Les Crises Les Crises
18.juillet.201918.7.2019 // Les Crises

Quand l’irrationnel Trumpe le rationnel – et entretient notre marche vers la guerre. Par Alastair Crooke

Merci 153
J'envoie

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke,

L’instinct de Trump lui dit toujours qu’un canal avec M. Poutine est essentiel. Mais la diabolisation de la Russie ne s’arrêtera pas avec la publication de l’enquête Mueller. Un nouveau récit va simplement être produit.

Le 14 mars, le Conseil national de sécurité de la Russie, dirigé par le président Poutine, a officiellement fait part de sa perception des intentions américaines à l’égard de la Russie, allant des « dangers militaires » (opasnosti) aux « menaces militaires » directes (ugrozy). Bref, le Kremlin se prépare à la guerre, aussi défensive que soit son intention.

Pourquoi ? Pourquoi Poutine ferait-il cela ? Trump ne veut plus de guerres… Il n’a cessé de réclamer de bonnes relations avec Moscou. Et maintenant que Mueller n’a pas trouvé la moindre chose…

C’est le refrain familier qui suggère qu’une confrontation avec la Russie ne peut tout simplement pas avoir lieu : « Ça n’aurait aucun sens : ce ne serait pas rationnel ». Eh bien, peut-être la Russie lit-elle les feuilles de thé différemment, et peut-être comprennent-ils simplement que lorsqu’il s’agit de guerres, c’est souvent le non-rationnel qui l’emporte sur le rationnel.

D’une perspective russe, les signes avant-coureurs d’un conflit au Moyen-Orient se mettent rapidement en place. D’un côté, nous avons un Israël très belliciste, complètement beurré suite aux grandes rasades de Cool-aid au « Grand Israël » que lui verse l’équipe de Trump ; puis nous avons Bolton poursuivant sa haine ancienne pour l’Iran – en essayant de coincer la République, et de la faire imploser.

Cela représente des chocs majeurs entre plaques tectoniques, d’autant plus que l’étage nord de la région (comprenant la Turquie) est maintenant avec l’Iran (dans une certaine mesure). Moscou sait que les plaques tectoniques qui entrent en collision libèrent du plasma chaud, qui peut trop facilement se propager et embraser la Russie.

Et puis, nous avons d’autres mouvements de plaques tectoniques : la Turquie se rapproche de la Russie et de la Chine, et c’est peut-être aussi le cas de l’Égypte (après la récente altercation de Al-Sissi à Washington). En clair, tout cela montre que les États-Unis sont en train de perdre rapidement leur emprise sur le Moyen-Orient. Et la Russie, intentionnellement ou pas (plutôt « pas » que dans une « intention » active), augmente sa portée.

Habituellement, quand de tels cas se produisent, Washington décrète de mettre une forte baffe à Moscou, en réponse à son « impudence » prométhéenne. Mais… en fait, l’Amérique n’a presque plus d’alliés substantiels au Moyen-Orient – à l’exception de « celui-là ».

Oui, en effet – jusqu’ici, il s’agit de l’échiquier rationnel. Alors, qu’en est-il du « non rationnel » ?

Commençons par les fondamentaux : 80 % des évangélistes blancs ont voté pour Trump en 2016, et sa popularité parmi eux reste élevée – dans les 70 %. Alors que d’autres électeurs blancs ont pu être découragés par la politique étrangère de Trump (l’étreinte saoudienne), les évangélistes blancs sont devenus son dernier et solide bastion. Ils ne sont pas insignifiants non plus : ils représentent environ 25 % de tous les américains.

Andrew Chesnut, professeur d’études religieuses, nous dit que le sionisme chrétien est devenu la « théologie majoritaire » parmi les évangélistes blancs américains. Dans un sondage de 2015, 73 % des chrétiens évangélistes ont déclaré que les événements en Israël sont prophétisés dans le livre de l’Apocalypse. Pour les sionistes chrétiens, la réalisation d’un « Grand Israël » est l’une des conditions préalables majeure au « ravissement en Dieu ». C’est une croyance, connue sous le nom de dispensationalisme pré-millénaire ou sionisme chrétien, dit Chesnut.

« Trump lui-même incarne le contraire d’un pieux idéal chrétien. Trump n’est pas un pratiquant. C’est un profane, deux fois divorcé, qui s’est vanté d’avoir agressé sexuellement des femmes. Mais les évangélistes blancs l’ont adopté », écrit Julian Borger.

« Certains grands évangélistes considèrent Trump comme l’avatar moderne du roi Cyrus, l’empereur persan du VIe siècle avant J.-C. qui a libéré les Juifs de la captivité babylonienne. La comparaison est faite explicitement dans The Trump Prophecy [La prophétie de Trump, NdT], un film religieux projeté dans 1 200 salles de cinéma [l’an dernier], qui met en scène un pompier à la retraite qui prétend avoir entendu la voix de Dieu, et qui dit : “J’ai choisi cet homme, Donald Trump, pour une période comme celle-ci…”

« Cyrus est le modèle d’un non-croyant, affrété par Dieu comme un navire pour les desseins des fidèles » dit Katherine Stewart, qui écrit beaucoup sur la droite chrétienne. Elle a ajouté qu’ils se félicitent de la volonté [de Trump] de briser les normes démocratiques, de combattre les menaces perçues contre leurs valeurs et leur mode de vie.

Mike Pompeo et le vice-président Pence sont fortement attachés à cette orientation évangéliste. C’est quelque chose qui a une réelle importance pour la politique étrangère : au cours de son mandat en tant que directeur de la CIA, et avant cela, en tant que membre de la Chambre des représentants, Pompeo a toujours utilisé un langage qui présente la guerre contre le terrorisme comme une bataille cosmique et divine du bien contre le mal. Il a déclaré que les terroristes islamiques étaient destinés à « continuer de faire pression sur nous jusqu’à ce que nous soyons sûrs de prier, de nous lever pour nous battre et de savoir que Jésus Christ est notre sauveur et qu’il est vraiment la seule solution pour notre monde ».

L’interdiction de l’IRGC iranien [corps des Gardiens de la révolution islamique, NdT] par Pompeo était formulée exactement dans cette façon de parler du terrorisme, avec la connotation claire que l’Iran est le « mal » cosmique. Ce style de langage apocalyptique ou de ravissement en Dieu a été adopté en bloc par Trump et son administration. « Adorer notre Seigneur et célébrer notre nation en même temps, ce n’est pas seulement notre droit », a déclaré M. Pompeo aux participants d’un rassemblement au Kansas en 2015 : « C’est notre devoir ». « Nous continuerons à mener ces batailles », a ajouté le membre du Congrès de l’époque dans une église de Wichita. « C’est une lutte sans fin… jusqu’au ravissement en Dieu. Faites-en partie. Soyez dans le combat ! »

La référence de Pompeo au ravissement en Dieu est importante : Le ravissement en Dieu, note Tara Burton, « est une théologie typiquement américaine qui dit que les chrétiens seront emmenés, ou “enlevés”, au ciel, à l’aube de la fin des temps… et un certain nombre de politiciens du GOP [Grand Old Party, le parti républicain américain, NdT] laissent leur foi en cette théologie influencer leur vision politique du monde. Parce que le ravissement en Dieu est finalement désirable – il marque le retour de Jésus-Christ – tout ce qui l’accélère est désirable aussi. Pour beaucoup d’évangélistes, les batailles apocalyptiques du “bien contre le mal”, particulièrement centrées sur la “Terre Sainte” du Moyen-Orient, sont des signes que la fin tant attendue est proche. »

Alors, comment tout cela s’équilibre-t-il ? Le pivot est le milliardaire du casino de Las Vegas, Sheldon Adelson. Il a donné 82 millions de dollars à Trump et à d’autres candidats républicains lors des élections de 2016. Trump a consciemment courtisé la droite de la diaspora juive fortunée, mais l’importance d’Adelson réside davantage dans son engagement passionné envers l’agenda politique du « Grand Israël » de Netanyahou et dans le renforcement des liens entre la base évangéliste républicaine et Israël.

Et juste pour être clair, la mission du « Grand Israël » est tout autant enracinée dans la théologie biblique de la « Fin des Temps ». David Ben Gourion, le « père de la nation », croyait fermement en la « mission » et déclarait : « Je crois en notre supériorité morale et intellectuelle et en notre capacité à servir de modèle pour la rédemption du genre humain ». Lors du « Sommet de Jérusalem » de 2003, dont les participants comprenaient trois ministres israéliens par intérim (dont Netanyahou, et Richard Perle du Gouvernement des États-Unis), le groupe a fait profession solennelle : « Nous croyons que l’un des objectifs de la renaissance d’Israël, inspirée par Dieu, est d’en faire le centre de la nouvelle unité des nations, qui conduira à une ère de paix et de prospérité, comme l’ont annoncé les prophètes ».

Comme le fait remarquer Laurent Guyénot, le sionisme, en fait, a toujours été attaché à un nouvel ordre mondial, sous le masque du « nationalisme ». C’est aussi avec la charnière Adelson que John Bolton s’articule. Bolton n’est pas un évangéliste. Il dit que le qualifier de néoconservateur « n’est manifestement pas exact », exprimant ainsi explicitement qu’il n’a jamais partagé le désir de « répandre la démocratie » comme d’autres néoconservateurs du courant dominant. Il croit cependant que l’Amérique (et Israël) sont « choisis » pour diriger et façonner l’ordre mondial. Ce n’est peut-être pas une expression strictement « religieuse », mais c’est un exemple parfait d’un « projet » millénaire qui nie catégoriquement la religion, tout en étant en fait le véhicule d’un mythe religieux – le mythe judéo-chrétien.

Bolton le dit explicitement : « Je me décrirais comme pro-américain. Le plus grand espoir de liberté pour l’humanité dans l’Histoire réside dans les États-Unis, et donc la protection de l’intérêt national américain est la meilleure stratégie pour le monde. »

Le « mythe » millénaire américain d’hier et d’aujourd’hui était (et est toujours) similairement enraciné dans une croyance messianique dans le destin manifeste des États-Unis : la « Nouvelle Jérusalem » qui représenterait le meilleur espoir de l’humanité pour un avenir utopique. Cette croyance en un destin particulier (être « choisis ») se traduit par la conviction que les États-Unis doivent conduire – ou plus exactement, ont le devoir de contraindre – l’humanité vers son destin universaliste.

Le rôle d’Adelson – en utilisant son propre argent – est dès lors de faire ressurgir des politiques néoconservatrices : des politiques qui étaient discréditées après l’invasion de l’Irak par les États-Unis, et de reconnecter ces politiques à la droite israélienne (comme elles l’étaient, avant la guerre en Irak). L’ensemble est soutenu par l’importante base évangélique qui constitue l’électorat principal de Trump. Pompeo et Bolton seraient les protégés d’Adelson, qu’Adelson aurait portés à leurs postes clés à la Maison-Blanche dans le cadre de son architecture politique.

Et avec la réapparition des politiques néoconservatrices, vient, inévitablement, leur ancienne attitude envers la Russie comme une lutte existentielle qui ne peut avoir qu’un seul résultat – l’effondrement de la Russie, conduisant à un changement de régime – soit par la guerre, soit par des moyens sans guerre. Tous les éléments de la politique occidentale sont axés sur cet objectif immuable.

L’ancien diplomate américain James Jatras remarque [que ces millénaristes américains] « haïssent la Russie non pas pour ce qu’elle fait, mais pour ce qu’elle est : un obstacle à la domination mondiale absolue par un nouvel ordre mondial dirigé par les États-Unis ». Le déploiement par la Russie des armes les plus puissantes imaginables – peut peut-être limiter l’aspect militaire de ce programme, mais il ne peut pas l’inverser. Bien au contraire, de telles actions, comme les actions défensives de Moscou après le changement de régime en Ukraine en 2014, ou le déploiement de la Russie en 2015 en Syrie, ou la présence actuelle au Venezuela, sont présentés comme une nouvelle « preuve » de l’agressivité « typique, presque génétique » des Russes, selon les mots de l’ancien directeur de la CIA James Clapper.

« L’enquête inutile de Robert Mueller étant terminée, rien ne s’est amélioré et on ne peut pas tellement s’attendre à ce que cela s’améliore ». Jatras, citant [Gilbert] Doctorow :

« … la destruction progressive des voies de communication, des projets symboliques de coopération dans de très nombreux domaines, et maintenant le démantèlement de tous les accords de limitation des armements qui ont mis des décennies à être négociés et ratifiés, plus les nouveaux systèmes d’armes qui laissent aux deux parties moins de 10 minutes pour décider comment réagir aux alarmes de missiles – tout cela prépare le terrain pour l’Accident qui mettra un terme à tous les accidents. De telles fausses alertes se sont produites pendant la guerre froide, mais une certaine mesure de confiance mutuelle a incité à la retenue. Tout cela a disparu de nos jours, et si quelque chose tourne mal, nous sommes tous fichus. »

On pourrait penser que ce vaste « démantèlement » des canaux, des accords et des engagements s’est produit comme un « événement fortuit » inexpliqué et accessoire. Ce serait une erreur : non, cela porte la marque de la pensée de Bolton. Voici ce qu’il dit :

« L’Amérique a lentement limité son champ d’action, en s’empêtrant imprudemment dans des institutions internationales telles que les Nations Unies et en concluant des accords bilatéraux naïfs qui promettent trop aux ennemis de l’Amérique, en échange de trop peu. [Bolton] a vu de mauvaises affaires partout : Le Traité FNI… en était un [Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire ; les États-Unis ont suspendu leurs obligations prévues par ce traité le 1er février 2019, NdT]. L’accord nucléaire iranien, que Bolton a travaillé sans relâche à mettre au rebut, en est un autre. »

Alors, pourquoi Trump devrait-il accepter cette voie royale vers la catastrophe ?

Trump a été élevé en tant que presbytérien, mais il s’est tourné de plus en plus vers les prédicateurs évangélistes à mesure qu’il envisageait de faire campagne pour la présidence, observe Katherine Stewart. Le choix de Pence comme candidat à la vice-présidence était une marque de son engagement.

Mais, le contrôle de la Chambre des représentants ayant été perdu en novembre, et les liens de sa campagne avec le Kremlin étant l’objet d’un examen de plus en plus attentif, Trump se rapproche instinctivement de plus en plus de ses partisans les plus fidèles. Presque seuls parmi les principaux groupes démographiques, les évangélistes blancs sont majoritairement en faveur du mur frontalier de Trump, que certains prédicateurs assimilent aux fortifications de la Bible, comme le suggère Stewart.

En bref, c’est cela qu’a Trump – c’est ce qui « le soutient » sur le plan politique. Bolton lui donne une certaine couverture de l’Etat profond américain ; les évangélistes et les déplorables [terme utilisée par Hillary Clinton durant la campagne présidentielle pour désigner les électeurs de Trump, NdT] représentent une base qui soutient le président contre les complots visant à le démettre de ses fonctions. Une base centrale, qui ignore simplement le dénigrement versé quotidiennement sur le Président Trump.

Mais voici l’essentiel : Il existe un danger majeur dans cette organisation idéologiquement « non rationnelle ». Un danger qui nous menace tous – et qui peut expliquer l’élévation par la Russie de son « niveau de menace ». L’instinct de Trump demeure qu’un canal avec M. Poutine est essentiel. Mais la diabolisation de la Russie ne s’arrêtera pas avec la publication de l’enquête Mueller. Un nouveau récit va simplement être produit.

Les pressions exercées sur Trump par l’équipe évangélique de Bolton pour hâter la fin des temps avec une lutte apocalyptique entre le bien et le mal, peut-être liée à l’ambition du Grand Israël des sionistes chrétiens, vont inexorablement augmenter (précisément en réponse à la faiblesse et à la crise des États-Unis). Trump va-t-il maintenir le cap ? Ou bien pourrait-il offrir l’Iran, pour faire avancer le Ravissement en Dieu, (et faire plaisir à sa base) ?

Le danger majeur est que Trump ne craint pas la guerre nucléaire – du moins pas comme les générations précédentes de dirigeants américains. Car Trump a manifesté (certes avant d’assumer la présidence) un fatalisme étrange et inquiétant à propos du conflit nucléaire. Bolton manœuvrera-t-il pour exploiter cette bizarrerie ?

Nous savons que Trump se considère comme un « expert » du conflit nucléaire : dans un entretien accordé en 1984 au Washington Post, Trump a déclaré qu’il espérait devenir un jour le négociateur en chef des États-Unis avec l’Union soviétique au sujet des armes nucléaires. Trump a affirmé qu’il pourrait négocier un grand accord sur les armes nucléaires avec Moscou. Comparant l’élaboration d’un accord d’armement avec la préparation d’une transaction immobilière, Trump a insisté sur le fait qu’il avait un talent inné pour cette mission.

Dans une interview pour Playboy en 1990, Trump disait : « Je pense à l’avenir, mais je refuse de le dessiner. Tout peut arriver. Mais je pense souvent à la guerre nucléaire ». Il expliquait : « J’ai toujours pensé à la question de la guerre nucléaire ; c’est un élément très important de mon processus de réflexion. C’est l’ultime, l’ultime catastrophe, le plus gros problème de ce monde, et personne ne se concentre sur ses mécanismes. »

Cinq ans plus tard, on a demandé à Trump où il serait dans cinq ans. « Qui sait ? » a-t-il répondu. « Peut-être que les bombes tomberont du ciel, qui sait ? C’est un monde malade. Nous avons ici affaire à beaucoup de malades. Et vous avez le nucléaire et vous avez ceci, et vous avez cela ». Trump a continué d’exprimer l’idée que l’anéantissement nucléaire pourrait se profiler à l’horizon : « Oh absolument. Je veux dire, je pense que c’est la nature humaine malade. Si Hitler avait eu la bombe, vous ne pensez pas qu’il l’aurait utilisée ? Il l’aurait posée au milieu de la Cinquième Avenue. Il aurait utilisé la tour Trump, 57ème rue et 5ème avenue… et boum. »

Dans une autre interview pour Playboy – celle-ci en 2004 – Trump exprimait une fois de plus son découragement face au nucléaire. A la question, « Pensez-vous que la tour Trump et vos autres bâtiments porteront votre nom dans cent ans ? », Trump répondait : « Je ne pense pas qu’il y aura encore un seul bâtiment ici – et à moins que des gens très intelligents ne le dirigent, le monde ne sera plus le même d’ici cent ans », répondit Trump. « Les armes sont trop puissantes, trop fortes. »

Au cours du débat de l’élection présidentielle, le candidat Trump a déclaré en décembre : « Le plus gros problème que le monde a aujourd’hui n’est pas le réchauffement climatique du président Obama … Le plus gros problème que nous ayons est le nucléaire – la prolifération nucléaire – et d’avoir un cinglé, un fou quelconque qui sorte et se procure une arme nucléaire. C’est, à mon avis, le plus grand problème auquel notre pays est confronté en ce moment… Je pense – je pense que, pour moi, le nucléaire n’est que la puissance, la dévastation, c’est très important pour moi. »

« C’est ainsi que depuis des décennies, semble-t-il », écrit David Corn dans Mother Jones, « Trump est hanté par le sentiment que la guerre nucléaire est peut-être inévitable. Maintenant, il est en mesure de faire quelque chose à ce sujet ». Et, comme le faisait remarquer James Clapper, ancien directeur du Renseignement national, « [si] dans un accès de mauvaise humeur, il [Trump] décide de faire quelque chose au sujet de Kim Jong Un, il n’y a en fait pas grand-chose pour l’arrêter ». « L’ensemble du système [d’armes nucléaires] est conçu pour assurer une réaction rapide en cas de besoin. Il y a donc très peu de contrôles sur le recours à une option nucléaire, ce qui est vraiment effrayant. »

Bref, si un président américain fataliste ordonnait une frappe nucléaire tactique (et l’Amérique est actuellement en train de prendre livraison d’armes tactiques, et de s’entraîner avec ses alliés à les livrer par voie aérienne) – croyant peut-être que le recours aux armes nucléaires tactiques est inévitable et encouragé par son équipe messianique – il n’y a presque rien pour l’arrêter.

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 22-04-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Duracuir // 18.07.2019 à 07h51

Comment des adultes faits et pas tous crétins peuvent-ils se laisser aller à de telles fables. Je ne sais pas si Dieu existe et encore moins s’il aurait choisi Trump comme vaisseau des hallucinations mystique de dangereux fanatiques sectaires mais je sais que les Dieux aveuglent et rendent fous ceux qu’ils veulent abattre. Même leur Dieu à eux “j’assombrirai leur entendement pour mieux montrer ma puissance”. Je ne pourrai que recommander à ces évangélistes déments d’hubrys la sentence de Salomon le sage: “la hauteur précède la chute, l’orgueil précède la ruine”.
Quant au “mal”, je ne suis d’aucune religion du livre mais je connais assez bien celui-ci. Et bien c’est très clair, à l’aune de leurs propre critères, s’il y a un satan, ce sont bien les USA, infidéles, blasphémateurs, adulterins ( dans le sens de reniement et de tragiquouillage des valeurs), adorateurs de Mamon, assassins de masse, voleurs de peuples, et autres joyeusetés.

29 réactions et commentaires

  • Duracuir // 18.07.2019 à 07h51

    Comment des adultes faits et pas tous crétins peuvent-ils se laisser aller à de telles fables. Je ne sais pas si Dieu existe et encore moins s’il aurait choisi Trump comme vaisseau des hallucinations mystique de dangereux fanatiques sectaires mais je sais que les Dieux aveuglent et rendent fous ceux qu’ils veulent abattre. Même leur Dieu à eux “j’assombrirai leur entendement pour mieux montrer ma puissance”. Je ne pourrai que recommander à ces évangélistes déments d’hubrys la sentence de Salomon le sage: “la hauteur précède la chute, l’orgueil précède la ruine”.
    Quant au “mal”, je ne suis d’aucune religion du livre mais je connais assez bien celui-ci. Et bien c’est très clair, à l’aune de leurs propre critères, s’il y a un satan, ce sont bien les USA, infidéles, blasphémateurs, adulterins ( dans le sens de reniement et de tragiquouillage des valeurs), adorateurs de Mamon, assassins de masse, voleurs de peuples, et autres joyeusetés.

      +32

    Alerter
    • tengukarasu // 20.07.2019 à 19h16

      “Je ne pourrai que recommander à ces évangélistes déments d’hubrys la sentence de Salomon le sage: “la hauteur précède la chute, l’orgueil précède la ruine”.”

      tout est résumé et dit.

        +2

      Alerter
  • calal // 18.07.2019 à 07h58

    https://www.zerohedge.com/news/2019-07-17/sen-rand-paul-represent-trump-admin-emissary-iran

    la campagne electorale est lancee sur les chapeaux de roues aux us. La reelection de trump ou son echec est l’evenement politique mondial de l’annee 2020 et va influencer le destion de la quasi planete. D’immenses forces de propagande vont se remettre en branle face a trump: on va revivre 2016 ou tous les medias etaient contre lui. Et trump va a nouveau les demolir a coups de tweet et de coup d’echec 3d…
    Sortez le pop corn il va y avoir du spectacle…

      +11

    Alerter
    • Eric83 // 18.07.2019 à 09h39

      J’allais poster le même article qui bien entendu n’est pas relayé par les médias. Par cette initiative de Rand Paul acceptée par Trump, les néocons pro-guerre Bolton et Pompeo sont publiquement désavoués.
      Trump va-t-il, maintenant que la menace de la fable du Russiagate est retombée, drainer le marais d’une faction du Deep State ?
      Il semble que tel soit le cas et l’affaire Epstein, enterrée depuis plus de 10 ans, ressort à point nommé pour ce drainage.

        +8

      Alerter
  • Malbrough // 18.07.2019 à 09h02

    Pour ceux qui s’illusionnent encore sur Trump , c’est dramatique .
    Ce type n’est pas un homme d’état , c’est un ex spéculateur immobilier bien connu .
    Un joueur de poker .
    Et sa parole n’a aucun poids car elle n’existe pas .
    En 2016 force est de constater que les “Américains” n’avaient le choix qu’entre la peste et le choléra .(ils ne sont pas les seuls d’ailleurs).
    Ils ont élu le choléra .
    Reste à espérer que ne s’en suivra pas une guerre qui viendrait à point pour sauver “le système”.

      +8

    Alerter
    • Chris // 18.07.2019 à 10h02

      A propos d’une partie du “marais” :
      https://original.antiwar.com/mcgovern/2019/07/16/mueller-dems-scramble-as-russiagate-falls-apart/
      Mueller et Dems s’embrouillent alors que Russiagate s’effondre.

        +3

      Alerter
      • Chris // 18.07.2019 à 10h10

        Oups, c’était la réponse à Eric !

        Pour répondre à Malbrough :
        Trump n’est certainement pas le “gendre idéal”. N’empêche qu’il est mon démolisseur de l’empire préféré !
        Qu’a-t-il pu faire depuis qu’il est élu ? Pas grand chose, sinon survivre politiquement en louvoyant.
        https://www.strategic-culture.org/news/2019/07/15/mainstreyam-media-hide-skripals-connections-to-russiagate-trump-case/
        Le contexte historique de toute cette affaire – à la fois Skripal et Trump-Russiagate – est évident: le MI6 est l’équivalent britannique de la CIA américaine. C’était la CIA d’Obama . Il s’agissait d’une campagne de désinformation menée par le MI6 et la CIA, prolongement de la participation d’Obama (et du gouvernement britannique) à la décision du président américain GHW Bush, le 24 février 1990, de poursuivre la guerre froide jusqu’à ce que la Russie soit balayée, contrôlée par le gouvernement.

          +7

        Alerter
        • Chris // 18.07.2019 à 10h15

          Il n’empêche que ce “joueur de poker”, “spéculateur immobilier”, (chez nous on dit “promoteur immobilier”), a compris ça.
          Voici sa politique étrangère :
          «Je pense que le monde est différent aujourd’hui et que nous ne devrions plus construire de nation», a déclaré Trump. «Je pense qu’il a été prouvé que cela ne fonctionnait pas et que notre pays était différent de ce qu’il était à l’époque.
          Nous avons une dette de 19 billions de dollars. Nous sommes assis, probablement, sur une bulle. Et c’est une bulle que si ça casse, ça va être très méchant. Je pense juste que nous devons reconstruire notre pays. ”
          Il a ajouté: «J’ai regardé pendant que nous construisions des écoles en Irak et elles explosent. On en construit un autre, on se fait exploser. Nous le reconstruisons trois fois et pourtant nous ne pouvons pas construire une école à Brooklyn. Nous n’avons pas d’argent pour l’éducation parce que nous ne pouvons pas construire dans notre propre pays. À quel moment dites-vous: “Hé, nous devons prendre soin de nous-mêmes?” Donc, je sais que le monde extérieur existe et je vais en être très conscient. Mais dans le même temps, notre pays est en train de se désintégrer, de grandes parties de celui-ci, en particulier les centres-villes ».

            +12

          Alerter
          • Malbrough // 18.07.2019 à 16h01

            Les USA construiraient des écoles en Irak ?
            D’abord mieux aurait fallu ne pas les détruire …
            Ensuite les USA comptent sur le pétrole pour se payer sur la bête , en tout .
            Triste histoire , avec des centaines de milliers de morts à la clé .

              +9

            Alerter
  • Kokoba // 18.07.2019 à 09h49

    Il existe différente manières d’analyser la situation géopolitique.
    Différents points de vue permettent d’avoir des analyses plus ou moins efficaces.

    Par exemple, le pétrole est un angle de vue très simple mais qui permet de comprendre déjà beaucoup de choses sur la situation internationale.
    Le grand jeu est un angle de vue plus élaboré mais aussi plus efficace.

    Aujourd’hui, il faut bien constater que le Grand Israel, les évangélistes, la Nouvelle Jérusalem représentent un angle d’analyse particulièrement fécond.
    En d’autre terme, la politique étrangère Américaine (qui décide pour bonne partie de l’etat du monde) est dirigée principalement par le fanatisme religieux.

    Cela n’a pas toujours été le cas.
    Autrefois, la lutte contre le communisme était le critère principal.
    Il s’agissait aussi d’idéologie mais ce n’était pas une idéologie religieuse.

    L’alliance évangélistesUS/Israel pour la création d’un nouvel ordre au Moyen Orient et l’avènement du Grand Israel n’augure rien de bon.

    De manière très concrète, on peut lister les actions de Trump dans ce sens :
    – Transfert de l’ambassade US à Jerusalem
    – reconnaissance de Jerusalem comme capitale d’Israel
    – reconnaissance de la souveraineté d’Israel sur le Golan
    – tentative de destruction et partition de la Syrie (contré par la Russie et l’Iran)

    Suite prochain épisode avec la réelection de Trump

      +14

    Alerter
  • Shock // 18.07.2019 à 10h27

    “Nous avons ici affaire à beaucoup de malades.” Trump dixit.

    La colombe c’est lui. Mais pourquoi donc a-t-il nommé des sociopathes tels que Bolton, Pompeo et Haspel, dont la place serait plutôt à l’asile. Ne pas oublier qu’il a été élu contre quelqu’un qui voulait la guerre contre l’Iran.

    A méditer:
    https://heavyeditorial.files.wordpress.com/2016/11/2016-exit-polls-did-hillary-clinton-win-presidential-election-voter-fraud-lose-rigged-donald-trump-results.jpg?quality=65&strip=all&strip=all

      +5

    Alerter
  • max // 18.07.2019 à 10h58

    USA, Iran Israël Arabie Saoudite) c’est la guerre au nom de Dieu, le tragique est que c’est le même Dieu.
    C’était déjà une situation similaire du temps de Reagan et Khomeiny : https://www.ina.fr/video/4628528001/
    https://www.bing.com/videos/search?q=trente+ans+de+guerre+au+nom+de+dieu&&view=detail&mid=5140BB41312FDDADD8DB5140BB41312FDDADD8DB&&FORM=VRDGAR
    Ce qui est inquiétant est qu’aujourd’hui les risques sont encore plus grands qu’avant.

      +3

    Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 18.07.2019 à 11h08

    [modéré] faut reconnaitre que ça sent le souffre. quand a savoir si ceux qui gouvernent sont complètement c.. ça ne fait aucun doute , tout simplement parce que c’est la maladie la plus répandue . Qu’il n’y a pas besoin d’être intelligent pour prendre un quelconque pouvoir il suffit juste de ne pas avoir de scrupule . A partir de là tous aux abris …

      +2

    Alerter
  • Myrkur34 // 18.07.2019 à 11h19

    En fait on en revient toujours à la même chose aux states, seul les wasps ont le droit de cité, de parler, de se revendiquer américain. Les autres même nés aux usa, seront toujours des étrangers, des envahisseurs ou carrément la 5ième colonne si on écoute les derniers aboiements de Trump.
    Alors lire en plus toutes ces bêtises évangéliques, çà laisse sans voix. Si les électeurs américains (les 50% d’abstentionnistes de chaque élection présidentielle) ne sont pas capables de faire la part des choses et de faire comme nous, c’est à dire voter contre “les cinglés et les sadiques”, et bien tant pis pour ce pays mortifère et métastasant au possible.
    Je dis çà, mais Trump ou Hillary Clinton, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Donc je crois qu’il est vraiment temps de se retirer dans un coin perdu et faire pousser ses légumes en admirant la nature survivante.

      +2

    Alerter
    • Michael // 19.07.2019 à 11h21

      Hum. On est pas exactement bien placé pour parler de voter contre « les cinglés et les sadiques », vu ce qu’on a à la tête de notre propre gouvernement. Macron/Le Pen, ça aussi, c’était du banc bonnet et bonnet blanc.

        +4

      Alerter
  • Alain // 18.07.2019 à 11h45

    Le cinglé, le fou dont Trump parle est à ses côtés: Bolton. Pour être logique il devrait le mettre hors d’état de nuire

      +3

    Alerter
  • christian gedeon // 18.07.2019 à 11h48

    Allons bon…la guerre nucléaire maintenant parce que Trump serait fatalisto-évangélique. Que Bolton et Pompeo soient des va-t- en guerre impénitents,personne n’en doute. Mais que diable(si j’ose),il me semble que sous Hillary Clinton l’intervention en Syrie aurait déjà eu lieu et même pire si affinités. L’obsession iranienne reste pour le moment une obsession pleine de frustrations pour les deux quidam dont il s’agit,et paradoxalement,plus on en parle,moins il se passe de choses sur le terrain. M. Crooke devrait observer plus finement ce qui se passe au Yémen,où les positions sont quasi figées,en dépit du missile qui a touché un aéroport saoudien.Il devrait aussi observer plus finement le fait que Hassan Nasrallah a rapatrié au Liban l’essentiel ou presque des combattants du Hezbollah. et que la poche d’Idleb est toujours…la poche d’Idleb,à ce jour. Je pense certainement qu’Us et Russie sont en train de chercher la voie de l’apaisement,malgré les rodomontades. Et que ni l’un ni l’autre ne risquera une guerre et encore moins nucléaire pour un moyen orient qui présente de moins en moins d’intérêt pour l’un comme pour l’autre. Les russes ont leurs bases de Tartous et de Hmeimim,les Us sont en Arabie et dans les émirats,et je doute très fort que Netanyahou ou les reborn aient la capacité d’amener les US et la Russie à faire ce que ni l’un,ni l’autre ne veut faire.

      +9

    Alerter
  • Ecofil // 18.07.2019 à 12h45

    Le messianisme installé au pouvoir aux Etats-Unis est bien inquiétant, quel que soit d’ailleurs les partis situés derrière, républicains et démocrates n’ayant rien à s’envier dans ce domaine. Lorsqu’on traite de cinglés les fous de Dieu et plus particulièrement d’Allah, on se rend compte que les américains, dans le genre, ne font pas beaucoup mieux et sont donc aussi dangereux par cette conception nulle et faussée du monde. La religion est-elle dans ses conception extrémiste en train de détruire ce monde, c’est probable, car lorsqu’il n’y a plus de barrière pour s’y opposer et que les certitudes foireuses de ceux qui nous dirigent restent leur seul objectifs, on ne voit pas comment on pourrait s’y opposer. Le pire c’est qu’il possède « l’Arsenal » en complicité avec les militaires et autres experts qui manifestement devraient être ‘obligés’ de regarder en boucle chaque jour « Dr Folamour » chef d’oeuvre du genre, où il pourraient indubitablement reconnaître leurs délires les plus profonds…!!!??

      +2

    Alerter
    • calal // 18.07.2019 à 19h11

      marrant ,parmi vos fous religieux vous citez deux religion du livre sur trois… Laquelle manque?

        +5

      Alerter
      • Ecofil // 18.07.2019 à 22h05

        Je vois très bien ce que vous voulez dire. Par contre ça n’est pas volontaire, juste qu’au niveau de la déraison et de la manipulation, celle que je cite est particulièrement douée. De toute manière, pour moi, toute les religions sont à mettre dans le même panier, à partir du moment où elles servent à utiliser, exploiter et instrumentaliser la bêtise et la faiblesse humaine…!!!??

          +4

        Alerter
      • septique // 19.07.2019 à 03h17

        L’hindouisme…800 millions de pratiquants…l’obscurantisme au sommet…des fanatiques plus dangereux les uns que les autres..eux aussi ils ont un livre, écrit il y a 4000 années.

          +2

        Alerter
      • Seraphim // 20.07.2019 à 07h41

        Il n’y a que deux “religions du livre”. Le christianisme n’est pas une religion du livre. C’est celle d’une personne. C’est un amalgame et un abus de langage que de la ranger avec les deux autres. Il y a des événements consignés dans des livres oui, des mémoires. Mais à la limite, si ces livres étaient perdus, ça ne changerait rien. Le bouddhisme aussi bien sûr a ses livres, ses règles, etc. Ça n’est pourtant pas une religion du livre! Pour le christianisme, idem.

          +0

        Alerter
        • Sam // 20.07.2019 à 23h08

          Le livre de la loi (le livre en question) c’est les cinq premiers livres de la bible, la loi de dieu. Le catholicisme est plus centré sur les évangiles, certes, mais reconnait malgré tout l’autorité de ce livre.
          Pour les protestants, c’est pire.
          Du coup, le christianisme est bien une religion du livre, hélas…

            +1

          Alerter
  • Calal // 18.07.2019 à 14h27

    Ça me fait marrer tous ces gens qui croient qu’une religion fait bouger encore quelque chose en occident alors que la banque,l’argent,le crédit et l’avidité gouverne tous les actes…

      +4

    Alerter
    • Subotai // 18.07.2019 à 18h50

      Pas une religion, Calal, des CROYANCES.
      Si vous voulez comprendre les USA regardez “The Vietnam War” de Ken Burns et Lynn Novick.
      https://www.youtube.com/watch?v=G9pIuCu-YpM
      10 épisodes. Excellent documentaire. Plus d’inédits et de documents déclassifiés. Ce qui c’est fait de mieux sur le sujet.
      C’est stupéfiant!
      Stupéfiant de voir comment, tout en sachant qu’ils allaient se prendre une peignée, ils n’ont pas pu ne pas y aller. Les Croyances!
      Et vous verrez qu’ils n’ont toujours rien compris.

        +4

      Alerter
  • RV // 18.07.2019 à 16h25

    Pour ma part je ne comprends pas comment on peut encore écrire :
    …/… Et maintenant que Mueller n’a pas trouvé la moindre chose… …/…
    et
    …/… L’enquête inutile de Robert Mueller étant terminée …/…
    __________________________________________________
    extrait du rapport Mueller :
    https://www.nytimes.com/interactive/2019/04/18/us/politics/mueller-report-document.html?module=inline
    Vol. 1, page 1
    …/… Comme indiqué en détail dans le présent rapport, l’enquête du Conseiller spécial a établi que la Russie s’était ingérée dans l’élection présidentielle de 2016 principalement par deux opérations. Tout d’abord, une entité russe a mené une campagne de médias sociaux qui a favorisé le candidat à la présidence Donald J. Trump et dénigré la candidate Hillary Clinton. Deuxièmement, un service de renseignement russe a mené des opérations d’intrusion informatique contre des entités, des employés et des volontaires qui travaillaient à la campagne Clinton, puis a divulgué des documents volés. L’enquête a également identifié de nombreux liens entre le gouvernement russe et la Campagne Trump. …/… (traduction automatique de DeepL)

      +0

    Alerter
  • septique // 19.07.2019 à 03h15

    Alastair Crooke…Crook en anglais signifie une personne qui ment, malhonnête…un escroc.

    Une suite d’histoires à dormir debout…Le Congrès américain vient de passer une résolution (au grand déplaisir de Bolton et compagnie) qui INTERDIT à Trump de démarrer une guerre en Iran sans l’accord préalable du Congrès.

    De plus Rand Paul (le fils Ron Paul) avec l’accord de Trump a été chargé de mission auprès des Iraniens. Rand Paul, sénateur, est contre les interventions extérieures, contre l’invasion de l’Irak, contre l’intervention américaine au Yemen, etc…comme son père Ron Paul.

    Presque seuls parmi les principaux groupes démographiques, les évangélistes blancs sont majoritairement en faveur du mur frontalier de Trump dixit Crooke…

    Ceci est le contraire de tous les sondages effectués et surtout dans les états du sud (Texas, Arizona, New-Mexico, etc..) et la majorité de l’électorat de Trump est pour ces mesures (et aussi la reconduction des immigrants illégaux à la frontière).

      +2

    Alerter
  • Seraphim // 20.07.2019 à 08h42

    Si on les lis attentivement, si on les relie aussi à leur contexte, ce qui précède et ce qui suit, les déclarations de Trump montre une cohérence claire et constante, qui n’est pas celle d’être “prêt à utiliser les armes nucléaires si nécessaire”, mais plutôt l’exact contraire: il veut empêcher qu’on les utilise! Quitte à faire croire qu’il y est prêt comme il a fait avec la Corée du nord, tout de même bien désamorcée au bout du compte. Les vrais détonateurs sont des personnes, d’où son action constante à les rapprocher de lui précisément pour les désamorcer. D’ailleurs c’est ce que ses adversaires ont senti chez lui: l’envie authentique de se débarrasser de cette menace. C’est en cela qu’ils le croient dangereux, car il pourrait désarmer l’Amérique, ce qu’ils ne veulent surtout pas. Kennedy voulait la meme chose en fait. La relative perversion que Trump utilise dans sa technique (communication, nominations) est d’ailleurs utilisée contre lui (Russiagate, “échec” en Corée, Iran). Il veut emmener les va-t-en guerre la ou ils ne veulent pas. Idem pour lui, on l’emmène à l’exact opposé de ce qu’il veut. Mais c’est quand même lui qui a le pouvoir. Pour l’instant.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications