Les Crises Les Crises
21.novembre.202021.11.2020 // Les Crises

Interdit d’interdire – Jean-Pierre Chevènement : Comment en sommes-nous arrivés là ?

Merci 1127
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Frédéric Taddeï reçoit Jean-Pierre Chevènement à l’occasion de la sortie de ses mémoires : «Qui veut risquer sa vie la sauvera», chez Robert Laffont.

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 11-11-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Darras // 21.11.2020 à 08h51

Je propose un inventaire de ce qu’on peut appeler « là ».
Allez, je commence.
– la réduction à néant du contrat social par une déréglementation ( nom initial de la mondialisation) favorisant les délocalisations, la concurrence déloyale socio-fiscalo- environnementale, une immigration massive et incontrôlable, la concurrence salariale par le travail détaché.
– une politique étrangère plus au service de puissances étrangères et de chimères idéologiques qu’à celui du pays.
– la loi qui échappe au Législateur élu pour des machins politiques, administratifs et judiciaires supra nationaux et sans contrôle ni légitimité.
– la loi perpétuellement amoindrie par des magistrats militants trés souvent formés à Science Po plutôt qu’en fac de droit.
– plus de peines de prison ferme non effectuées que la totalité des places de prison.
– moins de risque pour un squatteur que pour le propriétaire qui voudrait l’expulser.
– on décore ceux qui violent la loi en faisant franchir les frontières aux migrants, on punit de cinq ans de prison ferme ceux qui alertent sur le viol des frontières. Les premiers sont sanctifiés même par le Conseil Constitutionnel, les seconds mis au ban de l’humanité par l’establishment.
– le refus d’obtempérer érigé en règle.
– double standard de répression suivant qu’on soit racaille ou gilet jaune.
– le LGBT+ en alpha et Omega de la démocratie.
-l’hegemonie islamiste sur le territoire

42 réactions et commentaires

  • Ali Salmi // 21.11.2020 à 07h06

    Un personnage respectable, l’homme qui a dit non à la guerre du Golfe en 1990. Il était Ministre de la Défense de Mitterrand.

      +8

    Alerter
    • Gévaudan // 21.11.2020 à 17h10

      Respectable. On le lui accorde volontiers. Très respectable.
      Mais symbolique de l’impuissance en politique, celle qui s’empêche de franchir les Rubicon quand cela est impératif.
      .
      M. Chevènement eût été un respectable rassembleur d’une très large partie des français lorsqu’il a été candidat à l’élection présidentielle, et sans doute eût-il été capable d’enrayer les reculades de la République face à ses ennemis, commencées avec l’affaire du foulard de Creil en 1989.

      Mais voilà. M. Chevènement, lors de cette campagne présidentielle, ne sortit pas de l’horizon de la gauche. Il n’a pas osé s’adresser à la nation dans sa diversité et nouer avec elle un pacte de Salut public. Dès lors son déclin politique fut inscrit dans le ciel.

      Et le déclin pathétique de notre pays.

        +9

      Alerter
    • Marlon // 21.11.2020 à 18h13

      Ali Salmi c’est faux ! Lors de la première guerre du golf l a France est intervenue aux côtés des USA , mirages en reconnaissances , légion étrangère mobilisée etc …. C’est la deuxième guerre du Golfe avec Chirac et discours de Villepin aux nations unies que la France a denonçée cette guerre et a fait face aux US

        +1

      Alerter
      • Ovni de Mars // 21.11.2020 à 20h01

        Marlon : Chevènement a démissionné en 1991 du poste de ministre de la Défense en raison de son opposition à la participation de la France à cette première guerre impérialiste post chute du mur de Berlin

          +12

        Alerter
  • LibEgaFra // 21.11.2020 à 07h59

    « Comment en sommes-nous arrivés là ? »

    Ben « grâce » à sa candidature à la présidentielle en 2002, non ?

      +5

    Alerter
    • Manuel // 21.11.2020 à 08h11

      Non grâce au demeuré, ex trotskiste, qui vendait un programme qui « ne serait pas socialiste ».
      Qui trop embrasse mal étreint.

        +13

      Alerter
      • LibEgaFra // 21.11.2020 à 08h27

        C’est clair que l’honnêteté ne paie pas. Il n’y a jamais eu un candidat « socialiste » qui fut socialiste. Le « demeuré » a dit la vérité, il a été exécuté. Contrairement à « l’adversaire de la finance »… qui a été son meilleur serviteur.

        Voir mon commentaire de 8h12 ici:

        https://www.les-crises.fr/requiem-americain-la-democratie-capitaliste-est-a-l-agonie-par-chris-hedges/#comment-674487

          +7

        Alerter
        • THETRUTHMAN // 22.11.2020 à 17h21

          Je vous signale que quand le Hollandais (volant ?) était en campagne électorale, pendant qu’il disait « mon ennemi, c’est la finance », il envoyait en kati mini un certain MACROn à la city de Londres pour rassurer les investisseurs en leur disant que justement il faisait cela express pour se mettre les gens dans la poche donc pour avoir leurs votes mais n’en pensait pas un mot ! LE PS n’a jamais été véritablement de Gauche, le PS est depuis sa création son origine une technique de manipulation consistant à créer une fausse opposition à al droite, mais sur les grandes lignes droite et PS appelé aussi fausse gauche caviar ont toujours été d’accord ! ET DIRE que la majorité des français ont cru cette manipulation ! Vu à quel pointavec quelle facilité la caste secte des libéraux et de leur doctrine idéologie libérale arrive à manipuler minimum environ la moitié des français, pourquoi s’arrenteraient ils de manipuler ? MEME QUAND DES GENS CONSTATENT QUE PLEIN DE CHOSES NE TOURNENT PAS ROND, la majorité des gens ne comprennent pas ou refusent de voir d’où viennent véritablement les attaques contre le peuple et dès qu’on ose dire des choses ou poser des questions ppir essayez d’ouvrir les consciences, la conscience des gens, on s’entend répondre « c’est déjà tout réfléchi » réponse tyîque des gens qui ne veulent jamais réfléchir ouvrir leurs yeux et leurs oreilles !

            +2

          Alerter
    • Urko // 21.11.2020 à 09h34

      Non : M. Chevènement proposait un programme différent de celui de M. Jospin, et ce sur des points essentiels, notamment l’assujettissement à l’organisation de Bruxelles, parmi tant d’autres. En revanche, une certaine Mme Taubira s’était présentée, dont le « programme » (sic) n’offrait rien de divergent à celui du PS, et dont les quelques voix ont privé ce dernier d’accéder au second tour. Celle qui a permis à le Pen d’y aller se nomme Taubira. Depuis, elle n’a jamais plus cesser d’aider le FN.

        +15

      Alerter
      • Guise // 21.11.2020 à 21h02

        @Urko êtes-vous sûrs que les gens qui ont voté Taubira (2% des poussières) auraient voté Jospin à la place ? Voter pour une femme noire et ce qu’elle représente, ce n’est pas voter pour un homme blanc, symboliquement. C’est déjà une différence.
        Et pourquoi vous focaliser sur ce personnage politique, alors que vous pourriez tout aussi bien parler des Verts (5%), qui ont contribué à siphonner la droite complexée, celle de Jospin.
        Ou Laguiller (près de 6%) ?
        Ou Chevènement, justement (5%).
        Ou Besançenot (4%), ou Hue (3,5%)
        Ou même chasse et Pêche (Josse, 4%)
        Les résultats sont là : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2002

        Ces (environ) 25% là ne sont pas plus responsables, allez, au minimum au moins autant, que le moins de 2% de Taubira ?

          +1

        Alerter
        • Urko // 22.11.2020 à 01h56

          Je n’ai strictement aucun doute sur la question de la perméabilité de l’électorat Taubira Jospin. Plus anecdotiquement, dans mon cercle personnel, des gens avaient choisi de voter pour Mme Taubira avant de s’en mordre les doigts ; la légèreté de leur démarche puis de leurs regrets, sincères, m’avait marqué à l’époque. Je ne crois pas qu’il s’agissait d’une exception parmi ceux ayant effectué ce choix. Je me sens bien interloqué que vous puissiez penser que quelqu’un ayant voté pour un candidat à l’épiderme de telle coloration et de tel sexe ne vote forcément pas pour un candidat à l’épiderme de telle autre coloration et du sexe opposé. Cela se passait il y a près de vingt ans et les gens ne se montraient pas obsédés par ces questions de couleur de peau qui commencent sérieusement à devenir malsaines aujourd’hui. Que voulez-vous donc que ça fasse aux électeurs, hormis quelques racistes, la pigmentation d’un candidat ? il y a d’autres enjeux lors de ces scrutins que ces aspects navrants. Pour répondre à votre deuxième question, je pense que les candidats trotskystes ou du PCF offraient de vraies différences avec celui du PS. Tout comme le candidature de M. Chevènement en différait franchement, et pas sur des détails. Restent les verts et le prg dont les propositions politiques ne divergeaient guère de celles du PS, voire en rien dans le cas du prg. Voilà pourquoi j’ai toujours pensé que Mme Taubira avait plus que tout autre candidat coûté le second tour à M. Jospin et je n’ai pas changé d’avis, comme vous le voyez.

            +5

          Alerter
  • Darras // 21.11.2020 à 08h51

    Je propose un inventaire de ce qu’on peut appeler « là ».
    Allez, je commence.
    – la réduction à néant du contrat social par une déréglementation ( nom initial de la mondialisation) favorisant les délocalisations, la concurrence déloyale socio-fiscalo- environnementale, une immigration massive et incontrôlable, la concurrence salariale par le travail détaché.
    – une politique étrangère plus au service de puissances étrangères et de chimères idéologiques qu’à celui du pays.
    – la loi qui échappe au Législateur élu pour des machins politiques, administratifs et judiciaires supra nationaux et sans contrôle ni légitimité.
    – la loi perpétuellement amoindrie par des magistrats militants trés souvent formés à Science Po plutôt qu’en fac de droit.
    – plus de peines de prison ferme non effectuées que la totalité des places de prison.
    – moins de risque pour un squatteur que pour le propriétaire qui voudrait l’expulser.
    – on décore ceux qui violent la loi en faisant franchir les frontières aux migrants, on punit de cinq ans de prison ferme ceux qui alertent sur le viol des frontières. Les premiers sont sanctifiés même par le Conseil Constitutionnel, les seconds mis au ban de l’humanité par l’establishment.
    – le refus d’obtempérer érigé en règle.
    – double standard de répression suivant qu’on soit racaille ou gilet jaune.
    – le LGBT+ en alpha et Omega de la démocratie.
    -l’hegemonie islamiste sur le territoire

      +47

    Alerter
    • calal // 21.11.2020 à 13h18

      -les enarques qui font des allez retours entre la banque privee et un poste au ministere du budget…
      -ceux qui passent d’un ministere de la sante a une tele,tiens y en a meme un qui va passer de 1er ministre a scenariste a hollywood,tellement qu’il est bon dans tous les domaines (non ce n’est pas une recompense pour services rendus)…
      -les gars a la double nationalite (si le pays coule a cause d’eux, ils pourront toujours se barrer dans leur deuxieme pays…)

        +7

      Alerter
    • Gisele // 21.11.2020 à 21h15

      Le refus d’obtempérer aux ordres des miliciens est une bonne chose. Pour le reste je suis assez d’accord, mais les forces de protection des dirigeants n’ont aucune légitimité dans notre pays pour imposer quoique ce soit. Je suis même assez surpris qu’ils osent encore l’ouvrir via leurs « syndicats » sur les plateaux télé.

        +2

      Alerter
    • Fernet Branca // 22.11.2020 à 10h35

      Voilà l’homme a poigne qu’il vous faut , ho! Ho! Ho! Le président conservateur du Guatemala , Alejandro Giammattei, ancien directeur du service pénitentiaire. Il sera bientôt sur le marché après l’incendie du parlement.

        +0

      Alerter
  • Rond // 21.11.2020 à 09h04

    « Comment en sommes-nous arrivés là ? » La réponse est dans les dernières minutes, qui sont à l’image du reste de l’entretien : De vieilles choses dites à l’ancienne, des antiennes dites comme essence du renouveau, son projet comprenant la citoyenneté et une part sociale –parait-il et dont il ne parle même pas — des propos sur macron où chacun y trouvera son compte, moins d’atlantisme, l’europe des nations, un avenir radieux, …
    Ben voilà, nous en sommes là mais pas encore arrivés, car pas de vision, pas de projet, pas d’enthousiasme pas … ad libitum.
    Soyons fous, rêvons et tenons bon !

      +13

    Alerter
    • Recits d’Yves // 26.11.2020 à 08h41

      Pour ce qui est de la forme, je préfère son phrasé et de loin, à celui de beaucoup de communicants (j’y inclus les politiques). Pour le reste, il relance le sujet du souverainisme à gauche qui sera un des sujets de la prochaine campagne présidentielle (cf: la sortie du bois de Montebourg, les initiative politiques diverses comme République Souveraine).

        +0

      Alerter
  • pseudo // 21.11.2020 à 09h25

    on blablate, on tergiverse, on effiloche, on détricote. Toutes ces paroles ne font qu’offrir de la surface pour la discorde alors que le constat est clair, sans appel et déjà réalisé. Cessons de remuer le couteau dans la plaie qui est la nôtre pour nous unir et porter le coup à l’assaillant car pendant ce temps là les victimes sont bien réelles. Pour ne citer que celles qui sont les plus proches de nous https://www.sudinfo.be/id283093/article/2020-11-19/quelques-heures-avant-alysson-ghislaine-36-ans-mis-fin-ses-jours-apres-avoir-du car nous savons tous que les méfaits vont bien au delà https://www.les-crises.fr/yemen-depuis-2017-une-intensification-considerable-des-frappes-americaines-et-des-victimes-civiles/

      +7

    Alerter
    • calal // 21.11.2020 à 13h26

      extraits issus de votre premier lien:
      « Dans le Morbihan, 6 restaurants routiers avaient pu rouvrir le 7 novembre dernier. Le 12 novembre, 2 autres restaurants routiers avaient également bénéficié d’une autorisation d’ouverture. L’établissement de Ghislaine, pourtant bien connu des routiers et situé à proximité d’un axe majeur de la région, n’en faisait pas partie.  »

      Il faut bien comprendre que c’est dans ce genre de situation,que la corruption et le copinage peut donner toute sa mesure…Personne ne comprend pourquoi untel peut ouvrir et l’autre doit rester fermer:probablement parce qu’il s’agit de corruption et de copinage…

       » C’est dans cette situation extrêmement difficile qu’Alysson, jeune barbière de 24 ans, « , »j’y ai mis tout ce que j’avais »…Cessez donc de croire tous ce que les medias mainstreams mettent en avant comme valeurs et comme discours:il ne s’agit que de vous attirer dans un enclos qui se refermera au bon moment et apres que vous y aurez ete rassemblés,vous y serez tondus…

        +9

      Alerter
      • donasson // 22.11.2020 à 15h53

        pas besoin d’attraction nous sommes bien assez grands pour nous y enclore nous même!

          +1

        Alerter
  • La serpe // 21.11.2020 à 09h44

    Assumer ouvertement son soutien à Blanquier qui selon lui, continue le travail qu’il a produit à l’époque où il était au ministère de l’éducation.. ça résume le personnage. Heureux les abrutis.

      +6

    Alerter
    • Darras // 21.11.2020 à 11h09

      Au niveau abruti, je sais pas, mais pour en traiter Chevénement, il faut quand même être expert…

        +5

      Alerter
  • petitjean // 21.11.2020 à 12h15

    Mais quelle pitié !
    Chevènement, ce vieux cheval de retour, qu’a-t-il apporté à la France ? Quel est donc son bilan politique lui qui n’a vécu que de la politique ?
    comment peut-on encore écouter cet apparatchik ?

      +10

    Alerter
    • Darras // 21.11.2020 à 14h15

      Il a quand même rappelé qu’un politique devait avoir des convictions et les placer au dessus de sa carrière.
      Il a rappelé que « nation » et « ordre » ne sont pas des gros mots et appartiennent aussi à la gauche.
      Il a tenu la gauche à bout de bras plus de 20 ans, agonisante dans son suicide libéral, mondialo-europeiste, atlantiste, droit de l’hommiste et a empéché, un bon moment, toute une partie des électeurs à tourner le dos définitivement.
      Macron a permis de lever l’ambiguïté quant à la réalité de gauche de beaucoup de socialistes.
      Il a maintenu, pendant plus de 30 ans, vivante la toute petite flamme du vrai gaullisme dans la partouze néolibérale neoconservatrice anglosaxonne qui lui pissait dessus.
      Depuis 3 ans, il sue sang et haut pour,, comme Caulaincourt en son temps, à tout prix le lien tenue avec la Russie et empêcher le pays de participer au désastre d’ une future retraite de Russie.
      On a connu pire comme bilan non?

        +17

      Alerter
    • calal // 22.11.2020 à 08h45

      Parfois je me dis que la lassitude de voir que ses idees,que l’on croit les bonnes,ne rencontrent aucun echo parmi la population qui prefere la « facilite » et a raison de l' »idealisme » de certains.
      Un peu a la maniere de seguin qui avait quand meme bien raison et que personne n’a ecoute.
      Apres,ce « realisme » devient il une renonciation? Quand marine lepen arrete d’appeler a quitter l’euro est ce une renonciation ou le constat que continuer a le faire c’est se condamner a ne pas elue et donc ne pas pouvoir influer sur les evenements?
      Pis y a le temps long: avoir raison 15 ans avant est ce toujours avoir raison? est ce que cela sert a quelque chose?n’est ce pas avoir sous estime la puissance des differentes forces en presence voir en avoir oublie?

        +1

      Alerter
  • Alfred // 21.11.2020 à 15h37

    Comment ne pas, quand on vois la tête de chevènement et la question « comment en est on arrivé là? » ne pas penser à son œuvre majeure: la prise de problèmes à l’envers comme par exemple l’objectif de 80% d’une classe d’age obtenant le bac. « Car voyez vous plus les gens sont diplômés moins ils sont au chômage… » Ah bah oui.

      +6

    Alerter
    • Urko // 22.11.2020 à 16h22

      Il ne voulait pas abaisser le niveau de l’examen pour afficher 80% de réussite au baccalauréat, il voulait élever celui des élèves pour que 80% d’entre eux aient les aptitudes pour avoir ledit baccalauréat, ce qui permettrait une société mieux préparée aux enjeux à venir. Que les superbes cyniques du ministère de l’éducation nationale ne l’aient pas compris, on, mais bon sang, maintenant, chacun sait de quoi il avait retourné. Pourquoi continuer à répandre ces faussetés ?

        +2

      Alerter
      • Recits d’Yves // 26.11.2020 à 08h47

        Comme d’habitude, nos dirigeants modernes usant de la communication pour expliquer des concepts et phénomènes complexes, s’appuie ainsi sur le simplisme en estimant que cela sera mieux compris par la population qui, de toutes les façons, ne sera pas à la hauteur de l’enjeu.
        N’oubliez pas que si nous sommes confinés, c’est parce que nous n’avons pas été obéissants.

          +0

        Alerter
  • Tarski et hutch en Core pop // 22.11.2020 à 05h43

    Chevènement reconnaît son appartenance en passiv obediency à la coterie de la mitterandie… en subversion et en fait perversion du marxisme guesdisme structurellement en solidarité versus charité ethnocentriste de la néo-dé-colonisation…Ainsi une chose qu’il n’a jamais été communiste et du cominform malgré sa défaite entendu par l’entendement et l’intelligence en service de classe bourgeoise, mais jamais à la raison tonnant en son cratère du comintern et cominform, alors il ne peut que valser en marge dans le bal du Guépart. Ceci est pour montrer comment je pense l’avenir du Monte( ou de) bourgeois, en Arnaud de lagardère et botte de Nevers!
    Voilà où mène à chaque fois la tradition social démocrate « patriotique » et vaguement « protectionniste » européenne, à la pire des solidarités à l’empire français géré par la social démocratie, voire le pétainisme et le gaullisme, et donc les crimes de masse néo-coloniaux de son pays essentialisé comme indemne tour à tour de la France pétaniste ou Etat français pour certaines collaborations qui n’aurait aucun rapport avec la république par ailleurs toujours soumises aux monarchies constitutionnelles européennes, ni avec des crimes de colonisation en afrique du nord comme dans le françafrique, des crimes de masse en ex-Yougoslavie, des deux guerres du golfe et des crimes de manipulations du peuple, par l’immondice de Fabius hollande le drian jospin et sa jospinerie criminellle, de manière civile vicelardisée du Maroc à la France hazaro-schumaniennen en humour strauss-khanien dit « libertin » dans les tribunaux.

      +1

    Alerter
  • moshedayan // 22.11.2020 à 09h31

    Je capte Taddeï sur Europe 1 avec un invité Sebastien Roché qui parle du maintien de l’ordre et du rôle de la police française et de votre nouvelle loi qui va interdire les captures de vidéos dans les interventions de la police… avec le passé de vos Gilets jaunes…L’intervenant se désole des principes d’action de votre police… « avec un documentaire « Police attitude » que je vais essayer de regarder…du fait encore « que la France se vante d’avoir « la meilleure police du monde » « complexe du supériorité » « le gouvernement se méfie du peuple » … « pas de parlement fort »….Des propos accablants avec le LBD etc, etc… c’est vraiment inquiétant…
    Votre pays bascule doucement dans un régime dictature ou très autoritaire… et il se prétend le guide mondial des « Droits de l’Homme »
    Tout ceci confirme mon opinion de plus en plus négative….d’un pays qui affirme et fait pratiquement le contraire….
    Un point très positif cependant – En redonnant un autre mandat à votre actuel Président – c’est la meilleure méthode pour affaiblir définitivement votre pays – une bonne méthode pour rayer l’UE dans son efficacité…
    Conclusion – mes amis m’ont dit Chevènement est devenu un proche de Macron… il courtise… Encore une défaite à la 40

      +4

    Alerter
  • Brigitte // 22.11.2020 à 10h07

    JPC est de ces personnes dont on ne sait s’il faut les admirer ou les haïr, par dépit. Entre courage politique et carriérisme, on ne sait que choisir. Une démission ça va, mais après se pose la question de la ligne politique. Le bilan est décevant. Sa petite entreprise politique unipersonnelle ne connait pas la crise. Il y a toujours un boulon à (dé)visser et un tuyau à (é)changer dans notre belle République Française!
    Il n’a pas réussi à faire triompher le souverainisme de gauche. Peut-on lui en vouloir dans un pays où ce courant a toujours été minoritaire sur le plan électoral alors qu’il semble majoritaire dans la population….les français aiment les paroles mais se soucient peu des actes.
    Entre Mélanchonnade et Marinade, le souverainisme accumule les râteaux et les lapins…les français adorent la campagne mais pas électorales. ça fait des ronds dans l’eau…
    Au seuil de sa vie politique, il lance un dernier pavé dans le marasme ambiant. Gageons que cela ne provoquera pas un tsunami.

      +7

    Alerter
    • Véro // 23.11.2020 à 19h10

      Oui je suis d’accord avec votre commentaire, et je pense que si les souverainistes de gauche avaient fait un vrai travail d’information de la population sur ce qu’est l’UE, on n’en serait pas là. Mais cracher dans la soupe ça ne se fait pas, surtout quand elle est bonne, alors je pense que Chevènement est ce genre de personne qui préfère rester un peu en retrait pour se payer le luxe de dire ce qu’il pense mais sans que ça ne puisse lui nuire. Ce n’est pas un problème pour le pouvoir en place, puisque ça permet d’occuper la place de l’opposant, sans aucun risque, et en faisant croire que le pluralisme existe.
      Je crois de plus en plus que, malgré la pertinence de ses propos, malgré ses prises de position, Chevènement a en réalité contribué à brouiller les cartes et donc à renforcer l’UE au détriment des nations et surtout au détriment des populations.

        +2

      Alerter
    • Recits d’Yves // 26.11.2020 à 08h51

      Je pense que vous n’êtes pas informée de l’actualité du souverainisme de gauche. Il ya quelques temps déjà qu’il se constitue et s’organise lentement mais surement autour de mouvements politiques ou de groupement d’intellectuels. Il ya convergence au point que Montebourg sort du bois. Cela reste discret car les médias n’aiment pas trop le souverainisme (nous serions des rouges-bruns) mais il existe bel et bien en 2020.

        +0

      Alerter
  • Paul // 22.11.2020 à 10h27

    Brigitte, ça fait des années qu’il lance des pavés.
    Ce souverainisme n’est-il pas inscrit dans notre constitution ?
    Nation, peuple, indivisible et le reste des article ?

    les choses évoluent, état strictement autoritaire, pour qui ? quoi ? mais certainement pas pour protéger les gens.
    Depuis « Hier » , tout est à nu. Les forces de l’ordre qui appliquent la loi pas encore voté, la liberté de la presse qui est à minima canalisé.
    Il semblerait que le film tant décrié et caché est maintenant un déclecheur.
    sur cnews, ils en ont parlé, horeur, voir réaction de la député européenne Lrem, je mettrai bien des lien, mais pas sur que mon com passe.
    Hier encore, des intervenants sur cnews avec des languages différents, des personnes se questionnent …
    des gens surpris, « le confinement tuerait » plus que ce qu’on évite ?
    sans prendre parti, il suffit de voir les sanctions derrière, suppression de programmes publicitaires et menaces
    Rah, l’information et la liberté d’expression ….. On a le droit. mais dans un seul sens.

      +3

    Alerter
  • Myrkur34 // 22.11.2020 à 13h18

    https://www.lemondemoderne.media/arnaud-montebourg/

    Ce n’est pas pour faire de la réclame que j’ai mis ce lien. Mais il est un peu de la même trame que Chevènement dans le style « quand faut l’ouvrir, je l’ouvre… » Et comme je suis d’accord sur son constat …
    J’espère qu’il arrivera à se présenter en 2022.

      +1

    Alerter
    • Paul // 22.11.2020 à 13h38

      frondeur, vous avez dit frondeur…
      beaucoup de vent mais pour ce qui est de l’action
      il n’a aucune chance, juste celle de faire comme Hamon et d’aboutir à ….
      une réelection de macron

        +2

      Alerter
  • christian gedeon // 22.11.2020 à 18h58

    La question me fait marrer surtout venant de Chevenement. Il y a eu une possibilité vraie de ne pas en arriver là. Séguin, Pasqua, de Villiers. Si Chevenement avait fait alliance avec eux au lieu de faire le mariolle parce qu’il avait des « principe » on n’en serait pas là n’est ce pas? [modéré]

      +5

    Alerter
  • Ernesto // 22.11.2020 à 19h47

    Une analyse critique de 50 ans de vie politique française par quelqu’un qui l’a vécue de l’intérieur en tant qu’acteur de premier plan.

    Jean-Pierre Chevènement crée le CERES en 1967 pour amener la vieille SFIO , dirigée alors par Guy Mollet, Atlantiste et anti-communiste viscéral, à l’union de la gauche ( socialistes, communistes, radicaux de gauche), sur la base d’un programme commun de gouvernement, pour accéder au pouvoir.

    Côté communiste, la même volonté inspire le parti sous l’impulsion de Georges Marchais : seule l’union à gauche peut permettre de rendre possible la victoire.

    Après le congrès d’Epinay (1971), François Mitterrand prend la direction de ce qui est devenu le parti socialiste (PS). A ses camarades des partis socio-démocrates des autres pays qui le somment de s’expliquer sur son alliance contre-nature avec des communistes, il répond devant l’internationale socialiste réunie à Vienne en 1972 :  « Je veux faire la démonstration que sur 5 millions de voix communistes, 3 peuvent désormais voter socialiste » (dans un souci d’unité le PCF ne communiquera pas sur ce coup de canif dans l’alliance et le premier secrétaire du PS réussira son pari).

    Mitterrand poursuit donc un double objectif : utiliser la stratégie d’alliance pour conquérir le pouvoir et en même temps, affaiblir significativement l’influence électorale des communistes tout en installant l’hégémonie du PS sur l’ensemble de la gauche.

      +1

    Alerter
  • Ernesto // 22.11.2020 à 20h15

    Devenu le candidat naturel de la gauche, Mitterrand échoue de peu en 1974 , face à VGE , battu de 425000 voix. En 1981 , c’est enfin la victoire, mais l’euphorie est de courte durée, après le tournant de la rigueur de 1983, Mitterrand et le PS abandonnent leur ambition de  « changer la vie » pour lui substituer la priorité au projet européen mais dans une optique néolibérale et Atlantiste sous domination allemande.

    Finalement, Chevènement comme Mélenchon auront échoué à vouloir transformer de l’intérieur un parti foncièrement social-démocrate entraîné vers la dérive néolibérale suite à sa conversion à l’économie de marché, aux dogmes dominants (le contexte international s’y prêtait avec l’arrivée de Reagan aux USA, de Thatcher en Grande- Bretagne).

    Face à ce « vide politique », la même politique pratiquée à peu de choses près, on comprend les tentatives de Chevènement en 2002 et Mélenchon en 20017 d’y aller seuls pour défendre leurs convictions et offrrir une alternative à gauche.

    Dans les deux cas, l’absence d’union dès le premier tour a précipité la défaite et surtout réduit le choix entre le pire et le moins pire, expliquant ainsi l’abstention massive.

    Une leçon à retenir pour éviter les mêmes déboires en 2022 …

      +3

    Alerter
    • cording // 24.11.2020 à 18h58

      Quand la gauche fait la même politique que la droite, UE oblige, elle n’a plus de raisons d’être. JPC ne s’est jamais vu que comme le porte-serviette de la gauche néolibérale. En somme un faux dur qui se couche toujours.

        +2

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications