Les Crises Les Crises
8.décembre.20208.12.2020 // Les Crises

Paniques anticomplotistes – par Frédéric Lordon

Merci 139
J'envoie

Source : Le Monde diplomatique, Frédéric Lordon

Félix Vallotton. – « Paysage de ruines et d’incendies », 1915.

Si Hold-up n’avait pas existé, les anticomplotistes l’auraient inventé. C’est le produit parfait, le bloc de complotisme-étalon en platine iridié, déposé au Pavillon de Breteuil à Sèvres. De très belles trouvailles, des intervenants dont certains ont passé le 38e parallèle comme des chefs : une bénédiction. Altérée cependant parce que, certes, on est content d’avoir raison et d’être la rationalité incarnée, mais quand même l’époque est sombre et on rit moins.

La Terre plate et la Lune creuse, on veut bien, ça c’est vraiment drôle, mais QAnon beaucoup moins, ça fait de la politique, le cas échéant ça prend des armes ; aux fusils près et du train où vont les choses on pourrait bientôt avoir les mêmes à la maison. D’ailleurs, on commence à les avoir.

Pour l’heure il n’est question que de masques et de vaccins, ce qui n’est déjà pas rien, mais on sent bien que tous les autres sujets sont candidats. Ce qu’on sent bien également, c’est le degré auquel le camp de la raison se voit lui-même démuni, et légèrement inquiet devant sa difficulté à élaborer des stratégies antidotes. Disons-le tout de suite, dans la disposition qui est la sienne, il n’est pas près d’en trouver la première.

D’une forme à l’autre (mais la même)

Le torrent de commentaires qu’a immédiatement suscité la diffusion du documentaire est sans doute le premier signe qui trahit la fébrilité — du temps a passé depuis le mépris et les ricanements. Si encore il n’y avait que la quantité. Mais il faut voir la « qualité ». C’est peut-être là le trait le plus caractéristique de l’épisode « Hold-up » que toutes les réactions médiatiques ou expertes suscitée par le documentaire ne font que reconduire les causes qui l’ont rendu possible.

Les fortes analyses reprises à peu près partout ont d’abord fait assaut de savoirs professionnels par des professionnels : « la musique » — inquiétante (la musique complotiste est toujours inquiétante), le format « interviews d’experts sur fond sombre » (le complotisme est sombre), « le montage » (le montage… monte ?). C’est-à-dire, en fait, les ficelles ordinaires, et grossières, de tous les reportages de M6, TF1, LCI, BFM, France 2, etc. Et c’est bien parce que l’habitude de la bouillie de pensée a été installée de très longue date par ces formats médiatiques que les spectateurs de documentaires complotistes ne souffrent d’aucun dépaysement, se trouvent d’emblée en terrain formel connu, parfaitement réceptifs… et auront du mal à comprendre que ce qui est standard professionnel ici devienne honteuse manipulation là.

Complotistes ou décrypteurs ?

Mais les médias ont passé ce point d’inquiétude où l’on sent bien qu’on ne peut plus se contenter de la stigmatisation des cinglés. L’urgence maintenant c’est de comprendre — hélas en partant de si loin, et avec si peu de moyens. Alors la science médiatique-complotologique pioche pour refaire son retard, et tout y passe.

Il y a d’abord, nous dit très sérieusement Nicolas Celnik dans Libération (lui aussi a compris qu’il ne fallait plus se moquer, alors il écrit une « Lettre à (son) ami complotiste »), que l’un des ressorts positifs des adeptes de complots vient de « l’impression d’avoir découvert ce qui devait rester caché ».

Mais Nicolas Celnik sait-il que le vocable princeps de l’idéologie journalistique est « décrypter », ce qui, si l’on suit bien l’étymologie, signifie, précisément, mettre à découvert ce qui était caché. Il n’est pas un organe de presse qui ne s’enorgueillisse de ses « décryptages ». Partout ce ne sont que « décrypteurs », d’ailleurs Abel Mestre et Lucie Soullier qui consacrent un papier-fleuve dans Le Monde à s’inquiéter de la double épidémie de Covid et de théories complotistes, déplorent que l’audience de ces dernières soit « devenue considérable, bien au-delà de celle des sites qui les décryptent ».

Le décryptage autorisé a toujours consisté en cette forme particulière de recryptage, mais ici tout à fait inconsciente

Ici le parallélisme manifestement inaperçu entre les îlotes tentant de « découvrir ce qui devrait rester caché » et l’aristocratie des « décrypteurs » se complique de ce que le décryptage autorisé n’a jamais rien décrypté, qu’il a même toujours consisté en cette forme particulière de recryptage, mais ici tout à fait inconsciente, en quoi consiste le catéchisme néolibéral. Il suffit d’écouter un « décrypteur » livrer aux masses abruties qu’il a la bonté d’éclairer le sens profond de la suppression de l’ISF, de la réduction de la dette publique ou du démantèlement du code du travail pour être au clair sur ce que « décrypter » signifie réellement — à savoir voiler dans les catégories de la pensée néolibérale.

« Décrypter », c’est avoir admis que les gueux ne se contentent plus d’une simple injonction, et entreprendre de leur en donner les bonnes raisons. Par exemple : « il faut supprimer l’ISF sinon les cerveaux partiront » — là c’est décrypté ; « il faut réduire la fiscalité du capital pour financer nos entreprises » (tout est clair) ; « il faut fermer des lits pour que l’hôpital soit agile » (décryptage de qualité : qui voudrait d’un hôpital podagre ou arthritique ? on comprend) ; « il faut réduire les dépenses publiques pour ne pas laisser la dette à nos enfants » (clartééconomique, clarté morale), etc.

C’est très exaltant pour un journaliste de décrypter, ça donne un grand sentiment d’utilité sociale, c’est comme une charité démocratique. Les gueux ne pouvaient pas apercevoir tout ça, ça leur restait donc crypté — du coup on le leur décrypte. Décrypter, c’est faire comprendre aux intéressés ce qu’on va leur faire, pourquoi c’est nécessaire, et pourquoi c’est bon pour eux. Et comme ils auront compris, ils seront contents — suppose-t-on. Si les malheureux décrypteurs savaient ce que donnerait qu’on décrypte leurs décryptages, ce qu’on porterait au jour — les abysses de raisonnements indigents, d’idées reçues, de servilités intellectuelles inconscientes, mais fièrement portées en bandoulières comme vérités d’initiés.

Les complotistes en tout cas ont parfaitement reçu le message du « décryptage », à ceci près qu’à force de s’entendre administrer par d’autres un sens inaperçu du monde qui les bousille en leur expliquant qu’il est le meilleur possible, ils ont entrepris de s’en chercher un autre par eux-mêmes.

Ça ne donne sans doute pas des résultats bien fameux — mais à décrypteur, décrypteur et demi. C’est le « décryptage » lui-même qui, pour permettre aux journalistes de faire les entendus, a installé l’idée qu’il y avait quelque chose à aller chercher dessous. Les complotistes les prennent au mot, à ceci près que le quelque chose des décrypteurs étant toujours la même chose, eux se mettent en devoir d’aller chercher autre chose.

Lire la suite de l’article sur Le Monde diplomatique


Le Debunkage ? Pas une panacée !

Source : La Menace Théoriste

Le film Hold Up est le phénomène médiatique de ce deuxième confinement. Il existe déjà des critiques très structurées sur son contenu. Vous pourrez les trouver dans les liens fournis sous cette vidéo.

Laissez-moi être clair et un peu abrupt sur ma position : la thèse centrale du film, que j’ai regardé avant de faire cette vidéo, n’est pas nouvelle. L’idée d’un complot mondial de manipulation des masses à travers la 5G et/ou les puces RFID, ou même d’extermination des peuples à travers l’utilisation des vaccins est un délire qui circule dans certains milieux depuis des années. Et depuis des années les faits et les arguments sur lesquels ce scénario s’appuie ont été démontés par le travail d’enquête de sceptiques, de scientifiques et de journalistes ; c’est pourquoi je me permets de parler de délire.

Ce film idéologique, qui n’est pas un documentaire mais une profession de foi complotiste, sur quoi repose-t-il ? Des témoignages de faux experts ou de marginaux du monde scientifique ou de personnes qui ont quitté la prudence de la démarche scientifique pour donner libre cours à leurs sentiments personnels, ou encore un explorateur et deux chauffeurs de taxi… Et parmi eux, on commence à en voir qui prennent leur distance car ils estiment que leurs propos ont été détournés. Cette histoire qu’on nous raconte est servie par des appels à l’émotion (éventuellement sincères) qui ne démontrent rien, un montage dramatique et une musique hollywoodienne qui nous susurrent ce qu’on est censé éprouver. Tout cela relève de la BALIVERNE.

Vous démontrer avec rigueur et méthode que ce que je viens de dire est vrai me prendrait six ou sept heures de vidéo. Ce qu’un film de deux heures quarante raconte, si c’est du mensonge et de la manipulation, il faut beaucoup plus de temps pour le déconstruire. C’est ce qu’on appelle l’asymétrie de Brandolini. Il faudrait que je dispose de dizaines d’heures pour la recherche, l’écriture, le tournage, le montage… Et il faudrait que VOUS ayez envie de m’écouter pendant six heures.

Pour le moment ce n’est pas possible, alors je vais faire autre chose que du débunkage. Nous allons voir ensemble pourquoi il est important de commencer par douter plutôt fortement de ce film. Nous allons regarder les indices qui doivent inciter tout un chacun à vérifier avant de croire.

Le film Hold Up est l’occasion d’un exercice d’esprit critique grandeur nature. Et nous devrions tous avoir envie de faire cet effort quelle que soit notre opinion a priori sur la thèse du film. Parce que si ce qui s’y dit est vrai, c’est très grave et il faut 1) en être sûr, et 2) disposer des sources permettant de convaincre les autres. Mais si ce film est faux, alors il faut s’en rendre compte avant d’empoisonner l’air avec toujours plus de bullshit.

Pourquoi y croire ?

Ceux qui ont vu Hold Up et sont convaincus par ce qui nous y est raconté ne sont pas des abrutis. Si vous pensez que ce film est une grosse fumisterie, vous n’aidez personne en insultant ceux qui y croient. Nonobstant, il faudrait que ceux qui y croient aient le courage d’agir en conséquence. Ce qu’on nous raconte est trop grave pour se contenter de le partager sur un réseau en disant “Oh la la, c’est terrible” avant de retourner à vos parties de Candy Crush. Votre rôle –je m’adresse à ceux qui sont convaincus par le film– votre rôle c’est de vérifier tout, d’éliminer les arguments faibles ou douteux, de trouver des sources fiables, d’avoir un argumentaire solide qui puisse convaincre tout le monde. Les sceptiques ne sont pas des abrutis non plus. Ceux qui détiennent la vérité –et c’est peut-être votre cas– ont intérêt à ce que cette vérité soit admise par tout le monde. Et ce qui est formidable c’est que les autres ont intérêt à être convaincu, car ainsi nous pourrons hâter les solutions.

Dans cette vidéo j’apporte ma contribution en m’intéressant aux raisons que l’on peut avoir de croire ce film. Et aussi aux doutes qu’il peut susciter. Je pense qu’il faut commencer par se poser quelques questions.

  • Quel est le contexte dans lequel ce film apparait ?
  • Qui sont les gens qui figurent dans ce film ? Pourquoi les croire ?
  • Qui sont ceux les créateurs de ce film ? Quelle est leur méthode de travail ? Peut-on s’y fier ?

Ces questions ne permettent pas de savoir si le contenu est véridique ou farfelu. Mais pour se faire un avis définitif, je vous l’ai déjà dit : il vous faudra travailler un peu sur les sources de ce que vous voulez croire.

Lire la suite sur La Menace Théoriste

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

26 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 09.12.2020 à 07h27

     » mais à décrypteur, décrypteur et demi. »

    C’est fou, ça! Lordon met le doigt où ça fait mal. Donc dire le vérité ne suffit plus, il y a besoin de la « décrypter ». Mais alors c’est que la vérité est cachée ou incompréhensible ou qu’elle est un « complot » en soit. Bref on va nous apprendre à penser « juste ».

    Autrement dit un complot c’est quoi? Arriver à faire croire que la vérité n’est pas ce qu’elle est. Et qu’il faut un décryptage pour y accéder, alors qu’une information factuelle suffirait normalement.

    Sauf en cas de guerre. Et nous sommes en guerre sur plusieurs fronts intérieur et extérieur. Le contrôle des mentalités est indispensable pour toute opération intérieure ou extérieure. La bataille fait rage.

  • LibEgaFra // 09.12.2020 à 07h43

    Le « complotisme » prospère quand on veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes, quand on veut nous faire croire qu’il suffit de « traverser la rue » pour trouver du travail, quand on veut nous faire croire que les « premiers de cordée » s’intéressent aux autres, quand on veut nous faire croire que la bourgeoisie n’est pas une classe, quand on veut nous faire croire que la bourgeoisie défend les intérêts du pays, mais pas ses intérêts propres (lire: les multinationales).

    Ah zut, « on » va me traiter de « complotiste » !

    • Dypso // 09.12.2020 à 09h13

      Le principal acteur du complotisme déjà, c’est les algorithmes de suggestions de YouTube et autres plateformes, qui recommandent des vidéos qui font du clic sans éthique.
      Ça participe a la partition des gens selon leurs idées politiques, a propager des theorie bancales mais plaisantes, au détriment du vrai, plausible, sans saveur.

      Les gafams ont leurs part de responsabilité énorme.

      • PierrotdePont // 09.12.2020 à 11h54

        Tout à fait d’accord. Tant que les recommandations algorithmiques des plateformes putaclics n’intègreront pas dans leurs suggestions des contrepoints au choix initial de l’utilisateur, nous ne sortirons pas de la spirale mortifère (mais ô combien juteuse commercialement, encore que cela demande à être véritablement démontré) de l’auto intoxication d’ l’internaute seul face à son écran, antithèse de la pensée dialectique. Si diable il y a dans l’affaire, ne cherchez pas trop loin, c’est par là qu’il se cache.

  • calal // 09.12.2020 à 08h07

    « D’abord ils vous ignorent,ensuite ils se moquent de vous puis ils vous combattent. Apres vous gagnez »…

    Donc on commence a etre au stade du « ils vous combattent »…

  • LibEgaFra // 09.12.2020 à 08h09

    « une multitude d’acteurs qui doivent plus que jamais prendre le temps d’expliquer, de démontrer, sans ostraciser ni caricaturer ».

    Vous imbécile, moi grand sachant.

    Quand voit que la radio nationale y consacre toute une série de sujets qui ressemble à une liste à la Prévert.

    Mais curieusement ni le Russiagate, ni les affaires Skrypal et Navalny n’y figurent.

    Par contre on y trouve ceci:

    https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-31-decembre-2018

    Sans ostraciser ni caricaturer donc. Ahahah.

    • RGT // 09.12.2020 à 10h17

      « Jeanne Calment était-elle une usurpatrice ? »

      Voici un bel exemple des infos (vraies ou fausses, on s’en fout totalement) qui défrayent la chronique de « nos » médias bien pensants.

      Un non-événement total qui, bien monté en épingle, permet de créer une diversion afin que les gogos ne s’attardent pas sur les infos importantes qui les concernent directement.

      C’est bien la raison pour laquelle je ne regarde plus la « boîte à cons » (dont le fisc tente avec acharnement de me faire payer la taxe associée chaque année malgré des inspections surprises) et que je ne lis plus non plus la « grande presse » désormais aux ordres de quelques ploutocrates.

      Si vous appelez ça du « complotisme », je le revendique sans complexes.

      Par contre, et sans doute parce que je ne suis pas contaminé par les « documenteurs » TV, j’ai bien tenté de regarder « Hold-up mais j’ai décroché au bout de quelques minutes en constatant qu’à partir de faits tout à fait « normaux » (cuoidité, conflits d’intérêts, etc.) les auteurs faisaient « monter la mayonnaise pour ensuite en déduire des affirmations qui feraient pâlir de jalousie n’importe quel énarque omniscient.

      Comme je le répète depuis bien trop longtemps, si déjà les « institutions de la république » remplissaient correctement les fonctions qu’elles sont censées prodiguer, à commencer par une véritable éducation à l’esprit critique, les « fèces niouzes complotistes » ne se diffuseraient pas avec une telle facilité dans la population.

      Inconvénient d’une éducation à l’esprit critique, les « grands esprits » (politiques, médiatiques ou autres) ne pourraient plus se produire en public sans être engloutis sous des tombereaux de tomates pourries.
      Et quand ils s’exprimeraient sur des « médias de masse » personne ne suivrait leurs « grands discours » avec attention mais les rares personnes les regardant inventeraient de nouveaux quolibets fleuris pour décrire leurs « grandes prestations ».

      Un grand pas pour l’humanité.

  • Guadet // 09.12.2020 à 08h14

    « fake news » et « Fact-checking » sont les deux faces du complotisme. Les deux sont indispensables pour brouiller la perception de la réalité et imposer l’idéologie néolibérale malgré l’évidence de sa nocivité. Le truc a été utilisé par toutes les tyrannies dans l’histoire.

  • pseudo // 09.12.2020 à 08h22

    OK, cependant, au delà des considérations et analyses socio psy, à quoi avons à faire ? A une bande de gus qui tentent de convaincre les français de se faire vacciner. Hors rappelons qu’ils ont pris les décisions d’achat en connaissance de cause du refus des français. Certains appellent cela de la gouvernance, ou encore de la stimulation de la recherche privée, j’appels cela du détournement de fond public, dont ils ne pourront se sortir qu’en nous convaincant du bien fondé de leurs décisions.
    On a déjà fait les frais de leurs idéologie quand il s’agissait d’agir au début de la pandémie, de leur mensonges quand il fallait prendre des mesures de précautions, de leurs incompétence maladive quand on a constaté que faute de moyens hospitaliers nous n’avions plus qu’a confiner, de leurs indigences quand ils ont préférés tuer nos vieux ehpad plutôt que de les soigner, de leur condescendance quand on se fait dire qu’on était trop bête pour porter un masque, de leurs betises crasses quand à la manière de se guérir, et maintenant non content de payer en argent sonnant et trebuchant pour leurs magouilles, il faudrait désormais donner de son corps pour finir de les absoudre.

    La critique socio psy sa va deux minutes.

    • X // 09.12.2020 à 09h20

      « Ils ont préféré tuer nos vieux en Ehpad »… La théorie du complot beaux jours devant elle: les vieux des Ehpad seront les premiers à être vaccinés : de quoi finaliser les différentes « phases 3 » in vivo » et tester les éventuels effets secondaires en live…
      Dire que l’argument number one pour justifier tout l’arsenal sécuritaire depuis le début, c’est l’imparable culpabilisation morale « vous ne voulez tout de même pas contaminer votre grand-mère et être la cause de sa mort tout de même ?« 
      Comment tu veux avoir confiance après ça!

    • LibEgaFra // 09.12.2020 à 09h59

      « une bande de gus qui tentent de convaincre les français de se faire vacciner. »

      Il serait plus facile de les convaincre si les Français pouvaient avoir le choix du vaccin: qui connaît la différence entre les vaccins russe et chinois et les américano-anglo-allemands? Et la différence de prix?

      Quand on aime, on ne compte pas. Le seul problème est qui aime-t-on? Les Français ou les compagnies pharmaceutiques?

      Car en fin de compte, qui va payer la facture, si ce n’est les Français à travers impôts et taxes?

  • paulo // 09.12.2020 à 08h23

    « Nous n’économiserons ni notre patience ni notre bonté pour vous faire apercevoir que les esprits de la forêt n’existent pas. Puisque ce qui existe, c’est Dieu ».

    Splendide .

    • LibEgaFra // 09.12.2020 à 09h37

      Très bien relevé! Et pourtant…

      Pourtant il suffit d’aller en forêt…

  • Calvez // 09.12.2020 à 08h28

    J’éprouve une sorte de jubilation à voir prospérer ce que les « établis » appellent les théories du complot. Je pense que les « précaires » ont divergé et jubilent eux-même de s’être affranchis de la pensée dominante, ce poison lent. Ils ne reviendront pas au bercail et les missionnaires envoyés « faire de l’éducation aux média » et évangéliser les foules se casseront les dents sur les moqueries de ceux qu’ils croyaient dominer. Ils ne seront pas bouffés – les temps ont changé – mais les chaînes d’info appartiendront bientôt à la catégorie des comiques.
    Ce sera un premier pas vers le bouleversement.

  • Croz // 09.12.2020 à 09h08

    Le premier complotiste : Émile Zola, dans sa lettre ouverte au président Faure intitulée « J’accuse…! ». Au lieu de croire respectueusement les autorités qui avaient condamné Dreyfus et acquitté Esterhazy, le romancier pointait un complot mêlant Paty de Clam, Boisdeffre, Mercier ! Dommage que la Libre Parole n’ait pas eu de rubrique de fact-checking…

    Blague à part, merci à Lordon pour cet article de salubrité mentale.

  • Nanann // 09.12.2020 à 09h34

    Là, pas besoin de décryptage, l’ analyse est parfaitement claire. On se rend tous bien compte que la parole officielle n’ a plus grande valeur et que la nature ayant peur du vide, il faut bien quelque chose pour remplir ce vide.Chez les complotistes, il y a souvent de braves gens qui, abusés, finissent par ne plus entendre la raison. Le problème, avec le complotisme, c’ est quand le remède devient aussi néfaste que le mal . Quand l’ Institut Pasteur est accusé d’ avoir propagé le coronavirus, il n’ y a pas d’ innocence. Et quand on sait que ce même institut travaille à l’ élaboration d’ un vaccin, on est en droit de se demander à qui profite cette rumeur qui a conduit l’ institut Pasteur à porter plainte. Ce qui est plus pervers dans le complotisme c’ est qu’ il est pratiqué par des gens dont on attendrait une autre parole. On l’ a parfaitement vu pendant cette crise. Alors soit, comme dit A.Finkielkraut,  » la bêtise n’ est pas le contraire de l’ intelligence « , soit on a à faire à de parfaits manipulateurs d’ opinion pour leur profit, On se fait passer pour plus vertueux que les autres, plus anti-système . Certains médecins, certains philosophes , certains journalistes, se sont parés de ce linge plus blanc que blanc. Et ça marche ! On fait de l’ audimat, on vend ses livres, on devient star ! Bref pour ceux qui veulent garder encore la raison, c’ est difficile actuellement. S’ opposer pour s’ opposer n’ a pas de sens. On sait que Macron est un truqueur, un manipulateur mais ce n’ est pas parce qu’il mange de la salade qu’ on ne va plus en manger…

  • X // 09.12.2020 à 09h43

    Dans cette émission (lien ci-dessous), il est dit de manière à peine cryptée qu’on sait bien ( et qu’on en était de surcroît conscient depuis le début) que la seule manière d’éliminer le virus c’est d’isoler systématiquement les positifs grâce au traçage (on en avait en outre la capacité juridique dès mars mais elle cela n’a pas été appliqué, uniquement à la marge dans les DOM). Mais ce n’est pas la stratégie qui a été retenue… on a préféré « aplanir la courbe » par le biais de coûteux confinements /re-confinement (pas grave, de toute façon tout ça c’est financé à crédit…). Maintenant qu’il apparaît clairement aux yeux de tous que la seule solution qui pourrait permettre de se débarrasser du virus sans recourir à d’improbables thérapies géniques (le vaccin de Moderna, peu ou prou, ça revient à ça…), c’est de mettre en place systématiquement un dépistage-isolement… on nous explique que « oui mais voilà maintenant c’est beaucoup trop tard »… l’isolement, ça marche quand on prend les choses au début comme ça été fait en Asie… mais pour nous ça ne marchera jamais car la quantité des contaminés est beaucoup trop grande (ah bon, mais moi j’avais entendu que moins de 5% de la population avait rencontré le virus… alors c’est quoi ce chiffre, du bluff?)
    https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-des-matins/dernieres-nouvelles-des-vaccins-anti-covid-19
    1/2

    • X // 09.12.2020 à 09h44

      Ben c’est bizarre parce que les vidéos complotistes pourries qui circulaient dès le mois de mars et qui étaient régulièrement censurées par tout les sites « bien propres sur eux » anticipaient, bon an mal an ce genre de logique gouvernementale…

      • X // 09.12.2020 à 10h05

        D’ailleurs, en écrivant « vidéos complotistes pourries », je me demande si le principal problème de Hold Up, c’est précisément son niveau de maîtrise de la technique documentaire – le fait qu’il reprenne tous les codes des documentaires dont on nous abreuve régulièrement, en particulier sur les chaînes publiques (sur Arte, entre autres).

        Du coup, le biais fondamental de tous ces documentaires éclate au grand jour : ils se présentent pour de la science mais ne sont en réalité que de la scolastique – de l’idéologie.

    • LS // 09.12.2020 à 12h20

      Je n’interprète pas les propos des intervenants exactement de la même façon.

      Je comprends leurs propos comme suit :
      La détection optimisée (et non l’isolement ou le confinement) , ça marche quand on prend les choses au début… et qu’on a un nombre pas trop grand de contaminés, il est effectivement trop tard pour ça (elle parle d’une efficacité de détection de 20%). Elle ajoute qu’il est possible (manque de retours d’expériences : elle cite Liverpool, elle aurait pue parler de la Slovaquie) que la détection généralisée, massive, peut encore fonctionner.

      Enfin : Une thérapie génique consiste à faire muter l’ADN de tout ou partie des cellules d’un patient. Ce n’est pas comme ça que fonctionne les vaccins dit ARN dont le vaccin « Moderna ». Donc non, le vaccin Moderna ne se ramène pas peu ou prou à une thérapie génique.

      Je suis d’accord sur le reste.

  • douarn // 09.12.2020 à 09h44

    Bonjour

    Si je comprend bien, le gueux devient complotiste lorsqu’il ne veut/peut plus CROIRE les curés médiatiques dispensant/décryptant la bonne parole et les orientations données par ses maîtres, sensément apporter la félicité. C’est qu’il est donc question de doctrine, de croyance, de dogme, de foi.

    De mon point de vue, le problème du texte de Lordon est que « complotiste » est un mot valise sans grande valeur. Il me semble qu’il faudrait remplacer ce stupide néologisme par ce que la langue française offre déjà. Et il existe un vieux mot presque oublié : apostat.
    L’apostasie est l’attitude d’une personne (apostat) qui renonce à une doctrine, une croyance, une religion ce qui contribue à ruiner la crédibilité des paroles institutionnelles (pour reprendre Lordon). Ce terme semble assez bien coller, je crois.

    J’imagine que Giodarno Bruno ou Galilée ont été taxés d’apostats ou d’hérétiques. A cette époque où le bois de bûcher ne manquait pas, cela devait avoir le même effet autocenseur qu’un « complotiste » « brûlé » sur la scène médiatique. Mais, la charge historique du terme « apostat » fait qu’il ne peut probablement pas servir à qualifier ceux qui critiquent les dogmes actuels à plus ou moins bon escient. Le néologisme « complotiste » semble donc nécessaire aux maîtres.

    Alors pour vos fêtes, pensez y 🙂
    René : « Eh bien Jean Louis, tu serais pas un peu complotiste par hasard ? »
    Jean Louis : « Non René, je suis un apostat !! »
    René : « Euh… Maryvonne… il reste de la dinde ? »

    • Croz // 09.12.2020 à 10h03

      Bien vu. Ils taxent les dissidents de « complotisme » parce qu’ils ne peuvent plus les accuser d’hérésie ou d’apostasie, mais l’intention et le mécanisme sont les mêmes. Tous ces fact-checkers, decrypteurs, debunkers, etc., du Monde, de Libé, de France Intox, sont les dignes héritiers de l’inquisition romaine.

      Que devons-nous faire ? Démonter ce mot infamant qui denote une profonde nullité intellectuelle ? Mais ça prend du temps. Ignorer les curetons qui hurlent au complotisme ? Ou bien revendiquer ce label de dissidence ?

    • PierrotdePont // 09.12.2020 à 12h31

      Le problème c’est que demander à nos médiatiques d’utiliser le terme d’apostat, outre que cela empiète sur leur quota réduit de vocabulaire commun, renouvelé par tiers chaque semestre comme le relevait déjà Debord, ce serait reconnaitre que ceux qu’ils nomment par facilité complotistes, s’opposent aux dogmes libéraux, rappelés pour certains ici par Lordon, dont ils se font les propagandistes constants, plus ou moins conscients (c’est mon jour de bonté, je laisse à certains le bénéfice du doute).

  • americanfetichiste // 09.12.2020 à 09h58

    Peut-on croire à du complotisme?
    https://odysee.com/@Radio-Quebec:a/securite%CC%81-nationale:3
    je vous le demande

  • PierrotdePont // 09.12.2020 à 10h56

    Tout (ou presque) est dit, et on n’est bien dans la panade.
    Mais tant qu’on ne verra comme solution que l’éducation aux médias dès le plus jeune âge alors que c’est bien une rééducation des médias eux-mêmes, auto emprisonnés dans une logique (?) néolibérale depuis tant de décennies, qu’il faut entreprendre, on n’avancera pas d’un iota.
    Certains défendent l’idée d’un gigantesque plan social (avec reclassement le plus loin possible, cf. Les Kerguelen par exemple) de notre classe politique. Le retour aux champs de l’essentiel de l’officialité médiatique actuelle ne ferait pas de mal non plus.

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications