Les Crises Les Crises
21.octobre.202021.10.2020 // Les Crises

Pour Amazon, l’augmentation des accidents de travail est due à la générosité des temps de récupération

Merci 324
J'envoie

Source : Jay Peters, The Verge

Illustration d’Alex Castro / The Verge

Mardi, Reveal a publié un rapport essentiel concernant l’augmentation des pourcentages de blessures dans les entrepôts d’Amazon, il provient de fuites de données internes et d’entretiens avec de nombreuses sources, affirmant qu’Amazon a trompé le public quant à ces pourcentages. Cependant, Amazon affirme que « personne n’a été induit en erreur » et que Reveal a mal interprété les données d’Amazon.

« Les documents strictement internes que [Reveal] prétend avoir obtenus illustrent en fin de compte une chose : nous sommes très attentifs à la sécurité de nos équipes », a déclaré la société à The Verge.

L’article de Reveal montre que le pourcentage de blessures graves dans les entrepôts d’Amazon a augmenté entre 2016 et 2019. Mais dans sa réponse, Amazon a émis une contestation estimant que les chiffres sont plus élevés parce que l’entreprise est plus généreuse dans l’octroi de temps de récupération.

Illustration des taux de blessures graves pour 100 travailleurs dans les entrepôts d’Amazon. Image : Reveal

Amazon affirme également que Reveal est « mal informé » sur la méthode de mesure du taux de blessures graves en premier lieu :

Reveal est mal informé au sujet d’une mesure de sécurité de l’OSHA qui mesure les jours d’absence et les jours de travail restreint ou transféré (connu sous le nom de taux DART), quelque chose que le journaliste appelle à tort un taux d’incident grave. La réalité est qu’il n’existe pas de « taux d’incidents graves » de ce type pour l’OSHA ou l’industrie, et notre taux DART est en fait favorable aux employés car il encourage une personne souffrant d’un type quelconque de blessure, par exemple une petite entorse ou une foulure, à s’absenter du travail jusqu’à ce qu’elle aille mieux.

Cependant, Reveal n’utilise jamais l’expression « pourcentage d’incidents graves » dans son article ; il semble qu’Amazon fasse plutôt référence à l’utilisation par Reveal du terme « pourcentage de blessures graves ». Et le rédacteur en chef de Reveal, Andy Donohue, a rejeté la qualification d’Amazon, en précisant à The Verge que l’expression « pourcentage de blessures graves » était délibérée : « Tout ce que nous avons fait, c’est de supprimer la partie jargon de l’acronyme du gouvernement – DART – et d’utiliser à la place une expression plus compréhensible par le lecteur – « blessure grave » ».

Donohue a également fait référence à un site web du Bureau of Labor Statistics sur la façon de calculer les pourcentages d’incidence des blessures, qui indique que la formule de calcul du taux DART peut également être utilisée pour calculer les pourcentages de blessures graves.

L’article de Reveal indique également que les entrepôts d’Amazon équipés de robots, qui, selon l’entreprise, amélioreraient la sécurité des travailleurs, entraînent en fait un pourcentage de blessures plus élevé que dans les entrepôts qui n’en ont pas. L’efficacité des robots aurait augmenté les quotas de manière significative, ce qui veut dire que les travailleurs peuvent être soumis à des heures de travail manuel répétitif pouvant entraîner des blessures.

Amazon affirme qu’elle apporte des améliorations pour un environnement de travail plus sûr. « Nous continuons à voir des améliorations dans la prévention et la réduction des blessures grâce à des programmes axés sur l’amélioration de l’ergonomie, la prestation encadrée d’exercices physiques et de bien-être, la mise en place d’équipements d’assistance mécanique aux postes de travail, l’amélioration de la configuration et de la conception de ces derniers, la télématique des chariots élévateurs et les garde-fous pour séparer piétons et équipements, pour n’en citer que quelques-uns », a déclaré l’entreprise dans son communiqué.

Mais, selon Reveal, Amazon n’a conduit que quelques évolutions pour aider à réduire les risques de blessures. L’une d’entre elles, prometteuse (et recommandée par l’OSHA), consistait à faire une rotation des travailleurs sur différents postes de travail pendant la journée. Mais « en dépit d’avantages considérables, la moitié des sites pilotes ont décidé d’arrêter la pratique de la rotation des tâches pendant la Prime Week [semaine du Prime Day : réservé aux clients «Prime» d’Amazon, le Prime day représente la plus grande opération commerciale de l’année pour la firme;NdT] « , cite Reveal dans un rapport de l’équipe de sécurité d’Amazon datant d’août 2019.

Amazon indique également à The Verge que plus d’un milliard de dollars en 2020 sont allés vers des investissements dans la sécurité, notamment dans les technologies de sécurité ainsi que dans les masques, les gants et des protocoles de nettoyage et d’assainissement améliorés. Cependant, il est probable que la majeure partie de cette somme correspond aux 800 millions de dollars que la société a consacré aux mesures de sécurité COVID-19, et on ne sait pas exactement combien la société dépense pour d’autres besoins en matière de sécurité. L’entreprise affirme également qu’elle compte plus de 5 000 employés dans son équipe de santé et de sécurité.

Donohue explique à The Verge qu’Amazon a refusé les demandes d’interview et n’a pas répondu directement aux questions de Reveal. « Nous avons commencé à demander un entretien le 19 août et avons envoyé une liste de 35 questions détaillées sur nos conclusions et données le 9 septembre », dit Donohue. « En réponse, Amazon n’a fourni qu’une déclaration générale sur ses initiatives concernant la sécurité, et nous les avons jointes à notre étude lorsque cela était pertinent ».

Source : Jay Peters, The Verge, 30-09-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 21.10.2020 à 09h51

Depuis bien longtemps déjà, en France, les dispositifs de protections des salariés contre les accidents du travail se sont réduits à une peau de chagrin.

Les services internes de vigilance ont été « vaporisés » pour ne plus payer de « bouches inutiles », les investissements en sécurité des personnes ont été ramenés à zéro, l’entretien du matériel n’est fait que lorsque sa vétusté ne permet plus de produire les quantités nécessaires de produits conformes, et désormais il n’y a plus d’audits de sécurité de la part de services indépendants, le tout afin de ne plus plomber les profits des actionnaires toujours plus exigeants.

De toutes façons, comme les salariés ne sont que du bétail d’élevage pour les actionnaires et les dirigeants ils trouvent tout à fait normal de les exploiter au maximum afin d’avoir un retour sur investissement optimal, la santé des employés étant la dernière de leurs préoccupations (sauf quand un salarié est si dégradé par ses années de servitude qu’il devient « improductif » et qu’on le vire pour faute lourde sans la moindre indemnité).

J’ai été victime d’un accident de travail il y a plus de 25 ans.
Accident de « burelier » en m’asseyant sur une chaise cassée depuis bien longtemps qui n’avait jamais été remplacé par manque de crédits (je l’ai appris plus tard).

J’ai depuis le dos totalement ruiné, je suis considéré comme travailleur handicapé par la CDAPH et le médecin de la sécu m’a « consolidé » avec un « handicap » de 15% alors que je ne peux plus travailler qu’à mi-temps selon les médecins. Sans parler de ma vie extra-professionnelle qui ne se résume plus qu’à « recharger les accus » en restant au lit sans bouger.

Tout ça pour ne pas « détruire l’investissement » en faisant payer aux entreprises des cotisations correspondant aux véritables préjudices qu’ils font subir à leurs employés.

Le beurre, l’argent du beurre, le … de la crémière et le sourire du crémier.
Pourquoi se priver et devoir investir dans la sécurité des salariés si on n’a pas à en assumer les conséquences ?

Ils auraient tort de se priver.

C’est bien aux états de protéger la population contre ces actes criminels volontairement commis pour augmenter les profits.

Et c’est ainsi sur TOUTE la planète, les vieilles traditions étant préservées pour ne surtout rien changer.

26 réactions et commentaires

  • RGT // 21.10.2020 à 09h51

    Depuis bien longtemps déjà, en France, les dispositifs de protections des salariés contre les accidents du travail se sont réduits à une peau de chagrin.

    Les services internes de vigilance ont été « vaporisés » pour ne plus payer de « bouches inutiles », les investissements en sécurité des personnes ont été ramenés à zéro, l’entretien du matériel n’est fait que lorsque sa vétusté ne permet plus de produire les quantités nécessaires de produits conformes, et désormais il n’y a plus d’audits de sécurité de la part de services indépendants, le tout afin de ne plus plomber les profits des actionnaires toujours plus exigeants.

    De toutes façons, comme les salariés ne sont que du bétail d’élevage pour les actionnaires et les dirigeants ils trouvent tout à fait normal de les exploiter au maximum afin d’avoir un retour sur investissement optimal, la santé des employés étant la dernière de leurs préoccupations (sauf quand un salarié est si dégradé par ses années de servitude qu’il devient « improductif » et qu’on le vire pour faute lourde sans la moindre indemnité).

    J’ai été victime d’un accident de travail il y a plus de 25 ans.
    Accident de « burelier » en m’asseyant sur une chaise cassée depuis bien longtemps qui n’avait jamais été remplacé par manque de crédits (je l’ai appris plus tard).

    J’ai depuis le dos totalement ruiné, je suis considéré comme travailleur handicapé par la CDAPH et le médecin de la sécu m’a « consolidé » avec un « handicap » de 15% alors que je ne peux plus travailler qu’à mi-temps selon les médecins. Sans parler de ma vie extra-professionnelle qui ne se résume plus qu’à « recharger les accus » en restant au lit sans bouger.

    Tout ça pour ne pas « détruire l’investissement » en faisant payer aux entreprises des cotisations correspondant aux véritables préjudices qu’ils font subir à leurs employés.

    Le beurre, l’argent du beurre, le … de la crémière et le sourire du crémier.
    Pourquoi se priver et devoir investir dans la sécurité des salariés si on n’a pas à en assumer les conséquences ?

    Ils auraient tort de se priver.

    C’est bien aux états de protéger la population contre ces actes criminels volontairement commis pour augmenter les profits.

    Et c’est ainsi sur TOUTE la planète, les vieilles traditions étant préservées pour ne surtout rien changer.

      +33

    Alerter
    • thecis // 21.10.2020 à 11h25

      C’est malheureux sur le plan humain toutefois ça a toujours existé.

      Regardez tous les documentaires sur les bâtiments exceptionnels réalisés depuis la révolution industrielle (gratte-ciels, ponts, barrages électriques…) dans lesquels on voit le mépris des patrons envers leur main d’œuvre qui court la marathon de la vie en mode marche ou crève.

      Je pense que les trentes glorieuses ont fait oublier à 2-3 générations que les puissants (riches par ailleurs) n’en ont rien à faire de la plèbe car tout a été camouflé dans l’opulence de la croissance. Dans notre temps de disette, on s’étonne…

      Après avoir des acquis sociaux c’est fantastique, mais ne vous y trompez pas sur leur qualité et leur durée quand on a un front uni face à la foule désorganisée qui a été en plus façonnée individualiste par le séparatisme et la peur de l’autre. Bref, un boulevard qu’on piétine facilement.

        +18

      Alerter
      • Rémi // 22.10.2020 à 11h57

        Je travailles dans l’industrie et j’avoue être étonné.
        Il est aujourd’hui plus facile de passer une demande d’investissement sécurité que productivité. (En tout cas sur les sites où j’ai travaillé)

        Il y a des HSE quasiment un par site. Par contre le travail sécurité est devennu beaucoup plus normatif avec des obligations de documentation lourde qui bloquent tout.
        Là ou autrefois on alliat avec une échelle aujourd’hui on fait venir une nacelle. Il y a surement des entreprises qui jouent les cow-boy, mais vu les menaces de prisons pour les dirigeants en cas d’accident je doute que ce soit la majorité. Encore une fois je ne parle que de ce que je connais.

          +2

        Alerter
        • Recits d’Yves // 26.10.2020 à 00h01

          Les entreprises ont peur du légal et du spectre marketing en cas d’accident avec les répercussions potentielles sur le business. le mot d’ordre aujourd’hui est de responsabiliser le salarié pour qu’ils ne puissent pas se plaindre en cas d’accident.
          Juste pour vous situer, je suis quelqu’un qui est amené à se déplacer sur le globe missionné par mon employeur. Celui-ci me fait remplir un document comme quoi je reconnais que c’est moi qui prends la décision finale suivant le respect des protocoles sanitaires en vigueur (sic!). J’ai refusé une fois et j’ai mon manager direct qu’i m’a expliqué pendant 1h que je devais faire cette mission bien que c’est moi qui est le dernier mot parce que la santé, bla bla..
          Le lien de subordination est là, c’est caractérisé mais le salarié non protégé juridiquement signe en prenant un risque pour lui et ses proches parce qu’il a plus peur du chômage et du déclassement social que du Covid. Jeux, set et match.
          la relation employeur/employée est basée sur un rapport de force. Aujourd’hui, est clairement en faveur des employeurs.

            +0

          Alerter
          • Karine // 26.10.2020 à 23h08

            Je ne suis pas experte sur ce sujet, mais en tant qu’élue du personnel, il me semble que cette signature ne protège en rien l’employeur au cas où il vous arrive quelque chose.
            Je pense que leur but est de vous décourager de déclarer un accident puisque vous penserez que c’est inutile.
            je vous conseille de prendre contact avec un syndicat ou la Carsat de votre région.

              +0

            Alerter
  • Jean-Do // 21.10.2020 à 09h57

    Face à Amazon et aux GAFAM en général nous n’avons qu’un seul bulletin de vote : notre argent. Achetons ailleurs : il y a d’autres sites d’achats sur internet ou dans notre quartier. Degogglisons notre vie numérique avec l’aide de Framasoft. Utilisons Firefox plutôt que l’espion Chrome. Etc… Toute autre protestation tombera dans l’oreille de sourds car il n’y a pas de pire sourd que celui dont les revenus en dépendent.

      +17

    Alerter
    • patochette // 21.10.2020 à 11h19

      D’autant plus que Amazon n’est même pas le moins cher !
      Je ne sais pas ce que les gens trouvent à ce site en dehors du fait qu’il leur évite de changer leurs croyances et leurs mauvaises habitudes .
      Pour les recommandations de se sevrer des gafams , il serait bien que l’état soit aussi dans cette optique . Sur le terrain c’est malheureusement tout à fait le contraire qui est appliqué ( windowsation à fond les ballons partout – j’ai travillé en informatique dans les lycées de région grand est : interdit de sensibiliser les jeunes à l’usage de linux et surtout ne dire que des louanges au sujet du lycée 4.0 )

        +13

      Alerter
      • Kay // 21.10.2020 à 14h26

        Vous vous demandez ce que les gens trouvent à Amazon ?

        Simple: aucun autre site de vente en ligne n’arrive à la cheville d’Amazon.
        – La rapidité d’expédition, même sans prime. Je compte en jours rarement au delà de la semaine.
        – Des livreurs amazon qui livrent vraiment. Et ne font pas semblant de passer.
        – Le service client, disponible quasi tout le temps et sans numéro payant.
        – Le retour de produit gratuit.
        – Les avis utilisateurs.
        – Pour les prix… ça dépend. Parfois ils sont les moins cher mais on trouve souvent encore moins cher directement sur AliExpress…
        Et j’en passe.

        Ne serait-ce que pour le retour de produit (que les vendeurs sont obligés de proposer d’ailleurs), avez vous d’autres sites Français qui le font aussi bien ? La plupart demandent des retours à vos frais. Et je parle même pas des délais de remboursements chez les autres qui prennent une plombe…

        Pour le support client en cas de problèmes, j’en ai fait les frais: CDiscount, Alinea, Boulanger, Darty, Aubert.
        Tous sont nuls quand on a des problèmes. Mais genre, vraiment nuls. Ils n’ont même pas de formulaire de contact qui marche. Numéros payants.
        Moi et mes amis et même collègues, on a la même logique : nous achetons souvent plus cher sur Amazon juste pour le service impeccable si on a des problèmes.

        Oui, Amazon sont des esclavagistes. Oui, ils abusent sur TOUS les tableaux.
        Mais niveau service rendu, ya pas mieux.
        Si on veut un meilleur monde, faut surtout que les autres sites de vente en ligne se sortent les doigts…

          +9

        Alerter
        • patochette // 21.10.2020 à 16h31

          Je crois que vous êtes dans la croyance religieuse là . C’est ce que je disais dans mon commentaire précédent .
          Je n’achète pas chez ces gens là pourtant j’arrive à trouver un service correct .
          Après pour de la m…e chinoise à deux balles ( vu que vous comparez avec aliexpress) , peut-être qu’ils sont bons , mais je ne suis pas client sur ce segment ou l’on finit par perdre beaucoup plus que ce que l’on gagne .

            +6

          Alerter
          • Lole // 22.10.2020 à 23h08

            Bah même pas besoin de répondre, c est plié.
            Quand les enfants et ceux de ses collègues n’auront plus qu’a aller bosser chez Amazon…
            Et avant ça, quand amazon aura pris le monopole total de la livraison, avec les prix qu’ils souhaiteront, et que ce fameux service sera au niveau d’un free délocalisé, ça râlera.
            Parce qu’il ne faut pas se leurrer, c’est ce qu’ils visent.
            L’exclu sur les produits, puis la fabrication, bref la chaine conso.
            Apple et Microsoft l’ont fait. Vous en êtes heureux, tant mieux.

              +1

            Alerter
        • Karine // 26.10.2020 à 23h12

          Ah, j’ai un petit site internet, boutique en ligne, et c’est vrai que je ne livre pas vite… mais offrir les frais de retour, c’est en fait les faire payer d’office au client, et donc l’arnaquer s’il n’y fait pas appel (j’ai un ou deux retours par an)…
          et la livraison amazon n’arrive pas si bien, maintenant qu’ils ne passent plus par la poste; il n’y a qu’à voir le pauvre livreur passer dans notre hameau, et chercher désespérément une adresse!

            +0

          Alerter
    • gryzor // 23.10.2020 à 09h44

      Attention, Firefox est GAFAMisé lui aussi (financé par Google – et ce n’est pas complotiste que de le dire, il suffit de regarder leurs divers partenariats avec des « startups » pour améliorer l' »expérience utilisateur »).

      Le développement de firefox est piloté par une nébuleuse avec des salaires de dirigeants à 6 chiffres.

      Contrairement à sa communication, Firefox est très loin de faire de son mieux pour protéger la vie privée des utilisateurs.

      Entre deux maux, il faut certes éviter le pire. J’ajoute donc que je préfère utiliser firefox à chrome, mais pas sans tout ceci :
      https://blog.gryzor.com/index.php/2019/11/13/proteger-son-identite-sur-le-web-novembre-2017/

        +0

      Alerter
  • Savonarole // 21.10.2020 à 14h09

    Le salarié Américain vit au XVIIIeme siècle… il ne doit pas y avoir beaucoup plus de syndiqués chez amazon qu’au mines d’Anzin, et quand ils sont syndiqués c’est chez des jaunes, ça aide pas.
    C’est le WSWS qui avait fait une tripotée d’articles sur l’UAW ; syndicat de l’automobile aux US, et sur ses « petits arrangements entre amis » avec les boards big three. Ça doit pas être différent chez mamazone.
    Entre ça et l’administration qui a sabré ses réglementations et délégué le contrôle des obligations de sécurité aux employeurs : les fameux auto-contrôles. (j’aimerais bien qu’on remplace les radars routiers par des auto-contrôle tiens) C’est d’ailleurs ce qui transparaît dans l’article ; Amazon compte pas les accidents pareil pour des raisons qui leurs sont propres et ça finit par se voir.
    Ajoutez à ça le climat social d’un pays avec 25% de sous-employés et la pression migratoire sur l’emploi qui a permis de ne surtout pas augmenter les salaires pendant longtemps et vous avez en résultat final une dystopie ennuyeuse qui nous rappelle les pires bouquins de Dickens ou Victor Hugo.
    Perso j’ai jamais rien acheté chez amazon , je suis pourtant toujours en vie et bien portant. Ces gens ne rendent service à personne : ils bouffent sur la fainéantise du client … un peu comme tous les services de livraison à domicile de tout et n’importe quoi qui ont fleuri et qui esclavagisent à outrance les premiers de corvée… sans aucune réaction des états, complices de fait.

      +6

    Alerter
    • tikehau // 21.10.2020 à 16h31

      De mémoire pour les chiffres c’est 7,45 $ de l’heure depuis 2008. L’année précédente c’était 6,85 $.
      Plus la moindre augmentation depuis 18 ans.
      Sauf pour le 1% qui a explosé les compteurs après 2008, mais c’est une toute autre histoire de prédation.

        +2

      Alerter
  • Ernesto // 21.10.2020 à 18h55

    Si on veut un monde meilleur, il faut surtout rendre impossibles des pratiques esclavagistes et abusives sur tous les tableaux.

    Si l’on pense que la qualité d’un service dépend du degré d’exploitation de ceux qui le rendent, il faut d’urgence réviser ses convictions et dire STOP! L’humain d’abord! Sauf à vouloir faire passer l’intérêt individuel et égoïste avant tout autre considération.

    C’est un devoir de boycotter ceux qui méprisent la dignité humaine. Pensons plutôt que des salariés respectés et bien traités, seront d’autant plus motivés et performants pour rendre un service à la hauteur des attentes des usagers.

      +5

    Alerter
    • Kay // 21.10.2020 à 20h25

      En effet. J’aime votre commentaire.
      En pensant d’abord à la qualité de service, la rapidité, etc. je fais mon individualiste.
      Je vais essayer de changer.

      En revanche, pardonnez moi d’être cynique, mais je pense que si Amazon avait bien traité ses employés dès le départ, une autre entreprise lui aurait volé sa place. Qu’en pensez vous ? N’est-ce pas « l’économie de marché » dans toute sa splendeur ?

        +1

      Alerter
    • geedorah // 22.10.2020 à 19h49

      c’est pour ça qu’un code du travail et une inspection du travail digne de ce nom sont obligatoires, les gens exploitent sans problème leur prochain si c’est pour du gain, ça se vérifie tous les jours, qu’ils le fassent consciemment ou non…
      ps:ton dernier paragraphe sonne juste

        +4

      Alerter
  • Ernesto // 22.10.2020 à 00h53

    C’est vrai, la logique de l’économie de marché, au nom de la compétitivité, c’est la course au moins-disant social, à la réduction des coûts (surtout ceux du travail alors que c’est lui qui crée la richesse), à l’exploitation intensifiée pour permettre à ceux les plus performants dans ces domaines, de devenir les leaders et maximiser leurs profits.

    La fortune de Bezos a explosé pendant la pandémie quand des millions de salariés ont fait « tourner la baraque » en s’exposant au virus, en perdant des revenus dans le meilleur des cas, sont devenus précaires, ont perdu leur emploi, sont passés sous le seuil de pauvreté pour les plus touchés.

    C’est en ce sens que le capitalisme est un crime anthropologique qui écrase les hommes et épuise la nature. Il menace l’avenir de l’humanité si on ne met pas un terme à sa domination sans partage.

      +8

    Alerter
    • Rémi // 22.10.2020 à 12h07

      Jusqu’ici le capitalisme malgré ses défauts a fait progresser le niveau de vie.
      En réduisant les coûts de production (Pour augmenter le profit) il permet de démocratiser les produits par la baisse de prix.
      En ce moment nous avons un retour en arriére car l’UE par sa réglementation. dite de concurrence, favorise la formations de cartels ce qui retarde la baisse de prix et la démocratisation.
      Evidement, le capitalisme c’est l’esclavage. L’Homme est lié à la machine tant que la machine ne pourra pas se passer d’un conducteur humain.
      Il est probable qu’amazon résoudra le problème de sécurité en robotisant le remplissage des cartons.
      De toutes les facons c’est le seul moyen d’y parvennir: Que plus personne ne touche le produit.

      Quand à l’épuisement de la nature, rassurez vous c’est la loi du genre. Exploiter un gisement l’épuise c’est un fait. Mais et c’est là ce qui n’est pas compris, en baissant les coûts de production il devient possible d’exploiter des gisements moins riches. Et dans ce domaine le capitalisme apporte un gain de vitesse de mise en oeuvre.
      Il favorise aussi la création de produits synthétiques qui permettent d’exploiter des produits moins utiles. Un type a par exemple trouvé le moyen de fabriquer de l’aluminium a partir de la Bauxite. Un autre a trouvé le moyen de faire des engrais a partir del’air. Demain des ananomatériaux, des carburants synthétiques (Enn ce moment l’hydrogéne revient á la mode) nous permettrons de fabriquer au lieu de creuser.
      Il faut juste sortir de nos peurs millénaristes.

        +1

      Alerter
      • Lole // 22.10.2020 à 23h13

        Lol, il me tarde le jour ou ils trouveront un gisement dans votre jardin.
        L’exemple parfait du schiste…
        En fait, le capitalisme a fait progresser le niveau de vie de qui, planétairement parlant ?
        Parce que ramené a notre petit trou de la lorgnette, ça peut peut etre se discuter, et encore, ca dépend largement par rapport a quoi on définit le niveau de vie…
        On a sans doute pas la même définition.

          +2

        Alerter
  • Ernesto // 22.10.2020 à 19h20

    @Rémi: « En réduisant les coûts de production (pour augmenter les profits), le capitalisme permet de démocratiser les produits par la baisse des prix ».

    Les prix ne baissent pas, simplement leur progression à la hausse s’est ralentie (+ 0,2%/an). C’est d’ailleurs insuffisant comme niveau au regard de ce que prônent les dirigeants néolibéraux de l’UE à la BCE pour le bon équilibre économique (+ 2%).

    Malgré tout, beaucoup de salaires (en particulier ceux des plus de cinq millions de fonctionnaires), les minima sociaux, les prestations, sont gelés depuis des mois voire des années, ce qui se traduit par une baisse des revenus pour les personnes concernées.

    La précarité et la pauvreté explosent, les associations d’aides aux plus démunis constatent un tsunami de demandes pour simplement avoir à manger, et cela au coeur de la cinquième puissance mondiale.

    Nous vivons un creusement abyssal des inégalités au bénéfice des catégories supérieures dominantes et privilégiées. Tout le monde ne profite donc pas des délices de la « mondialisation heureuse » (Alain Minc). Il faudrait peut-être en prendre conscience quand on chante les louanges d’un capitalisme bienfaiteur de l’humanité…

      +3

    Alerter
  • Ernesto // 22.10.2020 à 23h46

    « Il est probable qu’Amazone résoudra le problème de sécurité en robotisant le remplissage des cartons ». Et que deviendront les salariés affectés pour l’instant à cette tâche ingrate? Croyez-vous que son PDG, dans sa grande mansuétude va se préoccuper réellement de la reconversion de ces employés vers des activités plus utiles ailleurs? Ne risquent-ils pas, au contraire, de passer par la case chômage pour un long séjour qui a de grandes chances d’être définitif? Au nom du modernisme, des progrès technologiques, de l’IA, de la fin du travail, à moins qu’on leur fasse miroiter l’avènement de la société des loisirs qui leur offrira généreusement une rente à vie pour paresser aux pieds des cocotiers!

      +1

    Alerter
    • Kay // 23.10.2020 à 09h38

      Mais comment on fait alors?
      Dans ce cas là on serait encore a boulonner des trucs comme dans Chaplin juste pour ne pas robotiser.
      Oui, l’IA et la robotisation vont créer du chômage. Mais en même temps les humains sont soit bien traités mais pas assez productifs, soit productifs mais mal traités.

      Le futur, c’est la fin des travaux manuel et la migration de ces travailleurs dans des métiers a valeur ajoutées. Mettre des chargeurs USB dans des cartons pour les livrer, c’est sans valeur ajoutée car une machine peut le faire.
      Ce qui devrait se passer, c’est tout ces travailleurs vont se faire virer. Et ne seront pas remplacer.

      En échange, la société aura besoin de plus en plus de gens « a valeur ajoutée » comme des techniciens pour réparer les robots et des ingénieurs pour les programmer. Des métiers plus … « intellectuel » si j’ose dire.

      Le futur, c’est grosso modo du tertiaire pur, et il n’y a aura plus (on y tendra) de travailleurs manuels. Mais tout le monde ne peut pas être ingénieur ou « big brain ». Les gens qui ne le seront pas mourront.
      L’avenir c’est pas top. Mais est-ce qu’on a mieux ?

        +0

      Alerter
  • Ernesto // 23.10.2020 à 00h05

    L’innovation technologique est indépendante du capitalisme qui est court-termiste et ne voit que son intérêt immédiat. Elle est intimement liée aux efforts de recherche qu’une société responsable est prête à consentir pour préparer l’avenir. Celle-ci n’est pas rentable immédiatement et suppose des investissements massifs que seule la puissance publique est en mesure d’honorer à l’échelle pertinente. Il ne s’agit donc pas, selon moi, de conjurer des »peurs millénaires », mais d’anticiper sur le futur à partir de constats sur le présent, évalués en toute indépendance, sur la base de critères scientifiques irréfutables.

      +1

    Alerter
  • Ernesto // 23.10.2020 à 18h27

    Dans votre scénario (pas très folichon il faut bien le dire), seule l’élite intellectuelle bosse, les autres? Ils crèvent puisque tout le monde n’a pas les capacités requises pour accéder au statut de concepteur. Vous écartez donc d’emblée cette fable pour enfant d’une société de loisirs que j’évoquais dans un commentaire précédent et dans laquelle, un comble pour la caste dirigeante!, l’élite est la seule à travailler pendant que les gueux sont payés à profiter, les doigts de pieds en éventail!

    Je crois plutôt pour ma part à une troisième voie qui pourrait être la suivante: à l’évidence, beaucoup de tâches répétitives, pénibles, principalement manuelles, peu valorisantes et valorisées, ne nécessitant pas un degré de formation très élevé, sont appelées à disparaître progressivement pour être effectuées par des robots, c’est déjà largement le cas. Ces robots, il faudra les concevoir, assurer leur maintenance, en inventer d’autres toujours plus sophistiqués et performants, ce qui impliquera un nombre croissant d’intellectuels concepteurs et utilisateurs formés à un très haut niveau. On notera au passage le rôle majeur du système éducatif pour qu’il soit en mesure de répondre à ces exigences.

      +1

    Alerter
  • Ernesto // 23.10.2020 à 19h04

    J’ose espérer qu’un autre avenir que la redingote en sapin s’offrira alors aux « simples exécutants ». Il faudra encore et toujours de l’industrie pour produire la camelote marchande, celle à partir de laquelle le capital réalise le profit et l’accumulation sans fin (n’oublions pas que les capitalistes considèrent que c’est la sphère productive marchande qui finance la sphère improductive non marchande c’est à dire les services).

    Il faudra beaucoup de travailleurs pour assurer autrement qu’en paroles l’incontournable transition écologique, s’occuper dans des conditions dignes des malades et du troisième âge, de personnels enseignants pour élever le niveau de formation de la population et la préparer à accomplir des tâches de plus en plus « intellectualisées ».

    La liste est non exhaustive, contrairement à certains, je ne crois pas à la fin du travail, d’autant plus s’il est libéré de l’emprise et des contraintes capitalistes (cf Bernard Friot), car les besoins humains à satisfaire sont encore gigantesques et pas seulement à l’échelle nationale (soyons résolument internationalistes!).

    Bref, je pense être moins résigné et fataliste que vous. L’avenir sera ce que nous en ferons, nous, les premiers concernés, mais à la condition impérative et décisive d’être les acteurs conscients de sa construction.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications