Les Crises Les Crises
12.décembre.202012.12.2020 // Les Crises

Climat : Novembre 2020 est le troisième mois le plus chaud des archives

Merci 54
J'envoie

Source : Global Climat, Johan Lorck

Avec +0,583°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, le mois de novembre 2020 est le 3e plus chaud des archives NCEP-NCAR.

Les réanalyses comme NCEP-NCAR intègrent de multiples observations dans un modèle permettant de suivre quasi quotidiennement l’évolution du climat. Les données sont donc immédiatement publiées, contrairement aux bilans mensuels des stations au sol. Les réanalyses permettent ainsi de se faire une idée des futures annonces des agences comme la NASA et la NOAA qui ne sont pas faites avant le milieu du mois suivant (en l’occurrence à la mi-décembre).

Le top 10 des mois de novembre les plus chauds

Avec +0,583°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, le mois de novembre 2020 est le 3e plus chaud des annales NCEP-NCAR, derrière 2015 et 2016. L’anomalie de température mondiale est en hausse par rapport à octobre 2020 (+0,48°C).

Top 10 des mois de novembre les plus chauds depuis 1948 (anomalies par rapport à 1981-2010). D’après NCEP-NCAR.

NCEP-NCAR affiche un biais froid depuis fin 2019. Un bilan global des archives sera présenté sur ce blog à mesure que tomberont les données des autres séries.

Les donnés satellitaires UAH pour novembre ont également été publiées. Elles montrent une anomalie de +0,53°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, la 2e plus élevée des archives pour un mois de novembre. UAH est l’archive qui affiche la tendance au réchauffement la moins nette (par rapport à la NASA, NOAA, RSS, ERA5…).

D’après le chercheur finlandais Mika Rantanen, un compte-rendu provisoire tiré des données journalières de la réanalyse ERA5 de dernière génération montre que la période du 1er au 25 novembre 2020 est la plus chaude des annales. Etant donné que NCEP et UAH n’affichent pas ces derniers mois les anomalies les plus élevées, on peut supposer, avec ces données préliminaires d’ERA5, que les autres agences (NOAA, NASA, RSS, Berkeley Earth) devraient placer le mois de novembre parmi les plus chauds, si ce n’est le plus chaud des archives.

On peut voir ci-dessous l’évolution de la température mondiale en novembre pour NCEP-NCAR avec une tendance de fond au réchauffement depuis 1948. Les mois de novembre se réchauffent au rythme de +0,121°C depuis 1948 avec une accélération à +0,223°C sur les 20 dernières années.

Anomalies de température mondiale en novembre par rapport à la moyenne 1981-2010. D’après NCEP-NCAR.

L’année 2020 à la quatrième place

Dans ce classement provisoire, les onze premiers mois de 2020 sont comparés à des années pleines. 2020 se situe pour le moment à la quatrième place des années les plus chaudes, sachant que le record de 2016 est en partie dû à un El Niño extrême. L’année 2019 a été marquée aussi par un petit El Niño.

Top 10 des années les plus chaudes depuis 1948. Anomalies par rapport à la moyenne 1981-2010. D’après NCEP-NCAR.

Les anomalies régionales en novembre 2020

Les températures des régions tropicales restent stables par rapport à octobre et les anomalies relevées par NCEP-NCAR sont à nouveau contrastées entre les deux hémisphères. L’hémisphère nord affiche la 2e anomalie des annales avec +0,943°C au-dessus de la période 1981-2010 tandis que l’hémisphère sud affiche +0,221°C, à la 13e place des archives seulement. L’Arctique flirte avec l’anomalie record de 2016 avec +4,28°C.

Des conditions La Niña sont actuellement présentes. D’après la NOAA, il y a 95% de chances pour que La Niña persiste au cours janvier-mars et 65% de chances pour qu’elle se maintienne au printemps.

Carte d’anomalies pour le mois de novembre 2020. D’après NCEP-NCAR.

+1,207°C en novembre 2020 par rapport à l’ère préindustrielle

On peut remonter plus loin dans le temps, en utilisant les archives de la NASA, et en retenant comme base la période 1880-1899 (représentative de la période préindustrielle). L’anomalie est de +1,207°C en novembre 2020, sous l’objectif le plus ambitieux de la COP 21 (+1,5°C).

Source : Global Climat, Johan Lorck, 02-12-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 12.12.2020 à 13h11

L’arithmétique voudrait que ce ne soit pas tout le monde justement mais que l’on agise d’abord au plus efficace. Par exemple qu’on arrête d’affrèter des superconteneurs qui polluent des comme des millions d’automobiles qui apportent des millions de tonnes de produits à durée de vie limitee fait pour un peu moins chers à l’autre bout du monde. Des frontières nationales des industries locales des produits chers (c ad à leur juste valeur TOUT compris (y compris les « charges » sur l’écosystème) mais increvables et à durée de vie tes longue, c’est plus efficace que tous les sparadraps pesudoecolos. Tant que la mondialisation sera là l’écologie sera une blague. Le « village global » est l’exact contraire de l’adaptation à l’environnement et de la résilience. Le village global c’est la mort.

46 réactions et commentaires

  • Gracques // 12.12.2020 à 08h41

    Toujours utile les piqures de rappel , mais ne pourrait on passer a la phase suivante ?
    Que faire ?
    Le SHIFT PROJECT dont Jancovici est un fondateur me parait une pepiniere d’idees et surtout de maniere de faire et qui s’adresse a une population ciblee d’entrepreneurs , sous qque forme que se soit et d’ingénieurs ….
    Ne pourrait on pas ici relayer leurs propositions ?

      +13

    Alerter
    • pseudo // 12.12.2020 à 09h13

      Par ailleurs, peut être que demain nos usines seront accolées à des espaces de culture, afin que ceux ci jouent à pleins leurs rôles d’absorbeur de carbone. ça bénéficierait aux culture, ça nous bénéficierait à nous. Finalement, dans le monde à re faire, tout ce que nous n’avons pas à produire nous mêmes, d’une manière ou d’une autre, est un problème de moins à gérer. C’est aussi moins de charge de travail. Autre sujet non abordé ici, car le remplacement des machines, c’est plus d’effort humain, hors les journées ne font que 24H, et qu’il faudra rationaliser la population au regard de l’ensemble des paramètres. Bref, va falloir faire marché la matière grise à pleine turbine, le problème n’est pas simple.

        +0

      Alerter
    • Bats0 // 12.12.2020 à 11h27

      Effectivement, je pense aussi que les-crises devrait prendre plus en considération le travail et les rapports de The Shift Project.
      Au mois de Mai de cette année, j’avais essayé d’interpeler l’équipe les-crises, sur le fait que l’Afep (Association française des entreprises privées; pratiquement le patronat du SBF 120, l’association la plus puissante en France concernant l’économie, voir la politique française) avait commandé un rapport sur le risque « climat »; comme quoi, même nos plus hauts responsables économiques s’inquiètent aussi du réchauffement climatique.
      https://theshiftproject.org/article/analyse-du-risque-climat-une-etude-du-shift-project-en-partenariat-avec-lafep/
      En Novembre 2019, communiqués de presse le l’Afep :
      https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2019/11/FINALCommuniqu%C3%A9-de-presse-Etude-Sc%C3%A9narios-Energie-Climat-07112019.pdf
      de The Shift Project :
      https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2019/11/Communiqu%C3%A9-de-presse-Shift-Project.pdf
      À l’époque, ma demande était restée sans suite, sûrement du fait qu’il y avait une actualité plus « chaude » concernant l’effet sanitaire de la Covid-19.

        +4

      Alerter
  • Pascalcs // 12.12.2020 à 09h12

    Je ne sais pas si un article supplémentaire sur le sujet du réchauffement a une quelconque importance.
    La seule question sur laquelle il serait bon d’avoir des articles suscitant une réelle dialectique est de savoir si oui ou non, nous, minuscules humains, pouvons infléchir l’évolution des températures.
    Au lieu de cela on nous assène des grands messes régulières sur le sujet accompagnées d’évangiles promettant l’enfer pour les impies.

      +10

    Alerter
    • dominique65 // 12.12.2020 à 10h13

      « si oui ou non, nous, minuscules humains, pouvons infléchir l’évolution des températures »
      Poser cette question, c’est ne pas vouloir voir que c’est nous-même qui faisons augmenter les températures, en tout cas en grande partie.

        +8

      Alerter
      • X // 12.12.2020 à 10h18

        C’est prouvé ça? Moi je croyais qu’on avait établi avec certitude que les températures augmentent mais que l’origine de cette augmentation faisait encore débat dans la communauté scientifique.

          +11

        Alerter
        • Pong // 12.12.2020 à 11h38

          > »… l’origine de cette augmentation faisait encore débat dans la communauté scientifique. »

          J’avoue que ça continue à faire peur de lire ça. En 2020.
          Non, trois fois, cent fois, mille fois non, il n’y a PLUS de débat scientifique sur cette question depuis des années comme cela a été de très nombreuses fois rappelé sur ce même blog. Le problème est réglé, la question est tranchée et le consensus est d’un niveau exceptionnel dans la communauté scientifique. De l’ordre de 98% de mémoire. Pas la place ici de déployer une argumentation.
          Je vous invite à lire par exemple « La fabrique du mensonge » de Stéphane Fou art pour vous en convaincre.

            +17

          Alerter
    • X // 12.12.2020 à 10h14

      J’ai entendu récemment Dominique Boug (dans un journal de la mi-journée sur France Culture) qui disait tranquillement que les millions d’électeurs républicains étaient coupables de tentative de meurtre, meurtre par contamination au Covid et par le climat. Je ne mets pas de guillemets car je ne peux pas reproduire exactement ses mots mais il a prononcé le mot « coupable ». Les coupables de meurtres de masse, à Nuremberg, on les a pendus…

        +6

      Alerter
      • Alfred // 12.12.2020 à 13h04

        Qui est ce fachiste que je ne connaissais pas?
        Va t il organiser des sonderkommando contre les ploucs et les rednecks à zigouiller pour cause d’ecocide ?

          +7

        Alerter
    • David D. // 13.12.2020 à 15h22

      Le seul consensus scientifique que j’ai pu lire était qu’il n’était pas exclut que l’homme puisse changer le climat. Or comme les enregistrements des températures passées sont régulièrement « ajustés », la preuve est faite que l’homme peut changer le climat

        +3

      Alerter
  • M_a_n_u // 12.12.2020 à 09h48

    Sans oublier que même s’il fallait faire quelque chose, ça n’est pas aux « petits » de faire les efforts : https://www.partage-le.com/2015/03/26/oubliez-les-douches-courtes-derrick-jensen/

      +7

    Alerter
    • Pong // 12.12.2020 à 11h40

      Je crains fort que ce ne soit à tout le monde. C’est une question bêtement arithmétique et c’est bien triste mais avec l’arithmétique, on ne fait pas ce qu’on veut.

        +4

      Alerter
      • Alfred // 12.12.2020 à 13h11

        L’arithmétique voudrait que ce ne soit pas tout le monde justement mais que l’on agise d’abord au plus efficace. Par exemple qu’on arrête d’affrèter des superconteneurs qui polluent des comme des millions d’automobiles qui apportent des millions de tonnes de produits à durée de vie limitee fait pour un peu moins chers à l’autre bout du monde. Des frontières nationales des industries locales des produits chers (c ad à leur juste valeur TOUT compris (y compris les « charges » sur l’écosystème) mais increvables et à durée de vie tes longue, c’est plus efficace que tous les sparadraps pesudoecolos. Tant que la mondialisation sera là l’écologie sera une blague. Le « village global » est l’exact contraire de l’adaptation à l’environnement et de la résilience. Le village global c’est la mort.

          +17

        Alerter
        • Bouddha Vert // 12.12.2020 à 23h24

          Cela fait malheureusement bien longtemps que l’adage qui veut que « le prix de la qualité s’oublie avec les années » n’habite pratiquement plus aucune tête.
          Vous ne changerez pas le système sans changer les consommateurs qui l’entretiennent également.

          Hormis la déplétion qui nous forcera tous à la diète, le meilleur des moyens est de s’engager dans une proposition alternative sobre qui finisse par inspirer, faire envie au plus grand nombre, mais c’est pas facile d’organiser le village local et ses petits réseaux.

            +3

          Alerter
    • geedorah // 12.12.2020 à 14h02

      tout à fait!
      quand certaines personnes prennent leur jet comme certains prennent le bus. ou que certains vont au lubéron quand d’autres prennent leur yacht pour voguer au grès de leur humeur, y a pas photos… ils sont qq milliers et ils polluent comme des millions.

        +2

      Alerter
      • Bouddha Vert // 12.12.2020 à 23h17

        Même si l’attitude de certains est tout à fait immorale, antisociale il est totalement aberrant d’affirmer que « ils sont qq milliers et ils polluent comme des millions ».
        Un peu d’arithmétique laisserait entendre que certains français polluent 1000 fois plus que d’autres!
        Sur le territoire national c’est absolument impossible car polluer comme 1000 smicards doit être matériellement possible par une poignée de nantis.
        En revanche sur la planète, les millions de smicards français polluent autant que le milliard de l’humanité la plus pauvre, raison pour laquelle la diète devrait concerner tout Français et plus particulièrement les riches.

          +2

        Alerter
  • Come Back // 12.12.2020 à 10h47

    Plus grande crise depuis 1929, aucun impact positif sur le CO2 et les températures.
    Cela ne questionnerait pas sur l’unique origine du réchauffement selon le GIEC, c’est à dire les activités humaines ?
    Ca va être compliqué de réduire encore plus les activités que pendant COVID, ou alors à quel prix .

      +6

    Alerter
    • Bats0 // 12.12.2020 à 11h49

      « Plus grande crise depuis 1929, aucun impact positif sur le CO2 et les températures. »
      Selon le bilan annuel du Global carbon project (GCP), les émissions mondiales de CO2 fossiles sur l’année ont baissé de 7% :
      https://www.geo.fr/environnement/baisse-record-des-emissions-de-co2-de-7-en-2020-liee-covid-19-203117
      Et selon Jancovici, il faudrait une Covid-19 tous les ans afin d’essayer à stabiliser le réchauffement climatique dû aux émissions des gaz à effet de serre.
      Le nuage dû à la pollution avait pratiquement disparu selon les observation satellitaires de la NASA au dessus de la Chine au mois de Mars; je ne serais pas étonné que ce nuage se soit reconstitué à l’heure actuelle.
      L’économie mondiale étant basée sur la consommation, je pense que tôt ou tard, nous nous apercevrons que nous sommes dans une impasse, et qu’il est pratiquement impossible de faire marche arrière, si ce n’est de prendre conscience de la place que nous avons dans notre environnement, et quel est notre rôle au sein de cet écosystème.

        +2

      Alerter
    • Pong // 12.12.2020 à 11h50

      Pas d’impact sur le CO2 ?
      D’où sortez vous cette affirmation ? C’est tout à fait faux. Les émissions de CO2 on baissée de 7% en 2020, du jamais vu.
      Quant à l’impact sur les températures, ah pour sûr, il n’y en pas mais c’est tout simplement parce que, compte tenu de l’inertie du système, l’évolution des températures des 20 prochaines années est scellée quoique nous fassions.

        +7

      Alerter
    • Alfred // 12.12.2020 à 13h15

      Un peu d’inertie dans le système terre quand même ?

        +1

      Alerter
  • Toto // 12.12.2020 à 10h52

    En tout cas pas chez moi… ça fait un moment qu’on est à 3 ou 4 degrés sous les moyennes saisonnières… le premier confinement aussi n’a pas été très chaud … quand à l’été j’ai pu survivre sans clim… je suis dans le sud de la France…

      +4

    Alerter
    • RGT // 12.12.2020 à 11h05

      On parle du réchauffement GLOBAL.

      Quand le climat se dérègle, il est AUSSI possible qu’une chaleur importante bloque les mouvements d’air (effet anticyclone) et entraîne dans une zone géographique particulière (micro-climat) une baisse locale des températures.

      Par contre, ça n’empêche pas les autres régions de subir des hausses dramatiques de températures de plusieurs degrés qui rendront ces zones inhospitalières.

      Ne regardez pas votre nombril.. Regardez TOUT votre organisme ce qui vous permettra de déceler un cancer ou une gangrène qui vous ronge les pieds.

        +5

      Alerter
    • Pong // 12.12.2020 à 11h54

      Où ? Vous avez des chiffres ?
      Sans même évoquer le fait qu’une baisse locale ne signifierait rien quant au phénomène local, je prends le pari que les mesures infirment ce que vous dites.

        +2

      Alerter
  • Gleux // 12.12.2020 à 11h09

    En quoi la période 1880-1899 est représentative de la période préindustrielle ?
    D’une part l’ère industrielle était déjà commencée depuis environ un siècle, on est donc plus proche de la moitié de l’ère industrielle entre le début est aujourd’hui. Si c’est pour dire que la pollution était minuscule par rapport à aujourd’hui, elle était déjà énorme par rapport à un ou deux siècle plus tôt.

      +3

    Alerter
    • Bouddha Vert // 12.12.2020 à 23h45

      Tout à fait mais fin XIXème les émissions de GES humaines mondiales ne sortaient pas du bruit de fond que pouvait représenter un gros incendie ou un dégazage naturel de méthane.
      Désormais nous sommes une force géologique dont l’emprunte se lit et se lira dans les sédiments, entre autre.

      En 1860 le monde extrayait à peine 100 millions de tonnes de charbon, aujourd’hui ce ne sont pas moins de 3,5 milliards de tonnes, ne parlons pas du pétrole ni du gaz cela ne s’exploitait pas!

        +3

      Alerter
      • gracques // 13.12.2020 à 08h57

        Et puis c’est à cette époque que l’on commence à avoir des mesures à la fois fiables et globales de la’température , sans avoir besoin de trop les recalibrer ….. même si il faut le faire un peu .

          +2

        Alerter
  • RGT // 12.12.2020 à 11h21

    La seule communication officielle concerne uniquement les « bienfaits » qui peuvent profiter à « nos » élites (élues ou non, les non élues faisant la pluie ou le beau temps).

    Le dérèglement climatique est monté en épingle lorsqu’il s’agit d’aller surtaxer les carburants fossiles nécessaires pour les « gueux » afin qu’ils se rendent à leur travail (du latintripaliare, signifiant « torturer ») mais pas trop pour ne pas pénaliser le « business ».
    Fort rémunérateur pour les caisses de l’état, mais ces taxes ne seront sûrement pas utilisées pour lutter efficacement contre ledit réchauffement.

    Par contre, les principales causes de pollution (effet de serre ou non) ne sont surtout pas évoquées ni prises en compte car il ne faut surtout pas aller « plomber le PIB ») et tuer la poule aux œufs d’or.

    Tout notre système économique est basé sur le profit à court terme et comme pour l’instant le statut quo est largement plus rentable que des mesures drastiques efficaces ne nous attendons surtout pas à un réveil des consciences de « nos » élites.

    Le jour où la situation deviendra réellement intenable et qu’il faudra absolument changer de « business model » je peux vous garantir que des « grands esprits » sortiront de leur chapeaux des solutions fort coûteuses (mais pas pour tout le monde) afin que les gueux subventionnent (sans restrictions) la lutte contre les crimes passés (uniquement commis par les gueux d’ailleurs) et qu’un nouveau « business » de « nettoyage » permette d’engranger les profits.

    Comme pour les guerre : On casse tout, et ensuite on reconstruit.

    Et ce sont bien sûr les gueux qui payent encore et toujours.

      +6

    Alerter
    • Kiwixar // 12.12.2020 à 12h45

      « Tout notre système économique est basé sur le profit à court terme »

      Je ne pense pas que ce soit le problème, car finalement un % assez faible de la population possède des actions donc recherche les dividendes. Je pense que le problème est qu’on est TOUS accros au CONFORT. Pour 80% des Français, un confort que n’aurait pu rêver un empereur romain. Une température confortable à la maison en hiver, et même la clim en été. Pas besoin de pédaler pour se déplacer ou monter/descendre les vitres. Escalators, ascenseurs. Salubrité (réseau d’eau, eaux usées). Voitures lourdes, bien insonorisées, renforcées. Des aliments venant des 4 coins de la planète (agneau de NZ, quinoa, fraises etc). Des pyramides de jouets pour les enfants. Les télés 4k, 8k etc.

      Quand on a goûté au confort, comment s’en passer de son plein gré, et pour le bien des générations futures?

        +11

      Alerter
      • JBB // 12.12.2020 à 22h36

        Tous les salariés du monde ( sauf les Français) financent leur retraite via des fonds de pensions et donc grâce aux dividendes…

          +0

        Alerter
        • john // 12.12.2020 à 22h49

          Financer sa retraite avec des placements en bourse (et plus plus particulièrement en actions) est excellent si et seulement si il existe une distribution constante des dividendes et/ou que le cours des actions ne s’effondrent pas. Est-ce toujours le cas ? Sera-ce toujours le cas ?

            +0

          Alerter
      • Véro // 13.12.2020 à 08h26

        80 % des français ? Sûrement pas. Le niveau de vie médian par foyer doit être aux alentours de 20000 euros. Ce n’est donc pas la majorité qui peut par exemple s’offrir des vacances aux sports d’hiver, un séjour aux usa ou ailleurs au moins une fois par an, ou un hiver confortable chez lui avec une température homogène d’au moins 22 ou 23 degrés, ou un smartphone dernier cri tous les ans, etc etc

          +3

        Alerter
    • Véro // 13.12.2020 à 08h29

      Tout-à-fait. Et l’écologie c’est pratique. Ça permet de préserver les inégalités sous couvert de bons sentiments.

        +3

      Alerter
  • Croz // 12.12.2020 à 11h33

    Première caractéristique d’une propagande, comme le rappelait @Alfred : tous les médias vont dans le même sens, pour matraquer une seule vérité. Deuxième caractéristique : les voix discordantes sont censurées, après avoir été disqualifiées comme hérétiques, complotistes, criminelles, etc.

      +10

    Alerter
    • VVR // 12.12.2020 à 14h29

      La première caractéristique d’une propagande, c’est une rhétorique ou l’on prend ouvertement l’interlocuteur pour un idiot. Par exemple quand on balance des chiffres sans donner le moindre contexte en sous entendant qu’il veulent tout dire. Et c’est très exactement ce que vous faites dans le poste suivant.

      Il fait -8° a Moscou, je n’en doute pas. Mais pourquoi prendre la mesure d’aujourd’hui, pourquoi ne pas prendre les 7 derniers jours, et comparer à ce qui était mesuré dans les années 70, 80, 90, 2000 ? Et c’est la toute la force de la propagande: votre affirmation, qui consiste juste a trouver trois chiffres qui vous arrangent même si ils ne veulent absolument rien dire, vous a demandé 3 minutes, la mettre en contexte, c’est dire trouver les séries longues et les exploiter, prendrait des heures.

        +3

      Alerter
  • Croz // 12.12.2020 à 11h40

    En attendant, il fait en ce moment – 8°C à Moscou, – 21°C à Harbin, – 47°C à Iakoustk. Trois villes situées dans des régions colorées par diverses nuances de rouge sur la carte de M. Lorck.

      +4

    Alerter
    • Kiwixar // 12.12.2020 à 12h57

      Oui, mais les commentaires météorologiques locaux ne font pas avancer le schmilblik climatique global.

      Alors :
      1) on nie le problème ce qui nous permet de conserver notre confort moral en plus du confort matériel que n’auront pas les générations futures?
      2) tant pis pour les générations futures, elles n’avaient qu’à pas venir après? (on conserve notre confort matériel sans rien changer, mais on est gênés aux entournures de cramer le biotope)
      3) on change radicalement le mode de vie des 90% du bas pendant que les 10% du haut conservent leur confort inchangé?
      4) on change le mode de vie de 100% de la population?

        +1

      Alerter
      • Croz // 12.12.2020 à 16h20

        Vous savez, Kiwixar, mon confort est assez réduit. Il fait 14°C dans mon appartement. Je n’ai pas de voiture et je n’ai pris l’avion que trois fois dans ma vie, alors que j’aurai bientôt 55 ans.

        Le froid est bien installé en Russie et dans le nord de la Chine depuis quelques semaines. Je connais parfaitement la différence entre météo et climat. Mais je m’étonne un peu de la sélection des faits opérée par les multiples prophètes du réchauffement planétaire.

        Ils prédisaient en 2007 que la banquise arctique aurait disparu en été « dans sept ans » : faux. Ils ont clamé le recul marqué de cette banquise à l’été 2012 : vrai. Mais lorsque la banquise antarctique a marqué une avancée hivernale jamais vue, en 2014, leur réponse fut : le silence.

          +8

        Alerter
        • VVR // 12.12.2020 à 18h58

          Il y aussi des erreurs de prédictions qui ne vont pas dans votre sens: le GIEC ne prévoyait pas de fonte du permafrost canadien avant 2090. Il a commencé l’an dernier.

          Ce qui permet mettre en avant que si modéliser le climat est déjà difficile alors qu’on l’observe sous toutes ses coutures depuis des decenies, prédire les effets d’un réchauffement est impossibles.

          Pour l’Antarctique, Il y a seulement un an on n’avait aucune mesure fiable de l’épaisseur de la banquise. On n’a donc aucune idée de ce que la progression régulière de 0.9% par an de sa superficie depuis 1979 peut signifier au niveau de sa masse. Mais 2014 n’était pas exceptionnelle, juste la dernière année au dessus de la moyenne.

          L’Arctique lui a connu son minimum historique cette année.

            +2

          Alerter
          • Croz // 12.12.2020 à 20h00

            Merci pour votre courtoisie, même si nous ne sommes pas d’accord. Vous savez, je n’ai pas la prétention d’avoir raison : « La Terre au Seigneur appartient / Tout ce qu’en sa rondeur contient » (Psaume 24, dans sa traduction du XVIe siècle).
            La progression régulière de la banquise antarctique que vous évoquez ne laisse pas d’interroger, néanmoins, car il s’agit d’un indice de court terme, contrairement à l’évolution des glaciers de montagne et des inlandsis.

              +2

            Alerter
    • LibEgaFra // 12.12.2020 à 23h39

      -8°C à Moscou en décembre… mais… ce n’est pas froid du tout. Surtout que dans la semaine qui suit les températures vont flirter avec le zéro degré. Plutôt que de vous intéressez à la météorologie, demandez à vos connaissances russes qu’elles nouvelles plantes sont mises en cultures et supportent aujourd’hui l’hiver, alors qu’il était encore impossible de les cultiver il y a 20 ans.

        +2

      Alerter
  • Macarel // 12.12.2020 à 18h25

    C’est tout le système économique qu’il faudrait revoir de la cave au grenier !!!

    Aucun homme politique ne s’y attaquera, car s’il le fait il est mort électoralement.

    Je vous laisse tirer la conclusion qu’il vous plaira…

      +4

    Alerter
  • METZGER // 13.12.2020 à 01h50

    Plus personne ne conteste la gravité du problème. A la rigueur, certains doutent de l’origine humaine du phénomène. Ce qui m’étonne, c’est la pédagogie culpabilisatrice vers les bénéficiaires d’un confort inégalé, ( Kiwixar ), et qui ne comprend pas pourquoi il devrait cesser de commander sur Aliexpress ou Amazon et manger des fruits hors saison.

    Si on essayait plutôt de voir clairement comment redresser la barre et quels avantages en tirer ? Tout le monde ne peut se payer une voiture électrique mais on peut installer quelques panneaux solaire ? Peut-on discuter calmement avec un écologiste et lui soutenir que la sortie du nucléaire ne pourra se faire que par le thorium ? Est-il un intervenant qui soit capable de donner des solutions raisonnables sans idéologie et sans hystérie ? Peut-on renoncer à l’avion dans notre société de bougisme géneralisé ?

    Ce débat fondamental sur l’avenir de nos enfants est parasité par une grande glaciation des esprits, un flot ininterrompu d’images démoralisantes, et par des erreurs de prévision démobilisatrices. J’attends toujours un article clivant plein d’espoir, qui parle des solutions et pas des problèmes. La chine voit à 40 ans sa sortie des énergies fossiles. Comment ? Y croyez-vous ?

      +0

    Alerter
    • gracques // 13.12.2020 à 09h12

      C’est précisément pourquoi je citais le SHIFTPROJECT , eux proposent , des solutions en prenant en compte le maximum de leurs ‘effets sur le système écologique et économique , ils sont à la fois pratiques , concrets et systémiques …..mais forcément très ‘planistes’ et ça ça , ça suppose des prises de décisions politiques s’imposant aux forces économiques…. pas encore dans’l’air du temps……mais ça viendra , de gre ou de force , voir la,Chine qui imposera son modèle , de part sa réussite même.
      Le choix est , quelle sera la forme de l’état non libéral ? Démocratique ou totalitaire ? Questions qui se sont déjà posées après la crise de 29….

        +0

      Alerter
      • LibEgaFra // 13.12.2020 à 11h25

        « Le choix est , quelle sera la forme de l’état non libéral ? Démocratique ou totalitaire ? Questions qui se sont déjà posées après la crise de 29…. »

        Aucun Etat n’est démocratique. Le peuple abandonne sa souveraineté à chaque élection. Et quand le peuple décide souverainement de ne pas adhérer à un traité (2005!), la décision du peuple est rapidement mise à la poubelle.

        Et l’histoire ne repasse pas les plats. L’arme nucléaire n’existait pas à l’époque. Mais il est vrai qu’actuellement la menace pour la paix vient également d’un pays impérialiste qui vise la domination mondiale.

          +1

        Alerter
    • LibEgaFra // 13.12.2020 à 11h13

      « La chine voit à 40 ans sa sortie des énergies fossiles. Comment ? Y croyez-vous ? »

      La question n’est pas d’y croire, mais d’agir avec une vision sur le long terme, alors que nos sociétés n’anticipent que trimestre après trimestre à moins que ce ne soit, au niveau politique, que jusqu’à la prochaine élection décisive. En France – qui est une dictature – la seule élection décisive est l’élection présidentielle.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications