Les Crises Les Crises
6.septembre.20206.9.2020 // Les Crises

MK-Ultra : Dans les archives d’un chercheur sur le LSD

Merci 158
J'envoie

Source : The Intercept

Durant la nuit du 4 juillet 1954, la ville de San Antonio, Texas, a été secouée par le viol et le meurtre d’une fillette de 3 ans. L’homme accusé de ces crimes était Jimmy Shaver, un aviateur de la base aérienne voisine de Lackland, sans casier judiciaire. Shaver a prétendu avoir perdu la mémoire de ces événements.

La victime, Chere Jo Horton, 3 ans, avait disparu vers minuit à l’extérieur de la base aérienne, où ses parents l’avaient laissée sur un parking devant un bar ; elle jouait avec son frère tandis qu’ils y prenaient un verre. Quand ils ont remarqué sa disparition, ils ont formé une équipe de recherche.

En moins d’une heure, le groupe est tombé sur une voiture garée près d’une gravière ; les sous-vêtements de Chere étaient suspendus à l’une des portes de la voiture. Shaver est apparu dans l’obscurité. Il était torse nu, couvert de sang et de griffures. N’essayant pas de s’échapper, il a laissé l’équipe de recherche l’accompagner jusqu’au bord de l’autoroute. Les spectateurs l’ont décrit comme « hébété » et dans un état de « transe ».

« Qu’est-ce qui se passe ici ? » a-t-il demandé. Il n’avait pas l’air ivre, mais il ne savait pas où il était, comment il était arrivé là, ni de qui était le sang partout sur lui. Pendant ce temps, l’équipe de recherche a trouvé le corps d’Horton dans la gravière. Son cou était brisé, ses jambes avaient été écartées et elle avait été violée.

Les agents ont arrêté Shaver. À 29 ans, il s’était remarié récemment, avait deux enfants et aucun antécédent de violence. Il avait été dans le même bar où Horton avait été enlevée mais il était parti avec un ami, qui avait dit à la police qu’aucun des deux n’était ivre, même si Shaver avait l’air défoncé. Avant que les adjoints ne puissent emmener Shaver à la prison du comté, un agent d’un autre commissariat est arrivé avec l’ordre de la police militaire de le mettre en détention provisoire.

Vers quatre heures du matin, un commandant de l’armée de l’air a interrogé Shaver et deux médecins l’ont examiné, convenant qu’il n’était pas ivre. L’un d’eux a déclaré plus tard qu’il « n’était probablement pas normal… qu’il était très calme extérieurement, ce à quoi je ne m’attendais pas dans ces circonstances ». Il a été relâché et remis à la prison du comté, et mis en examen pour viol et meurtre.

Les enquêteurs ont interrogé Shaver toute la matinée. Quand sa femme est venue lui rendre visite, il ne l’a pas reconnue. Il a fait sa première déclaration à 10 h 30, catégorique sur le fait qu’un autre homme était responsable : Il pouvait évoquer l’image d’un inconnu avec des cheveux blonds et des tatouages. Cependant, après que le commandant de l’armée de l’air fut revenu à la prison, Shaver a signé une deuxième déclaration endossant l’entière responsabilité. Bien qu’il ne se souvînt toujours de rien, avait-il conclu, il avait certainement dû le faire.

Deux mois plus tard, en septembre, les souvenirs de Shaver n’étaient toujours pas revenus. Le commandant de l’hôpital de la base, le Col Robert S. Bray, a ordonné qu’une évaluation psychiatrique soit effectuée par le Dr Louis Jolyon West, chef des services psychiatriques de la base aérienne. Il appartenait à West de décider si Shaver était légalement sain d’esprit au moment du meurtre.

Shaver passa les deux semaines suivantes sous la supervision de West. Ils sont retournés sur les lieux du crime, essayant de lui rafraîchir la mémoire. Plus tard, West a hypnotisé Shaver et lui a fait une injection de penthotal sodique, ou « sérum de vérité », pour voir s’il pouvait se débarrasser de son amnésie.

Pendant que Shaver était sous hypnose, selon les témoignages, il s’est souvenu des événements de cette nuit-là. Il a avoué avoir tué Horton. Elle avait fait ressortir les souvenirs refoulés de sa cousine, « Beth Rainboat », qui l’avait agressé sexuellement dans son enfance. Shaver avait commencé à boire à la maison cette nuit-là quand il « eut des visions de Dieu, qui lui chuchotait à l’oreille de chercher et tuer la méchante Beth ».

Pendant que Shaver était sous hypnose, il a avoué avoir tué la jeune fille. Au procès, il a maintenu son innocence.

Au procès, West n’a fait qu’un effort minime pour disculper Shaver. L’aviateur a été reconnu coupable. Bien qu’une cour d’appel ait par la suite statué qu’il avait eu un procès inéquitable, il a été de nouveau condamné lors du nouveau procès. En 1958, le jour de son 33e anniversaire, il a été exécuté par la chaise électrique. Il a maintenu son innocence jusqu’au bout.

Le procès, qui reposait sur le témoignage de Shaver, aurait pu se terminer différemment si le jury avait été au courant du passé de West. D’après des documents des archives de West qui ont récemment fait surface, le psychiatre avait certains des liens les plus clairs et les plus néfastes de tous les scientifiques avec le projet MKUltra de la CIA. Les dossiers West – en particulier sa correspondance avec Sidney Gottlieb, l’expert en poisons de longue date de la CIA – ont jeté un nouvel éclairage sur l’un des projets les plus infâmes de l’histoire de l’agence. Probablement composé de plus de 149 sous-projets et d’au moins 185 chercheurs travaillant dans des institutions à travers l’Amérique et le Canada, MKUltra a été, comme l’a dit le New York Times, « un effort secret de vingt-cinq ans et de vingt-cinq millions de dollars de la CIA pour apprendre comment contrôler l’esprit humain ». Ses expériences ont violé les lois internationales, sans parler de la charte de l’agence, qui interdit toute activité sur le territoire national.

Lors du procès, West a soutenu que Shaver avait souffert d’une crise de folie temporaire la nuit du meurtre de Chere Jo Horton, mais il a soutenu que Shaver était « tout à fait sain d’esprit maintenant ». Dans la salle d’audience, Shaver n’en avait pas l’air. Un article de journal a dit qu’il s’était « assis pendant les séances exténuantes comme un homme en transe », ne disant rien, ne se levant jamais pour s’étirer ou fumer, alors qu’il était connu pour être un gros fumeur.

Une grande partie de l’entretien de West avec Shaver sous sérum de vérité a été lue dans le procès verbal de la Cour. Le médecin avait utilisé des questions suggestives pour guider vers le crime un Shaver envoûté. « Raconte-moi quand tu t’es déshabillé, Jimmy », disait-il. La transcription de l’entrevue, qui a survécu dans les journaux de West, montrait également West essayant de prouver que Shaver avait réprimé ses souvenirs : « Jimmy, tu te souviens quand quelque chose comme ça s’est déjà produit ? » Ou : « Après l’avoir déshabillée, qu’as-tu fait ? »

« Je ne l’ai jamais déshabillée », a dit Shaver.

L’entrevue a été divisée en trois tiers, et le tiers du milieu n’avait pas été enregistré. Quand la transcription a été prise, il était écrit : « Shaver pleure. Il a été confronté à tous les faits à plusieurs reprises. »

West a demandé : « Tu te souviens de tout, n’est-ce pas, Jimmy ? »

« Oui, monsieur », a répondu Shaver.

Bien que les avocats aient examiné les antécédents médicaux de Shaver, on a peu parlé de l’hôpital de la base où les lettres archivées de West indiquent qu’il avait mené ses expériences MKUltra. Shaver avait souffert de migraines si invalidantes qu’il trempait sa tête dans un seau d’eau glacée quand il sentait qu’une migraine arrivait. Son état était suffisamment grave pour que l’Air Force l’ait recommandé pour un programme expérimental de deux ans. Le médecin qui avait tenté de le recruter n’était pas mentionné dans les dossiers judiciaires ou les transcriptions.

À la barre, West a dit qu’il n’avait jamais eu le temps de voir si Shaver avait été traité dans le cadre du programme expérimental. Les responsables de Lackland m’ont dit qu’il n’y avait aucune trace de lui dans leur registre central des patients. Mais, curieusement, selon l’archiviste de la base, tous les dossiers des patients de 1954 avaient été conservés, à une exception près : le fichier des noms de famille commençant par « Sa » à « St » avait disparu.

Dr Louis Jolyon West à San Francisco, Californie, en 1976. Photo : Lawrence Schiller/Polaris Communications/Getty Images

La fascination professionnelle de West pour le LSD était pratiquement aussi vieille que la drogue elle-même. Pendant plusieurs décennies, il a fait partie d’une élite de scientifiques qui l’ont utilisé dans des recherches top-secrètes. Le diéthylamide de l’acide lysergique a été synthétisé en 1938 par des chimistes de Sandoz Industries en Suisse, mais ce n’est qu’en 1947 qu’il a été introduit comme médicament. Dans les années 50, lorsque la CIA a commencé à faire des expériences sur des humains, c’était une nouvelle substance. Albert Hofmann, le scientifique suisse qui avait découvert ses qualités hallucinogènes en 1943, l’avait décrite comme une « drogue sacrée » qui ferait faire un grand pas vers « l’expérience mystique d’une réalité profonde et globale ».

Dans les années 50, avant même que les hippies n’adoptent la drogue, « très peu de gens prenaient du LSD sans que quelqu’un ne soit un « maître du voyage » », m’a dit Charles Fischer, un chercheur sur les drogues. La suggestibilité due au LSD s’apparentait à celle de l’hypnose ; West avait étudié les deux en tandem. « On peut dire à quelqu’un de faire du mal à quelqu’un, mais on appelle ça autrement », explique M. Fischer. « Martelez le clou dans le bois, et le bois, peut-être, est un être humain. »

West semble avoir utilisé généreusement des produits chimiques dans sa pratique médicale, et ses méthodes ont laissé une marque indélébile sur les psychiatres qui ont travaillé avec lui. L’un d’entre eux, Gilbert Rose, a été tellement déconcerté par l’affaire Shaver qu’il a écrit une pièce à ce sujet.

« En 50 ans de carrière, ce fut le moment le plus dramatique de ma vie – quand il s’est frappé le visage et s’est souvenu d’avoir tué la fillette », a dit Rose en 2002 au sujet de l’entretien de Shaver sous sérum de vérité. Mais Rose a été choquée quand je lui ai dit que West avait hypnotisé Shaver en plus de lui donner du penthotal sodique. L’hypnose, dit-il, ne faisait pas partie du protocole de l’entretien.

Il n’avait jamais su comment West avait découvert l’affaire tout de suite.

« Nous avons été impliqués dès le premier jour », se souvient Rose. « Jolly m’a téléphoné le matin du meurtre. Il a pris l’initiative. »

West a affirmé qu’il était dans la salle d’audience le jour où Shaver a été condamné à mort. C’est à cette époque qu’il est devenu farouchement opposé à la peine capitale. Savait-il que ses expériences auraient pu mener à l’exécution d’un innocent et à la mort d’un enfant ? Si sa correspondance avec le chef de la CIA de MKUltra Gottlieb – un an seulement avant le crime – avait été présentée au procès, le résultat aurait-il été le même ?

Dès qu’ils y ont eu accès, les scientifiques du gouvernement ont vu le LSD comme une drogue miracle potentielle dans la guerre froide. La recherche américaine véritable sur le LSD a commencé peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les services de renseignements américains ont appris que l’URSS était en train d’élaborer un programme pour influencer le comportement humain par la drogue et l’hypnose. Les États-Unis croyaient que les Soviétiques pouvaient extraire des informations de personnes à leur insu, les programmer à faire de faux aveux, et peut-être les persuader de tuer sur ordre.

En 1949, la CIA, alors à ses débuts, a lancé le Projet Bluebird, un programme de contrôle de l’esprit qui testait des drogues sur des citoyens américains – la plupart dans des pénitenciers fédéraux ou sur des bases militaires – qui ne connaissaient même pas la batterie de procédures qu’ils avaient subies, et avaient encore moins donné leur consentement.

Leurs abus ont trouvé une justification supplémentaire en 1952, lorsque, en Corée, des pilotes américains capturés ont admis à la radio nationale qu’ils avaient vaporisé des armes biologiques illégales dans la campagne coréenne. C’était un aveu si inadmissible que la CIA a fait porter le blâme sur les communistes : Les prisonniers de guerre ont dû subir un « lavage de cerveau ». Le mot, traduction littérale du chinois « xi nao », n’est apparu en anglais qu’en 1950. Il exprimait une série de craintes qui s’étaient installées dans l’Amérique de l’après-guerre : qu’une nouvelle classe de produits chimiques puisse recâbler et automatiser l’esprit humain.

« On peut dire à quelqu’un de faire du mal à quelqu’un, mais on appelle ça autrement », explique M. Fischer. « Martelez le clou dans le bois, et le bois, peut-être, est un être humain. »

Lorsque les prisonniers de guerre américains sont revenus, l’armée a fait appel à une équipe de scientifiques pour les « déprogrammer ». Parmi ces scientifiques se trouvait West. Né à Brooklyn en 1924, il s’était enrôlé dans l’armée de l’air pendant la Seconde Guerre mondiale, avant de devenir colonel. Ses amis l’appelaient « Jolly » pour son deuxième prénom, sa taille impressionnante et sa personnalité imposante. Quand il est sorti, il a fait des recherches sur les méthodes de contrôle du comportement humain à l’Université Cornell. Il prétendra plus tard avoir étudié 83 prisonniers de guerre, dont 56 avaient été contraints de faire de faux aveux. Ses collègues et lui ont été félicités pour avoir réintégré les prisonniers de guerre dans la société occidentale et, ce qui est peut-être plus important encore, pour leur avoir fait renoncer à leurs affirmations d’avoir utilisé des armes biologiques.

Le succès de West avec les prisonniers de guerre lui a permis d’accéder aux échelons supérieurs de la communauté du renseignement. Gottlieb, l’expert en poisons qui dirigeait la division chimique du personnel des services techniques de la CIA, ainsi que Richard Helms, chef des opérations de la Direction des projets de la CIA, avaient convaincu Allen Dulles, alors directeur de l’agence, que les opérations de contrôle mental étaient lr. Au départ, l’agence ne voulait qu’empêcher un lavage de cerveau potentiel de la part des Soviétiques. Mais le programme défensif est devenu offensif. L’Opération Oiseau bleu s’est transformée en Opération Artichaut, à la recherche d’un sérum de vérité universel.

Dans un discours prononcé à l’université de Princeton, Dulles a averti que les espions communistes pouvaient transformer l’esprit américain en « un phonographe jouant un disque mis sur sillon par un génie extérieur ». Quelques jours à peine après ces remarques, le 13 avril 1953, il lança officiellement le projet MKUltra.

On sait peu de choses sur le programme. Après le Watergate, Helms (qui était alors directeur de la CIA) ordonna à Gottlieb de détruire tous les documents de MKUltra ; en janvier 1973, le personnel des Services techniques déchiqueta d’innombrables documents décrivant l’utilisation des hallucinogènes.

Au milieu des années 1970, après que le Times eut révélé l’existence de MKUltra en première page, le gouvernement a lancé trois enquêtes distinctes, toutes entravées par la destruction par la CIA de ses dossiers : la Commission du vice-président Nelson Rockefeller sur les activités de la CIA aux États-Unis (1975) ; le Comité sénatorial spécial du sénateur Frank Church chargé d’étudier les opérations gouvernementales en matière de renseignement (1975-1976) ; et les sénateurs Edward Kennedy et Daniel Inouye lors des audiences conjointes du Comité spécial du Sénat sur le projet MKUltra, programme de recherche de le CIA en modification comportementale (1977). Lorsque les dossiers étaient disponibles, ils étaient caviardés ; lorsque des témoins étaient convoqués pour témoigner devant le Congrès, ils avaient des oublis.

Nous savons que l’objectif principal du projet était « d’influencer le comportement humain ». Sous son égide se trouvaient au moins 149 sous-projets, dont bon nombre comportaient des recherches sur des participants non avisés. Gottlieb, dont l’aptitude et l’amoralité lui ont valu le surnom de « Sorcier noir », a développé des gadgets tout droit sortis d’histoires de science-fiction de bas étage : des bombes puantes à fort potentiel, des touillettes imprégnées de drogues, des coquillages explosifs, un dentifrice empoisonné. Après avoir persuadé une société pharmaceutique d’Indianapolis de reproduire la formule suisse du LSD, la CIA disposait d’un approvisionnement intérieur illimité de sa nouvelle drogue favorite. L’agence espérait produire des coursiers capables d’intégrer des messages cachés dans leur cerveau, d’implanter de faux souvenirs et d’enlever les vrais chez les gens à leur insu, de convertir des groupes à des idéologies opposées, et plus encore. L’objectif le plus grandiose était la création d’assassins programmés par hypnose.

Le travail le plus délicat a été effectué loin de Langley – confié à des scientifiques dans des universités, des hôpitaux, des prisons et des bases militaires partout aux États-Unis et au Canada. La CIA a donné à ces scientifiques des pseudonymes, leur a acheminé de l’argent et leur a appris comment dissimuler leurs recherches aux regards indiscrets, y compris ceux de leurs sujets non avertis.

Leur travail englobait tout, de la stimulation électronique du cerveau à la privation sensorielle en passant par la « douleur induite » et la « psychose ». Ils ont cherché des moyens de provoquer des crises cardiaques, des contractions sévères et d’intenses algies vasculaires de la face. Si les médicaments ne faisaient pas l’affaire, ils essayaient de maîtriser la perception extra-sensorielle, les vibrations ultrasoniques et l’empoisonnement aux radiations. Un projet a tenté d’exploiter la puissance des champs magnétiques.

MKUltra était si bien classifié que lorsque John McCone succéda à Dulles comme directeur de la CIA à la fin de 1961, il ne fut informé de son existence qu’en 1963. Moins d’une demi-douzaine de hauts gradés de l’agence en ont eu connaissance à tout moment au cours de ses 20 ans d’existence.

Sidney Gottlieb en 1977. Photo : AP

West a dirigé le département de psychiatrie de l’UCLA et son centre renommé de neurosciences jusqu’à sa retraite en 1988. Un jour, parmi un lot d’articles de recherche sur l’hypnose dans les archives de West, j’y ai trouvé des lettres entre West et son homme de main de la CIA, « Sherman Grifford » – le nom de couverture de Sidney Gottlieb selon le livre « The Search for the Manchurian Candidate » [A la recherche du candidat mandchou, NdT] de John Marks. West, qui avait déjà écrit à un rédacteur de magazine qu’il n’avait « jamais travaillé pour la CIA », avait en fait travaillé en étroite collaboration avec le « Sorcier noir » de l’agence lui-même.

Les lettres commençaient à mi-parcours, sans prologue ni préliminaires. La premier était datée du 11 juin 1953, à peine deux mois après le début de MKUltra, lorsque West était chef du service psychiatrique à la base aérienne de Lackland.

Qui seraient les cobayes ? West a énuméré quatre groupes : les aviateurs de base, les volontaires, les patients et les « autres, y compris peut-être les prisonniers dans la prison locale ».

S’adressant à Gottlieb sous le nom de « S.G. », West a décrit les expériences qu’il proposait d’effectuer en utilisant une combinaison de médicaments psychotropes et d’hypnose. Il a commencé par un plan visant à découvrir « dans quelle mesure l’information peut être extraite de sujets vraisemblablement réticents (par l’hypnose seule ou en combinaison avec certaines drogues), éventuellement avec amnésie ultérieure pour l’interrogation et/ou la modification du souvenir du sujet de l’information qu’il connaissait auparavant ». Un autre point proposait d’affiner « les techniques permettant d’implanter de fausses informations dans des sujets particuliers… ou d’induire chez eux des troubles mentaux spécifiques ». Il espérait créer des « coursiers » qui porteraient « un message long et complexe » ancré secrètement dans leur esprit, et étudier « l’induction d’états de transe par les drogues ». Sa liste correspondait parfaitement aux objectifs de MKUltra.

« Inutile de le dire », a ajouté M. West, les expériences « doivent être mises à l’épreuve dans des essais pratiques sur le terrain ». A cette fin, il a demandé à Gottlieb « une sorte de carte blanche ».

Qui seraient les cobayes ? Il a énuméré quatre groupes : les aviateurs de base, les volontaires, les patients, et « les autres, y compris peut-être les prisonniers de la prison locale ». Seuls les volontaires seraient rémunérés. Les autres pourraient être réticents et, bien que cela n’ait pas été précisé, non avertis. Il serait plus facile de préserver son secret s’il « induisait des troubles mentaux spécifiques » chez les personnes qui en souffraient déjà. « Certains patients ayant besoin d’hypnose en thérapie ou souffrant de troubles dissociatifs (transes, fugues, amnésies, etc.) pourraient se prêter à nos expériences ». Les enquêtes officielles sur MKUltra n’ont donné que peu d’informations sur ses sujets, mais la lettre de West laisse entendre que le programme a donné des résultats très positifs.

La réponse de Gottlieb est venue sur du papier à en-tête de « Chemrophyl Associates », une société de façade qu’il utilisait pour correspondre avec les sous-traitants de MKUltra. « Mon bon ami », écrivait-il, « je me demandais si votre compréhension apparemment rapide et complète de nos problèmes pouvait être bien réelle. … vous avez en effet développé une image admirablement précise de ce que nous recherchons exactement. J’en suis profondément reconnaissant. »

Gottlieb a salué sa nouvelle recrue : « Nous avons gagné beaucoup d’atouts dans la relation que nous développons avec vous. »

West a retourné le compliment « Cela me rend très heureux de réaliser que vous me considérez comme un ‘atout’ », a-t-il répondu. « Il n’y a sûrement pas d’entreprise plus vitale à notre époque. »

En 1954, à peu près au même moment où le meurtre de Chere Jo Horton avait eu lieu, West a commencé à partager son temps entre Lackland et la faculté de médecine de l’Université de l’Oklahoma, où il allait diriger le département de psychiatrie.

West avait dit à son employeur potentiel que ses fonctions à Lackland étaient « purement cliniques » et qu’il « ne faisait aucune recherche, classifiée ou non » – et il avait demandé au conseil d’administration de l’Université de l’Oklahoma la permission d’accepter des fonds du Geschickter Fund for Medical Research, qu’il appelait « une fondation de recherche privée sans but lucratif ». En fait, comme la CIA l’a reconnu plus tard, Geschickter était une autre des inventions de Gottlieb, une organisation fictive qui lui a permis d’agir.

En 1956, West a rapporté à la CIA que les expériences qu’il avait commencées en 1953 avaient enfin porté fruit. Dans un article de 1956 intitulé « The Psychophysiological Studies of Hypnosis and Suggestibility » [Études psychophysiologiques sur l’hypnose et la suggestibilité, NdT], il affirme avoir réalisé l’impossible : Il avait su remplacer les « vrais souvenirs » par des « faux » chez les êtres humains à leur insu. Sans détailler d’incidents spécifiques, il l’a exprimé en termes profanes : « Il s’est avéré possible de prendre le souvenir d’un événement précis dans la vie d’un individu et, par suggestion hypnotique, de provoquer le rappel conscient subséquent que cet événement n’a jamais eu lieu, mais qu’un autre événement (fictif) s’est effectivement produit ». Il l’avait fait, prétendait-il, en administrant de « nouveaux médicaments » efficaces pour « accélérer l’induction de l’état hypnotique et approfondir la transe qui peut être produite chez certains sujets ».

Aux Archives de la Sécurité Nationale à Washington, j’ai trouvé la version de « The Psychophysiological Studies of Hypnosis and Suggestibility » que la CIA a remise aux sénateurs Kennedy et Inouye en 1977. Le nom et l’affiliation de West ont été censurés, comme prévu. Mais la version de la CIA était aussi plus courte, et édulcorée en comparaison. Le document de West comptait 14 pages. Celui-ci en avait cinq, y compris une page de couverture. Le plus flagrant, c’est qu’il n’est pas fait mention de la victoire triomphale de l’Occident, le remplacement de « la mémoire d’un événement précis dans la vie d’un individu » par un « événement fictif ».

Un passage, qui n’est pas dans le texte original de West, affirme que la CIA n’a jamais utilisé le LSD dans des études : « Les effets du LSD [LSD et d’autres drogues] sur la production, le maintien et les manifestations des états dissociés n’ont jamais été étudiés ».

West, bien sûr, avait étudié ces effets pendant des années. Mais lorsqu’il s’est agi donner des détails sur ses découvertes concernant l’implantation de souvenirs et le contrôle des pensées, même dans le document que l’on trouve dans ses propres dossiers, il a donné peu de précisions. Il semble avoir été dans une phase rudimentaire de ses recherches. L’acide, écrivait-il, rendait les gens plus difficiles à hypnotiser ; il valait mieux associer l’hypnose à de longues périodes d’isolement et de manque de sommeil. En utilisant une suggestion hypnotique, dit-il, « on peut dire à une personne qu’il s’est passé une année et qu’au cours de cette année de nombreux changements ont eu lieu… de sorte qu’il est maintenant acceptable pour lui de discuter de sujets qu’il ne voulait pas aborder auparavant… Un individu qui se dit déterminé à vouloir faire une chose révélera que, en secret, il désire exactement le contraire. »

La CIA avait-elle trafiqué le document original de West pour induire le comité sénatorial en erreur ? Et si c’est le cas, pourquoi l’agence se serait-elle donné tant de mal pour cacher des résultats expérimentaux qui n’ont finalement pas été aussi révélateurs ? Les représentants de l’Agence ont prétendu que le programme avait été un échec colossal, ce qui avait mené à des manchettes moqueuses comme « The Gang That Couldn’t Spray Straight » [La bande incapable d’utiliser un spray correctement, NdT]. Peut-être que l’agence voulait que le monde entier présume que MKUltra était un fiasco, et oublier tout cela.

Le sceau officiel de la CIA en 1974. Photo : Bettmann Archive/Getty Images

LA CIA semble avoir démantelé MKUltra au milieu des années 60, selon les témoignages du Congrès et les dossiers financiers qui ont survécu, mais les recherches financées par le gouvernement de Jolly West se sont poursuivies à un rythme soutenu. À la fin de l’automne 1966, West arrive à San Francisco pour étudier les hippies et le LSD. Grand, large et les cheveux en brosse, avec un look tout américain en accord avec son passé militaire, il a bricolé une nouvelle garde-robe et s’est mis à sauter des coupes de cheveux. Il a obtenu une subvention du gouvernement et a pris une année sabbatique d’un an de l’Université de l’Oklahoma, officiellement pour trouver un poste de chercheur à Stanford, bien que cette école n’ait eu aucune trace de sa participation à un programme là-bas.

Lorsqu’il est arrivé à Haight-Ashbury, West était le seul scientifique au monde à avoir prédit l’émergence de « sectes LSD » potentiellement violentes, comme la famille de Charles Manson. Dans un manuel de psychiatrie de 1967, West avait rédigé un chapitre intitulé « Hallucinogènes », avertissant les étudiants qu’une « substance remarquable » s’infiltrait dans les campus universitaires et les villes. Le LSD était connu pour rendre les utilisateurs « exceptionnellement sensibles et émotionnellement instables ». Elle s’adressait à des enfants en rupture qui désiraient ardemment « partager une activité interdite dans un groupe pour leur donner un sentiment d’appartenance ».

L’acide, écrivait-il, rendait les gens plus difficiles à hypnotiser ; il valait mieux associer l’hypnose à de longues périodes d’isolement et de manque de sommeil.

Un autre de ses articles, « Dangers de l’hypnose » de 1965, prévoyait la recrudescence de groupes dangereux dirigés par des « fous » qui hypnotisaient leurs adeptes pour les pousser à une criminalité violente. Il a cité deux cas : un double meurtre à Copenhague commis par un homme hypno-programmé, et un « délit militaire » induit expérimentalement dans une base de l’armée américaine non divulguée. (Il n’est pas du tout certain que ce dernier faisait référence au meurtre de Chere Jo Horton par Shaver.)

Il avait également supervisé une étude à Oklahoma City, dans laquelle il avait engagé des informateurs pour infiltrer des gangs d’adolescents et provoquer « un changement fondamental » dans « des questions morales, religieuses ou politiques fondamentales ». Le titre du projet était « Mass Conversion » et il avait été financé par Gottlieb.

Dans le quartier du Haight [Berceau du mouvement de contre-culture des années 1960, à San Francisco, NdT] Haight-Ashbury attire une foule éclectique dans une ambiance animée qui s’inspire de la célèbre atmosphère hippie, West s’est arrangé pour utiliser une maison victorienne en ruine sur Frederick Street, où il a installé ce qu’il a décrit comme un « laboratoire déguisé en un lieu de planque hippie ». La « planque » a ouvert ses portes en juin 1967, à l’aube de l’été de l’amour. Il a installé six étudiants diplômés dans la « planque », leur disant de « s’habiller comme des hippies » et d’« attirer » les gosses itinérants dans l’appartement. Les passants étaient invités à faire ce qu’ils voulaient et à rester aussi longtemps qu’ils le voulaient, à condition que cela ne les dérangeait pas que les étudiants diplômés prennent des notes sur leur comportement.

D’après les dossiers de West, son « crash pad » a été financé par le Foundations Fund for Research in Psychiatry, Inc. qui a également financé un certain nombre de ses autres projets, à travers les décennies et les institutions. Gordon Deckert, le successeur de West à la chaire de l’Université de l’Oklahoma, m’a dit qu’il avait trouvé des documents dans le bureau de West qui révélaient que le Fonds des fondations était une façade pour la CIA.

Cela n’aurait pas été le premier « laboratoire déguisé » de l’agence à San Francisco. Quelques années plus tôt, l’opération au titre évocateur, Operation Midnight Climax [opération orgasme de minuit, NdT] avait vu des agents de la CIA ouvrir au moins trois refuges de la région de Bay Area déguisés en bordels haut de gamme, équipés de miroirs sans tain et de photographies bizarres. Un espion nommé George Hunter White et ses collègues ont engagé des prostituées pour attirer des clients potentiels dans les foyers, où on leur servait des cocktails contenant de l’acide. L’objectif était de voir si le LSD, associé au sexe, pouvait être utilisé pour obtenir des informations sensibles des hommes. White écrivit plus tard à son agent de la CIA : « J’étais un petit missionnaire, en fait un hérétique, mais j’ai travaillé de tout cœur dans les vignes parce que c’était très, très amusant. »

Mais dans le gîte de Haight-Ashbury, les motifs de West étaient vagues. Personne ne semblait bien comprendre l’objectif du projet, pas même les personnes qui y participaient. Les étudiants diplômés embauchés pour le laboratoire « crash pad » de West ont été chargés de tenir un journal intime de leur travail. Dans des moments d’inattention, presque tous ces étudiants ont admis que quelque chose ne tournait pas rond. Ils ne savaient pas ce qu’ils étaient censés faire, ni pourquoi West était là. Et souvent, il n’était pas là.

L’un des journaux intimes des dossiers de West appartenait à une étudiante diplômée en psychologie de Stanford qui vivait à l’appartement cet été-là. L’expérience s’est déroulée sans but au point d’être sans valeur, écrit-elle. Quand les « crashers » sont arrivés, « personne ne se souciait de savoir ce qu’il en était [d’eux] ». Le plus souvent, les hippies ne se présentaient pas du tout, car beaucoup d’entre eux ont apparemment considéré l’endroit avec méfiance. « Qu’est-ce que Jolly fout, c’est comme un zoo », s’est indigné l’étudiante. « Il nous étudie nous ou eux ? »

Quand West a fait une de ses rares apparitions, il était habillé comme un « hippie stupide » ; parfois il amenait des amis à la maison. Leur attitude générale, écrit-elle, « était que c’était une bonne occasion de s’amuser. … Ils passaient beaucoup de temps défoncés ». « J’ai l’impression que personne n’est honnête et sincère et que tout cela est une mise en scène gigantesque », a-t-elle ajouté. … « Qu’est-ce qu’il essaie de prouver ? Il s’intéresse aux drogues, c’est clair. Quoi d’autre ? »

En décembre 1974, MKUltra est finalement apparu à la lumière dans une formidable explosion de manchettes et d’intrigues. Seymour Hersh l’a rapporté à la une du Times : « Énorme opération de la CIA contre les forces pacifistes ». Les trois enquêtes gouvernementales qui ont suivi – la Commission Rockefeller, la commission Church et les audiences du Comité spécial Kennedy-Inouye – ont porté sur les activités intérieures illégales de divers services de renseignement fédéraux, y compris les écoutes téléphoniques, l’ouverture du courrier et les tests non consentis de drogues sur des citoyens américains

Le rapport final de la commission Church a dévoilé une évaluation interne de 1957 de MKUltra par l’inspecteur général de la CIA. « Des précautions doivent être prises », avertissait le document, « pour dissimuler ces activités au public américain en général. Le fait de savoir que l’agence se livre à des activités contraires à l’éthique et illicites aurait de graves répercussions ». Une étude effectuée en 1963 par l’inspecteur général l’a exprimé de façon encore plus grave : « Une dernière phase de test des produits MKUltra met en danger les droits et les intérêts des citoyens américains. »

La commission Church a conclu que MKUltra avait causé la mort d’au moins deux citoyens américains. L’un était un patient psychiatrique à qui on avait injecté un dérivé synthétique de mescaline. L’autre était Frank Olson, un scientifique sous contrat militaire qui avait été sans le savoir drogué au LSD dans un petit rassemblement d’agents dans les bois du Maryland sous la direction de Gottlieb lui-même. Olson tomba ensuite dans une dépression irréparable qui l’amena à se jeter par la fenêtre d’un hôtel de New York où des agents l’avaient emmené pour un « traitement ». (La poursuite de l’enquête du fils d’Olson, Eric – dramatisée par Errol Morris dans la série « Wormwood » – suggère fortement que la CIA s’est arrangée pour que les agents simulent son suicide, le jetant par la fenêtre car ils craignaient qu’il ne dénonce MKUltra et l’utilisation des armes biologiques par les militaires pendant la guerre de Corée).

L’hôtel Statler à New York, N.Y. où Frank Olson s’est tué par défenestration. Photo : Bettmann Archive/Getty Images

La nouvelle de la mort d’Olson a choqué une nation déjà ébranlée par le Watergate, et maintenant moins encline que jamais à faire confiance à ses institutions. Le gouvernement a tenté d’apaiser la controverse en adoptant de nouveaux règlements sur l’expérimentation humaine. La destruction par Gottlieb des dossiers de MKUltra a fait l’objet d’une enquête du ministère de la Justice en 1976, mais, selon le Times, elle a été « discrètement abandonnée ». Gottlieb n’avait témoigné devant le Sénat en 1977 qu’à la condition de bénéficier de l’immunité pénale.

Le Sénat a exigé la création d’un programme fédéral pour localiser les victimes des expériences de MKUltra et poursuivre les accusations criminelles contre leurs auteurs. Ce programme n’a jamais fonctionné. Les archives qui ont survécu ont fait état de 80 institutions, dont 44 universités et collèges, et 185 chercheurs, dont Louis Jolyon West. Le Times a identifié West comme l’un des moins d’une douzaine de scientifiques soupçonnés d’avoir secrètement participé à MKUltra sous couverture universitaire.

Pourtant, pas un seul des chercheurs n’a fait, à quelque moment que ce soit, l’objet d’une enquête fédérale, pas plus que les victimes n’ont été tenues au courant. En dépit de l’indignation de leaders du Congrès et plus de trois ans de manchettes sur les brutalités du programme, personne – ni le « sorcier noir » Sidney Gottlieb, ni le haut fonctionnaire de la CIA Richard Helms, ni Jolly West – n’a fait l’objet de sanctions juridiques.

Source : The Intercept

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

lama // 06.09.2020 à 07h56

A lire pour explorer ce sujet les enquête de David McGowan.
Et en particulier sur les liens entre la CIA, les renseignements militaires et la scène psychédélique californienne :
Weird Scenes Inside the Canyon: Laurel Canyon, Covert Ops & the Dark Heart of the Hippy Dream

15 réactions et commentaires

  • lama // 06.09.2020 à 07h56

    A lire pour explorer ce sujet les enquête de David McGowan.
    Et en particulier sur les liens entre la CIA, les renseignements militaires et la scène psychédélique californienne :
    Weird Scenes Inside the Canyon: Laurel Canyon, Covert Ops & the Dark Heart of the Hippy Dream

      +12

    Alerter
    • V_Parlier // 07.09.2020 à 20h55

      Quand je pense que depuis des années je croyais que ce n’était pas vrai, ces histoire de MK-Ultra… Moi qui suis pourtant déjà assimilable à un « complotiste anti-USA primaire »…

        +3

      Alerter
    • Thanos // 10.09.2020 à 21h45

      Yep, et regarder l’histoire incroyable de Theodore Kaczynski, a.k.a UnaBomber, jeune mathématicien brillant, victime d’un projet type mk ultra dans une université militaire US je crois. Ca dérape, le gars part habiter dans une cabane dans les bois, écrit et envoie des colis piégés a divers personnalités de différents domaines (aviation, informatique, asurance, marketing etc) pendant 20 ans. Plus longue traque terroriste du FBI de l’histoire. Son histoire et ses écrits, qui vont d’ailleurs inspirer Fight Club, sont une critique de la société techno-industrielle et de son pendant politique qu’il appelle le gauchisme. Il existe un vieux documentaire Arte bizarre mais génial sur l’histoire de ce gars qui s’appelle « Voyage en cybernétique ». Certains moments de ce doc sont incroyables, de la genèse de l’informatique, d’une discussion surréaliste avec un physicien de 98 ans à l’histoire des 1ères techno socio-politiques informatisées a grande échelle (collab infrastructure US et marxisme social allemand – Adorno). Un documentaire aussi hallucinant que perturbant intellectuellement et « politiquement ».

        +3

      Alerter
  • FredT. // 06.09.2020 à 14h04

    Plus près de chez nous , la population du village de Pont-Saint-Esprit empoisonné au LSD par la CIA en aout 1951 .

      +27

    Alerter
  • RGT // 06.09.2020 à 18h46

    Connaissez-vous un seul pays qui ne pratique pas de « recherches concernant la sûreté de l’état » vous ?

    Bref, tout le monde se taille la bourre pour trouver un nouveau « machin » qui permettra d’avoir un avantage sur « les pourris d’en face ».

    Par contre, il faut quand-même reconnaître qu’au niveau des essais sur des personnes à leur insu, qu’elles soient civiles ou militaires, les USA sont parmi les nations qui s’encombrent le moins de « stupides principes à la con » pour « faire avancer la science ».

    Quand on vient reprocher aux nazis (je n’approuve PAS DU TOUT ce qu’ils firent) d’avoir procédé à des « recherches » sur les prisonniers des camps de concentration (coucou Mengele) ils avaient « au moins » la décence de ne pas les pratiquer sur la « population saine » mais sur des « races inférieures » (notion écœurante mais qui avait l’avantage de ne pas poser de cas de conscience aux expérimentateurs).

    Dans le cas des USA, ça a toujours été la « fête du slip » pour les essais « en vrai » sur la population et les bidasses (exposition aux radiation de milliers de soldats lors d’essais nucléaires et autres joyeusetés).

    Pour résumer, des pratiques dignes des pires dictatures.

    Et après ils viennent donner des leçons de morale à la terre entière et prétendent qu’ils sont une « nation exemplaire ».

    Ils sont juste plus faux-culs que les autres et drapent dans une virginité plus écœurante que leurs actes.
    Les autres nations avaient au moins la « décence » de la fermer.

    Mais la « communauté internationale » a désormais acquis les valeurs de son maître.

      +13

    Alerter
  • Lusituationniste // 06.09.2020 à 20h32

    A lire : https://www.chasse-aux-livres.fr/prix/2950726445/lsd-et-cia-martin-a-lee?query=Lsd%20et%20cia
    « On avait également appris que la CIA avait longuement travaillé à la mise au point de cet acide hallucinogène, mais ce que l’on découvre ici, c’est que la fameuse Agence avait de surcroît entrepris sa diffusion à large échelle, notamment sur les campus… Comme le soulignent les auteurs de cette enquête minutieuse – devenue un livre culte aux Etats-Unis -, » la grande ironie de l’histoire du LSD, c’est qu’on a employé ce dernier à la fois comme une arme et comme un sacrement, comme un moyen de manipuler le cerveau d’autrui et comme moyen d’élargir le champ de conscience de son propre cerveau. »

      +3

    Alerter
  • X // 06.09.2020 à 22h35

    Attention complotisme… extrême-droite-fake news…
    Je crains que mon lien ne passe pas ces fourches caudines …
    Et pourtant, il me semble que ça vaut le détour; il y a pas mal de choses intéressantes:
    https://m.youtube.com/watch?v=Enr3VY7jwVI

      +0

    Alerter
  • vert-de-taire // 07.09.2020 à 19h50

    Et Assange risque sa peau avec la complicité de tous nos média et dirigeants.

    L’Empire continue en pire.

      +3

    Alerter
  • rolland // 09.09.2020 à 14h24

    En France c’est Alexandre Lebreton, sans le moindre doute, qui est celui qui a fourni le plus gros travail sur le sujet MK Ultra.
    Des religions « à mystères » à l’anthropologie, de la psychotraumatologie au satanisme transgénérationnel, des programmes gouvernementaux à la démonologie, de la magie sexuelle aux sociétés secrètes, de l’industrie du divertissement à la propagande renommée en tant que culture..
    Toutes les pièces une fois rassemblées montrent une partie des arcanes de notre monde et nous aident à saisir les plus obscurs aspects de celui-ci et des humains qui le composent pour mieux nous éclairer sur notre situation actuelle, autant matérielle que spirituelle.
    On peu appeler ce bouquin « la bible »…….à creuser si l’on veut réellement savoir pourquoi : https://www.amazon.fr/Mk-Abus-Rituels-Controle-Mental/dp/1911417010

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications