Bon, c’est un article du Figaro orienté (du mois dernier), mais c’est intéressant…

Le ministre de l’Économie souhaite plutôt que les entreprises investissent et embauchent, suivant en cela l’exemple allemand.

Le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, s’en est vivement pris jeudi à la «préférence» des entreprises françaises pour la hausse des salaires et des dividendes plutôt que pour l’emploi et l’investissement. «Si je compare la France à l’Allemagne en disant “quel a été notre problème?”, c’est une préférence continue pour une augmentation des salaires et des dividendes, là où les Allemands ont une préférence continue pour l’emploi et l’investissement», a-t-il lancé aux 3000 participants du 69e Congrès des experts-comptables organisé à Lyon. «C’est la vérité des chiffres», a-t-il ajouté, citant l’exception des entreprises familiales, particulièrement nombreuses en région lyonnaise, qui «peuvent dans la durée ne pas se servir de dividendes, et ont fait ce choix un peu à l’allemande».

Ces exemples sont encore trop rares aux yeux du ministre. «Beaucoup d’entreprises plus larges ont préféré servir des dividendes à l’investissement. Elles ont préféré, parce que c’est notre forme de consensus social et c’est notre responsabilité là aussi, augmenter les salaires de ceux qui avaient un emploi, largement au-dessus de l’inflation plutôt que d’embaucher», a-t-il constaté.

Pour le ministre de l’Économie, «si nous continuons indéfiniment à défendre ceux qui ont un emploi et ceux qui ont des actions, ça n’est pas comme ça que nous mènerons ce pays plus loin», a-t-il ajouté, sous les applaudissements nourris de son auditoire. Emmanuel Macron a par ailleurs indiqué que des précisions seront apportées «dans les prochaines semaines» sur la réforme des professions réglementées dans le cadre du projet de loi «pour la croissance» lancé par son prédécesseur Arnaud Montebourg, et qui devait redonner 6 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux Français.

Source : le Figaro, 8/10/2014

==========================================================================

Vous êtes prévenus !

“Je crois qu’Emmanuel Macron a tout à fait le talent pour être présidentiable un jour” a affirmé Jacques Attali :

Alors cadeau : Problème mathématique pour un énarque :

  • 2 900 000 entreprises en France
  • dont 5 000 entreprises de plus de 250 salariés

Alors quand les entreprises de moins de 250 salariés ont 0,3 % de pouvoir d’achat à distribuer à leurs salariés, elles font comment ? Une boite de 50 salariés doit embaucher 0,3 % x 50 salariés = 15 % de salarié ? Donc elles embauchent une jambe gauche ?

Merci M. le ministre !

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

49 réponses à [Reprise] Macron critique les entreprises qui augmentent les salaires

Commentaires recommandés

theuric Le 15 novembre 2014 à 02h50

Pauvre Jacques Attali, défenseur de l’Union-Européenne et, dès lors, de l’orthodoxie néolibérale étasunienne, lui, anciennement ami de Coluche, lui, chantre de la sociale-démocratie, lui, si intelligent, lui, anciennement conseillé de François Mitterrand parce que ce dernier ne comprenait rien à l’économie et qui, aujourd’hui, s’égare dans des considérations oiseuses, s’égare dans une pauvre idéologie moribonde, s’égare dans un monde en perdition qui n’en fini plus de mourir et à qui il tente de redonner quelque force en un bouche à bouche dérisoire de paroles insensées.
Les autres?
Quels autres?
Entre ceux qui font semblant de suivre le courant en comprenant l’affaire et se taisent par vice ou par ruse, ceux qui ne comprennent rien et ânonnent religieusement encore et encore les mêmes sermons en exhortations incantatoires inutiles et dangereuses, ceux qui jouent et rusent dans l’espoir de gagner quelques picotins dans la fange boueuse que peut être la fin d’un monde, ceux qui se réfugient dans la fuite en avant dans leur crainte angoissée de pouvoir comprendre que ce qu’ils font ne mène qu’à la ruine de tous, ceux, enfin, qui essaient d’écoper ce flot de flotte entrant dans les béances abyssales des crédits infini que peut être ce navire qu’est l’économie-monde qui coule devant nos yeux écarquillés d’angoisse à peine pensé, à peine conscient.
Ainsi Monsieur Attali rêve toujours de ce jardin d’Éden promis et juré par les Dieux Dollar, Maison-Blanche et Wall Street, ce nouvel et ridicule Olympe aux multiples étoiles d’une bannière creusant sa propre tombe.
Pauvre Monsieur rêvant de sauver le monde, lui qui, de ses propositions, ne fait qu’en précipiter la perte.
L’intelligence est fragile parce qu’elle peut facilement s’égarer.

  1. vérité2014 Le 15 novembre 2014 à 02h12
    Afficher/Masquer

    Je ne sais ou poster ceci car cela concerne NOS Salaires ou ce qu’il en reste…et l’Ukraine.

    Il faut ABSOLUMENT empêcher ceci:

    Le président ukrainien Piotr Porochenko espère que le nouveau parlement et le nouveau gouvernement vont accélérer la réalisation des conditions pour mettre en place un régime sans visas entre l’Union européenne et l’Ukraine.

    Porochenko a fait cette déclaration lors d’une rencontre avec le vice-président de la Commission européenne sur les questions de l’énergie Maroš Šefčovič à Kiev ce vendredi.

    A partir du 1er juillet 2013, l’Ukraine a simplifié le régime de visas avec l’UE. Désormais, Kiev veut introduire une libre circulation avec l’UE, avec l’espoir de faire partie de l’UE à long terme. Selon les pronostics des experts, en cas de l’abolition des visas, le nombre de migrants illégaux vers l’UE va quadrupler.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_11_14/Porochenko-espere-que-l-UE-va-supprimer-les-visas-avec-l-Ukraine-1052/


    • kenshir1 Le 15 novembre 2014 à 22h31
      Afficher/Masquer

      Pas besoin de visa pour l’Ukraine et depuis longtemps. J’y suis allé plusieurs fois depuis 2008, et le simple passeport français (zone Schengen) suffit.
      Mais c’est sûr que les Ukrainiens voient l’UE comme un mirage, la solution à tous leurs problèmes.
      Les ukrainiens sont très travailleurs, ils prendront la place des polonais pour des salaires encore moindre. Une main d’oeuvre à bas coût, le rêve de Merkel…


  2. theuric Le 15 novembre 2014 à 02h50
    Afficher/Masquer

    Pauvre Jacques Attali, défenseur de l’Union-Européenne et, dès lors, de l’orthodoxie néolibérale étasunienne, lui, anciennement ami de Coluche, lui, chantre de la sociale-démocratie, lui, si intelligent, lui, anciennement conseillé de François Mitterrand parce que ce dernier ne comprenait rien à l’économie et qui, aujourd’hui, s’égare dans des considérations oiseuses, s’égare dans une pauvre idéologie moribonde, s’égare dans un monde en perdition qui n’en fini plus de mourir et à qui il tente de redonner quelque force en un bouche à bouche dérisoire de paroles insensées.
    Les autres?
    Quels autres?
    Entre ceux qui font semblant de suivre le courant en comprenant l’affaire et se taisent par vice ou par ruse, ceux qui ne comprennent rien et ânonnent religieusement encore et encore les mêmes sermons en exhortations incantatoires inutiles et dangereuses, ceux qui jouent et rusent dans l’espoir de gagner quelques picotins dans la fange boueuse que peut être la fin d’un monde, ceux qui se réfugient dans la fuite en avant dans leur crainte angoissée de pouvoir comprendre que ce qu’ils font ne mène qu’à la ruine de tous, ceux, enfin, qui essaient d’écoper ce flot de flotte entrant dans les béances abyssales des crédits infini que peut être ce navire qu’est l’économie-monde qui coule devant nos yeux écarquillés d’angoisse à peine pensé, à peine conscient.
    Ainsi Monsieur Attali rêve toujours de ce jardin d’Éden promis et juré par les Dieux Dollar, Maison-Blanche et Wall Street, ce nouvel et ridicule Olympe aux multiples étoiles d’une bannière creusant sa propre tombe.
    Pauvre Monsieur rêvant de sauver le monde, lui qui, de ses propositions, ne fait qu’en précipiter la perte.
    L’intelligence est fragile parce qu’elle peut facilement s’égarer.


    • jducac Le 15 novembre 2014 à 19h10
      Afficher/Masquer

      @ theuric Le 15 novembre 2014 à 02h50

      L’intelligence est fragile parce qu’elle peut facilement s’égarer.

      Il n’est pas besoin d’avoir atteint le niveau d’intelligence permettant de faire Polytechnique ni même l’ENA pour comprendre ce que dit un ministre de l’économie qui place l’économie au dessus de l’idéologie aveugle.

      Il est évident que lorsqu’un pays n’arrive pas à équilibrer ses recettes et ses dépenses, ni son commerce extérieur, ce qui l’oblige à emprunter, c’est parce qu’il ne produit pas autant de richesses qu’il en consomme. En conséquence, il lui faut produire plus à moindre coût pour pouvoir vendre, y compris à sa propre population qui, sans cela, est tentée d’acheter les productions étrangères moins chères que celles produites nationalement.

      L’abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans et le paiement des 35h pour le même salaire que 39h sont allés à l’opposé de ce que faisaient nos voisins.
      Cela nous a amené le chômage, l’endettement, la ruine de notre industrie, le désespoir des entrepreneurs qui s’expatrient, tout comme les plus brillants de nos jeunes, diplômés ou non.


      • Eric Le 16 novembre 2014 à 00h07
        Afficher/Masquer

        Post affligeant Jducac
        Comme si l’économie ( à ne pas confondre avec la seule finance, et je rappelle au passage que Macron était banquier, par surcroit dans une banque d’affaires) échappait à l’idéologie et était une science exacte. Le constat est une chose, l’analyse des causes et des éventuelles solutions une autre.


      • Bouddha Vert Le 16 novembre 2014 à 01h14
        Afficher/Masquer

        Bonsoir,

        Et si ce gouvernement passait la semaine à 45h payées 35h jusqu’à 67 ans, croyez vous que le chômage va augmenter ou baisser?
        A qui a profité l’endettement?
        La ruine de nos industries nationales face à une main d’oeuvre sous payée, sans droits où l’on fini par y déporter nos sites industriels avec qui pour bénéficiaire?
        Les entrepreneurs devraient être plus richement représentés que par le seul MEDEF qui défend quels intérêts?
        Quant à notre jeunesse… elle hérite de tout cela.

        Vous voyez, on est comme vous, pas content.


        • Eric Le 16 novembre 2014 à 09h30
          Afficher/Masquer

          Mais nul ne doute qu’en accord avec ses convictions chevillées au corps, mais aussi dans l’intérêt de l’économie de son pays la France, il va de ce pas aller implorer auprès de son patron d’aligner son salaire sur la salaire moyen ukrainien, ou s’aligner sur le salaire moyen d’un patron ukrainien s’il est lui-même patron. Il s’excuse de ne pas l’avoir fait plus tôt, il n’y avait pas encore pensé l’étourdi 🙂


          • Eric Le 16 novembre 2014 à 10h08
            Afficher/Masquer

            Et j’ajoute que le gros angle mort de ce genre de ” raisonnement ” à la serpette est celui des frontières et donc des taxes douanières. C’est sûr que si l’on abaisse toutes les formes de protection, il ne faut pas s’étonner après de ne plus l’être, protégé 🙂


      • ril Le 16 novembre 2014 à 09h39
        Afficher/Masquer

        Partie 13 du traité de Versailles, ils avaient déjà compris que la course à l’échalote par le bas mène à la guerre, d’où création de l’OIT :

        http://www.ilo.org/public/french/bureau/leg/download/partxiii-treaty.pdf


      • steve Le 16 novembre 2014 à 17h58
        Afficher/Masquer

        Vos post Jducac sont hallucinants de doxa ambiante… si c’est pour poster ca il existe le figaro ou libé… calcul de base: si les 35h et la retraite à 60 vous coute 20% plus cher qu’un gus qui bosse 38h et part à 66 ans. Et que l’on prend comme hypothese un produit ou la part main d’oeuvre est de 30%. Le surcout 35h+60. ans vous coute 20%×30%=6%… par rapport à un tx de change surevalué de 20% qui est du direct en prix produit, et je ne rajoute meme pas le fait de ne pouvoir mettre des droits de douane vis a vis de pays moins regardant socialement et ecologiquement. Votre proposition de retour au moyen age economique rapporte que dalle, nada. Si en plus vous comptez faire regresser le chomage en faisant bosser les vieux plus longtemps, la je suis demuni


      • Fred Le 19 novembre 2014 à 18h23
        Afficher/Masquer

        Bon, les réformes Schröder ont créé des milliers d’emplois précaires en Allemagne, mais c’est vrai ils ne sont pas au chômage.
        https://www.youtube.com/watch?v=U99-rw8Yiss
        Et pendant ce temps là tous les pays européens consommaient allemand en d’autre termes ils ont profité de la croissance des autres pays, mais aujourd’hui c’est fini…
        Les saisonniers roumains polonais et hongrois employés dans l’agriculture allemande ne seront pas payé au Smic allemand tout de suite puisque l’Allemagne a demandé une dérogation, histoire de pouvoir un peu plus faire du dumping social pour continuer à garder la tête hors de l’eau.
        Quant au chômage de masse il semblerait que la cause soit un peu différente, voir la première explication du lien suivant, je ne sais pas ce qu’en pense Olivier;
        https://www.youtube.com/watch?v=fEwCJEbJ9Pc


    • olivier69 Le 16 novembre 2014 à 12h26
      Afficher/Masquer

      Bonjour Theuric
      Mr Attali n’a rien de pauvre, il a un but, et il est déterminé. Une orthodoxie mondialiste raciste…C’est notre tombe qu’ils veulent creuser.
      Cdlt
      ps : Vous êtes en train de nous dire que vous allez prendre le premier, le fusil ? C’est étrange, j’avais bien cru comprendre le contraire….


  3. Van Le 15 novembre 2014 à 03h36
    Afficher/Masquer

    au contraire ta bien mis le doigt sur la connexion : rien de mieux quun bon dumping social ukrainien (salaire moyen 200 euro ) pour maintenir les salaire bas en france , cest pas pour rien que le gouvernement dans le quelle est macron signe des accords avec l’Ukraine .

    Ps olivier berruyer lavait signalé http://www.youtube.com/watch?v=3_ijU9fPy6g


  4. Abemus Le 15 novembre 2014 à 05h55
    Afficher/Masquer

    Et Gattaz aimerait bien que les entreprises puissent licencier sans avoir à se justifier…

    http://www.challenges.fr/economie/20141031.CHA9708/gattaz-president-du-medef-veut-permettre-de-licencier-sans-justifier.html


  5. Casquette Le 15 novembre 2014 à 10h35
    Afficher/Masquer

    Quel manque de coordination vraiment , tout est fait pour maintenir une inflation basse et ces fichus patrons continuent de redistribuer comme si de rien n’était !
    Au passage , c’est quand même significatif de voir que pour notre ministre les versements des salaires et des dividendes procèdent du même mouvement (ou de la même contrainte).
    Quitte à copier la politique allemande et militer pour la candidature de Macron aux présidentielles ,pourquoi ne pas sauter une étape en nommant directement un politicien allemand à l’Elysée ?


  6. Aspietoyendefrance Le 15 novembre 2014 à 10h47
    Afficher/Masquer

    Un point qu’ emmanuel macron n’aborde jamais: la frilosité de nos banques pour distribuer du crédit et des découverts autorisés.Pourtant l’argent n’a jamais été aussi bas en 2010,par rapport aux taux pratiqués avant le passage à l’euro et durant l’ère Trichet.

    12% de l’argent émis par la banque centrale européenne est réinvestie dans l’économie réelle.

    Je rappelle aussi une chose: la déflation fut une politique monétaire appliquée par la république de weimar jusqu’en 1929. La suite vous la connaissez très bien.

    Certes la population ne bouge pas trop et s’accroche au peu qui lui reste mais l’histoire démontre que les français et les françaises peuvent se révolter contre leur classes dirigeantes lorsque la situation est insupportable.

    Gattaz veut licencier,on met au régime sec l’armée.

    Charles de Gaulle est vraiment salit.


  7. stf Le 15 novembre 2014 à 11h03
    Afficher/Masquer

    il y a toujours pire. macron peut tres bien faire ca aussi. on doit lui être reconnaissant de ne pas y avoir pensé (encore)

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/13/royaume-uni-un-statut-tres-precaire-fait-polemique_3460688_3234.html


    • harvest Le 15 novembre 2014 à 14h40
      Afficher/Masquer

      “Zero hours contract” ! Ce n’est pas que je croyais avoir tout vu, mais là quand même, ça s’accélère: on plus très loin du journalier qui attend chaque matin à la porte de l’employeur !
      Jusqu’où les gens courberont-ils l’échine ? Espérons que “l’insurrection qui vient” ne tarde plus trop.


  8. Agnès Le 15 novembre 2014 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Hé bien, je suppose qu’après consultation avec les partenaires sociaux, Macron acceptera un compromis, moitié/moitié : on pourra continuer à augmenter les dividendes, mais en contrepartie on diminuera les salaires.


  9. Grim Le 15 novembre 2014 à 12h06
    Afficher/Masquer

    Quand ces énarques comprendront que les entreprises n’investissent pas pour le plaisir mais parce qu’elles ont des débouchés on aura fait un énorme pas en avant, ils sont vraiment dans le dogmatisme et l’incantation ça devient vraiment aberrant

    Quand aux dividendes, la plupart des entreprises sont des petites entreprises donc ne sont pas trop concernées


  10. ril Le 15 novembre 2014 à 14h00
    Afficher/Masquer

    C’est Mitterrand, conseillé par Attali entre autres, qui a échangé la réunification allemande contre l’Euro tel qu’il est, c’est à dire un truc totalement bancale dont l’Europe paye le prix très cher. Macron n’a jamais créé ni géré une boite, il n’est même pas économiste et c’est lui le poulain d’Attali…


  11. TC Le 15 novembre 2014 à 14h06
    Afficher/Masquer

    Macron, c’est l’incarnation du socialisme français (du moins ce qu’il en reste) version libérale, ce que l’on appelle vertueusement social-démocratie, l’Allemagne étant toujours érigée dans les discours comme LE modèle européen incontournable.

    Paupériser ceux qui bénéficient encore d’un emploi stable et payé à peu près correctement (si on considère que le salaire médian en France est correct), c’est la stratégie qui a été appliquée en Allemagne avec les fameuses “réformes structurelles” mais le résultat, c’est que s’il n’existe presque plus de chômage en effet, un travailleur sur cinq est un travailleur pauvre.

    En fait, les dirigeants Français sont jaloux de leurs homologues Allemands qui ont su camoufler l’échec de la politique économique libérale en transformant leurs chômeurs en travailleurs pauvres, corvéables à merci. Le miracle allemand (et des pays comme les USA ou l’Angleterre) n’est qu’une énorme escroquerie.


    • harvest Le 15 novembre 2014 à 14h42
      Afficher/Masquer

      Vous écrivez “en transformant leurs chômeurs en travailleurs pauvres”, vous auriez pu écrire “en transformant leurs chômeurs et nombre de leurs travailleurs en travailleurs pauvres”


    • ril Le 15 novembre 2014 à 15h03
      Afficher/Masquer
      • Pascalcs Le 15 novembre 2014 à 16h24
        Afficher/Masquer

        En PPA la Chine est première puissance économique mondiale.


      • TC Le 15 novembre 2014 à 17h16
        Afficher/Masquer

        @Ril : Comme c’est facile !

        D’une part, avec une moyenne on croit toujours pouvoir faire une démonstration mais elle ne reflète jamais les fortes inégalités qui peuvent exister et d’autre part, le PIB est sujet à caution comme mesure fiable de la richesse d’un pays, sachant qu’on peut y rentrer tout et son contraire (par exemple, l’ajout dernièrement dans son calcul des dépenses de R&D).


        • ril Le 15 novembre 2014 à 17h42
          Afficher/Masquer

          Gini France vs Allemagne

          http://i.imgur.com/QGz4Jo2.png


        • ril Le 15 novembre 2014 à 17h46
          Afficher/Masquer

          Selon les sources Eurostat, le taux de pauvreté [1] allemand s’est rapproché de celui constaté en France après un pic en 2007, deux ans après la fin des réformes Hartz. Loin du charnier ultralibéral décrit par les contempteurs du modèle allemand, la pauvreté outre-Rhin a reflué ces dernières années, pour redevenir proche de celle constatée en France.

          http://leplus.nouvelobs.com/contribution/981635-pauvrete-et-inegalites-la-situation-sociale-en-allemagne-proche-de-celle-de-la-france.html


        • ril Le 15 novembre 2014 à 18h18
          Afficher/Masquer

          Donc moyenne PPA plus élevée et Gini plus bas en DE qu’en FR.


        • ril Le 15 novembre 2014 à 19h30
          Afficher/Masquer

          RDA 16 millions allemands à faible PPA lors de la réunification, si fait pareil en France, que se serait il passé ?


        • ril Le 15 novembre 2014 à 20h46
          Afficher/Masquer

          Plus de 2 fois plus de SDF en FR qu’en DE.

          Rapporté à la population française, cela donne un taux de 52 SDF pour 100 000 habitants, bien loin devant l’Espagne (26), la Belgique et l’Allemagne (22) et l’Angleterre (19). La Pologne (16) et la Finlande font meilleure figure.

          http://fr.myeurop.info/2011/01/13/les-chiffres-des-sdf-en-europe-1088


      • Christophe Vieren Le 15 novembre 2014 à 18h42
        Afficher/Masquer

        J’aurais préféré démentir ce qu’écrit Ril car beaucoup de chose ne me plaise pas en Allemagne (loi Hartz en particulier) mais c’est un fait que même du point de vue de l’IDH corrigé des inégalités, l’Allemagne (6e) est 14 places devant la France (20e) et l’écart semble s’accroître. Parmi les 4 indicateurs qui composent l’IDH corrigé des inégalités Il n’y a que sur l’espérance de vie que la France arrive (légèrement) devant l’Allemagne (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_IDH).

        Maintenant les raisons de ce succès sont peut-être à rechercher ailleurs que sur la législation sur le travail :
        1) spécificités du capitalisme Rhénan dont la codétermination (salariés = 1/3 du CA pour entreprise entre 500 et 2000, 1/2 au dessus). A ce sujet le docu Mittal, la face cachée de l’empire est très éclairant : vente à Mittal puis fermeture de sites sidérurgiques en France quelques années après. Maintien sous capitaux allemands outre Rhin et maintien d’une sidérurgie très performante encore en 2014.
        2) Secteurs très porteurs liés au développement des BRICS : machines outils ;
        3) Secteurs très porteurs liés au développement des inégalités dans le monde – y compris dans les brics : voitures de luxe (en France d’ailleurs l’industrie du luxe se porte également très bien, merci pour Bernard A., Liliane B. & consorts) ;
        Parmi ces 3 raisons, probablement seule la première peut maintenir un avantage sur le long terme, le développement des BRICS va se réduire et ils seront de plus en plus autnoue pour fabriquer leurs propres équipements et voitures de luxe.


        • ril Le 15 novembre 2014 à 18h50
          Afficher/Masquer
          • Christophe Vieren Le 16 novembre 2014 à 14h32
            Afficher/Masquer

            @Ril : merci pour l’article. Concernant les différences syndicales des deux côtés du Rhin, se pose la question de l’oeuf ou de la poule : à qui la faute du retard dans la codétermination au sein des entreprises françaises relativement aux entreprises allemandes ? Au patronat ? Au salariat ? Les syndicats français n’y semblent pas opposés : il n’y a pas eu d’opposition à la loi, très limitée, de 2013 et il semble que le patronat freine des 4 fers son application. Maintenant on peut toujours dire que les syndicats français ne sont pas aptes à siéger dasn les C.A. même en position minoritaire et sans droti de véto ! Surprenant.
            Concerannt les différence de politique industrielle, non obstant le fait que ce peut êter lié à la codéterminatino, il y a aussi les raisons historiques liées aux histoires respectives des 2 pays. Je ne reviens pas sur l’embargo de l’entre deux guerres vis à vis de l’Allemagne qui a dû développer un esprit plus nationaliste. De ce côté ci du Rhin, il y a aussi le fait que nous sommes la partie des Lumières (Descartes, Marie Curie…), d’où notre inclination à développer les gros projets et d’en faire des quasi monopoles : TGV, nucléaire, … Ainsi que la tendance aux mega entreprises : Total, Areva, mais aussi 4 mega banques.
            Reste à trouver les leviers pour évoluer dans le bon sens sur ces aspects, faire porter le chapeau qu’aux salariés ou qu’au patronat ne fait pas avancer le schmilbilc.


          • Christophe Vieren Le 16 novembre 2014 à 14h49
            Afficher/Masquer

            Pour revenir à l’article qui commence ainsi “Et si une guerre vieille d’un siècle avait creusé un profond sillon économique entre la France et l’Allemagne ? Un sillon encore visible aujourd’hui, et qui expliquerait des performances très différentes ? “
            Faudrait peut-être pas exagérer les différences en terme de performance. Jusqu’avant le renversement de 2008 (que l’on appelle la crise), l’Allemagne était considéré comme l’homme malade de l’Europe : chômage plus important qu’en France, dette et pib équivalent, … et aujourd’hui on ne peut tout de même parler de “profond sillon économique”. Mais, bon, un article dans les Echos ne peut tout de même pas contrer le discours du MEdef qui souhaitrait supprimer les 35h mettre la retraite, à 65 ans, supprimer le Smic le CDI, ….. Prochainement, peut-être souhaiteront-ils rétablir l’esclavage comme au Qatar et autres émirats ! Après tout, il demande, le gouvernement obéit. Pourquoi se gênerait-il ? Lorsque l’Allemagne tombera à son tour dans la dèche, il n’y aura plus beaucoup de modèle sur lequel il faudrait calquer ce qu’il l’arrange, oubliant ce qui le dérange (codétermination, …). Il y a encore quelques années c’était la flexisécurité à la danoise qui était vantée !!!


      • KOMETA Le 15 novembre 2014 à 19h00
        Afficher/Masquer

        @ril

        “Base 100 USA, le PIB par tête en PPA : 72 en France et 82 en Allemagne”

        Et comment se distribute le “PIB” dans les populations? Qu’est-il souhaitable: 1 qui fait 1000 et neuf qui font 0 ou 10 qui font 100 ?

        “Devils are in the details” parait-il !


        • ril Le 15 novembre 2014 à 22h30
          Afficher/Masquer

          Vous avez précisément loupé les détails.


  12. Christophe Vieren Le 15 novembre 2014 à 16h07
    Afficher/Masquer

    Et un mensonge de plus, un !
    Il est pourtant aisé de vérifier que le taux d’investissement 2012 des entreprises allemandes (9,83) est plus faible que celui des français (10,45). C’est visible ICI. Et c’est le cas depuis 2008 (Tableau Eurostat 1995-2012). L’écart qui était en faveur de l’Allemange depuis 1995 (pas deonnées avant), n’a fait que se réduire pour s’inverser au profit de la France en 2008. Et ceci donc sans aucun rapport avec la politique du nouveau gouvernement (et peut-être pas des précédents non plus mais je ne suis pas compéent pour analyser plus finement).
    Probablement que M. Macron a déjà les données de 2013, voire 2014.


    • yann Le 15 novembre 2014 à 16h25
      Afficher/Masquer

      Je viens de regarder votre blog, il est très intéressant. Je me permets de le rajouter en lien sur mon propre blog. Si cela ne vous gêne pas bien évidemment.


      • Christophe Vieren Le 16 novembre 2014 à 14h39
        Afficher/Masquer

        Bien au contraire. Il me sert principalement d’aide mémoire mais si tout le monde peut en profiter n’hésitez même pas reprendre les articles sur vos propres blogs (avec si possible lien sur l’article original).


  13. Eleutheria Le 15 novembre 2014 à 16h35
    Afficher/Masquer

    « Beaucoup d’entreprises plus larges ont préféré servir des dividendes à l’investissement. »

    Les entreprises plus « larges » ? M. Macron a passé tellement de temps dans la finance internationale (c’est-à-dire américanisée) qu’il ne sait même plus parler français. Dans la langue de Molière, les entreprises sont petites ou grosses.


    • FJB Le 15 novembre 2014 à 17h41
      Afficher/Masquer

      Bien vu Eleytheria, file moy! Ça me rappelle cette femme nommée il y a quelque temps dans le gouvernement français (à un poste de “conseiller” je crois) qui travaillait dans une banque américaine avant et qui avait dit quelque chose du genre “j’ai quand même une inclinaison à gauche”… C’est tout simplement effrayant d’entendre ça. A quand la naturalisation d’Américains pour qu’on puisse directement les intégrer au gouvernement ? C’est vrai que le système politique français n’est pas très progressiste et qu’il faut du sang neuf mais y a des limites…


  14. jacques beaudry Le 15 novembre 2014 à 16h38
    Afficher/Masquer

    Macron, c’est la version du socialisme allemand.


    • ril Le 15 novembre 2014 à 20h06
      Afficher/Masquer

      Le socialisme allemand ne se résume pas à Schröder, et Merkel n’est pas socialiste. Macron est un Rastignac, il n’est pas socialiste, il est arriviste.


  15. Antoine Le 15 novembre 2014 à 16h59
    Afficher/Masquer

    Ca a le mérite d’être clair: la politique économique du gouvernement est antisociale.


    • jducac Le 15 novembre 2014 à 20h10
      Afficher/Masquer

      @Antoine Le 15 novembre 2014 à 16h59

      Ne vaudrait-il pas mieux dire « La politique du gouvernement était initialement anti économique. Ayant constaté que sans saine économie, il est très difficile de faire du social, alors il a changé de politique » ?
      Le temps perdu ne se rattrapant pas, il faudra beaucoup de temps pour effacer ce mauvais pas.


  16. Eric Le 16 novembre 2014 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Il serait intéressant de savoir s’il inclut dans son raisonnement les banquiers d’affaires, traders … et autres régimes spéciaux 🙂


  17. Jourdon Le 16 novembre 2014 à 15h17
    Afficher/Masquer

    remarque1
    je suis d’accord avec ce que dit Emmanuel MACRON dans cette intervention
    remarque2
    Jacques ATTALI quand Emmanuel MACRON a été nommé Ministre de l’Economie et des Finances a déclaré: “il est un grand professionnel; et il peut devenir un grand politique”
    le problème c’est que être un “grand professionnel” et un “grand politique” sont juste deux choses complètement incompatibles
    [Modéré]
    je l’ai regretté car la pédagogie en Europe au Moyen-Âge appelée “scolastique” et marchant sur quatre jambes “grammaire, musique, logique, mathématique” est assez subtile, connaît nombre de variantes, mais ayant fait moi-même de très longues études j’espérais enfin un temps de repos et pouvoir m’ouvrir au type de rhétorique musicale mais ce n’est pas possible il faut déjà payer le droit d’accès (sans doute ouvrant des droits d’accès à une multinationale française ayant une société holding au Luxembourg et faisant gérer ses droits à partir de la Californie) et là je regrette car J. ATTALI n’a même pas réussi dans les affaires. Contrairement à ce qu’il dit sa direction de la BERD avec siège social à Londres tapis rouge etc. fut un flop complet c’est pourquoi quand j’entends que l’UE va investir 300 milliards d’euros dans les infrastructures la conclusion qui me saute à l’esprit: au moins 600 milliards vont être détournés par les banques et ne serviront même pas à l’investissement ( notez que HOLLANDE avait promis cet investissement en 2012 et on n’a rien vu…]


Charte de modérations des commentaires