Les Crises Les Crises
26.novembre.202026.11.2020 // Les Crises

Quartier Libre – Marc Endeweld : « Le virage autoritaire de Macron n’est pas une surprise »

Merci 127
J'envoie

Source : YouTube – QG Media

Journaliste d’investigation et auteur du « Grand manipulateur », enquête très informée sur les réseaux Macron, Marc Endeweld a été reçu par Yoan Gwilman pour un grand entretien sur le rapport de Macron aux questions identitaires.

Pour voir l’émission en entier, c’est ICI !

Source : YouTube – QG Media – 23/11/2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

sergeat // 26.11.2020 à 10h08

« Mr macron est un petit pantin entre les mains des élites »,non Mr macron suit une logique:détruire l’économie française (dette 120,130 pour cent du pib) les emprunts légèrement négatifs pour l’instant passeront le moment venu à 1,2,3…..pour cent et la France sera obligée de privatiser toutes ses institutions:sécurité sociale,retraites,…..un pactole que les institutions financières attendent avec impatience,de plus cette destruction financière de la France amènera à terme le rêve de macron la destruction de l’état nation pour l’abaisser au rang d’un land bruxellois dirigé par des technocrates non élus.
Le banquier macron réussira t il ?,J’espère que le Peuple français saura le virer.

39 réactions et commentaires

  • Guadet // 26.11.2020 à 07h52

    Macron plus autoritaire que libéral : l’idée est intéressante. Mais elle se base sur une vision fausse de l’Ancien Régime, celle d’une tyrannie par un seul homme. En fait le roi de France avait un pouvoir limité par une grande quantité de pouvoirs intermédiaires, depuis le père de famille jusqu’au parlement de Paris, en passant par les parlements régionaux, les privilèges de nombreuses villes, les corporations ouvrières, la noblesse, l’Église, etc. Les révolutions libérales vont balayer tous ces contre-pouvoir par goût de la liberté individuelle pour ne laisser qu’un parlement aux mains des plus riches (vus déjà comme les premiers de cordée). Ceux-ci vont alors gouverner en développant dans l’état les moyens coercitifs pour assurer cette centralisation des pouvoirs et pour tenir le reste de la population.
    Il est donc normal que le libéralisme poussé dans ses dernières conséquences par Macron aboutisse à un autoritarisme.

      +35

    Alerter
    • LibEgaFra // 26.11.2020 à 09h26

      Aaaaaah, la nostalgie d’un souverain de droit divin, les lettres de cachets, la mise à mort pour blasphème, les dragonnades, etc. Que du bonheur!

      L’église, la noblesse des contre-pouvoirs? Grand éclat de rire!

        +12

      Alerter
      • Guadet // 26.11.2020 à 10h23

        Je ne dis pas que la monarchie d’ancien régime doive être un modèle pour aujourd’hui, ce n’est pas la question.

          +6

        Alerter
      • saati // 26.11.2020 à 17h06

        Le pouvoir royal type ancien régime était bcp plus arbitraire et autoritaire mais moins « totalitaire », les cours de justice basse et commercial dépendaient réellement de parlements locaux (autant nommé que coopté par la noblesse local) le travail dépendait des corporations , les mariages naissances étaient gérées par l’église, tout comme l’éducation pour ceux qui y accédaient hein. La paix intérieure dépendait du Roi, oui comme les dragonnades mais le blasphème non. quant aux lettres de cachets cela ne concernaient qu’une frange minime de la pop, très minime, la noblesse un peu rebelle ou qq pamphlétaires…

          +5

        Alerter
        • Logique // 26.11.2020 à 19h19

           » mais moins « totalitaire », »

          Allez dire cela aux protestants, aux habitants des Antilles…

            +3

          Alerter
    • Guadet // 26.11.2020 à 10h11

      Permettez-moi de m’apporter la contradiction. Si la démocratie libérale a permis au riches de gouverner directement, elle avait aussi rendu plus visible l’opposition populaire, ce qui a permis, avant le virage néolibéral de 1983, des avancées sociales significatives, comme lors du front populaire ou de la Libération. Rappelons d’ailleurs que la révolution sociale consécutive la Libération est due à l’accord entre mouvements communistes et chrétiens et qu’il est donc un peu étonnant de présenter en défenseur de la chrétienté un Macron détruisant ce que la république peut avoir de chrétien.

        +13

      Alerter
    • Le Belge // 26.11.2020 à 10h20

      Sincèrement, je suis belge et je ne me plains pas d’avoir mon Roi comme chef de l’Etat. Au contraire. Au moins il sait ce qu’est une armée et ce que faire la guerre veut réellement dire au contraire d’un abr?! » d’énarque qui, lui, sait ce que flagorner veut dire.
      Royalement vôtre et bonne journée du Royaume de Belgique.

        +8

      Alerter
  • pseudo // 26.11.2020 à 08h49

    c’est très intéressant. Mais au lieu de penser le présent immédiat pour mieux préparer l’avenir on en est encore à décrypter les manipulations politiciennes de petits hommes politique sans intérêt qui sont déjà le passé. Soit parce que par leurs actions le pays sera fondu dans le bloc européen, soit parce que par leurs actions le pays s’effondrera.

    Il serait bon de juger l’autoritarisme des uns et des autres dans la perspective des événements et fais sociétaux qui font notre quotidien. Coronavirus, crise environnementale, prohibition de façade. Ce sont les trois piliers des malheurs de ce pays qui nous tire vers le bas par leurs nature délétères tant aussi bien que la manière du pouvoir actuel de les traiter. Qui consiste tout simplement à ne pas les traiter pour mieux s’enfermer dans leurs tours d’ivoire. Hors nous ne saurions être capable de préparer l’avenir en nous appuyant sur des béquilles fuyante. Leurs fortunes et réseau sont bien capable de résister aux chocs, mais surtout, si la situation venait à dégénérer, elles ne seraient que le tremplin vers d’autres pâturage.

    J’ai le sentiment que devant les faits qui s’accomplissent et s’enchaînent les uns aux autres, plus improbable chaque jour, nous sommes paralysé à tirer les conclusions qui s’imposent.

    Mon avis personnel, et pour faire référence à un billet d’y il a quelque jours, nous sommes sortis du meilleur des mondes (même si ce n’était pas si folichon que cela à bien y regarder) pour rentrer dans 1984.

      +8

    Alerter
  • Wakizashi // 26.11.2020 à 09h07

    Que les dominants cherchent à dominer encore plus, à consolider et accroître leur pouvoir, ce n’est ni surprenant ni une grande nouvelle. Ce serait le contraire qui serait un scoop. Par contre, qu’une part significative des dominés continue à croire aux pipeaux que les dominants racontent pour tenter de justifier leur existence, ça laisse rêveur…

    J’ai entendu récemment la presse parler d’un sondage évoquant plus de 40% de popularité pour Jupiter, malgré sa flagrante dérive autoritaire. Une question bête se pose alors : la servitude volontaire a-t-elle encore de beaux jours devant elle, ou les millions d’idiots utiles vont-ils finir par se réveiller ?

      +22

    Alerter
    • macron vendu // 29.11.2020 à 22h44

      « J’ai entendu récemment la presse parler d’un sondage évoquant plus de 40% de popularité pour Jupiter, malgré sa flagrante dérive autoritaire » qui paye l’orchestre choisi la musique…qui a financé ce sondage? La presse française et entre les mains d’oligarques qui ont propulsé macron sur le trone. Et rappelllez vous les 400 et quelques M€ donnés à la presse pour les aider « face à la crise du Covid ».

        +1

      Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 26.11.2020 à 09h32

    De toute façon les bourgeois n’ont pas le choix que de durcir le ton , ils n’ont pas eu le temps de mener a bien leur projet européen qui les mettra définitivement a l’abris eux et leurs biens (ce qui est la meme chose)de la vindicte populaire .Dans l’Europe , comment allons nous virer Des gouvernants fascisants ? C’est impossible tant que nous n’aurons pas une unité de tout les peuples , ce qui est impossible . Les roumains sortent du moyen âge et veulent une machine a laver , les hongrois, les polonais , donc eux sont pro européen si l’Europe ne fait pas l’erreur de toucher a des fondamentaux directement issus du moyen âge .C’est là que ça va coincer , ils vont avoir un problème pour tout normaliser.Et comme en France on a pigé le coup ,Macron est obligé de durcir le ton , il va y avoir une campagne anti france insoumise quelque chose de phénoménale , une unité des partis pro européen , sous la bannière du marquis et de sa roue de secours la fille du borgne .Je ne vois pas vraiment de solution pour nous débarrasser de cette engeance a part une violence exceptionnelle ou une intervention divine .

      +23

    Alerter
  • RGT // 26.11.2020 à 09h35

    Macron autoritaire ?

    Macron est un petit pantin entre les mains des « élites » qui ont totalement infiltré les rouages de l’état, d’une caste de « hauts fonctionnaires » qui copulent sans complexes avec leurs « frères » qui détiennent le pouvoir économique.

    Il s’est soumis à cette caste afin de pouvoir en devenir membre honoraire, rien de plus.

    Et si cette caste lui impose conseille de commettre des crimes d’état à l’encontre de la population il le fera car il n’a aucune alternative (TINA) pour pouvoir continuer à fanfaronner en restant un « personnage important ».

    Le seul et unique moyen à la disposition de la population pour calmer les ardeurs de cette caste consiste hélas à utiliser la même violence contre les « élites » afin qu’elles aient une peur viscérale pour leur propre existence et celle de leurs « héritiers ».

    C’est bien la cause principale de cette violence institutionnalisée : Que la caste au pouvoir puisse préserver ses propres intérêts et continuer à profiter sans retenue du fruit du travail des « moins que rien » qui ne sont là que pour les servir.

    Comme dans toutes les « grandes démocrassies » les « élus » ne sont que de simples pions jetables destinés à servir de fusibles en cas de trop grande colère populaire.

    Et ceux qui prendront la relève (par des « élections libres et non faussées ») seront bien sûr totalement inféodés à cette caste car tout candidat « gênant » se verra exclu « légalement » (ou pas, les barbouzes sont là pour ça) de toute possibilité de se présenter au « poste suprême ».

    Et on repart pour un nouveau tour de manège.

      +34

    Alerter
    • sergeat // 26.11.2020 à 10h08

      « Mr macron est un petit pantin entre les mains des élites »,non Mr macron suit une logique:détruire l’économie française (dette 120,130 pour cent du pib) les emprunts légèrement négatifs pour l’instant passeront le moment venu à 1,2,3…..pour cent et la France sera obligée de privatiser toutes ses institutions:sécurité sociale,retraites,…..un pactole que les institutions financières attendent avec impatience,de plus cette destruction financière de la France amènera à terme le rêve de macron la destruction de l’état nation pour l’abaisser au rang d’un land bruxellois dirigé par des technocrates non élus.
      Le banquier macron réussira t il ?,J’espère que le Peuple français saura le virer.

        +39

      Alerter
      • john // 26.11.2020 à 12h11

        Effectivement Macron s’emploie à réduire les recettes de l’Etat et à dépenser par l’emprunt.
        L’objectif est d’accumuler un niveau de dettes tel que, devant le fait accompli et la pression de l’U.E, la prochaine législature sera sommée de sabrer drastiquement dans les dépenses (en réduisant le périmètre des services publics et bien entendu en privatisant ce qui peut générer du profit) !

          +14

        Alerter
      • chb // 28.11.2020 à 08h48

        La logique que vous décrivez, Sergeat, d’un étouffement par la dette, n’est-elle pas à l’oeuvre dans d’autres pays covidés ? Autrement dit : le complot est mondial, ou n’est pas.
        Quant à virer le président mal élu, il ne me semble pas que cela soit possible dans le cadre de la démocratie représentative + système médiatique sous l’actuelle constitution. Au mieux aura-t-on un pantin de substitution.

          +0

        Alerter
        • sergeat // 28.11.2020 à 13h26

          Si c’était « un complot mondial » la Chine,l’Inde,la Tchéquie,Hongrie,Allemagne…..en feraient parti,pour moi tout cela n’arrive que dans les pays occidentaux inféodés aux USA hors achat du parapluie militaire US.
          Dans l’exemple de la Chine elle sort plus forte en achetant des actions US lors de la chute des bourses et prend des positions stratégiques.

            +2

          Alerter
    • Arcousan09 // 26.11.2020 à 11h38

      C’est bien la conclusion que j’avais aussi tirée des évènements.
      Il n’y a pas l’épaisseur d’un papier à cigarette entre les politiques menées par Sarkozy (droite) Hollande (gauche) et Macron ( ??????)
      Ce qui veut dire que ce ne sont pas nos politiques qui gouvernent mais qu’ils font de la figuration obéissant servilement aux injonctions de la finance et des banques …
      Depuis le début de cette « pandémie » j’ai tiré la conclusion que le covid n’était que le faux nez d’une belle crise économique qui couvait depuis plusieurs années.
      Autre preuve: conseillers de Mitterand, Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron J.Attali, A. Minc et maintenant G. Attal
      Quelle que soit la couleur politique ils sont là en permanence et G.Attal est bien installé pour des décennies

        +10

      Alerter
    • Bill -56 // 26.11.2020 à 11h55

      https://youtu.be/qLVY8ucO8Tg

      Et le bouquin vaut le détour

        +0

      Alerter
  • Suzanne // 26.11.2020 à 11h15

    Pardon de parler d’une autre émission, pour ajouter à celle-ci, mais cela parle vraiment du même sujet. Le nouveau « Interdit d’interdire » est vraiment remarquable, je trouve, pour tenter d’analyser les caractéristiques des crises sanitaire et sociale. On peut ne pas être d’accord, mais enfin, les intervenants posent de sacrées bonnes questions.
    https://www.youtube.com/watch?v=oI98z-p2ctY&t=8s

      +3

    Alerter
    • sergeat // 26.11.2020 à 11h45

      Dans »interdit d’interdire » la bonne question est « est ce réellement une crise sanitaire? »,la réponse est peut être dans mon intervention à RGT.

        +1

      Alerter
      • Suzanne // 26.11.2020 à 13h18

        Oui, c’est vrai ! Mais pas seulement, d’autres interprétations sont proposées, et elles sont réellement intéressantes. J’avoue que cela me fait fortement réfléchir, même si en ce moment il faut prendre toute interprétation avec beaucoup de pincettes.

          +1

        Alerter
    • Incognitototo // 26.11.2020 à 16h20

      Mince, mon héros, Franck Lepage, dit n’importe quoi… Il se trompe totalement sur les conséquences du taux de létalité (« 99,5 % des gens guérissent… s’en sortent sans aucun problème ») et de mortalité (« 99,95 %… massivement tout le monde s’en sort ») et c’est grave de partir de prémisses fausses pour donc aboutir à des conclusions fausses.

      Déjà une maladie qui tue 5 fois plus que la grippe c’est grave…
      Mais c’est surtout le « sans aucun problème » où il n’a visiblement pas les informations qui lui permettent de juger.

      Si 25 % des personnes feront la maladie sans aucun symptôme, 15 % développeront une forme grave.
      5 à 10 % des malades « guéris » souffriront de séquelles (pulmonaires, cardiaques, rénales, dermatologiques, neurologiques, fatigue chronique … cumulées ou seules) qui se prolongeront au-delà d’un mois, et nécessiteront un suivi médical.
      Pire, d’après une nouvelle étude, 70% des personnes asymptomatiques, auraient un organe « endommagé » à cause d’une infection au coronavirus : https://www.medisite.fr/coronavirus-covid-19-la-liste-des-organes-endommages-chez-les-patients-asymptomatiques.5586812.806703.html

      Le taux de létalité est déjà un problème en soi, mais ne pas tenir compte des séquelles c’est tout aussi pour le moins problématique.

      Quant à la mortalité, je cite l’Insee : « Tous âges confondus, le nombre de décès augmente sur cette période entre 2019 et 2020 de 1 % pour les hommes et est stable pour les femmes. » ; il n’est donc pas différent du taux de létalité, et il y a bien une augmentation de celui-ci.

      Bref, il est à côté de la plaque quand il pense « qu’on » dramatise à dessein. Pour le reste, heureusement on continue à être d’accord…

        +3

      Alerter
      • Véro // 26.11.2020 à 18h43

        Ce n’est pas vraiment faux. On peut estimer à peu près correctement le taux de mortalité puisque la comparaison se situe entre les personnes décédées du covid et la population totale. En France ce taux est de environ 0, 06 %.
        Quand Lepage dit que 99,95 % de personnes s’en sortent, ça veut dire en fait qu’elles ne décèdent pas du covid.
        Et pour ce qui est du taux de létalité, c’est par rapport aux personnes infectées. Le chiffre est plus difficile à estimer puisqu’on ne teste pas en permanence toute la population. Ce taux serait en France de 1%, voire un peu plus si je ne me trompe pas. Donc parmi les personnes positives, 99 % ne décèdent pas.
        Globalement c’est bien ce que dit Lepage. Bien sûr vous soulignez à juste titre les personnes qui s’en sortent mais avec des séquelles, ce dont Lepage ne parle pas.
        Mais l’idée c’est de montrer que nous ne sommes pas face à un fléau extrême quoi qu’on en pense. La question c’est de savoir si les mesures prises sont justifiées, en regardant à la fois le niveau des mesures prises et le niveau de connaissances sur leur efficacité, et en les mettant en balance avec le niveau de gravité de l’épidémie.

          +2

        Alerter
        • Incognitototo // 26.11.2020 à 20h17

          Ce serait quoi votre définition et celle de Lepage d’un « fléau extrême » ? 350 000 à 700 000 morts possibles (soit presque autant proportionnellement que la seconde guerre mondiale pour la France), ce n’est pas un fléau extrême ? 3,5 à 7 millions de malades avec des séquelles (et peut-être plus), ce n’est pas un fléau extrême ? Un nombre de morts collatéraux inchiffrable, du fait des difficultés d’accès aux soins saturés de cas Covid, ce n’est pas un fléau extrême ?…

          À force de relativiser, on finit par perdre de vue que ce fléau est vraiment un fléau… Pour le reste, ça n’enlève rien au fait que les décisions prises par ce gouvernement soient insuffisantes, incohérentes, inadaptées, dérisoires et même criminelles…
          Aussi que Lepage remette en cause la politique de ce gouvernement, rien à dire, mais qu’il le fasse en partant de la croyance qu’on dramatise trop, là, pas d’accord.

            +3

          Alerter
          • Véro // 27.11.2020 à 00h06

            Peut-être aussi que vous êtes très réceptif au discours officiel avec ses chiffres quotidiens.
            Je pense que ça vous empêche de comprendre la démarche en travestissant ce que dit Lepage. Lepage ne dit pas qu’on dramatise trop, c’est vous qui le comprenez comme ça. Il montre qu’il existe des fléaux au moins aussi importants, et qu’on n’a pas pour autant mis en place une politique sécuritaire. Parce que n’oubliez pas que les mesures prises ne sont pas sanitaires. Elles sont avant tout policières. Quant aux victimes collatérales, le gouvernement s’en fiche totalement.

              +3

            Alerter
            • Incognitototo // 27.11.2020 à 03h51

              Vous ne répondez pas à la question, c’est quoi un fléau pour vous ? Qu’est-ce qu’il vous faut de plus que ce qui se passe actuellement et ce qu’il pourrait se passer si on ne faisait rien ?

              On a déjà eu ce genre d’échanges, Véro. Je ne partage pas votre opinion ni celle de Lepage que la Covid n’est pas grave, c’est simple, non ? Y a rien d’autre à dire.

              Et pour votre information, je me fous des discours officiels comme de ma première layette. Je m’informe uniquement dans les revues scientifiques pour ce qui concerne ce fléau et absolument rien pour l’instant ne permet de minimiser le problème auquel nous avons à faire face.

              Quant à ce gouvernement, je ne l’ai jamais écouté et ce n’est pas maintenant où c’est toujours plus de n’importe quoi que je vais commencer à le faire. Laissons-le s’enferrer dans ces stratégies dictatoriales, il n’en tombera que plus vite et avec plus de certitudes.

                +1

              Alerter
            • Véro // 27.11.2020 à 08h05

              À incognitoto

              Arrêtez de me faire dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai jamais dit que ce n’était pas grave. Je prends d’ailleurs moi-même les précautions qui s’imposent.
              Un fléau c’est tout ce qui peut menacer la santé et la vie des gens. C’est le cancer, toutes les maladies qui tuent des gens tous les gens, mais aussi c’est la sécheresse, c’est la canicule, les inondations, les tempêtes etc etc.

              Vous ne comprenez pas la problématique c’est tout.

                +1

              Alerter
            • Incognitototo // 27.11.2020 à 16h20

              Si vous ne vouliez pas que je mésinterprète vos propos, il vous suffisait de répondre à la question et être plus claire dans vos propos.

              Parmi les fléaux que vous citez, vous oubliez une chose : aucun n’a autant profondément modifié nos rapports sociaux que celui que nous subissons aujourd’hui. Je suis même sûr que la dernière guerre mondiale n’a pas autant bouleversé les interactions sociales ni autant remis en cause nos façons de vivre et les fondamentaux sociétaux sur lesquels la plupart des gens vivaient jusqu’à présent sans se poser de question.

              Et je ne vois vraiment pas quelle problématique je ne comprendrais pas, alors que, comme à votre habitude, vous continuez sur vos interprétations de ce que je penserais sans même intégrer ce que je dis.

                +1

              Alerter
  • Incognitototo // 26.11.2020 à 15h07

    C’est dingue comme notre système constitutionnel et démocratique sont sensibles et permettent à n’importe quel dictateur de n’avoir rien à faire pour gouverner comme il l’entend… D’ailleurs, je n’ai jamais connu un gouvernement qui gouverne autant par décrets en modifiant et réformant des lois fondamentales sans que personne n’ait rien à dire ; un « vrai coup d’état permanent » qui n’a jamais été réformé par Mitterrand qui en avait pourtant dénoncé les effets pervers. Faut croire que c’est vraiment jouissif et addictif d’avoir de tels pouvoirs.

    Nous sommes une quasi-exception en Europe qui au mieux fait rire nos voisins et au pire les inquiète, d’autant que nous n’avons en conséquence aucune leçon démocratique à donner ni à la Hongrie ni à la Pologne…

    On peut toujours expliquer cette tendance lourde par le fait que nous n’avons coupé la tête du Roi que pour prendre sa place, pas pour conduire un vrai changement de système… et ça nous poursuit toujours.

    Il est vraiment temps de passer à une sixième République, d’ailleurs cela fait longtemps que personnellement je ne vote plus que pour ceux qui ont cet engagement à leur programme, même si le reste de ce qu’ils proposent ne me satisfait pas.

      +7

    Alerter
  • Patrick // 26.11.2020 à 16h09

    Eh ben moi , ça me fait plaisir de le voir faire.
    Aux dernières élections présidentielles, j’ai voté nul , refusant les deux escroqueries.
    Alors quand tous ceux qui ont voté Macron pour éviter la dictature que l’extrême droite aurait pu mettre en place , se font botter le c.. ou s’aperçoivent que leurs libertés sont rognées comme même l’extrême droite n’aurait pas osé le faire, moi ça m’amuse.
    Quand les journalistes qui ont tous titré  » faites ce que vous voulez mais votez Macron  » sont en train de pleurnicher parce qu’ils se font matraquer , ça me fait plaisir.

    Bon, ok, ça m’amuse mais ça ne dit pas comment résoudre le problème.
    On fait comment en 2022 ?

      +13

    Alerter
    • paul // 26.11.2020 à 17h35

      Et bien on se remet la canule au même endroit et c’est parti pour un autre lavement…Mais cette fois
      à la fraise tagada .

        +6

      Alerter
    • Obermeyer // 26.11.2020 à 17h48

      On tente le coup du seul qui propose une 6eme république et un referendum révocatoire ?
      Sinon quoi ?

        +4

      Alerter
      • Alfred // 26.11.2020 à 21h10

        Cette opposition contrôlée qui fait contre-feux pour le pouvoir (en agitant le Landerneau avec des manifs pour les sans-papiers pour couper l’herbe sous le pied à toutes les manifs spontanées anti-etat d’urgence et dérive liberticide (comme s’il y en a au Danemark en Allemagne en Italie etc…)? C’est niet. Les masques sont tombés et les supplétifs du nouvel ordre libéral sont nus.

          +1

        Alerter
    • Dagobert // 26.11.2020 à 19h38

      On va chercher le Roi … Présentement le comte de Paris , futur Jean IV …

        +0

      Alerter
  • fox23 // 26.11.2020 à 17h23

    Bien que ça puisse sembler secondaire, le recours à un interviewer incompétent et incapable de s’exprimer avec un minimum de clarté n’aide pas au suivi de cet entretien qui aurait pu être beaucoup plus intéressant.

      +3

    Alerter
  • CHRIS // 26.11.2020 à 21h24

    Macron est dangereux, à dépenser des milliards d’euros, pour pour pourquoi compenser les pertes des petits magasins? embaucher des docteurs, infirmières aides soignantes? Non Pour aider les plus pauvres ? pour revaloriser des millions de fonctionnaires et refaire partir l’économie? Non toujours pas.
    Non par contre payer aux laboratoires le prix des tests presque le double que l’Italie, ou distribuer des milliards aux entreprises du CAC 40 et payer le chômage partiel de leurs employés, ou payer une fortune des vaccins sans test préalable. C’est le président qui aura le plus dépenser depuis la guerre, et le chômage la misère la baisse du pouvoir d’achat non jamais été aussi désastreux. Et il est ou le peuple jeune et plein d’espérance du nouveau monde. Un petit bonhomme de rien à lui seul capable de tous vous mettre au plis. Finalement Macron avait raison, les Français voulaient un roi. Ils l’ont.

      +5

    Alerter
    • Anfer // 28.11.2020 à 20h12

      Macron est libéral, il fait une politique libérale.

      En temps de guerre ou de crise majeur, il ne sait pas quoi faire, le dieu marché est muet…

      Si on laisse faire le marché, on a des boîtes de masques et des flacons de gel hydroalcoolique à 100€, les grands bouffent les petits, chômage et misère partout.

      Ca a toujours été et sera toujours comme ça.

        +1

      Alerter
      • Bill -56 // 28.11.2020 à 23h02

        Absolument pas… Macron n’est pas « libéral », il est néo-libéral ce qui est complètement différent. le libéralisme ne consiste pas à s’appuyer sur la puissance publique pour redistribuer la prospérité globale vers une élite de pillards.

        Pour une bonne synthèse, voir Barbara Stiegler

          +1

        Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications