Les Crises Les Crises
11.septembre.202011.9.2020 // Les Crises

Irak : Ce que Colin Powell savait et ce qu’il a dit aux Nations Unies

Merci 256
J'envoie

Source : The Intercept, Jon Schwartz

On a beaucoup critiqué Powell dans ce dossier – il a parlé de « douleur » et de quelque chose « qui ferait à jamais partie de sa vie » – mais pas encore assez. Powell, qui était alors secrétaire d’État sous la présidence de George W. Bush, est allé au delà de commettre de terribles erreurs : il a fabriqué des « preuves » et ignoré des avertissement répétés lui précisant que ses propos étaient mensongers.

Malheureusement, le Congrès n’a jamais enquêté sur l’utilisation par Powell des renseignements qu’on lui a fournis, si bien qu’il reste beaucoup de détails que nous ne connaissons pas. Mais même ainsi, ce qui a été divulgué est tout à fait accablant. Et quoique que les médias institutionnels n’aient jamais creusé ce dossier, nous pouvons reprendre la présentation de Powell ligne à ligne pour mettre en valeur le décalage entre ce qu’il savait et ce qu’il a affirmé au monde entier. Et comme vous allez le voir, il y a beaucoup à dire.

Le discours de Powell peut être téléchargé sur le site du Département d’Etat. Tous les liens des autres sources sont listés ci-dessous.

Certitude en public, doute en privé

Ce 5 février, devant le conseil de sécurité des Nations-Unies, Colin Powell était-il certain que ses propos étaient exacts ? C’était le cas :

POWELL : mes collègues, chaque affirmation que je fais aujourd’hui s’appuie sur des sources, des sources robustes. ce ne sont pas des allégations. Ce que nous vous donnons, ce sont des faits et des conclusions basés sur des renseignements fiables.

Plus tard, au sujet de savoir si l’Irak avait reconstitué son programme d’armes nucléaires, il affirmait :

POWELL : Il n’y a aucun doute dans mon esprit…

Ceci, en public. Et en privé ? D’après Larry Wilkerson, chef du personnel de Powell, voici ce à quoi Powell pensait au même instant :

WILKERSON : [Powell], l’air songeur, était entré dans mon bureau et il a lâché quelques mois du style « Je me demande comment nous nous sentirons tous si nous envoyons un demi-million de soldats en Irak, cherchant partout à travers le pays, et que nous ne trouvions rien ».

Des mensonges manifestes

Voici ce que Powell a dit au sujet des tristement célèbres tubes en aluminium achetés par l’Irak, supposément destinés à leur programme secret d’armes nucléaires :

POWELL : il me semble curieux que ces tubes [en aluminium] aient été fabriqués avec une précision bien meilleure que les normes américaines pour des fusées similaires. Peut-être que les Irakiens produisent leurs armes conventionnelles avec un niveau de standard plus élevé que le nôtre, mais je ne le pense pas.

Le propre personnel de renseignement de Powell, le Bureau of Intelligence and Research du Département d’État, avait préparé deux mémos de commentaires sur les projets de présentation. Ils furent par la suite discrètement diffusés comme annexes au rapport du Senate Intelligence Committee de renseignements concernant les armes de destruction massive.

Le second mémo de l’INR, rédigé le 3 février 2003, précisait ce qui suit à Powell :

Notre dernier point clé est l’affirmation que les tubes ont été produits avec une tolérance « bien meilleure que ceux utilisés par les USA pour des fusées similaires ». En fait, le système américain le plus comparable concerne la fusée tactique – la fusée de 70 mm US Mark 66 lancée depuis un vecteur aérien – qui utilise le même niveau de qualité d’aluminium (7075-T6) et qui a des caractéristiques similaires au niveau des tolérances. Notez que les caractéristiques de la Mk 66 sont déclassifiées et que le Département prévoit de les partager avec l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Des preuves fabriquées

Powell a diffusé l’enregistrement d’une conversation entre des officiers de l’armée irakienne au sujet des inspections des Nations unies. Cependant, quand il a traduit les propos, il en a volontairement agrémenté le contenu, transformant les propos que l’Irak se soumettait aux résolutions des Nations Unies en preuves que l’Irak les violait. Ceci apparaît dans le livre de Bob Woodward intitulé Plan of Attack (Plan d’attaque) :

Powell avait décidé d’ajouter ses propres interprétations aux propos répétés à partir de l’enregistrement, les développant substantiellement et les présentant sous leur plus mauvais angle… Concernant l’extrait au sujet de l’inspection pour la possibilité « d’armes interdites », Powell a poussé le bouchon : « Nettoyer toutes les zones… Être certain qu’il n’y a plus rien ». Rien de ceci ne figure dans l’enregistrement.

Voici la conversion telle que présentée par Powell aux Nations unies. Comme Woodward la rapporté, les phrases en gras ont simplement été ajoutées par Powell :

POWELL : « Ils inspectent les munitions que vous avez, oui ».

« Oui »

« Pour la possibilité qu’il y ait des armes interdites ».

« Pour la possibilité que par hasard il y ait des armes interdites ? »

« Oui. »

« Et nous vous avons envoyé un message hier pour nettoyer tous les secteurs, les zones de déchets, les zones abandonnées. Assurez vous qu’il n’y ait plus rien ».

Powell a ensuite expliqué :

Tout ceci fait partie d’un plan visant à cacher les choses et à les déplacer avant les inspections, et pour être certain qu’il n’y a plus rien à trouver.

Selon la traduction officielle du Département d’Etat (et confirmée pour moi par Imad Khadduri), le soldat irakien a juste dit :

« Et nous vous avons envoyé un message pour inspecter les secteurs des déchets et les zones abandonnées. »

Et il n’est pas surprenant que l’Irakien ait dit ceci. Voici ce que le rapport de la CIA sur l’absence d’armes de destruction en Irak a révélé sur ce qu’il se passait au sein du gouvernement irakien juste avant la conversation interceptée le 30 janvier :

Le directeur NMD a rencontré les leaders militaires de la Garde républicaine le 25 janvier 2003 et les a prévenus qu’ils auraient à signer des documents affirmant qu’il n’y avait aucune arme de destruction massive dans leurs unités, selon un ancien officier irakien. Husam Amin leur a dit que le gouvernement les tiendrait pour responsables si l’UNMOVIC trouvait la moindre arme de destruction massive dans leurs unités ou dans leurs secteurs, ou s’il avait quoi que ce soit qui puisse entraîner un doute sur la coopération de l’Irak avec l’UNMOVIC. Les commandants ont établi des comités pour s’assurer que leurs unités ne détenaient pas la moindre preuve d’anciennes armes de destruction massive.

À nouveau : Powell a pris pour preuve les actions que les Irakiens étaient supposés faire, c’est-à-dire réaliser des recherches dans leurs gigantesques décharges de munitions pour être certain qu’ils ne détenaient pas par accident des armes chimiques interdites – et affirmé que ceci montrait que l’Irak cachait bien des armes interdites.

Quand le Département d’État a été interrogé sur le sujet par le journaliste Gilbert Cranberg, la traduction différente de la version de Powell a disparu du site. Elle n’est plus disponible que via le site archive.org.

Tromperie par omission

La présentation de Powell a laissé de côté des données extrêmement importantes, comme celles-ci :

POWELL : l’historique de l’Irak en matière d’armes chimiques est remplie de mensonges. Il a fallu des années à l’Irak pour finalement admettre qu’il avait produit 4 tonnes de VX, un agent neuroplégique mortel. Une seule goutte de VX sur la peau vous tue en quelques minutes. Quatre tonnes. La reconnaissance n’est arrivée qu’après que des inspecteurs aient collecté des données après la défection de Hussein Kamel, feu le gendre de Saddam Hussein.

Jusqu’à preuve du contraire, c’est vrai. Cependant, Kamal, chef des programmes d’armes de destruction massive en Irak, a fait défection en 1995. L’Irak a produit le VX avant la Guerre du Golfe, en 1991 – et selon Kamal, l’Irak a secrètement détruit son stock peu après la guerre. Puis ils ont menti en déclarant n’en avoir jamais produit (jusqu’à sa défection). Mais selon Kamel, ils ne mentaient pas quand ils ont affirmé ne plus en avoir.

Ainsi, dans les notes des Nations Unies après le débriefing de Kamel, ce dernier affirme que l’Irak ne dispose plus d’armes de destruction massive, de quelque nature que ce soit :

KAMEL : Toutes les armes chimiques ont été détruites. J’ai ordonné la destruction de toutes les armes chimiques. Toutes les armes – biologiques, chimiques, missiles, nucléaires – ont été détruites.

Et si cela ne suffisait pas, Kamel a également dit dans un entretien pour CNN avec le correspondant Brent Sadler :

SADLER : Pouvez-vous répondre maintenant à cela : est-ce que l’Irak dispose encore aujourd’hui d’armes de destruction massive ?

KAMEL : Non. L’Irak ne possède plus aucune arme de destruction massive. Je suis totalement sincère sur ce point.

Mais en 1996, Kamel est retourné en Irak, où il a été exécuté par le régime de Saddam. C’est ainsi que les USA n’ont pas pris de risque en citant ce témoin, qui avait honnêtement affirmé que l’Irak n’avait plus de telles armes, et en prétendant que son témoignage indiquait le contraire.

Est-ce que Powell savait ce qu’il faisait à cette époque ? Ce n’est pas clair. Voici la transcription d’un échange entre Powell et Sam Husseini de l’Institute for Public Accuracy à Washington, en décembre 2006, à voir en vidéo ci-dessous :

HUSSEINI : Vous citez des propos de Hussein Kamel dans votre témoignage à l’ONU. Saviez-vous qu’il avait déclaré qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive ?

POWELL : Je n’avais en ma possession que les informations que les services de renseignements m’avaient communiquées.

HUSSEINI : Mais connaissiez-vous ce fait ?

POWELL : Bien sûr que non !

HUSSEINI : Vous ignoriez ce fait, bien qu’il ait été rapporté ?

POWELL : J’ai répondu à votre question !

Comme on le constate en visionnant l’extrait, Powell n’était pas content qu’on creuse cette série de questions. (Il n’a par ailleurs jamais manifesté de volonté de découvrir qui l’avait volontairement induit en erreur ; quand Barbara Walters lui a demandé qui était responsable des erreurs contenues dans la présentation générale, Powell a répondu « Je n’ai pas de noms ».)

// VIDEO

Avertissements ignorés

Comme nous l’avons montré ci-dessus, le personnel de renseignements du Département d’État, appelé INR, avait préparé deux mémos pour la présentation. Non seulement ils contredisaient directement Powell sur le problème des tubes en aluminium, mais ils le prévenaient également que beaucoup de ses assertions était « faibles », « pas crédibles » ou « très douteuses ». Voici quelques exemples pris dans ces mémos.

Powell à l’ONU :

POWELL : Nous savons que le fils de Saddam, Qusay, a ordonné le retrait de tous les armes interdites des nombreux palais de Saddam.

Le premier mémo de l’INR, en date du 29 janvier 2003, marquait cette assertion comme « FAIBLE » :

deuxième point. FAIBLE. Qusay a ordonné de retirer les objets interdits des palais.

Powell à l’ONU :

POWELL : Des dossiers clés des établissements militaires scientifiques ont été embarqués à bord de voitures et des agents des services de renseignements irakiens les font tourner à travers la campagne pour éviter leur repérage.

Le premier mémo de l’INR :

dernier point. FAIBLE. Des dossiers sensibles qui se promènent à bord de voitures, dans une sorte de tour de passe passe. Crédibilité discutable.

Cette assertion était également notée dans le second mémo de l’INR, du 3 février 2003 :

Page 4, dernier point, sur les dossiers clés déplacés dans des voitures pour éviter les inspecteurs. Cette assertion est hautement discutable et promet d’être la cible de critiques, peut être même de la part des inspecteurs officiels de l’ONU.

Powell à l’ONU :

POWELL : Des sources [nous] indiquent qu’une brigade de missiles aux abords de Bagdad décaissait [sic] des lance-roquettes et des ogives contenant des agents biologiques à divers endroits, en faisant la distribution sur divers sites dans l’ouest de l’Irak.

Mémo de l’INR du 29 janvier 2003 :

dernier point. FAIBLE. Des missiles à ogives biologiques prétendument dispersés. Ce pourrait être vraisemblable pour des missiles à courte portée avec des ogives conventionnelles, mais ce point est douteux quant à des missiles à plus longue portée ou des ogives biologiques.

Mémo de l’INR du 3 février 2003 :

Page 5, premier paragraphe, assertion qu’une brigade disperse des lances roquettes et des ogives biologiques. Cette assertion aussi est très douteuse et pourrait faire l’objet de critiques de la part d’agents d’inspection de l’ONU.

Devant l’ONU, Powell décrivait ainsi une image satellite :

Les deux flèches indiquent la présence de preuves certaines que les bunkers entreposent des munitions chimiques… Le camion que vous […] voyez en constitue une signature. Il s’agit d’un véhicule de décontamination, présent sur site pour pallier aux problèmes qui pourraient survenir.

Mémo de l’INR du 29 janvier 2003 :

***/FAIBLE. Nous appuyons nombre d’éléments dans cette discussion, mais nous notons que les véhicules de décontamination – cités plusieurs fois dans le texte – sont des camions d’eau qui peuvent avoir des usages légitimes… L’Irak a communiqué à la Commission de contrôle, de vérification et d’inspection des Nations Unies (COCOVINU) ce qui peut constituer une raison valable de cette activité – qu’il s’agissait d’un exercice impliquant le déplacement d’explosifs conventionnels ; la présence d’un camion de sûreté incendie (camion d’eau, pouvant servir également de véhicule de décontamination) est courante dans ce type d’occurrence.

Powell face à l’ONU:

POWELL : Il s’agit ici de faits, étayés par de nombreuses sources, parmi lesquelles des services de renseignements d’autres pays.

Mémo du 3 février 2003 de l’INR :

Nombreuses références à des renseignements d’origine humaine considérés comme factuel. (Comme « Nous savons que… »). On nous indique que certains ont été pondérés, mais nous en constatons que d’autres – comme les renseignements impliquant des corroborations multiples – vont rester… Dans le contexte irakien, des « corroborations multiples » ne garantissent guère la pertinence des informations.

Powell à l’ONU:

POWELL : [à la] mi-décembre, les experts en armements présents sur un site ont été remplacés par des agents de renseignements irakiens dont la tâche était de mentir aux inspecteurs sur les travaux réalisés sur le site.

Mémo de l’INR du 29 janvier 2003 :

dernier point. **/FAIBLE. Des agents de renseignement irakiens passant pour des scientifiques en armes de destructions massives. Ces assertions ne sont pas crédibles et prêtent le flanc à la critique, en particulier de la part des inspecteurs de l’ONU.

Powell à l’ONU :

POWELL : Une douzaine d’experts [en armes de destruction massive] ont été assignés à résidence, non pas à leur domicile, mais tous ensemble dans une maison d’hôtes appartenant à Saddam Hussein.

Mémo de l’INR du 29 janvier 2003 :

deuxième point. FAIBLE. 12 experts soi-disant assignés à résidence… Très douteux.

Powell à l’ONU :

POWELL : des drones équipés de cuves d’épandage constituent une méthode idéale pour opérer une attaque terroriste à l’arme biologique.

Mémo de l’INR du 29 janvier 2003 :

… l’assertion que les experts confirment que des drones équipés de cuves d’épandage sont « une méthode idéale pour opérer une attaque terroriste à l’arme biologique » est FAIBLE.

Avec tout ce contexte à l’esprit, il est intéressant de revenir aux déclarations de Powell en novembre 2005 lors de son interview par Barbara Walters :

Il y avait à l’époque des membres de la communauté du renseignement qui savaient que certaines de ces sources n’était pas fiables et qu’on n’aurait pas dû leur accorder de crédit, mais ils ont gardé le silence. J’en ai été anéanti.

On peut mettre ceci en contraste avec l’échange de 60 minutes d’octobre 2003 avec Greg Thielmann, qui dirigeait le bureau des affaires stratégiques de prolifération militaire [NdT: Office of Strategic, Proliferation, and Military Issues] à l’INR jusque septembre 2002 :

PELLEY : Pourquoi le secrétaire aurait-il récupéré les informations que ses propres services de renseignement ont collecté, et en aurait-il complètement retourné le sens, car c’est bien ce que vous dites ?

THIELMANN : Je ne peux que supposer qu’il a fait cela pour apporter un soutien loyal au président des États-Unis et construire un dossier aussi solide que possible pour affirmer qu’il n’y avait pas d’autre alternative que la force armée.

Il apparaît clairement que la loyauté de Powell envers Bush est allée jusqu’à volontairement mentir au monde entier : les Nations Unies, le peuple américain, et les soldats de la coalition qui allaient être envoyés tuer et mourir en Irak. On ne lui a jamais demandé de comptes pour ses actions, et il est très peu probable que cela arrive un jour.

Source : The Intercept, Jon Schwartz, 06-02-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pierre Darras // 11.09.2020 à 09h25

Ok, mais pour un Powell, combien qui restent dans l’ombre ? Honorés. Récompensés.
C’est pas grave, aprés les mensonges avérés et connus de tous, à posteriori ,sur le la Yougoslavie, le Kosovo, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie, l’Ukraine, le Yemen, l’Iran, la Palestine, Skypral, la Chine, la Russie, le gros de l’opinion publique est capable benoîtement de se bouffer un anaconda aussi gros, inepte et débile que l’affaire Navalny.
Alors pourquoi se priver?

36 réactions et commentaires

  • James Whitney // 11.09.2020 à 07h15

    Aujourd’hui Powell figure parmi un bon nombre de personnages importants du parti de Trump qui ont déclaré leur soutien de Joe Biden.

    Impossible que ce genre de chose arrive en France ?

      +7

    Alerter
    • Papagateau // 11.09.2020 à 08h06

      Cette position est suffisamment tarabiscotee pour qu’il puisse se vendre au plus offrant… avec un déni plausible.

      Ah ! Le déni plausible de la CIA.

      Note : pour un américain influent , l’adhésion à la CIA est obligatoire sinon il ne reste pas riche très longtemps. Voir les articles sur la fusion super-classe-CIA-mafia aux USA.

        +9

      Alerter
      • gotoul // 11.09.2020 à 10h19

        « Voir les articles sur la fusion super-classe-CIA-mafia aux USA »
        Papagateau, où peut-on voir ces articles ? Des liens ? C’est quand même de la bombe cette histoire !

          +1

        Alerter
        • Papagateau // 12.09.2020 à 14h24

          Tu n’as pas besoin d’un article de synthèse : il te suffit de suivre un site comme les-crises au jour le jour.

          Pour la guerre civile larvée entre Démocrates et Républicains, il s’agit rien de moins que d’envoyer l’autre en prison (pour espionnage, corruption, racisme ou parjure), voire de le faire tabasser par un groupe groupe d »’activistes ».
          Et si tu sors physiquement libre du tribunal qui t’a condamné, tu es malgré tout ruiné, bancairement et professionnellement.

          Pour l’étranger, les coups tordus de la CIA-procureur fédéral à l’embargo-justice commerciale, ils sont toujours au profit des entreprises américaines (n’ecrivez pas multinationales, il n’y a que les employés qui sont multinationaux).

            +4

          Alerter
          • gotoul // 12.09.2020 à 20h07

            C’était surtout la mafia qui donne le côté explosif de la « fusion » !

              +0

            Alerter
    • LibEgaFra // 11.09.2020 à 11h16

      « leur soutien de Joe Biden. »

      Super, il va pouvoir reprendre du service et revenir devant l’assemblée des Nations-Unies pour démontrer preuves à l’appui que l’Iran possède des armes de destruction massive.

        +5

      Alerter
  • Guadet // 11.09.2020 à 08h23

    Savoir si Powell est menteur ou idiot sincère ne nous sert pas à grand-chose. Je préfèrerais un article sur les rapports aujourd’hui entre USA et Irak. Est-ce que l’Irak sert de base stratégique US ? À quel point l’Irak est ou non dans la dépendance des USA ? Est-ce que cela sert la domination économique US ?

      +13

    Alerter
    • michel3 // 11.09.2020 à 20h34

      Ce qui ne sert pas à grand-chose c’est surtout de se poser la question…

      Powell sait évidemment manier le mensonge et ce n’est en aucun cas un idiot, car il n’est pas arrivé ou il est par magie.
      Powell évolue depuis longtemps dans les hautes sphères du pouvoir, des eaux extrêmement troubles ou le mensonge et la suspicion sont la regle (mieux vaut etre bien armé!), alors la bonne question est de savoir pourquoi il s’est laissé pigeonner comme un débutant (À mon avis la réponse est qu’il avait surement, et à ce moment-là, plus d’intérêt à le faire, mais alors quels intérêts me dirais vous…une bonne question en amène souvent une meilleure !).

      Son exigence d’avoir avec lui et comme caution (selon ses dires) le directeur de la cia de l’époque (si je me souviens bien) lors de sa déclaration à l’Onu, montre bien l’imbroglio au centre duquel il s’est retrouvé, car cette présence apporté aussi plus de poids à sa déclaration et deservé donc ses doutes.

      Pour le reste j’imagine que les articles (en français) que vous cherchez existent déjà quelque part sur la toile, je pense même qu’il y en a pléthore. Faite le tri et proposé en liens celui qui vous semble le meilleur ou faite nous un resumé quand vous en aurez l’occasion.

      Cela dit, commencer par taper « moteur de recherche » dans votre moteur de recherche préféré 🙂

        +1

      Alerter
  • Océan de sagesse // 11.09.2020 à 08h23

    Bah et Navalny a la veille de l achèvement de Nord Stream 2 ?
    Un hasard ?

      +30

    Alerter
    • LibEgaFra // 11.09.2020 à 11h25

      Comment, comment? Mais c’est une théorie du complot ça! Comme si les ennemis de la Russie étaient capables de ça!

      De toute façon, dès qu’il s’agit de la Russie (et de la Chine) c’est automatiquement la présomption de culpabilité. La présomption d’innocence ne s’applique qu’à la cia et au mossad.

      Et c’est très bizarre, mais quand une personnalité de premier plan est assassinée par les USA ou un de ses alliés, aucune sanction. Exemple: Soleimani, Kashoggi…

        +24

      Alerter
  • Octave-Key // 11.09.2020 à 08h51

    Dans cet article traduit de l’américain, ne faut-il pas remplacer le mot « fusée » par le mot « missile » ?

      +4

    Alerter
  • TEROUINARD // 11.09.2020 à 09h01

    Ce que les gouvernements américains ont fait est beaucoup grave et criminel que le gouvernement allemand des années 1940;
    En matière d’antisémitisme.
    Mais c’est un antisémitisme arabe.
    Alors pas de procès.

      +20

    Alerter
    • X // 11.09.2020 à 11h05

      Pourriez-vous préciser. Au vu des nombreux pousses bleus que vous avez obtenu, certains semblent vous avoir compris.
      Mais moi, j’aimerais bien savoir ce qu’ils ont compris

        +2

      Alerter
      • Rémi // 11.09.2020 à 11h39

        Que les américains ont systèmatiquement cassé le mouvement panarabique et se moquent des dommagent qu’ils infloigent au population arabes considérés par les américains comme « Inférieures ». Sauf bien évidement pour le sous groupe des princes Saoudiens qui sont des amis trés chers.

          +10

        Alerter
      • TEROUINARD // 12.09.2020 à 09h05

        Monsieur X, chacun comprend ce qu’il veut.
        Ce que j’ai écrit est du Français et avec le sens des mots au premier degré.
        Depuis 1945 les USA ont déstabilisé et humilié les pays du Moyen Orient, en particulier ceux qui avaient du pétrole et ceux qui avaient un régime pro communisme.
        Combien de souffrances ?
        Combien de blessés et de morts ?
        Beaucoup plus que dans les années 1940 en Europe.
        Et de plus, comme l’a dit Mme Albright : « la mort de 500 000 enfants irakiens, ça en valait la peine ».
        Parler d’antisémitisme, est ce interdit, dès que l’on parle des Arabes ?

          +6

        Alerter
      • Papagateau // 12.09.2020 à 14h45

        Techniquement, ethymologiquement, les arabes sont des sémites. Donc le racisme anti-arabe est un antisémitisme.
        Sauf que cette ‘étiquette’ ne peut pas être posée sur un pays tel que les USA.

          +4

        Alerter
        • TEROUINARD // 14.09.2020 à 20h54

          Tout à fait, pas les Etats ; c’est d’ailleurs que j’avais écrit en mon premier commentaire « Ce que les gouvernements américains ».
          J’ai ensuite dit : les « USA », c’est une erreur de ma part, par paresse des mots, sans doute.

            +0

          Alerter
  • Pierre Darras // 11.09.2020 à 09h25

    Ok, mais pour un Powell, combien qui restent dans l’ombre ? Honorés. Récompensés.
    C’est pas grave, aprés les mensonges avérés et connus de tous, à posteriori ,sur le la Yougoslavie, le Kosovo, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie, l’Ukraine, le Yemen, l’Iran, la Palestine, Skypral, la Chine, la Russie, le gros de l’opinion publique est capable benoîtement de se bouffer un anaconda aussi gros, inepte et débile que l’affaire Navalny.
    Alors pourquoi se priver?

      +35

    Alerter
    • LibEgaFra // 11.09.2020 à 11h48

       » le gros de l’opinion publique est capable benoîtement de se bouffer un anaconda aussi gros, inepte et débile que l’affaire Navalny. »

      Je plussoie. Et tout ça parce que la presse dans sa grande globalité repasse les mensonges en boucle sans jamais enquêter.

      A propos sur France Culture, chaque soir de cette semaine un entretien avec Plenel dont la religion est l’enquête et la recherche de la vérité. Mais que dit médiapart sur Navalny? A part reprendre les dépêches d’agence…

        +11

      Alerter
      • LibEgaFra // 11.09.2020 à 12h36

        Trouvé ça sur médiapart:

        « la plus terrible des prisons pour femmes du pays, celle de Ghartchak, en plein désert au sud de la capitale. »

        Une simple vérification sur les photos satellites montre que cette ville située à 32 km au Sud-Sud-Est de la capitale est entourée de champs cultivés. Alors s’il y a déjà un petit mensonge pour le « désert » dans l’introduction pour susciter l’émotion, qu’en est-il du reste?

          +8

        Alerter
      • vert-de-taire // 11.09.2020 à 18h52

        Rappel
        Plenel a au final empêché de faire éclater le vrai scandale de Clearstream (pas le bidonnage contre-feu) dénoncé par Denis Robert dans Revelation$ et La boite noire Ed. Les Arènes.
        Au dernier moment, Plenel a refusé de publier l’information.
        Scandale puisque les plus grandes banques du monde pouvaient blanchir et blanchissaient ou faire disparaître et faisaient disparaître des mouvements de fonds sans trace hors de toute légalité.
        La technique géniale étant d’empêcher le logiciel de mémoriser-tracer-stocker la transaction en le faisant s’arrêter juste après la transaction par une exception fatale. Cette exception provoquait alors la relance du logiciel mais dans une version propre, la courante qui attendait la transaction frauduleuse disparaissant immédiatement de la mémoire de l’ordinateur.
        Robert en voudra longtemps (encore ?) à Plenel pour ce défaut de courage. Reconnaissons que le risque était élevé, il y a eu mort d’homme et Denis Robert fut plus que malmené.
        Plenel donc valet au moins temporaire (comme bcp d’autres : effet cliquet) des salauds.

          +6

        Alerter
  • RGT // 11.09.2020 à 10h16

    « Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l’ouvrir, ça démissionne. »

    Visiblement Colin Powell n’a pas eu suffisamment de c***** pour choisir la seconde solution.

    En France, nous avons eu un ministre qui a eu assez de courage politique (en risquant sa carrière, ses « amis » étant en embuscade pour lui planter un couteau dans le dos à chaque opportunité) pour le faire à TROIS reprises quand ses convictions étaient en total conflit avec les décisions qu’on lui demandait d’appliquer.

    Souvenez-vous :
    – 22 mars 1983 : Démission pour protester contre la « parenthèse libérale » qui a marqué la date officielle de la trahison des fauxcialistes envers la population.

    – 29 janvier 1991 : Démission contre l’engagement de l’armée française dans la guerre en Irak, guerre dont les raisons initiales (invasion du Koweït) étaient justifiées par les nombreux couteaux que ces derniers plantaient en permanence dans le dos de leur « allié ». Sans compter la propagande nauséabonde occidentale pour « justifier » cette opération bien sûr .
    Il a d’ailleurs dit « il n’y avait pas de gloire à frapper un petit peuple qu’on a déjà ramené cinquante ans en arrière »

    – 9 août 2000 : Démission contre le refus de Jospin de désarmer les « nationalistes » (99 % de maffieux) dans la lutte contre la « guerre » en Corse.

    Nous pouvons tout à fait ne pas approuver les opinions politiques de cet homme mais nous devons tous reconnaître qu’il est bien le SEUL encore vivant à avoir fait passer ses idées et sa morale AVANT sa carrière.

    Visiblement Colin Powell n’avait PAS dans ses « valeurs » le respect de la vérité et a favorisé sa carrière.

      +24

    Alerter
  • amike // 11.09.2020 à 10h52

    « Malheureusement, le Congrès n’a jamais enquêté … »

    Je ne vois pas pourquoi Nancy Pelosi à l’époque aurait dépensé inutilement l’argent des contribuables dans une enquête sur une guerre, des morts, un pays en crise, les mensonges, etc.

    Perdre son réseau d’influence ou voir dénoncer les magouilles de son parti, par contre…

      +3

    Alerter
  • Patoche // 11.09.2020 à 11h11

    Il aura droit à des funérailles nationales comme Cain autre criminel de guerre de l’empire.
    Nos médias salueront le Grand Serviteur de la Démocratie occidentale. Macron II ou III enverra la première Dame ou ce qu’il en restera à ses obsèques.
    Pour kissinger l’hôtel est déjà réserver par le monarque de notre pays soumis.

      +7

    Alerter
  • Rémi // 11.09.2020 à 11h42

    Ce qui serait interessant ce serait de savoir pourquoi il n’y a pas eu d’impeachement contre Bush lorsqu’il s’est avéré que l’Irak n’avait pas d’armes de destruction massives.
    On en a fait un a Clinton pour avoir menti sur des pipes, mais pas à Bush pour avoir mentit sur les armes de destruction massives en irak.
    C’est moins grave de tuer un demi millioon d’irakiens que de violer le serment du mariage en se faisant tailler une pipe?
    Parce que dans ce cas on va avoir quelques millions de personnes à tuer vu le nombre de relation sexuelles hors mariage.

      +16

    Alerter
    • RGT // 12.09.2020 à 08h43

      « violer le serment du mariage en se faisant tailler une pipe »…

      Si ça se trouve, il n’a pas violé le serment du mariage du tout, Hillary étant consentante pour ne pas avoir à subir les assauts de son étalon en rut et pouvoir consacrer le temps gagné à préparer sa propre carrière.
      On est pas « young leader » pour rien.

      N’en déplaise à la « morale », ça arrive beaucoup plus souvent que l’on pense, et quelque soit le sexe du « contrevenant ».

      De plus, chez ces faux-culs de puritains « de mes deux » (pieds bien sûr), un « glougloutage de poireau » n’est PAS considéré comme une relation sexuelle et si l’on se place du point de vue de la « morale » US il n’a donc pas menti en disant qu’il n’avait PAS eu de relations sexuelles extra-conjugales.

      En France nous avons deux présidents qui ont eu des « bâtardes » et qui n’ont jamais été poursuivis en justice par la grande inquisition car il s’agit d’affaires privées et seules leurs épouses auraient pu demander un simple divorce.

      Quoique, dans le cas de « Tonton », Quand Jean Edern Allier avait commencé à parler de l’affaire il s’était retrouvé avec quelques « menus problèmes » en provenance des barbouzes de l’Élysée.

      Alors qu’un simple procès pour atteinte à la vie privée aurait résolu le problème, mais « Sa Grandeur » ne souhaitait pas voir sa « réputation d’intégrité » soit mise mise à mal par des révélations qui auraient pu semer le doute et permettre d’ouvrir les vannes de révélations qui auraient pu s’avérer bien plus gênantes concernant ses mensonges et trahisons à répétition.

        +6

      Alerter
  • Triste // 11.09.2020 à 11h57

    De mémoire Moreira ? Dans feu l’émission 90 minutes sur Canal+ avait fait un épisode sur les prémisses américaines de la guerre en Irak. Il avait fait des recherches sur le rapport de 10 000 pages que l’Irak avait dû fournir en ultimatum pour démontrer leur non possession d’ADM de quelque sorte.
    Le documentaire montrait comment les services secrets américains en avaient expurgé la centaine de pages montrant que les USA ,majoritairement, et la France plus quelques autres minoritaires avaient fourni à l’Irak dans les années 80 les produits permettant de faire des ´sales’ armes (gaz et autres horreurs)…
    Et Blix qui savait pertinemment que l’Irak n’en avait plus suite aux inspections dans le cadre pétrole contre nourriture. Bref il n’y avait pas de doute sur c’était de la foutaise au point tel qu’ils ont fait cette guerre en marchant sur le veto français (les russes faire ça il y aurait encore des sanctions ajd) et sur les manifestations anti guerre qui avaient réuni le plus d’humains à l’échelle de la planète que n’importe quelle autre cause !

      +6

    Alerter
  • Myrkur34 // 11.09.2020 à 12h15

    Tout est documenté, tout est su en détail, mais Colin Powell fera partie de ces nombreux dirigeants et sous fifres mondiaux qui finiront leur vie dans leur lit et tranquille comme Baptiste.

    Arrêtez de vous faire du mal inutilement, cela ne sert à rien. Rappelez vous donc comment la plainte des victimes du World Trade Center contre l’Arabie Saoudite après avoir passé tous les obstacles constitutionnels et législatifs américains a été renvoyée dans les cordes par le gouvernement Us au nom des intérêts supérieurs des Usa :o))) dans sa relation avec l’Arabie Saoudite. Bien sûr, il y a dû y avoir une palanquée de dédommagements pour adoucir la ciguë des victimes.
    Mais je pense à titre personnel que cette forfaiture avait dû être scénarisée depuis le début , vous savez le fameux parcours d’obstacles pour « fatiguer » les victimes ainsi que l’obtention de dédommagements en extrême bout de course. Au moment où les gens victimes de ces horreurs se décident de se remettre à vivre et de passer à « autre chose » car ils comprennent enfin que les puissants s’arrangent toujours entre eux et que tout ce qu’on leur propose est faux.

      +9

    Alerter
    • LibEgaFra // 12.09.2020 à 10h27

      « cette forfaiture avait dû être scénarisée »

      A propos de scénario, il n’y a pas si longtemps on aurait eu droit à un blockbuster style « Les trois jours du condor ».

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Trois_Jours_du_Condor

      « la CIA avait planifié, à l’insu de ses supérieurs, l’occupation militaire de puits de pétrole au Moyen-Orient à partir de ce réseau clandestin »

      Prémonitoire… A l’insu de leur plein gré, bien sûr.

        +0

      Alerter
  • Jean Paul B. // 11.09.2020 à 12h38

    Bonjour,
    pour essayer de comprendre l’action des USA dans le monde, il est indispensable de lire l’ouvrage de Christian Greiling « Le Grand Jeu » et par la même occasion de suivre son blog « Chroniques du Grand Jeu ».
    Cordialement.
    PS: Républicains et Démocrates sont les deux faces de la même pièce de monnaie et cette pièce est toujours dans les mains de l’Oligarchie qui berne les benêts.

      +13

    Alerter
  • openmind // 11.09.2020 à 13h32

    Salut à tous!
    Un seul témoignage suffit à envoyer Powell et toute la clique sous les verrous, celui de Susan Lindauer.
    La machine étatique administrative a tout mis en oeuvre jusqu’à l’enfermement et la tentative de maintien sous silence par des drogues pour l’empêcher de révéler la vérité sur ce sujet.
    A savoir que la DIA, la CIA étaient parfaitement au courant de la volonté des autorités irakiennes de coopérer sans conditions et qu’elles se soumettaient totalement à l’Occident et à l’ONU pour démontrer leur bonne foi. Elle était un agent de laiison manipulée par ses supérieurs et lâchée puis arrêtée lorsqu’elle a voulu dénoncer l’horreur de cette guerre fabriquée sur un mensonge!
    « Extrême préjudice » est le titre de son livre d’une puissance inoubliable.
    https://youtu.be/PtnWFmK-zDw

      +7

    Alerter
    • moshedayan // 11.09.2020 à 14h46

      Merci pour le lien vidéo et vous avez raison, Powell a simplement réagi par précaution en essayant de s’amender -dire qu’on l’a trompé est encore un mensonge -il savait parfaitement ce qu’il faisait devant l’ONU. Dans un autre monde, il serait jugé et emprisonné, condamné à verser des indemnités à tous les Américains morts là-bas au minimum…
      Pendant que l’on parle d’un passé qui ne changera pas…
      Les Américains ont multiplié les vols d’entraînements pour bombarder des cibles sur Kaliningrad et la Crimée mais aussi le sud de la Russie jusqu’au piémont caucasien. Ils sont certains de leurs « savoir-faire », s’empresse-t-on d’écrire dans leurs rapports de mission… tout est son contrôle tant que l’alerte russe est active… mais si un avion de l’OTAN « se perd » à plus de 100 km à l’intérieur d’un espace aérien ? … après réactivation…??? qui affirmerait qu’il ne sera pas immédiatement abattu ???
      L’Occident joue, joue… qu’il continue … ! à voir !

        +4

      Alerter
      • RGT // 12.09.2020 à 09h04

        Je pense que les russes se garderont bien d’envoyer un avion de l’Otan au tapis.

        Ils feront clairement comprendre au pilote (et surtout à sa hiérarchie) qu’il y a des limites à ne pas dépasser (envoi d’un missile « à blanc » avec promesse d’un tir véritable ensuite s’il persévère ou un autre message dénué de toute ambiguïté) et ce sera terminé.

        Personnellement, je pense que l’Otan « perdra » plutôt un avion en survolant la Chine « par mégarde ».

        Les chinois ne se gêneront surtout pas de lui « rendre la politesse » et je vous garantis que cette info ne sera jamais diffusée par les « grands médias libres et indépendants », les « stratèges » de l’Otan et les dirigeants occidentaux préférant ne pas avoir d’explications à fournir sur ces provocations « méprises » et connaîtront alors les limites à ne pas dépasser avec le « Dragon Diabolique et Sournois ».

        Si la tension monte d’un cran, ce ne sera pas suite à une réaction russe. Ils préfèrent « diplomatiquement » faire comprendre à leurs opposants les limites à ne pas dépasser.

        Par contre, les chinois, étant désormais la plus grande puissance économique mondiale, ne prendront pas de pincettes pour signifier qu’il est préférable de ne pas venir les « chatouiller » chez eux.

        Et j’ai la certitude que les occidentaux comprendront le message et ne feront surtout pas de vagues pour ne pas avouer publiquement qu’ils ont désormais perdu le concours de « celui qui a la plus grosse ».

          +1

        Alerter
  • Didier Lagasse de Locht // 11.09.2020 à 19h45

    POUR RAPPEL

    Hans Blix est responsable des inspecteurs envoyés en Irak à partir du 27 novembre 2002 dans le cadre de la résolution 1441 (2002) de l’ONU. Il ne confirme pas la présence d’armes de destruction massives aux mains de Saddam Hussein, thèse invoquée par George W. Bush en 2003 pour envahir l’Irak.

      +3

    Alerter
  • scc // 12.09.2020 à 17h24

    Aujourd’hui, c’est encore pire.
    Le gouvernement américain ne prend plus de pincettes et n’agit même plus en sous main. Ils font tout au vu et su de tout le monde. Et ça marche, tout le monde accepte et tout le monde ne dit rien et ne fait rien.

      +2

    Alerter
  • Yo06700 // 13.09.2020 à 23h12

    le lien http://www.afterdowningstreet.org/?q=node/1998 est mort. Pouvez vous mettre à jour svp?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications