Les Crises Les Crises
15.novembre.202015.11.2020 // Les Crises

Interdit d’interdire – Covid-19 : la tragédie est-elle en train de virer à la farce ?

Merci 206
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Frédéric Taddeï reçoit :

  • Pacôme Thiellement, essayiste, romancier
  • Emmanuelle Gave, avocate, directrice de l’Institut des Libertés
  • Audrey Vernon, humoriste et comédienne
  • Antoine Buéno, écrivain

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 04-11-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

66 réactions et commentaires

  • zozefine // 15.11.2020 à 08h43

    emmanuelle gave ? sérieux ? qui a écrit « les musulmanes sont quasiment inemployables en tant qu’employées de maison ou nanny » ? ou « qu’il y a beaucoup trop de Noirs dans les courses de 100 m » » ? c’est comme pour hold up, la qualité du propos et son audibilité dépendent fortement du choix des intervenants. liberté d’opinion, ok, mais liberté de laisser le crachoir à n’importe qui pour faire mousser la parano ambiante, franchement… je vais même pas écouter (et dommage pour les trois autres intervenantEs)

    • jjd // 15.11.2020 à 09h28

      Certains évoquent le libéralisme…mais parfois cela ressemble à un complotisme déguisé..?!

    • Jean-Do // 15.11.2020 à 10h40

      Merci de l’information. Je vais passer pour cette raison aussi. Le racisme n’est pas une opinion, c’est un crime qui a fait déjà trop de victimes. Dommage pour le débat.

      • X // 15.11.2020 à 11h09

        Je ne connais as cette Emannuelle Grave mais les propos que vous rapportez me semble du 2nd degré, non?

        Pacome Thielement, en tout cas, mérite d’être écouté. Ses propos sont souvent d’une rare profondeur.

      • xbrossard // 15.11.2020 à 16h27

        non, le racisme est un crime ET une opinion. Regardez ce qu’est la définition d’une opinion

      • Recits d’Yves // 16.11.2020 à 09h04

        Le racisme n’est pas un crime mais un délit.

        • Cortes // 18.11.2020 à 18h32

          Ce n’est pas un délit si l’opinion est exprimée dans un cadre privé il me semble.

      • ThylowZ // 17.11.2020 à 11h39

        C’est avant tout une opinion. Une opinion qui est délictuelle, mais une opinion.
        Quant à son propos sur les noirs dans le 100m, il était évidemment sarcastique mais bon, Quotidien étant bien sûr un média de confiance il vaut mieux se fier à eux que de regarder cette vidéo.

    • Jean // 15.11.2020 à 11h08

      => c’est comme pour hold up, la qualité du propos et son audibilité dépendent fortement du choix des intervenants.

      C’est une des antiennes des médias mainstream pour dissuader les zombies de prendre connaissance d’une autre interprétation de notre réalité. Je trouve particulièrement savoureux que nos médias, dont chacun peut évaluer le pluralisme, estiment qu’il s’agit là d’un argument disqualifiant le propos.

      Liste des intervenants du documentaire Hold-up : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hold-up_(film,_2020)#Intervenants

      • X // 15.11.2020 à 11h50

        Le principal problème de ce documentaire (que j’ai pu visionner grâce au partage d’un commentateur des Crises – merci à lui) c’est qu’il disqualifie, par la grossièreté de sa narration, les vrais dangers contenus dans la réponse des gouvernements à cette pandémie.
        Oui, il y instrumentalisation par le pouvoir de la pandémie et risque totalitaire (peu importe l’origine du virus, ça ne change pas grand chose aux conséquences de son existence au sein de nos sociétés). Tout le monde s’en rend bien compte.
        Mais ce genre de documentaire « bêtement » complotiste empêche, rend encore plus difficile, de réagir contre cette réalité. De faire « un trou dans le mur » comme dit Pacome Thielement.

        • Jean // 15.11.2020 à 13h06

          Pour illustrer mon propos je laisse la parole à Madame Ilana Cicurel membre du Bureau exécutif de la République en Marche :

          https://www.youtube.com/watch?v=yMT-192-P8w

          • Paul // 15.11.2020 à 14h56

            exacte Jean, la bonne liberté d’expression s’arrête immédiatement à la sortie de la pensée unique

            dire que l’on ne va pas écouter un débat parce que untel y a participé, ça me fait juste « marrer »
            tout le monde peut ainsi débattre ou s’écouter dans « son » milieu (bocal) et ainsi ne jamais entendre les autres. Quel débat « progrssiste »

          • Véro // 16.11.2020 à 00h49

            @Jean
            Cette intervention de Cicurel est tout simplement scandaleuse. Cette dame se dit spécialiste de la liberté d’expression, un comble !

            • RGT // 16.11.2020 à 22h40

              Je lui répliquerai que le pire virus qui se propage actuellement en France n’est de loin le macronisme.

              Virus qui permet par ailleurs à cette personne de vivre grassement sur le dos de la population en se contentant de répéter ad nauseam ses propos « éducatifs ».

              Ce virus est d’ailleurs un mutant d’un autre virus très létal, le partipolitisme, qui a (et continue hélas) à faire de s nombreuses victimes dans la population.

              Il existe pourtant un remède très efficace : Le libre arbitre et la liberté de pensée totalement personnelle et indépendante sans se fier à de « grands penseurs » et aux « autorités ».

              Malheureusement, comme ce remède a des effets secondaires qui pourraient s’avérer très dangereux pour la « crédibilité » des « élites » autoproclamées son utilisation est largement plus interdite que les stupéfiants les plus addictifs.

              À force de crier au loup à longueur de journée cette dame risque fort un jour où l’autre, tout comme ses collègues d’ailleurs, de se retrouver face à une meute de loups réellement affamés qui n’en feront qu’une seule bouchée.

        • Alfred // 15.11.2020 à 14h21

          Une bonne question posée par un con devient elle une mauvaise question? Franchement ça me parait stupide de le penser. Les questionnements et les idées n’appartiennent pas à ceux qui les énoncent ou les répètent. Ils ont leur vie propre et valent par eux même. C’est vrai pour les bonnes questions posées dans hold up indépendamment des charlots et des profileuses comme ça vaut pour emmanuelle gave. zozefine et jean-do il suffit de vous annoncer qu’emanuelle gave est persuadée que la terre est ronde pour rigoler un peu.

        • Véro // 16.11.2020 à 00h44

          @X
          Je suis totalement d’accord avec vous, mais c’est en rejetant en bloc tout le documentaire qu’on empêche d’aborder sérieusement les questions soulevées dedans. Il ne faut donc pas perdre son temps à parler du documentaire, il vaut mieux faire l’analyse de son contenu. Ça permet de relever les erreurs, préciser certains points, replacer les éléments entre eux, et enfin faire apparaître les vraies problématiques.

          • Anfer // 17.11.2020 à 20h35

            Ce n’est pas un documentaire, c’est un film pseudo-subversif, ennuyeux à mourir, remplie d’effet foireux, avec musique qui-fait-peur.

            Merci à ceux qui on pondu ce navet, vous renforcez la crédibilité des médias « officiels »…

            Et une fois de plus, les gogos vont chercher des trucs imaginaires, au lieu de voir les vrais scandales bien réels eux, entre le non remplacement du stock de masque, la destruction de l’hôpital publique, l’incompétence criminelle des décideurs.

    • Papagateau // 15.11.2020 à 11h43

      « il y a beaucoup trop de noir dans les course de 100m ».
      De toute évidence , c’est de l’ironie.

      Quant à la nanie qui essaierait de convaincre tes enfants que la laïcité , c’est le mal, tu ne la garderais pas longtemps.
      En théorie, oui, mais quand c’est les miens … il y a la pratique.

    • Traroth // 15.11.2020 à 14h43

      Je fais pleinement confiance à Taddeï à la fois pour la sélection de ses invités et pour l’animation du débat afin qu’il ne sombre pas dans la sottise. Ca serait animé par un Pujadas, je serais d’accord avec vous, mais animé par Taddeï, je trouve que vous passez votre chemin un peu vite.

      • Recits d’Yves // 16.11.2020 à 09h10

        Je souscris. L’idée d’un débat étant de confronter les opinions, la fille de Charles Gave a le droit de pouvoir s’exprimer ne serait-ce que pour mettre en lumière l’impertinence de son propos qui est soumis à l’appreciation de chacun.

      • Maguy // 16.11.2020 à 18h38

        Tout à fait d’accord. C’est le débat qui permet justement de faire la différence. Quel intérêt un débat ou tout le monde est d’accord.?

    • Sergei // 15.11.2020 à 16h40

      « ’Il y a beaucoup trop de noirs dans les courses de 100 m  » était de l’ironie. Ca passe évidemment mal avec la team 1er degré.
      Et quand une nanny commence à dicter ce que doivent manger les enfants et revêt son accoutrement après avoir été embauchée, elle est factuellement inemployable.

      • Patrick // 16.11.2020 à 13h38

        c’était une réponse ironique à quelques parutions dans la presse mainstream selon laquelle  » il y a « trop de mâles blancs » dans l’intelligence artificielle  » . ( ce qui n’avait fait bondir personne )

    • Patrick // 16.11.2020 à 13h23

      Attention l quand Emmanuelle Gave avait écrit qu’il y a  » trop de noirs dans le 100 m  » , c’était une réponse ironique à une phrase très sérieuse selon laquelle  » il y a trop de blancs dans l’intelligence artificielle ».

      il y a « trop de mâles blancs » dans l’intelligence artificielle :
      https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/selon-macron-il-y-a-trop-de-males-blancs-dans-l-intelligence-artificielle-7792835204

      https://www.europe-israel.org/2018/07/selon-le-monde-trop-de-blancs-dans-le-secteur-de-lintelligence-artificielle/

      A noter que personne ne dit que cette dernière phrase est raciste et sexiste .. deux poids , deux mesures comme d’habitude ?

    • Rémi // 17.11.2020 à 11h30

      Sans racisme, il existe des différences essentielles entre nos systèmes éducatifs et ceux des pays d’origine de l’immigration.
      Par exemple pour être nany, nous avons mis en oeuvre l’interdiction de la fessé, cela requiére des talents en gestions des enfants qui déjà dans nos pays posent des problèmes alors pour des gens qui viennent de d’autres systèmes…
      tout ne s’excuse pas, mais il faut aussi se poser la question de comment on intégre les gens et de quels rattrappages scolaires peuvent être necessaire.
      Faire venir des gens pour nourrir les stats de chomage est indigne, quand au pillage des gens qualifiés des pays du tiers monde, c’est à mes yeux pire qu’immoral. Former des gens coute cher, prendre les gens en en faisant un investissement á perte pour leur pays, c’est le comble de l’immoralité.

  • pseudo // 15.11.2020 à 08h50

    « on re confine pour 0.09% ». Non. On re confine parce que ce virus à un pouvoir de nuisance tout à fait remarquable et que 0.09% de 60M ça fait une pléthore de morts. On re confine parce qu’a laisser tourner le virus on prend le risque d’une mutation carabinée. On re confine parce qu’on a érigée une société de l’individualisme qui veut tester sa capacité scientiste pour faire front aux attaques de la nature. On re confine parce que toute cette situation est entrain de faire profondément mal à notre système hospitalier en dégoûtant ses praticiens. On re confine parce que ce gouvernement est nul et que dans ce pays on ne sait plus gouverner. On re confine parce que ça arrange bien les plans de transformations numérique, aux bénéfices des gros chez qui nos tyrans iront toucher des retraites dorées et des jetons de présence à 2500 €. ça fait un melting pot indéchiffrable d’intérêt personnels ? C’est normal ce sont les intérêts personnels qui s’enchevêtrent les uns aux autres, c’est bien ce qu’on à voulu avec ce foutu capitalisme, et bien c’est ce que nous avons, un bordel à ciel ouvert d’intérêt personnel inconciliable.

    • Papagateau // 15.11.2020 à 11h33

      La grippe ordinaire fait des morts aussi, et dans la même tranche d’âge , presque tout les ans … sauf en 2020.

      Bienvenue dans un monde où les obèses diabétiques de plus de 70 ans ont des droits sur toi au profit des milliardaires des vaccins (mais pas que).

      • Inox // 16.11.2020 à 18h23

        « La grippe ordinaire fait des morts »

        Enormément moins de morts. En saison, de décembre à avril qui plus est.
        13000 morts (environ, sans confinement en totale liberté) pour la grippe.
        + de 40000 pour le corona, avec un confinement drastique, et beaucoup de précautions imposées.

        Donc oui, le corona est beaucoup plus dangereux que la grippe. Il n’y a pas photo malheureusement.

    • paul // 15.11.2020 à 11h46

      Capitalisme = Droit de cuissage des possédants…
      Rien n’a changé depuis 1789 si ce n’est les apparences …

      https://books.google.fr/books?id=dQkQAAAAYAAJ&pg=PA15&focus=viewport&hl=fr

    • Rémi // 17.11.2020 à 11h42

      On reconfine parce que:
      -On ne veux pas avouer que la T2a A mis l’hôpital par terre et que revennir dessus retarderais la privatisation de l’Hôpital de dix ans.
      -Pour éviter tout risque juridique du fait que l’on ne fera rien pour l’hôpital on confine pour se couvrir.
      -Pour une raison que je ne comprends pas on a refusé toute solutiond e médecine de ville. Probablement pour vendre vaccins et médicament et soutenir la raison suivante.
      -Le confinement permet d’exproprier tout le petit patronnat pour faire rentrer l’économie dans les cadres des grandes entreprises pourvoyeuses de postes agréables pour nos énarques.

  • MRL // 15.11.2020 à 10h48

    La solution pour faire face à l’action de nos gouvernants libéraux liberticide, la désobéissance civile..

    • JBB // 15.11.2020 à 22h09

      Qualifier de libéral un gouvernement, ou un seul gars peut décider à lui tout seul de confiner tout le pays, est un contre sens total.

      • Anfer // 16.11.2020 à 08h30

        Non, le libéralisme est interventionniste et autoritaire par « essence ».

        Il faut forcer les gens à accepter le dieu marché spontané autoregulateur, surtout en France ou les gens sont assez méfiants face à ce genre de faribole.

        Après, on a un régime bonapartiste, alors il faut mettre un libéral au pouvoir suprême.
        Le fond est inchangé.

        • Patrick // 16.11.2020 à 13h29

          visiblement vous ne comprenez rien à l’essence même du libéralisme , vous le confondez avec le socialisme.
          Alors après , c’est évidemment facile de la parer de tous les vices du socialisme.
          Le principe libéral de base est justement le non-interventionnisme , et particulièrement en ce ui concerne l’état.
           » Vivre et laisser vivre « 

          • Anfer // 17.11.2020 à 19h56

            Le liberalisme n’existe pas en fait, c’est une imposture, basé sur des hypothèses du 18ème siècles, toutes empiriquement fausses.

            En réalité, le marché c’est l’état qui le crée, et le fait exister par sa régulation.
            Un marché non regulé abouti systématiquement à un cartel ou un monopole privé, annihilant toute idée de concurrence parfaite.
            Un monopole privé est de fait, l’obligation de payer une rente à un acteur privé, soit une forme de feodalisme.

            Si l’état s’effondre, ou ne peut plus assumer son rôle, le marché spontané autoregulateur n’apparaît pas, c’est le feodalisme qui revient.
            Des petits tyrans locaux qui rançonnent les gens sur un territoire qu’ils s’approprient par la force des armes qu’ils ont acquise quand l’état s’est effondré.
            Exemple : Afghanistan, Somalie, Madagascar.

            La seule petite différence entre les liberaux et les neo-liberaux, c’est que les seconds admettent (sans trop insister dessus), que le marché spontané autoregulateur n’apparaît pas si spontanément que ça, et qu’il faut prendre le contrôle de l’état de façon plus directe qu’avant pour le faire « apparaître » et le maintenir.

            Voilà pourquoi le libéralisme est, et a toujours été un interventionnisme étatique, et que Macron par exemple est un pur libéral.

            C’est aussi pour ça que les liberaux détestent la démocratie, ils préfèrent une oligarchie censitaire, pseudo-meritocratie ploutocratique.

            • Kallas // 21.11.2020 à 16h02

              [modéré]
              Il me semble qu’il y a une grosse confusion entre libéralisme et libre marché.

              La capitalisme moderne est justement une dérégulation des prix fixer par l État. Dans un système de libre marché capitaliste l État ne fixe plus les prix des biens, c est les entreprises qui le font. Se qui conduit comme vous l avez dit a des mega corporation a défaut de pouvoir devenir des Cartels.

              Le libéralisme ou le courant libertaire c’est de la politique, pas de l économie.

              Je vous renvoie ses les travaux de l université de Chicago, qui a défini les règles de la dérégulation par un libre marché non réguler.

        • Rémi // 17.11.2020 à 11h46

          Il n’y a pas de dieu marché.
          Le prix des actifs est régulé.
          Le prix du travail est régulé.
          Même le prix du paquet de pâtes est aujourd’hui régulé.
          Le dieu marché que l’on vous vends est juste une idole derriére laquelle les prêtres viennent prendre les offrandes pour s’en goinfrer.
          il y a longtemps que nous ne commes plus en ibéralisme arrétez SVP de vous faire laver le cerveau.

          • Anfer // 17.11.2020 à 20h40

            Un marché non régulé abouti toujours à des cartels, oligopole, puis monopole.
            Il n’en a jamais été et n’en sera jamais autrement.

            Le « vrai » libéralisme n’a jamais existé et n’existera jamais, c’est une chimère, une utopie.

            C’est l’état qui crée et entretien le marché.

            • Patrick // 18.11.2020 à 14h14

              « C’est l’état qui crée et entretien le marché. »

              un marché créé et entretenu par l’état s’appelle une pénurie ou un gaspillage , les deux pouvant être panaché.

            • Anfer // 18.11.2020 à 20h45

              Un marché non créé par un état, ça n’existe tout simplement pas.

              Si personne ne garantie les règles de ce marché, la loi du plus fort prévaut, et c’est le feodalisme qui revient.
              Pourquoi faire de la concurrence ? La rente est tellement plus intéressante.

              Ça a toujours été, et sera toujours comme ça.

  • LibEgaFra // 15.11.2020 à 11h10

    Si j’ai bien compris les message de l’autre « institut des libertés » (sic), c’est « mort aux vieux! »

    Ou la « liberté » de se débarrasser des inutiles. Après les vieux, les sdf, les chômeurs, les malades, les noirs, les musulmans, liste non exhaustive…???

    • Anfer // 16.11.2020 à 08h55

      Au 19ème siècle, ça passait crème ce genre de discours.
      Ces salauds de pauvres qui nous coûtent cher, ces feignants qui ont l’outrecuidance de trouver que la journée de 16 heures, c’est trop long…

      Sauf qu’on est plus au 19ème siècle…
      Il faudrait peut-être le dire au liberaux ?

    • cedivan // 16.11.2020 à 11h18

      on se débarrasse déjà des embryons, des trisomiques, des cérébrolésés etc …alors….

  • jp // 15.11.2020 à 11h57

    Depuis toujours la vie, par essence dynamique se termine par la mort et la seule façon de survivre est de renouveler les générations, L’homme actuel de ce soit disant nouveau Monde est bien le seul à vouloir nier ce que tous nos ascendants comprenaient et ne pouvaient qu’admettre, le plus souvent aidés par une Spiritualité personnelle ou institutionnelle.
    Bientôt, n’en doutons pas, ces nouveaux humains à destinée cavernicoles car complètement coupés des réalités de la vie, iront retaguer quelques lieux cultuels naturels à la lumière d’une torche.

    • X // 15.11.2020 à 12h45

      Oui évidemment, à long terme nous serons tous morts… mais à ce compte là, pourquoi pas interdire la médecine tout court ? Pourquoi dépenser autant pour soigner les cancéreux…cet argent pourrait servir aux gens naturellement en bonne santé dans les pays pauvres où il y a la famine…

      • Paul // 15.11.2020 à 15h20

        ben non, la santé aux us est un business comme un autre,

        en France, on s’emploie à suivre ce mouvement, voir le dernier reportage sur la santé en france

  • Marie Peteuil // 15.11.2020 à 12h29

    La logique absente de certains propos m’étonne. On vous autorise à aller à la boulangerie, certes, et ce faisant, vous prenez un risque. Vous multipliez ce risque par 2 en allant AUSSI dans une librairie. Et par 3 en allant AUSSI chez le fleuriste. C’est difficile à comprendre?
    Il y a 0,09% de mort PARCE QUE on soigne les gens. Sinon, ça monte à 2%, comme dans certains états des USA. Quand les hôpitaux seront saturés, il y en aura beaucoup beaucoup plus. Seulement 0,09% grâce aux soins performants.
    Les vieux des EHPAD ont aussi le droit d’espérer vivre quelques années, non? Aujourd’hui, ils ne sont plus soignés aussi bien qu’ils pourraient l’être, sans forcément être intubés, les soins de réanimations pourraient en sauver quelques uns. Ils sont laissés en EHPAD pour permettre aux plus jeunes (dont l’âge va s’abaisser si la situation empire) d’être à l’hôpital et en réa. On peut trouver ça normal (E. Gave) ou pas.

  • Sarton Bernard // 15.11.2020 à 13h37

    Très bon débat. Mais le Covid démontre qu’une société basé sur la propriété privée de l’économie n’est pas capable de gérer une Pandémie mondiale car elle manque de solidarité et de fraternité . L’Etat tout puissant au service du capitalisme démontre qu’il faut le détruire au profit de l’autogestion citoyenne dans les entreprises , villes et village. Supprimer le gouvernement central au profit d’une gestion locale de toutes les questions économiques , sociales et culturelles . Prévoir des élections sûrement avec une rotation des élus plus rapides (2ans maximum de mandat conbtrôlés mensuellement par des collectifs citoyens dont la forme peut évoluer suivant les circonstances)…Et bien d’autres choses démocratiques à inventer ….

  • Incognitototo // 15.11.2020 à 17h37

    Le niveau de « pensées » d’une Emmanuelle Gave est à l’image de son adhésion au néo-libéralisme (on se demande bien d’ailleurs ce qu’elle foutait dans « Debout la France »). Elle se gargarise de grands mots (liberté, hyperconsommation, dieu …) qui ne recouvrent aucune réalité humaine et qui d’ailleurs de ce fait sont totalement déshumanisés. On voit bien qu’elle n’a aucune perception de ce que vivent les gens au quotidien qui ne font pas partie de sa classe sociale.

    Elle devrait être contente de la situation : son clone est à la tête de l’État, et on peut tous constater comment quand on ne sait pas penser, quand on réfléchit avec des principes aussi faibles et aussi détachés des réalités, les décisions sont vraiment du grand n’importe quoi.

    Je me décerne un satisfecit, j’ai réussi à dire ce que je pense de sa pensée, sans insulter la personne. Je progresse… 🙂

    • Anfer // 16.11.2020 à 08h46

      Je suis d’accord.

      J’irai plus loin même, il n’existe pas plus de neoliberalisme que de paleoliberalisme.

      Le libéralisme est inchangé, c’est une vision réactionnaire de la société, avec son monde idéal passé auquel il faudrait revenir pour retrouver la pureté perdu.
      La différence avec d’autres réactionnaires, comme les monarchistes legitimistes, ou les catholiques intégristes (ou musulmans intégristes, c’est pareil), c’est que leur « monde passé » idéal, a réellement existé (enfin, sa version historique, pas celle idéalisé qu’ils imaginent), alors que celui des liberaux est un fantasme (l’état originel de l’homme, vivant dans le marché libre parfait avant que l’horrible état ne viennent les asservir).

      Aucune raisons d’êtres surpris qu’une réactionnaire libéral puisse être avec un réactionnaire bonapartiste.

      • shal // 16.11.2020 à 18h01

        libéralisme et néolibéralisme n’ont rien a voir.

        Pour expliquer la différence, prenez une partie de foot:
        – le libéralisme c’est 2 équipes (comprendre entreprise) avec un arbitre (comprendre l’état) qui joue suivant des règles décidées et appliquées par l’arbitre
        – Le néoliberalisme c’est pareil mais sans arbitre (on réduit au max l’influence de l’état)
        – Le socialisme , l’arbitre fait partie d’une équipe (subvention, copinage…..)
        – Le communisme , il y a une seule équipe et il y a un ordre déterminé pour avoir quel joueur marque

        Bien sûr mon exemple est une blague…mais pas que

        Et Emmanuelle Gave est libérale pas néolibérale

        • Incognitototo // 17.11.2020 à 04h02

          Oui, elle se présente comme une libérale, mais toute sa rhétorique est néo-libérale… et elle a été virée de « Debout la France » pour des propos racistes.

          Pal mal, la comparaison pour la partie de foot 🙂
          Mais pour le socialisme je dirais plutôt qu’ils jouent la partie avec plusieurs arbitres et que donc très vite plus personne ne joue.
          Et pour le communisme, qu’ils vous font croire que nous sommes tous arbitres, alors que le seul qui décide n’est pas sur le terrain.

        • Anfer // 17.11.2020 à 21h12

          La seule « vraie » différence, entre libéralisme et néo-libéralisme, c’est que les premiers croient (idiots ou tartuffes je ne sais pas) encore à leurs balivernes de « marché originel spontané autoregulateur efficient », alors que les seconds admettent que celui ci n’est pas si spontané que ça, et que l’intervention de l’état (qui est toujours intervenu, les liberaux sont des interventionnistes qui ne s’assument pas) doit être faite de façon plus ferme et plus assumé (surtout en faisant tout pour privatiser la création monétaire).

          Le problème pour eux, c’est que le libéralisme, la majorité des français n’en veulent pas, ils adorent l’égalité et conçoivent l’état comme le gouvernement de l’intérêt général (république).

          C’est pour ça qu’il n’y a aucune surprise à voir des libéraux comme cette charmante dame, être aussi une réactionnaire.
          Les 2 ont pour point commun rassembleur, la détestation de la démocratie (la vraie, celle où le peuple décide directement), et lui préfèrent, une oligarchie ploutocratique pour les liberaux, et un chef/duce/führer/roi/empereur/caudillo, pour les bonapartistes qui dominent largement en France l’extrême droite depuis que le monarchisme est devenue groupusculaire.
          L’un n’empêche pas l’autre en plus, une ploutocratie dirigé par un chef tout puissant avec un parlement croupion.
          (Bien évidemment, toute ressemblance avec un certain Emmanuel M. serait fortuite)

          L’alliance liberaux et conservateurs est donc parfaitement logique.

          Macro-lepenisme en somme…

          • Patrick // 18.11.2020 à 14h18

            Libéralisme : chaque individu est libre de sa vie et responsable de ses actes. Vous pouvez don parfaitement être libéral et conservateur , c’est problème et je n’ai pas à m’en mêler.
            D’un point de vue économique , la liberté et la responsabilité sont la condition de la liberté d’entreprendre. Le marché n’est pas un monde idéal mais c’est la moins mauvaise façon de faire.

            Néolibéralisme : on y met un peu ce que l’on veut, en ce moment ça correspond plutôt à une main mise des états et des gouvernements sur tout ce qui bouge. C’est devenu une forme de socialisme

            • Incognitototo // 18.11.2020 à 16h07

              Ha non, pas du tout pour le néolibéralisme : https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9olib%C3%A9ralisme ; qui est pour le désengagement de l’État partout, la privatisation de tout, les bénéfices privatisés et les pertes collectivisées… Ce sont Reagan et Thatcher qui ont lancé cette politique, suivis par tous les gogos qui y ont cru…

              Quant au libéralisme, il en existe de multiples formes et ce mot a été vidé de tout sens précis… même les anars sont des libéraux.

            • Anfer // 18.11.2020 à 21h17

              Je crois que vous n’avez pas compris mon propos.

              Le liberalisme a toujours été un interventionnisme d’état, dès le début.

              Et dire « je suis pour la liberté parce que dans mon nom, il y a libéral donc liberté », ça ne vaut rien comme justification.
              Le parti ukrainien Svoboda s’appelle justement liberté (svoboda en ukrainien), pourtant c’est un parti néo nazi.

        • Anfer // 17.11.2020 à 21h47

          Vu que le foot a l’air de plaire, je vais faire ma version :

          – libéralisme :

          Les 2 équipes jouent au « football » selon des règles édictés il y a 200 ans par des gens qui ont décrété que le foot se joue avec un ballon de rugby sur un terrain de basket.
          Quand ça fini par foirer (crise de 29), on accuse l’arbitre (l’état) de ne pas avoir compris qu’il fallait jouer avec des raquettes de badminton.

          – Neo libéralisme

          Tout pareil, sauf qu’à la fin on met en plus un carton rouge à l’arbitre.

          – Keynésianisme

          L’arbitre propose que l’on joue avec un ballon rond.

          – Socialisme

          L’arbitre propose de jouer avec un ballon rond et des buts de handball.

          – Communisme (stalinien)

          L’arbitre met un carton rouge à tous les joueurs, er joue tout seul.

  • pepe // 16.11.2020 à 06h02

    Entre le 1er mars et le 03 novembre 2020, 38 289 décès de patients COVID-19 ont été rapportés à Santé
    publique France : 26 210 décès sont survenus au cours d’une hospitalisation et 12 079 décès parmi des
    résidents en établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPA) et autres établissements médicaux-
    sociaux (EMS).

    93% des cas de COVID-19 décédés sont âgés de 65 ans ou plus.

    Parmi les certificats de décès rédigés par voie électronique et transmis à Santé publique France depuis le 1er
    mars 2020, 15 469 certificats de décès contenaient une mention de COVID-19 parmi les causes médicales de
    décès renseignées (Tableau 8).
    − L’âge médian au décès était de 84 ans et 91,2% avaient 65 ans et plus.
    − Des comorbidités étaient renseignées pour 10 047 décès, soit 65% des certificats de décès présentant une
    mention de COVID-19. Une mention d’hypertension artérielle était indiquée pour 24% de ces décès et une
    mention de pathologie cardiaque pour 34% de ces décès.
    − Sur l’ensemble des décès certifiés électroniquement, 2,5% des personnes décédées ne présentaient pas
    de comorbidité et étaient âgées de moins de 65 ans.

  • gi // 16.11.2020 à 10h05

    La farce c’est cette émission. Rien a dire, inécoutable, pas envie de rire avec eux. Faut qu’il se déconfine le cerveau, Taddeï.

  • simba // 16.11.2020 à 10h09

    Le pic annoncé s’est transformé en pschitt . Mais maintenant les restrictions de liberté sont bien installées et on va avoir du mal à s’en débarrasser . Merci aux agitateurs de chiffon rouge et autres prédicateurs d’apocalypse qui ont tué ce pays .

  • Brigitte // 16.11.2020 à 10h53

    C’est quoi ces 0,09% ?
    Quelques chiffres (INSEE et Santé Publique France)
    Le taux d’incidence (nombre de cas covid rapportés à la population) est estimé à 0,4%. Le taux de létalité (nombre de décès parmi les personnes infectées) est très variable. Il va de 0,03% à 10% selon l’âge. 55% des décès sont des hommes. 65% présentent au moins une comorbidité avérée (pathologies cardiaques en tête suivies du diabète et de l’obésité). L’âge médian de décès Covid est de 84 ans (50% ont plus de 84 ans) et le 1er décile est de 65 ans (90% ont plus de 65 ans). Donc 10% ont moins de 65 ans.
    Au 10 novembre, 42200 personnes sont décédées de la covid19 en France, dont 4220 ont moins de 65 ans, pour une population de 20,1 millions (30%). Taux de mortalité estimé à 0,02% chez les moins de 65 ans. Il se réduit de moitié si l’on a pas de pathologie connu (1 pour 10000).
    Chez les plus de 65 ans, ce taux est de 0,09% (ah ?) soit 9 pour 10000.
    Comparaison n’est pas raison mais je tente.
    Le taux de mortalité toutes causes confondues en 2019 était de 0,5% chez les moins de 65 ans et de 1% chez les plus de 65 ans. On a 2 fois plus de chances de mourir après 65 ans qu’avant….bien sur après 75 ans, la chance augmente dangereusement, 13 fois plus…. c’est le moment ou jamais de jouer au loto!
    Revenons à la covid: On a 25 fois plus de chances de mourir d’autre chose avant 65 ans, 10 fois plus après 65 ans….
    Conclusion, vivre est dangereux!
    Mais protégez-vous quand même….

    • Patrick // 16.11.2020 à 13h35

       » 42200 personnes sont décédées de la covid19 en France »
      est-ce que nous sommes surs de la validité de ce chiffre ?
      Si on considère tous les biais qui entraînent la surestimation du chiffre , et les autres maladies qui ne tuent plus depuis le début de l’année , on a combien de morts réels ?

      Juste pour rire : Est-ce que quelqu’un à les chiffres d’occupation des lits en réanimation des années précédentes ?

  • jp // 16.11.2020 à 12h14

    Passée la mortalité naturelle du début de la vie , Le taux de mortalité des jeunes hommes est ensuite si faible que les vieux qui dirigent se croient régulièrement obligés de les envoyer se faire tuer lors d’une Belle et Bonne Guerre bien sanglante. Il est donc dans la logique de la pensée cacochyme universelle que les ainés trouvent actuellement scandaleux, que les jeunes, qui vont inéluctablement prendre leur place, veulent vivre joyeusement, les rendant responsables d’anticiper de quelques semaines leur mort inscrite génétiquement par la Nature, qui se moque depuis toujours des états d’âme fumeux de ces animaux humains ridicules.

  • Paul // 16.11.2020 à 15h07

    surenchère
    après les us 90
    les rus 92
    moderna 94 : https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN27W1FT
    et moi j’annonce 96% pour les smartis
    quelqu’un a des actions à vendre ?

    une farce ? Non, une monstruosité

  • Paul // 16.11.2020 à 15h10

    le réveille ?

    https://www.arte.tv/fr/videos/098118-000-A/covid-19-le-virus-ou-la-vie/
    « La santé publique peut-elle prendre le pas sur l’État de droit ? Entre Allemagne, France et Suède, enquête sur les choix opérés face à la crise du Covid-19 et sur leurs répercussions sanitaires, économiques et sociales. « 

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications