Les Crises Les Crises
9.novembre.20209.11.2020 // Les Crises

Il y a 50 ans, la mort du Général de Gaulle

Merci 110
J'envoie

Ce 9 novembre 2020 marque les 50 ans de la mort du Général de Gaulle.

Gardée secrète quelques heures selon la volonté de son épouse, la mort du général de Gaulle, survenue dans la soirée du 9 novembre 1970, n’a été annoncée que le lendemain matin à la presse.

De Gaulle fut-il toujours aussi fort que l’affirme sa légende ? Retour sur cinq moments de l’histoire où le général fut tenté de quitter la scène, racontés sur le mode intime par Patrick Jeudy (« Marylin, dernières séances »).

Dans l’esprit de chacun, il y a le général qui a fait l’histoire : un homme fort et devenu un mythe. Bien des gens pensent que l’individu Charles de Gaulle ne connut jamais de vrais moments de faiblesse.

Pourtant, un document filmé prouve le contraire : l’interview que de Gaulle donne à Michel Droit au lendemain de Mai 68 pour s’expliquer sur les événements. Ce jour-là, le président au verbe haut se confie au peuple français dans un moment d’abandon.

Il admet que, à plusieurs reprises, il a été tenté de déclarer forfait au cours de sa vie militaire et politique : « J’ai eu la tentation de me retirer. » À Dakar en 1940 ; à Londres en 1942 ; à Paris en 1946, lorsqu’il quitte le gouvernement ; en 1954, à la fin du Rassemblement du peuple français ; et en 1965, lorsqu’il est mis en ballotage et qu' »une vague de tristesse a failli [l]’entraîner au loin ».

À partir de cet entretien donné au journaliste académicien, le documentaire retrace en détail ces périodes de doute dans la vie du général de Gaulle. Cinq épisodes de l’histoire au cours desquels celui que l’on croyait être un colosse montre sa fragilité. C’est aussi toujours ces moments-là qu’il choisit pour rebondir, revenir dans l’arène et reprendre la main. Alors, ces tentations relèvent-elles de l’aveu de faiblesse ou d’une stratégie délibérée ?

HENRI GUILLEMIN – LA TRAJECTOIRE DE CHARLES DE GAULLE

Conférence de 1984.

Partie I – 00:00:00 – La lente et brève conquête.
P
artie II – 1:36:44 – La restauration et la chute.

Charles de Gaulle, communément appelé le général de Gaulle, né le 22 novembre 1890 à Lille et mort le 9 novembre 1970 à Colombey-les-Deux-Églises, est un militaire, résistant, homme d’État et écrivain français. Chef de la France libre puis dirigeant du Comité français de Libération nationale pendant la Seconde Guerre mondiale, président du Gouvernement provisoire de la République française de 1944 à 1946, président du Conseil des ministres français de 1958 à 1959, instigateur de la Ve République fondée en 1958, il est président de la République française du 8 janvier 1959 au 28 avril 1969.

Il est le premier à occuper la magistrature suprême sous la Cinquième République. Élevé dans une culture de grandeur nationale, Charles de Gaulle choisit la carrière d’officier. Il est fait prisonnier lors de la Première Guerre mondiale. Il sert et publie dans l’entourage de Philippe Pétain, prônant auprès de personnalités politiques l’usage des divisions de blindés dans la guerre contemporaine.

En mai 1940, colonel, il est placé à la tête d’une division blindée et mène plusieurs contre-attaques pendant la bataille de France ; il est promu général de brigade à titre temporaire le 25 mai 1940. Il est nommé sous-secrétaire d’État à la Guerre et à la Défense nationale dans le gouvernement Reynaud, pendant l’exode de 1940. Il rejette l’armistice demandé par Pétain à l’Allemagne nazie. De Londres, il lance, à la BBC, l’appel du 18 Juin au peuple français pour résister et rejoindre les Forces françaises libres.

Condamné à mort et déclaré déchu de la nationalité française par le régime de Vichy, il veut incarner la légitimité de la France et être reconnu en tant que puissance par les Alliés. Ne contrôlant que quelques colonies mais reconnu par la Résistance, il fusionne, en 1943, la France libre au sein du Comité français de Libération nationale, dont il finit par prendre la direction. Il dirige le pays à la Libération. Favorable à un exécutif fort, il s’oppose aux projets parlementaires des partis et démissionne en 1946.

Il fonde le Rassemblement du peuple français (RPF), mais son refus de tout compromis avec le « régime des partis » l’isole dans une « traversée du désert » à l’écart de toute responsabilité. De Gaulle revient au pouvoir lors de la crise du 13 mai 1958, pendant la guerre d’Algérie. Investi président du Conseil, il fait approuver la Ve République par un référendum. Élu président de la République, il veut une « politique de grandeur » de la France. Il affermit les institutions, la monnaie (nouveau franc) et donne un rôle de troisième voie économique à un État planificateur et modernisateur de l’industrie.

Il renonce par étapes à l’Algérie française, malgré l’opposition des pieds-noirs et des militaires, qui avaient favorisé son retour. Il décolonise aussi l’Afrique noire, en y maintenant l’influence française. De Gaulle prône l’« indépendance nationale » en rupture avec le fédéralisme européen et le partage de Yalta : il préconise donc une « Europe des nations » impliquant la réconciliation franco-allemande et qui irait « de l’Atlantique à l’Oural », réalise la force de dissuasion nucléaire française, retire la France du commandement militaire de l’OTAN, oppose un veto à l’entrée du Royaume-Uni dans la Communauté européenne, soutient le « Québec libre », condamne la guerre du Viêt Nam et reconnaît la Chine communiste.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fernet Branca // 09.11.2020 à 21h58

Jean Monnet qui a fait fortune à Saint-Pierre-et-Miquelon grâce à la vente de cognac à des contrebandiers américains ( comprendre Al Capone ) pendant la Prohibition, ce qui lui permet de fonder en 1929 sa propre banque à Chicago, la Bancamerica..
Un grand fondateur de l’Europe libérale.
Encore un truc qui n’a jamais été expliqué aux Français et que les professeurs des écoles n’expliquent pas aux enfants.

21 réactions et commentaires

  • André (Radio Campus Lille) // 09.11.2020 à 18h24

    Ce soir, sur LCP diffusion du documentaire « De Gaulle, l’homme à abattre », réalisé par Emmanuel Amara. https://www.lcp.fr/le-live-lcp-tnt-5433
     
    Il est diffusé ce soir à 20h30, sur La Chaîne parlementaire (LCP), avec, si je ne m’abuse, un débat avec André Kaspi, artisan essentiel des avantageux Mémoires de Jean Monnet (pas franchement gaulliste)  cruellement décrits naguère par Philippe de Villiers sur la base d’archives américaines  
    Voilà donc un document qui a des chances de figurer en replay et en archives, à la différence de celui sur « l’épuration », vite évanoui).
     
    Voici deux liens, communiqués aujourd’hui par le réalisateur:
    https://tv-programme.telecablesat.fr/emission/de-gaulle-l-homme-a-abattre-178800287.html
     
    https://programmetv.ouest-france.fr/documentaire/de-gaulle-l-homme-a-abattre-178800287/
     
    Les liens précisent les dates et horaires des futures diffusions (sur LCP, et sur « Toute l’histoire »). Les personnes intéressées pourront donc consulter le film et le débat pendant un certain temps.

      +5

    Alerter
    • Fernet Branca // 09.11.2020 à 21h58

      Jean Monnet qui a fait fortune à Saint-Pierre-et-Miquelon grâce à la vente de cognac à des contrebandiers américains ( comprendre Al Capone ) pendant la Prohibition, ce qui lui permet de fonder en 1929 sa propre banque à Chicago, la Bancamerica..
      Un grand fondateur de l’Europe libérale.
      Encore un truc qui n’a jamais été expliqué aux Français et que les professeurs des écoles n’expliquent pas aux enfants.

        +17

      Alerter
      • Clode // 12.11.2020 à 10h41

        Et comme Schuman payé par la CIA pour satisfaire les volontés hégémoniques des US

          +2

        Alerter
        • christiane Poher // 15.11.2020 à 12h55

          Dans l’émision du 09.11 le soustitrage a fait une erreur incceptable: c’est Alain POHER a assuré l’intérim à l’Elysée, et non comme cela a été dit Alain BAUER !! (que l’on voit souvent sur C dans l’Air). Ce n’est pas la première fois que les soustitreurs font des erreurs ENORMES, ce sont des techniciens, non des historiens, de culture apparemment assez basique, raison de plus pour qu’un contrôle historique très vigilants soit exercé avant de lancer l’émission. Quand on sait que la TV française est très regardée du Canada à l’Australie et aux Amériques, on a honte que de telles erreurs soient colportées. Il semble qu’une rectification soit indispensable sur vos ondes, comment ??? à vous de trouver. Cordialement, christiane POHER Manosque

            +0

          Alerter
  • patou // 10.11.2020 à 08h10

    combien de fois faudra-t’il répéter que Charles Degaulle n’était pas aristocrate et que son nom s’écrit « Degaulle » ou « De Gaulle » mais jamais « de Gaulle » ?

      +5

    Alerter
  • RGT // 10.11.2020 à 09h14

    Cet homme peut être critiqué dans ses opinions personnelles mais il est une chose que personne ne pourra jamais lui reprocher : Sa fidélité à ses idéaux (terme désormais totalement passé du « côté obscur de la Force » et prétexte à l’agitation des girouettes).

    Il s’était totalement opposé à ce que nous subissons aujourd’hui de plein fouet, c’est à dire la dictature des partis qui imposent à tous les « élus » de manger leur chapeau si leurs convictions sont différentes de celles des « éléphants » qui dirigent d’une main de fer le parti qu’ils ont rejoint (pour favoriser leur propre carrière).

    Au global, je me contente simplement de constater que ses actions ont été positives pour la nation ET pour sa population.
    N’oublions pas qu’il a participé activement au CNR et qu’il a approuvé les décisions qui ont permis pendant de nombreuses années à la population de mieux vivre : sécu, retraites, nationalisation des banques – hormis les banques d’affaires, entre autres.

    De plus il a aussi fortement modernisé le pays en employant judicieusement des fonds publics pour subventionner des industries de pointe qui sont aujourd’hui encore les plus performantes (et qui ont été malheureusement « données » au secteur privé par ses successeurs – toute honte bue par ceux qui se revendiquaient de son « héritage » ou de « valeurs de « gôôche »).

    Il a aussi lancé la décolonisation (en étant obligé de faire des concessions aux oligarques), décolonisation sans doute motivée par sa propre expérience quand la France était devenue une colonie allemande.

    Tous ses successeurs ne lui arrivent pas à la cheville.

      +15

    Alerter
    • Pseudo // 10.11.2020 à 09h32

      Bonjour,
      Pour info, De Gaulle, foncièrement anticommuniste, était contre la sécu d’Ambroise Croisat dont il n’a pu s’opposer à la création, le PC était trop puissant à l’époque.

        +5

      Alerter
      • Philippe T. // 10.11.2020 à 14h27

        Bonjour,
        Les ordonnances d’octobre 1945 de mise en place de la sécurité sociale sont rédigées sous la responsabilité de Pierre Laroque, avant qu’Ambroise Croizat (avec un Z) ne soit ministre (nommé en novembre).
        De Gaulle n’a absolument pas été opposé à la création de la Sécurité Sociale, ni à Croizat.
        Mais il était à l’écoute de ceux qui souhaitaient la préservation des systèmes autonomes d’assurances pour le monde agricole et les non-salariés, autonomies confirmées en 1948.
        Et surtout De Gaulle s’inquiétait que le niveau de production industrielle des années 1946/47 soit insuffisant pour permettre de financer un système de protection universel comme voulu par les lois de septembre 1946.

          +8

        Alerter
        • Pseudo // 10.11.2020 à 23h01

          Oui, et en décembre le MRP propose une loi destinée à modifier les ordonnances d’octobre. On pourra évidemment dire que le MRP n’est pas De Gaulle mais quand même… Par ailleurs, dans le discours de Compiègne ( mars 48) il propose de réduire les dépenses sociales de manière « durable et effective ».
          Dire qu’il n’était « absolument pas opposé » est erroné.
          Pardon pour le Z.

            +2

          Alerter
          • Nakor // 11.11.2020 à 22h50

            Pour le grand amour que portait de Gaulle au MRP, voici ce que sa grande opinion sur la chose disait : « MRP : machine à recycler les pétainistes ».

            ^^

              +0

            Alerter
            • Pseudo // 12.11.2020 à 09h50

              Il est indiscutable que le MRP ait été un parti au service de De Gaulle. On peut citer un autre détournement en « Machine à Rouler le Peuple » beaucoup plus connu que celui que vous évoquez.
              Pour en revenir au sujet, une anecdote révélatrice: De Gaulle ne parlait jamais de sécurité sociale mais d’assurances sociales (au pluriel) .

                +0

              Alerter
  • Anfer // 10.11.2020 à 15h51

    Quel que soit les qualités ou défauts du Général, il nous a laissé un héritage dont on se passerait bien.

    La 5ème république, bonapartiste.

    Un président tout puissant, irresponsable et invirable.
    Un parlement croupion, sans vote proportionnel.
    Un usage plébiscitaire du référendum.

    Une exception française, peu glorieuse en Europe, tous nos voisins sont des régimes parlementaires avec de la proportionnelle (sauf les anglais, ou c’est la majorité relative à un tour, encore pire que nous).

    Pour De Gaulle, saisir la nuance du personnage, qui n’était ni un génie, ni un dictateur.

    Un grand peuple n’a pas besoin d’homme providentiel.

      +2

    Alerter
    • Gévaudan // 10.11.2020 à 16h33

      Toutes les institutions peuvent être dévoyées après leur adoption.
      La Constitution de la 5ème a été plus que dévoyée, totalement dénaturée, souvent par les pseudos héritiers du général d’ailleurs.
      Ce sont eux les responsables des errements que vous pointez.

      En effet pour ce qui est de l’exercice du pouvoir par le général retenons les faits : il fixait un cap de politique générale que le gouvernement mettait en œuvre. Il n’interférait pas dans l’action gouvernementale. Le gouvernement était responsable devant l’Assemblée qui, au moins une fois, l’a renversé.
      Sur les questions vitales, centrales, le peuple était consulté par référendum.

      Lorsque le peuple a déjugé le président de la République (Référendum du 27 avril 1969) sur la question capitale de la participation et de la régionalisation, De Gaulle a immédiatement cessé d’exercer le pouvoir, illustrant par là l’esprit même de la Constitution : un grand pouvoir accordé au président, en contrepartie de quoi ce pouvoir ne peut plus être exercé s’il est déjugé.

      La Constitution de 1958/62 établissait un régime, certes améliorable, mais globalement satisfaisant du point de vue démocratique. L’ équilibre a été rompu. Nous payons ce déséquilibre, fruit de l’absence de scrupules des successeurs et de leur cynisme partisan.
      Bien cordialement.

        +8

      Alerter
      • Anfer // 10.11.2020 à 18h41

        Cette constitution nécessite un president qui soit un personnage à la foi, visionnaire, honnête, travailleur et désintéressé.

        Autrement dit, une personne qui n’est pas humainecar rien ne l’oblige à démissionner en cas de référendum perdu.
        Et meme cette pratiquede démissionner est malsaine, car elle ne correspond plus à une consultation sur un sujet, mais à un plebiscite sur l’adhésion à la personne du président.

          +1

        Alerter
        • Gévaudan // 10.11.2020 à 19h20

          Non. Ce n’était pas un plébiscite sur la personne. C’était l’acceptation ou le rejet d’un vaste projet politique d’avenir.

          Ayant vécu la campagne référendaire de 1969, je puis vous assurer que la personne de de Gaulle n’a pas été l’enjeu principal du scrutin : tous les partis de droite du centre et de gauche (sauf l’UDR… officiellement) étaient vent debout contre la suppression du Sénat, temple et refuges des apparatchiks des partis, recalés au suffrage universel.
          La même coalition de partis a combattu vent debout le projet de Participation. La droite et le centre, avec effroi, par idéologie libérable (Même Pompidou parlait de la « lubie du général c’est dire !).
          La gauche par peur (inavouée) que le succès éventuel de la Participation n’affaiblisse grandement son discours auprès de qu’on appelait alors « les masses populaires ».
          Bien cordialement.

            +6

          Alerter
          • Anfer // 11.11.2020 à 10h24

            Ça ne contredit pas mon propos.

            Des gens ce sont retrouvé à voter contre un projet qu’ils auraient peut-être approuvé, à cause de sa forme de plébiscite.
            Pour ne pas donner le crédit à un adversaire politique.

            Le plébiscite est à double tranchant.

              +0

            Alerter
    • RGT // 11.11.2020 à 09h54

      « Un grand peuple n’a pas besoin d’homme providentiel »

      S’il s’agit d’un « homme providentiel » comme l’entend la propagande politico-médiatique actuelle dévoyée je vous approuve totalement.

      Par contre, hélas, toute nation a besoin (si par malheur elle doit accepter qu’un homme ait des pouvoirs étendus pour la diriger) d’un homme qui possède une grande intégrité et qui soit totalement « déconnecté » des luttes de pouvoir et des intrigues oligarchiques de palais.

      Le « Grand Charles » avait cette qualité (malgré tout ce qu’on peut dire à son sujet) et avait la stature lui permettant de s’opposer frontalement aux « élites » les plus influentes qui rampaient devant lui.

      À mon humble avis, il aurait dû saborder la Vème république en partant, ce qui nous aurait évité de devoir subir la clique de tous ses successeurs qui, le temps passant, sont tous devenus de pire en pire, avec bien sûr le « virage » miterrandien qui fût sans doute la pire calamité qu’ait subi notre nation depuis la seconde guerre mondiale.

      Et plus le temps passe, plus les « élites » deviennent nuisibles à la population.

      Cette nuisance décomplexée ayant trouvé son acmé lors du mouvement des gilets jaunes, simples « gueux » qui en avaient marre de se faire asservir sans pouvoir se défendre ni avoir la moindre possibilité de pouvoir influer sur les décisions dictatoriales des « élites omniscientes ».

      Dernier point concernant la constitution : « Charlie » était totalement opposé à la notion de « signatures » permettant à un prétendant de se présenter à l’élection présidentielle.

      C’est sous une pression immense qu’il a accepté d’ajouter cette contrainte, mais limitée à 100 signatures seulement.

      Les politicards ont ensuite modifié la constitution après son départ pour faire en sorte qu’il soit strictement impossible à un prétendant qui ne soit pas « adoubé » par les « élites » et les « partis » de se présenter et ainsi nous obliger à devoir subir ces « alternances » morbides.

      Une belle démocrassie.

        +3

      Alerter
      • Anfer // 11.11.2020 à 10h27

        Je nuancerais sur Mitterand,.

        Sa présidence nous a évité la purge neoliberale que Raymond Barre nous préparait.

        Par contre, il s’est arrêté en chemin, et l’aile libérale du PS l’a emporté.

          +0

        Alerter
  • METZGER // 11.11.2020 à 10h23

    De Gaulle prenait les Français pour ce qu’ils étaient :  » des veaux ». Et la presse de gauche l’insultait, le caricaturait cruellement, sans répit. Pourtant, au débarquement, il y aura moins de compagnons que de gendarmes au service de Vichy, je le cite :
    – « L’histoire ne pourra oublier qu’à Londres, j’ai accueilli tout le monde »
    C’est sûr, à la libération, il y aura foule de résistants de la 25° heure, qui tondent et qui crachent.
    Ceux qui critiquent les institutions de la V° doivent relire l’histoire contemporaine de la III°
    – « On n’a pas fait grand-chose depuis Napoléon… Sauf ne rien comprendre à un État dont on attend tout, y compris le droit au bonheur ! »
    – « Notre État est en retard d’un demi-siècle sur nos techniques et même sur nos conceptions politiques » ( 1960 )
    La relecture de l’histoire de ce géant par les zélotes du fossoyeur de nos institutions que fut Mitterrand est indéfendable. Depuis, nous n’avons plus que des représentants de commerce…

      +3

    Alerter
  • METZGER // 11.11.2020 à 12h46

    Rendons à César ce qui est à César : Raymond Barre était pour une stricte orthodoxie de la gestion des comptes. Il s’est toujours opposé au déficit ( hormis un déficit minimal d’investissements ). Lui attribuer la préparation d’une purge néo-libérale est de l’ordre du fantasme. La panacée Mitterrandienne de « l’intendance suivra » met les générations futures dans la panade de la dette. Suivie par tous les autres, de tous bords. La France, droguée à la dette est devenue l’esclave du grand capital, voilà ce qu’on doit à 1981, l’héritage du socialisme à la Française.

      +1

    Alerter
    • Anfer // 11.11.2020 à 15h27

      Raymond Barre, avec ses millions planqués en Suisse…
      La fable du « meilleur économiste de France », honnête et économe des deniers publique s’est écroulé…

      Enthousiaste de Hayek (l’application de ses idées par le chancelier Brunnings, aura grandement aidé avec ses millions de chômeurs, la prise de pouvoir d’un certain Adolf), au point de traduire ses ouvrages en français (on avait bien besoin de ce genre de charlatans).
      Qui disait aux français, qu’ils vivaient au dessus de leurs moyens (vive la crise !).
      Les revenus augmentent trop vite, la rente est menacé, taxons les petits…

      Il y a t’il réellement des gens pour croire qu’une victoire de la droite en 1981 aurait donné de meilleurs résultats ?

      Çà aurait été la purge libérale en accéléré.

      Mais vu que ça aurait échoué, ce genre de politique n’a jamais marché nul part, ça aurait peut-être neutralisé la droite du PS, et les élections de 1988 aurait peut-être amené l’aile gauche renforcé au pouvoir…
      Impossible à savoir.

        +4

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications