“Je n’ai pas arrêté de marcher sur des cadavres” : Boko Haram plonge le nord-est du Nigeria dans l’horreur

Des centaines voire des milliers de personnes ont été tuées par les islamistes la semaine dernière. Les témoignages affluent pour raconter leurs exactions.

Après plusieurs jours de fuite éperdue, les survivants de ce qui serait la pire attaque de Boko Haram racontent l’horreur qu’ils ont vécue sur les rives du lac Tchad, dans l’extrême nord-est du Nigeria. De la ville de Baga et une quinzaine d’autres localités dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres, il ne reste presque rien. Elles ont été incendiées, rasées, et les populations qui n’ont pas pu fuir ont été massacrées.

Les attaques ont débuté le 3 janvier et ont duré plusieurs jours. Aucun bilan précis n’est donné pour le moment, mais Amnesty International avance le chiffre de 2 000 morts, quand d’autres, plus prudents, parlent de plusieurs centaines de victimes. Francetv info revient sur ces attaques sans précédent.

Une position stratégique

Baga, 10 000 habitants, s’est développée autour de son marché aux poissons et de sa communauté de pêcheurs. Aujourd’hui, le lac Tchad a reculé, mais la ville est restée le grand carrefour agricole et commercial du nord-est du Nigeria. Elle abritait aussi une caserne de la force sous-régionale supposée protéger les populations contre ce type d’attaques. Mais, depuis plus d’un mois, les troupes nigériennes et tchadiennes s’étaient retirées. Il ne restait que des Nigérians.

Samedi 3 janvier, des dizaines de véhicules chargés de plusieurs centaines de combattants islamistes de Boko Haram déferlent sur cette base militaire. L’attaque, venue simultanément du Nigeria et du Tchad, est coordonnée, affirme le chef de district, Alhaji Baba Abba Hassan, au Daily Trust (en anglais). Les troupes nigérianes sont submergées. Elles prennent la fuite.

“C’est le chaos total”

Les assaillants s’en prennent alors à la ville et aux villages environnants. Cela dure plusieurs jours. “C’est le chaos total”, déclare le lendemain de l’attaque, à RFI, un sénateur de l’Etat du Borno, Maina Ma’aji Lawan. “Les gens ne savent plus dans quelle direction fuir ni vers qui se tourner pour être protégés.”

Cinq jours après l’attaque, le chef de district affirme que “depuis le jour de l’attaque, ils [les combattants de Boko Haram] n’ont pas bougé d’un pouce. Ils sont dans Baga et ils vont de maison en maison, cherchant les gens et tuant ceux qui n’ont pas de chance.” Les habitations sont rasées. Des centaines de corps jonchent les rues de la ville, selon des témoignages recueillis par le site Sahara Reporters (en anglais). Parmi eux, des femmes, des enfants. Personne n’ose les enterrer. Un habitant, parvenu à entrer dans la ville pour aller chercher ses économies, confie à l’AFP, lundi 12 janvier, que “toute la ville empeste l’odeur des cadavres en décomposition”. Dans une édition locale de la BBC, un responsable local constate : “Baga est anéantie. Ils ont brûlé entièrement Baga.”

La fuite par le lac

Membre d’une milice d’autodéfense, un survivant rencontré par le Premium Times (en anglais) se souvient : “Boko Haram a surgi dans Baga de tous les côtés, tirant, tuant. Nous n’avions pas d’autre choix que de fuir avec les autres.” Acculés sur les rives du lac, des centaines d’habitants tentent de s’échapper en bateau, en pirogue, vers les îles du lac. “Nous avons vu un grand bateau qui transportait 25 personnes. Toutes avaient été abattues.”

Un autre survivant explique que les assaillants se “couchaient en embuscade dans l’eau et quand une embarcation arrivait avec des habitants tentant de fuir, ils les attaquaient et les abattaient tous.” Isolés sur des îles infestées de moustiques, sans nourriture, des rescapés meurent. Ce survivant dit avoir vu beaucoup de corps sur les îles du lac Tchad : “De nombreuses personnes ont été tuées là-bas comme des insectes.” Il ajoute que “les tueries n’ont pas duré un jour, mais le premier jour, elles étaient massives, les soldats et les habitants étaient tués. Même après [que les combattants de Boko Haram] eurent pris Baga, ils ont continué à attaquer des villages voisins.”

Tenter sa chance en brousse

Quand ils ne fuient pas par le lac, d’autres tentent leur chance en brousse. Les transports sont coupés, les routes dangereuses. Un témoin dit à l’AFP être resté tapi entre un mur et la maison de son voisin, écoutant les massacres autour de lui, sortant la nuit pour “avaler rapidement des graines de manioc, boire de l’eau”.

Trois nuits après le début de l’attaque, Boko Haram commence à brûler la ville. L’étau s’est un peu desserré. Le témoin cité par l’AFP en profite, se glisse dans la nuit, en direction opposée des bruits des islamistes, et découvre l’horreur : “Sur cinq kilomètres, je n’ai pas arrêté de marcher sur des cadavres, jusqu’à ce que j’arrive au village de Malam Karanti, qui était également désert et brûlé.” Il doit la vie à un vieux berger peul qui lui indique la direction à prendre pour éviter les bandes islamistes. Marchant, courant, il arrive le lendemain à 65 km de son point de départ, avant de prendre un bus pour Maiduguri, à 200 km de Baga.

D’autres, poursuivis en brousse, ont eu moins de chance. Le milicien rencontré par le Premium Times affirme avoir croisé “de nombreux corps, certains en groupes, d’autres seuls, dans la brousse. J’ai vu des enfants et des femmes morts, et même une femme enceinte avec le ventre ouvert.”

De nouveaux enjeux

Désormais, Boko Haram, en plus d’avoir remporté une victoire symbolique sur les puissances de la sous-région, contrôle toute une zone stratégique aux frontières de plusieurs pays. Comme le résume le sénateur de l’Etat du Borno : “Vous n’avez qu’à tendre le bras et vous êtes au Niger, vous faites un pas dans une autre direction et vous êtes au Tchad.” Quant au Cameroun, Boko Haram a menacé personnellement son président, Paul Biya, le mois dernier. En clair, toute la région risque désormais l’embrasement.

De plus, en prenant possession d’un territoire ayant accès au lac Tchad, l’organisation terroriste s’est dégagée une nouvelle voie de ravitaillement. Des armes en provenance de Libye transiteraient déjà par le lac et Boko Haram dispose désormais d’un point d’atterrissage.

Enfin, cette nouvelle attaque coïncide avec le lancement de la campagne pour les élections législatives et présidentielle de février. Le scrutin ne pourra pas se dérouler dans l’état du Borno, à cause de l’insécurité. Et, pour la première fois depuis le retour de la démocratie en 1999, le Parti démocratique populaire, le PDP, n’est pas assuré de remporter la victoire. Le président Goodluck Jonathan est vivement critiqué pour son incapacité à contenir la menace de Boko Haram, alors que le conflit a fait plus de 10 000 morts en 2014. Il pourrait être battu par Muhammadu Buhari, un ancien général. Un homme qui a la réputation d’être un dirigeant à la poigne de fer.

Source : FranceTVInfo

Le rapport Amnesty

Alors que le gouvernement nigérian tente de minimiser le bilan du massacre de Baga, au Nigéria, le 3 janvier, plusieurs sources locales avancent le chiffre de 2 000 morts. Les captures d’images satellitaires confirment le massacre de masse.

[15/01/2015]

Des images satellite rendues publiques par Amnesty International jeudi 15 janvier fournissent des éléments de preuve irréfutables et choquants sur l’ampleur de l’attaque menée la semaine dernière par les extrémistes de Boko Haram contre les villes de Baga et Doron Baga.

Des images de ces deux villes voisines, Baga (située à 160 km de Maiduguri) et Doro Baga (également connue sous le nom de Doro Gowon, à 2,5 km de Baga), prises avant et après les faits, les 2 et 7 janvier, montrent l’effet dévastateur de ces attaques, qui ont endommagé voire totalement détruit plus de 3 700 structures. D’autres villes et villages des alentours ont eux aussi été attaqués à ce moment-là.

« Ces images détaillées donnent à voir une destruction d’une ampleur catastrophique dans deux villes, dont l’une a quasiment été rayée de la carte en l’espace de quatre jours », a déclaré Daniel Eyre, spécialiste du Nigeria à Amnesty International.

« Sur toutes les attaques de Boko Haram analysées par Amnesty International, celle-ci est la plus massive et la plus destructrice à ce jour. Il s’agit de violences délibérées contre des civils, dont les maisons, centres médicaux et écoles sont désormais des ruines calcinées. »

L’analyse ne porte que sur deux des nombreux villages et villes qui ont été victimes de la série d’attaques menées par Boko Haram depuis le 3 janvier 2015.

À Baga, ville densément peuplée dont la superficie est inférieure à 2 km², quelque 620 structures ont été endommagées ou complètement détruites par le feu.

À Doron Baga, plus de 3 100 structures ont été abîmées ou annihilées par le feu, ce qui représente la majeure partie de cette ville d’une superficie de 4 km². Un grand nombre des bateaux de pêche en bois visibles le long du rivage sur les images du 2 janvier ne sont plus présents sur celles du 7 janvier, ce qui confirme les témoignages selon lesquels des résidents ont fui en bateau de l’autre côté du lac Tchad.

Des milliers de personnes ont fui les violences en se rendant au Tchad et dans d’autres zones du Nigeria, notamment Maiduguri, la capitale de l’État de Borno. Ces personnes viennent rejoindre les centaines de milliers de personnes déplacées et de réfugiés, afflux mettant déjà à rude épreuve les capacités d’accueil de leurs hôtes et des autorités gouvernementales. Amnesty International demande aux gouvernements nigérian et tchadien de veiller à ce que ces personnes déplacées soient protégées et reçoivent une assistance humanitaire digne de ce nom.

La destruction visible sur les images correspond aux terribles témoignages qu’Amnesty International a recueillis. Les déclarations des témoins, des représentants des autorités sur place et des militants locaux des droits humains semblent indiquer que les extrémistes de Boko Haram ont tiré sur des centaines de civils.

Un homme d’une cinquantaine d’années a expliqué à Amnesty International ce qui s’est passé à Baga durant l’attaque : « Ils ont tué énormément de gens. J’ai vu peut-être 100 personnes se faire tuer à Baga à ce moment-là. J’ai couru vers la brousse. Ils continuaient à tirer et à tuer alors que nous courions. » Il s’est caché dans la brousse, et a plus tard été découvert par des combattants de Boko Haram, qui l’ont retenu à Doron Baga pendant quatre jours.

Ceux qui ont fui disent avoir vu beaucoup d’autres corps dans la brousse. « Je ne sais pas combien il y en avait, mais nous étions entourés de cadavres, à perte de vue », a dit une femme à Amnesty International.

Un autre témoin a déclaré que les hommes de Boko Haram tiraient à l’aveugle, tuant même des enfants en bas âge et une femme en train d’accoucher. « [L]e petit était à moitié sorti et elle est morte comme ça », a-t-il expliqué.

Les combattants de Boko Haram s’en sont pris de manière répétée à des populations qu’ils soupçonnent de collaborer avec les forces de sécurité. Les villes ayant constitué des milices soutenues par l’État, telles que la Force d’intervention civile conjointe (CJTF), ont été visées par des attaques particulièrement brutales. Des groupes de la CJTF étaient actifs à Baga et un responsable militaire a confirmé en toute confidentialité à Amnesty International que l’armée faisait parfois participer des membres de ceux-ci à des opérations visant les positions de Boko Haram. Un témoin a déclaré à Amnesty International que lors de l’attaque contre Baga, il avait entendu des combattants de Boko Haram dire qu’ils recherchaient les membres des CJTF tandis qu’ils se rendaient de maison en maison, abattant les hommes en âge de se battre.

Après l’attaque à Baga, des témoins ont expliqué que les hommes de Boko Haram se sont rendus dans la brousse en voiture pour rassembler les femmes, les enfants et les personnes âgées qui s’étaient échappés. Selon une femme qu’ils ont privée de liberté pendant quatre jours, « les hommes de Boko Haram ont pris environ 300 femmes et nous ont gardées dans une école à Baga. Ils ont laissé partir les femmes plus âgées, les mères et la plupart des enfants au bout de quatre jours mais les femmes les plus jeunes y sont encore. »

Amnesty International demande à Boko Haram de mettre un terme à l’ensemble des attaques contre les civils. L’homicide délibéré de civils et la destruction de leurs biens par Boko Haram sont des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, et doivent faire l’objet d’enquêtes.

Le gouvernement doit prendre toutes les mesures légales en son pouvoir afin de rétablir la sécurité dans le nord-est et de garantir la protection des civils.

« Compte tenu de l’isolement des habitants de Baga, et du fait que Boko Haram conserve le contrôle de cette zone, il a été très difficile jusqu’à présent de confirmer ce qui s’est passé sur place. Les résidents n’ont pas été en mesure de revenir enterrer les morts, ni, à plus forte raison, de les compter. Les images satellite et certains témoignages très explicites nous donnent cependant une image de plus en plus nette de ce qui est certainement l’attaque la plus meurtrière qu’ait menée Boko Haram », a déclaré Daniel Eyre.

« Cette semaine, le directeur de la communication en matière de défense au Nigeria a déclaré que le nombre de morts à Baga, y compris les combattants de Boko Haram, “ne dépasse pour l’instant pas 150 personnes”. Ces images, associées aux récits de ceux qui ont survécu à l’attaque, semblent indiquer que le nombre final de victimes pourrait être beaucoup plus élevé. »

Pour accéder aux images satellite, rendez-vous à l’adresse suivante : https://adam.amnesty.org/asset-bank/action/search?attribute_603=Nigeria+Satellite+Images+January+2015

NOTES :

Baga et Doron Baga sont deux villes situées au bord du lac Tchad, dans le nord-est de l’État de Borno, au Nigeria. La frontière entre le Nigeria et le Tchad passe par le lac. Baga et Doron Baga dépendent de la zone de gouvernement local de Kukawa, où vivent 203 864 habitants, d’après le recensement de 2006.

Après avoir pris connaissance des premières informations relatives à l’attaque, Amnesty International a commandé des données satellite concernant cette zone à l’opérateur privé DigitalGlobe.

Le nombre réel de structures endommagées ou détruites à Doron Baga est sans doute plus élevé que les 3 100 identifiées, mais il s’est avéré difficile de délimiter et de confirmer l’emplacement de certaines structures individuelles dans les zones densément peuplées et sous les arbres.

Les extrémistes de Boko Haram ont attaqué Baga et des villes et villages des environs samedi 3 janvier. À 6 heures du matin, ils ont pris pour cible la base militaire de la force multinationale conjointe à Baga. Après avoir écrasé les soldats postés à la base, les combattants de Boko Haram s’en sont pris à Baga, Doron Baga et à d’autres villages de la zone.

Vendredi 9 janvier, Amnesty International a indiqué dans un flash que « si les informations indiquant que la ville a été en grande partie rasée et que des centaines de civils (peut-être même 2 000) ont été tués sont exactes, nous sommes en présence d’une escalade sanglante très inquiétante des actions de Boko Haram contre la population civile. »

Depuis 2009, Boko Haram prend délibérément pour cibles les civils lors de raids, d’enlèvements et d’attentats à la bombe, et les attaques se multiplient et s’intensifient. Les effets sur la population civile sont dévastateurs, des milliers de personnes ayant été tuées, des centaines enlevées et des centaines de milliers d’autres forcées à fuir de chez elles.

Amnesty International a déploré à plusieurs reprises que les forces de sécurité n’en fassent pas plus pour protéger les civils des violations des droits humains commises par Boko Haram. Rares sont les enquêtes dignes de ce nom qui ont été effectuées et les membres de Boko Haram qui ont été poursuivis pour des crimes de droit international.

L’assaut mené contre Baga montre à quel point le conflit s’est intensifié ces 12 derniers mois. Les recherches effectuées par Amnesty International indiquent qu’en 2014, plus de 4 000 civils ont été tués par Boko Haram.

Médecins sans Frontières a signalé mercredi 14 janvier que 5 000 rescapés de l’attaque contre Baga se trouvent actuellement dans un camp à Maiduguri. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a indiqué le 9 janvier que quelque 7 300 réfugiés nigérians étaient arrivés dans l’ouest du Tchad.

Amnesty International,
15 janvier 2015

===========================================

21/01/2015

Le chef du groupe armé Boko Haram a revendiqué l’attaque de la ville de Baga, qui a fait des centaines de morts début janvier, et menacé le Niger, le Tchad et le Cameroun, dans une vidéo mise en ligne mardi soir.

«Nous avons tué le peuple de Baga. Nous les avons en effet tués, comme notre Dieu nous a demandé de le faire dans Son Livre», déclare Abubakar Shekau dans une vidéo de 35 minutes publiée sur YouTube.

===========================================

Massacres de Boko Haram: des survivants racontent

La plaie est toujours profonde. Allongé sur le côté, Moussa Zira montre l’impact de balle qu’il a reçue dans la cuisse la nuit où les islamistes de Boko Haram ont massacré 12 personnes dans son village du nord-est du Nigeria, début janvier.

Grièvement blessé, il s’est fait passer pour mort avant de s’enfuir en pirogue au Tchad voisin, jusqu’au camp de réfugiés de Baga Sola, sur l’autre rive du lac. La douleur est encore vive, Moussa Zira boîte, mais il se sait «miraculé».

«Les Boko Haram sont arrivés à quatre heures du matin et sont entrés dans chaque case, ils cherchaient les hommes. Ils nous ont salués puis nous ont dit de les suivre en brousse, qu’ils nous expliqueraient ensuite», raconte-il en haoussa.

Les islamistes ont pris 14 personnes en tout, «un homme par maison», dans les envions de la ville nigériane de Baga. «Il y avait un vieux parmi nous et ils lui ont dit de partir. Nous avons marché jusqu’au champ et ils ont dit à tout le monde de se coucher, face contre terre».

«Après avoir tiré en l’air une fois, ils se sont mis à nous tirer dessus» à bout portant, poursuit-il. Là, Moussa Zira a cru que tout était fini. «Peu après, j’ai compris que la balle n’avait pas touché ma tête, mais le bras et l’arrière de la cuisse. Autour de moi, ils étaient tous morts».

Pour éviter d’être «achevé», il est resté tapi au milieu des cadavres en attendant que les hommes de Boko Haram partent, puis a rampé dans les hautes herbes pendant des heures avant de croiser une moto qui l’a aidé à fuir vers du lac.

Le pasteur Yacubu Moussa, 43 ans, est l’un des rares chrétiens rescapés de l’attaque de Baga. La nuit du 3 janvier, lorsque Boko Haram est arrivé par surprise, la ville dormait.

«Ils se sont mis à tirer sur tout le monde sans distinction, hommes, femmes, petits enfants, et même vieillards», raconte-il.

Interrogé sur le nombre d’assaillants, il hésite, parle «de milliers d’hommes». Chiffre invérifiable. Mais le pasteur est sûr d’une chose: «il y avait des cadavres partout dans les rues» lorsqu’il s’est enfui.

Deux jours plus tard, Yacubu Moussa a tenté de revenir chez lui récupérer quelques affaires. Caché dans la brousse, il a vu «des corps flotter sur l’eau». «L’odeur était tellement forte qu’on la sentait de très loin».

De la ville, affirme-t-il , ne restait que des cendres: «ils avaient tout brûlé, nos maisons, nos magasins, les motos aussi».

Au camp de réfugiés, le pasteur dit se sentir bien seul, à l’heure de la prière, où les musulmans s’agenouillent tout autour de lui par dizaines. «Ici je n’ai rien à faire, je n’ai pas de fidèles, pas de lieu de culte, je n’ai même pas de bible».

Depuis début janvier, plus de 14.000 personnes ont traversé la frontière pour fuir les attaques sanglantes autour de Baga, selon Mamadou Dian Balde, représentant adjoint du Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR) au Tchad.

«Ils arrivent avec des histoires trop dures à entendre. L’autre jour, un homme est arrivé pour se faire enregistrer, il n’écoutait rien de ce que je lui disais, il ne faisait que pleurer: les Boko Haram ont jeté une grenade dans sa maison, sa femme et ses trois enfants sont morts sur le coup», raconte Idriss Dezeh, de la Commission nationale d’accueil, de réinsertion des réfugiés et des rapatriés.

Certains ont eu la chance d’arriver au camp avec toute leur famille… Assise devant une tente blanche, Aisha Aladji Garb, la poitrine opulente, allaite un minuscule nourrisson. Il y a deux semaines, elle lui a donné naissance dans la pirogue à bord de laquelle elle fuyait, raconte-elle.

En débarquant au Tchad, elle est tombée sur une patrouille de soldats tchadiens. «Ils ont pris soin de moi, ils m’ont fait monter dans leur camion et m’ont directement emmenée au camp où j’ai reçu de l’aide».

«C’est grâce à eux si mon bébé est en vie», dit-elle avec un large sourire. «Alors je l’ai appelé +Idriss Déby+», le nom du président tchadien…

Source

Baga : le témoignage d’un survivant des massacres de Boko Haram

Un témoin, qui a survécu samedi 3 janvier à une attaque de Boko Haram près du lac Tchad, témoigne de la violence du groupe islamiste.
Des tirs, des hurlements, puis une fuite nocturne à travers la brousse jonchée de cadavres. Yanaye Grema est resté terré trois jours pendant que les combattants de Boko Haram ravageaient sa ville de Baga, sur les rives nigérianes du lac Tchad. Samedi 3 janvier, la milice d’autodéfense de ce pêcheur de 38 ans venait d’être défaite par la puissance de feu du groupe islamiste, lancé dans une vaste et sanglante offensive contre plusieurs localités de l’extrême nord-est du Nigeria.
Caché entre un mur et la maison de son voisin, protégé par le feuillage d’un margousier, Yanaye Grema écoutait le massacre se dérouler autour de lui. «Tout ce que j’entendais c’était des tirs d’armes à feu, des explosions, des hurlements, et les “Allah Akbar” des combattants de Boko Haram», raconte-t-il à l’AFP par téléphone depuis Maiduguri. «Chaque nuit j’escaladais la palissade de ma maison pour avaler rapidement des graines de manioc, boire de l’eau, et ensuite je retournais dans ma cachette.»
«Certains hommes de Boko Haram campaient près du marché principal de Baga, à quelque 700 mètres à peine de ma cachette», explique-t-il. «La nuit je pouvais voir la lumière de leur générateur. J’entendais aussi des acclamations et des rires.»
Evasion
Lundi, le nombre de combattants en patrouille a diminué. La ville n’était plus aussi quadrillée, offrant au pêcheur une fenêtre d’évasion. «Mardi, ils ont commencé à piller le marché et toutes les maisons de la ville. Vers 18h, ils ont mis le feu au marché et ont commencé à incendier des maisons. J’ai décidé qu’il était temps de partir avant qu’ils ne se dirigent dans ma direction. Vers 19h30, je me suis hasardé hors de ma cachette et j’ai commencé à partir dans la direction opposée au bruit des islamistes. Il faisait sombre, donc personne ne pouvait me voir.»
Ce n’est qu’en quittant sa cachette que le pêcheur réalise l’ampleur de l’offensive, qui pourrait s’avérer l’une des plus meurtrières de Boko Haram en six années d’insurrection. «Sur cinq kilomètres, je n’ai pas arrêté de marcher sur des cadavres, jusqu’à ce que j’arrive au village de Malam Karanti, qui était également désert et brûlé.»
Dans la brousse, Yanaye rencontre un vieux berger peul, qui lui conseille de se diriger vers l’ouest afin d’éviter les bandes de Boko Haram. Accélérant le rythme, il rattrape vite un groupe de quatre femmes, fuyardes également. L’une d’elles transporte sur son dos un bébé. «Elles m’ont dit qu’elles avaient fait partie de centaines de femmes arrêtées par Boko Haram et retenues dans la maison d’un chef de district, que Boko Haram avait converti en centre de détention pour femmes.» Trois de ces femmes avaient été séparées de leurs enfants, selon lui.
Les femmes étant «trop lentes», il a donc continué seul. Marchant et courant durant toute la nuit, il arrive le mercredi matin au village de Kekeno, à quelque 65 km de son point de départ. Le lendemain, il prend un bus jusqu’à la ville de Maiduguri. «Je serai toujours reconnaissant à ce vieux Peul, son conseil m’a sauvé la vie», dit-il.
Au moins 16 localités rasées
Des officiels ont affirmé cette semaine que l’attaque avait forcé près de 20 000 personnes de Baga et des localités près du lac Tchad à prendre la fuite, certains traversant même la frontière tchadienne. Ce n’était pas la première à viser Baga. Près de 200 personnes y avaient été tuées en avril 2013. Des combattants de Boko Haram avaient attaqué la ville, l’incendiant en grande partie, ce qui avait provoqué une violente confrontation avec l’armée nigériane.
Samedi, les islamistes ont rencontré moins de résistance et sont parvenus à prendre le contrôle de la ville ainsi que de la base de la Force multinationale (MNJTF), censée regrouper des soldats nigérians, nigériens et tchadiens dans la lutte contre Boko Haram, mais où ne se trouvaient que des troupes nigérianes au moment de l’attaque. Au moins 16 villes et villages de la zone ont été rasés. Les analystes estiment que l’offensive du week-end visait les milices d’autodéfense assistant l’armée dans sa contre-insurrection.

========================================

79 réponses à Nigeria : le massacre le plus meurtrier de l’histoire de Boko Haram (2 000 morts ?)

Commentaires recommandés

lemoine001 Le 17 février 2015 à 07h48

Il y a quand bien des gens qui ravitaillent ce groupe Boko Haram en munitions et en vivres. C’est autre chose que de faire l’apologie du terrorisme en disant des âneries. Personne ne serait capable d’identifier et de mettre hors d’état de nuire ces fournisseurs ? !

J’ai vu sur la chaîne Arte le documentaire sur Daesh. On apprend qu’ils vendent du pétrole pour un million de dollars par jour. Et personne ne verrait passer ce pétrole ? Personne ne pourrait dire qui achète, qui transporte etc. ? Ils contrôleraient 24 banques. Mais une banque ne peut fonctionner que si elles peut échanger avec d’autres banques. En France, elle a pour ce faire un numéro d’intermédiaire agréé. Retirer à la banque ce numéro, c’est la condamner à mort. Il y a donc bien des banques qui travaillent avec les banques contrôlées par Daesh et personne ne pourrait les identifier et faire cesser tout cela ? Une partie des transactions se ferait en cash ! Ok mais le cash il faut bien le retirer à un guichet de banque, il ne pousse pas tout seul. Rien ne devrait être plus simple que d’identifier une banque qui se fournit anormalement en cash ou voit des quantités anormales de cash déposées à ses guichets.

Quelqu’un a-t-il des informations fiables sur tout cela ?

  1. Ataraxi Le 17 février 2015 à 04h06
    Afficher/Masquer

    Heureux ceux dont le sous-sol ne contient rien de précieux.


    • Louve Bleue Le 17 février 2015 à 10h01
      Afficher/Masquer

      ben on a des gaz de schistes un peu partout en France…


    • francois marquet Le 17 février 2015 à 10h24
      Afficher/Masquer

      Attention, la première image semble venir de l’accident d’un camion citerne au Congo
      http://www.afrik.com/article20308.html
      Cette image a été utilisée comme représentant les victimes de Boko Haram au Nigéria sur facebook
      http://www.islamophobiatoday.com/2011/10/19/fake-nigerian-christians-burnt-alive-photo-resurfaces-on-facebook/
      par Pamela Geller http://en.wikipedia.org/wiki/Pamela_Geller
      ça ne dédouane pas Boko Haram de leurs propres atrocités, mais basta la propagande….


      • francois marquet Le 17 février 2015 à 10h39
        Afficher/Masquer

        Je confirme l’image vient de l’accident du camion citerne au Congo en 2010, on reconnait la grande case à l’arrière plan sur ce film, de 0.24 à 0.26
        https://www.youtube.com/watch?v=fkl3MCLLDRk


      • Ouranos Le 17 février 2015 à 15h56
        Afficher/Masquer

        Merci pour cette précision très importante. Une preuve supplémentaire, s’il en était besoin, de la vaste manipulation des consciences, et de la nécessité de vérifier les sources.
        Il est néanmoins clair que Boko Haram est une menace pour l’humanité, et le choc doit être terrible pour les populations qui sont livrées à sa folie destructrice. Aucun jugement et aucune pitié pour cette vermine.


        • Subotai Le 17 février 2015 à 17h32
          Afficher/Masquer

          “pour l’humanité?”
          Sans blague!


  2. Van Le 17 février 2015 à 04h08
    Afficher/Masquer

    ces groupes terroristes “islamistes” qui viennent de nul part dans l’histoire de ces régions sont la création des services secrets occidentaux cela était prouver en Syrie et en Libye , ils sont entrainés armé et encadré dans leurs massacres par des légionnaires et militaires français américains et anglais sans parler du financement des pays du golf . poutin a bien compris cette mascarade il aide militairement tout pays dans lesquels pullulent ces mercenaires http://reseauinternational.net/la-russie-va-armer-le-cameroun-contre-boko-haram/


    • gracques Le 17 février 2015 à 11h01
      Afficher/Masquer

      hé faut arreter la fumete , BOKA HARAM n’est pas une nouveauté au Nigéria et les mouvements “mahadistes” non plus au Sahel et depuis DEUX SIECLES !
      Les “occidenteaux” ( lesquels) n’ont pas grand chose a y voir.


      • Coni Le 17 février 2015 à 11h40
        Afficher/Masquer

        Eh bien vas-y explique nous, preuve à l’appui comment ça fait 2 siècles que Boko Haram existe?


        • Lage Le 17 février 2015 à 13h24
          Afficher/Masquer

          Boko Haram est dans la lignée du caliphat de Sokoto, un état fondé après une guerre “sainte” appelée guerre du Fulani, qui vit, comme aujourd’hui, l’islam imposé par la force (et éventuellement le massacre) sur fond de traite d’esclave tout en respectant dans une certaine mesure les pouvoirs coutumiers habituels. Il s’inspire enfin de tous ces “jihad” de la fin du XIXième siècle (Toucouleurs, Wassoulou etc…) en Afrique subsaharienne qui virent l’imposition d’états musulmans dans des zones mal islamisées. Ces guerres religieuses se firent souvent dans le but de résister au colonisateur, l’idée étant que l’islam donnerait la force et l’unité nécessaire pour résister aux français ou aux anglais. Boko haram s’inspire aussi des mouvement Mahdistes du Soudan (vers 1885). En ce sens, oui, Boko Haram s’inscrit dans une lignée deux fois séculaire.

          La moindre des choses, si je puis me permettre, quand on se veut anticolonialiste, c’est d’étudier un peu les pays qu’on veut décoloniser…


          • Krystyna Hawrot Le 17 février 2015 à 13h44
            Afficher/Masquer

            J’ai du mal à croire que le massacre par milliers de population civile ait quelque chose à voir avec une décolonisation… Ils ne seraient pas un peu fous par hasard?


            • boduos Le 17 février 2015 à 16h04
              Afficher/Masquer

              @krystyna
              effectivement ,il s’agit de luttes d’influences entre Israël et les USA (parfois chacun pour soi ) la France qu’il faut déloger de ses derniers bastions et qu’il faut essouffler pour affaiblir la métropole , la Chine qui va utiliser le bras armé russe revenu sur la scène.
              pour ce qui concerne le Cameroun,Paul Byha est devenu non gratta pour la France et , concomitamment, les camerounais ont capturé 8 mercenaires français qui encadraient boko aram.
              honnêtement,une vache n’y retrouverait pas son veau,je préfère attendre les explications construites et prudentes (c’est un prof français du public) de Bernard Lugan.


            • Subotai Le 17 février 2015 à 17h34
              Afficher/Masquer

              Ya juste le “par milliers” avec lequel il faut rester prudent.

              Combien de “par milliers” nos bombes, nos drones et nos missiles..?


          • MagPie Le 17 février 2015 à 14h18
            Afficher/Masquer

            Merci Lage.
            Pensez-vous que Boko Haram soit d’une certaine manière également lié à un mouvement “national” Kanuri (si tant est que ces catégories soient pertinentes dans la région) ?
            Je sais que l’Empire de Kanem-Bornu et ses cavaliers étaient un centre islamique important (du 9ème au XIXème siècle), mais ce qui s’est passé pour eux ensuite, et surtout après la décolonisation, est assez flou pour moi.


            • boduos Le 17 février 2015 à 16h19
              Afficher/Masquer

              Pour réactiver un vieux mouvement enfouis dans le passé d’une tribut ,il suffit qu’un service secret ,précédé d’un prédicateur avec un peu de prestige,d’une cargaison d’armes, de téléphones portables et de liasses de fausse monnaie fraichement imprimée ,laisse entendre qu’il sera fait suite après la lutte aux revendications territoriales ,une fois la cible réduite.
              on laissera pour cela quelques éléments mercenaires pour encadrer tout ce beau monde.
              en l’attente on se paie sur la bête,les métaux rares,les pierres précieuses ……on ferme les yeux sur les trafics en tout genre.
              la belle vie quoi!


      • coinfinger Le 17 février 2015 à 12h36
        Afficher/Masquer

        Vrai y a le terreau depuis deux siécles , mais
        1) ils disposent de moyens qu’ils n’avaient pas depuis deux siécles
        2) ces moyens sont disproportionnés par rapport à leurs ressources
        3) par occidentaux il faut inclure les Emirats , corrompus au delà de la moelle .
        4) les capacités techniques de destruction ne sont plus comparables et leur donnent , couplé à leur pathologie d’incultes , la possibilité de commettre des horreurs insupportables

        Au passage , félécitations à Olivier Berruyer , des infos et images , propres à éveiller le Charlie .


  3. Louis Le 17 février 2015 à 04h47
    Afficher/Masquer

    Pendant ce temps là à Vera Cru … à Copenhague …

    Oh purée c’est tellement lamentable ce traitement de l’information chez nos médias mainstream que j’en pleure de rire. Ah ah 😀

    Sinon dans le genre bonne poilade y a eu aussi 21 chrétiens coptes décapités en Égypte. Bon c’est des chrétiens donc aucun intérêt c’est des sous êtres (j’en suis un) mais peut être qu’on aura droit à un entrefilet en fin de journal entre les chiens perdus et les chats écrasés ! Qui sait?


    • MagPie Le 17 février 2015 à 08h00
      Afficher/Masquer

      Bonjour Louis,
      21 coptes (chrétiens Egyptiens) ont été exécutés en Libye. L’Egypte a bombardé hier les bases de l’Etat islamique en Libye.
      http://www.lefigaro.fr/international/2015/02/16/01003-20150216ARTFIG00059-apres-la-decapitation-de-21-chretiens-l-egypte-bombarde-l-etat-islamique-en-libye.php
      Ce chaos devient international.


      • ISTINA Le 17 février 2015 à 12h39
        Afficher/Masquer

        21 coptes (chrétiens Egyptiens) ont été exécutés en Libye. L’Egypte a bombardé hier les bases de l’Etat islamique en Libye.
        link to lefigaro.fr
        ***********************************************************************************************************
        Ce chaos devient international.Il a été déclenché par les conneries de Sarkozy en Libye, avec le soutien de Juppé de Bordeaux déclaré le meilleur d’entre-eux et le permanent Héritier du commerce de Bois d’ébène, surnom attribué jadis aux esclaves Noirs
        Et pendant ce temps, l’O.T.A.N garantie de la Pax Europa América
        , s’en prends à Poutine.Cela fait des années que la comédie dure et perdure
        Poutine, ce pelé, ce galeux dont nous vient tout le mal ?
        Quel mal ? Dictateur ? les véritables Dictateurs sont ceux qui accusent les autres
        de l’être !
        Poutine détient moins de Pouvoirs qu’un Président Français, Américain, Britannique.
        Poutine ne peut intervenir à l’Etranger, qu’avec accord voté par les Représentants des Peuples, il n’aurait pas pu intervenir au Mali, centre Afrique et autres!
        Russe Il ne se permets pas d’envoyer unilatéralement des troupes Russes, s’en
        prendre à des étrangers et ce, tant que la Russie n’est pas agressée militairement.
        Vous semblez l’ignorer Camarades Citoyens, avec cette deuxième Guerre Mondiale,
        en avez-vous entendu parler ? la Russie y a perdu 20% de sa Population par Mort !
        Ne soyez pas surpris que son Président soit ennemi des Guerres, jusqu’à quand supportera-t-il que son Pays soit menacé, frappé de sanctions n’ayant rien à voir avec le Droit International ?
        Vous ne devriez pas confondre précautions avec faiblesse.
        Persistez à accuser la Russie avec vos mensonges, vous risquez un jour de regretter
        d’avoir à subir des dommages collatéraux qui en découleraient !
        Dommage que ce soient les Politiciens qui déclenchent les guerres mais, ne les
        font pas!
        Dommage qu’à chaque catastrophe ces Messieurs d’en haut ne soient jamais jugés !
        et surtout jamais condamnés !
        Napoleon et Hitler s’y sont cassé les dents, cela chaque fois; provoqué par peu de choses.
        NAPOLEON avait pris MOSCOU? il attendait du Tsar, qui selon la tradition ils vienne
        signer un traité de paix. il attendit deux semaines et, Moscou fut réduite en cendres
        par les Russes, lorsque Napoléon décida de retourner en France, l’Hiver Russe du moins 30° pour une immense armée non équipée pour l’Hiver, Koutouzof énorme; ayant difficultés à se déplacer;vainquit la Grande armée sans avoir à combattre, il lui
        suffit de pratiquer la Terre brûlée et d’attendre que le froid fasse son oeuvre.
        Quant à HITLER ?.
        EN GRAND SECRET en Sibérie, où les commissions de contrôles Germano soviétiques
        n’allaient jamais inspecter ce désert, les Soviétiques crérent de toutes pièces, un Blindé
        dont la ligne générale ressemblait au Char Lourd Français SOMUA -S- 35,, ils fabriquèrent le fameux T-34 sur lequel les 47 Antichars allemands ricochaient,T-34,
        armé d’un canon de 76,2 presque le double des Panzer, ces chars arrivèrent sur le
        terrain munis de chenilles de 75 cms imbourbables contrairement à celles classiques
        de 33 cms, immobilisés au gel; puis au dégel, leur Gaz-oil grand froid ne gelait pas,
        nous dûmes attendre trente années pour avoir en France, un Gaz-Oil tous temps!
        La supention du T-34 Américaine dont j’ai oublié le nom, tracté par un moteur
        d’aviation de 600 chevaux de marque ????????Allemande B.M.W Bayernrische Motor
        Wagen. Durant quelques temps, la Boite de vitesse de Fabrication Soviétique, avait
        un petit défaut de jeunesse, elle tombait en Panne au point que les T-34 étaient livrès
        à l’armée rouge, avec une deuxième boite de vitesse de rechange attachée au char.
        Malgré cette imperfection provisoire, le T-34 était invincible de Décembre 1941
        à la bataille de KOURKS en mi- 1944 d’où la perte des initiatives Allemandes dues au Matériel dépassé.les chars lourds Allemands supérieurs souvent aux T-34,
        Blindages, puissance de feu avec canon de 88 long. explosaient n’importe quel char
        à 2.000 mètres en moins de deux secondes, plus les Jagspanther tueurs de chars
        ne pouvaient alligner que quelques 500 chars modrnes contre 2.000 Soviétiques.
        A la même époque le débarquement en Normandie, contraignit l’Allemagne à dégarnir
        le <front de l'Est. récupérant les Tigres et Panther qui n'avaient pas sauté sur les mines.
        C'était le commencement de la fin.
        La deuxième raison de n'avoir pas pris Moscou, la faute
        en incombe à Hitler personnellement.
        Alors que les Coupelles dorées se voyaient de loin, Gudérian chef des Divisions
        Panzer reçu l'ordre de virer vers le Caucase, il signala qu'ils avaient perdu leur
        supprématie en Blindés, que Moscou était à portée de main, Hitler tapa sa colère et,
        Guderian subit le coup, lorsque 15 jours plus tard Hitler réalisa son erreur,contre-ordre, direction Moscou. Moscou était défendu, la Wehrmacht embourbée, immobilisée par le froid, les véhicules ne
        démarraient pas, la graisse des armes automatiques gelées, vous connaissez la suite !
        Je vous ai peut-être ennuyés, mais mon dada c'est l'Histoire telle qu'elle a eu lieu et ce,
        racontée objectivement.

        .
        .


        • Carabistouille Le 17 février 2015 à 12h55
          Afficher/Masquer

          20%???? vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère vous :). 20 millions c’est déjà pas mal. 20% ça aurait fait 45 millions de morts.
          Sinon, dire que les Russes ont laissé faire l’hiver est un peu rosse pour le sacrifice des soldats russes qui ont raccompagné la grande armée. Relisez un peu la Beresina pour voir si les Russes attendaient que l”hiver ai fait son oeuvre. Relisez un peu les chroniques des officiers Français qui parlent du harcèlement incessant des cosaques et des milices paysannes qu’ils redoutaient comme la peste.
          Quant à vos raccourcis sur la seconde guerre mondiales, ils sont…. un peu court.
          Rien ne prouve que Guderian aurait pris Moscou. Les Allemands n’ont pas réussi, par exemple, à prendre Leningrad.
          Par contre, un chiffre parle tout seul: on parle souvent des pertes énormes subies par les Russes dans les premiers mois de la guerre, mais on oublie de dire que les Russes, dans les six premiers mois, ont éliminés 800 000 Allemands. Une perte historique, colossale, 70% des morts allemands de la WW1 en six-huit mois, à comparer aux 28000 morts de la campagne de France…
          C’est cette surprise là qui a vaincu les Allemands. Aucun état major n’était capable de concevoir qu’un ennemi ayant reculé de près de 1000 km en 4 mois, ayant perdu 5 millions d’hommes, mal encadré, mal équipé, aurait été capable de mener des contra-attaque et détruire 800 000 représentants de la “race supérieure” supérieurement équipée, motivée et dirigée. Aucun état major au monde à l’époque n’était capable d’envisager une guerre avec des pertes humaines de l’ordre du million d’individu par an.
          D’ailleurs, seul le génie militaire allemand et la vaillance du biffin Allemand ont permis de tenir l’hiver 41-42 sans se retrouver avec des cosaques à Berlin au printemps.


          • ISTINA Le 17 février 2015 à 22h59
            Afficher/Masquer

            20%???? vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère vous 🙂 . 20 millions c’est déjà pas mal. 20% ça aurait fait 45 millions de morts.
            ********************************************************************************************* QUELLE était la Population de l’Union Soviétique en JUIN 1941 et, 7 Mai
            1945 ?
            Et en 1789 ?
            *******************************************************************************************C’est cette surprise là qui a vaincu les Allemands. Aucun état major n’était capable de concevoir qu’un ennemi ayant reculé de près de 1000 km en 4 mois, ayant perdu 5 millions d’hommes, mal encadré, mal équipé, aurait été capable de mener des contra-attaque et détruire 800 000 représentants de la “race supérieure” supérieurement
            *****************************************************************************************
            Continuez à croire, mais, je persiste, c’est le T-34 qui fut la cause du
            désastre Allemand. Il ratiboisait les Panzer qui, face au T-34,
            n’existaient plus, ce qui remonta le Moral des Russes et déclencha la
            retraite Allemande.
            Les Allemands commencèrent à souffrir des les premiers froids soit
            20% de pertes, sxuivi du dégel impossible de circuler. puis deuxième vague de Froid, les soldats à l’affut mourraient sur place.
            Lorsque je parle d’habillement les Allemands n’étaient pas habillés
            en tenues d’Hiver pour grands froids. imaginez, les troupes, sans véhicules
            sur les routes Soviétiques, reculant crevant de froid, guère pratique
            pour se défendre des cosaques .
            Si vous me le permettez, les Allemands malgré que tout était fichu, ils
            tinrent le coup jusqu’au 5/6 Mai puis ce fût la fin et, si je persiste,
            j’étais, classe de rattachement 1939, libération à mi 1946.
            Passage du Rhin, sans ponts, batailles de la Forêt-Noire et du Danube et,
            oui Camarade, j’y étais, je n’en retire aucune Gloriolle.
            Je me borne à ce que j’ai vu, vécu et interrogatoires .des P.D personnes déplacées, l’Allemagne cités en ruines déblayées par les
            femmes et enfants( il n’y avait plus d’hommes ) tous mobilisés. la population civile grouillait de partout, des Prisonniers à ne plus savoir qu’en faire,
            Alors mes opinions valent d’autres, mes raisonnements ne figurent pas
            dans les Livres ou journaux qui eux n’y étaient pas.
            En environ cinq ans, je suis passé du Désert où nous crevions de chaud 48° au pire Hiver 1944/45, dormant à même le plancher métallique du
            Doodge, un morceau de bâche sur le dos.
            le matin glacial, la bâche gelée soudée au sol par le froid, obligé de découper au poignard pour pouvoir se lever. C’était la classe, un véhicule
            6×6 décapotable intégral Permanent ! roulez sans pare-brise par
            moins 20 ou pire.
            . l’Alsace, l’Allemagne, l’Autriche où en Juin 1945, un mètre de Neige.
            En outre, pour terminer, le premier jour en France, mon Doodge, n’avait
            plus de Pare-brise; plus de cabine, plus de ridelle ni de Bâche et désormais
            pendant près d’un an réparations impossibles.j’ai réussi à l’ E.R.M de BELFORT, en Juillrt 1945 à me faire souder un pare Brise de 202 mais le
            froid était passé


        • MagPie Le 17 février 2015 à 14h29
          Afficher/Masquer

          Bonjour Istina,
          Je ne sais pas bien ce qui me vaut votre interpellation ni à quel moment j’ai “accusé la Russie” ou Poutine de quoi que ce soit – ni pour tout vous avouer, ce que le boîtier de vitesse du T34 a à voir avec l’assassinat des coptes 🙂


          • ISTINA Le 17 février 2015 à 23h10
            Afficher/Masquer

            MagPie Le 17 février 2015 à 14h29
            Afficher/Masquer

            Bonjour Istina,
            Je ne sais pas bien ce qui me vaut votre interpellation ni à quel moment j’ai “accusé la Russie” ou Poutine de quoi que ce soit – ni pour tout vous avouer, ce que le boîtier de vitesse du T34 a à voir avec l’assassinat des coptes 🙂
            *****************************************************************************************
            Veuillez me pardonner, je ne m’adressais pas vous, quelque chose
            m’a fait dévier sur ce qui se passe avec la Russie et c’est parti.
            Sans m’en rendre compte je suis arrivé au T-4 le véritable vaincoeur
            de l’armée Allemande.
            Sincères Salutations


      • Krystyna Hawrot Le 17 février 2015 à 13h48
        Afficher/Masquer

        Je pense que l’Egypte a raison de le faire; Les Tunisiens sont très inquiets de la situation en Libye qui pourrit aussi la situation de leur propre pays. L’armée tunisienne n’a même pas les moyens de controler les frontières du pays!
        Alors que l’Egypte le fasse c’est la seule solution. si nous, les Occidentaux, responsable de cette m..; on ne bouge pas (alors que la Libye c’est juste là de l’autre côté de la côte italienne) alors on serait mal placé de critiquer.


        • MagPie Le 17 février 2015 à 14h42
          Afficher/Masquer

          Oui, l’Egypte pouvait difficilement ne pas réagir. Quant à l’efficacité de la réaction, c’est à voir. Ce n’est jamais très bon signe (pour la stabilité régionale en général et les populations en particulier etc) quand un pays intervient militairement chez son voisin. Que reste t-il de la Libye après le “serment de Tobrouk” ?
          V. Poutine a eu un sens du timing formidable en allant offrir une kalash au président égyptien !
          Je crois que l’Egypte a demandé une résolution du Conseil de sécurité : ce sera très intéressant de voir le contenu et surtout, comment votent les membres du conseil.


        • kaboum Le 17 février 2015 à 15h44
          Afficher/Masquer

          Si bouger ca veut dire foutre BHL en prison je suis partant. Il y aura peut être un détour par la case plumes+goudron.


      • Chris Le 17 février 2015 à 15h33
        Afficher/Masquer

        @MagPie
        Chaos international certes, mais s’inscrivant dans une stratégie US mondialiste, laquelle connait des dérapages et retournements, mais qui avance vers son but :
        28 sept. 2013 – La nouvelle carte du Moyen-Orient (NYT)
        http://www.nytimes.com/interactive/2013/09/29/sunday-review/how-5-countries-could-become-14.html?_r=1&amp;
        Article commenté en français dans : http://www.mondialisation.ca/new-york-times-publie-la-nouvelle-carte-du-moyen-orient/5352850
        Ce serait tellement soulageant pour notre adrénaline surexposée qu’on cesse de nous prendre pour des abrutis.


        • MagPie Le 18 février 2015 à 07h59
          Afficher/Masquer

          Bonjour Chris,
          C’est un article “intéressant”, merci de m’avoir fait connaître son auteur (je vais suivre les articles de cette dame, je sens que ça ne va pas être piqué des hannetons)
          Il ne faudrait pas prendre ça comme le “plan secret d’Obama”, c’est plus un témoignage sur la manière dont certains think-tanks américains réfléchissent. Ils voient un peu tout sous le prisme de l’ingéniérie, dans leur délire de ” nation building “. Un Etat ne marche pas bien ? Pas de problème, on arrive, on remplace les pièces sur le modèle qui fonctionne pour nous, et voilà. A chaque fois, ils se sont un peu loupés parce qu’ils ne tiennent pas vraiment compte d’un petit paramètre : les gens sur place sont parfois attachés, à tort ou à raison, à leur culture, à leur système de valeurs, à leur société…
          J’ai la carte sous les yeux, et j’ai du mal à me dire que c’est une spécialiste de la région qui l’a coloriée. Ah, je vois qu’elle n’avait plus de feutres pour l’Iran, la Turquie, la Jordanie, la Palestine et Israël, le Soudan <:o)


  4. dupontg Le 17 février 2015 à 05h56
    Afficher/Masquer

    encore une belle reussite du meurtre de Kadhafi….


    • Balthazar Le 17 février 2015 à 12h37
      Afficher/Masquer

      Voilà, vous comprenez mieux pourquoi ON a décidé que Kadhafi devait être liquidé.
      Quand je pense que l’on nous explique que le XXI siècle sera celui de l’Afrique, je tremble pour eux.


  5. Alain V Le 17 février 2015 à 07h08
    Afficher/Masquer

    La première photo ne concerne pas Boko Haram mais l’explosion d’un camion-citerne au Congo. Voir Hoaxbuster.


    • Al36 Le 17 février 2015 à 10h57
      Afficher/Masquer

      Est-il d’ailleurs déplacé de suggérer de ne pas mettre ce “genre” de photo en accueil d’ article sans avertissement…Sans être prévenu à l’ouverture du blog, c’est un peu violent, non ? Merci d’ informer, mais ces images ne devraient être que dans le contenu…


  6. lemoine001 Le 17 février 2015 à 07h48
    Afficher/Masquer

    Il y a quand bien des gens qui ravitaillent ce groupe Boko Haram en munitions et en vivres. C’est autre chose que de faire l’apologie du terrorisme en disant des âneries. Personne ne serait capable d’identifier et de mettre hors d’état de nuire ces fournisseurs ? !

    J’ai vu sur la chaîne Arte le documentaire sur Daesh. On apprend qu’ils vendent du pétrole pour un million de dollars par jour. Et personne ne verrait passer ce pétrole ? Personne ne pourrait dire qui achète, qui transporte etc. ? Ils contrôleraient 24 banques. Mais une banque ne peut fonctionner que si elles peut échanger avec d’autres banques. En France, elle a pour ce faire un numéro d’intermédiaire agréé. Retirer à la banque ce numéro, c’est la condamner à mort. Il y a donc bien des banques qui travaillent avec les banques contrôlées par Daesh et personne ne pourrait les identifier et faire cesser tout cela ? Une partie des transactions se ferait en cash ! Ok mais le cash il faut bien le retirer à un guichet de banque, il ne pousse pas tout seul. Rien ne devrait être plus simple que d’identifier une banque qui se fournit anormalement en cash ou voit des quantités anormales de cash déposées à ses guichets.

    Quelqu’un a-t-il des informations fiables sur tout cela ?


    • chris Le 17 février 2015 à 08h35
      Afficher/Masquer

      Effectivement on a peu d’information sur ce groupe (Boko Aram). Ca ne ressemble pas a un simple groupe de bandits voleurs pilleurs. Ils ont de l’armement, sont structurés et mènent de véritables opérations de guerre. Ils semblent insaisissables,opèrent sur de vastes territoires. Comment font ils pour avoir une telle infrastructure ? D’ou vient l’essence, la nourriture, les armes, l’argent, leurs recrues ? Leur leader n’a pourtant pas l’air de respirer l’intelligence !
      Incompréhensible pour moi !


      • Ludo Le 17 février 2015 à 09h41
        Afficher/Masquer

        Personnellement j’ai de la peine à croire qu’aujourd’hui, avec la technologie qu’on a (satellite radars écoute vision thermique etc etc), qu’on puisse rien faire contre ces psychopathe qui n’ont rien à voir avec l’islam. Enfin quand je dis “on”, c’est les armées suffisamment équipée, genre les US. Mais bon, on sait très bien que c’est pas vraiment leur volonté d’arrêter Boko Aram, sinon ca serait déjà fait.

        J’aimerai bien voir l’armée russe comment elle s’y prendrait …


        • Carabistouille Le 17 février 2015 à 10h27
          Afficher/Masquer

          Le président nigerian n’a demandé de l’aide que cette semaine. Les formes sont en place, je pense que ça va rapidement changer.


          • Lage Le 17 février 2015 à 13h35
            Afficher/Masquer

            Sur Marianne Alain Chouet, ancien directeur du renseignement de sécurité à la DGSE, affirme que c’est essentiellement l’Arabie Saoudite qui finance Boko Haram pour faire pression sur le Nigéria, gros producteur de pétrole.


      • JeanLaNouille Le 17 février 2015 à 10h23
        Afficher/Masquer

        http://standforpeace.org.uk/al-muntada-trust/
        Pour le financement. A creuser certes mais est ce vraiment nécessaire?

        Boko Aram n’est que la version pour l’Afrique de l’ouest des hordes de takfiris de l’ISIS pour l’arc chiite au Moyen Orient, le méchant idéal.

        Le but de leur existence et de leur anéantissement futur:
        Exacerber les tensions entre ethnies religieuses, créer un arc de crise afin de justifier le déploiement militaire de l’AFRICOM US sur des zones riches en matières premières. Le plan de jeu Yinon appliqué à la lettre.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Yinon
        En plus de la diabolisation de l’islam tellement dans l’air du temps.

        Souvenons nous de cette grotesque campagne Bring Back Our Girls. Ça sent le chaos derrière cet élan de solidarité internationale.

        Comme le dit le premier commentateur de cette page qui a tout résumé. “Heureux….


      • Julie Le 17 février 2015 à 14h08
        Afficher/Masquer

        Londonistan probablement.


      • Alain V Le 17 février 2015 à 22h25
        Afficher/Masquer

        On peut avoir des éléments de réponse sur Jeune Afrique ( http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2821p022.xml3/onu-corruption-terrorisme-boko-haramnigeria-contre-boko-haram-y-a-t-il-un-pilote-dans-l-arm-e.html ) : corruption, complicités. Rappelons aussi qu’ils ont pris quelques otages et ont dû toucher aussi quelques rançons.


    • Homère d'Allore Le 17 février 2015 à 08h46
      Afficher/Masquer

      Des informations fiables…il faudrait aller les chercher sur le terrain et voilà ce qui arrive quand on fouine trop:

      http://touch.metronews.fr/info/serena-shim-la-turquie-est-elle-liee-a-la-mort-d-une-journaliste-libano-americaine/mnju!jTmhsUSJHKBOs/


      • Julie Le 17 février 2015 à 10h21
        Afficher/Masquer

        Pendant qu’on met les Russes et les Syriens sous sanctions ou encore les Iraniens (quelle jubilation sous la plume de ce qui écrivent “ils ne peuvent plus se servir de leurs cartes de crédit), en revanche, les banques de Mossoul, tenu par l’Etat islamique depuis plus de 6 mois, fonctionnent normalement.

        Ca ressemble étrangement à la période post 1933.


      • Nerouiev Le 17 février 2015 à 10h36
        Afficher/Masquer

        Vu la nouvelle relation Turquie-Russie, la Turquie risque d’être diabolisée et responsable de tout d’ici peu de façon à rendre dangereux et aléatoire l’approvisionnement en gaz via la Turquie.


        • Homère d'Allore Le 17 février 2015 à 10h39
          Afficher/Masquer

          Cet “accident” date d’avant les décisions sur Southstream.
          Mais une journaliste d’une chaîne iranienne, sa vie n’intéresse pas grand monde…


        • Van Le 17 février 2015 à 21h35
          Afficher/Masquer

          de toute façon la Turquie sera ruiné des que le rôle qui lui est incombé sera fini : destruction des pays limitrophes et asservissement des populations , retour a la case mendicité comme l’a bien illustré le cas égyptien, cette dernière est complétement ruinée, chute du tourisme des exportations et instabilité politique et sécuritaire ( révolution spontanée 😉 ) alors que personne ne tarissait d’éloges a l’égard de ce pays quand il soutenait les interventions militaires en irak et manipulait la ligue arabe pour sanctionner la Syrie …etc
          un pays n’est pas obliger de côtoyer la Russie pour être dans l’œil du cyclone , il suffi seulement de refuser le chantage et le raquette ou de faire une politique indépendante qui soit dans l’intérêt de son peuple .


      • JeanLaNouille Le 17 février 2015 à 10h37
        Afficher/Masquer
        • Van Le 17 février 2015 à 22h05
          Afficher/Masquer

          si vous voulez du lourd et du fiable procurez vous les comptes rendus de la mission de la ligue arabe en Syrie ou est signalée, avec preuves a l’appuie, la présence de dizaines de services de sécurité étrangers et de militaires étrangers dans plusieurs villes syriennes, mais cette mission a été avorté par les représentants des pays du golf afin de créer une crise politique qui ouvrira la porte a une intervention militaire .


          • Homère d'Allore Le 18 février 2015 à 15h17
            Afficher/Masquer

            Rassurez-vous ! Après avoir conseillé Porochenko sur le front de L’Est, voici BHL aux commandes contre Daesch !

            http://www.bernard-henri-levy.com

            Le Calife a trouvé à qui parler !


    • Mélissa Le 17 février 2015 à 10h23
      Afficher/Masquer

      @ Lemoine001,

      Si la parole d’un général Français devant une commission du sénat vous paraît fiable…

      À toutes fins utiles…
      Au Sénat : Débat surréaliste sur la prolongation de l’opération Chammal en Irak.

      Auditions :

      du général (2s) Henri Bentégeat,
      du général de corps d’armée Didier Castres, sous-chef d’état-major « Opérations »,
      d’Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères,
      du général de division (2s) Vincent Desportes,
      du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

      EXTRAITS :

      Question de M. Aymeri de Montesquiou :

      ” – Daech ne sort pas du néant. L’Arabie saoudite, le Qatar, ont financé cette organisation. Continuent-ils à le faire, alors qu’ils participent à la coalition ?
      Nos services de renseignement n’ont pas vu la menace venir. Sont-ils désormais mieux coordonnés ?
      « Nul ne saurait gouverner sans laconisme », disait Saint-Just. Bachar el-Assad n’était-il pas préférable à Daech ?”

      Le général Didier Castres sous-chef d’état-major «Opérations» botte en touche:

      ” – Je rendrai compte à ma hiérarchie des questions auxquelles je ne suis pas habilité à répondre.”

      Ensuite,le général Vincent Desportes, professeur associé à Sciences Po Paris déclare à propos de Daech :

      “Quel est le docteur Frankenstein qui a créé ce monstre ? Affirmons-le clairement, parce que cela a des conséquences : ce sont les Etats-Unis. Par intérêt politique à court terme, d’autres acteurs – dont certains s’affichent en amis de l’Occident – d’autres acteurs donc, par complaisance ou par volonté délibérée, ont contribué à cette construction et à son renforcement. Mais les premiers responsables sont les Etats-Unis.”

      Question de M. Gilbert Roger :

      ” Daech dispose d’immenses ressources, notamment grâce à un trafic de pétrole à ciel ouvert. N’est-on pas en mesure de détruire cette source d’enrichissement ? Pourquoi ne le fait-on pas ?”

      Réponse du général Vincent Desportes :

      ” …Quant à la question de rompre les flux qui en assurent le soutien [à Daech] je pense, sans connaître le détail opérationnel en cause, qu’une part de la difficulté tient au fait que l’on frapperait là en territoire ami.”

      Je conseille la lecture complète et attentive du document qui révèle d’autres perles concernant notre politique étrangère et l’état réel de notre défense…

      http://theatrum-belli.org/senat-debat-sur-la-prolongation-de-loperation-chammal-en-irak/


    • step Le 17 février 2015 à 11h29
      Afficher/Masquer

      https://www.youtube.com/watch?v=NC7VJu8qffk

      oh faut quand même pas déconner. Le terrorisme c’est une chose, le pognon une autre !


    • Chris Le 17 février 2015 à 15h34
      Afficher/Masquer

      Oui, en autres, les Français. Justement, Fabius est en voyage dans la région…


  7. Julie Le 17 février 2015 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Ce chaos devient international mais tant que Daesh était à Alep à 2 pas de la clinique “d’aide aux rebelles” de médecins sans frontières, ils semblent n’avoir dérangé personne.
    Ce chaos est la meilleur garantie que les occidentaux ne seront pas encore plus durement touchés économiquement et qu’ils pourront vendre des armes à gogo et aux gogos. Et les légions de pauvres européens regardent sur leur télé cette orgie de violence et se disent “ca pourrait être pire, c’est pas le moment de demander des droits”.
    Ce chaos permet aux états croupions du Golfe de se maintenir.
    Albert Cossery, “Une Ambition dans le Désert”, avait tout compris, lui qui imaginait un petit état dont l’émir, jaloux de ne jamais être dans les journaux, organisait un groupe terroriste pour enfin faire la Une des médias étrangers.

    Sur le circuit des otages, de Alep à Idlib, de Idlib à Raqqa, etc.
    http://www.thedailybeast.com/articles/2015/02/15/missed-chances-doomed-isis-captives.html


    • Julie Le 17 février 2015 à 08h38
      Afficher/Masquer

      Cet article est peut-être à traduire: le rôle de la clinique de médecins sans frontières comme hub pour les demi-espions américains et autres y est mis en évidence. Cela confirme une fois de plus les informations de Malbrunot. Le fait que le partenaire de l’otage américaine décédée la semaine dernière (dans un bombardement jordanien, à moins qu’elle soit morte avant) peut à son gré traverser la frontière, rencontrer l’otage et repartir, en dit long aussi sur les relations des différents groupes en présence avec aussi bien les pseudo-humanitaires que les barbouzards.


  8. joss Le 17 février 2015 à 09h50
    Afficher/Masquer

    Boko Haram plus fort qu’ébola ?
    Heureusement il y a déjà 3000 soldats américains dans la zone.


    • Grégoire Le 17 février 2015 à 11h09
      Afficher/Masquer

      Les ricains ont du croire qu’ Ebola était l’une de leur armée “islamiste” et qu’elle était menacée, sinon ils auraient envoyés des docteurs…


  9. Louve Bleue Le 17 février 2015 à 10h00
    Afficher/Masquer

    Pensées ordinaires :Tiens ? Même stratégie qu’en Syrie/Irak. Ils s’emparent d’une zone à cheval sur plusieurs pays.
    Misère : “Attila” est de retour … ça me fichait la trouille quand on racontait les invasions des Huns à l’école. Je me rassurais en me disant que ça se passait y’a plus de mille ans.
    Et puis quand j’ai dit à mon fils âgé de 6 ans devant une croix en pierre vers Vézelay (départ de croisade, n’empêche ! ) qu’il ne devait pas craindre d’être crucifié, que c’était y’a 2000 ans , que ça se faisait plus… pour calmer son angoisse de gamin . Je savais pas que ce serait le présent…On brûle aussi des gens un peu partout , pas loin d’ici …
    Et là, je sais pas si mes angoisses ne sont que de l’existentiel d’une femme de 60 ans qui se sent un peu dépassée ?
    Mais comme les autres, trouvant tout cela ignoble, je sais pas quoi faire. L’impuissance n’est pas l’indifférence. Que peux faire la goutte de l’océan ?


    • Adrien Le 17 février 2015 à 12h00
      Afficher/Masquer

      Pour te rassurer, prend l’analogie de la mer : très peu de sel au final… et pourtant ça change complètement la saveur de l’eau.

      N’oublions jamais que nous faisont partie du monde : nos actions modifient donc ce monde, à notre échelle bien sûr. Par exemple on peut agir de façon simple : écrire à ses représentants, voter, discuter avec ses proches de ces problèmes, s’informer, etc.

      si tu veux faire plus, il y a la politique, les ONG, les projets collaboratifs, etc.


  10. Grégoire Le 17 février 2015 à 10h44
    Afficher/Masquer

    Les américains et leurs vassaux ne reculent devant aucun crime de masse … pour tenter de bloquer l’irrisistible émergeance de la Chine…
    Boko Haram est un sous-marin de la CIA
    http://reseauinternational.net/boko-haram-marin-cia/


    • boduos Le 17 février 2015 à 22h08
      Afficher/Masquer

      mais alors Michelle Obama,Valeria Trierviller ,elles pleuraient les 200 lycéennes ….donc elles sont pas au courant.
      ces services secrets quand même.


  11. Grégoire Le 17 février 2015 à 10h47
    Afficher/Masquer

    La remise en eau du lac Tchad, un grand projet digne des BRICS… c’est aussi cela qui dérange Obama…


  12. phlc Le 17 février 2015 à 10h53
    Afficher/Masquer
  13. Anas Le 17 février 2015 à 11h11
    Afficher/Masquer

    Le Chad, le Nijer, le Cameroun et le Nijeria peuvent très bien organiser une opération conjointe pour encercler le lac Chad et refermer l’étau au fur et a mesure sur Boko Haram. Mais apparement, il y a des complicités de “laisser faire” impliquant le gouvernement chadien. Toutes ces atrocités vont permettre une n-ième intervention des puissance occidentales qui vont positionner leur forces dans une zone stratégique comme le lac Chad, contribuant à consolider le maillage militaire de cette région. Le procédé commence à être bien rodé.


  14. GLEB Le 17 février 2015 à 11h15
    Afficher/Masquer

    Et là, notre ramassis de superhéros ne dit rien, n’a pas d’avis, pas de sanctions préprogrammées, pas de gesticulations convulsives pour envoyer des armes létales, pas de brushing et chemise blanche sur treillis repassé …
    Les frères Dalton ne risquent pas de se faire détrôner par notre quatuor d’opérette : Mac Cain, Soros, BHL, Obama


  15. Alae Le 17 février 2015 à 11h16
    Afficher/Masquer

    Il se dit que ce groupe islamiste nigérian serait financé par des fonds provenant de deux alliés des USA, le Royaume-Uni et l’Arabie Saoudite.
    http://www.globalresearch.ca/covert-ops-in-nigeria-fertile-ground-for-us-sponsored-balkanization/30259

    Et ensuite,
    “Finalement et peut-être de façon cruciale, il y a la perspective continentale et mondiale. Le Nigéria, en tant qu’économie la plus dynamique d’Afrique, présente des opportunités et des défis majeurs pour les grandes puissances. Pour la Chine, le Nigéria représente l’une de ses bases d’investissements principales en Afrique. En tant que partenaire commercial-clé de Pékin, le Nigéria s’est progressivement éloigné de l’orbite directe de l’Occident, le faisant passer du statut de fidèle allié et vassal de l’Occident à celui d’obstacle à abattre. Cela a coïncidé avec l’expansion de la présence militaire américaine dans toute l’Afrique, une présence de plus en plus concentrée en Afrique de l’Ouest, même si elle s’est opéré sans bruit autre que l’histoire d’Ebola.”
    (Rappelons que les Américains avaient décidé d’envoyer des soldats pour “combattre Ebola”. Des soldats pour combattre une maladie ????)
    http://www.counterpunch.org/2015/01/27/unraveling-the-mystery-of-boko-haram/
    Donc, au Nigéria comme au Moyen-Orient, les épouvantails islamiques servent des intérêts qui ne sont certes pas ceux du Coran.
    Et on attend toujours les sanctions économiques contre l’Arabie Saoudite, les Etats du Golfe et le Royaume-Uni pour financement de terrorisme…


    • Grégoire Le 17 février 2015 à 11h50
      Afficher/Masquer

      Tous ce qui est “terroriste” pour l’occident est forcement islamiste puisque c’est là que la CIA etc recrutent… mais cette arme finit par ne plus convaincre… même de ceux qui n’ont que la télé pour médias… Il y a un doute qui s’est installé car malgré la propagande à sens unique des madias de masse, l’instinct sans doute veille et réveille le sens critique de certains qui se mettent à se poser des questions, car si ils peuvent mentir à cette population, ils ne peuvent le faire que dans un temps limité aujourd’hui.


    • boduos Le 17 février 2015 à 22h14
      Afficher/Masquer

      il n’y a pas qu’en Ukraine que L’OTAN et la Russie se fritent http://www.camer.be/34421/11:1/boko-haram-pourquoi-prend-il-le-cameroun-pour-cibleg-cameroon.html


  16. step Le 17 février 2015 à 11h31
    Afficher/Masquer

    “Mais, depuis plus d’un mois, les troupes nigériennes et tchadiennes s’étaient retirées. Il ne restait que des Nigérians.”… effectivement on reconnait nos médias (francetv), visiblement ils ne se relisent toujours pas.


  17. nom Le 17 février 2015 à 11h47
    Afficher/Masquer

    Les US profitent de l’imprudence et de l’impuissance de Flanby pour mettre un pied en Afrique de l’Ouest , là où nous aurions dû être. Déjà le général de Gaulle en parlait. Ceux qui ont regardé France 3 hier soir savent que cette histoire d AMGOT n’est pas terminée, et on comprends tous que pire que «qui ne dit mot consent», la collaboration peut être active comme passive. Ainsi, les deux derniers quinquennat, on vu passer les deux cas, tel Pétain et Giraud et leur temps. Ce qui nous manque donc réellement, c’est une troisième voie, mais hélas, elle n’existe pas pour l’instant.


  18. Bob Le 17 février 2015 à 14h12
    Afficher/Masquer

    Nigeria-Révélations : Boko Haram “sert les intérêts de l’OTAN”

    http://www.afrik.com/boko-haram-2e-partie

    Boko Haram frappe encore et encore les populations civiles du Nigeria sans que la mobilisation de la communauté internationale n’ait pu enrayer cette spirale meurtrière. Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement et de sécurité à la DGSE (service de renseignement extérieur de la France) révèle, dans cette deuxième partie de l’entretien, les soutiens extérieurs dont peut bénéficier cette secte islamiste, notamment le financement des pétromonarchies du Golfe.


    • boduos Le 17 février 2015 à 22h40
      Afficher/Masquer

      merci @bob
      alors il y aurait une vérité officielle débattue au Sénat et la vraie ,celle des services secrets .
      Dans son intervention devant la commission des armées ci dessus (voir le lien de @Melissa) ,H.Vedrine parle de la difficulté désormais de mener à bien ces opex car le vrai mobile circule sur les réseaux retirant aux politiques donneurs d’ordres les coudées franches qu’ils avaient auparavant .
      le Donbass sera peut être sauvé (d’abord par ses résistants ) mais aussi par nos blogs.


  19. Joanna Le 17 février 2015 à 14h24
    Afficher/Masquer

    En écho à Ataraxi (1er commentaire) j’ai déjà ici et ailleurs exprimé ce qui suit :

    « Pourquoi trouver normal que certains s’approprient les richesses du sous-sol qui sont celles de notre planète Terre ?
    Pourquoi sont-elles confisquées par certains qui vivent au-dessus pour leur seul profit alors que des millions d’humains meurent de faim ?
    N’est-ce pas profondément injuste ? »

    J’ai jusqu’ici prêché dans le désert car ça n’a pas suscité le moindre écho mais ça ne m’empêche pas de continuer.
    C’est utopique d’imaginer que ça puisse changer ? Certes c’est utopique aujourd’hui …


  20. Damien D Le 17 février 2015 à 16h42
    Afficher/Masquer

    Pour la première fois – je ne suis pas d’accord avec Olivier!

    J’ai suivi de près le traitement médiatique après le communiqué de presse de Amnesty.
    Je dirais qu’il y a eu un couverture importante, même si de courte durée. Article dans le Washington Post, Guardian, etc – nombreuses reprises dans la presse française.

    Sur le moment j’ai été choqué car à ce moment la seule est unique “info” était ce communiqué de Amnesty, écrit au conditionnel et basé sur une seule source, non citée. J’y vois un bel exemple d’emballement médiatique (régulièrement dénoncé sur ce site) où tous les journaux reprennent la même dépêche sans rien vérifier.
    Les journaux les plus sérieux (Guardian par exemple) ont souligné que la zone était inaccesible et qu’aucun journaliste n’était sur place. D’autres moins sérieux ont enlevé le conditionnel…

    L’article de Libé n’est pas une info mais une interview qui joue fort sur l’affect. Un homme traumatisé n’est pas une source fiable (rappellons la diversité des témoignages après une agression)

    Je fais mon parano de l’info, mais d’où viennent les photos satellites de Amnesty??? Tout ceci sent la manipulation, voilà. Ah tiens il y a des élections – elles sont été décalée justement (http://www.independent.co.uk/news/world/africa/nigeria-delays-elections-over-boko-haram-threat-10030696.html) Rien à voir sûrement.

    De nombreux commentaires font le parallèle avec Daech. En effet, Boko Haram sort de nul part, semble être un bénéficiaire des largesses occidentales (volontaires ou non), en particulier armes distribuées généreusement en Lybie. Est financé par des pays “amis” de l’occident. Il sont très très méchants mais on ne fait pas grand chose pour les arrêter – ou alors les bombes.

    Bref le “narrative” Boko Haram ne colle pas. On massacre des civils pour le plaisir? C’est plausible pour un indivdiu désiquilibré, mais ca ne colle pas pour une organisation terroriste organisée et financée. Une organisation terroriste ca revendique des trucs, non? Quel est son but, ses origines, etc? Voilà l’article que j’aimerais lire! (bon ok je vais sur globalresearch.org / mondialisation.ca)


  21. Monertov Le 17 février 2015 à 17h21
    Afficher/Masquer

    Chaos,massacres à grande échelle,désolation et guerre partout …….Yes we can ! .Compris ?


  22. TZYACK Le 17 février 2015 à 21h01
    Afficher/Masquer

    Le but ultime n’est-il pas de gagner toujours plus d’argent en vendant chèrement toujours plus d’armes et de munitions en déclenchant sournoisement des conflits fratricides partout dans le Monde ?


Charte de modérations des commentaires