Les Crises Les Crises
22.novembre.202022.11.2020 // Les Crises

Vivre ensemble : la Nouvelle-Calédonie entre paix et guerre – avec Alain Juillet

Merci 38
Je commente
J'envoie

Source : Russia Today France, La Source

Dans ce nouvel épisode de La Source, Alain Juillet décrypte les enjeux des accords de Nouméa et des référendums pour l’indépendance en Nouvelle-Calédonie.

A travers un rappel historique, l’ancien haut responsable à l’intelligence économique revient sur le passé colonial de l’archipel et sur la raison des disparités communautaires que l’on retrouve aujourd’hui sur ce territoire très riche, notamment en minerais. Après deux référendums où le «non» à l’indépendance l’a emporté, avec un résultat plus serré lors du deuxième vote, les Calédoniens doivent trancher une troisième fois la question en 2022.

Pour Alain Juillet, il est clair que «l’attente d’un autre référendum risque de nous faire assister à un durcissement des positions des uns et des autres dans un pays coupé en deux» et que «le maintien dans la France ou l’indépendance déboucheront forcément sur des troubles importants créés par les perdants».

Il ajoute qu’il est primordial «de dépasser l’histoire coloniale de l’archipel français, et construire ensemble la Nouvelle-Calédonie de demain».

Source : Russia Today France, La Source, 14-11-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

petitjean // 22.11.2020 à 12h45

Mais qui a mis en valeur ce territoire ? Qui la développé ?
A-t-on le droit et le devoir de le dire ?
les routes , les ponts, les voix de chemins de fer, les ports, les écoles, les hôpitaux, les aéroports, l’électrification, les réseaux d’eau potable , etc…
Qui a permis à ce territoire de bénéficier des bienfaits de la science moderne ?
La vaccination des enfants, c’est qui ?
il se trouve que certains veulent profiter des richesses de l’archipel et….continuer à ne rien faire tout en faisant encore et encore le procès du colonisateur …………

10 réactions et commentaires

  • douarn // 22.11.2020 à 09h22

    Bonjour

    J’aimerais modérer l’idée du retour à la rentabilité de la production de nickel en NC (seuil à 16-18K$/t) surtout, avec la crise sanitaire. Les minerais de nickel oxydés tropicaux sont plus énergivore à traiter que le minerai sulfuré canadien. Est envisagée l’exportation pur et simple du minerai brut.
    Vale est prévu pour produire du Ni (~60kt/an) par hydrométallurgie et n’a jamais bien fonctionné, le cobalt est une production secondaire (~4.5kt/an prévu). Nécessaire aux batteries, pas sûr qu’il soit incontournable avec les progrès en cours.
    SLN (pyrométallurgie) souffre du coût de son électricité, d’un manque d’investissement et de la distribution de sa trésorerie en dividendes (2011 et 2012). SLN donne de faibles résultats pour son actionnaire Eramet*. SLN avait prévu une central au charbon en lieu et place de la centrale fuel de 1972. Statu quo…
    * https://www.marianne.net/economie/pas-question-de-laisser-partir-nos-secrets-de-fabrication-le-sort-incertain-d-aubert-duval

    Presque tous les calédoniens sont armés (fusil, machette) pour la chasse aux cerfs/cochons (espèces nuisibles). Beaucoup de kanak font le grand écart entre la tribu communautaire et le monde consumériste individualiste. Un malaise parfois canalisé par les représentants indépendantistes. Tous les calédoniens ou presque sont métissés, prendre parti pour un camp ou pour l’autre ne peut se faire sans drame. La conclusion de Juillet est importante.

  • RGT // 22.11.2020 à 09h46

    Avant l’arrivée des colonisateurs, la population vivait « en paix » (??? il y avait sans doute des guerres tribales et des satrapes locaux je n’en doute pas) de manière traditionnelle.

    Puis la « civilisation » est arrivée avec son cortège de nouveaux problèmes qui sont désormais insolubles, particulièrement liés à la modification des modes de vies et l’arrivée du « progrès » qui ajoute un nouvel élément sur lequel il n’est plus possible de revenir en arrière (du moins tant que les ressources énergétiques sont peu coûteuses).

    Et dans les pays « non colonisés » (en existe-t-il un seul ?) la « mondialisation » a introduit de force ce nouveau paramètre sans que les populations ne puissent s’y soustraire.

    C’est aussi ça la « mondialisation » : Tout pays qui n’est pas capable de vivre en auto-suffisance (voire même en autarcie totale) est voué à être asservi par ceux qui détiennent les clés du commerce international et dont la stratégie consiste justement à éviter qu’une nation puisse être autonome afin de pouvoir lui tordre le bras sans avoir besoin de mener une guerre de « libération » qui serait coûteuse et très mal vue par les autres nations déjà asservies.

    Avant de se précipiter sans réfléchir sur les nouveaux gadgets à la mode, la population de chaque pays devrait d’abord réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour parvenir en priorité à une auto-suffisance alimentaire DURABLE.
    Ce ne sont hélas ni les smartphones, ni les écrans plats 4K ni les voitures « électriques » (qui délocalisent la pollution sur leurs lieux de production et de transformation énergétique) qui permettront de nourrir les humains.

    C’est bien là le piège du « progrès » : Combien d’humains choisissent en priorité des gadgets addictifs au détriment d’une alimentation saine ?

    La Nouvelle Calédonie ne fait pas exception, et si elle choisit l’indépendance elle devra se soumettre à des ploutocrates largement pires que l’état français. Et encore, elle a de la chance comparée aux Comores par exemple qui n’ont strictement rien à offrir hormis leurs sites paradisiaques qui seront bientôt inaccessibles faute de ressources énergétiques suffisantes et bon marché.

    L’ensemble des structures politici-socio-économiques humaines ne sont au final qu’un immense piège à c…
    Pile tu perds, et face tu perds aussi.
    Le problème consiste surtout à choisir le pari qui sera le moins préjudiciable, et réfléchissant par soi-même et en écoutant surtout pas les sirènes des « idéologies » et des « guides charismatiques » qui ne suivent que leur propre agenda en considérant les populations comme de simples serfs corvéables à merci.

    N’oublions jamais que la France elle-même n’est qu’une immense colonie conquise de force par les monarques « avisés » au détriment des peuples « autochtones ».

    Avant de se pencher sur les problèmes de la colonisation extérieure il serait judicieux de se pencher sur la colonisation intérieure et rendre aux « anciennes provinces » leur autonomie avant de faire de la morale à deux balles.

  • TZYACK // 22.11.2020 à 09h47

    La France ne peut abandonner ce territoire très convoité (Australie, Chine, etc..) qui lui procure, avec Tahiti, la plus grande zone maritime mondiale stratégique et minière (Nodules). Ses importantes ressources halieutiques et solaires restent à développer pour en faire un territoire autosuffisant au service de tous ses habitants.

    • RGT // 22.11.2020 à 10h04

      « un territoire autosuffisant au service de tous ses habitants »…

      Vous rêvez.

      Le principe de base de la « mondialisation » consiste justement à rendre toutes les nations de cette planète totalement dépendantes du commerce international en « optimisant » les ressources locales exportables, donc peu utiles directement à la population, au détriment des ressources qui pourraient être utilisées sur place sans aucun intermédiaire et qui ne rapporteraient absolument rien à tous ceux qui vivent de ces échanges en prélevant des profits (rackettant) sur toutes ces transactions.

      Nouvelle-Calédonie = nickel (+ cobalt ?) mais surtout pas agriculture permettant une auto-suffisance alimentaire car les habitants pourraient avoir l’idée saugrenue de vouloir faire cesser cette industrie polluante si elle ne leur apporte plus de quoi se nourrir.

      Et il en va de même sur toute la planète :
      – 1/ Les ressources locales n’appartiennent PAS aux populations locales.
      – 2/ Les populations locales doivent être DÉPENDANTES d’organisations hors sol pour parvenir à survivre.
      – 3/ Si les populations ne sont pas d’accord on les affame, puis on déclenche des troubles pour que la situation redevienne « normale ».

      Que le pays soit « sous développé » ou « immensément riche », ça ne fait aucune différence. La population n’a pour seul droit que celui de fermer sa gueule.

      Et si par malheur un dirigeant « dictatorial » avait l’idée « abracadabrantesque » de sortir la population de son pays de ce cercle « vertueux » il se retrouverait immédiatement qualifié des pires qualificatifs existants et traduit devant un « TPI » et remplacé de force par quelqu’un de plus coopératif.

  • petitjean // 22.11.2020 à 12h45

    Mais qui a mis en valeur ce territoire ? Qui la développé ?
    A-t-on le droit et le devoir de le dire ?
    les routes , les ponts, les voix de chemins de fer, les ports, les écoles, les hôpitaux, les aéroports, l’électrification, les réseaux d’eau potable , etc…
    Qui a permis à ce territoire de bénéficier des bienfaits de la science moderne ?
    La vaccination des enfants, c’est qui ?
    il se trouve que certains veulent profiter des richesses de l’archipel et….continuer à ne rien faire tout en faisant encore et encore le procès du colonisateur …………

    • cathala charles alahtac@free.fr // 22.11.2020 à 17h16

      Eh oui, en metropole ,il est de bon ton, pour quelques un, de denigrer la colonisation….rien n’est parfait c’est sûr? mais …connaissez vous la perfection ?

    • Luecila // 24.11.2020 à 21h04

      Il n’y a pas de chemin de fer en Nouvelle Calédonie et les principales infrastructures ont été construites par les Américains (aéroports) lors de la deuxième guerre mondiale

    • Orhan // 25.11.2020 à 13h28

      « Mettre en valeur », « développement », tout ça sont des notions ethnocentriste occidentales, et sont de beaux prétextes pour justement demander quelque chose en retour.

      Quant à la vaccination sur une terre insulaire comme la Nouvelle-Calédonie, il faudrait poser la question : qui a apporté des maladies inconnues chez eux ?

  • Brigitte // 23.11.2020 à 08h30

    Ce n’est pas le moment de lâcher la NC, à l’heure où la métropole souffre de délitement, les TOM sont la richesse de la France et de la francophonie. Hélas, en plus de l’ethnicité, les clivages socio-économiques et politiques risquent d’amener inéluctablement à l’indépendance. Pour faire simple, les partis indépendantistes étant de gauche et non-indépendantistes de droite. Dans un contexte démographique jeune, la gauche identitaire a le vent en poupe.
    Les sirènes de l’alter-mondialisme à la sauce exotique sont des leurres qui vont attirer les capitaux requins, déjà à l’affut dans cette région du monde, hautement stratégique en terme de richesse halieutique, géologique et énergétique.

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications