Les Crises Les Crises
4.septembre.20204.9.2020 // Les Crises

La Guerre américano-philippine (1899-1913) : un conflit oublié

Merci 150
J'envoie

Source : Consortium News

Pendant une décennie et demie, l’armée américaine a fait la guerre à des « musulmans féroces » dans un pays lointain. Ça vous dit quelque chose ?

Il se trouve que cette guerre s’est déroulée à l’autre bout du monde, loin du Grand Moyen-Orient et, il y a plus d’un siècle, dans les îles les plus méridionales des Philippines. À l’époque, les soldats américains n’ont pas combattu les Talibans, mais les Moros, un groupe islamique très indépendant qui a une histoire similaire de résistance à des envahisseurs étrangers. Aujourd’hui, rares sont ceux qui ont entendu parler de la guerre des Moros, qui s’est déroulée de 1899 à 1913, mais qui a été, jusqu’à l’Afghanistan, l’une des plus longues campagnes militaires menée par les États-Unis.

La pensée populaire suppose que les États-Unis n’étaient pas vraiment engagés au sein du monde islamique jusqu’à ce que Washington s’implique dans la révolution iranienne islamiste et l’invasion soviétique de l’Afghanistan, toutes deux survenues en 1979, année charnière. Ce n’est tout simplement pas le cas.

Nous avons bien vite oublié que l’armée, qui a mené des guérillas prolongées contre les Amérindiens tribaux tout au long du XIXe siècle, a continué – souvent sous la direction d’anciens combattants de ces guerres indiennes – à mener une guerre anti-insurrectionnelle contre les Moros islamiques tribaux dans les îles Philippines au début du nouveau siècle, un conflit qui était une conséquence de la guerre hispano-américaine.

Cette campagne est pratiquement disparue de l’histoire et de la mémoire collective américaine. Une recherche de base sur l’Amazonie pour « Moro War », par exemple, ne donne que sept livres (dont la moitié est publiée par les écoles militaires américaines), tandis qu’une recherche similaire pour « Vietnam War » ne donne pas moins de 10 000 titres. Ce qui est curieux.

La guerre dans le sud des Philippines n’a pas seulement duré six ans de plus que les opérations militaires américaines conventionnelles au Vietnam, mais elle a également donné lieu à l’attribution de 88 médailles d’honneur du Congrès et a produit cinq futurs chefs d’état-major de l’armée. Alors que l’insurrection dans les îles du nord des Philippines s’était éteinte en 1902, les rebelles Moro ont continué à se battre pendant une autre décennie. Comme le lieutenant Benny Foulois – plus tard général et « père » de l’aviation de l’armée – l’a expliqué, « l’insurrection philippine a été douce comparée aux difficultés que nous avons eues avec les Moros ».

Un groupe de combattants philippins déposant leurs armes lors de leur reddition, vers 1900. (Wikimedia Commons)

Voici les points pertinents en ce qui concerne la guerre moro (qui semblera sinistrement familière dans un contexte de guerre sans fin du 21e siècle) : l’armée américaine n’aurait pas dû être là en premier lieu ; la guerre a finalement été un échec opérationnel et stratégique, rendu encore plus cuisant à cause de l’orgueil américain ; et elle devrait être considérée, rétrospectivement, comme (en utilisant un terme que le général David Petraeus a appliqué à notre guerre actuelle en Afghanistan) la première « guerre générationnelle » de la nation.

Plus d’un siècle après le désengagement de l’armée américaine du Moroland, les insurrections islamistes et autres insurrections régionales continuent de sévir dans le sud des Philippines. En effet, le déploiement des forces spéciales de l’armée américaine dans l’ancienne colonie américaine après le 11 septembre 2001 ne doit être considéré que comme la dernière phase d’une lutte de 120 ans contre les Moros. Ce qui n’augure rien de bon pour les perspectives des « guerres générationnelles » actuelles en Afghanistan, en Irak, en Syrie et dans certaines régions d’Afrique.

Bienvenue à Moroland

Les soldats et les officiers qui ont afflué dans ce qu’ils appelaient « Moroland » au début du siècle auraient tout aussi bien pu pénétrer en Afghanistan en 2001-2002. Pour commencer, la similitude entre les îles moros et l’arrière-pays afghan est profonde. Les deux étaient énormes.

L’île moro de Mindanao est à elle seule plus grande que l’Irlande. Les plus de 369 îles du sud des Philippines se distinguent également par un terrain presque impraticable et non aménagé – environ 932 000 kilomètres carrés de jungle et de montagnes avec seulement environ 80 kilomètres de routes pavées à l’arrivée des Américains. Le paysage était si impénétrable que les soldats appelaient les régions éloignées les « boondocks » – une corruption du mot tagalog bundok – et il est entré dans la langue vernaculaire américaine.

Les Moros (du nom des Maures musulmans expulsés d’Espagne en 1492) étaient organisés en familles, clans et tribus. L’Islam, qui était arrivé par l’intermédiaire de commerçants arabes un millier d’années plus tôt, a fourni la seule force unificatrice pour souder la douzaine ou plus de groupes culturels et linguistiques sur ces îles. Les guerres inter-tribales étaient endémiques, mais elles étaient plus que compensées par une aversion historique pour les envahisseurs extérieurs. Au cours de leurs trois siècles de domination aux Philippines, les Espagnols n’ont jamais réussi à assurer qu’une présence marginale dans le Moroland.

Des armes Moroland d’époque exposées au musée Quirino-Syquia à Vigan, Ilocos Sur, Philippines. (Alternativity, CC BY 3.0, Wikimedia Commons)

Il y avait d’autres similitudes. Les Afghans et les Moros adhéraient tous deux à une culture des armes. Chaque Moro adulte de sexe masculin portait une lame et, lorsque c’était possible, portait une arme à feu. Les Afghans modernes et les Moros du XIXe siècle « utilisaient » souvent les occupants américains comme un moyen pratique de régler les querelles tribales. Les Moros ont même eu un précurseur du kamikaze moderne, un « juramentado » qui se rasait rituellement et revêtait des robes blanches avant de charger fanatiquement jusqu’à la mort les troupes américaines en brandissant une lame. Les soldats américains avaient si peur d’eux et respectaient tant leur incroyable capacité à surmonter les blessures par balle que l’armée a fini par remplacer le revolver standard de calibre 38 par le plus puissant pistolet Colt 45.

Lorsque, après avoir vaincu la flotte espagnole dans la baie de Manille et forcé la reddition rapide de la garnison, les États-Unis ont annexé les Philippines par le traité de Paris de 1898, les Moros n’ont pas été consultés. La domination espagnole a toujours été fragile sur leurs territoires et peu de Moros avaient entendu parler de Paris. Ils n’avaient certainement pas accepté la domination américaine.

Très tôt, les officiers de l’armée américaine déployés au Moroland ont contribué à l’amour de l’indépendance de la population locale. Le général John Bates, désireux de se concentrer sur un soulèvement philippin redoutable dans les îles principales, signa un accord avec les dirigeants moros, promettant que les États-Unis ne se mêleraient pas de leurs « droits et dignités » ou de leurs « coutumes religieuses » (y compris l’esclavage).

Quelles que soient ses intentions, cet accord ne s’est avéré guère plus qu’un expédient temporaire jusqu’à ce que la guerre dans le nord soit gagnée. Le fait que Washington ait considéré les relations avec ces chefs tribaux comme analogues à celles qu’il avait entretenues avec les tribus amérindiennes « sauvages » a échappé aux Moros.

Bien que l’accord Bates n’ait tenu qu’aussi longtemps que cela convenait aux dirigeants militaires et politiques américains, il était sans aucun doute le meilleur espoir de paix dans les îles. Les objectifs initiaux limités des États-Unis au Moroland – comme les objectifs tout aussi limités de l’invasion initiale de l’Afghanistan par la CIA et les forces spéciales en 2001 – étaient tellement plus sages que les objectifs vastes et futiles de contrôle, de démocratisation et d’américanisation dans les deux conflits. Les officiers de l’armée américaine et les administrateurs civils ne pouvaient pas supporter les longues procédures moros (et plus tard afghanes). La plupart ont préconisé l’abrogation totale de l’accord Bates. Le résultat fut la guerre.

Des officiers, des points de vue et des stratégies différents

La pacification du Moroland a été menée – comme celle de la « guerre contre le terrorisme » – principalement par de jeunes officiers dans des endroits éloignés. Certains ont excellé, d’autres ont échoué de façon spectaculaire. Pourtant, même les meilleurs d’entre eux n’ont pas pu modifier le cadre stratégique consistant à imposer la « démocratie » et le « mode de vie américain » à une population étrangère éloignée. Beaucoup ont fait de leur mieux, mais en raison du système de rotation des officiers de l’armée, il en est résulté une série de stratégies déconnectées, incohérentes et changeantes pour imposer la domination américaine au Moroland.

Lorsque les Moros ont répondu par des actes de brigandage et des attaques aveugles contre les sentinelles américaines, des expéditions militaires punitives ont été lancées. Dans le premier cas, le général Adna Chaffee (plus tard chef d’état-major de l’armée) a lancé un ultimatum de deux semaines aux chefs des tribus moros locales pour qu’ils livrent les meurtriers et les voleurs de chevaux. Naturellement peu enclins à accepter la souveraineté américaine sur une région que leurs prédécesseurs espagnols n’avaient jamais conquise, ils ont refusé – comme ils le feraient encore et toujours dans le futur.

Soldats américains combattant les rebelles Moro, 1902. (Bibliothèque du Congrès, Wikimedia Commons)

Le colonel Frank Baldwin, qui a mené la première campagne, a appliqué des tactiques brutales et sanglantes (qui s’avéreront familières dans l’Afghanistan du XXIe siècle) pour laminer les Moros. Certains jeunes officiers de l’armée n’étaient cependant pas d’accord avec son approche. L’un d’eux, le capitaine John Pershing, se plaignait que Baldwin « voulait d’abord tirer sur les Moros et leur donner ensuite le rameau d’olivier ».

Au cours des 13 années suivantes de rotation des commandants, il y aurait eu une bataille bureaucratique interne entre deux écoles de pensée dominantes quant à la meilleure façon de pacifier les îles rétives – la même lutte qui accablerait les militaires de la « guerre contre le terrorisme » de l’après-11 septembre. L’une de ces écoles pensait que seules des réponses militaires sévères permettraient d’intimider les Moros belliqueux. Comme l’écrivait le général George Davis en 1902, « Nous ne devons pas oublier que le pouvoir est le seul gouvernement que [les Moros] respectent », un sentiment qui allait imprégner le livre qui devint la bible de l’armée américaine lorsqu’il fut question de « l’esprit arabe » du XXIe siècle.

D’autres, mieux personnifiés par Pershing, n’étaient pas d’accord. Selon eux, en traitant patiemment avec les dirigeants moros d’homme à homme, en maintenant une empreinte militaire relativement légère et en acceptant même les coutumes locales les plus « barbares », on pourrait atteindre les objectifs fondamentaux des États-Unis avec beaucoup moins d’effusions de sang des deux côtés.

Le service de Pershing aux Philippines a brièvement attiré l’attention pendant la campagne présidentielle de 2016, lorsque le candidat Donald Trump a répété une histoire manifestement fausse sur la façon dont le capitaine John Pershing (futur commandant général de toutes les forces américaines pendant la Première Guerre mondiale) – « un dur à cuire » – avait capturé 50 « terroristes » musulmans, trempé 50 balles dans du sang de porc, tiré sur 49 d’entre eux et relâché le seul survivant pour répandre l’histoire auprès de ses camarades rebelles. Le résultat, ou la morale de l’histoire, selon Trump, était que « pendant 25 ans, il n’y a pas eu de problème, OK ? »

Eh bien, non, en fait, l’insurrection philippine s’est prolongée pendant une autre décennie et une rébellion musulmane-séparatiste se poursuit dans ces îles jusqu’à ce jour.

En réalité, « Black Jack » Pershing était l’un des commandants les moins brutaux de Moroland. Bien que n’étant pas un ange, il a appris le dialecte local et s’est rendu sans armes dans des villages reculés pour passer des heures à mâcher de la noix de bétel (qui avait un effet stimulant similaire au khat somalien moderne) et à écouter les problèmes locaux. Pershing pouvait sans aucun doute être dur, voire brutal par moments. Pourtant, son instinct l’a toujours poussé à négocier en premier et à ne se battre qu’en dernier recours.

Général Leonard Wood. (Images de livres d’archives Internet, Wikimedia Commons)

Lorsque le général Leonard Wood a pris la relève à Moroland, la stratégie a changé. Vétéran de la campagne de Geronimo dans les guerres apaches et futur chef d’état-major de l’armée – une base de l’armée américaine dans le Missouri porte son nom –, il appliqua la tactique de la terre brûlée de ses campagnes indiennes contre les Moros, arguant qu’ils devaient être « écrasés » tout comme les Indiens d’Amérique l’avaient été. Il gagnerait chaque bataille, massacrant des dizaines de milliers d’habitants, sans jamais étouffer la résistance des Moros.

Ce faisant, il a rejeté l’accord Bates, a procédé à la mise hors la loi de l’esclavage, a imposé des formes occidentales de justice pénale et – pour payer les routes, les écoles et les améliorations d’infrastructure obligatoires à l’américaine – a imposé de nouvelles taxes aux Moros, que leurs chefs de tribu voyaient toutes comme une attaque directe contre leurs coutumes sociales, politiques et religieuses. (Il n’est jamais venu à l’esprit de Wood que son modèle de taxation sans représentation était également intrinsèquement antidémocratique ni qu’une politique similaire avait contribué à catalyser la Révolution américaine).

Le vernis juridique de ses actes serait un conseil provincial, similaire à l’Autorité provisoire de la coalition américaine qui dirigerait l’Irak après l’invasion américaine de 2003. Cet organe non élu comprenait Wood lui-même (dont le vote a compté deux fois), deux autres officiers de l’armée et deux civils américains. Dans son arrogance, Wood a écrit au gouverneur américain des Philippines, le futur président William Howard Taft : « Tout ce qui est nécessaire pour mettre le Moro au pas et le faire avancer est une politique forte et une application vigoureuse de la loi ». Comme il avait tort.

L’avancement professionnel était la raison d’être de Leonard Wood, alors que la connaissance ou l’empathie pour le peuple Moro n’a jamais figuré en tête de sa liste de priorités. Un de ses commandants subordonnés, le Major Robert Bullard – futur commandant de la 1ère Division d’Infanterie pendant la Première Guerre mondiale – a noté que Wood faisait preuve d’un « manque flagrant de connaissance du peuple, du pays… Il semblait vouloir tout faire lui-même sans se servir des informations des autres ».

Son modèle tactique consistait à bombarder d’artillerie les villages moro fortifiés – les « cottas » –, tuant d’innombrables femmes et enfants, puis à prendre d’assaut les murs avec des fantassins. Presque aucun prisonnier n’a jamais été fait et les pertes ont été inévitablement disproportionnées. Par exemple, lors d’une campagne sur l’île de Jolo, 1 500 Moros (2 % de la population de l’île) ont été tués en même temps que 17 Américains. Lorsque la presse avait parfois vent de ses massacres, Wood n’hésitait jamais à mentir, à omettre ou à falsifier des rapports afin de justifier ses actes.

Cependant, quand sa vigilance s’est relâchée, il a pu s’exprimer ouvertement sur sa brutalité. Dans un prélude macabre à la tristement célèbre déclaration de l’armée américaine à l’époque du Vietnam (et de sa réplique de la guerre d’Afghanistan) selon laquelle « il est devenu nécessaire de détruire le village pour le sauver », Wood a affirmé : « Bien que ces mesures puissent paraître dures, c’est la chose la plus bienveillante à faire ». Pourtant, quelle que soit l’agressivité du général, ses opérations n’ont jamais pacifié les fiers et intransigeants Moros. Lorsqu’il a finalement cédé le commandement au général Bliss, la rébellion qui bouillonnait lentement faisait toujours rage.

Son successeur, un autre futur chef d’armée (et homonyme de la base actuelle), était un homme beaucoup plus cérébral et modeste, qui allait plus tard aider à fonder l’École de guerre de l’armée. Bliss préférait le style de Pershing. « Les autorités », écrivait-il, « oublient que le moment le plus crucial est celui où le massacre a cessé ». Dans cette optique, il a mis fin aux expéditions punitives à grande échelle et a prudemment accepté qu’un certain niveau de violence et de brigandage dans le Moroland devienne la réalité du moment. Malgré cela, le mandat « éclairé » de Bliss na été ni un jeu de moralité [type de drame écrit entre le 14ème et le 16ème siècle qui concerne le conflit entre les vertus personnifiées et les vices, NdT] ni un véritable succès stratégique. Après tout, comme la plupart des généraux américains actuels accros (ou résignés) à la « guerre sur des générations », il a conclu qu’une présence militaire américaine serait nécessaire pour une durée indéterminée.

Après sa tournée (relativement) pacifique, Bliss a prédit que « le pouvoir du gouvernement, dépouillé de tout verbiage trompeur, équivaudrait au fait évident que les États-Unis devraient tenir à la gorge la plus grande partie de la population tandis que la plus petite partie la gouverne ». Cette vision d’une guerre sans fin hante encore l’Amérique.

Le massacre de Bud Dajo

Sous couvert de la construction de routes, de l’éducation et de l’amélioration des infrastructures, la domination militaire américaine à Moroland a finalement reposé sur la force et la brutalité. Cette vérité dérangeante s’est parfois manifestée de façon trop évidente, comme lors du massacre de Bud Dajo en 1906. À la fin de 1905, le major Hugh Scott, alors commandant de Jolo et futur chef de l’armée, reçut des informations selon lesquelles jusqu’à 1 000 familles moros – dans une sorte de protestation fiscale – avaient décidé de s’installer dans le cratère d’un énorme volcan en sommeil, le Bud Dajo, sur l’île de Jolo.

Il ne voyait aucune raison de le prendre d’assaut, préférant négocier. Comme il l’a écrit, « Il était évident que de nombreux bons Américains devraient mourir avant de pouvoir le prendre et, après tout, pourquoi mourraient-ils ? Pour percevoir une taxe de moins de mille dollars auprès de sauvages ! » Il pensait que la vie au sommet de la montagne était dure et que la plupart des Moros descendraient paisiblement lorsque leurs récoltes seraient mûres. Au début de 1906, il ne restait plus que huit familles.

Puis Scott rentra chez lui en permission et son pugnace et ambitieux commandant en second, le capitaine James Reeves, fortement soutenu par le commandant provincial sortant Leonard Wood, décida de mener le combat sur le Jolo Moros. Bien que le plan de Scott ait fonctionné, de nombreux officiers américains n’étaient pas d’accord avec lui, considérant la moindre « provocation » des Moros comme une menace pour la domination américaine.

Reeves envoya des rapports alarmistes sur une attaque sans effusion de sang et un cambriolage à un stand de tir américain. Wood, qui avait décidé de prolonger sa période de service à Moroland pour superviser la bataille à venir, conclut que le Bud Dajo Moros « devrait probablement être exterminé ». Il a ensuite envoyé des rapports trompeurs, ignoré une récente directive du secrétaire à la Guerre Taft interdisant les opérations militaires à grande échelle sans son approbation expresse, et émis des ordres secrets pour une attaque imminente.

Lorsque les Moros ont été informés par leur excellent réseau de renseignement, un nombre important d’entre eux sont rapidement retournés sur les bords du volcan. Le 5 mars 1906, les importantes troupes régulière de Wood ont encerclé la montagne et il a rapidement ordonné un assaut frontal sur trois fronts. Les Moros, dont beaucoup n’étaient armés que de lames ou de pierres, ont livré un dur combat, mais un massacre a fini par s’ensuivre. Wood a fini par garnir le bord de Bud Dajo de mitrailleuses, d’artillerie et de centaines de fusiliers, et a fait pleuvoir des tirs aveugles sur les Moros, dont un millier ont peut-être été tués. Lorsque la fumée s’est dissipée, tous les défenseurs sauf six étaient morts, soit un taux de pertes de 99 %.

Des soldats américains posent avec des Moros philippins morts après la première bataille de Bud Dajo, 7 mars 1906, Jolo, Philippines. (Wikimedia Commons)

Wood, insensible à la vue des corps de Moros, empilés par endroits sur cinq rangées superposées, s’est réjoui de sa « victoire ». Son rapport officiel indique seulement que « tous les défenseurs ont été tués ». Certains de ses soldats ont fièrement posé pour une photo au-dessus des morts, y compris des centaines de femmes et d’enfants, comme s’ils étaient des trophées de chasse au gros gibier d’un safari. La tristement célèbre photo allait faire le tour du monde dans une version du début du XXe siècle de « contenu viral », tandis que la presse anti-impérialiste se déchaînait et que Wood faisait face à un scandale. Même certains de ses collègues officiers furent horrifiés. Pershing écrivit à sa femme : « Je ne voudrais pas avoir ça sur la conscience même pour la célébrité de Napoléon. »

Le massacre finirait même par embarrasser un président. Avant que le scandale n’éclate dans la presse, Theodore Roosevelt avait envoyé à Wood une lettre de félicitations, louant « le brillant fait d’armes par lequel vous et eux avez si bien défendu l’honneur du drapeau américain ». Il ne tarderait pas à le regretter.

Mark Twain, l’un des principaux porte-parole littéraires des anti-impérialistes, a même suggéré de remplacer Old Glory par un drapeau pirate à tête de mort. En privé, il écrivit : « Nous les avons complètement exterminés, ne laissant même pas un bébé vivant pour pleurer sa mère morte ». La photographie a également galvanisé les militants afro-américains des droits civils. W.E.B. Du Bois a déclaré que l’image du cratère était « la plus édifiante que j’aie jamais vue » et a envisagé de l’afficher sur le mur de sa classe « pour faire comprendre aux élèves ce que signifient réellement les guerres et surtout les guerres de conquête ».

La véritable tragédie du massacre de Bud Dajo – un microcosme de la guerre moro – est que la « bataille » était si inutile, tout comme les assauts aveugles contre des villages afghans vides et piégés que mes propres troupes ont entrepris en Afghanistan en 2011-2012, ou l’insertion aléatoire d’autres unités américaines dans des avant-postes indéfendables dans les vallées montagneuses de l’extrême nord-est de ce pays, qui a abouti, de manière tristement célèbre, au désastre lorsque les talibans ont failli envahir l’avant-poste de combat Keating en 2009.

Sur l’île de Jolo, un siècle plus tôt, Hugh Scott avait mis au point une formule sans effusion de sang qui aurait pu, un jour, mettre fin à la guerre (et à l’occupation américaine) dans cette île. Cependant, le carriérisme d’un subordonné et la philosophie simpliste de son supérieur, le général Wood, ont démontré les limites inhérentes à un un commandement d’un officier « éclairé » pour modifier le cours de ces guerres sans but et malavisées.

Le scandale a dominé les journaux américains pendant environ un mois jusqu’à ce qu’une nouvelle sensationnelle éclate : un terrible tremblement de terre et un incendie avaient détruit San Francisco le 18 avril 1906. Dans les mois qui ont précédé l’oubli du massacre, certains reportages de la presse ont été très judicieux. Le 15 mars 1906, par exemple, un éditorial de la Nation – en des termes qui pourraient s’appliquer mot pour mot aux guerres sans fin d’aujourd’hui – demandait « s’il existe une politique précise à l’égard des Moros… Il semble n’y avoir qu’une dérive sans but, avec des succès sanglants occasionnels…

Mais les combats se poursuivent sans relâche et personne ne peut y découvrir que nous faisons des progrès ». Cette conclusion résume bien la futilité et l’inertie désespérée de la guerre dans le sud des Philippines. Néanmoins, à l’époque (et maintenant, comme le Washington Post l’a démontré tout récemment), les généraux et les hauts fonctionnaires américains ont fait de leur mieux pour transformer l’impasse en succès.

Le général de l’armée américaine Martin E. Dempsey, président des chefs d’état-major interarmées, assiste à un briefing des forces spéciales américaines et afghanes au sommet d’une montagne, à Camp Moorehead, en Afghanistan, le 23 avril 2012. (Photo du DoD par D. Myles Cullen)

L’illusion du « progrès » en Moroland

Comme au Vietnam et plus tard en Afghanistan, les généraux qui ont mené la guerre moro ont constamment assuré à l’opinion publique que des progrès étaient réalisés, que la victoire était imminente. Il fallait juste encore plus de temps. Et au Moroland, comme jusqu’à récemment dans l’interminable guerre d’Afghanistan, les politiciens et les citoyens ont gobé les récits optimistes de ces généraux, en partie parce que les conflits se sont déroulés bien au-delà de l’œil du public.

Une fois que l’insurrection la plus importante dans les principales îles des Philippines s’est éteinte, la plupart des Américains ont perdu tout intérêt pour un théâtre de guerre éloigné, à des milliers de kilomètres de là. Les vétérans de la guerre des Moros qui revenaient (comme leurs homologues de la guerre contre le terrorisme) étaient pour la plupart ignorés. Beaucoup aux États-Unis ne se rendaient même pas compte que les combats se poursuivaient aux Philippines.

Un vétéran a écrit à propos de la façon dont il a été accueille au pays que « au lieu de se réjouir, les gens fixent un homme vêtu de kaki comme s’il s’était échappé du zoo ». Le nombre relativement faible de victimes (américaines) de la guerre a contribué à l’apathie du public. Dans les années 1909 et 1910, seuls huit soldats de l’armée régulière ont été tués, comme les 32 soldats tués en 2016-2017 en Afghanistan. C’était juste assez de danger pour qu’une période de service en Moroland, comme en Afghanistan aujourd’hui, soit traumatisante, mais pas assez pour attirer l’attention nationale ou susciter une opposition généralisée à la guerre.

Dans le style récemment révélé par Craig Whitlock du Post en ce qui concerne l’Afghanistan, cinq futurs chefs d’état-major de l’armée ont exposé à leurs dirigeants civils et à la population une combinaison de mensonges, de dissimulations et de représentations idylliques du « progrès ». Adna Chaffee, Leonard Wood, Hugh Scott, Tasker Bliss et John Pershing – un bottin virtuel du panthéon de l’armée de cette époque – ont assuré à plusieurs reprises aux Américains que la guerre contre les Moros prenait un virage, que la victoire était à la portée des militaires.

David Petraeus, un général deux étoiles lors de l’invasion américaine de l’Irak en 2003, avec le lieutenant général William S. Wallace.

Il n’en a jamais été ainsi. Cent six ans après la « fin » de la guerre moro de l’ Amérique, le Post a une fois de plus souligné la façon dont les commandants successifs et les responsables américains de notre époque ont menti aux citoyens sur le « progrès » d’une guerre encore plus longue. En ce sens, les généraux David Petraeus, Stanley McChrystal, Mark Milley et tant d’autres de cette époque partagent des points communs troublants avec les généraux Leonard Wood, Tasker Bliss et compagnie.

Dès octobre 1904, Wood écrit que « la question moro… est assez bien tranchée ». Puis, Datu Ali, un chef rebelle, a fait l’objet de chasses à l’homme pendant deux ans – un peu comme celles qui ont finalement tué Oussama ben Laden d’Al-Qaïda et Abu Bakr al-Baghdadi de l’EI. En juin 1906, lorsque Ali a finalement été capturé et tué, le magazine Colliers a publié un article intitulé « La fin de Datu Ali : le dernier combat de la guerre moro ».

Après Bud Dajo, Tasker Bliss a adouci les opérations militaires de Wood et a supervisé une tournée relativement calme dans le Moroland, mais même lui s’est opposé à tout retrait de troupes, prédisant qu’une sorte de « guerre sur des générations » était nécessaire pour pacifier complètement la province. En 1906, il a écrit que les Moros, en tant que peuple « sauvage » et « mahométan », « ne peuvent pas être entièrement changés en quelques années et le peuple américain ne doit pas s’attendre à des résultats… comme ceux que d’autres nations opérant dans des conditions similaires ont mis un siècle ou plus à obtenir ».

Comme le déplorait Pershing en 1913, la 14e année de la guerre, « les Moros ne semblaient jamais tirer des leçons de l’expérience ». Et la violence a continué juste après son départ, même si les troupes américaines ont joué un rôle de plus en plus consultatif, tandis que l’armée philippine combattait la rébellion en cours.

Les Moros, bien sûr, continuent de combattre les troupes basées à Manille jusqu’à ce jour, une véritable « lutte sur des générations » pour des siècles.

L’absence de vision d’ensemble, d’hier et d’aujourd’hui

La dernière grande bataille menée par les Américains sur Jolo en 1913 s’est révélée être une répétition grotesque de Bud Dajo. Lorsque plusieurs centaines de Moros intransigeants grimpèrent dans un autre cratère au sommet de Bud Bagsak, Pershing, qui avait critiqué les méthodes antérieures de Wood et était de nouveau aux commandes, essaya de lancer une opération plus humaine. Il a tenté de négocier et a organisé un blocus qui a réduit les rangs des défenseurs. Cependant, ses troupes finirent par prendre d’assaut la crête de la montagne et tuèrent quelque 200 à 300 hommes, femmes et enfants, sans pour autant attirer l’attention dont avait fait l’objet le massacre précédent, car la grande majorité des soldats de Pershing étaient des Philippins dirigés par des officiers américains. Le même changement pour des soldats autochtones en Afghanistan a réduit les pertes (américaines) et la visibilité des Américains dans une guerre tout aussi ratée.

Bien que les officiers de l’armée contemporaine et, plus tard, les historiens militaires aient affirmé que la bataille de Bud Bagsak avait brisé les reins de la résistance moro, ce n’est pas du tout le cas. Ce qui a finalement changé, ce n’est pas la violence elle-même, mais qui a mené les combats. Les Philippins se chargent désormais de la quasi-totalité des morts et les troupes américaines s’éloignent lentement du champ de bataille.

Par exemple, si l’on prend en compte le nombre total de victimes, 1913 a été en fait l’année la plus sanglante du conflit moro, tout comme 2018 a été la plus sanglante de la guerre d’Afghanistan. Fin 1913, Pershing a résumé sa propre incertitude quant à l’avenir de la province dans son rapport officiel final : « Il nous reste maintenant à conserver tout ce que nous avons gagné et à remplacer un gouvernement par la force par quelque chose de plus conforme aux nouvelles conditions. La forme que cela prendra n’a pas été tout à fait déterminée ». Elle n’a toujours pas été décidée, ni en Moroland, ni en Afghanistan, et nulle part, en vérité, dans les conflits du Grand Moyen-Orient de ce siècle.

Le gouvernement philippin à Manille continue de faire la guerre aux rebelles moros. À ce jour, deux groupes – l’islamiste Abu Sayyaf et le Front de libération islamique moro, un groupe séparatiste – continuent de contester le contrôle du gouvernement central dans cette ville. Après les attaques du 11 septembre, l’armée américaine est à nouveau intervenue dans le Moroland, envoyant des équipes des forces spéciales pour conseiller et aider les unités militaires philippines. Si peu de bérets verts américains connaissaient l’histoire coloniale de leur propre pays, les habitants eux n’avaient pas oublié.

En 2003, lorsque les forces américaines ont débarqué au port principal de Jolo, elles ont été accueillies par une banderole sur laquelle on pouvait lire « Nous ne laisserons pas l’histoire se répéter ! Les Yankees dehors ». La station de radio de Jolo a joué des ballades traditionnelles et un chanteur a chanté : « Nous avons entendu que les Américains arrivent et nous nous préparons. Nous affûtons nos épées pour les massacrer quand ils viendront ».

Plus d’un siècle après la malheureuse campagne moro, les troupes américaines sont revenues à leur point de départ, des étrangers, une fois de plus confrontés au ressentiment d’une population locale farouchement indépendante. L’un des derniers survivants de la guerre Moro, le lieutenant (et plus tard général de l’armée de l’air) Benny Foulois a publié ses mémoires en 1968, au plus fort de l’insurrection du Vietnam. C’est peut-être en ayant ce conflit à l’esprit qu’il a réfléchi au sens de sa propre guerre de jeunesse : « Nous avons découvert que quelques centaines d’autochtones vivant de leur terre et se battant pour elle pouvaient immobiliser des milliers de soldats américains… et amener une partie de notre population à penser que ce qui se passe en Extrême-Orient ne nous regarde pas. »

Comme j’aurais aimé que ce livre soit au programme pendant que j’étais en poste à West Point !

[Remarque : Pour des informations plus détaillées sur le conflit dans le sud des Philippines, voir « The Moro War » de James Arnold, la source principale de la plupart des informations contenues dans cet article].

Danny Sjursen, un collaborateur régulier de TomDispatch, est un major de l’armée américaine à la retraite et ancien instructeur d’histoire à West Point. Il a servi dans des unités de reconnaissance en Irak et en Afghanistan. Il a écrit un mémoire sur la guerre en Irak, « Ghost Riders of Baghdad : Soldiers, Civilians, and the Myth of the Surge ». Il vit à Lawrence, dans le Kansas. Suivez le sur Twitter à @SkepticalVet et regardez son podcast « Fortress on a Hill », co-animé avec son collègue à la retraite Chris ‘Henri’ Henriksen.

Source : Consortium News

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 04.09.2020 à 08h32

« Lorsque … les États-Unis ont annexé les Philippines par le traité de Paris de 1898, les Moros n’ont pas été consultés.

Les philippins non plus n’ont pas été consultés : La meilleure preuve, ils se sont rebellés contre l’occupant pour recouvrer leur liberté.

Mais comme pour l’Irak et les autres « opérations humanitaires » destinées à « libérer les peuples opprimés » les empires coloniaux se foutent royalement de l’opinion des populations locales composées de sous-hommes arriérés.

Les USA sont largement pires que les anciens empires coloniaux car loin d’avoir une conduite irréprochable concernant le respect des populations autochtones ils ont l’outrecuidance de se présenter en « chevaliers blancs de la Démocratie » et se permettent de faire la morale aux autres nations qui ont fait, mais ne font (presque plus et de manière plus « pacifique ») les mêmes actions nuisibles.

Je me demande à quoi sert le « machin » comme le nommait De Gaulle (qui a, je vous le rappelle, rendu leur indépendance – avec quand-même la Françafrique moins pire que la colonisation).
« Machin » censé « protéger » les états faibles contre leurs puissants voisins.

Si l’ONU était utile, Les USA devraient être bannis de la « communauté internationale » depuis des lustres suite à leur comportement de prédateur sans scrupules.

Et il en va de même pour la majorité des « démocraties occidentales » qui sèment de concert le chaos sur toute la planète pour permettre à « leurs » ploutocrates de continuer à engranger des profits indécents sur le dos des populations étrangères avec le sang de « leur » propre population.

10 réactions et commentaires

  • RGT // 04.09.2020 à 08h32

    « Lorsque … les États-Unis ont annexé les Philippines par le traité de Paris de 1898, les Moros n’ont pas été consultés.

    Les philippins non plus n’ont pas été consultés : La meilleure preuve, ils se sont rebellés contre l’occupant pour recouvrer leur liberté.

    Mais comme pour l’Irak et les autres « opérations humanitaires » destinées à « libérer les peuples opprimés » les empires coloniaux se foutent royalement de l’opinion des populations locales composées de sous-hommes arriérés.

    Les USA sont largement pires que les anciens empires coloniaux car loin d’avoir une conduite irréprochable concernant le respect des populations autochtones ils ont l’outrecuidance de se présenter en « chevaliers blancs de la Démocratie » et se permettent de faire la morale aux autres nations qui ont fait, mais ne font (presque plus et de manière plus « pacifique ») les mêmes actions nuisibles.

    Je me demande à quoi sert le « machin » comme le nommait De Gaulle (qui a, je vous le rappelle, rendu leur indépendance – avec quand-même la Françafrique moins pire que la colonisation).
    « Machin » censé « protéger » les états faibles contre leurs puissants voisins.

    Si l’ONU était utile, Les USA devraient être bannis de la « communauté internationale » depuis des lustres suite à leur comportement de prédateur sans scrupules.

    Et il en va de même pour la majorité des « démocraties occidentales » qui sèment de concert le chaos sur toute la planète pour permettre à « leurs » ploutocrates de continuer à engranger des profits indécents sur le dos des populations étrangères avec le sang de « leur » propre population.

      +32

    Alerter
  • X // 04.09.2020 à 09h47

    Dans Torture and Democracy de Darius Rejali (pas traduit en français, à ma connaissance), j’avais lu que la guerre des Philipines avait consacré le grand retour de la torture pratiquée par des régimes issus des Lumière (la torture avait été peu à peu abandonnée par les pays européens au cours du XVIIIe siècle).La technique de la torture par la baignoire devient ainsi, à partir de la guerre des Philippines, une spécialité des services spéciaux de l’armée américaine.
    La culture populaire, via le cinéma, associe dette technique (atroce) de la baignoire à la Gestapo pendant la seconde guerre mondiale. Et on attribue souvent aux nazis réfugiés en Amérique du sud son enseignement aux polices politiques des régimes dictatoriaux sud-américains.

    Ce n’est pas faux, mais, comme le montre Darius Rejali, au début de la seconde guerre mondiale, la Gestapo était très pauvre en techniques de torture ( à part le knout, elle ne connaissait pas grand-chose…) . C’est en France, au contact de la gestapo française, dont beaucoup des membres étaient passés pendant l’entre-deux-guerres par l’administration coloniale, que la Gestapo allemande se serait formée – notamment à la technique de la baignoire…

      +5

    Alerter
    • X // 04.09.2020 à 14h18

      Avez-vous des sources à me proposer. Pour ma part, je vous cite (de mémoire, certes) ce que j’ai lu dans ce livre de Darius Rejali
      https://en.wikipedia.org/wiki/Darius_Rejali

        +1

      Alerter
    • X // 04.09.2020 à 14h40

      Je ne me souviens plus très bien des détails, mais l’auteur montre, en s’appuyant sur de nombreux faits, datés très précisément que, par exemple, la Gestapo n’a utilisé en France la technique de l’électricité qu’à partir de 43 alors que cette technique était déjà utilisée (très marginalement, car c’était une innovation à l’époque) dans les années 30 dans certaines colonies françaises. La thèse de l’auteur est que la lutte contre les partisans français a servi de laboratoire à l’époque à la Gestapo ( en tout cas pour cette technique de l’électricité, je ne me souviens plus exactement pour la baignoire). Et cette techniques a ensuite été utilisée dans les pays de l’est (notamment contre la partisans yougoslaves et soviétiques)

        +0

      Alerter
      • X // 04.09.2020 à 15h39

        Je veux bien vous croire, mais encore une fois qu’elles sont vos sources.
        Sur wikipedia, je ne trouve rien de précis

          +2

        Alerter
  • christian gedeon // 04.09.2020 à 10h21

    Olalala.l’obsession anti Us des Crises devient pénible.La guerre contre les moros continue aujourd’hui,savez vous? Toujours aussi sauvage des deux côtés. Faire des moros de pauvres victimes est juste un mensonge historique. Particulièrement agressifs et cruels,ils massacraient(et massacrent encore) du chrétien à tout va dès qu’ils en ont l’occasion.mais c’est bien sûr la faute des us. Bien pratiques donc ces us pour expliquer tout le malheur du monde.Creusez encore un peu et ils seront responsables des chambres à gaz,des goulags et de la révolution culturelle…

      +4

    Alerter
  • LibEgaFra // 04.09.2020 à 10h44

    Un bon Moro est un Moro mort. Philosophie yankee. On peut remplacer Moro, par Amérindien, Vietnamien, Irakien, Afghan, Libyen, Syrien, Russe, etc. sauf si le Russe est raciste, car dans ce cas ils sanctionnent.

      +16

    Alerter
  • antoniob // 04.09.2020 à 18h15

    Cet article ne pose pas suffisamment le contexte, qui est celui de la guerre Américano-Espagnole.
    La guerre de 1898 est royalement ignorée par les français, alors qu’elle revêt une importance énorme dans le pays voisin au delà des Pyrénées.
    A Cuba, les Etats-Unis avaient utilisés comme prétexte l’explosion d’un de leur navire marchand dans la rade de la La Havane, pour accuser l’Espagne et déclencher l’invasion de Cuba. L’un des but, parmi d’autres, était de prendre le contrôle des derniers marchés coloniaux, tels le sucre (canne) en même temps que d’instaurer leur suprématie. Les Philippines étaient le deuxième volet de cette opération, Philippines et Cuba étant les deux derniers restes de l’empire espagnol. Or à l’époquie l’Espagne ne causait aucune nuisance depuis longtemps et la dernière chose que le pays voulait était de se mettre les Etats-Unis à dos. Mais non, « faux drapeau », campagne de presse anti-espagnole délirante (Randoplh Hearst) et guerre d’invasion.

      +13

    Alerter
  • clauzip12 // 05.09.2020 à 00h02

    Comme toujours que ce soit en royauté ,en république,en démocratie le profit justifie tout!
    L’homme que l’on a dit moderne reproduit à l’infini en le drapant ,par média corrompus,les comportements déclenchés par les instincts primaires.
    Sauf que ,depuis de nombreux siècles ce n’est pas pour la survie mais pour le pouvoir et en ligne de mire les profits.
    Ces profiteurs ont la conscience tranquille.Leurs profits d’actionnaires sont réalisés sans avoir la moindre idée des méthodes employées.
    Un document de L.LUCET que j’ai visionné récemment prouve que les téléphones portables permettent des marges énormes aux fabricants,représentent des centaines de milliers d’heure de travail d’enfants quand ce n’est pas la mort des mineurs extrayant du sous sol les métaux utilisés.
    Camp de concentrations? ils ne savaient pas(les auteurs dans la hiérarchie). Maintenant nous savons et perdurons dans notre consommation criminelle!
    Cela ne cessera que si nous disons non et adoptons les comportements éthiques!

      +2

    Alerter
  • serge // 05.09.2020 à 17h32

    Bon, une bonne resucée des guerres indiennes. Et précurseur des guerres au Vietnam, au Moyen Orient, en Amérique du Sud…

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications