Les Crises Les Crises
4.avril.20204.4.2020 // Les Crises

Noam Chomsky : « Nous allons surmonter la crise du coronavirus, mais nous avons des crises plus graves devant nous »

Merci 6069
J'envoie

Source : Pressenza, Noam Chomsky, 31-03-2020

Noam Chomsky, le linguiste bien connu et analyste politique étatsunien de 91 ans, s’est entretenu avec Srećko Horvat sur DiEM25 TV depuis Arizona US, où il s’isole à cause de la pandémie. Chomsky a souligné que la crise sanitaire du coronavirus est très grave et aura de graves conséquences, mais qu’elle sera temporaire, alors qu’il y a deux autres horreurs plus graves pour l’humanité: la guerre nucléaire et le réchauffement climatique. Son analyse souligne que toutes ces menaces sont intensifiées par les politiques néolibérales, et qu’après la fin de cette crise, les options seront soit des États plus autoritaires et brutaux, soit une reconstruction radicale de la société avec des termes plus humains.

Selon Chomsky, il est choquant qu’en ce moment crucial, Donald Trump soit en tête, qu’il décrit comme un bouffon sociopathe. « Le coronavirus est suffisamment grave, mais il est bon de rappeler que deux menaces bien plus importantes se profilent, bien pires que tout ce qui s’est passé dans l’histoire de l’humanité :

L’une est la menace croissante d’une guerre nucléaire et l’autre, bien sûr, est la menace croissante du réchauffement climatique.

Le coronavirus est horrible et peut avoir des conséquences terrifiantes, mais il y aura une reprise. Alors que les autres ne seront pas récupérées, c’est fini ».

La puissance des États-Unis est écrasante. C’est le seul pays qui, lorsqu’il impose des sanctions à d’autres États comme l’Iran et Cuba, cela doit être suivi par tous les autres. L’Europe suit le maître aussi, affirme Chomsky. Ces pays souffrent des sanctions états-uniennes, mais néanmoins

« l’un des éléments les plus ironiques de la crise virale actuelle est que Cuba aide l’Europe. L’Allemagne ne peut pas aider la Grèce, mais Cuba peut aider les pays européens ».

Si l’on ajoute à cela la mort de milliers d’immigrants et de réfugiés en Méditerranée, Chomsky pense que la crise de civilisation de l’Occident à l’heure actuelle est dévastatrice.

La rhétorique actuelle qui fait référence à la guerre est d’une certaine importance, selon Chomsky. Si nous voulons faire face à cette crise, nous devons passer à quelque chose comme la mobilisation en temps de guerre. Par exemple, la mobilisation financière des États-Unis pour la Seconde Guerre mondiale, qui a conduit le pays à s’endetter bien plus lourdement et à quadrupler la production manufacturière états-unienne, ce qui a entraîné une croissance. Nous avons besoin de cette mentalité maintenant afin de surmonter cette crise à court terme et qui peut être gérée par les pays riches. « Dans un monde civilisé, les pays riches apporteraient leur aide à ceux qui sont dans le besoin, au lieu de les étrangler ». « La crise du coronavirus pourrait amener les gens à réfléchir au type de monde que nous voulons ».

Chomsky pense que les origines de cette crise sont un échec colossal du marché et les politiques néolibérales qui ont intensifié de profonds problèmes socio-économiques. « On savait depuis longtemps que des pandémies étaient très probables et on comprenait très bien qu’il y aurait probablement une pandémie de coronavirus avec de légères modifications de l’épidémie de SRAS. Ils auraient pu travailler sur des vaccins, sur le développement d’une protection contre les pandémies potentielles de coronavirus, et avec de légères modifications, nous pourrions avoir des vaccins disponibles aujourd’hui ». En ce qui concerne les Big Pharma, des tyrannies privées, face auxquelles le gouvernement ne peut pas intervenir, il est plus rentable de fabriquer de nouvelles crèmes pour le corps que de trouver un vaccin qui protégera les gens de la destruction totale. La menace de la polio a pris fin avec le vaccin de Salk, par une institution gouvernementale, sans brevet, disponible pour tous. « Cela aurait pu être fait cette fois-ci, mais la peste néolibérale a bloqué cela ».

L’information était là, mais nous n’avons pas fait attention

« En octobre 2019, il y a eu une simulation à grande échelle aux États-Unis, dans le monde, de la possible pandémie de ce genre, mais rien n’a été fait. Nous n’avons pas fait attention à l’information.

Le 31 décembre, la Chine a informé l’Organisation mondiale de la santé de la pneumonie et une semaine plus tard, des scientifiques chinois ont identifié le virus comme étant un coronavirus et ont communiqué l’information au monde entier. Les pays de la région, la Chine, la Corée du Sud, Taïwan, ont commencé à faire quelque chose et cela semble contenu, au moins pour la première vague de crise. En Europe, dans une certaine mesure, cela s’est également produit. L’Allemagne, qui s’est déplacée juste à temps, dispose d’un système hospitalier fiable et a pu agir dans son propre intérêt, sans aider les autres mais pour elle-même au moins pour avoir un confinement raisonnable. D’autres pays l’ont tout simplement ignoré, le pire d’entre eux étant le Royaume-Uni et le pire de tous étant les États-Unis ».

« Lorsque nous aurons surmonté cette crise d’une manière ou d’une autre, les options disponibles iront de l’installation d’États brutaux hautement autoritaires à une reconstruction radicale de la société et à des termes plus humains, soucieux des besoins humains plutôt que du profit privé.

« Il est possible que les gens s’organisent, s’engagent, comme beaucoup le font, et qu’ils créent un monde bien meilleur,

qui sera également confronté aux énormes problèmes auxquels nous sommes confrontés tout au long du chemin, aux problèmes de la guerre nucléaire, qui est plus proche que jamais, et aux problèmes des catastrophes environnementales dont il n’y a pas de reprise une fois que nous sommes arrivés à ce stade, qu’il n’est pas loin, à moins que nous n’agissions de manière décisive ».

« C’est donc un moment critique de l’histoire humaine, et pas seulement à cause du coronavirus, qui devrait nous faire prendre conscience des profondes failles du monde, des caractéristiques profondes et dysfonctionnelles de tout le système socio-économique, qui doit changer, si l’on veut qu’il y ait un avenir viable. Ce pourrait donc être un signe d’avertissement et une leçon pour y faire face aujourd’hui ou pour éviter qu’il n’explose. Mais il faut penser à ses racines et à la façon dont ces racines vont conduire à d’autres crises, pires que celle-ci ».

À propos de la situation de quarantaine à laquelle sont confrontés aujourd’hui plus de 2 milliards de personnes sur la planète, Chomsky souligne qu’une forme d’isolement social existe depuis des années et qu’elle est très dommageable.

« Nous sommes maintenant dans une situation de réel isolement social. Il faut la surmonter en recréant des liens sociaux de quelque manière que ce soit, quel que soit le type d’aide que l’on puisse apporter aux personnes dans le besoin.

Il faut les contacter, développer des organisations, élargir l’analyse. Comme avant de les rendre fonctionnelles et opérationnelles, de faire des plans pour l’avenir, de rassembler les gens comme nous le pouvons à l’ère de l’internet, de les rejoindre, de les consulter, de délibérer pour trouver des réponses aux problèmes qu’ils rencontrent et de travailler sur ces problèmes, ce qui peut être fait. Ce n’est pas la communication face à face qui est essentielle pour les êtres humains. Mais elle en sera privée pendant un certain temps, vous pouvez la mettre en attente ».

Noam Chomsky conclut en disant : « Trouvez d’autres moyens et poursuivez, voire étendez et approfondissez les activités réalisées. C’est possible. Ce ne sera pas facile, mais les humains ont été confrontés à des problèmes dans le passé ».

Vidéo :

Pour voir la vidéo ( 32′ 50′′ ) avec les sous-titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Source : Pressenza, Noam Chomsky, 31-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Vincent P. // 04.04.2020 à 15h09

Les humains ont été clivés sur absolument tous les sujets : les réseaux sociaux enferment en vérité les personnes dans des « communautés de pensée », fermées et intolérantes. La « lutte contre le communautarisme »? chaque youtuber a sa « communauté »; les meetings sont « sans blancs », « sans hommes », etc.
La jeunesse a été acculturée, dépolitisée, rendue conformiste et malléable, réactionnelle, manipulable à outrance (Je Suis… tout ce que tu voudras).
Le débat n’existe plus: on like ou on dislike.
La réflexion est réduite à l’expression des émotions: un émoji pour dire ce que je suis; du PQ pour pallier à la crise…
Restent le soin à l’apparence (un Instagram bien filtré et retouché) et le rapport de force communicationnelle (le nombre de followers) en guise de crédibilité. Un Macron ne tient qu’à cela : c’est un influenceur sous contrat.
M. Chomsky est un vieux sage, une denrée en voie d’extinction. La plupart des autres n’entendent que « profiter de leur retraite »… ils n’iront pas sous les lacrymos.
Des deux options posées ici, je ne vois pas comment nous nous épargnerions la pire.
Cette crise est un prélude. Le choc sera si violent que nous resterons totalement sidérés, incapables d’une union, surtout pas « Sacrée »… Warren Buffet avait raison : ils ont gagné.
Nous sommes sur le Titanic, derrière les grilles de la 3ème classe pour ma part, et les canots de sauvetage ont été volés. Les fusées de détresse ont été confondues avec des feux d’artifice, le S.O.S incompris : il fallait dire « Mayday ».

23 réactions et commentaires

  • Vincent P. // 04.04.2020 à 15h09

    Les humains ont été clivés sur absolument tous les sujets : les réseaux sociaux enferment en vérité les personnes dans des « communautés de pensée », fermées et intolérantes. La « lutte contre le communautarisme »? chaque youtuber a sa « communauté »; les meetings sont « sans blancs », « sans hommes », etc.
    La jeunesse a été acculturée, dépolitisée, rendue conformiste et malléable, réactionnelle, manipulable à outrance (Je Suis… tout ce que tu voudras).
    Le débat n’existe plus: on like ou on dislike.
    La réflexion est réduite à l’expression des émotions: un émoji pour dire ce que je suis; du PQ pour pallier à la crise…
    Restent le soin à l’apparence (un Instagram bien filtré et retouché) et le rapport de force communicationnelle (le nombre de followers) en guise de crédibilité. Un Macron ne tient qu’à cela : c’est un influenceur sous contrat.
    M. Chomsky est un vieux sage, une denrée en voie d’extinction. La plupart des autres n’entendent que « profiter de leur retraite »… ils n’iront pas sous les lacrymos.
    Des deux options posées ici, je ne vois pas comment nous nous épargnerions la pire.
    Cette crise est un prélude. Le choc sera si violent que nous resterons totalement sidérés, incapables d’une union, surtout pas « Sacrée »… Warren Buffet avait raison : ils ont gagné.
    Nous sommes sur le Titanic, derrière les grilles de la 3ème classe pour ma part, et les canots de sauvetage ont été volés. Les fusées de détresse ont été confondues avec des feux d’artifice, le S.O.S incompris : il fallait dire « Mayday ».

      +59

    Alerter
    • yann // 04.04.2020 à 22h54

      « Warren Buffet avait raison : Ils ont gagné. »

      Je dislike cette phrase.

        +4

      Alerter
      • Bats0 // 05.04.2020 à 00h12

        Oui, mais moi, ce qui m’inquiète, c’est qu’on les ait laissé gagner ce combat; cette non-action est encore plus inquiétante, comme si, une fois de plus, Noam Chomsky avait raison dans : « La fabrique du consentement »
        Sinon, le jour où Noam Chomsky s’en ira (le plus tard sera le mieux), il laissera un vide sidérale, non seulement au niveau intellectuel, mais aussi pour son analyse du présent et ses lumineuses prévisions.
        Dans les livres d’anticipation, lorsqu’est évoqué l’épidémie, ou la pandémie, s’en suit pratiquement tout le temps, une gouvernance de la société par des régimes totalitaires ou de dictature.
        J’espère ne pas faire cette expérience, quoiqu’on commence à avoir un aperçu avec notre gouvernement et ses méthodes employées pour soumettre sa population à leur autorité.

          +5

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 05.04.2020 à 01h01

          Le corona virus va rebattre les cartes d’une manière si profonde que tout est possible, y compris pour le meilleur. Warren Buffet pourrait être surpris…

            +4

          Alerter
          • Gracques // 05.04.2020 à 08h08

            Amen !
            J’ai plus peur de l’anonie suite a la perte de confiance de toute autorite constituee consecutive a leur impéritie.
            Et apres ?
            Retour a Marx et au rapport de production réel ?

              +2

            Alerter
      • Amsterdammer // 05.04.2020 à 09h20

        Je voudrais prendre (un petit peu) la défense de Warren Buffet : on cite sans cesse cette phrase, mais jamais elle n’est citée dans son contexte. Et quand on lit le texte entier, on constate que le propos de Buffet avait une toute autre tonalité, une toute autre intentionnalité : non pas un cri de victoire arrogant, mais l’expression d’un désarrois face à un système aberrant. Accusé de se réjouir de la situation, Buffet la déplore au contraire.

        l’article du NYTime en question :
        In Class Warfare, Guess Which Class Is Winning
        By BEN STEIN

        November 26, 2006 EVERYBODY’S BUSINESS
        http://www.nytimes.com/2006/11/26/business/yourmoney/26every.html?_r=1

          +6

        Alerter
        • Patrick // 05.04.2020 à 13h32

          Buffet n.a jamais agit en prédateur mais en investisseur à long terme dans des affaires qu’il comprenait et soutenait financièrement. L’etat des marchés déconnectés du réel ne peut que l’inquieter.

            +1

          Alerter
          • Vincent P. // 05.04.2020 à 14h11

            Oui bien sûr c’est un gentil investisseur. C’est pour ça qu’il est le principal actionnaire de Lubrizol : une boîte bien tenue, respectueuse des populations, etc.
            Tous les investisseurs sont des saints qui font ruisseler, aussi: ils ne se soustraient pas à la solidarité en « optimisant » la fiscalité …
            Bref.

              +1

            Alerter
            • Patrick // 05.04.2020 à 14h27

              Lubrizol est effectivement un échec.
              Ça va coûter très cher , c’est donc nuisible pour l’investissement. Un actionnaire n’a aucun intérêt à ce genre de problème.
              Je ne connais assez le dossier pour en dire plus.

                +0

              Alerter
        • marie Red // 12.04.2020 à 11h15

          c’est bien de repréciser le contexte voire l’intentionnalité dudit milliardaire, mais déplore-t-il vraiment un système qui lui est très favorable, permettez moi d’en douter.

            +0

          Alerter
    • Calvez // 05.04.2020 à 07h52

      La victoire de Warren Buffet est pire qu’une victoire à la Pyrrhus. Lui est ses semblables régneront sur un monde de désolation. Ils n’auront que quelques îles du Pacifique où se réfugier et stocker leurs avoirs qui ne leur seront d’aucune utilité, et que quelques semaines pour avoir l’illusion d’en profiter car de misérables gueux sur leur radeau finiront bien par y accoster et y trouver un Buffet en loques, courant partout et criant : « on a gagné ! ».

        +3

      Alerter
    • Max // 05.04.2020 à 09h55

      Erreur ! Internet met à disposition, pour une jeunesse curieuse, des informations essentielles au développement de pensée critique et de réflexion des possibles . Ce recul permet de mieux saisir la propagande des medias mainstream agissant sur les babyboomers depuis des décennies, pour que des carriéristes politiques se sentent légitimement missionné à détruire le pays qu’il les a vu naître. Si j’étais sexagénaire ou plus, je resterais confiné non par peur d’un virus invisible mais par honte de ma bêtise dont les conséquences sont elles bien visibles .

        +1

      Alerter
      • Patrick // 05.04.2020 à 13h34

        La jeunesse fait ce qu’on lui dit de faire, elle répète les bons slogans et fait les bonnes grèves. Elle est prête à l’esclavage.

          +0

        Alerter
      • Philippe, le Belge // 06.04.2020 à 20h09

        Avant de juger vos ancêtres, posez vous la question de savoir si votre génération (moins de 60 apparemment) aurait fait mieux dans les mêmes conditions! Rien n’est moins sur! D’ailleurs vous le dites vous-même, ils n’avaient pas obligatoirement l’accès facile aux « informations essentielles »! Alors vous qui les avez, tâchez de faire mieux!

          +1

        Alerter
    • TZYACK // 05.04.2020 à 12h29

      Laurent Mauduit, cofondateur de Médiapart, explique pourquoi et comment nos élites néolibérales ont finalement gagné : https://mrmondialisation.org/une-caste-dissout-linterieur-de-letat-au-profit-des-interets-prives/

        +1

      Alerter
      • marie Red // 12.04.2020 à 11h19

        Entendu, ils ont gagné dans un temps donné, mais le monde est en perpétuel mouvement, si l’analyse est juste rien n’est définitif, à d’autres époques les gouvernances ont semblé immuables parce de droit divin et pourtant…

          +1

        Alerter
  • BA // 04.04.2020 à 21h59

    Samedi 4 avril 2020 :

    Demain, les années 1930 ou le Moyen Age…

    Le spécialiste de géopolitique, François Heisbourg, conseiller à la Fondation pour la Recherche stratégique, propose deux scénarios pour les mois et les années à venir, en fonction de l’évolution de la pandémie du coronavirus et de notre capacité à la juguler. Pas très réjouissant…

    https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200404.OBS27049/demain-les-annees-1930-ou-le-moyen-age.html

      +1

    Alerter
  • Marc // 05.04.2020 à 09h35

    La sortie de crise doit être mise à profit et prolongée par une grève générale pour imposer le référendum d’initiative citoyenne.

      +7

    Alerter
  • Julien // 05.04.2020 à 09h57

    Les crises sont des crises car ont veut bien qu’elles le soient. tant que nous auront des pouvoirs autoritaires et irresponsables n’importe quel événement sera traité et présenté comme une crise. Les poncifs réchauffement climatique et autres va falloir arrêter. Au lieu de dire on va s’adapter et ça va bien se passer, nos politiques et médias nous disent : on va en chier ça va être dur et obéissez sinon…. voilà ça c’est notre monde.

      +2

    Alerter
  • « chat » // 05.04.2020 à 15h44

    merci ,monsieur Chomsky;j’en ai construit des arbres analysant des phrases mais quel merveilleux penseur vous êtes!
    et comme vous avez raison de nous demander de réfléchir à l’essentiel!

      +2

    Alerter
  • Casimir Ioulianov // 06.04.2020 à 14h30

    Je ne crois pas à la révolution à la fin du confinement. Les moutons vont être tellement contents de retrouver de l’herbe verte qu’ils ne vont pas en vouloir à ceux qui les ont empêchés de brouter les fleurs de printemps.
    Le « buisness as usual » va reprendre.
    Notre seul espoir serait une épidémie qui ne tuerait que les cons … c’est rapé , même Boris y survit !

      +1

    Alerter
    • Begonia // 06.04.2020 à 22h04

      « même Boris y survit ! » C’ est assez dégeu comme propos et la première fois que je lis ça.. Je ne lis d’ ailleurs aucune solution nulle part, une forme de vide et de désespérance, aussi il faut entendre que l’ esprit collectif les laisse gagner. Il faut les toucher là où il se mette en avant cad dans la fabrique d’ opinion. Il faut qu’ un politique courageux et j’ en connais au moins un à qui je vais le suggérer, appelle dans son programme à fermer la presse subventionnée en retirant les subventions, 98 % des journaux vont tomber. C’ est parfaitement réalisable et s’ attaquer à restaurer un vrai service public de qualité à la tél, c’ est tout aussi faisable..

        +0

      Alerter
  • pierrrefiala@gmail.com // 10.04.2020 à 19h32

    La peste neoliberale a réussi à faire accepter la formule détestable « distance sociale » alors que l’expression « distance sanitaire » permettait de décrire précisément toutes les mesures de protection à prendre. La crise presente ne doit pas être sous-estimée. Elle n’est pas seulement une anticipation de cataclysmes annoncés. Les enjeux sont d’ores et déjà énormes entre l’asservissement voulu par les pouvoirs libéraux et la construction d’une autre société.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications