Les Crises Les Crises
13.décembre.202013.12.2020 // Les Crises

Transition énergétique : Des énergies pas vraiment vertes | ARTE

Merci 138
J'envoie

Source : Arte, Youtube

Les Énergies Vertes le sont-elles vraiment ?

Face au réchauffement climatique, réaliser la transition énergétique est devenue une priorité absolue. Il faut « décarboner » nos économies en déployant, à grande échelle, des technologies vertes.

Mais les voitures vertes sont particulièrement consommatrices de métaux et de minerais, plus rares, comme le graphite, le cobalt ou le lithium. De leur côté, les éoliennes et les panneaux solaires contiennent des métaux rares. Après le pétrole et le charbon, nous sécrétons donc une nouvelle dépendance à ces matières premières quasiment inconnues du grand public.

Cette vaste enquête menée à travers le monde révèle les effets pervers des premières solutions pour parvenir à la transition énergétique.

Source : Arte, Youtube, 26-11-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Havoc // 13.12.2020 à 09h19

Si l’électricité n’est pas une énergie, comme vous l’affirmez, alors elle ne peut être non plus une « énergie finale ». En réalité, l’électricité n’est qu’un vecteur d’énergie.

« Sans néodyme, la voiture électrique ne pourrait tout simplement pas rouler » (ARTE, au début de cette émission hallucinante pour qui maitrise un peu ces sujets): c’est faux, bien sûr. Les moteurs électriques n’ont pas besoin d’aimant permanent pour fonctionner. Le bon vieux moteur asynchrone fonctionne toujours, il y a même une compagnie de l’éolien qui n’utilise pas d’aimants permanents. Quant à parler tout le temps de « terres rares » et de « métaux rares » sans être capable de distinguer ceux pour lesquels il ne s’agit que d’une appellation (lithium) et qui ne sont pas rares du tout, de ceux qui sont réellement sous tension (comme aussi le bon vieux cuivre), ni capable de dire où ils se trouvent, à quoi ils servent, ni s’ils sont réellement indispensables… au secours !

A la dixième minute de ce « documentaire », une intervenante nous explique que les « métaux rares » se situent dans le rotor des éoliennes, afin je cite, « de faire tourner les pales des éoliennes ». Heureusement que la honte ne tue pas !

44 réactions et commentaires

  • yann // 13.12.2020 à 07h16

    « Une dépendance à ces matières premières quasiment inconnues du grand public… »

    …et pendant ce temps l’action Tesla passe de $100 à $600 en une année (et pas n’importe quelle année).

    On pourrait commencer par remplacer les chaudières au fuel par un poêle qui brûle les billets de banque.
    Ça fera déjà un bout du chemin.

      +12

    Alerter
    • calal // 13.12.2020 à 08h21

      On pourrait commencer par remplacer les chaudières au fuel par un poêle qui brûle les billets de banque.

      non,il faut bruler les cartes bancaires plastiques et les chequiers d’abord car les billets sont garantis par la bce, l’allemagne et toute l’ue tandis que les cb et les chequiers ne sont garanties que par les banques francaises et l’etat francais.

        +7

      Alerter
      • RGT // 13.12.2020 à 17h44

        « les cb et les chequiers ne sont garanties que par les banques francaises et l’etat francais »

        Non : Les chèques et les CB ne sont garantis QUE par les banques.

        Seuls la monnaie fiduciaire (les pièces et les billets) ont leur valeur garantie pat l’état… jusqu’à la prochaine dévaluation.

        Aucun système monétaire n’est pérenne et il est préférable (autant que possible) de posséder des biens physiques indispensables, même – voire surtout – des combustibles fossiles car on pourra toujours les troquer contre de quoi se nourrir sans qu’ils ne se dégradent ou se dévaluent.
        Tout le reste n’est que foutaises.

        Vos beaux chèques ou vos belles cartes bancaires pourront ne plus rien valoir (ainsi que le contenu de vos comptes bancaires) le jour où votre banque décidera de ne plus honorer vos paiements.

        Et bien sûr il ne vous restera plus que vos yeux pour pleurer.

        Si vous avez quelques billets ou pièces, vous pourrez encore les utiliser (ou vous en servir pour allumer le feu permettant de faire cuire vos nouilles, ce qui est mieux qu’une ligne informatique qui ne vous servira strictement à rien et qui pourra être effacée d’un simple clic.

          +2

        Alerter
    • Alfred // 13.12.2020 à 09h01

      Tesla qui doit son bénéfice à…. la vente des ses droits à polluer. Ça ne peut pas bien finir.

        +13

      Alerter
    • jeanderien // 14.12.2020 à 19h49

      Ben Tesla, c’est des secondaire bobines, pas aimant permanent, donc à part la batterie, pas de terre rare, et la batterie, c’est du lithium dont les océans sont pleins…

        +1

      Alerter
      • Dominique65 // 14.12.2020 à 23h08

        La plupart des éoliennes n’usent plus non plus de terres rares. Mais les légendes ont la vie dure, même chez ARTE où il n’existe pas de comité de lecture.

          +1

        Alerter
  • douarn // 13.12.2020 à 08h28

    « Transition énergétique … » le titre n’est pas bon.

    TRANSITION : ce n’est pas une transition mais un empilement. La production d’une énergie finale (électricité renouvelable), souvent intermittente et subie vient s’empiler aux autres formes d’électricité (charbon, gaz, …)

    ENERGETIQUE : l’électricité n’est pas une énergie, elle est produite à partir d’une énergie primaire (charbon, gaz, vent, …). C’est une énergie finale, un vecteur qui permet de mobiliser une partie de l’énergie primaire traitée dans une centrale électrique pour l’amener jusqu’à votre micro-onde par ex.

    Seule ne compte que l’énergie primaire. L’énergie chez les media ne se résume trop souvent qu’à l’électricité. Si l’on ramène le poids des filières renouvelables intermittentes (ENRi) dans le bilan en énergie primaire de l’UE, alors les ENRi n’ont ainsi compté que pour 2,5% de la consommation d’énergie primaire dans l’UE… 2,5% et se profile déjà le problème des métaux…
    https://www.connaissancedesenergies.org/tribune-actualite-energies/energies-renouvelables-dans-lue-de-la-perception-aux-realites

      +18

    Alerter
    • LS // 13.12.2020 à 09h19

      Je dirais plutôt « transition énergétique » … qui n’a pas encore commencé et qui n’est effectivement qu’un empilement pour l’instant, mais qui commencera volontairement ou contraint dans plus trop longtemps maintenant.

      D’un point de vue de la physique, l’énergie est un concept universel qui peut prendre différentes formes dont, par exemple, le vent, les marées, le carbone fossile, l’électricité… donc oui l’électricité est une forme de l’énergie.
      Les énergies « primaire » sont les formes d’énergie qui sont « extrait » de la nature, qui ne sont payés par personne, avant effectivement d’être transformées en énergies « finale » elles payées par les ménages et les entreprises.
      Les définitions de primaire/finale/utile ne sont que des conventions économiques/techniques qui permettent d’en parler de manière plus claire, c’est tout.

      Je suis d’accord avec votre 3ième paragraphe ceci dit.

        +2

      Alerter
    • Havoc // 13.12.2020 à 09h19

      Si l’électricité n’est pas une énergie, comme vous l’affirmez, alors elle ne peut être non plus une « énergie finale ». En réalité, l’électricité n’est qu’un vecteur d’énergie.

      « Sans néodyme, la voiture électrique ne pourrait tout simplement pas rouler » (ARTE, au début de cette émission hallucinante pour qui maitrise un peu ces sujets): c’est faux, bien sûr. Les moteurs électriques n’ont pas besoin d’aimant permanent pour fonctionner. Le bon vieux moteur asynchrone fonctionne toujours, il y a même une compagnie de l’éolien qui n’utilise pas d’aimants permanents. Quant à parler tout le temps de « terres rares » et de « métaux rares » sans être capable de distinguer ceux pour lesquels il ne s’agit que d’une appellation (lithium) et qui ne sont pas rares du tout, de ceux qui sont réellement sous tension (comme aussi le bon vieux cuivre), ni capable de dire où ils se trouvent, à quoi ils servent, ni s’ils sont réellement indispensables… au secours !

      A la dixième minute de ce « documentaire », une intervenante nous explique que les « métaux rares » se situent dans le rotor des éoliennes, afin je cite, « de faire tourner les pales des éoliennes ». Heureusement que la honte ne tue pas !

        +19

      Alerter
      • douarn // 13.12.2020 à 10h09

        Merci Havoc, je suis d’accord avec vous.
        J’aimerais prolonger votre commentaire en l’étendant aux aciers, béton, bitume (chemin d’accès), plastiques, …, et de citer Olivier Vidal* :
        « La consommation de nombreux métaux et de ciment a doublé depuis le début du XXIe siècle, et si la tendance continue, il faudra produire plus de métaux d’ici 2050 que l’humanité n’en a produit au cours de toute son histoire. C’est dans ce contexte que se place la transition vers les énergies bas-carbone et renouvelables, qui nécessite de bâtir une nouvelle infrastructure de production et d’utilisation d’énergie, source additionnelle de consommation de nombreuses matières premières et d’énergie pour les produire.

        https://www.furet.com/livres/matieres-premieres-et-energie-olivier-vidal-9781784054038.html

        *directeur de recherche au CNRS, spécialisé dans la modélisation thermodynamique des réactions minéralogiques et dans la modélisation des interactions entre matières premières et énergie.

          +5

        Alerter
        • Cévéyanh // 14.12.2020 à 18h17

          La fabrication du ciment dégage beaucoup de CO2. Il existe quelques sites qui ont un système de capture de CO2. Apparemment, trop cher pour mettre en place sur tous les sites (50% de frais en plus). Ce CO2 est stocké dans le sol.
          Article de 2014 sur : https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/capture-et-stockage-du-co2-csc
          « De nombreuses expérimentations sont en cours, soit sur des centrales existantes, soit sur des unités neuves, principalement dans les pays développés (Europe, Amérique du Nord, Australie pour l’essentiel) ainsi qu’en Chine. Potentiellement, la capture du CO2 pourrait être utilisée dans le monde entier.
          Des sites de stockage sont également exploités. Ils peuvent être situés en mer (stockage de Sleipner, au large de la Norvège) ou sur les continents (stockage de Lacq, dans le Sud de la France). »
          Ce qui n’amènera peut-être moins à une transition si le captage et le stockage devient de moins en moins coûteux dans les prochaines décennies. Ce gaz ne va t-il pas perturber le sous-sol ?

            +1

          Alerter
    • Bouddha Vert // 13.12.2020 à 20h05

      En fait l’électricité est une énergie mais certainement pas une source énergétique, à moins qu’un jour on sache utiliser l’électricité des éclairs.
      Les sources énergétiques pilotables sont sont bois, rivières, lacs (?), géothermie, marées, houle, charbon, pétrole, gaz, nucléaire… reste les énergie fatales soleil, vent…

        +3

      Alerter
    • Wakizashi // 14.12.2020 à 07h16

      L’électricité, pas une énergie ?… D’un point de vue strictement physique si, tout comme l’énergie mécanique, l’énergie thermique etc.

      La mésentente vient du fait que vous parlez de la « production » d’électricité, tout comme on parle en général de « production » d’énergie. Toujours d’un point de vue physique, la production d’énergie, ça n’existe pas. L’énergie est transformée d’une forme à une autre (de l’énergie électrique convertie en énergie mécanique par exemple), mais l’énergie globale d’un système est toujours conservée (cf premier principe de la thermodynamique). Il n’y a pas et il n’y a jamais eu de « production » d’énergie, ce n’est qu’un abus de langage.

        +3

      Alerter
    • Dissonance // 15.12.2020 à 02h44

      @douarn

      Ce qui va dans votre sens et mérite à mon avis d’être vu, cette interview. L’histoire de l’énergie, comme celle des moyens de communications ne s’est pas écrite en remplaçant un moyen par un autre mais en les additionnant les uns aux autres: De la même façon qu’internet n’a pas remplacé la télé qui n’a pas remplacé la radio qui n’a pas remplacé la presse écrite, l’électricité (fut-elle nucléaire) n’a pas remplacé le pétrole qui n’a pas remplacé le charbon, etc. Le concept même de transition est une mystification cherchant à masquer une fuite en avant dans une « croissance » – une inflation – énergétique jamais abandonnée, quels qu’en soient les coûts environnementaux et donc in fine humains.

        +1

      Alerter
    • Myrkur34 // 15.12.2020 à 09h09

      Vous prenez la deuxième page de votre facture électrique et vous tombez sur cette phrase résumant bien la situation actuelle.
      « Origine 2019 de l’électricité vendue par EDF »

      87,7% nucléaire, 7,1% renouvelables(dont 5,6% hydraulique), 0,6% charbon, 3,5% gaz, 1,1% fioul.

      Donc selon les chiffres EDF, le solaire et l’éolien représente 1,5% de l’électricité vendue en 2019.

        +0

      Alerter
  • fox23 // 13.12.2020 à 09h32

    Lorsqu’on veut faire croire à leur vertu d’énergie de remplacement, les renouvelables sont une des plus belles fumisteries des dernières décennies.
    La pire concerne les panneaux solaires. Outre la pollution massive liée à leur fabrication, ils accumulent tous les défauts, dont le principal est de produire de l’électricité lorsqu’on en a le moins besoin, l’été. Comme ce produit n’est pas stockable à ce jour, il fallut inventer de nouveaux modes de gaspillage comme les clim réversibles.

    En annexe, les tarifs de fou pour le rachat des Kw par EDF étaient le moyen d’attirer les gogos, dont le plus anciens commencent à approcher de la date de péremption de leur jouet, sans savoir ce qu’ils en feront ensuite. En réalité, s’ils les prix avaient été maintenus au niveau initial, ils auraient pu ruiner l’entreprise publique, souhait à peine voilé de la finance internationale, la place est bonne.

    Le dernier discours de Macron est la preuve qu’hormis par démagogie et électoralisme, notre énarque tête de cordée n’a rien compris, mais ses ministres ont commencé à faire passer le message, il pourrait y avoir des coupures cet hiver, sous entendant que pour la première fois de son histoire EDF ne pourrait faire face aux besoins. Surtout n’y voyez pas un rapport avec la fermeture de Fessenheim !

      +14

    Alerter
    • TZYACK // 13.12.2020 à 16h38

      Effectivement, le prix unitaire de vente TTC d’un Kwh par EDF a été aligné, pour les particuliers, sur celui des carburants à la pompe, d’environ 15 c€ à ce jour, pour rester concurrentiel alors que le rendement énergétique de ses centrales nucléaires n’est que de 30% : Quel beau gaspillage d’énergie dont la rente financière n’incite pas à diminuer.

        +0

      Alerter
      • jp // 14.12.2020 à 11h37

        Qu’a d’anormal un rendement énergétique thermique de 30% ???? La nature qui nous entoure et nous fait survivre a des rendements de conversion déplorables (liées aux faibles probabilités d’interactions).Et cela n’a strictement aucune importance, puisque « rien ne se perd rien ne se crée, tout n’est que transformation » (Lavoisier et bien d’autres avant lui qui utilisaient leur cerveau).

          +0

        Alerter
  • Brigitte // 13.12.2020 à 09h40

    L’électricité est bien une énergie puisqu’elle crée des forces qui activent des effecteurs mais elle dépend d’autres énergies dites primaires. La transition énergétique est sensée nous amener vers des énergies renouvelables et décarbonées. Or le problème est que cette transition va vers le tout électrique qui pour l’instant dépend de sources d’énergie dont elle prétend vouloir prendre la place….cercle vicieux et non vertueux. Que ce soit pour extraire les matières premières ou pour stocker l’énergie finale, le pétrole, le gaz et le nucléaire sont encore indispensables.
    Entre le vent et le ventilateur, cachez donc ce CO2 et cet uranium que l’on ne saurait voir, en plus de ces horribles éoliennes géantes. Idem avec le soleil qui détruit beaucoup d’espaces naturels pour y installer des milliers d’hectares de panneaux photovoltaïques.
    Le tout électrique c’est la destruction assurée de l’environnement, en plus du dérèglement climatique.
    Pour autant, doit-on tout arrêter? non bien sur la transition énergétique est nécessaire mais elle est au service de la transition écologique qui elle est indispensable et pour cela il faut changer de paradigme économique. Sinon la transition énergétique sera un désastre écologique.
    à suivre

      +5

    Alerter
  • Macarel // 13.12.2020 à 10h13

    Les politiciens n’ont que faire de la vérité, tout ce qui les intéresse c’est leur réélection.
    Ils continueront à blablater pour faire croire qu’ils font quelque chose pour « sauver la planète »,
    mais le capitalisme couplé au productivisme -auquel ils se sont tous convertis, surtout dans sa forme financière, et la marchandisation du monde qui va avec, sont incompatibles avec la sauvegarde d’une biosphère terrestre vivable.
    La voiture électrique, c’est en fait la voiture au charbon, au gaz, ou à l’uranium.
    Donc, c’est tout sauf propre, lorsque l’on considère son impact au niveau planétaire.
    Par contre, ça pollue moins l’air des villes, où vivent les bobos, donc tous les médias bobos braient
    que c’est un moyen de transport propre.
    Le progrès technique a dans un premier temps amélioré le sort de l’humanité, aujourd’hui il a atteint un
    point de bascule où il menace toujours plus la survie de l’espèce, surtout lorsqu’il est aux mains d’intérêts
    financiers puissants, qui ne recherchent que la rente et le profit à court terme.
    Les citoyens transformés par les techniques de propagande des publicistes (merci E. Bernays), en consommateurs sont complices, puisqu’ils élisent des gens qui leur mentent, en fait ils ont envie de croire
    leurs mensonges, plutôt que de remettre en cause un mode de développement et de vie qui mène à l’abîme.

      +12

    Alerter
  • Brigitte // 13.12.2020 à 10h30

    Suite:
    Il faut casser le dogme selon lequel l’énergie est la propriété de grands groupes industriels. Au contraire, il faut aller vers une production locale et une auto-production. Dans cette optique, plus question de tout électrique fournie par des prédateurs industriels, mais d’énergies au bilan écologique positif. Bien sur renouvelables et au bilan carbone neutre mais surtout changer diversifier et changer d’échelle.
    Produire tout ce qui peut l’être à l’échelle de l’habitat individuel et pour le reste, utiliser des communs, à gestion locale. Par exemple pour le bois, le biogaz et l’électricité verte. L’industrie se chargeant de la fabrication des outils et des produits finis.
    Pour le chauffage et la cuisson, le solaire thermique (panneaux et paraboles), le bio gaz et le bois. Pour la mobilité, l’électrique solaire et éolien local, l’hydrogène oui mais pas que, le muscle n’a pas dit sont dernier mot!
    Et bien sur le cerveau car la recherche scientifique et technique doit plus que jamais carburer!
    Par exemple le recyclage du CO2 est une voie intéressante, pour l’industrie en particulier.
    Personnellement je ne crois pas à l’énergie miracle….renouvelable, décarbonée et écologique mais à une combinaison d’énergies au bilan global positif.

      +5

    Alerter
    • Eugeniegrandet // 13.12.2020 à 17h20

      je suis d’accord avec vous pour le mix de solutions.

      Par contre, je ne comprends pas votre propos liminaire sur le dogme.
      C’est bien ce qui se passe avec la capacité des uns et des autres (individus ou collectivités) à produire de l’énergie (disons surtout de l’électricité.)

      Par ailleurs, la répartition de la demande en énergie met le résidentiel à 21%.
      Autrement dit, oui à la contribution individuelle ou collectivité locale (d’ailleurs, le compteur linky anticipe cela grâce à une connaissance fine de la grille/grid). Mais ça ne « résout » qu’un cinquième du défi.

        +0

      Alerter
      • Brigitte // 13.12.2020 à 20h51

        Nous sommes surtout consommateurs et très peu producteurs d’énergie, quelle qu’elle soit. Elle nous est livrée à domicile et c’est un marché que nous ne contrôlons absolument pas, à part le bois qui est produit localement, y compris les granulés. Devenir producteur ou consommateur local, c’est ne plus dépendre entièrement des multinationales du secteur.
        Bien sur, on reste dépendant d’industriels qui ne sont pas forcément plus vertueux. Pour la bio masse, cela pourrait fonctionner en coopératives. restent les fabricants de poêles, de chaudières, de panneaux solaires et des petites éoliennes. Il faudrait plus de concurrence et pour cela réindustrialiser le pays. Nous avons presque tout perdu en savoir-faire dans ce domaine, c’est incompréhensible.
        Je ne dis pas non plus qu’il faut détruire le réseau électrique national, mais garder l’éolien et le solaire en local, en moyenne capacité, toitures, petites fermes solaires et éoliennes.
        La consommation finale d’énergie du secteur résidentiel est de 26,2 % soit 1/4 à égalité avec l’industrie. Les transports sont à 29,3 %. ça reste un autre défi. Je suis bien d’accord mais là encore des solutions locales existent, où les EnR peuvent avoir une place.

          +0

        Alerter
  • Jean-Do // 13.12.2020 à 11h10

    Déjà faire rouler des véhicules de 1,5 à 2 tonnes pour transporter 80 Kg de bonhomme, c’est un non-sens. Ensuite encourager l’usage d’une énergie secondaire, c’est à dire une énergie produite par l’usage d’une autre avec toutes les pertes cumulées, c’est une imbécillité. Au mieux, ça déplace la pollution visible mais de toute façon ça augmente la pollution totale. Enfin, donner des primes élevées pour acheter des véhicules tellement chers et d’un usage tellement limité que seul les 10% les plus riches pourront acheter ce qui ne peut être qu’un 2e ou un 3e véhicule, c’est juste scandaleusement inique.

    Un non-sens + une imbécillité + favoriser les riches = Macron et le capitalisme en général.

      +16

    Alerter
    • eugeniegrandet // 13.12.2020 à 17h23

      les grosses voitures dont vous parlez ne sont achetées que par des riches. Je connais un couple modeste (infirmière+ouvrier) qui a craqué sur le tard (50 ans), pour le prestige… Hélas. Ils sont endettés sur 7 ou 10;ans.

        +0

      Alerter
    • lit75 // 14.12.2020 à 16h28

      Oui, mais on peut faire encore beaucoup mieux que de faire rouler des véhicules de 1,5 0 2 tonnes pour transporter 80 kg de bonhomme : on peut faire des véhicules de 2 t à 2 t 5 pour transporter 80 kg de bonhomme et 400 kg de batteries fabriqués avec des métaux lourds, polluer quelques tonnes de terre et quelques milliers de litres d’eau au passage, les charger avec de l’électricité produite dans des centrales et charbon puis acheter des écrans de pub pour dire qu’on est « verts ».

      Il va falloir un jour qu’on s’organise pour analyser de façon indépendante le cycle de vie de chaque bien ou service produit et ne plus se laisser endormir par des entreprises ou des politiques qui se prétendent sauveurs de la planète…

        +2

      Alerter
      • Dominique 65 // 15.12.2020 à 15h27

        « 400 kg de batteries fabriqués avec des métaux lourds »
        Les batteries des véhicules électriques n’utilisent pas de batteries au plomb.

          +0

        Alerter
  • Fabrice // 13.12.2020 à 13h34

    Ce qui est inquiétant c’est que l’on veut mettre des nouvelles technologie pour ne pas être des Amish mais qu’on ne planifie la hausse de consommation pour celles-ci, ou l’augmentation du parc automobiles sans planifier honnêtement comment on va alimenter ce besoin, ce qui nous amènera là pour le coup à vivre avec des coupures d’électricités, dans ma famille un adage dit à force d’acheter le superflu on vend l’essentiel.

    du coup sans prévision à long terme on va passer à la réouverture dans l’urgence de centrales à charbon qui auront un bilan catastrophique sur notre bilan carbone (le parc nucléaire par manque d’entretien ou de remplacement est déjà à moitié encore actif) :

    https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/la-france-fait-deja-fonctionner-ses-centrales-a-charbon-1243601

      +0

    Alerter
  • Patrick // 13.12.2020 à 14h00

    Transition !!
    Tout le monde parle de transition mais jamais de l’objectif. On transitionne mais on ne sait pas vers quoi on transitionne !!
    Si on enlève les combustibles fossiles et le nucléaire, même en mettant des moulins à vent partout, on se retrouve avec 5 ou 10/100 de l’énergie consommée actuellement.
    On fait quoi avec ça ??? A quoi ressemblera notre société ?

      +7

    Alerter
  • social // 13.12.2020 à 14h41

    l’écologie est une supercherie pour punir le contribuable d’avoir acheté des auto , des ordinateurs , des téléphones et autres produits de consommation au lieu d’éduqué nos enfants a l école publique sur les bon comportement a avoir en société sur l hygiène et sécurité a ne plus jeté ces déchet dans la nature , bien se comporté ces respecté notre espace de vie

      +1

    Alerter
  • Incognitototo // 13.12.2020 à 15h03

    Ce doc n’est qu’un plagiat (bas de gamme) pour la télé de « Planet of the Humans » (de Jeff Gibbs, et produit par Michael Moore en libre accès sur YouTube). Outre son ton pénible (par sa lenteur), il dénonce ce que tout le monde sait (concurrence déloyale, illusions sur les technologies vertes pas du tout « vertes », et cetera) en oubliant tous les aspects éminemment politiques de récupération par le capitalisme international des mouvements écolos pour faire du greenwashing, et en réalité démultiplier la croissance (ce qui est en soi antinomique avec les objectifs écolos), et donc les profits.

    Il a le mérite d’exister, mais est très loin d’apporter l’analyse politique qui permettrait de penser autrement les vraies responsabilités et la façon dont l’opinion publique est manipulée pour le seul profit de ceux qui se gavent déjà trop.

    En outre, il « oublie » bien des aspects de nos problèmes écologiques… Juste un exemple (parmi bien d’autres possibles) : pour produire un an de nos besoins en électricité par biomasse, il faudrait couper l’intégralité des forêts de la terre… et après on fait quoi ? On attend que cela repousse ?

    Bref, peut beaucoup mieux faire au moins pour poser les vrais problèmes…

      +5

    Alerter
  • petitjean // 13.12.2020 à 17h10

    Va-t-on cesser de tourner autour du pot ?
    Quand il n’y a pas de vent, quand il n’y a pas de soleil, qui, quoi, va fournir de l’électricité aux particuliers, aux entreprises, aux hôpitaux, à nos écoles ? Qui, quoi ?
    Questions subsidiaires : qui conçoit et fabrique, les panneaux solaires et les éoliennes ? Et d’où viennent les matériaux qui composent ces matériels ?

      +4

    Alerter
    • eugeniegrandet // 13.12.2020 à 17h26

      les renouvelables n’ont de sens massivement développé qu’avec des batteries ou leur équivalent (barrage hydraulique.)
      Et pour l’instant pas encore de révolution techno dans ce domaine.
      Et je ne parle pas des enjeux sur les ressources nécessaires aux panneaux solaires, éoliennes et batteries.

        +1

      Alerter
      • Patrick // 13.12.2020 à 18h40

        En 2017 , l’Académie des Sciences avaient fait un calcul.
        Pour pallier les problèmes d’intermittence , en fonction des besoins actuels et des technologies actuelles , il faudrait installer 12 millions de tonnes de batteries en France !!

        https://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/lpdv_190417.pdf

          +1

        Alerter
        • eugeniegrandet // 14.12.2020 à 08h24

          c’est pour ça que je dis qu’en l’absence de breakthrough côté batteries, l’intermittence est l’enjeu insoluble à grande échelle des ENRi.

            +1

          Alerter
  • METZGER // 13.12.2020 à 17h44

    N’ayez crainte, j’ai essayé de poser des panneaux solaires pour absorber la base de ma consommation. Le nombre de bâtons dans les roues posés par des régiments de fonctionnaires regroupés en factions punitives : Cerfas, PLU, monuments historiques, frais additionnels, qualifications, Consuel… Tout est fait pour vous dissuader.

    Les seuls frais supplémentaires d’assurance obligatoire réduisent à néant les avantages espérés sur 20 ans… S’y ajoutent des tarifs exorbitants de professionnels peu ou pas qualifiés quand on a pas affaire à de vrais margoulins. Les associations de conseil se transforment en officines juridiques pour régler des différents en augmentation exponentielle.

    Transition Energétique et Croissance verte, deux oxymores trompeurs ne sont que les galères d’une absurdité bien Française. L’éthanol coûte plus d’énergie à fabriquer qu’elle n’en délivre, les panneaux solaires ne sont pas fabriqués avec du sable, mais avec du charbon et du quartz fondus à 1800 ° C , donc une immense libération de CO², bien que l’on promette que les actuels capteurs auront encore 85% de leur efficacité dans 100 ans, et que l’on va bientôt tout recycler… Espérons…

    Je vais plutôt réduire ma consommation, mes déchets, et continuer de planter des arbres…

      +6

    Alerter
  • RGT // 13.12.2020 à 18h01

    Ce documentaire résume parfaitement ce que je dis depuis des années, et vous pouvez aller lire mes commentaires passés pour en avoir la preuve.

    La voiture électrique n’est rien d’autre qu’un nouveau « business model », le nouvel eldorado qui permet à l’industrie de continuer à nous fourguer de l’obsolescence programmée polluante mais visible ailleurs, et qui finira toujours par nous retomber sur la gueule, les faits sont têtus.

    La SEULE solution pérenne consiste simplement à « réduire la voilure » en arrêtant de con-sommer de manière con-pulsive des produits dont nous n’avons pas une utilité absolue et de nous déplacer de manière mécanisée à la moindre occasion.

    Par contre, j’en connais pas mal qui se retrouveront face à l’inutilité de leur existence et au néant de leur activité, hormis celle de con-sommateur con-pulsif qui ne bosse que pour participer à la grande fête du slip de la destruction généralisée de notre environnement.

    Personnellement, je préfère aller dans la cambrousse (en vélo) contempler les rares êtres vivants qui parviennent encore à survivre plutôt que de passer mon temps libre à traquer les dernières « innovations » dans les centres commerciaux.

    C’est (à mon avis) largement plus instructif et bien moins nuisible.

    Et il n’est pas nécessaire de faire des milliers de kilomètres pour le faire : Il suffit simplement d’aller dans votre jardin (si vous avez la chance d’en avoir un) voire même sur votre balcon et passer votre après-midi à contempler une araignée dans sa toile…

    Bien plus intéressant qu’une émission de télé-poubelle, plus instructif et vous permettant d’appréhender le pourquoi de la biodiversité.

      +5

    Alerter
    • sab // 13.12.2020 à 20h38

      En fait, l’ecologie c’est très simple, il suffit de s’apauvrir, moins dépenser, moins consommer, moins de déchets, etc. Epargner son argent participe au financement l’economie. Le donner, c’est des dépenses pour d’autres personne.
      Or qui est prêt à demander une baisse de son salaire ? Personne.
      Le sympathisant ecolo moyen gagne plus que le salaire médian donc pollue plus que le smicard de base qui se contrefout de l’écologie. C te blague.
      En fait il n’y a pas de solution. Les énergies fossiles seront de toutes manières brûlées jusqu’à épuisement avec un retour progressif à une économie réellement soutenable, une économie type moyen-âge, d’ici 100 ou 200 ans.

        +1

      Alerter
      • Rgotfra // 13.12.2020 à 23h57

        Il existe une petite solution tout de même.
        Orienter ses choix d’achats vers un ratio carbone/euros moindre.
        Les secteurs les plus flagrant sont l’habitat (avoir un bien plus cher, plus petit et plus économe) et surtout l’alimentation : dépenser plus pour manger mieux.
        Mais, d’autres existent aussi (achats de CD plutôt que Netflix ; livres ; spectacles vivants – quand on pourra les reprendre, etc…)
        Ensuite, il restera en effet beaucoup moins d’argent pour les voyages en Nouvelle-Zélande et les achats d’écran géants.

          +1

        Alerter
  • ManuUK // 13.12.2020 à 20h31

    Les documentaires Arte…. Mais ce documentaire a été commandé par les lobbys pétroliers ou quoi ?

    Je ne sais pas, mais je trouve ce documentaire pas très rigoureux qui manque de crédibilité. Très peu pour moi. Je préfère regarder Jancovici qui est plus clair, plus argumenté et plus précis dans ses informations… Bref…

    https://www.youtube.com/watch?v=3GyOYNwk5AM

      +2

    Alerter
    • RGT // 16.12.2020 à 12h15

      « ce documentaire a été commandé par les lobbys pétroliers ou quoi ?  »

      D’après-vous, qui finance Arte ?

      L’état (via la « redevance » bien sûr), et donc cette chaîne (comme les autres chaînes « publiques ») est bien sûr sous le contrôle des politiques et de leurs « mécènes », pas de l’intérêt général de la population.

      La technique est bien rodée : Un peu de vaseline pour détendre les chairs et ensuite on « introduit » le message subliminal qui permet de faire passer les souhaits des commanditaires.

      Ce documentaire ne vaut pas mieux que son « concurrent » Hold-Up mais ne sert pas les mêmes lobbies.

        +0

      Alerter
  • Hippocampe // 14.12.2020 à 10h54

    L’empreinte écologique des « énergies renouvelables » va bien au-delà de la demande en « terres rares », mystère entretenu par et pour les gogos. Fausse dénonciation d’un système via la mise au jour d’un tout petit morceau du problème.
    Le seul impératif de connection de ces unités de productions dispersées, requiert du cuivre en sus du réseau existant de façon monstrueuse: à environ 5 tonnes de cuivre par MW solaire ou éolien, pour remplacer les productions actuelles par du renouvelable il faudrait (sans autre considération des lacunes de ces productions) doubler la production de cuivre mondial chaque année pendant 20 ans (20 millions de tonnes actuellement). Extraire ce supplément de cuivre nécessiterait aussi de l’énergie, soit, pour ces quantités au niveau mondial l’équivalent de…80 réacteurs nucléaires!
    L’énergie éolienne requiert, par unité d’électricité réellement produite, 8 fois plus de béton que le nucléaire, et le solaire 10 fois plus de métal. Béton de base, métal de base. Sans compter l’occupation des sols, 1000 fois plus que le nucléaire.
    Pour le solaire seul, en imaginant une pénétration de 25% du marché électrique pour un scénario 2°C en 2050 il faudrait -données Banque Mondiale- 500 000 tonnes d’argent métal quand la production annuelle est de…24000 tonnes!
    Tout ceci sans dire un mot de la stupidité de l’intermittence. Pour la compenser, il faut encore multiplier les métaux, comme le platine pour les piles à combustibles (voir Jancovici), plusieurs fois la production mondiale! Alors les terres rares, c’est l’arbuste qui cache l’Amazonie!

      +2

    Alerter
  • jp // 14.12.2020 à 11h54

    A propos d’une remarque sur la masse des voitures automobiles: Elles ont pris beaucoup de poids pour des obligations de sécurité passive en réponse à la montée en puissance et en vitesse et à l’immense développement de la circulation augmentant considérablement les risques de collision. Ainsi la remarquable 2cv ne pourrait être rediffusée de nos jours.
    A noter aussi qu’il faut aussi du poids pour tenir au sol. Aux 24h du Mans à l’époque de l’effroyable accident de Levegue, une voiture de course trop légère avait été soufflée par une formidable grosse Mercédès 300SL.

      +0

    Alerter
    • RGT // 16.12.2020 à 12h39

      Les vielles 2CV pesaient environ 400 Kg.
      À partir de la moitié des années 70, leur masse s’est vue fortement accrue (presque doublée) suite à l’apparition de nouvelles normes de sécurité, ce qui a nécessité de les équiper de moteurs plus puissants qui ont contribué a augmenter leur vitesse et surtout leur consommation.

      Les vielles 2CV consommaient 3 à 4 L/100 et atteignaient péniblement les 80/90 km/H.
      Les dernières 2CV pouvaient rouler à 130 km/H mais en consommant presque 3 fois plus.

      En attendant, de nombreuses très vieilles 2CV (< années 70) sont toujours "vivantes" et le jour où il n'y aura plus de pétrole il sera toujours possible de le faire rouler avec de l'alcool ou n'importe quel autre combustible léger, ce qui n'est pas le cas des dernières voitures "éco-responsables" qui nécessitent des carburants à haute performances qui deviendront de plus en plus difficiles à produire.

      Et ma "vieille guimbarde à mazout qui pue" (moteur 100% mécanique, qui n'a pas roulé depuis plus de 4 ans) peut aussi fonctionner parfaitement avec de l'huile végétale (Rudolf Diesel avait initialement conçu son moteur pour consommer ce carburant, ne l'oublions pas), ce qui n'est pas possible avec les "diesel verts" qui ont besoin d'urée (composé chimique très très toxique pour tous les êtres vivants) pour nettoyer leurs filtres à particule (et cracher des particules si fines qu'elles viennent se loger au fond des alvéoles pulmonaires, ce qui est bien plus dangereux) et d'un carburant purifié pour éviter de détruire les systèmes d'injection.

      C'est beau le "progrès".
      Tant que vous payez.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications