Les Crises Les Crises
12.avril.202312.4.2023 // Les Crises

Seymour Hersh sur Daniel Ellsberg, l’homme qui a révélé les Pentagon Papers

Merci 122
J'envoie

Le journaliste d’investigation Seymour Hersh évoque sa relation de 50 ans avec Daniel Ellsberg, l’homme qui a publié les Pentagon Papers et révélé l’ampleur des crimes américains en Asie du Sud-Est.

Source : Jacobin Mag, Seymour Hersh
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Ellsberg, lors d’une conférence de presse, New York, 1972. (Wikimedia Commons)

Je pense qu’il est préférable de commencer par la fin. Le 1er mars, des dizaines d’amis et de militants de Dan et moi-même avons reçu une note de deux pages nous informant qu’un cancer du pancréas incurable avait été diagnostiqué chez lui et qu’il refusait la chimiothérapie parce que le pronostic, même avec la chimiothérapie, était désastreux. Il aura 92 ans en avril.

En novembre dernier, pendant les vacances de Thanksgiving passées en famille à Berkeley, j’ai fait quelques kilomètres pour rendre visite à Dan dans la maison voisine de Kensington qu’il partage depuis des décennies avec sa femme Patricia. Mon intention était de discuter avec lui pendant quelques heures de notre obsession commune, le Vietnam. Plus de cinquante ans plus tard, il réfléchissait encore à la guerre dans son ensemble et j’essayais toujours de comprendre le massacre de My Lai. Je suis arrivé à 10 heures et nous avons parlé sans interruption – pas d’eau, pas de café, pas de biscuits – jusqu’à ce que ma femme vienne me chercher, saluer et rendre visite à Dan et Patricia. Elle est partie, et je suis resté quelques minutes de plus avec Dan, qui voulait me montrer sa bibliothèque de documents qui auraient pu lui valoir une longue peine de prison. Vers 18 heures – la nuit tombait – Dan m’a raccompagné à ma voiture et nous avons continué à discuter de la guerre et de ce qu’il savait – oh, les choses qu’il savait – jusqu’à ce que je dise que je devais y aller et que je démarre la voiture. Il m’a alors dit, comme il le faisait toujours : « Tu sais que je t’adore, Sy. »

C’est donc l’histoire d’une tutelle qui a commencé à l’été 1972, lorsque Dan et moi sommes entrés en contact pour la première fois. Je ne me souviens pas qui a appelé qui, mais je travaillais alors au New York Times et Dan avait des informations privilégiées sur les horreurs de la Maison Blanche qu’il voulait que je recherche – des informations qui n’avaient pas été publiées dans les Pentagon Papers.

J’avais l’intention d’écrire sur mon amitié avec Dan après sa mort, mais le week-end dernier, mon fils cadet m’a rappelé qu’il avait encore en sa possession certains des supports de tours de magie que Dan lui avait fait découvrir au milieu des années 1980, lorsque Dan logeait dans notre famille, comme il le faisait souvent lorsqu’il se rendait à Washington. « Pourquoi ne pas écrire sur lui maintenant ? » a-t-il demandé. Pourquoi pas ?

J’ai pris conscience de l’importance de Dan pour la première fois au cours de l’été 1971, lorsqu’il a été démasqué pour avoir remis les Pentagon Papers au New York Times, quelques semaines après que le journal eut commencé une série d’articles bouleversants sur le décalage entre ce qu’on nous disait et ce qui s’était réellement passé. Ces documents restent aujourd’hui la discussion la plus essentielle sur une guerre vue de l’intérieur. Même après les révélations du New York Times, leurs sept mille pages ont rarement été lues dans leur intégralité.

Je travaillais alors pour le New Yorker sur un projet concernant le Vietnam, et j’avais appris que c’était Dan qui était à l’origine de la fuite, une semaine environ avant que son nom ne soit rendu public. Sa dénonciation était inévitable et, le 26 juin, après s’être caché à Cambridge, Dan s’est rendu au bureau du procureur de Boston – des dizaines de journalistes l’attendaient – et a discuté brièvement avec les journalistes avant de se rendre à ce que tout le monde s’attendait à voir être le procès de la décennie. Il a déclaré à la foule qu’il espérait que « la vérité nous libèrerait de cette guerre ». Puis, alors qu’il se dirigeait vers les marches du palais de justice, un journaliste lui a demandé ce qu’il pensait de l’idée d’aller en prison. Sa réponse m’a frappé à l’époque et me fait encore vibrer : « N’iriez-vous pas en prison pour aider à mettre fin à cette guerre ? »

J’avais apporté ma contribution en révélant le massacre de My Lai et en publiant un livre à ce sujet en 1970. J’étais alors en train d’écrire un deuxième livre sur la dissimulation du massacre par l’armée. Je me suis dit qu’il était hors de question que j’aille en prison, surtout pour avoir dit une vérité non désirée. J’ai suivi le procès d’Ellsberg devant un tribunal fédéral de Los Angeles et j’ai même écrit sur les méfaits de la Maison Blanche qui s’est introduite dans le bureau du psychanalyste d’Ellsberg – à la demande du président Richard Nixon. (L’affaire du gouvernement a été rejetée après que l’ampleur de l’espionnage d’Ellsberg ordonné par la Maison Blanche a été rendue publique.)

C’est au début de l’été 1972, année électorale, qu’Ellsberg et moi sommes entrés en contact. J’étais en train de disserter sur la guerre du Vietnam et les méfaits de la CIA pour le Times. Nixon semblait être une valeur sûre, malgré la poursuite de cette guerre détestée, en raison des échecs successifs de la campagne du candidat démocrate, le sénateur George McGovern. Dan avait deux articles qui, selon lui, pouvaient changer la dynamique des élections de novembre.

Je l’ai tout de suite apprécié. Il était si sérieux, si brillant, aussi beau qu’une star de cinéma, et si plein d’informations privilégiées sur la guerre du Vietnam que peu d’autres possédaient. Et si disposé à les partager sans se soucier des conséquences. Il comprenait qu’en tant que source d’informations et de procédures hautement secrètes, il prenait tous les risques et qu’en tant que journaliste, j’allais écrire des articles qui seraient acclamés et qui ne me feraient courir aucun risque.

À un moment donné de nos discussions, je l’ai ramené à la maison pour un bon repas. Sa campagne contre la guerre du Vietnam le consumait littéralement, et il s’est immédiatement rapproché de ma femme et de nos deux jeunes enfants. Il faisait des tours de magie, il était merveilleux au piano – Dan pouvait jouer les Beatles et Beethoven – et il s’est lié à nous tous. Notre amitié était solidement ancrée – pour toujours. J’avoue que tard dans la nuit – nous étions tous les deux des noctambules – lui et moi promenions le chien et trouvions le temps de nous asseoir sur un trottoir quelque part et de fumer quelques bâtons de thaï. J’ai choisi de ne pas demander à Dan comment il parvenait toujours à avoir une réserve de ces joints d’Asie du Sud-Est. Il parlait de tous les dossiers secrets scellés et verrouillés de la guerre du Vietnam dont il se souvenait, avec sa mémoire photographique, dans les moindres détails.

Au début des années 1980, j’écrivais un long livre très critique sur les jours sordides d’Henry Kissinger comme conseiller à la sécurité nationale et secrétaire d’État de Nixon, en mettant l’accent sur le Vietnam. À un moment donné, Dan a passé plus d’une semaine chez nous, se levant à 6 heures du matin pour lire les 2300 pages du manuscrit dactylographié. Il avait compris que je ne voulais pas de ses analyses ou de ses désaccords avec mes conclusions, mais seulement des erreurs factuelles. Un matin, Dan m’a dit que j’avais mal lu un article du Washington Post datant du milieu des années 60 sur la guerre, écrit par Joe Kraft, dont la rubrique était alors incontournable. J’ai argumenté, mais il est resté inflexible. Je me suis donc rendu à mon bureau, j’ai fouillé dans des boîtes de dossiers et j’ai trouvé l’article. Dan s’était souvenu des détails d’un article paru dans un quotidien il y a deux décennies. Sa mémoire était effrayante.

Il y avait deux abus de la Maison Blanche qu’il voulait que je dénonce avant l’élection présidentielle de l’automne 1972. Dan m’a dit que Nixon et Kissinger – pour qui Dan avait rédigé un important document de politique générale après avoir été nommé conseiller à la sécurité nationale – avaient mis sur écoute des collaborateurs et des membres du cabinet. Le deuxième conseil que Dan m’a donné est que Kissinger avait ordonné à certains de ses collaborateurs d’élaborer un plan d’utilisation d’armes nucléaires tactiques au Sud-Vietnam, au cas où elles seraient nécessaires pour mettre fin à la guerre dans les conditions américaines. Si je pouvais obtenir une ou deux sources – à cette époque, il y avait un certain nombre d’anciens collaborateurs de Kissinger qui avaient discrètement démissionné à cause de la guerre du Vietnam – sur les enregistrements, a dit Dan, cela pourrait peut-être permettre aux Démocrates d’entrer en fonction. C’était la plus longue des tentatives, mais j’ai fait des pieds et des mains pendant tout l’été pour trouver quelqu’un qui avait des informations de première main, ce qui n’était pas le cas de Dan, et qui était prêt à confirmer les informations de Dan, même si c’était en retrait. Bien entendu, il était entendu que je devrais dire à Abe Rosenthal, rédacteur en chef du Times, qui était ma source officieuse.

Ce fut un été difficile pour moi, car quelques anciens collaborateurs de Kissinger ont facilement confirmé les informations de Dan, mais n’ont pas accepté que je communique leurs noms au Times. Dans un cas, avec un homme très honnête qui espérait vraiment obtenir un poste de haut niveau dans une future administration, j’y suis presque arrivé, aidé par le fait que sa femme – je faisais toujours ces visites la nuit – a dit à son mari : « Oh, pour l’amour de Dieu, dis-lui simplement la vérité. » Elle l’a répété à maintes reprises. C’est une expérience douloureuse. Inutile de dire que leur mariage n’a pas duré longtemps. La colère de sa femme, sur son refus de dire la vérité, m’a aidé à comprendre l’obsession de Dan pour une guerre dont les pires éléments n’étaient tout simplement pas connus du public. Je n’ai pas été en mesure d’obtenir une source d’information à temps pour les élections, mais les années suivantes, j’ai obtenu les éléments.

À la fin de l’année 1993, Dan m’a raconté une histoire qui semblait illustrer la vie secrète à l’intérieur d’une guerre majeure. Il avait effectué de courtes missions au Sud-Vietnam alors qu’il travaillait comme haut fonctionnaire du département d’État, mais il a saisi l’occasion, au milieu de l’année 1965, de rejoindre une équipe à Saigon chargée de la pacification – gagner les cœurs et les esprits – des villageois du Sud. Son chef était Ed Lansdale, un héros de la contre-insurrection de la CIA pour ses efforts antérieurs dans la mise en déroute des insurgés communistes aux Philippines.

J’ai toujours pris de bonnes notes lors de mes rencontres avec Dan, non pas parce que j’avais l’intention d’écrire un jour sur lui – je savais qu’il écrirait ses propres mémoires – mais parce que j’assistais à un séminaire sur la façon dont les choses se passaient réellement à l’intérieur. Lisez ses paroles et vous pourrez juger par vous-même de la complexité de la vie au sommet.

« En 1965, avait commencé Dan, j’avais fait une étude sur la crise des missiles de Cuba et j’avais quatre autorisations opérationnelles supérieures à top secret, y compris des autorisations pour les U-2 » et des autorisations de l’Agence nationale de sécurité. Il avait également interviewé Bobby Kennedy à deux reprises sur son rôle dans la crise. Les autorisations d’Ellsberg étaient si sacro-saintes qu’il était censé s’enregistrer dans un bureau spécial à son arrivée à Saigon et qu’à partir de ce moment-là, il n’était plus autorisé à voyager en dehors de Saigon sans voiture blindée ou dans un avion bimoteur ou mieux. Il a contourné le système en ne daignant pas s’enregistrer, une rareté dans un monde de guerre où les autorisations top secret étaient considérées par beaucoup comme une preuve de machisme.

Ellsberg est donc parti travailler à Saigon avec Lansdale. « Pendant un an et demi, raconte Ellsberg, j’ai passé presque tous les soirs à écouter Lansdale parler de ses opérations secrètes aux Philippines et, plus tôt, au Nord-Vietnam dans les années 1950. À cette époque, je travaillais avec des secrets depuis des années et je pensais savoir quels types de secrets pouvaient être cachés et à qui. Je pensais également qu’Ed et moi avions une bonne connaissance réciproque de nos secrets. Chaque information était cataloguée dans votre esprit et vous saviez à qui vous pouviez en parler et ce que vous pouviez dire. Dans tout cela, Jack Kennedy et Bobby ont été mentionnés, mais Lansdale n’a jamais parlé de Cuba et n’a jamais mentionné que Lansdale avait travaillé pour Jack et Bobby Kennedy. »

Dix ans plus tard, après l’assassinat des deux frères Kennedy, j’ai écrit une série d’articles pour le New York T.imes sur l’espionnage par la CIA de centaines de milliers de manifestants américains contre la guerre du Vietnam, de membres du Congrès et de journalistes, le tout en violation directe de la charte de 1947 de l’agence, qui interdit toute activité intérieure. Cela a conduit à la création de la commission Church du Sénat en 1975. Il s’agit de la plus vaste enquête du Congrès sur les activités de la CIA depuis la création de l’agence. La commission a révélé les activités d’assassinat de la CIA, des opérations entreprises sur des ordres qui provenaient clairement de Jack et Bobby Kennedy, bien qu’aucun lien direct n’ait été publié dans le rapport final de la commission. Mais la commission a fait un rapport détaillé sur un groupe secret autorisé par Jack Kennedy et dirigé par son frère Bobby, chargé de trouver des solutions pour terroriser Cuba et assassiner Fidel Castro. Cette opération secrète avait pour nom de code « Mangouste ». Elle a été dirigée, selon la commission, en 1961 et 1962 par Lansdale.

Ellsberg m’a dit qu’il était sidéré. « Lorsque j’ai entendu parler de Lansdale et de l’opération Mangouste, cela m’a révélé une capacité à garder des secrets au niveau des initiés qui allait bien au-delà de ce que j’avais imaginé. C’était comme découvrir votre voisin immédiat et votre compagnon de pêche du week-end. » Ellsberg, il faut le souligner, n’a jamais pêché de sa vie ; et un ami proche et cher qui, à sa mort, s’est avéré être le secrétaire d’État. »

« C’était stupéfiant, car l’opération Mangouste était exactement le type d’opération dont je m’attendais à entendre parler de la part de Lansdale. Il parlait tout le temps d’opérations secrètes. Je pense que le président Kennedy avait dit à Ed de fermer sa putain de gueule. »

« Lorsque vous avez travaillé dans un système aussi secret que possible, vous comprenez que l’on parle de certaines choses. Et vous avez une idée de ce qui est généralement caché. J’entendais parler d’autres opérations secrètes, mais quelqu’un – pas Lansdale -– avait mis un couvercle sur l’opération Mangouste. »

Après l’assassinat de Jack Kennedy, Ellsberg a émis l’hypothèse que « toute enquête approfondie sur sa mort devrait conduire à de nombreuses opérations secrètes ». Il soulignait que rien ne prouvait que la commission Warren, chargée d’enquêter sur l’assassinat, l’avait fait.

Au cours des nombreuses heures de tutorat par Dan, j’ai compris, des années plus tard, qu’il comprenait et comprenait mon empressement – voire mon besoin – d’apprendre tout ce que je pouvais sur son monde de secrets et de mensonges, de choses dites à haute voix et cachées dans des documents top secrets. C’est ainsi qu’il est devenu mon tuteur et qu’il m’a appris où et comment regarder dans les recoins de la communauté américaine du renseignement.

En retour, je lui ai donné mon amitié et je l’ai accueilli dans ma famille. Il aimait les longues discussions avec ma femme, qui est médecin, apprendre aux enfants des tours de magie et leur jouer au piano des chansons de Billy Joel et d’autres du même genre. Nous avons tous senti très tôt qu’il avait aussi besoin d’être un enfant innocent, ne serait-ce que pour servir de bref répit à son anxiété constante et à la culpabilité qu’il portait dans son âme à propos de ce que son Amérique avait fait au peuple vietnamien.

Dan m’a montré l’amour d’un initié, tout comme lui et Patricia ont rayonné d’amour et d’acceptation pour tous leurs nombreux amis et admirateurs qui, comme moi, n’oublieront jamais les leçons qu’il nous a enseignées et ce que nous avons appris.

Il est hors de question que j’attende qu’il passe à autre chose sans dire ce que j’ai à dire maintenant.

Publié à l’origine le 8 mars 2023 sur la page Substack de Seymour Hersh. Reproduction avec son autorisation.

Rédacteur

Seymour Hersh est un journaliste d’investigation américain, lauréat du prix Pulitzer.

Source : Jacobin Mag, Seymour Hersh, 09-03-2023

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 12.04.2023 à 12h47

Ce qui est dramatique c’est que ces hommes qui sont le dernier honneur du métier de journaliste se retrouvent mis à l’index et calomniés pour discréditer leurs articles comme ce fut encore le cas pour le sabotage de Nordstream 2, alors qu’en parallèle le gouvernement qui pratique les pires exactions même contre leurs « alliés ou pour être plus exact soumis » sont toujours défendus bec et ongles par la majorité des journalistes des pays qui subissent ces exactions dans le plus délirant syndrome de Stockholm de l’histoire.

On le voit encore avec la divulgation de l’espionnage des dirigeants sud coréens par les USA comme quoi depuis Snowden le renard n’a pas changé et ne changera pas prouvant que bien naïfs sont nos pays de suivre aveuglément de tels apprentis sorciers

3 réactions et commentaires

  • Fabrice // 12.04.2023 à 12h47

    Ce qui est dramatique c’est que ces hommes qui sont le dernier honneur du métier de journaliste se retrouvent mis à l’index et calomniés pour discréditer leurs articles comme ce fut encore le cas pour le sabotage de Nordstream 2, alors qu’en parallèle le gouvernement qui pratique les pires exactions même contre leurs « alliés ou pour être plus exact soumis » sont toujours défendus bec et ongles par la majorité des journalistes des pays qui subissent ces exactions dans le plus délirant syndrome de Stockholm de l’histoire.

    On le voit encore avec la divulgation de l’espionnage des dirigeants sud coréens par les USA comme quoi depuis Snowden le renard n’a pas changé et ne changera pas prouvant que bien naïfs sont nos pays de suivre aveuglément de tels apprentis sorciers

      +35

    Alerter
    • azuki // 12.04.2023 à 22h13

      Biden a expliqué que les USA avaient pour vocation divine de diriger le monde, le congrès a expliqué qu’il fallait attaquer la Russie et la Chine parce qu’ils étaient les 2 derniers gros obstacle à l’hégémonie des USA sur la planète, que faut-il de plus ?

        +5

      Alerter
  • Grd-mère Michelle // 12.04.2023 à 15h26

    Très touchant, ce témoignage affectueux au sujet d’un homme courageux qui va bientôt mourir, et a donc pu le lire(en espérant qu’il aura la force de le commenter, le préciser, si possible…si besoin…)

    Il pose la question centrale du « secret », qui, bien sûr, ne persiste à exister dans n’importe quelle stratégie, une fois qu’elle a été appliquée, que pour cacher des actions inavouables, injustifiables, illégales, au regard de la société dans laquelle elles se déroulent(tout en étant admis par la population, généralement pour des « raisons » de « sécurité »…de qui?!)
    Le plus grave, c’est qu’il met par terre la notion de « séparation des pouvoirs », pourtant une des bases de la démocratie dans nos « États de droit »: pas vu, pas pris!

      +10

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications