Les Crises Les Crises
23.décembre.202023.12.2020 // Les Crises

Interdit d’interdire – Les GAFA, ennemis publics numéro un ?

Merci 34
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Frédéric Taddeï reçoit :

– Asma Mhalla, maître de conférences en économie numérique

– Frédéric Paya, directeur du service Economie-Finance chez Valeurs actuelles

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 02-12-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

r3drum // 23.12.2020 à 12h48

C’est se voiler la face que de ne pas se rendre compte qu’en fait les GAFAM ce n’est pas une personne mais une armée :
une armée de juristes grassement payés pour contourner les lois via optimisation fiscale et autre pirouettes,
une armée d’économiste pour jauger des stratégies – fidélisation, concurrence, monopole…
une armée de lobbyistes qui se rend dans les congrès politiques pour que surtout rien ne change,
une armée de sociologues et psychologues pour analyser les comportements et biais humains
une armée d’informaticiens pour réaliser les meilleurs algorithmes qui en découlent

Les hommes politiques sont coupables d’impuissance certes, mais ce n’est pas face à un agneau qu’ils sont, mais bien un loup.
Et c’est pareil pour les consommateurs, personne ne se rends compte de la puissance de l’armée d’en face, parce qu’elle n’est pas visible. Mais elle connaît tes défauts et tes réticences, et sait les utiliser….

Le numérique en général, c’est le terrain de jeu des 7 péchés capitaux :
Envie => shopping / choix
Paresse => livraisons en un clic et simplicité, jeu, tout est chez soi
Jalousie => réseaux sociaux, influenceurs, promulgation de la réussite
Luxure => pornographie
Colère => trolls et déversement de haine sur les réseaux (peut être le moins représentatif cela dit)
Avarice => tout est moins cher sur le net, venant de chine….
et l’orgueil, c’est de se croire au dessus de tout ça

r3d

17 réactions et commentaires

  • Christian Gedeon // 23.12.2020 à 10h17

    Pour ce qui me concerne , il y a bien longtemps que je pense que les GAFA ne sont que les GAFA. Et que les excès et autres délocalisation sont fiscales qui leur sont reprochés ne sont possibles que parce qu’ils sont permis et «  légaux ». D’unique si responsables il y a et coupables aussi , ce sont ceux, multitude vile, qui ont écrit les regles ou qui ont laissé perdurer des règle d’obsolètes. Et aussi, l’as-tu but not least , les utilisateurs qui sont le carburant des GAFA. Comme les drogues sont le carburant des trafiquants des divers paradis artificiels.

      +9

    Alerter
    • r3drum // 23.12.2020 à 12h48

      C’est se voiler la face que de ne pas se rendre compte qu’en fait les GAFAM ce n’est pas une personne mais une armée :
      une armée de juristes grassement payés pour contourner les lois via optimisation fiscale et autre pirouettes,
      une armée d’économiste pour jauger des stratégies – fidélisation, concurrence, monopole…
      une armée de lobbyistes qui se rend dans les congrès politiques pour que surtout rien ne change,
      une armée de sociologues et psychologues pour analyser les comportements et biais humains
      une armée d’informaticiens pour réaliser les meilleurs algorithmes qui en découlent

      Les hommes politiques sont coupables d’impuissance certes, mais ce n’est pas face à un agneau qu’ils sont, mais bien un loup.
      Et c’est pareil pour les consommateurs, personne ne se rends compte de la puissance de l’armée d’en face, parce qu’elle n’est pas visible. Mais elle connaît tes défauts et tes réticences, et sait les utiliser….

      Le numérique en général, c’est le terrain de jeu des 7 péchés capitaux :
      Envie => shopping / choix
      Paresse => livraisons en un clic et simplicité, jeu, tout est chez soi
      Jalousie => réseaux sociaux, influenceurs, promulgation de la réussite
      Luxure => pornographie
      Colère => trolls et déversement de haine sur les réseaux (peut être le moins représentatif cela dit)
      Avarice => tout est moins cher sur le net, venant de chine….
      et l’orgueil, c’est de se croire au dessus de tout ça

      r3d

        +37

      Alerter
      • paul // 23.12.2020 à 14h34

        excellente argumentaion r3drum

        et le tout en laissant croire à une purification du numérique qui est et sera la san sure

        mais à la tête de l’armée, il y a bien un petit groupe 😉

          +2

        Alerter
      • Yanka // 26.12.2020 à 21h54

        « Paresse => livraisons en un clic et simplicité, jeu, tout est chez soi »

        Certes, mais cette paresse est induite par la technique limitant l’effort. Est-ce de la paresse de nos jours que de prendre la voiture au lieu de marcher ou d’utiliser un transport hippomobile ? Avant Internet, je me rendais en salle de lecture à la bibliothèque pour compulser des ouvrages de références ; c’était normal, je ne pouvais faire mieux, à moins que d’acheter par centaines de gros livres. Aujourd’hui, j’utilise logiquement Wikipédia et les sites spécialisés, dans toutes les langues, selon ce que je cherche. Quel fou retournerait à la bibliothèque en disposant à domicile de tels outils ? Soit les outils sont disponibles et on les utilise, soit on les estime nuisibles et on les interdit.

          +1

        Alerter
  • r3drum // 23.12.2020 à 12h30

    Débat très intéressant avec des acteurs de divers horizons.
    Des points qui me semblent cruciaux aujourd’hui tant la politique actuelle manque de vision, on ne sait pas où l’on va, ni où l’on veut aller. C’est ce qui me rends triste et défaitiste.

    Le problème principal est surtout que les GAFAM sont déjà très (trop) puissants, tant au niveau politique (lobby bruxellois) qu’économique, et ça ne va pas baisser avec leurs algorithmes prédictifs ultra redoutables.

    Le big data et les algorithmes vont nous bouffer tout cru (capitalisme poussé au maximum), le remplacement de l’humain par les machines, les études de marchés (algo) automatiques, en faisant levier sur les défauts de tout un chacun : paresse (facilité et livraison rapide à domicile), avarice (tarif intéressants), envie (hyperchoix).

    On voit bien que la puissance de calcul informatique rend l’humain « remplaçable » car pas assez efficace dans plein de domaines.
    C’est mon petit regret, attendre 50 minutes avant d’entendre parler des effets pervers de l’automatisation (et robotisation) qu’elle soit numérique (mail vs courrier ou fax, IA, algorithmes) ou physique (robotisation des entrepôts et lignes de prod) et pas seulement de destruction d’emploi (concurrence), pour entendre très rapidement le gros mot « revenu universel »…

    Par contre, encore parler de responsabilités individuelles est épuisant à force, on est en face d’une armée et c’est de la faute de chacun si l’armée gagne… un peu facile

    r3d

      +7

    Alerter
  • Brigitte // 23.12.2020 à 20h29

    Les GAFAM flattent les défauts humains. Finalement le progrès se transforme en esclavage. Le progrès, sensé libérer l’humain de l’esclavage l’y fait retomber ipso facto.
    La belle théorie de l’émancipation n’était-elle qu’une fable pour enfants?
    Le progrès technique nous entraine dans une course folle, celle de la vitesse, de l’abondance, de l’instantané, nous privant de valeurs essentielles, l’attente, l’imaginaire, la patience et le renoncement.
    Y a t-il eu un point de rupture ou bien est-ce une évolution inéluctable, intrinsèque à notre humanité?
    En fait, nous ne contrôlons pas les forces qui nous gouvernent. A l’intérieur comme à l’extérieur. Nous sommes des animaux auto-domestiques. De plus en plus coupés de la nature. Un jour, nous serons capables de programmer la date de notre mort. Comme le bétail. Comme les machines, avec qui nous entretenons des relations ambivalentes. A la fois maitres et esclaves.
    La ferme des mille vaches à l’échelle planétaire.
    On nous avait promis le paradis et nous glissons progressivement vers l’enfer.
    L’e-monde est immonde.

      +2

    Alerter
    • paul // 23.12.2020 à 21h46

      La ferme des animaux que nous sommes devenus……
      Arrivera-t-on a chasser les « hômmmme » qui nous tiennent
      Esclaves par uberisation en tous genre

        +3

      Alerter
  • Guise // 23.12.2020 à 22h08

    Pourquoi GAFA et pas GAFAM ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/GAFAM

    Pourquoi ne pas inclure Microsoft dans ce groupe ?

    Je sais que certains journalistes ont tendance à oublier Microsoft des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple et donc, Microsoft), et je me suis demandée si, pour certains (pas tous, pour d’autres ça doit être l’absence d’info ? ou autre) ça avait un rapport avec le fait que Microsoft a des partenariats avec l’État français (Éducation nationale et données de santé).

    sources :
    https://www.lexpress.fr/education/microsoft-et-education-nationale-le-partenariat-de-la-discorde-devant-les-juges_1828234.html

    https://www.mediapart.fr/journal/france/091020/la-cnil-demande-l-arret-du-stockage-de-nos-donnees-de-sante-par-microsoft?onglet=full

    Donc ne pas oublier le M de GAFAM, pour ne pas oublier de parler de Microsoft dans la foulée. Ou alors il faut vraiment que Microsoft soit pas concerné par l’article, et que les 4 autres, si.

      +4

    Alerter
    • kasper // 23.12.2020 à 23h54

      Ca dépend surtout de comment a été écrite la dépêche AFP qu’on copie-colle…

        +0

      Alerter
      • Guise // 25.12.2020 à 21h20

        @Kasper : Donc la remarque vaut au moins pour l’AFP.

          +0

        Alerter
    • Amidon // 24.12.2020 à 18h52

      Ces « partenariats » de Microsoft avec l’Éducation Nationale devraient justement mettre la firme de Redmond au premier rang des accusés. Ses investissements sur nos chères têtes blondes constituent bien le plus grand danger pour notre société.

        +4

      Alerter
  • R=C // 24.12.2020 à 06h49

    Étant commerçant de quartier dans un domaine mis en concurrence par internet, tous les jours je suis confronté à l’effet « vente en ligne » sur le cerveau du consommateur qui veut tout, tout de suite pour rien. Qui ne se rend même pas compte que c’est abusé de demander le prix d’Amazon alors qu’elle eu une personne qui pendant une heure a pris le temps d’expliquer tout ce qu’elle voulait… qui vous fait du chantage à « bah si c’est ça je vais aller sur internet » …

    Il faut dire aussi que la vente internet propose de mettre au service du client une armée corvéable de prolos 2.0. Du service client, au livreur en passant par le logisticien… toute cette petite armée satisfaisant la moindre envie du pauvre type qui derrière son écran a l’abri des virus et de ce monde hostile peux avoir tout ce qu’il désire et peut d’un simple clique chier un avis google sur celui qui ne s’est pas suffisamment plié a ses désirs .

      +4

    Alerter
    • Amidon // 24.12.2020 à 19h05

      En tant que commerçant de quartier, vous êtes confronté à la concurrence, non pas de la seule Amazon, mais d’un ensemble de prestataires privilégiés par la technologie; il faut arrêter de tout mettre sur le dos d’Amazon. Si vous êtes libraire, c’est historiquement la FNAC qui vous a créé les premiers soucis et les a largement amplifiés d’ailleurs sur le web; si vous vendez du vin, vous ne pouvez rivaliser avec les Vinatis et compagnie, etc … Mais il est de bon ton, surtout chez les bobos, clients historiques de la FNAC, et pourfendeurs de GAFAM, de ménager les prédateurs français.

        +1

      Alerter
      • Guise // 25.12.2020 à 21h37

        Les bobos, qu’est-ce que c’est ? Il faut une définition, qu’on comprenne de quoi vous voulez parler.
        Parce que les « bobos », ça peut être tout et n’importe quoi, de l’étudiant en voie de paupérisation accélérée à la grande bourgeoisie du VIe arrondissement.
        Et tout le monde voit bien que ces deux catégories ne sont pas du même côté du libéralisme.

          +1

        Alerter
  • clauzip12 // 26.12.2020 à 01h01

    L’État français et autant qu’il le peut dans leurs mains. Éducation nationale, santé, armée… utilisent leurs logiciels etleur cèdent nos données. Le pire c’est que cela été réalisé sans appel d’offres.
    Il existe des logiciels en France qui ont les capacités pour répondre.Quand l’état est complétement phagocyté par ces multinationales américaines que pouvons nous faire?
    Il convient de développer rapidement les méthodes du commerce numérique et changer radicalement notre méthode de gouvernement , de démanteler ces puissances occultes, de faire payer les impôts vraiment correspondants.
    Par ailleurs , nos données doivent être considérées comme des biens souverains .
    le très gros problème est l’UE dont les décisions ne sont que de l’asservissement au marché ou les GAFAM sont les maitres du jeu!

      +1

    Alerter
  • Nina // 27.12.2020 à 10h04

    Quelle est la solution ? Parcequ il va bien falloir en trouver pour ne pas nous faire manger tout crue par GAFAM et compagnie

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications