Les Crises Les Crises
20.janvier.202320.1.2023 // Les Crises

Archives déclassifiées : Le lancement d’une torpille nucléaire a failli avoir lieu lors de la crise de Cuba

Merci 171
J'envoie

Le chef d’état-major Arkhipov a implicitement confirmé le quasi-lancement d’une torpille nucléaire. Les commandants des sous-marins ont supprimé cette histoire pendant 40 ans. Les archives publient les principaux documents déclassifiés sur les sous-marins soviétiques pendant la crise.

Source : National Security Archive, Svetlana Savranskaya
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Sous-marin B-59

Cahier d’information n° 808

Pour plus d’informations, contactez le 202-994-7000 ou nsarchiv@gwu.edu

Le chef d’état-major de la 69e brigade de sous-marins, le capitaine de deuxième classe Vasily Arkhipov.

Commandant du B-59, le capitaine de deuxième classe Valentin Savitsky.

Participants à l’opération : de gauche à droite A. F. Dubivko, N. A. Shumkov, V. A. Arkhipov, R. A. Ketov.

Washington, le 3 octobre 2022 – Il y a soixante ans, le 1er octobre 1962, quatre sous-marins diesel soviétiques de la classe Foxtrot, qui transportaient chacun une torpille à tête nucléaire, ont quitté leur base dans la baie de Kola, dans le cadre du déploiement soviétique massif vers Cuba qui a précipité la crise des missiles de Cuba. Un incident s’est produit sur l’un des sous-marins, le B-59, lorsque son capitaine, Valentin Savitsky, fut sur le point d’utiliser sa torpille nucléaire. Bien que les Américains n’en aient pas eu conscience à l’époque, cet incident s’est produit le jour le plus dangereux de la crise, le 27 octobre. L’épisode est depuis lors au centre du débat public sur les dangers des armes nucléaires et a inspiré de nombreux récits sensationnalistes.

Aujourd’hui, les Archives marquent le 60e anniversaire de la crise des missiles de Cuba en publiant pour la première fois en anglais le seul souvenir public de Vasily Arkhipov, chef d’état-major de la brigade sous-marine, qui était à bord du B-59 au moment critique et a aidé le capitaine Savitsky à éviter de prendre la décision potentiellement catastrophique de lancer une attaque nucléaire. Arkhipov a partagé ses souvenirs de l’incident lors d’une présentation à une conférence commémorant le 35e anniversaire de la crise des missiles de Cuba, qui s’est tenue à Moscou le 14 octobre 1997.

En plus des souvenirs de Savitsky, l’affichage d’aujourd’hui présente également une collection essentielle de documents publiés précédemment sur la crise des missiles cubains sous-marins, basée sur 20 ans de recherche par les Archives de la sécurité nationale.

La présentation d’Arkhipov confirme implicitement les rapports selon lesquels, dans la nuit du 27 octobre, le B-59 a connu une situation extraordinaire dans laquelle le capitaine aurait pu utiliser une torpille nucléaire contre les forces américaines de lutte anti-sous-marine. Au moment de la présentation, Arkhipov était le seul témoin oculaire des événements sur le kiosque de contrôle et des réactions immédiates de Savitsky. Sa présentation a été révélatrice, même s’il a essayé d’éviter d’aborder la question clé – l’utilisation possible d’une arme nucléaire et son propre rôle dans la résolution de la situation.

Les commandants des trois autres sous-marins de la 69e brigade – Ryurik Ketov, Nikolay Shumkov et Aleksey Dubivko – ont assisté à la conférence de 1997. Savitsky, le commandant du B-59, était déjà décédé. La présentation d’Arkhipov a commencé par une réponse à la publication en 1995 par le journaliste Alexander Mozgovoy dans Komsomolskaya Pravda de la quasi-utilisation d’une torpille à tête nucléaire par le capitaine du B-59. Le récit de Mozgovoy était basé sur ses entretiens avec Vadim Orlov, chef de l’unité d’interception radio du B-59. Avant la publication de Mozgovoy, les informations sur l’incident avaient été gardées secrètes. La présentation d’Arkhipov visait à fournir le récit public officiel, qui, d’une part, confirmait les détails de l’incident, mais, d’autre part, ne mentionnait jamais le mot « nucléaire », sauf en référence au titre de Mozgovoy.

Selon le rapport d’Arkhipov, lorsque le sous-marin a fait surface dans la nuit du 27 octobre pour recharger ses batteries, le commandant Savitsky, qui est monté dans le kiosque avec Arkhipov, a été choqué et aveuglé par les actions inattendues des navires et des avions américains de lutte anti-sous-marine (décrites par Arkhipov comme « des survols par des avions à seulement 20-30 mètres au-dessus du kiosque du sous-marin, l’utilisation de puissants projecteurs, le tir de canons automatiques, des tirs de canons automatiques (plus de 300 obus), le largage de grenades sous-marines, le passage devant le sous-marin de destroyers à une dangereuse [faible] distance, l’orientation des canons sur le sous-marin, des cris dans les haut-parleurs pour arrêter les moteurs »). Arkhipov nous offre un contrefactuel effrayant : le commandant aurait pu ordonner une plongée d’urgence et, pensant qu’il était attaqué, aurait pu utiliser des armes nucléaires contre l’attaquant.

Les récits d’Orlov et de Ketov – et plus tard d’Anatoly Leonenko et de Viktor Mikhailov, qui étaient respectivement commandant de l’unité de torpilles n°3 sur le B-59 et chef du groupe de navigation de combat – (aucun d’entre eux n’a été témoin de l’échange dans le kiosque) confirment que Savitsky a, en fait, ordonné la plongée et demandé le lancement de la torpille nucléaire du sous-marin. D’autres souvenirs de l’incident ont été publiés plus tard par des sous-mariniers survivants dans un volume édité par l’amiral V. V. Naumov, Карибский кризис. Противостояние. Сборник воспоминаний участников событий 1962 года.

Dans un entretien accordé à Svetlana Savranskaya le 12 juillet 2012, Ketov a déclaré que Savitsky pensait effectivement qu’ils étaient attaqués et que la guerre avec les États-Unis avait déjà commencé. Pris au dépourvu par les actions agressives des États-Unis, Savitsky a paniqué, appelant à une « plongée en urgence » et à la préparation de la torpille #1 (avec l’ogive nucléaire), mais il n’a pas pu descendre rapidement l’escalier étroit du kiosque, qui était temporairement bloqué par l’officier de signalisation et son équipement. Arkhipov, qui était toujours sur le kiosque et qui a vu que les Américains étaient en train de faire des signaux et non d’attaquer, a rappelé le commandant et l’a calmé. L’ordre de Savitsky n’a jamais été transmis à l’officier responsable de la torpille, et le sous-marin soviétique a fait signe aux Américains de cesser toute action provocatrice. La situation a été désamorcée et, le lendemain, le B-59, dont les batteries étaient complètement chargées, a pu s’immerger sans avertissement et échapper à ses poursuivants.

Les commandants des sous-marins ont tenté d’étouffer l’histoire de l’incident du B-59 pendant près de 40 ans. La conférence du 40e anniversaire organisée à La Havane par les Archives de la sécurité nationale en octobre 2002 a permis de replacer l’histoire du B-59 au centre du débat public, ce qui a conduit à de nouvelles révélations, notamment de la part d’Orlov (qui a participé à la conférence de 2002) et de Ketov. Les Archives remercient le Submarine Veterans Club de Saint-Pétersbourg et le président de son conseil, Igor Kurdin, pour leur coopération au fil des ans. D’autres détails de cette histoire apparaîtront lorsque les documents russes relatifs à l’opération Kama, le déploiement de sous-marins, seront déclassifiés.

Les documents

Document 1

Vice-amiral Vasili Arkhipov

14 octobre 1997

Source site web de l’Académie navale de Kirov (Académie navale nationale, Bakou), téléchargé en 2014

Cette présentation est la seule déclaration publique connue de Vasily Arkhipov sur les événements survenus à bord du sous-marin B-59 pendant la crise des missiles de Cuba. Il est clair qu’il est très mécontent de la révélation par le journaliste Alexandre Mozgovoï (basée sur le récit de Vadim Orlov) de la quasi-utilisation de la torpille nucléaire, qu’il considère comme faisant partie du complot visant à « dénigrer et diffamer les dirigeants militaires et navals soviétiques de premier plan » et à « détruire les forces armées soviétiques. » Arkhipov décrit les événements du 27 octobre, lorsque son sous-marin a dû faire surface en raison de batteries épuisées alors qu’il était poursuivi par les forces anti-sous-marines américaines. Dans son récit, le capitaine, Savitsky, a été « aveuglé » et choqué par les lumières vives et les bruits d’explosions et il « ne pouvait même pas comprendre ce qui se passait » lorsqu’il est arrivé dans le kiosque. Arkhipov donne à son auditoire une hypothèse : « Le commandant aurait pu instinctivement, sans réfléchir, ordonner une « plongée en urgence ». Ensuite, après l’immersion, la question de savoir si un avion tirait sur le sous-marin ou autour de lui ne serait venue à l’esprit de personne. C’est ça la guerre ». Et en guerre, le commandant était certainement autorisé à utiliser ses armes.

Arkhipov ne mentionne pas son propre rôle dans la situation critique, se contentant de dire qu’au bout de quelques minutes, « il est devenu clair » que l’avion avait tiré devant et le long du bateau et ce dernier n’était donc pas attaqué.

Document 2

Extrait du rapport [non daté, vers décembre 1962, préparé par l’état-major de la Flotte du Nord de l’URSS] sur la participation des sous-marins B-4, B-36, B-59, B-130 de la 69e Brigade de sous-marins de la Flotte du Nord à l’opération Anadyr pendant la période d’octobre à décembre 1962 /CRISE DES CARAÏBES/.

1er décembre 1962

Source : Donation du capitaine Ryurik Ketov à Svetlana Savranskaya, juillet 2012

Il s’agit d’un projet de rapport préparé pour le débriefing de l’opération Kama à Moscou au début de janvier 1963. Les commandants du sous-marin ont rédigé ce rapport en décembre 1962 alors qu’ils se préparaient à informer les hauts responsables politiques et militaires à Moscou. On peut supposer qu’Arkhipov a probablement rédigé le texte car il était le principal présentateur à Moscou. Le rapport mentionne les préparatifs de la mission, sa taille réduite et les conditions météorologiques pour la traversée de l’océan Atlantique. Il souligne la domination écrasante et les actions agressives des forces anti-sous-marines américaines (« Cent fois plus fortes que les nôtres dans leurs capacités de combat ») contre les B-36, B-59 et B-130, qui ont dû faire surface pour des réparations et pour recharger leurs batteries. Le rapport mentionne que le B-36 a été attaqué par une torpille, mais qu’elle a manqué le bateau parce qu’il s’immergeait très rapidement. Le rapport est totalement silencieux sur les incidents survenus sur le B-59, ce qui implique qu’au moment de la rédaction du rapport, les commandants avaient l’intention de garder l’information secrète.

Documents précédemment publiés

Ministère de la Marine US, cable à CINCLANTFLT et al, avis du département d’Etat portant sur les procédures d’émersion et d’identification, le 24 octobre 1962

24 octobre 1962

Source Archives nationales, RG 330, enregistrements sensibles, Cuba, box 1, Cuba 381 (20-25 octobre 1962)

Cet avis fournit les procédures d’émersion et d’identification des sous-marins dans les environs de Cuba.

Rapport du quartier général de la flotte soviétique du Nord, au sujet de la participation des sous-marins B-4, B-36, B-59, B-130 de la 69e brigade sous-marine de la flotte du nord lors de l’opération Anadyr pendant la période octobre-décembre 1962, vers décembre 1962.

30 octobre 1962

Donation de la source à Svetlana Savranskaya

Ce rapport concerne la participation des sous-marins B-4, B-36, B-59, B-130 de la 69e brigade de sous-marins de la Flotte du Nord à l’opération Anadyr pendant la période d’octobre à décembre 1962.

Anatoly Petrovich Andreyev, extraits d’entrées de journal, octobre 1962 (en russe)

30 octobre 1962

Source Image numérique par Svetlana Savranskaya

Anatoly Petrovich Andreyev, extraits de son journal intime, octobre 1962 (traduction anglaise)

30 octobre 1962

Source Image numérique de Svetlana Savranskaya

Extrait du journal intime d’Anatoly Petrovich Andreyev, octobre 1962.

Souvenirs de Vadim Orlov (sous-marin B-59 de l’URSS) : « Nous les coulerons tous, mais nous ne déshonorerons pas notre marine. »

1er janvier 2002

Source Alexander Mozgovoi, La samba cubaine du quatuor de fox-trots : Soviet Submarines in the Caribbean Crisis of 1962 (Moscou, Military Parade, 2002). Traduit par Svetlana Savranskaya, Archives de la sécurité nationale.

Le récit d’Orlov comprend la description controversée d’un ordre du capitaine Valentin Savitsky d’assembler la torpille nucléaire.

Câble du CTG 81.1 (élément du COMSAWFORLANT ?) à la CTF 81 (COMASWFORLANT), « Appréciation de l’activité du SOSUS dans l’Atlantique Ouest de 23001Z à 273100Z »

27 octobre 1962

Source CHF, 21 (A) Contacts SS/ASW (fermés)-1

Ce câble rapporte sept contacts SOSUS [SOund SUrveillance System, système américain d’hydrophones pour identifier l’activité sous-marine dans certaines régions, NdT] avec des sous-marins soviétiques conventionnels, tout en notant la difficulté d’utiliser le SOSUS pour suivre les sous-marins C-18 et C-19.

Câble de CINCLANT au JCS, Summary of Soviet Submarine Activities in Western Atlantic to 271700Z, 27 octobre 1962.

27 octobre 1962

Source CHF, 21 (A) Contacts SS/ASW (fermé)-1

Rapporte diverses observations visuelles et divers contacts de renseignement technique de sous-marins soviétiques par le biais du radar, du SOSUS, du MAD [Magnetic Anomaly Detector, détecteur d’anomalies magnétiques, NdT], ainsi que des balises sonores Julie et Jezebel.

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Beale, DD 471

Oct 1, 1962

Source National Archives, Record Group 24, Records of Bureau of Naval Personnel (hereinafter cited as RG 24), Deck Logs 1962, box 74

The deck log book for U.S.S. Beale shows tracking and signaling operations, with use of practice depth charges (PDCs), and eventual surfacing of submarine C-19 on the evening of 27 October (local time). The Beale was part of the Randolph ASW Task Group 83.2.

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Cony, DD 508

Oct 1, 1962

Source RG 24, Deck Logs 1962, box 178

The deck log book for the U.S.S. Cony, which was also part of TG 83.2, shows its role in tracking, signaling, and surfacing submarine C-19.

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Bache, DD 470

Oct 28, 1962

Source RG 24, Deck Logs 1962, box 57

Deck log book for U.S.S. Bache, which tracked C-19 (identified as PROSNABLAVST) on 28 October.

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Barry, DD 933

Oct 29, 1962

Source RG 24

Deck log book for U.S.S. Barry, which tracked C-19 (PROSNABLAVST) on 29 October.

COMASWFORLANT cable to AIG 43, 29 October 1962

Oct 29, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce câble décrit le C-19 comme « levant et abaissant les mâts et le tuba indiquant des difficultés hydrauliques et/ou des réparations ».

I. Soviet Plans to Deploy Submarines

1 Report from General Zakharov and Admiral Fokin to the Defense Council and Premier Khrushchev on Initial Plans for Soviet Navy Activities in Support of Operation Anadyr, 18 September 1962

Sep 18, 1962

Source Volkogonov Collection, Library of Congress, Manuscript Division, Reel 17, Container 26. Translated by Gary Goldberg for the Cold War International History Project and the National Security Archive.

Ce rapport décrit les dispositions prises pour envoyer une escadre de sous-marins à Cuba, comprenant une brigade de sous-marins torpilleurs et une division de sous-marins lanceurs d’engins, avec deux annexes de sous-marins.

2 Report from General Zakharov and Admiral Fokin to the Presidium, Central Committee, Communist Party of the Soviet Union

Sep 25, 1962

Source Volkogonov Collection, Library of Congress, Manuscript Division, Reel 17, Container 26. Translated by Gary Goldberg for the Cold War International History Project and the National Security Archive.

Ce rapport sur le déroulement de l’opération Anadyr, daté du 25 septembre 1962, indique qu’il est prévu d’équiper la brigade sous-marine d’une torpille nucléaire sur chaque sous-marin, et d’envoyer un sous-marin d’attaque nucléaire pour protéger le navire de transport Aleksandrovsk.

II. Cables, reports, deck logs, and after-action reports on U.S. ASW operations

01

Excerpt from meeting of the Executive Committee (Excom) of the National Security Council, 10:00 A.M.–11:15 A.M., 24 October 1962

Oct 24, 1962

Source Philip Zelikow and Ernest R. May, editors. The Presidential Recordings John F. Kennedy, The Great Crises, Vol. III (New York, W.W. Norton, 2001), pp. 190-194; John F. Kennedy Library, Boston, MA.

Lors de cette réunion, le président Kennedy et ses conseillers ont discuté du problème des sous-marins soviétiques et des procédures de la marine pour signaler les sous-marins avec des charges de profondeur d’entraînement.

02

COMASWFORLANT (Commander, Anti-Submarine Warfare Forces, Atlantic) cable to Task Group 81.5 (Bermuda ASW Task Group), 24 October 1962

Oct 24, 1962

Source Washington Navy Yard, Naval Historical Center, Operational Archives Branch, Cuba History Files, Boxes 68-71, file: 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1 (hereinafter cited as CHF, with file name)

Ce câble rapporte une observation « probable » d’un sous-marin (probablement un C-18) et demande des vols de patrouille pour trouver le sous-marin.

03

Commander TG 81.5 cable to task group elements, 25 October 1962

Oct 25, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce message attribue à l’effort de traque des C-18 la « plus haute priorité », un escadron de patrouille VP 45 étant chargé de cette tâche sur une « base continue ».

04

Commander TG 81.5 cable to COMASWFORLANT, 25 October 1962

Oct 25, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Note que l’escadron ASW « Woodpecker Nine » a fait une observation visuelle d’un sous-marin soviétique Foxtrot, probablement un C-18.

05

CTG 81.5 cable to CTF 81 (Commander Task Force 81) (COMASWFORLANT), 25 October 1962

Oct 25, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce câble rapporte une observation visuelle du C-18 (sous-marin soviétique B-130).

06

« OpNav [Office of the Chief of Naval Operations] 24 Hour Resume of Events 250000Q to 260000Q », 26 October 1962

Oct 26, 1962

Source Washington Navy Yard, Naval Historical Center, Operational Archives, Flag Plot Cuba Missile Crisis 31-2, file: Misc. Information

Une chronologie des principaux événements retrace le blocus et les efforts ASW ainsi que la préparation des forces en vue d’une invasion de Cuba.

07

CTG 136.2 (Commander, Essex Task Group) cable to COMASWFORLANT, 26 October 1962

Oct 26, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce câble confirme que le sous-marin C-18, identifié par le numéro de coque 945, a plongé après avoir été repéré par un avion ASW.

08

CTG 81.5 cable to COMASWFORLANT, 26 October 1962

Oct 26, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Rapporte une observation par « Woodpecker Five » d’un sous-marin catalogué C-19 (sous-marin soviétique B-59). Note que les avions de patrouille ont maintenu un « contact fou », c’est-à-dire un contact par détection d’anomalie magnétique (MAD)[12].

09

CINCLANT cable to AIG [Address Indicator Group?] 930, JCS, CINCARIB, et al., « Current ASW Status, » 26 October 1962

Oct 26, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce câble montre des observations visuelles et des contacts SOSUS (système de surveillance sonore)[13] avec des sous-marins soviétiques – dont les C-18, C-19 (B-59) et C-20 – depuis le 22 octobre.

10

CTU 81.7.9 (Element of Caribbean ASW Group/Roosevelt Roads Naval Station, Puerto Rico) cable to CTF 81 (COMASWFORLANT), 27 October 1962

Oct 27, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Résume « l’activité ASW actuelle » dans les environs de la baie de Guantanamo (GITMO).

11

CTG 81.1 (element of COMSAWFORLANT?) cable to CTF 81 (COMASWFORLANT), « Appreciation of SOSUS Activity in Western Atlantic from 23001Z to 273100Z, » 27 October 1962

Oct 27, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce câble fait état de sept contacts SOSUS avec des sous-marins soviétiques conventionnels et signale la difficulté d’utiliser le SOSUS pour suivre les C-18 et C-19 (B-59).

12

CINCLANT cable to JCS, « Summary of Soviet Submarine Activities in Western Atlantic to 271700Z, » 27 October 1962

Oct 27, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Rapporte diverses observations visuelles et divers contacts de renseignement technique de sous-marins soviétiques par le biais du radar, du SOSUS, du MAD, ainsi que des sonobuoys Julie et Jezebel[14].

13

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Beale, DD 471, October 1962

Oct 1, 1962

Source National Archives, Record Group 24, Records of Bureau of Naval Personnel (hereinafter cited as RG 24), Deck Logs 1962, box 74

Le journal de bord du pont de l’U.S.S. Beale montre des opérations de repérage et de signalisation avec l’utilisation de charges de profondeur d’exercice (PDC) et la remontée à la surface du sous-marin C-19 (B-59) dans la soirée du 27 octobre (heure locale). Le Beale faisait partie du groupe opérationnel 83.2 de Randolph ASW.

14

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Cony, DD 508, October 1962

Oct 1, 1962

Source RG 24, Deck Logs 1962, box 178

Le journal de bord de l’U.S.S. Cony, qui faisait également partie du TG 83.2, montre son rôle dans le suivi, la signalisation et le renflouement du sous-marin C-19 (B-59).

15

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Bache, DD 479, October 1962

Oct 1, 1962

Source RG 24, Deck Logs 1962, box 57

Il s’agit du journal de bord de l’U.S.S. Bache, qui a suivi le C-19 (identifié comme PROSNABLAVST) le 28 octobre.

16

Recollections of Vadim Orlov (USSR Submarine B-59), « We Will Sink Them All, But We Will Not Disgrace Our Navy, »

Jan 1, 2002

Source Alexander Mozgovoi, The Cuban Samba of the Quartet of Foxtrots: Soviet Submarines in the Caribbean Crisis of 1962 (Moscow, Military Parade, 2002). Translated by Svetlana Savranskaya, National Security Archive.

Le récit de Vadim Orlov comprend la description controversée d’un ordre du capitaine Valentin Savitsky d’assembler la torpille nucléaire.

17

CTG 81.1 cable to CTF, « Appreciation SOSUS Activity from 271201Z-2843000Z, » 28 October 1962

Oct 28, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce câble rapporte que le système SOSUS « reste total au-dessus de la normale », y compris 6 contacts de sous-marins conventionnels soviétiques : C-18, C-19 (B-59), C-20, et C-23.

18

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Barry, DD 933, October 1962

Oct 1, 1962

Source RG 24

Il s’agit du journal de bord du pont de l’U.S.S. Barry, qui a suivi le C-19 (PROSNABLAVST) le 29 octobre.

19

COMASWFORLANT cable to AIG 43, 29 October 1962

Oct 29, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Cable décrit le C-19 (B-59) comme « levant et abaissant les mâts et le tuba indiquant des difficultés hydrauliques et/ou des réparations ».

20

COMASWFORLANT cable to AIG 43, 30 October 1962

Oct 30, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Il est rapporté que l’U.S.S. Barry a perdu le contact avec le C-19 (B-59) après qu’il se soit « enfoncé ».

21

COMASWFORLANT cable to AIG 43, 30 October 1962

May 15, 1905

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Le câble signale la remontée à la surface du sous-marin Foxtrot C-18 (B-130), numéro de bord 945, tard dans la soirée du 29 octobre à 2310Z (heure du méridien de Greenwich).

22

CTG 136.2 (Essex Task Group) cable to COMASWFORLANT, 30 October 1962

Oct 30, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

On rapporte que le C-18 « reste à la surface ».

23

COMASWFORLANT cable to AIG 43, 30 October 1962

Oct 30, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce câble rapporte que le C-18 [B-130] a été submergé tôt le matin à 3000622Z, mais que les destroyers et les avions avaient des contacts sonar (sound navigation and ranging)[15] et MAD.

31

U.S.S. Aldebaran cable to COMASWFORLANT, 31 October 1962

Oct 31, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Rapports sur la remontée à la surface du C-26 [B-36] à 11054Z. L’U.S.S. Cecil surveille le sous-marin, dont l’équipage « se relaie pour faire de l’air à la surface ». Le terme « xmas » que l’on trouve au paragraphe 4 signifie « sous-marin non américain inconnu ».

24

U.S.S. Speed Cable to COMASWFORLANT, 30 October 1962

Oct 30, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Le câble de l’U.S.S. Speed sur les contacts MAD et sonar avec le sous-marin soviétique C-26 (B-36), bien qu’il « n’ait pas tenté de signaux de surface spéciaux considérés comme faisant partie de la quarantaine levée ».

25

U.S.S. C.P. Cecil cable to COMASWFORLANT, 30 October 1962

Oct 30, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Ce câble rapporte que le B-36 [C-26] a « fortement tenté de rompre le contact … en changeant radicalement de cap et en atteignant des vitesses de 15 [nœuds] et de fausses boîtes d’écho ».

26

U.S.S. C.P. Cecil Cable to COMASWFORLANT, 30 October 1962

Oct 30, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Le câble rapporte que le contact a été évalué comme « sous-marin » à la lumière de 30 contacts MAD par des avions de patrouille. « Maintien d’un contact sonar continu » du C-26 [B-36].

27

CTG 136.2 to COMASWFORLANT, 31 October 1962

Oct 31, 1962

Source CHF, CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-1

Ce rapport rapporte la remontée à la surface du C-18 [B-130] après 14 heures de contact continu par des destroyers et des avions de patrouille. « Le sous-marin s’est montré évasif en utilisant des leurres, en changeant de profondeur et en reculant, mais le contact sonar n’a jamais été perdu. Après avoir fait surface, le sous-marin a déclaré que son numéro était le 945 et qu’il n’avait pas besoin d’aide.

28

Deck Log Book [Excerpts] for U.S.S. Blandy, DD 943, October 1962

Oct 31, 1962

Source RG 24, Deck Logs 1962, Box 91.

Il s’agit du journal de bord du pont de l’U.S.S. Blandy, qui a joué un rôle essentiel dans le revêtement du C-18 (B-130).

29

CTG 135.1 (element of invasion task group) cable to COMASWFORLANT, 31 October 1962

Oct 31, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-2

Ce câble fait état de l’observation radar et visuelle d’un sous-marin catalogué C-21 (peut-être le sous-marin soviétique B-4).(16)

30

U.S.S. C.P. Cecil cable to COMASWFORLANT, 31 October 1962

Oct 31, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Ce câble relate les efforts déployés pour maintenir le contact avec le sous-marin C-26 [B-36] dont les « tactiques d’évasion » se multiplient. « Le sous-marin a lancé des boîtes à fausses cibles à au moins trois occasions. »

32

Aleksei F. Dubivko, « In the Depths of the Sargasso Sea »

Jan 1, 1998

Source : Au bord du précipice nucléaire (Moscou : Gregory Page, 1998). Traduit par Svetlana Savranskaya

Il s’agit d’une traduction fournie par Svetlana Savranskaya de « In the Depths of the Sargasso Sea » de Dubivko.

33

CTG 81.1 cable to CTF 81, 31 October 1962

Oct 31, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

La visibilité de la détection est élevée, mais le nombre de contacts SOSUS a diminué.

34

CINCLANT cable, to JCS, 1 November 1962

Nov 1, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Il passe en revue les contacts sous-marins signalés précédemment et les nouveaux contacts grâce à Jezebel, LOFAR (analyse et enregistrement à basse fréquence) et d’autres systèmes de détection.

35

U.S.S. C.P. Cecil cable to COMASWFORLANT, 2 November 1962

Nov 2, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Ce câble rapporte que le Cecil surveille le C-26 [B-36], dont l’équipage « travaille sur des accessoires sous le pont de la superstructure ». Le C-26 sera immergé plus tard dans la journée (voir document 36).

36

Deck Log Book [Excerpts] for the U.S.S. Keppler, November 1962

Nov 1, 1962

Source RG 24, 1962 Deck Logs, box 467

Il s’agit du journal de bord de l’U.S.S. Keppler, qui a surveillé le C-18 au début du mois de novembre.

37

CTG 135.1 cable to COMASWFORLANT, 3 November 1962

Nov 3, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)-2

Cable fait le point sur les contacts avec C-21 : « Notre attitude est passée de la confiance à la frustration, puis au doute, en fonction de la nature des contacts. Mon évaluation actuelle [est] que le contact initial était une observation positive du sous-marin. »

38

COMASWFORLANT cable to AIG 43 et al., 3 November 1962

Nov 3, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Ce câble fait état du statut des contacts C-18, C-19 (B-59), C-21 et C-26, entre autres.

39

U.S.S. Zellars cable to COMASWFORLANT, 4 November 1962

Nov 4, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Ce câble rend compte des efforts infructueux pour suivre le C-21.

40

Special Report of the CNO Submarine Contact Evaluation Board As of 5 November 1962, » 5 November 1962

Nov 5, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW 2

Ce rapport spécial confirme les observations de sous-marins soviétiques, mais note que le contact C-21B est « provisoire » en raison d’un « manque de preuves de confirmation ».

41

COMASWFORLANT cable to supporting elements, 5 November 1962, « Summary Soviet Submarine Activity in the Western Atlantic to 051700Z Third Report »

Nov 5, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW 2

Le câble signale l’état des C-18, C-19 (B-59), C-21 et C-26.

42

CTU 81.7.9 (element of COMASWFORLANT) cable to COMASWFORLANT, 6 November 1962

Nov 6, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)

Ce câble relate les efforts continus pour suivre le C-21, ainsi que la détection possible d’un sous-marin nucléaire par LOFAR et ECM (contre-mesures électroniques).

43

U.S.S. Keppler cable to COMASWFORLANT, 8 November 1962

Nov 8, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)

Rapports sur la surveillance continue du C-18 (B-130), qui semble éprouver des « difficultés mécaniques à séparer le carburant de l’eau pour les moteurs diesel ».

44

COMASWFORLANT cable to AIG 43, 9 November 1962

Nov 8, 1962

Source CHF, 21.SS/ASW

Ce câble rapporte le rendez-vous du C-18 (B-130) avec un navire de surface non identifié, probablement le remorqueur russe Pamir.

45

U.S.S. Keppler cable to COMASWLANT, 9 November 1962

Nov 9, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts (Closed)

Rapports sur les tentatives infructueuses du C-18 de s’immerger.

46

COMASWFORLANT cable to CTG 81.9, 9 November 1962

Nov 9, 1962

Source CHF, 21 (A) SS/ASW Contacts

Ce câble rapporte que si le remorqueur soviétique Pamir escorte le C-18, et que les deux « rentrent chez eux », l’opération de surveillance prendra bientôt fin. Il s’avère que le Pamir a remorqué le C-18 (B-130) pour le ramener au port près de Mourmansk, un voyage de trois semaines.

47

Carrier Division Sixteen, « Report of ASW Barrier Operations During the Cuban Missile Crisis by Group Built Around Randolph, » 14 December 1962

Nov 14, 1962

Source U.S. Navy Freedom of Information Act Release

Ce rapport décrit les efforts de la patrouille aérienne pour suivre le C-19 (B-59). Au cours de l’une des opérations d’hélicoptère du 27 octobre, après que les « signaux de surface du PDC ont explosé », le sonar a capté le bruit causé par la fermeture des écoutilles « ne laissant aucun doute sur le fait que nous avions un contact sous-marin ».

48

Commanding Officer, Patrol Squadron Five, « Report of Support of Cuban Missile Crisis Operations, » 15 December 1962

Dec 15, 1962

Source U.S. Navy Freedom of Information Act Release

Ce rapport montre les efforts de surveillance du sous-marin soviétique C-26, qui a fait surface parce que sa « capacité sous-marine … avait été manifestement épuisée par la restriction continue de ses mouvements par des unités aériennes et de surface depuis le soir du 29 octobre 1962 ».

49

Table showing deployment of non-nuclear components of nuclear depth charges at Guantanamo Bay, 1961-1963

Feb 1, 1978

Source Assistant to the Secretary of Defense for Atomic Energy, « History of the Custody and Deployment of Nuclear Weapons (U), July 1945 – September 1977, » February 1978, Department of Defense Freedom of Information Act Release

Ce tableau montre le déploiement des composants non nucléaires des grenades sous-marines nucléaires à Guantanamo Bay.

III. Charts

Les tableaux suivants, qui montrent le déploiement et les mouvements des navires chaque jour de la crise des missiles cubains, sont l’œuvre de « Flag Plot » et « ASW plot », des composantes spéciales du bureau du chef des opérations navales. Grâce à ces tableaux, autrefois classés « Top Secret », on peut suivre le renforcement massif des forces de blocus et d’invasion pendant les jours qui ont suivi le 22 octobre, ainsi que l’effort systématique de localisation des sous-marins et autres navires soviétiques. Au fur et à mesure que la crise s’intensifiait, les demandes d’informations plus rapides de la part des hauts fonctionnaires ont conduit le Flag Plot à produire ces cartes quatre fois par jour ; toutefois, lorsque la crise s’est atténuée, les cartes n’ont été produites qu’une fois par jour. Au fur et à mesure que les détails des observations de sous-marins s’accumulaient, à la fin du mois d’octobre, les membres du CNO ont commencé à produire un tableau quotidien « ASW Plot » qui comprenait de brefs résumés des rencontres avec les sous-marins soviétiques.

Source des graphiques : Washington Navy Yard, U.S. Naval Historical Center, Operational Archives, dossiers « Flag Plot Cuban Missile Crisis » : « Op-Sum Oct 62 » et « Op-Sum Nov 62 ».

01. Carib As Of 22 October 1962 0800Q

Oct 22, 1962

02. Carib As of 23 October 1962 0800Q

Oct 23, 1962

03. Carib As of 24 October 1962 0800Q

Oct 24, 1962

04. Carib As of 24 October 1962 1200Q

Oct 24, 1962

05. Carib As of 24 October 1962 2230Q

Oct 25, 1962

06. Carib As of 25 October 1962 0300Q

Oct 25, 1962

07. Carib As of 25 October 1962 0800Q

Oct 25, 1962

08. Carib As of 25 October 1962 1200Q

Oct 25, 1962

09. Caribbean As of 25 October 1962 2000Q

Oct 25, 1962

10. Caribbean As of 25 October 1962 2400Q

Oct 25, 1962

11. Caribbean As of 26 October 1962 0800Q

Oct 26, 1962

12. Caribbean As of 26 October 1962 1200Q

Oct 26, 1962

13. Caribbean As of 26 October 1962 1800Q

Oct 26, 1962

14. Caribbean As of 26 October 1962 2400Q

Oct 26, 1962

15. Caribbean As of 27 October 1962 0600Q

Oct 27, 1962

16. Caribbean As of 27 October 1962 1200Q

Oct 27, 1962

17. Caribbean As of 27 October 1962 1800Q

Oct 27, 1962

18. Caribbean As of 27 October 1962 2400Q

Oct 27, 1962

19. Caribbean As of 28 October 1962 0600R

Oct 28, 1962

20. Caribbean As of 28 October 1962 1200R

Oct 28, 1962

21. Caribbean As of 28 October 1962 1800R

Oct 28, 1962

22. Caribbean As of 28 October 1962 2400R

Oct 28, 1962

23. Caribbean As of 29 October 1962 0600R

Oct 29, 1962

24. Caribbean As of 29 October 1962 1200R

Oct 29, 1962

25. Caribbean As of 29 October 1962 1800R

Oct 29, 1962

26. « Cuba ASW Plot, » circa 29 October 1962

Oct 29, 1962

27. Caribbean As of 29 October 1962 2400R

Oct 29, 1962

28. « Cuba ASW Plot As of 300000R Oct 1962 »

Oct 30, 1962

29. Caribbean As of 30 October 1962 0600R

Oct 30, 1962

30. Caribbean As of 30 October 1962 1400R

Oct 30, 1962

31. Caribbean As of 30 October 1962 2400R

Oct 30, 1962

32. « Cuba ASW Plot As of 310000 R Oct 62 »

Oct 31, 1962

33. Caribbean As of 31 October 1962 0600R

Oct 31, 1962

34. Caribbean As of 31 October 19621200R

Oct 31, 1962

35. Caribbean As of 31 October 1962 2400R

Oct 31, 1962

36. « Cuba ASW Plot As of 010000 R Nov 1962 »

Nov 1, 1962

37. Caribbean As of 1 November 1962 0600R

Nov 1, 1962

38. Caribbean As of 1 November 1962 2400R

Nov 1, 1962

39. « Cuba ASW Plot as of 020000 R Nov 62 »

Nov 2, 1962

40. Caribbean As of 2 Nov. 1962 0600R

Nov 2, 1962

41. Caribbean As of 2 Nov. 1962 0600R

Nov 2, 1962

42. « Cuba ASW Plot As of 030000 R Nov 1962 »

Nov 3, 1962

43. Caribbean As of 3 Nov. 1962 0600R

Nov 3, 1962

44. « Cuba ASW Plot as of 040000R Nov 1962 »

Nov 4, 1962

45. Caribbean As of 4 Nov. 1962 0600R

Nov 4, 1962

46. « Cuba ASW Plot As of 050000R Nov 1962

Nov 5, 1962

47. Caribbean As of 5 Nov. 1962 0600R

Nov 5, 1962

48. « Cuba ASW Plot As of 060000R Nov 1962 »

Nov 6, 1962

49. « Cuba ASW Plot As of 070000R Nov 1962 »

Nov 7, 1962

Source : National Security Archive, Svetlana Savranskaya, 08-10-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Danton // 20.01.2023 à 09h24

Et ce genre « d’incident » a eu lieu à un moment où les parties se chauffaient sur un front maritime de 100km et dont les dirigeants, adultes, censés, intelligents, discutaient entre eux, conscients qu’ils étaient d’être au bord de l’abîme.
Aujourd’hui, les parties ne se parlent plus du tout, les occidentaux ressemblent a une poule sans tête qui se contente de doubler la mise par réflexe et les Russes sont très très effrayés mais en colére donc déterminés.
Le front s’étant de la mer noire à la baltique où avions, vaisseaux et 1000km de front terrestre jouent au chicken game. Qui finira au bas de la falaise? Tout le monde?
Il serait temps de se réveiller. On est en juin 14, on se dirige tout droit vers l’abîme.
Hier, à Ramstein, la déclaration conjointe de 9 pays est une véritable déclaration de guerre à la Russie. Au fous.
UK, Pologne, Pays-,Bas, Danemark, Slovaquie, 3 Baltes ,Tchequie( les mêmes qui ont soutenu les USA en 2003).
Je note avec soulagement que Macron, Scholtz et Meloni ont laissé leur pays hors de la nef des fous.
Pourvou qué ça doure.
On notera que les USA n’y sont pas( se battre jusqu’au dernier Européen)

16 réactions et commentaires

  • Danton // 20.01.2023 à 09h24

    Et ce genre « d’incident » a eu lieu à un moment où les parties se chauffaient sur un front maritime de 100km et dont les dirigeants, adultes, censés, intelligents, discutaient entre eux, conscients qu’ils étaient d’être au bord de l’abîme.
    Aujourd’hui, les parties ne se parlent plus du tout, les occidentaux ressemblent a une poule sans tête qui se contente de doubler la mise par réflexe et les Russes sont très très effrayés mais en colére donc déterminés.
    Le front s’étant de la mer noire à la baltique où avions, vaisseaux et 1000km de front terrestre jouent au chicken game. Qui finira au bas de la falaise? Tout le monde?
    Il serait temps de se réveiller. On est en juin 14, on se dirige tout droit vers l’abîme.
    Hier, à Ramstein, la déclaration conjointe de 9 pays est une véritable déclaration de guerre à la Russie. Au fous.
    UK, Pologne, Pays-,Bas, Danemark, Slovaquie, 3 Baltes ,Tchequie( les mêmes qui ont soutenu les USA en 2003).
    Je note avec soulagement que Macron, Scholtz et Meloni ont laissé leur pays hors de la nef des fous.
    Pourvou qué ça doure.
    On notera que les USA n’y sont pas( se battre jusqu’au dernier Européen)

      +20

    Alerter
  • POPOV // 20.01.2023 à 10h18

    On sortait d’un gros conflit, l’époque ne prêtait pas nécessairement aux tensions, le « babyboom » tournait à plein régime. La période actuelle en Europe, marquée par une très forte dénatalité, reste aussi un grand moment d’absence de retenue, et c’est à craindre.
    La crise de Cuba n’a pas dérapé pour des raisons méchamment humaines, qu’en sera-t-il de la « noble » crise ukrainienne????

      +4

    Alerter
  • Auguste Vannier // 20.01.2023 à 10h34

    En allant à la source, https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/russia-programs/2022-10-03/soviet-submarines-nuclear-torpedoes-cuban-missile-crisis , il est intéressant de parcourir l’impressionnante liste des Bailleurs de fonds et sympathisants de cet organisme. Parmis les noms très connus pour leur engagement « Idéologique » ou « politique »: Carnegie Corporation, Dow Jones et Compagnie, Fondation Ford, Fondation de la Société du New York Tmes, Open Society, Associés,Fonds, Fondation Rockfeller…
    Le message liminal que je tire de la lecture de cet article:
    Les Russes/Soviétiques étaient déjà très méchants en ces années là, et prêts à utiliser des armes nucléaires! (et subliminal: ils sont plus dangereux aujourd’hui, il faut absolument les arrêter).
    On reste à mon avis, avec ce genre de publication en ce moment, dans l’intention de propagande de guerre.
    Parce que nous n’apprenons rien que nous ne sachions déjà: il ya des « fous » qui jouent avec le feu nucléaire. Et aujourd’hui, ils ne s’en cachent même pas (il n’y aura pas besoin de déclassifier des archives secrètes).

      +16

    Alerter
  • RGT // 20.01.2023 à 11h01

    Cet événement n’a pas été le seul cas de retenue des officiers russes qui, contrairement aux « vaillants soldats » US, réfléchissaient à deux fois avant de lancer une « bombinette » sur l’adversaire.

    Et ce qui les a surtout retenus, c’est simplement le fait de penser aux souffrances qui auraient été endurées par les civils (amis ou « ennemis ») qui auraient été les victimes d’une guerre dont l’un des protagonistes se foutait totalement des « dommages collatéraux » qui auraient pu être causés par l’envoi d’une « bombinette » sur l’ennemi.

    Les russes avaient (et ont toujours d’ailleurs) une trouille monumentale des conséquences d’une guerre nucléaire et malgré leurs discours n’utiliseront ces armes qu’en dernier ressort s’ils sont attaqués par le même type d’armement.

    Par contre, les « gentils » ont dans leurs cartons les plans d’une « attaque préventive » et ne se cachent pas de l’utiliser en se foutant totalement des conséquences.

    Il est bien loin le temps de Kennedy.

    Plus le temps passe et plus je suis convaincu que cet homme était bien l’exception parmi les dirigeants de ce pays, et c’est sans doute pour ça qu’il « nous a quittés prématurément » (sans complotisme).
    Quand on voit ce que son successeur immédiat et tous ceux qui l’ont suivi ont fait (« Nobel de la paix » compris) on se rend compte que les USA sont bel et bien le plus grand danger pour la paix sur cette planète.

    Au niveau des « bombinettes » larguées sur des civils désarmés qui n’avaient rien de dangereux nous avons toujours USA = 2, le reste du monde = 0.
    Une victoire écrasante qui laisse un sale goût dans la bouche.

      +12

    Alerter
    • JPP // 20.01.2023 à 12h10

      Le père de Kennedy avait soutenu notoirement les Nazis.
      Le Bilan du Président John Kennedy, qui en bon démocrate, n’était pas un pacifiste , en dehors du lancement du programme lunaire, n’est pas brillant:Il a accepté bêtement que la tentative de débarquement à Cuba préparé par la CIA sous Eisenhower soit réalisée et cela a été un désastre, puis il a embarqué les USA dans la désastreuse Guerre du Vietnam sur entre autre la théorie fumeuse des Dominos pour contrer les états communistes. En vie privée la Maison Blanche était devenue une maison de rendez vous au service des deux frêres Kennedy et cela s’est mal terminé pour Marlin Monroe. (les deux frères s’étaient faits beaucoup d’ennemis en interne et en externe).
      Son vice président et successeur constitutionnel Lyndon Jonson détestait toute cette équipe dirigeante et héritant malgré lui de l’absurdité Vietnamienne avait essayé de l’arrêter au finish mais cela lui a couté sa reélection au profit de Nixon ancien vice président d’Eisenhower, qui a finalement accepté le désengagement américain.

        +3

      Alerter
      • RGT // 24.01.2023 à 09h58

        Kennedy était opposé à la guerre du Vietnam et c’est son successeur qui a lancé l’intervention de l’armée US sur le sol vietnamien en 1965, soit 2 ans après la mort violente de son prédécesseur…

        Et contrairement à la rengaine « démocratique » des USA (qui est devenue ensuite leur marque de fabrique) les problèmes au le sud Vietnam n’ont pas du tout été initiés par le nord mais simplement par la rébellion massive de la population contre le dictateur sanguinaire (le « bien-aimé président » Diêm) allié des USA qui avait commencé à massacrer des moines bouddhistes (pas franchement marxistes) dans une répression sanguinaire.

        Le nord Vietnam n’a commencé à intervenir qu’après l’attaque violente de ce pays par l’armée US qui n’avait pour seule « justification » d’intervenir pour « défendre la liberté du peuple vietnamien » contre les « bolchéviks le couteau entre les dents » suite l’incident naval du golfe du Tonkin (cherchez, c’est assez sale, typiquement US).

        La guérilla était initialement menée par le FNL et soutenue par l’immense majorité de la population du sud contre la dictature sanguinaire soutenue pour de pures raisons idéologiques « d’endiguement du communisme » par les USA.
        Le nord Vietnam n’avait rien à voir avec cette révolte de la population, même si le gouvernement du nord aidait la population à se libérer de ses chaînes.

        Et si les USA n’étaient pas intervenus le régime dictatorial serait tombé et le Vietnam serait sans doute resté sous forme de deux états qui auraient fait la paix sans passer par la case massacres et crimes de guerre.

        Je ne suis pas du tout marxiste, bien au contraire, mais si les USA n’avaient pas cette idéologie de domination coloniale inscrite dans les gènes de leurs « élites » et avaient simplement foutu la paix aux autres peuples de toute la planète la situation serait aujourd’hui bien plus apaisée.

        Depuis la situation ne s’est arrangée hélas…
        Après la branlée que les USA (et leurs vassaux) se sont pris en Afghanistan et la tôle qu’ils ont aussi pris en Syrie ils ont remis le couvert en foutant le bordel en Ukraine…

        Qui sera le prochain sur la liste ?

          +0

        Alerter
  • Pseudonyme // 20.01.2023 à 12h42

    En pleine cris, un sous-marin nucléaire d’attaque qui a besoin de faire surface pour recharger ses batteries…

    Désolé, je n’y crois pas une seule seconde.

      +2

    Alerter
    • Danton // 20.01.2023 à 15h18

      Ce sois marin devait être porteur de missiles nucléaires mais il devait être à propulsion diesel. Sinon, effectivement ça n’a aucun sens.

        +2

      Alerter
    • Pierrot // 21.01.2023 à 01h09

      Relisez : « … quatre sous-marins diesel soviétiques de la classe Foxtrot, qui transportaient chacun une torpille à tête nucléaire … »

      Il ne s’agissait donc pas d’un sous-marin à *propulsion* nucléaire, mais d’un sous-marin porteur d’une arme nucléaire.

        +6

      Alerter
    • JMS // 24.01.2023 à 04h21

      Ça peut surprendre mais c’est rationnel et indispensable pour un sous-marin diesel de recharger ses batteries en se mettant à la surface ou près de la surface
      Un début d’explication ici : https://www.la-flore.fr/fr/le-schnorchel

        +0

      Alerter
  • Savonarole // 20.01.2023 à 19h25

    C’est étonnant , on est sur du « déclassifié » mais les rapports sont incomplets , souvent réduits aux annexes , stabiloté au noir de partout … bref , c’est de la donnée partielle et presque pas exploitable. Les faits remontent à plus de 60 ans.
    Pour résumer les rapports : les ricains ont « vu » trois sous-marins , ils ont tiré les herissons , balancé de la charge de profondeur, saturé toutes les écoutes possibles et quadrillé toutes les chennaux possibles. On ne peut que souligner le grand sang-froid des officiers de marine sovietiques qui n’ont pas répliqué aux innombrables provocations de l’USN, qui ont réussi à passer outre les bluffs et rentrer à leur maison.
    Ca a foutu les glandes aux yanks qui ont surarmé leur flottes et leurs bases des Caraïbes … jusqu’en 1977 et en se passant du consentement des locaux. (d’ou la classification des papiers et le stabilo.)
    Bel esprit , bravo … il y a une maternelle en face de mon boulot et les gamins de maintenant sont plus adultes à 5 ans que l’état major de l’USN en 1962.

      +8

    Alerter
    • utopiste observateur // 21.01.2023 à 13h20

      Je ne pense pas que l’état d’esprit ait beaucoup changer à l’état major de l’USN, à part la composante managériale qui a du prendre du poids.

        +1

      Alerter
  • Paix // 21.01.2023 à 08h22

    Il est encore temps de s arreter sinon ca finira mal
    Et ne dites pas on ne savait pas
    Chacun doit rester chez soi et arretez les provocations d un cote comme de l autre
    Tout le monde sera perdant car ca sera la fin du monde

      +3

    Alerter
  • Foxy // 21.01.2023 à 10h48

    Une fois de plus les USA font tout pour provoquer et dire ensuite qu’ils ont été attaqués et qu’ils sont des saints, les défenseurs de la liberté et de la démocratie et patati et patata !
    cf . golfe du Tonkin

      +3

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 21.01.2023 à 16h02

    À noter que l’Allemagne refuse de fournir des chars Leopard/2 à l’Ukraine et rompt ainsi le consensus de ses « alliés » européens, avec l’argument que les USA, eux, n’en fournissent pas.
    Peut-être le début d’un désengagement dans cette guerre… et d’une suspicion saine vis-à-vis d’une « Alliance atlantique » perverse et obsolète…?

      +1

    Alerter
  • Styrnikov // 22.01.2023 à 00h05

    L’affaire est publique depuis au moins 2002.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications