com/euro-area/employed-persons

        donc oui la politique américaine est bien meilleure !

        ca me semble indéniable. JPP a raison sur ce coup la.


      • Deres Le 24 juin 2013 à 15h57
        Afficher/Masquer

        Faudrait faire des nuages de particule alors …


    • Surya Le 22 juin 2013 à 16h12
      Afficher/Masquer

      C’est juste un perroquet qui répète en boucle son disque rayé partout où il passe :

      infinite loop :

      while(1)
      {
      print(“ça fait 25 ans qu’on vit en économie de bulle”);
      print(“market timing is crucial”);
      }

      Vu le sien de market timing, à la lecture de l’interview donnée ci dessus, y a de quoi rire avec ces pseudo experts en bois 🙂


  8. FL Le 22 juin 2013 à 09h13
    Afficher/Masquer

    Notre mode de fonctionnement social à nous les nantis, basé sur un consommation d’énergie fossile considérable est limité dans le temps, peut être encore quelques courts siècles.

    Nous voici au temps de la rupture d’avec cette consommation sans compter. Aucune alternative n’est sérieusement pensé par les politiques. Sans doute parce que la majorité des humains ne souhaite pas que ce “mode de vie” change (faute d’imagination? de courage? de solidarité?).
    Et puis allez dire à un “chinois” de prévoir de se restreindre sur le confort de l’apport de l’énergie ad libitum alors qu’il n’en est qu’à la découverte des bien fait de la prodigalité énergétique.
    Les “chinois” et tous les autres, soit; tous les chinois, les indiens tous les indiens, les africains tous les africains, les humains tous les humains…
    Rupture? mais quelle rupture?
    Et encore on ne parle pas vraiment des humains de demain dans cette histoire comme s’ils n’étaient pas nos égaux.


  9. FLURY Le 22 juin 2013 à 09h35
    Afficher/Masquer

    Parfois le réalisme et de mettre les pieds dans le plat a du bon. Et de rappeler aux pseudo experts leurs écrits antérieurs a aussi du bon. Mais on continue à les écouter nous dire qu’il faut vivre avec le cadre général de bulles, formidable, il est payé par qui? Sous ce réalisme de JP Petit se cache une idéologie rampante qu’il nous illustre formidablement: pendant toutes ces années de crise, des investisseurs ont gagné beaucoup d’argent. Tiens donc, quelle bonne nouvelle!


  10. luci2/29 Le 22 juin 2013 à 09h46
    Afficher/Masquer

    Merci à O Berruyer pour son blog et se richesses.
    Merci à Tous ceux et celles qui réfutent, avec force arguments établis ,les arguties branlantes des
    “TINA”
    Merci à N Doze ,son équipe et
    à O Delamarche ,indispensable !!


  11. pitoun Le 22 juin 2013 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Delamarch est un des rares à voir ce qui se passe. J’ai hate d’entendre son commentaire sur les événements de cette semaine 🙂


    • dadone Le 22 juin 2013 à 23h25
      Afficher/Masquer

      @pitoum

      Delamarch est un des rares à voir ce qui se passe.

      Il ne faut rien exagérer Delamarche fait partie d’une multitude qui comprend la crise.
      Déjà en 2006 (!) Lordon avait une vision on ne peut plus clair.
      http://www.lois-economiques.fr/main_page.php?page=videos.html


      • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 09h49
        Afficher/Masquer

        Certes Delamarche – et Olivier B. – ne sont pas les seuls à être clairvoyants. Mais ils sont rares dans le monde professionnel de la finance (enfin si leur profession est bien de la finance, ce que je crois) à en faire part publiquement. Si j’avais de l’argent à placer honnêtement, je ferais plutôt confiance à eux. Mais c’est un autre débat. J’espère que leur honnêteté ne les lèse(ra) pas professionnellement. Quoi que, j’imagine, ils pourraient facilement rebondir (à l’ONG Finance Watch par exemple 😉 ).


        • dadone Le 23 juin 2013 à 09h55
          Afficher/Masquer

          @Christophe Vieren
          Oui, publiquement, car il n’y en a pas énormément à scier la branche sur laquelle on est assis, ce n’est pas courant.
          Mais pour avoir échangé souvent avec des personnes de ce milieux (traders, gestion de portefeuille) elles sont très souvent consciente de la catastrophe à venir…
          Et Lordon le fait depuis longtemps…il n’y a qu’à voir sa vidéo, un vrai moment de lucidité…


  12. learch Le 22 juin 2013 à 10h16
    Afficher/Masquer

    Nous sommes sur le Titanic, nous sommes à pleine vitesse, notre commandant ne veut pas ralentir pour des raisons politico-financières, nous venons de croiser les premiers icebergs, sans dommage.
    Le second Hollande n’ose pas contredire l’autorité de son supérieur. Nous ne sommes pas sur le Bounty.
    JP Petit a compris ce qui va arriver, il a décidé de racheter le stock de gilets de sauvetage pour les revendre bientôt. A Madelin est ses amis fumeurs de cigares anglophones lui prêtent l’argent nécessaire.
    O Delamarche a compris ce qui va arriver, il cri mais personne ne l’écoute, on doute même de sa capacité d’analyse.
    O Berruyer, P Jorion, F Lordon et quelques autres passagers ont compris eux aussi, ils suggèrent qu’il serait peut-être opportun de mettre le commandant en fond de cale.
    Les 3e classes dansent encore, même s’il commencent à se plaindre du froid.
    Au final, nous allons tous goûter l’eau glaciale.


    • Christophe Vieren Le 23 juin 2013 à 07h48
      Afficher/Masquer

      Je ne résiste pas à rebondir en proposant in extenso cette métphore bien connue :
      Laissez-moi tout d’abord vous raconter une histoire…

      Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.

      Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède.

      La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.

      La température continue à grimper. L’eau est maintenant chaude.
      C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant.

      L’eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.

      La température continue à monter jusqu ’au moment où la grenouille finit tout simplement par cuire et mourir, sans jamais avoir fait quelque chose pour s’extraire de la marmite.

      ==============
      Pour ceuss qui n’auraient pas compris : si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50° Celsius, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite


  13. cording Le 22 juin 2013 à 10h28
    Afficher/Masquer

    Castagne, vous avez dit castagne? Tout est bien relatif mon cher Olivier! Olivier Delamarche n’a fait que remettre en place un “expert” qui trouve normal la situation et se trompe comme tous les experts. J’aimerais qu’Olivier Delamarche se trompât comme tous mais je crains bien que non.
    J’espère qu’il sera encore présent à la saison prochaine. En attendant la sortie de Chypre de la zone euro!


    • pitoun Le 22 juin 2013 à 11h48
      Afficher/Masquer

      Qui est peut etre pour la semaine prochaine si le président chypriote n’arrive pas a reavoir une renegociation de son traité.


  14. Lionel Le 22 juin 2013 à 11h31
    Afficher/Masquer

    Vu le tweet de Nicolas Doze suite à l’émission, vous pouvez être sûr que c’est Delamarche qui fera les frais de cet échange…
    Quel dommage, ce comportement ! BFM a besoin de contrariens, mais pas aussi mauvais sur la forme. Tout son discours n’est entendu que par ceux qui sont d’accord avec lui (donc les lecteurs de ce blog). Malheureusement les lecteurs de ce blog ne sont pas représentatifs des auditeurs de BFM… Qu’il aille plus loin dans son analyse des chiffres, qu’il utilise les dires pour rebondir. Bref, qu’il fasse du media training !!!

    Hélas, je pense qu’il en a fait, et que sa stratégie est claire, jouer le contrarien énervé qui rentre dans le tas. Elle est certainement très bonne pour sortir des sentiers battus, mais elle n’est pas bonne pour convaincre. La question est : quel est son objectif…?


    • Brice Goe Le 22 juin 2013 à 12h53
      Afficher/Masquer

      Eh oui, n’est pas Michel Polac qui veut …

      C’est qu’il est politiquement correct le père Doze !


      • Julian Le 22 juin 2013 à 13h44
        Afficher/Masquer

        Et payé pour ça !


        • step Le 23 juin 2013 à 13h21
          Afficher/Masquer

          oui et depuis quelques temps assez agaçant avec sa reprise et son embellie, quand je vois ma BDD des entreprises en difficulté gonfler jour après jour (et je ne parle même pas du chomâge)


  15. pitoun Le 22 juin 2013 à 11h44
    Afficher/Masquer

    Il a montré ses chiffres et il les a détaillés dans de longues vidéos. Il travaille juste alors que les autres ne foutent rien.


  16. Brice Goe Le 22 juin 2013 à 12h22
    Afficher/Masquer

    Ce JPP est incroyable : Le mec nous explique qu’on vit dans un monde de bulles et qu’il faut savoir faire avec, qu’on peut gagner de l’argent malgré tout !!! Et tant pis pour les gueux qui traînent aux food-stamps.

    Qu’on l’envoie porter la bonne nouvelle au peuple qui en bave, nom d’une pipe. Pas sûr qu’il revienne entier : Je pense plutôt qu’il se ferait lyncher à la mode Mussolini.


  17. amemar Le 22 juin 2013 à 13h15
    Afficher/Masquer

    A Brice Goe : le peuple !! Arrêtez de dire des gros mots !


  18. learch Le 22 juin 2013 à 13h15
    Afficher/Masquer

    J’ai trouvé cette vidéo très intéressante, les propos tenus vont dans le sens des Deux Oliviers (Berruyer & Delamarche 🙂 ) Je ne connaissais de M.Cheminade que le portrait galvaudé créé pendant les élections présidentielles, mais bon peu importe c’est ce qu’il dit et explique qui est important… quand à Mme Zaki je la trouve toujours aussi perspicace.

    http://www.youtube.com/watch?v=54ClkVLAUJ8&feature=fvwp&NR=1

    Après le visionnage, j’en suis venu à me demander si, maintenant, les efforts des représentants des différents pays de cette Megacrise à venir ne sont pas dirigés vers un seul et unique but : ne pas faire parti des “perdants” (cf. cette video).


    • Julian Le 22 juin 2013 à 14h01
      Afficher/Masquer

      ” ne pas faire partie des perdants”.

      C’est exactement cela. C’est cœur du cœur de la logique financière


      • learch Le 22 juin 2013 à 14h58
        Afficher/Masquer

        Oui bien sûr mais ici, dans cette vidéo, dans le contexte, le mot “perdant” prend, je trouve, une autre dimension. Tout comme le mot “gagant” d’ailleurs. Car au final, tout le monde, l’humanité, sera perdante… ou gagnante si elle a assez de ressources pour rebondir en apprenant des échecs du passé.


  19. learch Le 22 juin 2013 à 13h25
    Afficher/Masquer

    Myret Zaki :

    http://www.youtube.com/watch?v=dHJKHO70y4I

    http://www.youtube.com/watch?v=2zxAELgLRr8

    On ne peut pas dire que cette ressortissante helvétique manie la langue de bois…
    Et en plus elle a du charme ! 🙂


    • yoananda Le 23 juin 2013 à 17h11
      Afficher/Masquer

      J’ai regardé la première vidéo.
      J’ai trouvé que Phillipe Mainère était le plus pertinent. Je déplore que Piero n’ai pas plus pris la parole pour un débat de fond sur la question énergétique. Miret pour moi fait des erreurs d’analyses. La dette a changé de nature en 1971, elle n’a plus vocation a être remboursée. La dette d’état est la source de la création monétaire (grosso modo) on ne peut plus la rembourser. Par contre, on doit la faire rouler, ce qui change un peu l’équation.

      Sur le rôle des spéculateurs elle exagère leur rôle, qui serait plutôt similaire, comme le dit Giorgio a de catalyseurs, plutôt qu’a des vrais perturbateurs.

      Bref, toujours ce soucis d’inculture économique généralisée (c’est d’autant plus difficile qu’il n’y a pas de consensus et beaucoup de fausses idées qui circulent) dont nous pâtissons tous.

      Mais derrière cette crise de la dette, c’est la question de la croissance, et donc … de l’énergie qui se pose. Et la, seul giorgio aborde le sujet. Et pour l’instant il n’y a pas de réel contradicteur à cette explication.

      Depuis 1979 on fait de la dette car l’économie réelle patine puisque la croissance pétrolière a ralentie fortement. Depuis 2005 on a atteint un nouveau point d’inflexion dans la production pétrolière et le prochain choc est prévu pour 2017, alors même que pour maintenir la croissance on doit investir de plus en plus massivement, de manière exponentielle.

      Les petits rouages défaillants vont se généraliser et je crains que Phillipe Manière n’ai de plus en plus de petites mauvaises surprises partout sans comprendre le lien sous-jacent puisqu’on est dans un phénomène émergeant.


      • learch Le 23 juin 2013 à 20h55
        Afficher/Masquer

        Un raid de hedges funds américains ne dépensent que très peu d’énergie 😉
        Par contre ils peuvent faire basculer des millions de personnes dans la misère,
        et cela ne DOIT plus se reproduire.


  20. duff Le 22 juin 2013 à 13h37
    Afficher/Masquer

    Sur la fin de l’émission, Delarmarche accuse Petit de ses mauvais conseils datant de 2007 ce qui très petit (le cas de le dire) quand on regarde les performances de platinium gestion disponibles sur le site internet depuis cette époque.

    Je crois que Delamarche en avait après Petit parce qu’il est furieux d’avoir suivi ses conseils…


  21. marasaki Le 22 juin 2013 à 13h38
    Afficher/Masquer

    Comme souvent, il y a des éléments de vérité dans chaque discours. Réagir comme si l’un avait tout faux et l’autre tout juste me parait inapproprié . Leurs analyses respectives se situent souvent à des niveaux différents et donc ne sont pas strictement opposables. L’un se place à l’intérieur du système sans velléité de le changer et l’autre à l’extérieur..La contradiction devrait se trouver là et n’y est même pas vraiment. Delamarche voit le tout aller dans le mur quoiqu’il arrive et Petit affirme qu’il n’y a pas de choix autre que la politique actuelle pour éviter la déflation et aller dans le mur. En résumé, davantage une confrontation d’égos et de style qu’un affrontement d’idées.

    La vidéo complète ici
    http://www.boursorama.com/actualites/nicolas-doze-les-experts-avec-olivier-delamarche-14-juin-2-2-beb15fb2767827bd83b589edb9babf58


    • step Le 23 juin 2013 à 13h25
      Afficher/Masquer

      il y a surtout un raisonnement micro (ma gueule, court terme) qui s’oppose à un raisonnement macro (nous tous, moyen long terme). On n’ a pas le même constant quand deux personnes sont devant un écran de cotations, et que le premier regarde l’écran et l’autre regarde à travers la fenêtre pour voir ce qui se prépare.


    • amemar Le 22 juin 2013 à 23h08
      Afficher/Masquer

      Qu’ont -ils fait des gens qui habitaient là ?
      J’aime bien aussi le message du Pape François :”Le but de l’économie et de la politique est le service de l’Humanité”…”surtout les plus pauvres et les plus faibles”. Quel looser ce Pape !
      J’aimerai bien savoir ce que lui a répondu Cameron. Ah oui, il leur a construit de faux magasins à ses pauvres ! Ben oui, ils n’ont pas de vrai boulot, pas de vrai utilité, ils n’ont donc pas besoin de “vrai bouffe” ! C’est simple, y a qu’à faire semblant comme quand on était gamins: “On dira que … On fera comme si….” et tout le monde pourra rentrer chez soi !


      • step Le 23 juin 2013 à 13h28
        Afficher/Masquer

        j’avais remonté cette info il y a quelques semaines de cela. Voilà le modèle capitaliste s’approche de sa fin comme quand l’urss a fait la même chose il y a 20 ans de cela.


  22. Casquette Le 22 juin 2013 à 14h36
    Afficher/Masquer

    Je me demandais sur quoi ils avaient bien pu se fritter , y’a quelques mois pendant les débats sur la compétitivité Petit avait répondu à son contradicteur qui réclamait une politique de déflation salariale ,de baisses des charges et tutti quanti, que le meilleur moyen était de sortir de l’euro pour éviter tout ça , c’était assez couillu de sa part car à cette époque régnait un large consensus sur le sujet.
    Sur la question de l’injection monétaire j’ai du mal à me faire une religion ,les partisans “des salles de shoot”‘ et leurs opposants ont tous les 2 leurs arguments…mais grâce à ce débat je saisi mieux la position de Petit sur la sortie de l’euro ,qui maintiendrait finalement le système tel quel (“mieux vaut vivre avec les bulles que vivre des bulles”).


  23. millesime Le 22 juin 2013 à 15h03
    Afficher/Masquer

    on peut se poser la question de savoir si Cheminade est interviewé où interviewer ..!


  24. dan Le 22 juin 2013 à 15h44
    Afficher/Masquer

    Il a bien fait de lui clouer le bec avec ses histoires de “timing”


  25. Equilibrium Le 22 juin 2013 à 15h51
    Afficher/Masquer

    Je vais prendre la défense de JPP sur un point, vu que je le suis régulièrement sur BFM Biz, en espérant pas trop déformer sa pensée.
    Le monde de bulle dans lequel nous vivons existe selon lui depuis les accords de Plaza, en 1985, qui ont vu les US dire: le dollar est trop fort, je “trafique” les marchés et je le fais baisser, par rapport au yen. Résultat, le yen monte et part haut dans le décor, avec des japonnais qui ne s’en sont jamais trop remis.
    Il y avait eu sur ce blog des bons graphiques montrant le résultat des accords et l’échec du contre accord, en 87/88(?) (mais je n’arrive pas à les retrouver).
    Depuis, nous allons de bulle en bulle et son travail consiste à en profiter.
    Il me semble l’avoir déjà entendu regretter cet état de fait. Mais il l’accepte. D’ailleurs, que peut-il y faire, comme nous tous d’ailleurs?

    Je trouve dommage que O.Delamarche se soit un peu existé devant les petits tacles de JPP, d’autant plus que ni l’un ni l’autre ne sont des grands admirateurs de l’euro, voire ne demanderaient pas mieux qu’à en sortir, s’il y avait une offre politique crédible, dixit JPP.
    Pour O.Delamarche, en sortir aussi serait une solution (où un début de solution), si mes souvenirs sont bons. D’ailleurs, si quelqu’un pouvait me préciser mes souvenirs, j’en serai ravi.
    Merci d’avance.


  26. pitoun Le 22 juin 2013 à 19h02
    Afficher/Masquer

    pour le gars de solidarité et progrés il se fait un nom mais bon…


  27. Med Le 22 juin 2013 à 21h28
    Afficher/Masquer

    Merci à O. Berruyer pour avoir mis la fin de l’échange… qui a été coupé par BFM sur ses podcasts. D’ailleurs BFM a attendu le 18 pour mettre en ligne l’émission du 14, le temps de la retoucher en mettant la musique de générique plus tôt (http://podcast.bfmbusiness.com/channel78/BFMchannel78.xml). Ça fait étrange pour un site d’info.
    Autant je me méfie comme de la peste des théories du complot, autant il y a là flagrant délit de censure. Quel est leur intérêt de faire ça ? Se discréditer ? A chaque fois que la publication d’une de leurs émissions sera différée, on pensera que des parties ont été supprimées.


  28. medomai Le 22 juin 2013 à 22h11
    Afficher/Masquer

    Bonsoir Olivier,

    Je voulais juste d’abord remercier @dadone pour un de ses derniers posts (dans votre excursus sur le pic des taux chinois) : la conférence sur la Chine de Mylène Gaulard est géniale !

    Salutations à Olivier Delamarche. Il a fait ce qu’il a pu… nul n’est prophète en son pays…

    Malgré tout il ne faut (à mon sens) jamais oublier que toute pensée économique est une perspective déterminée par l’intérêt qu’on porte à ce qu’on cherche : vos préoccupations vous aident à “voir” ce que les autres ne perçoivent pas, mais aussi vous déterminent à ne pas “percevoir” ce que d’autres voient : la “crise” ne veut pas dire la même chose pour une gestionnaire de fortunes, un conseiller du prince, un patron de revue à destination des investisseurs, des chefs de PME, une ouvrière, un fonctionnaire, un cadre de multinationale, un élu, un étudiant de finances, un prof de fac, une mère célibataire avec enfant au chômage. Que le prix de l’or chute par manipulation, est-ce qu’un citoyen qui n’a pas même les moyens d’acquérir son appartement de 15m2 à Paris y voit quelque chose de grave ?

    . Disons que voir n’est pas percevoir : moi j’admire le jaune de Van Gogh là où un paysan repère des blés bons à faucher presto…

    Mais quand même, il faudra que je réactive ma connexion internet sur l’an 2113 un de ces jours. Parce que là, on entend une petite musique en ce moment qui nous (re)revend les Etats Unis comme on nous vendait (ou nous revendra) l’Irlande, l’Espagne, la Chine, le Mexique, la Turquie, le Brésil, l’Inde, etc etc le procédé commence à devenir lassant.

    Mais bon sang c’est si difficile à comprendre que le système est interconnecté comme les tremblements qui se propagent sur la toile d’une araignée ? Que c’est comme avec 5 ou 6 chateaux de carte sur un table : certes quand vous soufflez sur un seul, parfois il tombe (ou juste un peu, ça dépend à quel niveau vous soufflez…) ; mais quand vous secouez la table horizontalement, ou bien un grand coup verticalement… (et il y en a toujours qui croient que leur château, il ne va tomber bien sûr ) = modèle économique du moment, ou bien “on s’est toujours relevés illico” = “pensée magique version grigri”, ou que la table ne va bouger que pour un seul château = “découplage”, etc etc).

    On en est à un point où il faut flipper si votre économie va bien et pas les autres, parce qu’alors les flux de capitaux internationaux vont s’intéresser à vous, et vous pouvez être sûr que quand ils repartiront ils vont produire un tel appel d’air que votre chateau… plouf !

    Au plaisir de vous lire.


  29. Equilibrium Le 22 juin 2013 à 23h28
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    je ne sais pas ce que j’ai dit ou fait, mais je n’ai pas été publié alors qu’il ne me semble pas avoir enfreint une quelconque règle de bienséance, ni même de bienpensance, à supposer que cela veuille dire quelque chose.
    J’ai juste voulu préciser UN point qu’il met en valeur quasiment à chacune de ses apparitions sur les experts et qui ne me semble pas faux, du bas de ma modeste vision des choses.
    C’est promis, je ne recommencerai plus à essayer de commenter.


  30. pitoun Le 23 juin 2013 à 09h38
    Afficher/Masquer
  31. pitoun Le 23 juin 2013 à 10h02
    Afficher/Masquer

    je recherche un lien sur les 6 niveaux de mesires du chomage sur le BLS j’arrive plus à le trouver


  32. ghisse Le 24 juin 2013 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Olivier la castagne surtout sur ce monsieur des cahiers “verts” de l’économie,
    un “bullier” qui vit des bulles mais pas par les bulles dit-il le rustre! …avec des types comme ça on est bien barré c’est une vrai cata celui-là, l’autre avec ses lunettes gentille tête à claques .A bien regarder Nicolas Doze affiche une visage marqué parce qu’il comprend pas mal de choses. merci BFM pour avoir fait ce débat très vivifiant et qui montre de profondes lignes de fractures dans le monde de la finance et de l’économie. en fait il se passe une véritable guerre en ce moment et une bascule est en train de se faire !


  33. Renaud Le 24 juin 2013 à 19h29
    Afficher/Masquer

    Tout de même, quand J. P. Petit dit qu’il faut – vivre dans la bulle, mais pas ‘de’ la bulle -, il a dû dire ça à “l’insu de son plein gré”.
    Ça me fait penser que “vivre dans sa bulle” est une expression venant des sciences Psy, untel? Ah oui, il vit dans sa bulle, c’est à dire fermé à autrui…
    De même, coincer la bulle, ou buller, signifiait: rien foutre, c’est une expression qui vient, normalement de chez les maçons quand ils arrêtaient le travail.
    Mais le recul donne raison pour l’essentiel à O. Delamarche.


  34. Patrick Guillaume Le 25 juin 2013 à 12h18
    Afficher/Masquer

    Je confirme en 2008, j’ai osé contredire Saint Etienne Christian sur la crise au cours d’une réunion AFIC et lui et Petit m’ont atomisé en traitant ma thèse sur la crise éco de ridicule et que les Chinois et les émergents allaient prendre le relais (je leur ai répondu et je m’en souviens bien que je me demandais comment des économies tirées par l’export et les investissements allaient en 1 an changer de modèle…pour alimenter la croissance mondiale en transformant des “esclaves” en consommateurs…).
    Bien joué Delamarche, ça fait du bien !!!


Charte de modérations des commentaires