Les Crises Les Crises
7.juillet.20247.7.2024 // Les Crises

Revue de presse du 07/07/2024

Merci 20
J'envoie

Merci à nos contributeurs pour cette nouvelle revue de presse.

DÉMOCRATIE

Empire Kretinsky : Vers un géant européen des médias ?

"Hier Vincent Bolloré, aujourd’hui Daniel Kretinsky. Le feuilleton de la presse française a repris ces dernières semaines avec la mise en vente de Marianne par le milliardaire tchèque et l’entrée en grève de sa rédaction contre son éventuel rachat par Pierre-Édouard Stérin, un entrepreneur proche du Rassemblement national. Preuve supplémentaire, s’il en fallait, que le pluralisme des médias est menacé dès lors qu’il dépend du bon vouloir d’une poignée de propriétaires, qui se méfient des lignes éditoriales trop « souverainistes ». Le cas Kretinsky est cependant encore plus instructif : l’homme d’affaire, qui a fait fortune grâce aux énergies fossiles, entend construire, avec son bras droit français Denis Olivennes, un puissant groupe éditorial..."

Source : Le Vent Se Lève

"On a vraiment l'impression d'enterrer la radio" : à Europe 1, malaise autour de la nouvelle émission de Cyril Hanouna

"Cyril Hanouna anime depuis lundi 17 juin une émission de décryptage politique sur Europe 1. Ce qui a déjà valu à la radio privée – sous pavillon Bolloré – une mise en garde de l’Arcom. Et ce qui a provoqué des gros remous au sein de la rédaction. "On nous a imposé ce choix super clivant". L’arrivée sur Europe 1 de l’émission "On marche sur la tête", animée par Cyril Hanouna en remplacement de la tranche présentée par Sophie Davant, s’est faite sans consultation préalable de la principale intéressée. Ni de la rédaction et des instances du personnel. Depuis lundi 17 juin, le présentateur de "Touche pas à mon poste" (TPMP) sur C8 présente ainsi une émission quotidienne de 16h à 18h pour commenter la campagne des élections législatives."

Source : France TV Info

ENVIRONNEMENT

Comment le béton a recouvert la France

"Pour son premier essai, ce jeune post-doctorant à l’Institut de la transition environnementale de Sorbonne Université frappe fort. Loin de se contenter d’égrener les dommages environnementaux des Trente Glorieuses, il appelle l’écologie politique à ne plus se « centre[r] sur une nature sauvage, une optimisation des flux, une révolution ontologique, ou la technosphère, mais sur l’espace physique et sa production ». De fait, alors que les militants écologistes ont souvent tendance à dénoncer — à raison — les méfaits de l’extractivisme hors d’Europe, peu se soucient de ce que l’auteur appelle « l’extractivisme ordinaire », si banal sous nos climats qu’on en vient presque à oublier son importance pour l’économie capitaliste et ses méfaits environnementaux."

Source : Reporterre

La France championne du monde de l’extinction des lampadaires

"Les cartes que nous publions en exclusivité l’indiquent : La France diminue plus qu’aucun autre pays le recours à son éclairage artificiel pendant la nuit. Une pratique dont profitent astronomes et faune nocturne. La France est le pays des lumières… éteintes ! Mesurée depuis l’orbite terrestre, la quantité de lumière artificielle émise la nuit depuis l’Hexagone a connu une baisse de 25,4 % de 2022 à 2023. C’est ce que montre le bureau d’études français DarkSkyLab. « Un score exceptionnel qui n’a pas d’équivalent ailleurs dans le monde », se réjouit Sébastien Vauclair, fondateur de cette société spécialisée dans la mesure et l’analyse de la pollution lumineuse causée par les éclairages artificiels. Un phénomène qui, à l’échelle de la planète, est en hausse." [Youpi...]

Source : Ciel et Espace

FRANCE

Les mensonges du RN sur ses réformes “sociales”

"« On gagnera si on peut rassurer. Et si on parle à la France qui réussit ». On dirait du Macron ? Eh bien, c’est du Bardella. Il aime caresser les patrons dans le sens du poil, et ces derniers le lui rendent bien. Malgré les nombreuses mesures pro-entreprises mises en œuvre par Emmanuel Macron, une partie des milieux d’affaires se tourne désormais vers le Rassemblement National. Pour les attirer, Jordan Bardella a largement modéré sa critique de l’Union européenne et tourné son discours économique vers des positions néolibérales, comme à l’époque de Jean-Marie Le Pen. Il continue à faire semblant de défendre l’intérêt de la population, en mettant en avant de rares mesures « sociales », qui sont en réalité des escroqueries, profitant exclusivement aux entreprises. On vous explique tout."

Source : Frustration

Législatives : les « brebis galeuses » de Bardella se reproduisent par centaine

"Le président du Rassemblement national reconnaît « quatre ou cinq brebis galeuses » parmi les candidatures de son parti. Il soutient en réalité au moins 106 aspirants députés aux propos haineux et complotistes. Mediapart présente les vrais visages du RN, déjà élus ou qualifiés au second tour."

Source : Médiapart

Comment le Rassemblement national a-t-il conquis les territoires ruraux ? [Audio 37']

"Le 9 juin, le Rassemblement national a convaincu une majorité d'électeurs dans 93 % des communes. Si le vote du RN progresse dans toute la France, son ascension est d'autant plus forte dans les territoires ruraux. Comment expliquer cette implantation ? Quelle place joue le clivage ville-campagne ? Nous connaissons tous les sortilèges des cartes et leur capacité, selon l’échelle et la légende choisie, à nous tromper. Mais les cartes du vote aux européennes publiées hier étaient impressionnantes. Quelques îlots urbains de rose et de bleu et une carte des communes rurales qui montre un raz de marée du Rassemblement national arrivé en tête dans 93 % d’entre elles." [Où l'on explique que la ruralité elle même n'est pas un critère ; "Intéressant" d'entendre la droite et le PS avec des analyses et idées qu'ils n'ont pas mises en place...]

Source : Radio France

Face aux accusations d’antisémitisme : une réponse collective

"Il répand tout d’abord des contre-vérités qui ont été largement démontrées comme telles, par exemple sur cette « étudiante juive empêchée d’entrer dans un amphithéâtre ». Et pourtant, cet aspect n’est pas même le plus grave dans ce texte. L’axe de son argumentaire est qu’il n’y aurait pas de génocide à Gaza et qu’en nommant ainsi l’abominable qui s’y produit, la « gauche radicale » alimenterait l’antisémitisme. Il y a tant de lourdes erreurs mais aussi de fautes morales dans cette accusation. Est évoqué « l’amalgame entre les juifs et Israël ou entre les Israéliens » ; en réalité c’est bien cette tribune qui fait cet amalgame et le nourrit : la gauche ici condamnée n’a jamais fait cela. Les signataires reprennent purement et simplement l’accusation d’antisémitisme adressée au moins depuis les années 1960 à toute critique de la politique coloniale israélienne."

Source : L'humanité

GÉOPOLITIQUE

Ce que voulait de Gaulle en 1966 (avril 2008)

"«La France considère que les changements accomplis ou en voie de l’être, depuis 1949, en Europe, en Asie et ailleurs, ainsi que l’évolution de sa propre situation et de ses propres forces ne justifient plus, pour ce qui la concerne, les dispositions d’ordre militaire prises après la conclusion de l’Alliance. » C’est ainsi que, le 7 mars 1966, Charles de Gaulle – réélu trois mois plus tôt président de la République, mais au suffrage universel direct, par 55 % des voix contre 45 % à François Mitterrand – annonce au président américain Lyndon Baines Johnson le retrait de Paris du commandement militaire intégré de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN, créée en 1949)."

Source : Le Monde Diplomatique

INTERNATIONAL

Du Nigeria à la Zambie, l’insécurité alimentaire sur toutes les bouches

"La faim est en recrudescence à la table des pays africains en proie à un conflit, mais aussi à celle de nations qui pensaient s’en être protégées. Cette crise, la plus grave en une décennie, reste encore trop largement ignorée des opinions publiques occidentales, le regard tourné vers l’Ukraine et les risques de famine à Gaza. «Les années 2022 et 2023 étaient déjà critiques, constatait début juin le docteur Sumba Tirima, représentant de l’organisation non gouvernementale (ONG) humanitaire Médecins sans frontières (MSF) au Nigeria, mais un tableau encore plus sombre se dessine pour 2024. Nous ne pouvons pas accepter de revivre ces scénarios catastrophiques année après année. Que faut-il pour espérer une mobilisation générale et des actions   ?   »"

Source : Blog Le Monde Diplomatique

LIBERTÉS

Législatives : La Surveillance Sur Un Plateau Brun

"Alors que le choix d’E. Macron de dissoudre l’Assemblée nationale au lendemain des élections européennes risque de renforcer le poids de l’extrême droite, nous partageons l’inquiétude exprimée par beaucoup face au risque important que ce tremblement de terre politique fait peser sur la démocratie et les libertés. L’idéologie du Rassemblement National, entièrement tournée vers la création de droits différenciés sur des fondements racistes et réactionnaires, ne peut exister sans une structure de pouvoir forte et centralisée. C’est pourquoi nous ne doutons pas qu’un gouvernement d’extrême droite utilisera et renforcera la surveillance de la population pour exercer son pouvoir. Il aura, par exemple, besoin du fichage pour identifier les personnes à qui retirer des droits, de l’écosystème de surveillance pour traquer les personnes qu’il veut expulser, maltraiter ou enfermer ou encore des lois de censure et coercitives pour faire taire les oppositions anti-fascistes."

Source : La Quadrature du Net

Vidéo Surveillance Algorithmique : La surveillance bâtit son empire

"Les Jeux Olympiques vont nous laisser la surveillance de masse en héritage. En instrumentalisant cet évènement, le gouvernement a autorisé l’utilisation de la vidéosurveillance algorithmique (VSA) jusqu’en 2025 pour des situations qui dépassent largement le cadre cette compétition sportive. Ces logiciels, qui analysent les images de vidéosurveillance et envoient automatiquement des alertes à la police, sont déployés depuis des années en France en toute illégalité, sans que jamais les responsables n’aient été inquiétés. L’hypocrisie est donc totale. En légalisant quelques usages de VSA, l’État souhaite légitimer un état de fait et amorcer un projet de surveillance bien plus large de l’espace public."

Source : La Quadrature du Net

RÉFLEXION

‌Pourquoi mépriser les électeurs RN est un vilain défaut

"Le fossé entre l’électeur Rassemblement national et le « bobo » passe aussi par le diplôme et le rapport au savoir qu’il génère. S’y glisse une condescendance que la gauche peut dépasser en cessant d’être experte et en acceptant de rêver. Pourquoi tant de gens votent-ils pour le Rassemblement national ? Racisme, sentiment de déclassement et d’abandon, baisse du pouvoir d’achat, défiance envers les partis de gouvernement, attirance pour une nouveauté politique… ces mobiles s’accumulent et se combinent, et ils sont largement documentés. Il en est un autre dont on parle moins et qui surgit au détour d’une page de l’excellent livre du sociologue Félicien Faury « Des électeurs ordinaires. Enquête sur la normalisation de l’extrême droite »."

Source : Le nouvel Obs

« L’instrumentalisation de l’antisémitisme apparaît comme un problème »

"L’historien israélien Ilan Pappé a vu son livre Le Nettoyage ethnique de la Palestine réédité en France après que l’éditeur français Fayard l’a retiré des rayons. Pappé explique à RFI que cela s’inscrit dans un climat politique plus large qui limite la liberté d’expression, tant en Europe qu’en Israël : J'ai été surpris d'apprendre que Fayard avait décidé d'arrêter la réimpression et la distribution du livre au moment où il redevenait populaire. Ils ont utilisé des prétextes techniques… Cela est lié au changement de propriétaire chez Fayard. À mon avis, il s’agissait d’une violation flagrante de la liberté d’expression. Mais cela va au-delà de mon cas, cela a à voir avec l’époque dans laquelle nous vivons où les idéologies et les positions politiques restreignent notre liberté d’expression – surtout lorsqu’il s’agit de la Palestine."

Source : RFI

Mélenchon, c’est l’Arabe

"Voici ma thèse : Mélenchon, c’est l’Arabe. Dans la triste France effondrée d’aujourd’hui, cet homme de chair et d’esprit est devenu non seulement un objet politique, mais aussi un sujet d’empoignades en étant devenu un fantasme, une entité imaginée, ou plutôt rêvée, ou plutôt délirée. Comme l’Arabe. On a d’ailleurs fini par parler de cet homme comme d’une généralité, une catégorie à part de l’humanité politique, comme on dit l’Arabe du coin, mais aussi la racaille ou, à l’inverse (et encore, pas vraiment l’inverse : plutôt comme l’image inversée), mon ami arabe. Ce n’est plus un homme et une vie entière, ce n’est plus le témoignage complexe et mouvant de cinquante ans de lutte, de paroles et d’actes, mais autre chose de bien plus mou et de bien plus gazeux : l’épouvantail Mélenchon ou bien encore le repoussoir, et même l’obstacle."

Source : Le Cahier Rouge

ÉCONOMIE

Les cadeaux aux riches d'Attal et Bardella : le choc fiscal dont on ne parle pas

"Cette campagne législative au pas de course s’est concentrée sur les questions économiques et fiscales, souvent pour insister sur la prétendue « insoutenabilité financière » du programme du Nouveau Front Populaire. Ce sont pourtant le RN et Ensemble qui multiplient les promesses de cadeaux fiscaux dans leurs programmes respectifs, sans expliquer comment ils seraient financés. Loin d’aider les « classes moyennes » comme ils le prétendent, ces réductions d’impôts bénéficieront principalement aux 10 % les plus aisés, au détriment de la majorité des Français. Cette campagne législative aurait pu donner lieu à une confrontation intéressante de visions économiques opposées. Mais avant même la publication du programme du Nouveau Front Populaire (NFP), Bruno Le Maire et Jordan Bardella ont préféré jouer avec les peurs."

Source : Le Vent Se lève

ÉTATS-UNIS

Présidentielle américaine : après une discussion «honnête» avec des élus démocrates, Biden assure ne pas se retirer

"La campagne présidentielle aux États-Unis se poursuit avec notamment la lutte de Joe Biden pour maintenir sa candidature après son débat très décevant et inquiétant de la semaine dernière face à Donald Trump. Le camp démocrate s’interroge à voix haute sur l’opportunité de changer de candidat. Le président de 81 ans a conscience des doutes sur sa capacité à aller au bout, mais n’a pas l’intention de se retirer. Joe Biden et Kamala Harris se sont entretenus dans la soirée avec des gouverneurs démocrates et des élus du Congrès afin de confirmer la capacité du président à être le candidat du parti après son débat raté face à Donald Trump le 27 juin."

Source : Radio France Internationale

Commentaire recommandé

Yvan Bachaud // 07.07.2024 à 09h14

Pas un article pour rappeler que Notre bulletin mis dans l’urne au second tour des législatives, les élus pourront faire n’importe quoi, et même le contraire de certaines promesses, sans que les citoyens puisse reprendre la parole pour décider de ce qui pourtant les regarde !
En effet, nous ne disposons pas du référendum d’initiative citoyenne en toute matière et d’abord constitutionnelle.
Votez s’est donc donné un chèque en blanc, ce qui n’est pas raisonnable !
De plus les élus d’opposition n’ont aucun moyen de véritablement s’opposer, puisque la demande de référendum de l’article 11 peut être écartée par un simple examen par les deux assemblées à L’initiative du gouvernement.
Le RIC en toute matière, permettrait à l’opposition de véritablement s’opposer, surtout sujet avec le soutien ponctuel de la majorité des électeurs
Le RIC c’est la garantie de la P sociale qu’aucun parti n’a mis en avant !

23 réactions et commentaires

  • Yvan Bachaud // 07.07.2024 à 09h14

    Pas un article pour rappeler que Notre bulletin mis dans l’urne au second tour des législatives, les élus pourront faire n’importe quoi, et même le contraire de certaines promesses, sans que les citoyens puisse reprendre la parole pour décider de ce qui pourtant les regarde !
    En effet, nous ne disposons pas du référendum d’initiative citoyenne en toute matière et d’abord constitutionnelle.
    Votez s’est donc donné un chèque en blanc, ce qui n’est pas raisonnable !
    De plus les élus d’opposition n’ont aucun moyen de véritablement s’opposer, puisque la demande de référendum de l’article 11 peut être écartée par un simple examen par les deux assemblées à L’initiative du gouvernement.
    Le RIC en toute matière, permettrait à l’opposition de véritablement s’opposer, surtout sujet avec le soutien ponctuel de la majorité des électeurs
    Le RIC c’est la garantie de la P sociale qu’aucun parti n’a mis en avant !

      +23

    Alerter
    • Ben // 07.07.2024 à 09h47

      LFI a prôné le Ric depuis toujours , ainsi que le référendum révocatoire .

        +9

      Alerter
      • Yvan Bachaud // 08.07.2024 à 08h15

        Le RIC était en numéro 1 du programme institutionnel de la NUPES, mais sans aucune précision quant à sa nature dans le programme du nouveau Front populaire, il était noyé comme alibi dans un coin du programme . Et bien que les 73 députés LFI aient déposé une proposition de loi en faveur du RICConstituant Presque aucun candidat, LFI ne l’avait dans sa profession de foi.
        Si LFI veut pouvoir AGIR à l’assemblée nationale il doivent immédiatement mettre le RIC constituant à l’ordre du jour.

          +3

        Alerter
    • Bouddha Vert // 07.07.2024 à 11h03

      La paix sociale s’installe lorsque le partage est accepté.
      Mais que reste-t-il à partager?
      Du côté matériel, physique, biologique, les flux et les stocks de toutes, absolument toutes les ressources diminuent… poissons, forêts, minerais, vallées pour barrages, terres arables, eau douce non polluée, ad nauseam.
      Du côté idéologique, nous partageons un inconscient qui porte de moins en moins à croire aux lendemains qui chantent, sans vraiment en comprendre la, les causes.
      N’en déplaise, les causes sont essentiellement matérielles, globalement et pour des raisons structurelles nous disposons de moins en moins, mais on nous fait encore miroiter les marches du « toujours plus ».
      Les injonctions sont contradictoires, il faut trouver une sortie… dans ce domaine, incriminer l’autre est une dérobée facile qui ne remet pas la structure et notre regard sur l’état du monde en cause.
      Le RIC est un outil pour les groupes humains, mais il ne change pas les faits que nous nous refusons à connaître.
      Savoir c’est pouvoir, mais il faut se pousser.

        +10

      Alerter
      • Patrique // 07.07.2024 à 11h12

        Selon les sondages il devrait y avoir une majorité de députés favorables au RIC. vont-ils l’instaurer, j’en doute.
        Il y aura sans doute aussi une majorité pour destituer Macron. Là c’est sûr que ça n’aura pas lieu puisque Mélenchon et ses « amis » ont appelé à voter Macron en 2017 et 2022. Et le Pen a toujours refusé d’enclencher la procédure.

          +3

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 07.07.2024 à 12h08

        Un référendum est, préalablement au vote, un outil d’information correcte largement communiquée sur un sujet donné.
        Ou, en tout cas, c’est ce qu’il devrait être, contrairement à celui qui a conduit au Brexit au RU, par exemple.
        Oui, savoir c’est pouvoir, donc il faut vouloir et pouvoir s’informer correctement.

          +2

        Alerter
        • Dominique65 // 08.07.2024 à 01h20

          L’impression qui se dégage de ton post, c’est que les gouvernements sont censés s’asseoir sur les référendums qui ne te plaisent pas.
          Mais certainement je t’ai mal comprise

            +3

          Alerter
        • Grd-mère Michelle // 09.07.2024 à 13h51

          Euh… en effet, dans la plupart des pays (à ma connaissance) où les référendums sont d’usage, ils ne sont pas « impératifs »… mais plutôt « indicatifs »…et les gouvernements en font ce qu’ils veulent, en tiennent compte ou pas…
          Mais je voulais surtout indiquer qu’ils ne valent rien, en tant qu’opinion générale, si les votant-e-s ne sont pas correctement informé-e-s de leurs implications éventuelles(ou d’ailleurs aussi du fait de l’imprécision des questions…)
          Donc, oui aux référendums, mais la « société civile » doit faire pression sur le politique (et sur les services publics d’info) pour obtenir et diffuser toutes les informations utiles au choix des participant-e-s… (Pour aussi tenter d’établir une « éducation politique populaire » quasi inexistante dans l’enseignement obligatoire, et donc une motivation à se rendre aux urnes en connaissance de cause à chaque occasion).
          Ce qui permettrait des protestations et revendications pertinentes en cas de non-respect des volontés de la majorité des votes exprimés.
          En attendant d’éventuels changements de Constitution…

            +3

          Alerter
    • RGT // 08.07.2024 à 10h56

      Ne venez pas pleurer si vous vous rendez enfin compte que la ripoux-blique n’est qu’une escroquerie et que voter ne sert qu’à renforcer la DICTATURE de l’oligarchie, de la CASTE qui détient le pouvoir via des « partis » via une propagande qui lobotomise TOUS les « simples gueux » (ou « moins que rien », « sans dents » etc.).
      Nous vivons bel et bien dans une démocrature (ou une démocrassie, au choix) et l’avis des manants n’est pas prise en compte par les « élites » bouffies de suffisance qui ne veillent qu’à préserver leurs intérêts de caste.

      Pourquoi selon-vous les SEULS moyens efficaces qui permettraient réellement de forcer les « représentants » à respecter la volonté de ceux qu’ils sont censé représenter sont ILLÉGAUX : Le mandat impératif (créé par la Commune de Paris, on a vu le massacre qui a suivi) et le référendum révocatoire (il ne faut pas rêver).

      L’oligarchie sui détient le pouvoir de droit « Divin » ou « républicain » ne se laissera pas dépouiller de cet avantage (bien mal) acquis et sera prête à massacrer la populace (les « sous-merdes » nauséabondes qui ne pensent pas comme elle).

      Et ne vous en faites pas, tous les « partis » (association de malfaiteurs en bande organisée, relisez Simone Weil – la philosophe, pas la politicarde), à l’exception des plus petits et les plus ostracisés, sont tous au service de l’oligarchie et leurs « valeurs » et leurs discours n’engagent bien que les idiots qui les croient.

      Votez petits agneaux, votez pour le boucher qui désossera votre carcasse.
      Et comble de l’escroquerie, même si votez « blanc », ce bulletin sera interprété comme un soutien au système car il sera considéré comme votre indécision vis à vis de candidats que vous approuvez.

      Élections, piège à cons, mais pas pour les mêmes raisons que Sartre, ce sinistre individu, invoquait.

        +6

      Alerter
      • Lt Briggs // 08.07.2024 à 14h32

        « Votez petits agneaux, votez pour le boucher qui désossera votre carcasse.
        Et comble de l’escroquerie, même si votez « blanc », ce bulletin sera interprété comme un soutien au système car il sera considéré comme votre indécision vis à vis de candidats que vous approuvez »

        Comme vous l’indiquez, quoi que l’on fasse, toute personne cynique et intelligente trouvera toujours moyen d’interpréter votre acte ou non-acte selon ses propres intérêts. Voter blanc signifie effectivement accepter le système mais refuser les choix qui sont proposés. Ne pas voter, comme vous semblez le prôner, peut signifier se désintéresser de la chose publique, détester la démocratie, se sentir incapable de trancher, être analphabète, etc. Ce n’est pas mieux que de voter, et pendant ce temps-là, l’histoire ne s’arrête pas, elle continue de se faire. Et vous avez très certainement remarqué que les journalistes ne s’embarrassent pas de précautions quant aux électeurs qui ne votent pas. Ils ne parlent que de ceux qui se sont exprimés en utilisant le vocable trompeur « Les Français » ont élu untel ou untel.
        De toutes façons, ce sont des gestes positifs qui font bouger les choses, pas des votes blancs ni des abstentions, encore moins des « tout sauf X ». Le vote du 07/07/2024 est plus un rejet du RN par la majorité des français qu’un vote d’adhésion, la polarisation de l’Assemblée nationale le prouve. La suite s’annonce compliquée.

          +4

        Alerter
  • Gaelle // 07.07.2024 à 09h57

    Le RIC est dans les programmes de deux grands partis qui s’affrontent. Aucun média, journaliste, commentateur, absolument personne n’en a parlé.
    Les actions menées par Espoir RIC pour rendre visible cette mesure n’ont que très peu été relayées.
    C’est ici https://www.espoir-ric.fr/

      +8

    Alerter
  • Lt Briggs // 07.07.2024 à 15h22

    Sur « Pourquoi mépriser les électeurs RN est un vilain défaut »

    Passionnant article, merci de l’avoir sélectionné.
    « Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, les chercheurs de l’école dite de Francfort (Theodor Adorno et consorts) se sont demandé comment le fascisme avait pu monter dans une grande partie de l’Europe, et pourquoi rien n’avait pu endiguer cette montée ».
    Aucune montée n’est irrésistible. Dans les deux cas (Allemagne et Italie), la répugnance de ces forces politiques extrémistes à former des coalitions empêchait une conquête démocratique du pouvoir. Il a fallu un sérieux coup de pouce des institutions en place pour leur permettre de s’imposer.
    Le parti fasciste de Mussolini n’a pu faire élire que 35 députés sur 535 sièges en 1921, au grand désespoir de Mussolini. C’est l’usage systématique de la violence par les fascistes, le financement des caisses du Parti par les industriels, enfin la menace de renverser le pouvoir qui ont incité le Roi à nommer Mussolini au poste de Premier ministre en 1922, ce qu’il n’était nullement obligé de faire. L’armée restait fidèle au Roi. Mais la bourgeoisie a opté pour les fascistes comme réponse à une crise sociale.

      +13

    Alerter
    • Lt Briggs // 07.07.2024 à 15h23

      En Allemagne c’est un peu pareil. Les national-socialistes, après un maximum aux législatives de juillet 1932, sont redescendus à 33 % en novembre de la même année. Leur refus de partager le pouvoir avec qui que ce soit leur interdisait d’accéder démocratiquement au pouvoir. Mais une crise économique très profonde, un président grabataire, un Reichstag divisé et un Parti communiste recevant ses ordres de Moscou ont amené les industriels à faire pression sur Hindenburg pour qu’il nomme Hitler à la Chancellerie, avec Goering comme ministre de l’intérieur en Prusse. Là encore, le système a volontairement donné le pouvoir à une force extrémiste, en espérant sans doute que cette dernière fasse le « sale boulot » sans que lui-même se salisse les mains. Le reste est connu.
      Macron a diabolisé toute la gauche qui n’était pas assez Macron-compatible, mené une politique anti sociale tous azimuts, légitimé le RN en installant un duel permanent avec lui, et finalement dissous l’Assemblée nationale au moment où le RN était au plus haut et aura sans doute le plus grand nombre de députés. Marine Le Pen n’est pas Hitler bien sûr, mais qui sait jusqu’où ira le racisme de son parti – pour l’instant complexé ? Si elle accède au pouvoir, comment traitera-t-elle les forces d’opposition, qui ont été tellement diabolisées par Macron et consorts ces dernières années ?

        +8

      Alerter
  • Hiro Masamune // 07.07.2024 à 16h36

    Machiavel disait qu’on ne peut gouverner que par l’amour ou que par la peur , nos « démocraties » n’ont pas choisis l’amour.
    C’est Domage.

      +5

    Alerter
  • Yannos // 09.07.2024 à 09h36

    Sans la taxe Tobin la France, l’UE et toutes les soit disant démocraties sont aux ordres de ce qu’il est convenu d’appeler « les marchés »
    Ces marchés sont les spéculateurs qui décident de la valeur des choses et des idées.
    Ce sont ces mêmes marchés qui décident de ce qui peut être dit, débattu, voté ou pas.
    C’est pour cette raison que cette taxe n’est ni débattue ni votée.
    Je suis allé voter sans y croire.
    Et les résultats sont parfaits pour ces marchés : une assemblée castree et incapable de décider quoi que ce soit pour le plus grand plaisir des médias et de ceux qui nous gouvernent par leur intermédiaire.
    Écoeuré.
    Je suis écoeuré.

      +4

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 09.07.2024 à 14h31

      Tout à fait d’accord avec vous, à propos de ce que j’appelle, moi, le « Grand Marché »(en pleine compétition/ »guerre économique » interne).
      Mais ne pas oublier que celui-ci n’existe que grâce à son acceptation plus ou moins consciente par les consommateurs-trices…
      Ce n’est pas pour rien que la jeunesse révoltée, écœurée, dans les années 60, désignait son ennemi principal sous le terme de « société de consommation »(avant d’être « récupérée » par elle).
      Et c’est pourquoi la décroissance économique/financière en tant que projet politique écologique sérieux, avec la sobriété généralisée et le partage équitable des biens de première nécessité qu’elle sous-tend, ne récolte que moqueries et affirmations « d’utopie », autant de la part de l’ensemble de ses opposants qui « roulent pour le Marché » que des médias et divers « influenceurs » à leur solde.

        +2

      Alerter
    • Grd-mère Michelle // 09.07.2024 à 15h16

      Tiens, plus moyen de se corriger…
      Je voulais ajouter que la jeunesse révoltée puis désabusée des années 60 a aussi subi un assaut implacable de la part des trafiquants de drogue(l’héroïne, à l’époque) qui en ont ainsi éliminé, abruti ou carrément tué, une partie non négligeable.
      Cet autre marché, « parallèle », tombe toujours à point pour désamorcer des colères trop prononcées qui, dès lors, cessent de s’exprimer.
      Tout comme celui, légal, de l’industrie chimique des médicaments « calme » ceux et celles qui ont des velléités de tenter quoi que ce soit pour changer le cours des choses(et les « valeurs » qui le maintiennent).

        +2

      Alerter
  • Cévéyanh // 09.07.2024 à 21h56

    Article de Planète Animal : « A quoi servent les moustiques ? »
    « Le bien et le mal, l’utile et l’inutile, autant de concepts opposés imposés par notre jugement de cause à effet. L’effet cause des conséquences que, depuis notre piédestal de maître et maîtresse de la conscience du monde, nous jugeons à en perdre la raison tout en condamnant sans raison des êtres ou des choses dont, la seule faute, a été d’exister. » https://www.planeteanimal.com/a-quoi-servent-les-moustiques-3712.html

    Dans certains pays, des gouvernements ont mis en place un programme de lâcher de moustiques mâles génétiquement modifiés afin de les éradiquer. Le résultat obtenu n’est pas celui espéré et cela a peut-être créer d’autres conséquences non souhaitées. Réfléchir uniquement avec la technologie, donc un autre impact sur l’environnement, contribue-t-il à toujours mieux vivre réellement ? https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/insectes-experience-moustiques-genetiquement-modifies-premiers-resultats-77698/

      +3

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 10.07.2024 à 12h11

      Bonjour Cévéyanh, mon vieil iPad (ou je ne sais quel intermédiaire) ne me permet plus d’approuver ou désapprouver les commentaires, mais je tiens à vous dire que je les lis régulièrement et approuve généralement les vôtres(sinon je vous réponds).

      Ainsi, à propos des moustiques(pas possible non plus de suivre les liens que vous avez fournis, besoin d’un autre appareil), il me semble que cet insecte, du fait que la femelle prélève du sang de l’un-e à l’autre mammifère(y compris donc les êtres humains) lorsqu’elle est fécondée(d’après ce que je crois savoir), est quand même un des principaux vecteurs de redoutables maladies qui tuent abondemment et affaiblissent gravement(par ex, la malaria, entre autres).
      S’il est vrai que les hasardeuses manipulations génétiques sont inquiétantes et souvent mal-venues(voir les nuisances de la pratique de la culture des plantes OGM, d’ailleurs interdite par l’UE sur ses territoires, avec la quantité de substances chimiques dangereuses et « tueuses » qu’elle requiert), il me semble néanmoins nécessaire et bénéfique de chercher des moyens de lutter efficacement contre ces maladies…au-delà de la destruction de leurs vecteurs…
      Un peu le même genre d’interrogation que celle qui concerne les vaccins… dont s’est saisie judicieusement le « grand public » pendant la « crise sanitaire » mais désormais abandonnée, alors qu’elle n’a pas été résolue pour autant…
      OUI, « …cet esprit de s’informer… »(j’ajouterais « correctement ») est à développer intensément(surtout le rôle de l’enseignement obligatoire?) afin de permettre à chacun-e des « adultes responsables » de s’impliquer dans sa citoyenneté(cette précieuse qualité, gagnée de haute lutte obstinée par nos ancêtres opprimé-e-s, trop peu valorisée).

        +0

      Alerter
      • Cévéyanh // 13.07.2024 à 10h14

        Bonjour Grd-mère Michelle,
        Moi de même, je lis vos commentaires dont généralement je suis en accord, toutefois certaines peuvent m’apporter une perception différente sur des points (ainsi que les autres commentateuros sur les articles ou autres). Ces échanges et partages sont enrichissants et éclairants pour moi ; cela permet aussi de percer de plus en plus la bulle où je suis, de « voir »/comprendre le monde à travers vos yeux (et des autres) ainsi essayer de mieux en mieux « voir » la réalité.

        J’ai trouvé d’autres liens sur les moustiques qui sont à peu près identique (avec quelques infos supplémentaires), j’espère que vous pourriez les lire (peut-être que d’autres lecteuros ne peuvent aussi le lire) : https://www.consoglobe.com/si-les-moustiques-nexistaient-pas-cg
        https://theconversation.com/les-lachers-de-moustiques-modifies-pour-lutter-contre-la-dengue-le-chikungunya-ou-la-fievre-jaune-189573
        C’est très intéressant, on y apprend par exemple : que ce sont aussi des pollinisateurs, que beaucoup d’entre eux ne piquent pas et d’autres piquent QUE des oiseaux. Il n’y a donc pas que les mammifères à se gratter peut-être ! 🙂 En effet, c’est bien uniquement la femelle qui prend du sang pour ses oeufs. Il y a le point que vous soulevez sur les maladies transmissibles. En Afrique, autrefois, les humainos evitaient de vivre dans les zones où beaucoup de moustiques vivaient. Il y a d’autres solutions comme faire en sorte que leurs prédateurs viennent dans la zone afin de réguler leur population.

        C’est un point intéressant que vous avez ajouter pour l’esprit de s’informer « correctement » ; qu’entendez-vous par là ?

          +0

        Alerter
  • Cévéyanh // 09.07.2024 à 22h09

    ***Sur l’article «  »On a vraiment l’impression d’enterrer la radio » : à Europe 1, malaise autour de la nouvelle émission de Cyril Hanouna »***
    « Proposer une information objective, avec le souci du contradictoire, a toujours dicté mon action sur le terrain, et il m’apparaît aujourd’hui que cette exigence-là n’est plus respectée, que ce soit dans les commandes de reportage (ou les angles demandés) et, encore plus globalement, à l’antenne. Or, cela devrait être une nécessité non seulement de tous les instants, mais encore plus en ces temps si troublés politiquement, socialement, écologiquement, économiquement et diplomatiquement parlant. »

    Nous avons toustes une perception différente selon notre chemin de vie. Croire que nous pouvons informer « objectivement » n’est-il pas un leurre ? Même avec une contradiction (qui ne serait en réalité que le reflet de la contradiction de notre perception) ? Nous pouvons TENDRE vers l’objectivité qui n’est pas pareil car en ayant cela en tête, cela ne nous illusionne pas. Même les faits qui sont objectifs peuvent être choisi d’être présenté ou non. Ainsi, cela a la conséquence de mieux rester dans un effet bulle : pour ce journaliste de celui de croire qu’il est impartial (« Europe 1 l’image d’un média généraliste » auparavant) et de ressentir un rejet envers la ligne éditoriale de la chaîne (changement plus sociétal heurtant qu’économique, si je ne me trompe) qui n’a fait que CHANGER et non devenir NON OBJECTIVE, NON GENERALISTE. C’est avoir la perception de plusieurs différentes personnes (ayant des chemins de vie très différents) que nous pouvons mieux percevoir la REALITE, il me semble.

    Même pour nous, les lecteuros (lecteurs/lectrices), avoir cela en tête, nous fait prendre conscience que l’information est biaisée par la perception du journaliste ou de la ligne éditoriale. (1/2)

      +1

    Alerter
  • Cévéyanh // 09.07.2024 à 22h21

    (2/2) Ainsi, de ne lire ou écouter que des médias ayant la même perception peut nous amener à nous enfermer dans une bulle (une même pensée) de plus en plus et REJETER les personnes qui sont dans une autre effet bulle ayant pour elles les mêmes effets.
    Lire ou écouter d’autres médias de différents bords, ce n’est pas pour approuver mais pour rester ou mieux devenir compréhensifo (compréhensive/compréhensif). Certaines personnes interrogées, ayant les mêmes opinions que les journalistes, peuvent plus longuement expliquer sans se faire attaquer. Si elles passaient dans des médias où ses opinions ne sont pas les mêmes, des journalistes peuvent l’interrompre par des questions ou remarques avant qu’elles n’expliquent jusqu’à la fin, heurté par ses propos. C’est, ce qui me semble, arrive souvent. Peu de personnes arrivent à interroger sans monter dans les émotions. Pourtant, avoir aussi une personne qui interroge sans avoir les mêmes opinions et dans le « calme » peuvent être éclairant sur certains points que les deux personnes n’auraient pas eu sans cet échange.

    Avoir cet esprit de s’informer, cela permet de ne pas tomber dans la « morale hooligan » (mon camps est mieux que l’autre, donc opposition renforcée ; avec de fortes et longues émotions qui peuvent amener à ne plus s’écouter, à ne plus vouloir se parler puis à se combattre physiquement). Le monde est fait de tellement de complexités que certainement, nous n’avons pas la possibilité de les avoir tous en tête et des les savoir toutes ; ensuite notre façon de vouloir catégoriser, nous aide en simplifiant et, en même temps nous restreint.
    Pour quel raison vouloir aller dans cette voie ? Il me semble que c’est un chemin vers la paix, déjà de soi-même puis avec les autres (échanger dans la compréhension et moins dans les fortes émotions).

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications