Les Crises Les Crises
24.février.202024.2.2020 // Les Crises

Dans le monde, plus de 90 % des ressources sont consommées sans être réutilisées – Par Muryel Jacque

Merci 392
J'envoie

Source : Les Echos, Muryel Jacque, 21-01-2020

« Nous risquons un désastre mondial si nous continuons à traiter les ressources de la planète comme si elles étaient inépuisables. » Dans un rapport opportunément publié ce mardi, au premier jour du World Economic Forum, Harald Friedl, le directeur du think tank Circle Economy, met en garde. En 2017 (derniers chiffres disponibles), l’économie mondiale a absorbé plus de 100 milliards de tonnes de sable, de minerais, de métaux, de pétrole, de bois, etc. Du jamais vu.

En cinquante ans, l’utilisation de ces matériaux a quasiment quadruplé… En 1970, moins de 27 milliards de tonnes suffisaient encore à la faire avancer. Et les besoins sont loin de diminuer puisque, d’ici à 2050, la consommation mondiale de matériaux devrait atteindre 170 à 184 milliards de tonnes, selon le Panel international pour la gestion durable des ressources de l’ONU). L’OCDE a récemment fait le calcul : c’est plus de 45 kilogrammes par jour et par personne.

Le problème est que l’économie mondiale est aujourd’hui très loin d’être circulaire. Seuls 8,6 % de toutes ces ressources (Circle Economy y inclut la biomasse) sont réutilisées, révèle le rapport, qui a reçu le soutien de WWF, aussi bien que du gouvernement du Chili, du groupe Philips ou de l’ONU. La proportion a même baissé comparé aux 9,1 % qui avaient été estimés dans le premier rapport de Circle Economy en 2018.

« L’évolution négative peut s’expliquer par trois tendances de fond qui sont liées : des taux d’extraction élevés, une reconstitution des stocks et de faibles niveaux de traitement et de recyclage en fin de vie », indiquent les auteurs. « Ces tendances sont profondément ancrées dans la tradition du ‘prendre, utiliser, jeter’ (‘take, make, waste’) de l’économie linéaire », déplorent-ils.

De toute urgence

Tout n’est pas noir, certes. Le think tank a ainsi observé des « actions positives » de la part d’entrepreneurs, d’entreprises et de villes. Mais, pour changer réellement la donne, il appelle les gouvernements à adopter « de toute urgence » des solutions d’économie circulaire. Une obligation, dit Harald Friedl, « si nous voulons atteindre une qualité de vie élevée pour près de 10 milliards de personnes d’ici au milieu du siècle. »

L’organisation néerlandaise note que quelques gouvernements commencent à façonner leurs stratégies pour soutenir l’investissement dans des programmes d’économie circulaire spécifiques. Parmi eux, treize pays européens , dont la France, ont adopté une feuille de route pour développer une économie circulaire, ou par la Colombie, devenue en 2019 le premier pays d’Amérique latine à lancer une politique similaire. Le refus par la Chine d’importer désormais les déchets du monde a aussi encouragé certains pays, comme l’Australie, à chercher des solutions. Circle Economy rappelle que la Chine a probablement récupéré les deux tiers des plastiques du globe depuis 1992…

Au final, les pays – qui doivent travailler avec les entreprises, les ONG et les chercheurs, disent les auteurs du rapport -, n’ont guère le choix. Car ils rappellent que « l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C au-dessus des niveaux préindustriels ne peut être atteint que par le biais d’une économie circulaire. »

Muryel Jacque

Source : Les Echos, Muryel Jacque, 21-01-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

M.Smith // 24.02.2020 à 07h57

Non sens écologique mais aussi social, les ressources sont souvent pillées et le recyclage consiste parfois à simplement exporter les déchets.
Tant que l’idéologie dominante de la croissance permettra aux grands groupes transnationaux de faire de l’argent par tous les moyens la situation ne risque pas de changer.

33 réactions et commentaires

  • Dominique Gagnot // 24.02.2020 à 07h43

     » Si en 1789, la gabegie de la gestion privée des ressources naturelles était supportable du fait, à cette époque, de la faible population et de l’exploitation balbutiante de ces ressources, aujourd’hui ce n’est plus du tout le cas.
    Gérer ces ressources de manière rationnelle est devenu un impératif, que seule une organisation collective peut éventuellement garantir… »
    (Extrait de http://bit.ly/tragédiecapitaliste)

      +8

    Alerter
    • Geoffrey // 24.02.2020 à 11h16

      amen…

      euh…comment on fait ? des manif’ ? on vote écolo’ ?

      je ne suis pas un génie mais j’ai tjrs cette faiblesse de penser que durant les élections, l’électeur moyen vote surtout pour ne pas perdre son emploi, çàd son revenu, càd son train de vie,……le Bien Commun ? une fable pour enfant, comme le Père Noël ou l’existence des licornes.

      et donc, un vote écolo’ lui apparaît invraisemblable, c’est exclu..

      ça limite pas mal les options de changement…

      ou alors………les milliardaires vont prendre conscience par eux-mêmes du mal qu’ils font et vont rendre les sous.

      Geof’-Rey, neo-communiste belge

        +7

      Alerter
    • Patrick // 24.02.2020 à 11h58

      « seule une organisation collective peut éventuellement garantir  »
      donc on va aller dire aux Saoudiens, aux Russes et aux Américains : » bon les gars , vous êtes vraiment trop c.. , à partir de maintenant votre pétrole devient une ressource collective et nous allons la gérer parce que nous , nous savons faire « .
      Bon courage , un volontaire pour y aller ?
      c’est la même chose pour toutes les autres ressources.

        +10

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 24.02.2020 à 13h08

        Patrick,

        Je dis ce qui me semble être une vérité : « seule une gestion collective des ressources… ».
        Cela peut être à toutes les échelles : communes, nation, et idéalement la terre entière. Ensuite on le fait ou pas. Je dis, c’est tout.
        A défaut la Nature se chargera de le faire comprendre y compris aux Saoudiens.
        ———————–
        La recherche systémique de profits conduit à organiser le pillage des ressources terrestres et humaines.

        Le terme collectif doit vous donner de l’urticaire. Sachez que la Terre est notre maison commune. Vous faites partie de la collectivité des terriens.

          +6

        Alerter
      • douarn // 24.02.2020 à 13h09

        Bonjour Patrick
        « un volontaire pour y aller ? » Il me semble que les USA, et tous les « occidentaux » dans un moindre mesure, sont sur tous les coups. Ils se sont impliqués en Irak, Lybie, Syrie, Arabie Saoudite (depuis 1945 avec le traité du Quincy), etc. Ils voudraient bien aller dire aux russes, iraniens, …, « vous êtes trop c…s, à partir de maintenant votre pétrole et vos ressources nous sont destinés en priorité afin d’assurer notre bien commun occidental (et accessoirement, augmenter notre train de vie) ».

          +9

        Alerter
    • Yann // 24.02.2020 à 16h20

      J’ai lu le livre du lien que vous proposez. On dirait que c’est la proposition d’un think tank socialiste bien connu. Ce livre est une utopie, si encore il s’appuyait sur les écrits (« L’entraide » par exemple) de l’anarchiste Pierre Propotkine, çà pourrait aller. Mais ce n’ai pas le cas , ce livre ne parle pas de Communes de corporations et autre. Sachez qu’avant la révolution française les terres cultivables, les forêts etc… appartenaient au commune mais pas les maisons. Donc vouloir faire payer un loyer à une personne qui est propriétaire de sa maison, est juste une vaste fumisterie, pour info : 58% des Français sont propriétaire de leur logement. Je suis vieux, je vis sur 1 hectare de terre en campagne perdue, j’élève 2 brebis, des poules pour la chaire et les oeufs, je fais mon bois pour me chauffer, je m’occupe de mon potager et mon verger.
      Si quelqu’un devait venir m’expulser ou me faire payer un loyer, alors que je ne coûte rien à personne ( pas de retraite, ni aide), çà ce passerais mal pour l’intrus, sachez que dans nos campagnes, nous sommes solidaire et tous armé. Il n’y a qu’un citadin pour écrire un livre pareil.

        +5

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 24.02.2020 à 19h47

        Les loyers iraient financer les besoins écologiques et sociaux, telle votre retraite. Elle serait éventuellement très supérieure au loyer que vous auriez à verser.

          +0

        Alerter
      • Dominique Gagnot // 24.02.2020 à 23h21

        Imaginer un nouveau monde implique d’oublier totalement le monde actuel. Tout mélanger conduit fatalement à des incompréhensions. On ne peut faire tourner un programme sur un logiciel inadapté…

          +1

        Alerter
  • M.Smith // 24.02.2020 à 07h57

    Non sens écologique mais aussi social, les ressources sont souvent pillées et le recyclage consiste parfois à simplement exporter les déchets.
    Tant que l’idéologie dominante de la croissance permettra aux grands groupes transnationaux de faire de l’argent par tous les moyens la situation ne risque pas de changer.

      +31

    Alerter
  • barbe // 24.02.2020 à 10h35

    « La démocratie est-elle vraiment le meilleur système pour assurer la pérénité de l’espèce humaine ?  »
    Comme si l’on était en démocratie?
    Vous votez les lois vous ? Il y a des tirages au sort pour contrôler et foutre en tôle les élus qui se sont servis sur la bête?
    C’est extraordinaire que le gouvernement représentatif parvienne à nous faire incriminer un régime qui n’existe pas – encore – chez nous.
    Le moyen de l’atteindre de façon non violente est de se passer le mot, et que tous répètent que nous ne sommes pas en démocratie ; ça décrasse les oreilles et ça remet les choses en place.

      +0

    Alerter
  • vert-de-taire // 24.02.2020 à 10h42

    Il y a contradiction entre l’industrialisation qui fabriquant des produits en masse, permet d’abaisser considérablement les couts unitaires et la remonté des couts et des prix nécessité par le recyclage.
    Le marché est inaccessible aux recycleurs.

    Le libre marché, l’initiative libérale qui est le DOGME du régime libéral que nos institutions ont figés, se retrouve en CONTRADICTION avec ce surcoût qui ne respecterait pas les lois du marché.

    Cet optimum du marché garanti par nos institutions : la délirante et fameuse concurrence libre et non faussée est incompatible avec l’injonction de moins polluer, de moins dévaster, de moins consommer, …

    Dit grossièrement : le marché libre n’est pas compatible avec le climat, la Nature. Le Système dogmatique est mis contradiction : marché libre dogmatique (bicentenaire) versus nécessité de marché régulé (immédiat).

    La (fausse) complexité de la situation se résume à cette contradiction triviale.
    La question du consentement est posée : comment nous faire avaler ce changement total tout en continuant le capitalisme prédateur ?

    C’est l’invention du néolibéralisme. L’État ou au besoin le sur-État fausse les règles du marché par ses aménagements du libéralisme : les paradis fiscaux, les traités de favoritisme, le prix du carbone imposé, … Le capitaliste aménage son jardin pour continuer de prospérer : le libéralisme est mort dans les faits mais pas dans nos esprits : mise en place d’un féodalisme ploutocratique sous le masque du néolibéralisme.
    Le capitalisme génère la dictature.

      +10

    Alerter
  • Loxosceles // 24.02.2020 à 11h02

    Peut-on dire que le recyclage est véritablement écologique ? Le recyclage est une transformation de matériaux qui requiert de l’énergie… Il est sans doute utile, pratique et efficace pour certains matériaux simples, mais pour d’autres il ne fait que s’ajouter à l’immense gaspillage énergétique global. Par ailleurs, certains matériaux recyclés concentrent plus de polluants que les produits initiaux, et font courir un danger sur la santé (exemple : emballages recyclés contenant des encres et autres dérivés toxiques). Le recyclage est un pis aller malheureusement nécessaire pour… perpétuer plus longtemps ce système que nous connaissons. Il faut avoir ça en tête, et je ne dis pas qu’il ne faut pas recourir au recyclage, mais il serait nettement mieux de n’utiliser que des matériaux renouvelables et compostables… une utopie absolue dans le contexte actuel qui ne vit que de croissance, or croissance peut aussi s’écrire : usage exponentiel des ressources terrestres. Avec les conséquences logiques qui en découlent.

      +11

    Alerter
    • Eric51454 // 24.02.2020 à 13h11

      Mais pourquoi recycler?
      Combien d’emballages sont inutiles?
      L’on pourrait avoir des  » boîtes », des sacs, etc, pour faire ses achats.
      Faire soi- même sa cuisine, non?
      Combien d’objets manufacturés sont réellement nécessaires ?

        +8

      Alerter
    • Abuduck // 24.02.2020 à 14h32

      C’est vrai qu’au moment du recyclage, il est déjà trop tard ou presque. J’aimerai ajouter à cela que les ingénieurs connaissent bien la notion de modularité, de standards, de normes etc. Si leurs patrons leur demandait de faire des objets dont les parties sont réutilisables, remplaçables et qu’on puisse interfacer ces objets avec les anciennes génération d’objets et les nouvelles, pour allonger le cycle de vie, ils le feraient.

      Mais on leur demande tout l’inverse. De produire des objets périssables, pour que le consommateur en rachete de nouveaux, avec des normes privées qui visent à enfermer le client dans un système et empechant toute réparation ou récupération, en ne prenant pas en compte le cout de destruction dans la conception du cycle de vie du produit car celui-ci est « gratuitement » pris en charge par les contribuables… qui paient au moins 2 fois donc.

      On vit dans une poubelle ? Les causes produisent des effets et se moquent de l’idéologie, alors voilà le constat, et franchement comment pourrait-il en être autrement ? C’est ahurissant qu’on remette en question ce mode de fonctionnement absurde seulement aujourd’hui (et encore… timidement)

        +11

      Alerter
  • Zeika // 24.02.2020 à 11h50

    C’est une question avec laquelle je lutte en ce moment…
    Vu l’urgence de la situation (écologique, économique, sociale, etc….) comment ne pas vouloir imposer une solution en dépit de la démocratie pour régler ce problème? On pourrait argumenter que la démocratie n’est applicable que si les citoyens sont éveillés et informés correctement donc il faudrait un tour de force pour remettre en place une telle situation…

    Seulement, quelle légitimité peut avoir une action anti-démocratique ? Pourquoi le peuple accepterait une situation dans laquelle il n’a pas son mot à dire (un peu le problème qu’on a actuellement, prenez l’exemple que vous voulez: retraites, destruction du code du travail, évasion fiscale, destruction des services publiques, …)
    Et de quel droit quelqu’un imposerait sa façon de voir les choses? Même si on estime avoir raison, c’est prétentieux de vouloir imposer sa volonté à d’autres. Et c’est souvent des bonnes intentions qui sont présentées (réelles ou fictives) pour justifier les pires conduites… Regardez c’est pour vous protéger du terrorisme ! Du coup vous allez être espionnés, vos courriers vont être lus, vos appartement peuvent être fouillés, vos portables siphonnés pendant une garde à vue arbitraire et tout ça sans même l’autorisation d’un juge…
    C’est une pente glissante.

    Avez-vous une opinion sur le sujet? Quelle(s) limite(s) voyez-vous?

      +9

    Alerter
    • Loxosceles // 24.02.2020 à 12h36

      Honnêtement, et au risque de surprendre ceux qui me prennent pour anti-écolo à cause de mon opinion sur le climat, j’ai longtemps considéré qu’une forme d’éco-activisme, y compris violent, était légitime voire nécessaire. Je me suis senti assez proche de greenpeace pendant un moment.

      J’ai changé d’avis.

      Toute action de ce type est contre-productive en ce sens qu’elle produit son propre antidote. Il n’y a qu’à voir ce qu’engendrent les agissements des activistes vegans et autres, je pense aux agressions sur des bouchers, des agriculteurs. Ils créent un sentiment de rejet par réactance, qui fait reculer l’écologie. Même moi ça me scandalise : je n’ai jamais envisagé l’agression de personnes, mais plutôt d’entraver des trucs qui fonctionnent en dépit du bon sens ou contre le respect de la vie.

      Ce serait un peu long de développer mon opinion en détails. Pour résumer, je dirais : je ne crois pas en ce qu’on nomme abusivement « démocratie », mais je crois qu’il faut pousser dans ce sens. Toute action allant contre la majorité se retourne contre elle-même. Par conséquent, il faut convaincre la majorité en l’éduquant à une véritable sensibilité écologique. Or, actuellement, le sentiment écologique est instrumentalisé et se concentre surtout autour d’un insupportable greenwashing, dont le délire climatique est l’étendard et la figure de proue, d’où mon dégoût et mon scepticisme sur ce sujet, puisqu’il éclipse et trivialise tout le reste.

        +6

      Alerter
    • R. // 24.02.2020 à 23h40

      Mon opinion est que la solution ne viendra pas des urnes. La révolution ne se produira pas non plus. La décroissance va se produire lentement, ponctuée par des catastrophes que nous avons causées. Et notre mode de vie va inéluctablement disparaître. Pour le reste du vivant, il vaut mieux que ce soit le plus rapide possible.

        +1

      Alerter
  • Denis // 24.02.2020 à 14h03

    Ce matin, comme tous les lundi, le facteur a déposé ma dose de pub hebdomadaire.
    Je pourrais afficher « Stop pub », cela ne changerait rien.
    Toujours consommer plus… des produits inutiles ou que je consomme naturellement ( nourriture).

    Le changement,c’est maintenant!

    Sinon, la Nature va s’en charger…et ça va pas être marrant pour beaucoup, pour ne pas dire pour l’espèce humaine. Quoique pour certains, qui se croient abrités, la chute sera vertigineuse.

    Affaire à suivre….pour ceux qui survivront!

      +1

    Alerter
    • JBB // 24.02.2020 à 18h29

      Essayez quand même le stop pub. Chez moi ça a été super efficace.

        +4

      Alerter
  • Philippe T. // 24.02.2020 à 14h26

    Bonjour,
    Le titre de l’article est curieux. 90% des ressources consommées sans être réutilisées?
    Est ensuite annoncé que « l’économie mondiale a absorbé plus de 100 milliards de tonnes de sable, de minerais, de métaux, de pétrole, de bois, etc. »
    Mais on ne peut recycler que ce qui a servi et est en fin d’usage, et qui conserve une possibilité de réemploi.
    Le sable est utilisé pour la construction et mélangé à du ciment. Ce mélange ne sera recyclable que lors de la destruction des bâtiments. Dans combien de décennies?
    Les métaux sont utilisés pour produire des biens divers, certains d’une durée de vie éphémère d’autres plus durables. Pour le recyclage il faudra aussi attendre leur fin de vie.
    Le pétrole? Que peut-on recycler du carburant brulé pour mouvoir les divers moyens de transport ou dans les centrales électriques? Recycler de la fumée?
    L’économie « circulaire » est-ce encore un enfumage du capitalisme pour verdir le pillage de la planète?
    Ceci dit, le recyclage c’est très bien, mais il faudrait plutôt produire des biens durables, réparables et en finir avec cette civilisation d’hyper consommation.
    Pas simple j’en suis conscient. D’autant qu’une majorité de la population mondiale a d’énormes besoins, pas du superflu mais du nécessaire.

      +8

    Alerter
    • ouvrierpcf // 24.02.2020 à 23h39

      combien de kilowatt heure consomme un actionnaire un tennisman une star télé monégasque par an pour ses appartements climatisés son Casino éclairé chauffé refroidi à l’air conditionné par rapport à un retraité lorrain ou du Nord Pas de Calais ou une veuve du LOT et Garonne? Qui fournit l’énergie électrique de la Principauté de Monaco ? ou est le centre de retraitement des Ordures ménagères de Monaco? à MONTE CARLO non non Combien de kilogramme de déchets rejette un monégasque Princier ou Princière et une veuve de Haute Corse ? Peut on recycler les jetons du Casino de MONTE CARLO? Combien de fois par an prend une retraité veuve de Moselle l’hélicoptère pour se rendre de Metz à THIONVILLE ? et M BAPPE pour aller de NICE à Monaco ? t’en veux encore des exemple Citoyen écololo Philippe ?

        +3

      Alerter
      • Rico // 25.02.2020 à 10h28

        Pour les infos du centre de retraitement des déchets de Monaco il on un site très bien fournie qui te donne plein de détail.
        https://www.sma.mc/documents

          +0

        Alerter
      • Philippe T. // 25.02.2020 à 12h08

        Bonjour,
        Je n’ai pas vraiment compris le rapport entre mon commentaire et votre réponse à ce commentaire.
        Même après plusieurs relectures !!!
        Cordialement

          +1

        Alerter
  • Genuflex // 24.02.2020 à 14h49

    Le recyclage… en 4ème position… et encore, on devrait le rétrograder à la 5ème et dernière place des 5R :
    Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler, Rendre à la terre (composter)

      +1

    Alerter
  • SanKuKaï // 24.02.2020 à 14h56

    Ce qui est frustrant est que ceux qui ont le pourvoir ne font rien et ceux qui n’ont pas de pouvoir foisonnent d’idées qui ne prennent jamais vie.
    Le verre est recyclable presque à 100%. Or on sait que Coca-cola fait du lobbying auprès de Bruxelles pour ne pas revenir aux consignes (voir reportage d’Elise Lucet) mais pourquoi ce lobbying fonctionne-t-il encore?
    Pourquoi y a t-il encore autant d’emballages inutiles? Pourquoi rien n’est fait contre l’obsolescence programmée?
    Pourquoi faut-il 20ans pour supprimer les sacs en plastiques alors que c’est une décision qui prend 5 minutes à écrire et mettre en place?
    Les idées sont pourtant simples:
    Taxes sur tout ce qui n’est pas recyclable y compris les produit importés.
    Taxe zéro sur ce qui est garantie à vie et taxe progressive selon les périodes de garantie.
    Taxe sur tout produit non démontable ou réparable Ex: les iPhone qui forcent à l’achat d’un nouveau téléphone si la batterie est morte.
    Les fabriquant à de TV qui mettent les condensateurs (qui coûtent 30centimes) près des points chauds en auraient aussi pour leur frais.
    il y a des milliers d’autres idées.
    L’objectif n’étant pas des taxes de plus mais de changer les comportements. Pour avoir un avantage compétitif je suis persuadé que les entreprises chinoises s’adapteraient.

      +3

    Alerter
  • Kokoba // 24.02.2020 à 16h02

    L’industrialisation est quelque chose de formidable.
    C’est l’augmentation de la productivité qui a permis à l’humanité de sortir du moyen-age et de vivre dans le confort matériel d’aujourd’hui.

    Mais il y a un effet de bord assez pervers :
    On a réussit à augmenter de manière prodigieuse la productivité pour la construction mais pas pour la maintenance.

    Résultat : acheter une nouvelle machine à laver coute moins cher que de faire réparer l’ancienne.
    En fait, rien que le déplacement d’une personne dans Paris doit couter plus cher que la construction de la machine.

      +5

    Alerter
    • Dominique Gagnot // 24.02.2020 à 18h02

      Oui, parce que dans la comptabilité capitaliste, la valeur des ressources offertes par la Nature est considérée comme nulle. La pensée capitaliste c’est « après moi le déluge ».

        +7

      Alerter
      • ouvrierpcf // 24.02.2020 à 23h50

        la pensée écolo EELV française c’est quoi? après moi le vive les JO 2024 merde Donc c’est la même !! seraient ils du même Monde? il y a maintenant des verts européens qui font des JO Paris 2024 des jeux propres si si ils le disent et le Chef ESTANGUET qui émarge à 23 000 euros MOIS vous le dit l’écrit même Au fait il ne se déplace qu’zen vélo en trottinette et colle des timbres verts sur ses enveloppes ! ils vont nous dépenser 24 milliards pour 15 jours de jeux COCA BMW GOOGLE TOTAL i phone truc i phone machin MERCEDES AUDI que des produits bio recyclables et dégradables si si vous allez le voir le revoir dans les pubs

          +0

        Alerter
    • kid77 // 27.02.2020 à 12h26

      J’ai un vieux VTC de 2001 que je souhaite réparer. Il me fut facile de changer les patins et pneus a peu de frais mais changer les cables de freinage et cables de derailleur n’est pas si simple. de meme, regler finement le derailleur n’est pas simple d’autant plus que le derailleur shimano ne se fait plus.
      2 options : apprendre via youtube a changer toute la cablerie avec un resultat plus que moyen au vu de mon habilité.
      ou aller chez un speciliaste, ce que j’ai fait. au final la main d’oeuvre est 40 fois plus chere que le materiel (cable et gaine) et mon portefeuille en fut deleste d’un montant que je n’ose partager. ce montant correspond au prix d’un velo enfant.
      je pense que gagner en autonomie, en savoir faire fera partie de mes ambitions pour l’année

        +1

      Alerter
  • Myrkur34 // 24.02.2020 à 16h29

    En fait, vue l’inertie ambiante, il reste juste à se demander à quelle vitesse le chaos va nous arriver en pleine poire…..Es ce que l’E.M.T existe encore au collège ? Mais avec un enseignement, du genre je construis ma maison en paille, bois ou pierre avec des outils simples (Cf Jeremiah Johnson) et je vis de mon jardin…..

      +3

    Alerter
  • serge // 24.02.2020 à 17h11

    Mouais, ben vu le prix excessivement bas des matières premières (et cela continue de chuter), il n’y a aucune chance d’avoir une filière recyclage qui fonctionne. De plus les industriels font de gros efforts pour rendre les produits impliqués dans leurs fabrications très imbriqués, imposant des méthodes fort complexes et coûteuses de séparation. Enfin, tous les labos de recherche (ils n’ont malheureusement pas le choix en terme de contrat ou de projet) font également de gros efforts pour utiliser les matériaux dits les plus « performants » impliquant des processus d’extraction/raffinage un peu pointu avec des produits souvent assez rares. Bref, c’est mal barré…

      +3

    Alerter
  • Michel G. // 24.02.2020 à 21h32

    J’ai encore connu le temps où le « chiffonnier » passait récupérer les vieux métaux (mon père récupérait le laiton des culots d’ampoules, redressait les clous). Dans les années ’50, les écoliers que nous étions récupéraient une fois par année le papier au profit de la caisse de classe : en 1958, ce sont 12 tonnes de papier (pour un village de 1400 habitants) qui avait été vendu à 0,06 FrS/kg.
    15 ans plus tard, dans un cours de perfectionnement pour enseignants, l’intervenant avait qualifié notre « ère géologique » de « poubellien supérieur ». Une personne ayant développé un robinet économiseur d’eau se l’était vu refusé par les autorités lausannoises au motif qu’il fallait « rentabiliser la station de pompage récemment construite sur les rives du Léman ».
    Peu après l’assassinat du Président Allende, lors d’une visite d’une entreprise de récupération, on nous avait montré un stock de cuivre récupéré : il avait été acheté plus cher que ce que valait le cuivre neuf (dont le prix avait chuté de 40%). Il n’était pas tolérable que le Chili se permette des profits pareils !!
    En 70 ans, nous sommes passés d’un monde (relativement) économe à un gaspillage effréné. Et je ne crois pas à l’effet salvateur des taxes.

      +8

    Alerter
  • Galien // 25.02.2020 à 00h13

    L’économie circulaire ça ne peut pas fonctionner:

    https://www.resilience.org/stories/2018-11-12/how-circular-is-the-circular-economy/

    ça vaut aussi le coup de lire ce qu’en pense Philippe Bihouix

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications