Les Crises Les Crises
21.octobre.202021.10.2020 // Les Crises

Brésil : La Cour Suprême autorise la vente de 8 raffineries appartenant à Petrobras

Merci 15
J'envoie

Source : Les 2 Rives

L’ancien ministre des affaires étrangères Celso Amorim a dénoncé que la souveraineté et les emplois au Brésil sont menacés par l’arrêt de la Cour suprême fédérale (STF) qui a autorisé la vente de huit raffineries de la société d’économie mixte d’État Petrobras.

« En tant que citoyen brésilien, et j’ai eu l’occasion de discuter de questions directement liées à la défense de la souveraineté nationale, je ne peux que regretter une décision qui affaiblit notre capacité à garantir l’énergie, sous diverses formes, au peuple brésilien », a déclaré M. Amorim, cité par Prensa Latina.

Le vote des membres de la Cour Suprême dans la décision judiciaire a été de six voix en faveur de la vente des raffineries et quatre contre.

Ainsi, la société s’attend à recevoir environ 8 milliards de dollars pour les huit raffineries et pour la vente des actifs restants, soit un total de 23 milliards de dollars jusqu’en 2023, selon les études du plan d’investissement de Petrobras.

Selon l’ancien chef de la diplomatie M. Amorim, « dans la plupart des cas – et ce ne sera pas une exception – la privatisation est un mot plus acceptable pour couvrir la dénationalisation ».

« C’est de cela qu’il s’agit : confier à des intérêts étrangers des activités qui sont fondamentales pour la sécurité et le bien-être des gens », a-t-il déclaré.

L’ancien ministre de la défense a également souligné que l’élimination de ces activités stratégiques constituait une menace sérieuse pour le pays. Cela aurait dû peser, je pense, sur la décision de la Cour », a-t-il déclaré.

Pour sa part, le juge Ricardo Lewandowski de la Cour Suprême, dans son vote contre, a souligné l’importance de la question pour la souveraineté du pays.

« Nous sommes confrontés à un problème qui concerne la sécurité nationale elle-même », a-t-il déclaré.

Il a averti que le Brésil augmentera l’exportation de pétrole brut et l’importation de produits dérivés, et retournera sur « la voie (de la dépendance) du colonialisme au XXIe siècle ».

La Fédération unique des compagnies pétrolières, pour sa part, a déclaré que la Cour suprême « place une fois de plus les intérêts du marché au-dessus des intérêts nationaux ».

Lire la suite de l’article sur Les 2 Rives

Source : Les 2 Rives – 05/10/2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 21.10.2020 à 10h40

Fête du slip chez les ploutocrates.

Une fois privatisée (pour une bouchée de pain bien sûr) ces raffineries seront exploitées sans aucun entretien jusqu’à ce qu’elles mettent gravement en danger les populations environnantes (les actionnaires ne vont pas balancer le fric par les fenêtres en entretenant le matériel, on presse le citron jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune goutte de jus qui en sorte).

Et ensuite, quand il y aura une catastrophe écologique, ces raffineries seront bien sûr rachetées à prix d’or par l’état pour dégager la responsabilité des propriétaires, les conséquences seront bien sûr payées par les cons-tribuables, la remise en état aussi (pour des raisons de « sécurité d’approvisionnement national par exemple), et une fois ces raffineries remises à neuf et bien performantes on repartira pour un tour avec une privatisation pour une bouchée de pain etc…

Ne vous en faites pas, en France, quand Mitterrand a « nationalisé » les entreprises en 81, l’état à racheté des CADAVRES une fortune (ces entreprises en valaient plus rien car totalement en ruines), les a entièrement remises à neuf avec les crédits illimités des fonds publics (payés par nos impôts) et en sachant pertinemment que ces entreprises seraient ensuite privatisées ensuite pour une misère.

Il faudrait que la constitution (si elle était digne de ce nom) interdise strictement de vendre à la découpe les « bijoux de famille » de l’état qui appartiennent à TOUS.
NOUS avons payé pour ça depuis des générations. Nous n’avons pas payé pour engraisser les actionnaires et les circuits financiers parasitaires.

12 réactions et commentaires

  • RGT // 21.10.2020 à 10h40

    Fête du slip chez les ploutocrates.

    Une fois privatisée (pour une bouchée de pain bien sûr) ces raffineries seront exploitées sans aucun entretien jusqu’à ce qu’elles mettent gravement en danger les populations environnantes (les actionnaires ne vont pas balancer le fric par les fenêtres en entretenant le matériel, on presse le citron jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune goutte de jus qui en sorte).

    Et ensuite, quand il y aura une catastrophe écologique, ces raffineries seront bien sûr rachetées à prix d’or par l’état pour dégager la responsabilité des propriétaires, les conséquences seront bien sûr payées par les cons-tribuables, la remise en état aussi (pour des raisons de « sécurité d’approvisionnement national par exemple), et une fois ces raffineries remises à neuf et bien performantes on repartira pour un tour avec une privatisation pour une bouchée de pain etc…

    Ne vous en faites pas, en France, quand Mitterrand a « nationalisé » les entreprises en 81, l’état à racheté des CADAVRES une fortune (ces entreprises en valaient plus rien car totalement en ruines), les a entièrement remises à neuf avec les crédits illimités des fonds publics (payés par nos impôts) et en sachant pertinemment que ces entreprises seraient ensuite privatisées ensuite pour une misère.

    Il faudrait que la constitution (si elle était digne de ce nom) interdise strictement de vendre à la découpe les « bijoux de famille » de l’état qui appartiennent à TOUS.
    NOUS avons payé pour ça depuis des générations. Nous n’avons pas payé pour engraisser les actionnaires et les circuits financiers parasitaires.

      +29

    Alerter
    • RV // 21.10.2020 à 19h50

      @ RGT // 21.10.2020 à 10h40
      …/… Il faudrait que la constitution (si elle était digne de ce nom) interdise strictement de vendre à la découpe les « bijoux de famille » de l’état qui appartiennent à TOUS. …/…
      En voila une bonne idée ! Mais alors il faut que ce soit les citoyens qui écrivent la constitution. Ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir. Des citoyens dignes de ce nom ne laisseraient pas écrire les règles de leur représentation par des représentants. Les politiciens ne sont pas incompétents : ils sont intelligents et corrompus ; ils font leur job, parfaitement, contre l’intérêt général et pour les riches, qui les ont portés au pouvoir précisément pour ça. Dire qu’ils sont « incompétents » empêche de diagnostiquer la trahison. (vous aurez reconnu des propos d’Etienne Chouard )

        +8

      Alerter
      • RGT // 22.10.2020 à 10h08

        Cher RV.

        Si vous lisez mes commentaires vous devrez être convaincus que je partage totalement vos propos et que je vais même largement plus loin qu’Étienne Chouard en étant favorable au seul système politique (s’il n’est pas perverti rapidement) qui permette de ne plus laisser les ploutocrates et les oligarques se permettre d’exercer leur « bon vouloir » à l’encontre de la population.

        Une constitution digne de ce nom devrait permettre aux citoyens de choisir leur « représentant » pour chaque cas, et que ledit représentant suive strictement les instructions qui lui ont été données avant qu’il ne notifie sa décision. Avec bien sûr une surveillance totale de ce représentant et répudiation immédiate plus annulation de ladite décision s’il ne respectait pas le but de sa mission.

        Et bien sûr, possibilité d’annuler sans délai une « loi » s’il s’avérait que cette dernière est en réalité mensongère et permet de porter un préjudice qui n’était pas clairement stipulé dans le résumé de sa présentation.

        Et surtout un « dépoussiérage » complet de toutes les « lois » de connivence qui représentent quand-même, de manière directe ou masquée, l’essentiel de nos lois.

        « Il est interdit, par la force, la ruse ou tout autre moyen de spolier un individu ou une collectivité » est quand-même bien plus compréhensible qu’une foultitude de lois (se contredisant parfois) qui sont censées avoir le même effet, mais qui permettent aux « petits malins » de passer entre les mailles du filet et de continuer leurs « petites affaires » : vol, racket, escroqueries, détournements de fonds et autres joyeusetés.

        Et je ne vous parle pas des arcanes du pouvoir dans lesquelles les « divins élus » et les hauts fonctionnaires font ce qu’ils veulent sans aucun contrôle ni possibilité de sanctions.

          +3

        Alerter
  • Gilles // 21.10.2020 à 10h47

    Parler du Brésil, c’est bien. Mais en l’occurrence, cette information ne surprendra personne. Qui croit encore que Bolsonaro se soucie des intérêts du peuple brésilien ?

    Par contre, l’événement récent concernant la Bolivie, si important soit-il, n’a pas l’air d’enthousiasmer les médias ni même, ce qui m’interroge, les-Crises.fr ??

    Et pourtant, c’est une énorme baffe que viennent de prendre les US et les partis de droite et d’extrême droite Boliviens, ainsi que tous les gouvernements « toutous US » (dont la France) qui avaient apporté leur soutien au coup d’état ayant forcer la démission de Morales et son exil. A l’heure actuelle, après le décompte de 86% des bulletins, on donne Le MAS et Luis ARCE vainqueur au 1° tour avec 54 % des voix.

    pour rappel, l’article de Maurice Lemoine paru sur le site « Le grand soir » et repris par les crises:
    https://www.les-crises.fr/les-petits-telegraphistes-du-coup-detat-qui-nexiste-pas-par-maurice-lemoine/

      +20

    Alerter
    • christian gedeon // 21.10.2020 à 19h05

      Ce qui se passe avec Arce confirme complètement mes commentaires de l’époque de la chute de Morales. Ce dernier aurait dû et pu avoir la sagesse de se retirer normalement, au profit de son dauphin. Qui eut été élu les deux doigts dans le nez. Moralité, pas vraiment futé le Morales. Peut être même un obnubilé par son moi même.

        +1

      Alerter
      • RV // 21.10.2020 à 19h53

        @ christian gedeon // 21.10.2020 à 19h05
        La chute de Morales ? Vous plaisantez ! Renversé par un coup d’Etat en bonne et due forme. Morales a bel et bien été élu avec 48% des voix avant son renversement manu-militari.

          +7

        Alerter
      • Gilles // 21.10.2020 à 23h50

        je n’ai pas grand chose à ajouter à ce qu’écrit RV,

        Une très grosse opération de « fake news » écrits et colportés par tous les médias occidentaux suivant les éléments de langage dictés par les US et la fameuse
        OEA. Il a fallu attendre juin 2020 pour que le NYT écrive un « méa culpa », qui , à ma connaissance, n’a été suivi par aucun média Français y compris Médiapart.
        (Heureusement,l’humanité, le monde diplomatique arrêt sur images et quelques sites alternatifs ont dénoncé ce scandale)
        Et enfin, même si un autre candidat du MAS s’était présenté en 2019, le même coup d’état aurait eu lieu: Tout était prêt pour cette opération.

          +5

        Alerter
      • RGT // 22.10.2020 à 10h32

        Ou sans doute n’avait-il pas une confiance absolue dans la capacité de son « dauphin » à résister à la pression monumentale qu’il aurait subi de la part du « camp du bien ».

        Rappelez-vous la réaction d’Evo Morales quand son successeur a commencé à appliquer des mesures de rétorsion à l’encontre de Julian Assange puis l’a carrément foutu dehors de l’ambassade équatorienne pour le confier au « camp du bien »…

        On s’étonne ensuite qu’il soit un peu « échaudé » et qu’il soit réticent à laisser son « dauphin » moins pugnace que lui risquer de mettre en danger tous ce qu’il a fait pour défendre les intérêts de la population de ce pays.

        Evo Moralès n’est pas un dictateur dans l’âme, il souhaite seulement protéger la population la plus modeste de son pays des « bienfaits » de la « communauté internationale ».

        Et ça, les « grandes démocrassies » l’ont bien compris, d’où le coup d’état à son encontre.

        Il ne reste plus qu’à suivre les événements pour avoir la certitude que son « dauphin » saura résister à la pression et ne trahira pas la population.

        N’oublions jamais que le continent Américain dans son intégralité est la propriété exclusive des USA, du moins dans la pensée intime des dirigeants et ploutocrates de cette démocrassie.

          +0

        Alerter
  • Savonarole // 21.10.2020 à 14h23

    On comprend tout de suite mieux pourquoi il était si urgent de destituer illégalement le socialiste Lula.

    Sinon idem qu’au dessus , on aimerait bien plus d’infos sur le putch raté … surtout sur les conséquences possibles pour ceux qui l’ont soutenu , car après tout , vouloir la chute d’un gouvernement légitime , ne serais-ce pas du terrorisme ?
    Nan , si ils sont pas condamné , c’est décidé , je me lance dans le terrorisme d’ultra-droite … si c’est sans risques et jamais sanctionné

      +2

    Alerter
    • RV // 21.10.2020 à 19h59

      @ Savonarole // 21.10.2020 à 14h23
      Il y a plusieurs sites spécialisés en langue française sur l’Amérique du sud :
      https://www.les2rives.info/ dont est issu l’article de cette page
      http://bolivarinfos.over-blog.com/
      https://venezuelainfos.wordpress.com/

        +1

      Alerter
    • Savonarole // 29.10.2020 à 21h06

      Bon ben en fait , je ferais pas terroriste d’ultra-droate.
      L’équivalent local du parquet a diligenté deux enquêtes sur des actes de répression type Fourmies et cité un peu tout le monde …
      Ça sent la purge, à minima certes (faut quand même toujours ménager la chèvre et le choux dans ces situations) mais bon.
      Je suis pas sur que tout le monde va apprécier. J’dis ça … j’dis rien …

        +0

      Alerter
  • Ernesto // 22.10.2020 à 01h16

    A lire, dans « le monde diplo » d’octobre 2020, en page 9, l’article d’Anne-Dominique Correa intitulé: »Bolivie, chronique d’un fiasco médiatique ».

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications