Les Crises Les Crises
23.décembre.202023.12.2020 // Les Crises

Mohsen Fakhrizadeh : Après l’assassinat d’un ennemi officiel, les grands médias déroulent tous les prétextes

Merci 75
J'envoie

Source : Fair, Joshua Cho
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Mohsen Fakhrizadeh

Si un empire ou l’un de ses représentants devait assassiner un citoyen d’un État ennemi officiel, quel genre de prétextes attendrait-on de ses propagandistes pour justifier ce meurtre ? C’est une expérience de réflexion utile pour examiner comment les médias dominants ont couvert l’assassinat du scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh, manifestement par les forces israéliennes, le 27 novembre.

A en juger par la façon dont les médias dominants ont couvert l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani au début de l’année (FAIR.org, 09/01/20), on pourrait s’attendre à ce que les journalistes américains présentent Fakhrizadeh comme une sorte de nébuleuse « menace pour la sécurité nationale », même s’il y a peu de preuves pour étayer cette accusation. En janvier, les médias ont blanchi les propos de l’administration Trump selon lesquels Soleimani « planifiait activement plusieurs attaques imminentes » au Moyen-Orient lorsqu’il a été tué, bien qu’il ait été révélé par la suite qu’il se rendait en fait en Irak pour assister aux pourparlers de paix régionaux avec l’Arabie saoudite (Grayzone, 06/01/20).

Bien que le récit de l’Iran sur la façon dont Fakhrizadeh a été tué ait considérablement changé depuis l’assassinat – d’abord en rapportant une embuscade et une fusillade entre les gardes du corps de Fakhrizadeh et plusieurs hommes armés, à l’Iran qui accuse maintenant Israël d’avoir utilisé une « arme télécommandée » pour perpétrer le meurtre – ce qui n’a pas changé, ce sont les multiples médias occidentaux qui couvrent l’événement dans le contexte du « programme d’armes nucléaires » inexistant de l’Iran.

Les médias occidentaux se contredisent, certains affirmant que Fakhrizadeh a participé à un programme d’armement iranien aujourd’hui disparu, tandis que d’autres suggèrent qu’un programme secret de développement d’armes nucléaires est toujours en cours. Certains rapports reconnaissent que l’existence d’un programme d’armes nucléaires iranien, présent ou passé, n’est qu’une allégation des services de renseignements américains et israéliens, tandis que d’autres traitent ces allégations comme des faits.

Le Washington Post (28/11/20) a écrit que bien que Fakhrizadeh ait été considéré comme le responsable de l’effort démantelé de l’Iran pour construire une arme nucléaire il y a près de deux décennies, il a joué un rôle beaucoup moins important dans les programmes actuels de l’Iran concernant les réacteurs et l’enrichissement de l’uranium.

USA Today (27/11/20) a rapporté que la « déclaration » de l’Iran selon laquelle « son programme nucléaire est destiné à des fins pacifiques et civiles uniquement… a été accueillie avec un scepticisme international » – bien que la position officielle des services de renseignements américains soit que l’Iran a mis fin à ses tentatives de fabriquer une arme nucléaire en 2003.

La NPR [Nuclear Posture Review] du 27/11/20 est allée plus loin, décrivant Fakhrizadeh comme « un scientifique iranien de haut niveau que l’on croit responsable du développement du programme nucléaire militaire du pays » – sans aucune précision de la date à laquelle ce programme était censé avoir eu lieu. Business Insider (27/11/20) a décrit Fakhrizadeh comme le « père du programme nucléaire moderne de l’Iran et soupçonné de superviser certains aspects de la recherche sur les armes nucléaires du pays », tandis que le magazine New York (27/11/20) l’a décrit comme le « père du programme d’armes nucléaires » de l’Iran. USA Today (27/11/20) a fait passer Fakhrizadeh pour un super-vilain, le caractérisant comme un « scientifique iranien qu’Israël a crédité d’être le maître d’œuvre du programme nucléaire militaire secret de la République islamique, aujourd’hui disparu. »

Le New York Times (27/11/20) a écrit :

Le plus grand scientifique nucléaire iranien, longtemps identifié par les services de renseignement américains et israéliens comme la figure de proue d’un effort secret pour concevoir une ogive atomique, a été tué par balles vendredi dans ce que les médias iraniens ont appelé une embuscade en bord de route alors que lui et ses gardes du corps se déplaçaient à l’extérieur de Téhéran.

Pendant deux décennies, le scientifique Mohsen Fakhrizadeh a été la force motrice de ce que les responsables américains et israéliens décrivent comme le programme secret d’armes nucléaires de l’Iran. Son travail s’est poursuivi après que l’Iran ait officiellement mis fin à ses efforts pour développer une bombe en 2003, selon les évaluations des services de renseignement américains et les documents nucléaires iraniens volés par Israël il y a près de trois ans.

Il serait très facile de réfuter les spéculations de longue date et sans fondement des médias dominants (par exemple, Wall Street Journal, 30/08/12 ; New York Times, 24/06/14 ; Los Angeles Times, 27/11/20 ; voir FAIR.org, 7/10/09, 16/11/11, 10/09/13, 24/09/14, 15/01/14) selon lesquelles Fakhrizadeh serait une sorte de Robert Oppenheimer à la tête d’un projet Manhattan iranien en cours. On peut simplement souligner qu’il n’y a pas de preuve crédible que l’Iran ait actuellement un programme d’armes nucléaires. Le programme nucléaire civil iranien est l’un des plus rigoureusement surveillés sur Terre, et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a confirmé que l’Iran se conforme au Plan d’action global conjoint (JCPOA) signé en 2015, tant avant qu’après que l’administration Trump soit revenue sur l’accord (FAIR.org, 21/06/19). Il serait donc très facile de savoir si Fakhrizadeh travaillait « secrètement » au développement d’armes nucléaires pour l’Iran au moment de sa mort.

L’Iran a été une figure de proue dans la promotion d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient (NWFZ) depuis qu’il en a proposé une pour la première fois en 1974, tandis qu’Israël a menacé illégalement d’attaquer les installations nucléaires iraniennes et a rejeté le traité de non-prolifération dont l’Iran est membre. Après l’adoption du JCPOA en 2015, le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a critiqué le fait de ne pas établir une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient, ce qui obligerait Israël à se débarrasser de son stock d’armes nucléaires (Guardian, 31/07/15). Bien que certains considèrent les missiles balistiques iraniens (qui ne sont pas interdits par le droit international) comme une preuve de l’intention de construire des armes nucléaires, ces armes constituent la seule dissuasion conventionnelle viable de l’Iran, puisque l’armée de l’Air iranienne est principalement composée d’avions anciens qui ne peuvent pas opérer très loin en dehors de l’espace aérien du pays, et qui sont depuis longtemps incapables de riposter sérieusement à des attaques. (Forbes, 28/06/20)

Bien que l’Iran soit considéré comme étant contrôlé de manière rigide par des fanatiques religieux, les déclarations religieuses comme la fatwa contre les armes nucléaires sont souvent traitées dans les médias américains comme n’ayant aucun impact (Foreign Policy, 16/10/14).

Quoi que l’on puisse penser du système théocratique iranien, le journaliste d’investigation Gareth Porter (Foreign Policy, 16/10/14) a noté que l’ancien Guide suprême, l’Ayatollah Ruhollah Khomeini, avait émis une fatwa (une décision contraignante sur la jurisprudence islamique qui possède un statut juridique supérieur à la simple législation) contre la construction de tout type d’armes de destruction massive (ADM) alors que l’Iran était attaqué avec des ADM chimiques par l’allié américain de l’époque, Saddam Hussein, dans les années 1980. Cette fatwa selon laquelle les ADM sont haram (ou « interdites ») par l’Islam a été ultérieurement développée et réitérée par le successeur de Khomeiny, l’Ayatollah Ali Khamenei, institutionnalisant davantage la doctrine selon laquelle la construction d’ADM de toute sorte, même à des fins d’autodéfense crédibles, est contraire aux principes islamiques (Lobelog, 10/12/13).

Même s’il était vrai que Fakhrizadeh a joué un rôle de premier plan dans un programme d’armes nucléaires aujourd’hui disparu et qui n’a pas été actif pendant 17 ans, cela ne serait pas pertinent pour comprendre les capacités nucléaires actuelles de l’Iran, et aucune sorte de justification de son meurtre, comme l’a reconnu un autre article du Washington Post (27/11/20) :

Bien que Fakhrizadeh ait été une figure clé du programme de bombe de l’Iran, « ce travail est du passé, et il n’y a aucune raison de s’attendre à ce que Fakhrizadeh n’étant plus là, cela ait un quelconque effet sur le programme nucléaire actuel de l’Iran », a déclaré Paul Pillar, un vétéran de 28 ans passés à la CIA et chercheur du Centre d’études de sécurité de l’université de Georgetown.

Fakhrizadeh était largement considéré comme le cerveau du programme nucléaire iranien, y compris les efforts clandestins de Téhéran pour développer une bombe nucléaire au début des années 2000. Le professeur de physique, dont on pense qu’il a environ 60 ans, a été identifié par les services de renseignement comme le chef du Plan Amad, le programme secret de recherche sur les armes nucléaires qui a cherché à développer jusqu’à six bombes nucléaires avant que les dirigeants iraniens n’ordonnent l’arrêt du programme en 2003.

Cependant, nous savons que même les accusations selon lesquelles Fakhrizadeh a participé à un programme d’armement aujourd’hui disparu sont largement basées sur des preuves fabriquées. Gareth Porter (Consortium News, 13/05/18) a montré de manière décisive que les prétendus documents « volés » à l’Iran par l’agence de renseignement israélienne, le Mossad en 2018, qui « prouvaient » l’existence d’un « plan Amad » secret qui aurait pris fin en 2003, ont été créés par le Mossad lui-même. Les mêmes documents « volés » en 2018 circulaient depuis 2005, et la possibilité qu’ils aient été fabriqués a été soulevée à l’époque (Washington Post, 08/02/06). La prétendue mine de dossiers secrets sur un projet Manhattan iranien n’existe tout simplement pas. Cela pourrait expliquer pourquoi tous les rapports susmentionnés ne fournissent jamais de source réelle pour leurs accusations, et se contentent d’affirmer que Fakhrizadeh a participé à ce programme secret.

Pour être précis : Porter a documenté la façon dont l’administration Bush avait mis en évidence un ensemble de 18 schémas du véhicule de rentrée du missile Shahab-3, ou cône, en 2005. Chacun de ces dessins comprenait une forme ronde représentant une arme nucléaire à l’intérieur du véhicule de rentrée. Ces dessins ont été présentés aux gouvernements étrangers et à l’AIEA comme 18 tentatives différentes d’intégrer une arme nucléaire sur le Shahab-3. Pourtant, lorsque le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a révélé l’un de ces dessins pour la première fois au public lors d’une présentation en 2018, comme « preuve » des ambitions nucléaires de l’Iran, il a par inadvertance exposé les documents comme étant frauduleux, car cette image montrait la conception du véhicule de rentrée « dunce cap » du missile Shahab-3 original, qui avait été testé de 1998 à 2000, et dont les analystes des services de renseignement en dehors de l’Iran avaient supposé avant 2004 qu’il continuerait à être la conception que l’Iran utiliserait dans ses missiles balistiques.

Cependant, note M. Porter, l’Iran a secrètement commencé dès 2000 à redessiner le Shahab-3 avec un design « triconique » ou « biberon » qui ne ressemble guère à celui représenté sur les dessins – avec des capacités de vol très différentes. Cette erreur majeure a démontré que les dessins schématiques montrant une arme nucléaire dans un véhicule de rentrée du Shahab-3 ont été fabriqués. C’est peut-être pour cette raison que le directeur de l’AIEA de l’époque, Mohamed ElBaradei, avait alors fait remarquer qu’il ne pouvait pas accuser l’Iran de poursuivre des armes nucléaires sans que les documents soient authentifiés, ce qui n’a jamais été le cas (New York Times, 13/11/05).

Les documents non authentifiés étaient également accompagnés de récits d’origine contradictoires. L’administration Bush a affirmé que ces fichiers provenaient d’un ordinateur portable iranien volé, mais l’ancien haut fonctionnaire allemand des Affaires étrangères Karsten Voigt a déclaré qu’ils avaient été donnés à l’Allemagne par un membre du groupe dissident armé Mojahedin-e Khalq (MEK), qui avait combattu l’Iran au nom de l’Irak dans les années 1980, et qui est connu pour être utilisé par le Mossad pour rendre publiques des informations qu’Israël ne voulait pas se voir attribuer (Wall Street Journal, 22 novembre 2004). Puis Netanyahou a commenté son étrange diaporama en 2018, recyclant les dessins schématiques frauduleux du MEK/Israël rendus publics en 2005, ainsi que des pages de documents en langue farsi connus pour provenir de la cache de documents fabriqués par le MEK/Israël (New York Times, 01/05/18) – offrant une histoire farfelue selon laquelle ces documents avaient récemment été volés dans un entrepôt abandonné en Iran.

Il s’avère donc que Fakhrizadeh a été assassiné sous le prétexte d’avoir participé à un programme d’armes nucléaires dont l’existence est alléguée dans des documents probablement fabriqués par le Mossad, dont les médias américains propagent maintenant les allégations pour justifier implicitement un acte de terrorisme d’État. Loin de travailler sur un programme secret d’armes nucléaires susceptible de causer des morts en masse, le gouvernement iranien a crédité Fakhrizadeh d’avoir mené les efforts pour sauver des vies en gérant les efforts de production des premiers kits de test Covid-19 et le développement d’un vaccin contre le coronavirus (International Business Times, 28/06/20).

Aucun État n’a encore revendiqué la responsabilité de cet acte, mais des responsables américains anonymes et l’Iran estiment qu’Israël est le coupable, étant donné que Netanyahou a depuis longtemps identifié l’Iran comme une « menace existentielle » et Fakhrizadeh comme l’ennemi national n°1 (New York Times, 28/11/20). Israël était déjà soupçonné d’être derrière l’assassinat de scientifiques nucléaires iraniens de 2010 à 2012 (Guardian, 27/11/20). Même l’ancien directeur de la CIA John Brennan a noté sur Twitter (27/11/20) que l’assassinat est un simple acte de « terrorisme d’État » et une « violation flagrante du droit international », sans soulever de questions sur la manière dont le reste de la politique étrangère américaine pourrait être caractérisée (FAIR.org, 13/02/20).

Lorsque l’on examine la couverture médiatique de l’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, il est évident que les journalistes américains fonctionnent exactement comme on pourrait s’y attendre de la part des propagandistes de l’État, en diffamant implicitement les victimes des États ennemis officiels comme méritant d’être attaquées pour avoir « menacé la sécurité nationale » des États-Unis et de leurs représentants dans la région. Il ne suffit pas que quelqu’un comme Fakhrizadeh soit simplement assassiné ; son personnage doit également être assassiné avec de fausses connexions à des programmes iraniens « d’armes nucléaires » inexistants, afin d’envoyer le « message effrayant » aux autres scientifiques de haut niveau travaillant sur le programme nucléaire civil iranien que ni leur vie ni leur réputation ne sont en sécurité.

Image d’illustration : Mohsen Fakhizadeh (cc photo : Tasnim News via Wikimedia).

Source : Fair, Joshua Cho, 02-12-2020
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Denis Monod-Broca // 23.12.2020 à 10h11

Le constat est simple et sans appel : nous sommes des assassins. Au nom du Bien (de notre confort), nous assassinons. Qui nous ? : nous occidentaux, nous Américains et alliés des Américains.
Nous prétendons défendre le droit mais ne croyons qu’en la force, alors nous en usons et en abusons.
Nous Français sommes tout fiers d’avoir aboli la peine de mort et pourtant nous pratiquons, et admettons que nos alliés et amis pratiquent, la peine de mort. Le pire des criminels ne risque pas sa tête en France mais des innocents meurent sous nos bombes ici et là.
Nous y perdons notre âme.

22 réactions et commentaires

  • pseudo // 23.12.2020 à 08h17

    Quand je lis ceci, je me dis que le problème est moins les médias ou les élites corrompues qui imbue de leurs croyantes toute puissante se permettent d’imposer la réalité qui les arrangent, tel un staline, un mao ou un mussolini en leurs époque, mais le citoyen qui s’interdit de prendre le risque de renverser la table. De celui qui perçoit le risque d’être châtié par un gouvernement organisé, tel un Benjamin Weller (https://www.leparisien.fr/faits-divers/injures-antisemites-contre-finkielkraut-deux-mois-de-prison-avec-sursis-pour-un-gilet-jaune-12-07-2019-8115495.php), ou tel un Gaspard Glanz (https://www.google.com/search?q=arrestation+abusive+gaspard+ganz), vilipendé pour l’essence même de son travail qui est sa raison d’être au yeux des normes économico-politique actuelles, au simple flic qui ressent la proximité de sa situation avec des manifestants (https://www.google.com/search?q=gilet+jaune+flic+pose+son+casque) dont il connait à l’avance le sort funeste (https://www.liberation.fr/apps/2019/01/la-carte-des-gilets-jaunes-gravement-blesses/), tout cela démontre, que lorsque les principes démocratique ne sont plus respectés, c’est à un jeu de renversement totale que les uns font participer les autres, poussant les contestataires à ce genre d’acte martyre qui façonne l’histoire d’une nation. […]

      +7

    Alerter
    • pseudo // 23.12.2020 à 08h18

      […] Cette manigance nécessite chaque jour d’être renouvelée par une nouvelle fabrication de mensonges pour couvrir ceux de la veille ne peut mener les victimes qu’a une situation de basculement critique permanent, entre le respect de ses croyances laïque et le franchissement des règles communes. De tout cela il ressort d’un point de vue pratique que la fondation d’une société de droit ne peut exister que dans le savoir des capacités réels des antagonistes, hors, comme décrit ici, les uns tiennent les autres par les couilles, qui se refusent à perdre leurs vies immédiatement plutôt que dans le temps long. Si vis pacem, para bellum, la démocratie n’existe donc que dans la culture de contres pouvoirs effectifs, aliénés, ses membres ne sont plus que les sujets d’une dictature qui ne s’assume pas.

        +5

      Alerter
    • petitjean // 23.12.2020 à 18h31

       » le citoyen qui s’interdit de prendre le risque de renverser la table »
      expliquez nous comment un « citoyen », forcement de base , peut renverser la table ??
      Ou comment « renverser » une oligarchie qui a tout verrouillé ??

      « les principes démocratique ne sont plus respectés »
      vous avez quand même constaté que les démocraties sont mortes en occident ?? « Le pouvoir du peuple par le peuple pour le peuple « ….

        +6

      Alerter
    • Olivier73 // 24.12.2020 à 00h14

      Trump vient de twitter:
      « Some friendly health advice to Iran: If one American is killed, I will hold Iran responsible. Think it over. »
      Traduction:
      Un conseil sanitaire amical à l’Iran: si un Américain est tué, je tiendrai l’Iran pour responsable. Réfléchissez-y.

      Bon, ben, les ennemis de l’Iran savent quoi faire maintenant. Et la presse applaudira.

        +1

      Alerter
  • Linder // 23.12.2020 à 08h24

    Dans la bande dessiné « Clifton », de Bob de Groot, dans l’épisode « 7 jours pour mourir », paru en 1979, Clifton s’indignait que les tueurs des services secrets britanniques étaient dirigés par un ordinateur. Il se faisait objecté que seuls les services adverses procédaient à des meurtres, les services britanniques ne procédant qu’à des éliminations physiques …

      +8

    Alerter
  • Denis Monod-Broca // 23.12.2020 à 10h11

    Le constat est simple et sans appel : nous sommes des assassins. Au nom du Bien (de notre confort), nous assassinons. Qui nous ? : nous occidentaux, nous Américains et alliés des Américains.
    Nous prétendons défendre le droit mais ne croyons qu’en la force, alors nous en usons et en abusons.
    Nous Français sommes tout fiers d’avoir aboli la peine de mort et pourtant nous pratiquons, et admettons que nos alliés et amis pratiquent, la peine de mort. Le pire des criminels ne risque pas sa tête en France mais des innocents meurent sous nos bombes ici et là.
    Nous y perdons notre âme.

      +31

    Alerter
    • Alfred // 23.12.2020 à 12h39

      C’est une globalisation stupide car à ce compte là les iraniens sont nos ennemis et non leurs théocrates.
      Je préfère penser que les iraniens sont nos frères en humanité et qu’ils ne sont pas davantage responsables des actions de leurs gouvernants que nous ne somme responsables des actions des nôtres. Il est par ailleurs ridicule et prétentieux de se charger les épaules de tous les malheurs du monde alors que notre seule responsabilité véritable réside en notre incapacité à faire vivre notre démocratie chez nous, terrassés que nous sommes par l’argent-roi, la propagande continue et l’individualisme abêtissant. Le jour où nous auront choisi nos maîtres on pourra accepter une responsabilité. Pour l’instant des usurpateurs et des traitres parlent et agissent indument en notre nom (et au passage contre notre intérêt).

        +6

      Alerter
      • Subotai // 24.12.2020 à 17h30

        «  »qu’ils ne sont pas davantage responsables des actions de leurs gouvernants que nous ne somme responsables des actions des nôtres. » »
        ***********
        On est toujours responsable de son Gouvernement. Point!
        Il n’est pas là par hasard. Il y est parce que nous le voulons bien.
        Sinon c’est trop facile.

          +4

        Alerter
      • Denis Monod-Broca // 24.12.2020 à 17h51

        « Il est par ailleurs ridicule et prétentieux de se charger les épaules de tous les malheurs du monde » : nous charger de tous les péchés du monde, oui, en effet, ce serait exagéré, mais nous charger des péchés que « nous » commettons, ou qui sont commis en notre nom, ce n’est ni ridicule ni prétentieux, bien au contraire, à moins de considérer que plus rien ne vaut rien.

          +3

        Alerter
    • paul // 23.12.2020 à 14h38

      oui Denis, NOUS !!!

      mais pas moi.
      pas en mon nom

      et le guignol de france, celui qui a le nom des pays bas, qui s’en vante encore dans un livre ou devant des journaliste. Je vomis sur ces ignobles.

        +7

      Alerter
      • koui // 23.12.2020 à 18h30

        Quand je dis aux gens que Obama décidait des assassinats tous les mardi et que Hollande se vante d’avoir fait tuer des méchants, on ne me croit pas.

        Cela peut être nécessaire de tuer des terroristes. Mais ce qui est horrible, c’est que c’est fait secrètement. Si le quidam est innocent, si les victimes collatérales sont nombreuses, cela ne fait aucune différence car nul n’est responsable. On ne connait pas, et on ne connaitra jamais le nombre et le nom des victimes de Obama et Hollande. C’est l’arbitraire du prince.

        Supposons que cet iranien soit innocent de toute fabrication de bombe nucléaire et qu’il est été tué par ordre de Macron. Les iraniens pourraient vouloir se venger en France. S’ils tuent un scientifique nucléaire francais, Macron, n’importe qui, secrètement. Est ce condamnable

          +1

        Alerter
    • Lusituationniste // 23.12.2020 à 15h04

      Occidentaux, Américains… Vous oubliez les Moyen-Orientaux, quand même ce n’est pas rien. Mon hypothèse : l’Arabie Saoudite paie des services secrets (israéliens) avec la bénédiction US. C’est juste une hypothèse.

        +5

      Alerter
  • Arcousan09 // 23.12.2020 à 13h16

    Le pays des « droits de l’homme » a sa part de responsabilité dans cet assassinat, complice servile des faucons US qui n’en sont pas à leur coup d’essai et qui n’est certainement pas le dernier

      +7

    Alerter
    • Mickey Sournois // 23.12.2020 à 20h14

      Le pays des droits de l’homme avait quand meme heberge le « Guide supreme » qui une fois retourne en Iran, a mis en palce une des pires dictatures religieuses du moyen-orient. On ne va pas dedouaner les USA de leur velleites d’etre le « gendarme du monde libre ». Mais ce n’est pas pour cela qu’on va encenser l’Iran non plus. Meme chose avec Israel. Defendre le droit d’Israel a exister ne veut pas dire qu’on doit cautionner toutes ses operations. Et la meme chose est aussi valable pour les organisations palestiniennes. Le mec qui a ete elimine en Iran a dirige d’une main de fer la repression contre les manifestations de 1917. Et un des participants a ces manifs vient d’etre pendu en Iran. L’Amerique devrait rendre des comptes pour plein de choses, et la France aussi. Mais je ne cirerai pas pour autant les pompes de ayatollahs.

        +1

      Alerter
      • clauzip12 // 26.12.2020 à 00h32

        Israël serait il le seul pays à bénéficier de l’application du droit international?
        Protégé au plan éthique par le souvenir de Shoa et par les USA pour l’aspect militaire ce pays et son président joue le bouffon du roi. Il ne respecte ni n’adhère , comme le maitre, au droits de l’homme.
        Il dispose, grâce à son centre nucléaire dimona et de l’aide de la France, de l’arme nucléaire.
        Israël refuse le contrôle de l ‘AIEA, agence internationale de contrôle alors que l’Iran s’y est soumis dans le cadre de l’accord adopté pendant l’exercice de Obama avec d’autres pays détenteurs comme la France.
        Le tableau général de la situation amène a soupçonner Israël de créer et maintenir la tension au moyen orient.
        certes avec les subsides octroyés par le parrain, cela crée des obligations mais des dangers potentiellement.
        Nétanyaou peut il être certain que, les conséquences de ses manip seront prises en charge par l’empire à moins qu’il ne soit que l’exécutant?
        Si, par erreur ou malheur se déclenchait un conflit majeur avec l’Iran provoqué par une nouvelle perfidie, assassinat du président…le pays le premier concerné serait très vraisemblablement Israël.
        Quel est donc cet état d’esprit dans la conception du monde et de l’humanité qui conduit un pays a une telle »désinvolture » avec un autre proche et de 90 Millions d’habitants?

          +2

        Alerter
  • Eugeniegrandet // 23.12.2020 à 14h41

    je n’ai pas vu (ou j’ai manqué) l’hypothèse que ce serait l’Iran lui même derrière cet assassinat (la lecture -avec nos biais occidentaux- de l’Iran et des iraniens est parmi la plus difficile que j’ai eu à faire, avec celle de la Chine. La Russie est étonnamment plus facile, probablement parce qu’elle est encore européenne.)

    Car si ce monsieur a été éliminé, on peut aussi faire l’hypothèse qu’il avait commencé à partager ses secrets avec d’autres…

    Disclaimer: Je n’ai aucune information pour soutenir cette hypothèse.

      +1

    Alerter
    • Lusituationniste // 23.12.2020 à 14h57

      Tout est possible dans ce monde impossible. Ceci dit votre hypothèse est peu probable.

        +2

      Alerter
  • petitjean // 23.12.2020 à 18h43

    Faut-il le rappeler encore et encore , les expéditions militaires américaines au Moyen Orient, pour ne parler que du Moyen Orient, ont fait des millions, j’écris bien MILLIONS, de victimes, majoritairement des civils dans la plus grande indifférence !
    Et nous français, en bon supplétifs, en bon vassaux, nous avons suivi les USA dans ces aventures que je qualifie de criminelles
    Quant à l’assassinat à distance d’opposants, c’est, depuis longtemps, une grande spécialité des USA et de ses alliés au proche orient
    N’attendons rien des médias, organes de propagande, aux mains….des maitres du monde !
    Le crâne du citoyen de base est bourré en permanence par la propagande et le terrorisme intellectuel, il est désarmé intellectuellement et ne peut donc rien comprendre…..

      +10

    Alerter
  • Christian Gedeon // 24.12.2020 à 00h32

    Tout ça pour dire que Fakhizadeh a été assassiné. Que son Dieu ait son âme. Pour ses amis il est tombé au champ d’honneur etc… pour ses ennemis ils s’agissait d’envoyer un message très clair. Question: qui sont ses ennemis? Réponse: seuls ceux qui l’ont tué le savent. Et encore ce n’est pas sûr.

      +2

    Alerter
  • Subotai // 24.12.2020 à 17h38

    Sans relation avec le sujet?
    Je viens de finir de voir la mini série espagnole « Les spadassins de Midas ».
    Regardez, il n’y a que 6 épisodes.
    C’est le post Christian Gedeon qui m’y a fait penser:
    «  »…pour ses ennemis ils s’agissait d’envoyer un message très clair. Question: qui sont ses ennemis? Réponse: seuls ceux qui l’ont tué le savent. … » »

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications