Les Crises Les Crises
6.septembre.20206.9.2020 // Les Crises

Montée des océans : l’Asie et le Moyen-Orient sont bien plus menacés que nous le pensions

Merci 1782
J'envoie

Source : RollingStone

Une étude sur la montée du niveau des océans révèle que certaines parties de l’Asie et du Moyen-Orient sont bien plus menacées que nous le pensions.

De temps en temps, les climatologues publient une nouvelle étude qui précise à quel point la crise climatique est grave pour des millions de personnes dans le monde. L’un de ces articles a été publié dans Nature Communications par des scientifiques de Climate Central. L’article corrige ce qui était avant tout une erreur dans les données des calculs précédents quant au nombre de personnes qui sont exposées au risque d’une montée des eaux.

Selon cette analyse, environ trois fois plus de personnes risquent d’être submergées par la montée des eaux que ce qui avait été rapporté précédemment – 150 millions de personnes vivent maintenant sur des terres qui se retrouveront en dessous des zones de pleine mer d’ici 2050. Et c’est un scénario optimiste, où le réchauffement est contenu à 2°C et où les calottes glaciaires ne s’effondrent pas dans un avenir proche. Dans un scénario plus pessimiste, les chiffres doublent pour atteindre 300 millions de personnes submergées d’ici 2050. Cela équivaut à peu près à toute la population des États-Unis submergée au cours des trois prochaines décennies.

L’étude révèle qu’environ 70 % des personnes actuellement à risque se trouvent dans huit pays asiatiques : Chine, Bangladesh, Inde, Vietnam, Indonésie, Thaïlande, Philippines et Japon. Dès 2050, la majeure partie du Sud Vietnam pourrait disparaître à marée haute, ce qui mettrait 20 millions de personnes sous l’eau. En Thaïlande, 10 % de la population vit sur des terres qui seront inondées, contre 1 % actuellement. Une grande partie de Bangkok et de Mumbai [anciennement Bombay, NdT], deux centres financiers d’Asie qui abritent des dizaines de millions de personnes, risque d’être inondée dans les décennies à venir.

Pourquoi cette importante réévaluation de notre perception du risque d’élévation du niveau de la mer ?

Jusqu’à présent, le calcul du risque d’élévation du niveau de la mer dépendait largement de deux variables : premièrement, la vitesse à laquelle les émissions de carbone continueront d’augmenter, ce qui affecte la vitesse à laquelle le climat continue de se réchauffer ; deuxièmement, la réactivité des glaciers à cette augmentation, particulièrement dans la région occidentale de l’Antarctique qui représente la variable des projections futures en ce qui concerne la montée des océans (il en est beaucoup plus question dans The Big Melt, un nouveau livre audio sur ma dernière expédition en Antarctique). [La grande fonte : ouvrage non traduit, NdT]

Cependant, une des variables largement négligée est la hauteur réelle des terres le long des côtes, ainsi que le nombre de personnes qui y vivent. Après tout, lorsqu’il s’agit de l’élévation du niveau de la mer, ce qui importe, ce n’est pas seulement la hauteur de l’eau, mais aussi la hauteur de la terre qui se trouve au niveau de l’eau. Trois pieds [91 centimètres, NdT] d’élévation du niveau de la mer dans le sud de la Floride, qui est une région basse, plate et densément peuplée, auront un impact beaucoup plus important que 3 pieds d’élévation le long de la côte élevée, rocheuse et peu densément habitée de l’Oregon et du Maine.

Cela fait des années que les scientifiques savent que les mesures de relief des côtes sont approximatives. Les altitudes sont basées sur les données de la mission Endeavor de la navette spatiale de 2000, qui a utilisé un radar spatial pour créer une carte topographique du monde civilisé (l’Arctique et l’Antarctique en étaient omis). Cela a bien fonctionné dans certaines régions, mais le radar a souvent mal interprété la partie supérieure des bâtiments et la cime des arbres en les prenant pour la surface des terres, ce qui a entraîné des mesures altimétriques qui étaient décalées de 10 pieds ou plus [3 m et plus, NdT]. Et c’est un vrai problème lorsque l’on essaie de calculer le risque d’inondation, où même 6 pieds d’altitude entraînent de grandes conséquences. [1,8 m, NdT]

Aux États-Unis, en Europe et en Australie, les problèmes de mesure de la hauteur des côtes ont été corrigés grâce au LIDAR (Light Detection and Ranging), qui est en fait une méthode pour tirer au laser depuis un avion pour mesurer le contour du sol. C’est beaucoup plus précis que les radars spatiaux, mais c’est aussi coûteux et prend beaucoup de temps.

Mais il n’existait pas de données LIDAR accessibles au public pour l’Asie, l’Afrique et le Moyen-Orient, ce qui rendait difficile pour les scientifiques le calcul précis des risques d’élévation du niveau de la mer dans ces régions. C’était particulièrement un problème en Asie, où la région est basse et plate et où la végétation dense permettait de confondre facilement la cime des arbres avec la terre qui se trouvait au-dessous.

« Dès 2014, nous savions que les données topographiques conduisaient à une forte sous-estimation du risque d’élévation du niveau de la mer », explique Ben Strauss, coauteur de ce rapport.

« Nous avons passé quelques années à chercher de meilleures données. Puis, il y a trois ans, nous avons perdu patience. Au lieu d’attendre de meilleures données, nous avons décidé de le faire nous-mêmes. »

Strauss et Scott Kulp, informaticien à Climate Central, ont en substance trouvé un moyen pour recourir à l’intelligence artificielle afin d’imiter le travail du LIDAR. Nous avons examiné 50 millions de points de données sur la côte américaine et avons dit à l’ordinateur : « Voici l’altitude, voici ce que le radar de la navette spatiale pense que la donnée représente, et donc fais un modèle qui répare l’erreur ». Strauss et Kulp ont comparé leur modèle aux données d’autres régions des États-Unis et de l’Australie, où ils disposent de données altimétriques précises et ont découvert le modèle d’IA (connu sous le nom de CoastalDEM) qui pouvait faire la correction précise des altitudes et à certains endroits cela allait de 10 pieds (3 m) à 1 pouce (2,5 cm).

Lorsqu’ils ont réanalysé les données de la navette spatiale avec le nouveau modèle, les résultats ont été étonnants. Et pas dans le sens positif du terme.

D’une part, Strauss et Kulp ont découvert que les variations au niveau des risques dues à des erreurs antérieures dans les données altimétriques « dépassent les effets combinés du niveau des émissions, du comportement de l’Antarctique, et de l’intégration des inondations annuelles, évalués en utilisant [les données de la navette spatiale] ». En d’autres termes, une simple correction des données altimétriques a éclipsé tout calcul de l’élévation du niveau des océans résultant de la quantité de combustibles fossiles que nous consommons, ou de leur augmentation si les grandes banquises deviennent aussi fragiles que certains scientifiques le craignent.

Par exemple, l’analyse précédente des risques d’inondation à l’aide des données de la navette spatiale, dans le cadre de scénarios d’émissions élevées et d’instabilité en Antarctique, a révélé que 95 millions de personnes vivront sous la ligne de haute mer moyenne en 2100. Dans la nouvelle analyse, même avec un scénario de faibles émissions et des calottes glaciaires relativement stables, 190 millions de personnes vivront sous la ligne de flottaison.

En d’autres termes, avec ces nouvelles données, même le meilleur scénario concernant les risques d’inondation futurs est deux fois plus mauvais que le pire scénario précédent.

Les nouvelles ne sont pas toutes mauvaises dans cette étude. En positif, Strauss et Kulp ont constaté que 110 millions de personnes vivent déjà dans des zones situées sous le niveau de pleine mer, principalement derrière des digues et autres barrières. « Cela me laisse un certain espoir quant à notre capacité d’adaptation », dit Strauss, bien qu’il souligne également que ces barrières et digues ne seront probablement pas suffisantes à mesure que le niveau de la mer montera en flèche dans les années à venir.

Aussi importante que puisse être cette étude, dit Strauss, « ce ne sont pas des résultats définitifs ». De nouveaux satellites dotés d’une meilleure technologie seront lancés au cours des prochaines années, ce qui ouvrira la voie à des mesures altimétriques plus précises depuis l’espace. Et l’étude ne tient pas compte de la nature dynamique de la terre elle-même, comme l’érosion qui se produit lorsque la mer monte. Ou le fait que, dans de nombreux endroits, les terres s’enfoncent rapidement, souvent à cause du pompage des eaux souterraines.

L’étude fait également abstraction du fait que l’élévation du niveau de la mer n’est pas la même partout. Par exemple, de 2011 à 2015, une étude coécrite par Andrea Dutton, lauréate du prix MacArthur, a révélé que les mers ont augmenté trois fois plus vite que la moyenne mondiale sur certaines parties de la côte atlantique, en partie à cause des impacts d’El Niño.

Comme la plupart des sciences du climat fondées sur des données, la chose la plus importante que l’étude laisse de côté est l’élément humain. Elle ne tient pas compte du type de nouvelles défenses qui pourraient être construites pour se protéger contre la montée des eaux – murs, barrières, digues. Ou comment les gens pourraient s’adapter d’autres manières, avec des canaux de type Venise ou des structures flottantes.

Elle ne tient pas compte non plus des facteurs politiques et économiques, tels que la rapidité avec laquelle la valeur des propriétés diminuera à mesure que le risque d’inondation augmentera et l’impact que cela aura sur les recettes fiscales et les administrations locales. Ou à quel point les gens se battront pour rester sur leur terre en voie de submersion, même s’il est plus sensé de fuir. Ou, plus important encore, combien de millions de personnes seront déplacées, et où elles iront, et comment elles seront traitées par les gens qui vivent sur des territoires plus élevés.

Il est impossible de penser à la submersion du sol sous les pieds de centaines de millions de personnes et de ne pas penser aux misères, à la souffrance, à la guerre. En fin de compte, le véritable facteur X de cette étude n’a rien à voir avec l’élévation du sol ou la montée des mers, et tout à voir avec les vastes mystères du cœur et de l’esprit humains.

Source : RollingStone

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Ovni de Mars // 06.09.2020 à 10h57

Vous en êtes sûr ? ou c’est une affirmation gratuite ?

En tout cas, ceux qui sont très probablement grassement payés sont les promoteurs médiatiques de l’absence de dérèglement climatique. Et à la différence des organismes publics, l’origine de leur financement peut être soigneusement dissimulée :

https://www.scientificamerican.com/article/dark-money-funds-climate-change-denial-effort/

32 réactions et commentaires

  • Pierre Darras // 06.09.2020 à 08h22

    Ce qui est pénible, c’est qu’on ne collecte pas les prévisions de ce type pour les contrôler à échéance.
    Depuis 1990, il y a eu beaucoup de prévisions à échéance avant 2020.
    Il serait bon de les passer en revue pour en évaluer la credibilite A POSTERIORI.
    Mais évidemment, non, les mêmes zozos et organismes grassements financé peuvent prédire n’importe quoi. Ça n’arrive jamais, mais ils continuent et son grassement payés pour.

      +55

    Alerter
    • Ovni de Mars // 06.09.2020 à 10h57

      Vous en êtes sûr ? ou c’est une affirmation gratuite ?

      En tout cas, ceux qui sont très probablement grassement payés sont les promoteurs médiatiques de l’absence de dérèglement climatique. Et à la différence des organismes publics, l’origine de leur financement peut être soigneusement dissimulée :

      https://www.scientificamerican.com/article/dark-money-funds-climate-change-denial-effort/

        +16

      Alerter
      • hubert // 10.09.2020 à 18h32

        Non cela se réalise au contraire . Les îles Andaman sont toujours là et bien là et dans cent ans elles le seront encore . Elles ne seront pas englouties par la montée des eaux car cela fut prédit et la prédiction ne s’est pas réalisée .

          +0

        Alerter
    • Parajo de fuego // 06.09.2020 à 11h44

      Les modélisations peuvent avoir un caractère prédictif, mais ne peuvent être considérées comme l’alpha et l’oméga de toute méthode scientifique, sachant que le site mentionné ne semble pas être une référence sûre. Il serait utile de faire des comparaisons entre des prévisions par modélisation et la réalité par exemple sur une période de 30 ans ou plus. Un exemple parmi d’autres, à Rufisque dans la banlieue de Dakar le trait de côte a reculé d’environ une centaine de mètres en un siècle et l’érosion menace le centre historique de la ville. Certes la rehausse du niveau des mers peut amplifier le phénomène, mais ce recul est historique bien avant que les conséquences du réchauffement climatique ne soient décelables. Et nous avons des problèmes similaires en France, comme à Soulac sur mer en Gironde, sur la côte vendéenne, dans l’Île de Ré, sur la côte languedocienne, etc.. L’erreur historique a bien souvent été de transformer des villages de pêcheurs en unités urbaines allant jusqu’à des métropoles les pieds dans l’eau. Quant aux prévisions les plus alarmistes, ce n’est pas le changement climatique qui tuera la civilisation actuelle mais plutôt le problème insoluble de la perte d’accès aux ressources naturelles de basse entropie (lire ou relire Nicholas Roetgen Georgescu, un des précurseurs de la décroissance ou encore plus récent des auteurs comme Matthieu Auzanneau, Philippe Bihouix, Aurélien Barreau, etc.).

        +7

      Alerter
    • gracques // 06.09.2020 à 14h40

      Je ne sais pas si les premiers travaux collectés par le GIEC ‘faisaient des previsions’ et surtout à 30 ans …. ce que je sais c’est qu’aucune des recensions des travaux publiés depuis n’ont remis en cause la direction générale décrite des le début .
      Cet article ne fait pas autre chose, il précise et rebat les cartes sur l’importance des variables , mais la montée des eaux due au réchauffement est la.
      Et se préparer en a prenant à quoi on doit se préparer est mieux que de nier la réalité telle qu’on peut la connaître à un instant T . Jeter le bébé de la science avec l’eau de ses erreurs inévitables .

        +8

      Alerter
    • Belfegor // 08.09.2020 à 15h58

      Pour ce qui est des prévisions du GIEC, elles se sont révèlées trop optimistes, rapport après rapport, depuis 30 ans… c’est le filtre politique qui veut ça. .. ne pas affoler les populations, ne pas trop « disrupter » les marchés .

        +1

      Alerter
      • Pierre Darras // 08.09.2020 à 20h47

        Des exemples svp. J’aimerai qu’on me donne des exemples concrets en terme de faits.

          +1

        Alerter
  • gracques // 06.09.2020 à 08h35

    Article très intéressant……. mais du coup la fiabilité de la conclusion dépend étroitement de la fiabilité des données …..
    De la nécessité en sciences de faire et refaire les expériences et de publier les données , toutes….
    Et une fois les données sérieuses acquises, place à la controverse sur leur interpretation.

    Ça rend modeste quant aux conclusions qu’un béotien peut tirer des connaissances scientifiques…..
    Heureusement nous reste la religion, la magie et l’idéologue pour expliquer le monde 😂

      +6

    Alerter
    • Ives // 06.09.2020 à 08h48

      j’ai fait le même type de réflexion en discutant avec ma DRH la semaine dernière qui ne comprenait pas qu’avec tous les moyens mis en place dans le monde la Covid n’était pas mieux maitrisée. Désolé, mais la science est une démarche longue et itérative, donc forcément éloignée de la vision court-termiste, immédiate, je-sais-tout qui nous est inculquée depuis des années. Réapprenons l’humilité.

        +9

      Alerter
      • calal // 06.09.2020 à 09h07

        « la semaine dernière qui ne comprenait pas qu’avec tous les moyens mis en place dans le monde la Covid n’était pas mieux maitrisée.  »

        si tu me donnes plus de moyens,ca sera encore plus maitrise… ou alors peut etre que j’en demanderai encore plus la prochaine fois qu’on fera un bilan…

          +1

        Alerter
      • Subotai // 07.09.2020 à 06h29

        Ben c’est tout simplement qu’elle ne tient pas compte de la donnée fondamentale dans l’affaire: le comportement humain.
        Quand l’humain est une donnée de base d’un problème, il faut TOUJOURS prendre le PIRE de son comportement dans l’équation et essayer d’obtenir un bon résultat avec…
        Pourquoi?
        Parce que la problématique Covid c’est peanuts dans la gestion de notre vie de tous les jours – dans toutes merdes qu’on doit gérer au quotidien, transports, bouffe, enfants, conjoint, boulot, collègues, voisins, etc… La multitude de nécessités qu’on gère en permanence. Donc quelque soit la gravité ressentie du problème Covid, il suffit d’une embrouille dans la gestion du quotidien pour que le Covid passe au 2e plan.
        Et c’est là que ça dérape parce qu’évidement à un moment on dit : « Et puis, MERDE..! »

          +2

        Alerter
  • LibEgaFra // 06.09.2020 à 08h49

    Question: quelle serait la forme des côtes françaises en cas d’élévation du niveau de l’océan mondial de 7 m? Ce qui correspondrait à la fonte de l’inlandsis du Groenland. Dans quelques centaines d’années…

      +5

    Alerter
  • Morne Butor // 06.09.2020 à 10h55

    Article très intéressant sur la façon dont des données existantes peuvent être réinterprétées avec l’aide de l’IA. Faute de budget suffisant pour obtenir des données précises, l’IA peut, à faible coût, réduire les erreurs de mesure.
    Il reste le défaut, maintenant bien connu, des scientifiques qui s’adressent aux dirigeants. Les scientifiques ne sont pas assez alarmistes de peur de paraître peu crédibles devant les dirigeants. Et malheureusement la plupart des dirigeants ne veulent pas être confrontés à la vérité trop crue…

      +4

    Alerter
    • Pierre Darras // 06.09.2020 à 11h21

      En même temps, s’ils ne sont alarmistes, pas de fonds pour eux. Donc, ils ont tout intérêt à crier au loup.

        +2

      Alerter
      • Morne Butor // 06.09.2020 à 11h40

        Je constate malheureusement que les scientifiques font généralement de mauvais politiciens.Et Cédric Villani, bien que adroit sur certains points, ne m’a pas convaincu du contraire jusqu’à présent.
        Le sujet du réchauffement climatique est fondamentalement politique. La science n’y peut rien, ou si peu qu’il est inutile de le mentionner.
        La solution ne viendra jamais des scientifiques, seuls les politiques en disposent. Les scientifiques n’ont qu’un seul devoir c’est alerter et conseiller. Tout ce que je constate, c’est que leur alerte n’est toujours pas perçue comme une véritable alerte et les bons conseils sont rarement appliqués. Certes, c’est d’abord la faute des politiques, mais j’avoue que je commence à me demander : mais que font donc si mal les scientifiques pour paraître si peu crédibles ?

          +5

        Alerter
  • Linder // 06.09.2020 à 14h08

    @ Darras : l’erreur ne vient pas de l’auteur de l’article mais du traducteur : NdT signifie « Note du Traducteur ».

      +5

    Alerter
    • Pierre Darras // 06.09.2020 à 15h19

      Oui, je sais, mais ce on a déjà vu ce genre d’erreur être reprise sans recul ni vérification.

        +0

      Alerter
  • Fabrice // 06.09.2020 à 15h16

    Ce qui est terrible c’est qu’on trouve des milliards pour sauver la finance ou pour trouver un vaccin qui n’es encore qu’un chimère probablement inutile mais alors pour anticiper et palier ce drame prévisible rien ou presque mais après on s’étonnera des flux migratoires qui seront ingerables.

      +5

    Alerter
  • Hippocampe // 06.09.2020 à 16h39

    A contrario de l’Asie, des données précises existent sur des durées longues, de plus de 100 ans, sur les ports européens. L’endroit le plus sensible à l’élévation des mers est Cuxhaven (Allemagne) sur la mer du Nord. Les relevés sont clairs et irréfutables, l’élévation moyenne y est de 2,6 mm/an, en très légère décélération, soit 26 cm max par siècle. Brest, pour lequel on a aussi de longues séries, accuse une élévation de 2.8 mm/siècle en légère accélération de …11micromètres/an, soit rien du tout

      +6

    Alerter
    • Morne Butor // 06.09.2020 à 20h25

      Même s’il n’y a que deux mètres d’élévation à la fin du siècle, cela ne passera pas inaperçu, surtout que ce n’est pas la hauteur moyenne, mais les maxima qu’il faut prendre en compte. Une simultanéité de marée haute, tempête, dépression et crue fera très mal !

        +2

      Alerter
    • Fabrice // 06.09.2020 à 23h29

      Vous croyez vraiment que la mer ne bouge pas ou peu lisez cet article sur le côtes qui sont de plus en plus grignoté et ce n’est pas du micron par an https://www.ladepeche.fr/article/2002/12/26/355982-la-terre-recule-devant-la-mer.html

        +1

      Alerter
      • Fabrice // 06.09.2020 à 23h37

        J’ajoute ceci mais bon ce n’est pas grave tant que l’on est pas impacté personnellement https://www.nationalgeographic.fr/environnement/2020/04/erosion-des-cotes-le-littoral-francais-deja-grignote-0

          +0

        Alerter
        • Wakizashi // 07.09.2020 à 07h56

          L’érosion est un phénomène naturel qui a toujours existé, et qui n’a rien à voir avec la montée des eaux. Montée des eaux qui se mesure en millimètres pas an, négligeable par rapport à d’autres effets comme la pression atmosphérique qui peut engendrer une surcote ou une sous-cote de plusieurs centimètres de la hauteur d’eau par rapport à sa valeur théorique en fonction de la marée.

          Bref, ce qui a changé concernant l’érosion des littoraux, ce sont les multiples barrages qui empêchent les fleuves de charrier le sable produit dans les montagnes (lui aussi dû à l’érosion au passage) vers la mer. C’est ça la raison du recul des plages.

          Quant aux fameux modèles, beaucoup ont noté que même lorsqu’ils s’éloignent des observations il est très difficile de les remettre en question, tant la confiance dont ils font l’objet s’apparente à de la croyance. Eternelle confrontation entre l’idéologie et le réel.

            +7

          Alerter
  • Hervé Girard // 08.09.2020 à 06h51

    Selon le pire des scénarios, la montée des océans est de 3mm par an.
    Les marégraphes annoncent bien moins.
    De quoi parlez-vous ?

      +1

    Alerter
  • Lucie // 08.09.2020 à 19h37

    Le présent est gros de l ‘ avenir ; le futur pourrait se lire dans le passé.
    Leibniz

      +0

    Alerter
  • Yvo // 10.09.2020 à 17h09

    çà fait 10 000 ans que la mer monte continuellement, sensiblement entre 2.5 mm à 3 mm par an. Regardez à quel niveau se trouve les anciens magasins du port romain de Ventotene en Italie ou bien les tombes liciennes de Kekova en Turquie. Tous ces monuments sont sous l’eau entre 2 m et 2.5 m de profondeur. Faite le calcul. Mais que la plaque tectonique indienne s’enfonce, est fort possible, vu qu’elle se glisse sous l’Himalaya. Donc montée des eaux aux iles Lacquedives et Maldives par l’abaissement des fonds.

      +1

    Alerter
  • Yvo // 10.09.2020 à 17h19

    Si une plaque tectonique se glisse sous une autre, l’une a tendance à monter, mais l’autre à tendance à s’enfoncer, vu qu’elles flottent toute deux sur le magma. Logique : une montée des eaux peut être dû à l’affaissement des fonds marins.

      +1

    Alerter
    • hub // 10.09.2020 à 18h52

      c’est intéressant . On sait que l’Europe du nord a remonté du fait de la fonte de la calotte glaciaire qui la recouvrait a fondu . je pense que nous sommes encore dans le quaternaire et la glaciation pourrait revenir car les périodes chaudes comme la notre ne durent pas plus que dix à quinze mille ans . Donc à bientôt dans deux milles ans avec cent mètres de glace à Paris . En attendant cette époque « béni  » il semble qu’un minimum de Maunder nous guette , le soleil s’acharnant à ne pas vouloir faire de tâches .

        +0

      Alerter
      • Yvo // 11.09.2020 à 08h21

        Bien vu ! Les taches solaires du cycle solaire 25 sont bien faible.

          +0

        Alerter
  • Marco // 15.09.2020 à 12h36

    Retenir l’eau douce sur les terres émergées est la seule solution qui permettra de renforcer la thermodynamique du cycle de l’eau, de préserver les deltas fertiles de la salinité en faisant baisser le niveau des océans. Il faut savoir, par exemple, que si l’on vidangeait le seul lac Nasser (barrage d’Assouan), le niveau des océans remonterait de 0,46 mm… Des barrages partout, donc, là où c’est possible et judicieux, petits ou grands… La planète ne possède qu’un seul moyen de se rafraîchir : c’est l’eau qui s’évapore en vapeur chaude et qui se re condense (au contact des couches froides de l’atmosphère) et retombe en precipitations froides . C’est le seul climatiseur de la planète…, il n’en existe aucun autre.

    Retenir et répartir l’eau douce sur les terres émergées pour d’une part. augmenter l’évapotranspiration en favorisant la végétation et d’autre part, faire baisser le niveau des océans, c’est l’unique solution pour, à la fois, bloquer du carbone, réguler la température et préserver les côtes de la submersion.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications