Les Crises Les Crises
20.octobre.201520.10.2015 // Les Crises

[Sondage] Ce que pensent les Syriens…

Merci 37
J'envoie

Ce billet fait suite à cette introduction sur la complexité de la guerre civile syrienne, que nous commandons de lire avant ce billet pour mieux interpréter les réponses…

La BBC a commandité au sondeur international ORB un excellent sondage réalisé auprès de 1 365 Syriens en juillet 2015, afin de mieux cerner leur opinion.

Cela donne évidemment une excellente vision de la complexité de la situation. Raison probable pour laquelle la plupart des médias n’en ont pas parlé. 🙂

Même la BBC, qui a évidemment fait un billet dessus, n’a pas mis en avant certains points très intéressants – et dérangeants.

Bien entendu, on restera prudent sur un sondage réalisé dans un pays en guerre civile, mais la taille de l’échantillon commence à être suffisante pour donner de solides tendances (Lien ORB).

Les résultats bruts du sondage sont ici. Au vu de l’aridité, nous avons réalisé quelques graphiques de synthèse…

La répartition de la population

Le sondage se déroulant dans l’ensemble du pays, voilà comment se répartit la population syrienne en fonction de qui contrôle la région du sondé :

À propos des frappes

On voit qu’en moyenne, les avis sont très partagés.

Évidemment, ils le sont moins en fonction des zones…

Conclusion : les gens ne souhaitent pas se prendre des bombes sur la tête…

Les avis sur les belligérants

Plus intéressant, voici ce que pensent les Syriens de l’influence de différents acteurs de la guerre civile :

On note qu’aucun acteur ne recueille une bonne opinion majoritaire dans la population, mais que c’est Bachar el-Assad qui en a le plus

Affinons par zone géographique :

On a ici les réponses des sondés qui sont uniquement dans les zones contrôlées par le gouvernement.

On voit que dans ces zones, Bachar el-Assad frôle les 75 % de popularité. Les gens le voient évidemment comme un rempart contre les islamistes.

Les autres acteurs, hors Iran, sont-très mal perçus.

Passons maintenant des les zones contrôlées par l’opposition :

On voit ici que :

  • Bachar el-Assad y est ici très largement rejeté,
  • la Coalition nationale syrienne n’a pas 50 % de bonnes opinions dans ces territoires qu’elle contrôle
  • al-Qaïda est très bien vue, comme les États du Golfe

Passons dans les territoires tenus par l’État islamique :

On voit ici que :

  • Bachar el-Assad y est ici largement rejeté,
  • la Coalition nationale syrienne ne recueille pas 40 % de bonnes opinions,
  • al-Qaïda a un soutien majoritaire
  • mais pas autant que l’État islamique qui recueille plus de 70 % de bonnes opinions…

La peur des sondés y est peut-être pour quelque chose, mais un tel niveau n’est pas anodin…

Passons dans les zones tenues par l’Armée syrienne libre :

On voit ici que :

  • Bachar el-Assad y est toujours largement rejeté,
  • l’ASL bénéficie d’un soutien important dans ce territoire qu’elle contrôle,
  • la Coalition nationale syrienne n’a pas 40 % de bonnes opinions
  • al-Qaïda est très bien vue (plus de 50 % de soutien), comme les États du Golfe, contrairement à l’État islamique.

 

En synthèse, on peut présenter ces mêmes résultats différemment. On avait précédemment la perception de tous les acteurs dans une seule zone, on a ici l’inverse, la perception d’un seul acteurs dans toutes les zones. Commençons par Bachar el-Assad :

on voit bien que le pays est très divisé à son égard. De même pour l’État islamique :

L’État islamique bénéficie ainsi d’un fort soutien chez lui.

Pour al-Qaïda :

Il est intéressant de voir que le front al-Nosra, branche d’al-Qaïda en Syrie a un soutien majoritaire dans la moitié du pays qui n’est plus contrôlée par Bachar el-Assad…

La coalition nationale syrienne (tenue majoritairement par les Frères musulmans, et que la France a reconnu comme représentante officielle du peuple syrien) :

Bien joué, elle n’est soutenue majoritairement nulle part… C’est mieux pour l’Armée syrienne libre (mais qui est actuellement en déroute) :

On constate que les pseudo-forces “démocratiques”, largement tenues par des islamistes conservateurs, sont violemment rejetées dans la moitié du pays qui dépend encore du gouvernement d’Assad.

Vivre en Syrie…

Seules les zones gouvernementales regrettent leur vie d’avant, 40 % des personnes dans les zones de l’État islamique semblant préférer leur vie présente.

Aucune zone ne trouve majoritairement que la vie présente est mieux qu’avant.

Que faire ?

La majorité des Syriens demande une solution politique, mais un tiers soutien les combats :

Les deux-tiers des Syriens pensent possible de vivre ensemble à nouveau.

 

Et la majorité ne veut pas d’une partition du pays, un quart le souhaitant (surtout les Kurdes). (PS : graphe édité)

L’État islamique

Voici la vision dans le pays sur les origines de l’État islamique :

On voit que pour 80 % des Syriens, l’État islamique est essentiellement une création des États-Unis et de l’étranger. Voici le détail de la réponse par zone :

Cette vision est partagée dans toutes les zones…

On appréhende ainsi mieux a complexité de la situation syrienne, et on comprend mieux pourquoi cette guerre civile dure autant et est aussi violente, chaque belligérant ayant en gros le soutien de la population dans la zone qu’il contrôle…

P.S. voici pour information le résultat du sondage effectué en Irak, dont les résultats sont bien plus positifs (66 % pensent que le pays va dans la bonne direction, et 90 % qu’une solution politique peut être trouvée)…

Commentaire recommandé

Heirani // 20.10.2015 à 01h51

Je sais pas tout à fait comment ce sondage a été mené. Mais je pense que si je vivais dans un pays en guerre, dans lequel sont commises les pires horreurs dont est capable l’humanité. Et qu’un type que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam venait me poser des questions sur mes opinions politiques. Je lui répondrais: “Ceux qui ont le pouvoir chez moi je les aime bien; et leurs ennemis je les aime pas.”.
A mon sens, la seule chose qui ressort de ce sondage, c’est le degré de crainte que les différents belligérants inspirent aux habitants des zones qu’ils contrôlent.

61 réactions et commentaires

  • naz // 20.10.2015 à 01h03

    Très étonnant! Qui sont donc les ” réfugiés”?

      +4

    Alerter
  • Grégory // 20.10.2015 à 01h25

    “Et la majorité ne veut pas d’une partition du pays, un tiers le souhaitant.”

    Cette phrase me semble contredire directement la légende du graph auquel elle renvoit, non ?
    Le cas échéant où est l’erreur ?

      +31

    Alerter
  • Bouddha vert // 20.10.2015 à 01h35

    Merci beaucoup pour ces graphiques,

    Concernant le commentaire de l’avant avant dernier graph., à moins que je ne me trompe:
    “la partition du pays est majoritairement souhaitée par les 4 acteurs”! et pas le contraire…

    Une remarque concernant le chapitre sur les solutions à choisir:
    L’homogénéité des réponses dans les 3 situations est assez remarquable et très heureuse, certainement animée par le même désir de trouver une solution.

    Ce sont également de manière homogène un peu plus de 35% qui voient la solution dans le combat! Quelle aubaine pour ceux qui la financent!

    Peut être parce que ce sont des sondages, auxquels nous sommes familiers, ce billet permet effectivement de donner de la complexité au sujet et l’envie que le dialogue, désiré par tous les belligérants, trouve sa place, au carrefour des anciens Mondes.

      +2

    Alerter
  • Grégory // 20.10.2015 à 01h49

    Quoi qu’il en soit je trouve très difficile de tirer des conclusions de ces sondages (trop de doute sur les chiffres, les biais sociaux, la méthode…), si ce n’est effectivement que rien n’est simple, et que comme toujours quoi qu’on en dise, le gros de la population aspire avant tout à une vie paisible. Les gens qui soutiennent des gens qui n’ont pas d’espoir de gagner devraient jouer la vie de leurs propres enfants sur ce coup, plutôt que celle des gens qui eux vivent dans le champ de bataille que les premiers entretiennent. Les “Droits de l’Homme” payés avec le sang de ceux qui n’en demandent pas tant, c’est une recette pour avoir le sang versé mais sans les droits de l’homme.

      +12

    Alerter
  • Heirani // 20.10.2015 à 01h51

    Je sais pas tout à fait comment ce sondage a été mené. Mais je pense que si je vivais dans un pays en guerre, dans lequel sont commises les pires horreurs dont est capable l’humanité. Et qu’un type que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam venait me poser des questions sur mes opinions politiques. Je lui répondrais: “Ceux qui ont le pouvoir chez moi je les aime bien; et leurs ennemis je les aime pas.”.
    A mon sens, la seule chose qui ressort de ce sondage, c’est le degré de crainte que les différents belligérants inspirent aux habitants des zones qu’ils contrôlent.

      +81

    Alerter
    • kèsse // 20.10.2015 à 11h35

      Il serait intéressant de croiser ce sondage avec les affinités théologiques et politiques des sondés avant la crise, car il me semble que le plus parlant dans ce sondage, c’est l’effet de la propagande de guerre. Le contre-balancé avec l’état des opinions pré-existantes permettrait d’avoir un regard plus juste: soit dans le sens d’un effet corroboré de la propagande, soit dans le sens d’une normalisation de l’apparition des différents acteurs relativement aux opinions structurant la vie politique syrienne.
      Bref, l’impression qu’en l’état, on ne peut pas en dire grand chose.

        +0

      Alerter
      • kèsse // 20.10.2015 à 11h44

        Il serait intéressant de croiser ce sondage avec les affinités théologiques et politiques des sondés avant la crise, car il me semble que le plus parlant dans ce sondage, c’est l’effet de la propagande de guerre. Le contre-balancé avec l’état des opinions pré-existantes permettrait d’avoir un regard plus juste: soit dans le sens d’un effet corroboré de la propagande, soit dans le sens d’une normalisation de l’apparition des différents acteurs relativement aux opinions structurant la vie politique syrienne.
        Bref, l’impression qu’en l’état, on ne peut pas en dire grand chose.
        Si, l’hypothèse de fort impact de la propagande était validée, il serait intéressant de refaire le premier tableau en donnant un poid au moins égale au votant sous l’oppostion et sous le gouvernement.

          +0

        Alerter
    • Merle // 20.10.2015 à 13h10

      C’est difficile effectivement de voir le vrai. On en arrive toujours à la même limite pour les sondages et les référendums en zone de conflit… Est ce qu’une faction a du pouvoir parce qu’elle est soutenue par sa population, ou bien est ce que la population la soutient parce qu’elle a du pouvoir (de dégommer ceux qui répondent mal) ? Ou bien les deux à la fois ?

      En tout cas, on voit qu’il y a une répartition pas si inégale de la population :
      Gouvernement : 678 sondés
      Opposition : 427 sondés
      ISIS : 171 sondés
      YPG : 89 sondés

      Ce qui me fait pencher du coté du “les gens votent pour la faction qui contrôlent la région par peur”, c’est quand même la régularité du soutien de la population dans les zones contrôlées. A chaque fois c’est du 75%. Aucune de ces factions n’ont su déborder sur des zones dont elles n’avaient pas le soutien ?

      Et comment interpréter le score du groupe EI ? Est ce que ces zones étaient abandonnées par le pouvoir central ? Est ce que l’on doit interpréter ça comme une légitimation de l’état islamique sur les zones désertiques enclavées ?

      Autre chose, un sondage sur 171 et 89 pleupleus, c’est maigre quand même !

        +5

      Alerter
      • Krystyna Hawrot // 20.10.2015 à 23h25

        Je me demande même comment le sondage a été mené dans les territoires contrôlés par Daesh… et si tous les chrétiens, yazides, kurdes, pro gouvernement et chiites ont quitté ces territoires et/ou ont été mis en esclavage, pas étonnant que ceux qui restent soutiennent Daesh…

          +3

        Alerter
    • V_Parlier // 20.10.2015 à 23h52

      Ce qui est intéressant, c’est que même ceux qui soutiennent l’état islamique disent majoritairement que c’est une création des USA. C’est ma seule surprise. Et elle est peut-être significative.
      Quant au “soutien” des “pouvoirs” locaux comme EI et Al-Nosra par les populations occupées, il s’explique probablement aussi par le fait que les plus réfractaires ont pu fuir ailleurs (ou se sont faits exterminer).

        +6

      Alerter
  • Frédérique // 20.10.2015 à 02h18

    On pourrait dire cyniquement qu’ils sont tous heureux de leurs situations actuelles, mais la question pas si anodine que ça qui leur demande s’ils pensent un jour pouvoir revivre tous ensemble et qui obtient une large majorité de oui, laisse à penser comme le dit @Heirani que c’est sûrement la peur qui a dicté leurs réponses sur le soutien qu’ils apportent à l’occupant.

    Je ne suis pas Syrienne, mais bon! 70 % de bonnes opinions sur l’Etat Islamique, ça laisse dubitatif, quand même!

      +7

    Alerter
    • Astatruc // 20.10.2015 à 04h25

      Frédérique,
      Comment obtenez vous ce chiffre?svp

        +0

      Alerter
      • Frédérique // 20.10.2015 à 10h30

        @Astatruc

        Dans le 8éme graphique, à la question:

        Que pensez vous de l’influence de l’Etat Islamique sur la guerre en Syrie?

        34 et 37% d’opinions positives et plutôt positives.

          +5

        Alerter
        • Astatruc // 20.10.2015 à 11h30

          Bonjour,
          Désolé, à 4 h cematin, pas vu le petit 71% en rouge, 🙂
          Je suis peut-être un peu idiot mais je ne vois pas en quoi le fait que 71% de l’Etat Islamique soutienne l’Etat Islamique soit un scoop.
          Quelqu’un aura peut-être la gentillesse de m’expliquer?

            +1

          Alerter
          • Frédérique // 20.10.2015 à 13h00

            Ce n’est pas 71% de l’Etat Islamique, mais 71% de la population syrienne habitant sur le territoire occupé par l’Etat Islamique, qui n’a d’Etat que le nom, d’ailleurs.

              +2

            Alerter
            • Astatruc // 20.10.2015 à 13h52

              Frédérique,
              à votre avis, qui sont ceux qui sont restés dans cette zone hormis les radicaux?
              ça m’étonnerait que les gens restent dans une région où les exactions, égorgements sont quotidiens, donc, par déduction, ce sont bien les radicaux qui se sont exprimés.

                +0

              Alerter
            • Frédérique // 20.10.2015 à 17h52

              @Astatruc

              Oui, il doit y en avoir une majorité, mais on peut aussi penser qu’un certain nombre de personnes n’ai pas pu s’enfuir ou n’avait pas de raisons de le faire, sans pour autant, approuver le massacre des autres.
              On n’est pas sur place, on n’est pas Syriens, on a trop souvent des informations déformées, c’est difficile d’imaginer ce qui se passe là-bas.

                +3

              Alerter
    • Subotai // 20.10.2015 à 08h00

      Rien de surprenant.
      L’État Islamique remet de l’ordre là où il gouverne. Ça suffit dans un pays en guerre pour emporter l’adhésion.

        +5

      Alerter
      • couci couça // 20.10.2015 à 08h24

        “L’E.I remet de l’ordre,” c’est vite dit : l’ordre des égorgeurs ?
        Personnellement je n’aimerais pas à avoir un tel choix .

          +4

        Alerter
        • Anouchka // 20.10.2015 à 09h06

          Le fait que les population soutiennent un régime n’est pas non plus en soi un gage de légitimité.
          Les Allemands soutenaient aussi massivement les Nazis (meme si intérieurement tous n’étaient pas d’accord avec tout).
          Je soulignerais d’ailleurs pour faire un parallele avec l’EI que les Nazis pratiquaient (aussi) l’esclavage sexuel des populations jugées par eux inférieures. Je suppose que beaucoup des soldats embarqués dans cette aventure ont du avoir un terrible sentiment de “gueule de bois” après-guerre quand ils ont compris et pris la mesure de ce qui s’était passé (je l’espère en tout cas)

            +5

          Alerter
          • Subotai // 21.10.2015 à 07h22

            Ah oui?
            Quoi de plus légitime qu’un gouvernement soutenu par sa population.
            La légitimité d’un gouvernent ne peut être validé que par ceux qui en dépendent.
            De quel droit nous français décidons de la légitimité du gouvernement d’autres pays?
            Non mais..!

              +1

            Alerter
        • Subotai // 20.10.2015 à 19h13

          La Loi islamique ce n’est pas l’anarchie ou la dictature, c’est la Loi. Pour rappel c’est exactement la même chose en Arabie Saoudite. Avec la différence que c’est soigneusement camouflé dans nos média et que le pays n’est pas (encore) en révolution.

            +2

          Alerter
    • Wilmotte Karim // 20.10.2015 à 11h19

      Les Français vivent ensemble.
      Pourtant, les guerres de religion, ça n’a pas duré 5 ans en France.
      Et le pays a été au bord de la partition (partition de fait par moment).

        +7

      Alerter
      • Van // 21.10.2015 à 01h11

        c’est d’autant plus vrais que les guerres en France comme par exemple celle des révolutions peuvent tout a fait être qualifier de ” guerre civile ” loin de toute implication étrangère ( contrairement a la syrie ) , elles sont belle est bien franco-françaises a 100% , des guerres ou des français se sont massacré pour le pouvoir ou pour le maintenir .

          +3

        Alerter
        • Wilmotte Karim // 21.10.2015 à 17h57

          Oui, bon… Il y a quand même l’intervention anglaise ou espagnole/impériale/Hasbourg.

            +2

          Alerter
  • justinos // 20.10.2015 à 03h20

    Le sondage est “étonnant” à plusieurs égards en effet et prouve que les représentations que des gens étrangers au pays et et au conflit – c’est-à-dire nous, dirigeants ou pas – sont fausses ou des plus approximatives. Et avec cela nous nous permettons d’intervenir, avec des armes, de privilégier des acteurs, et d’en réprouver (moralement, prétendument) d’autres ! Vanité, stupidité, obscénité et, puisqu’il y a des intérêts (bien compris ?) derrière cela, “impérialisme” bien nommé. Cela étant, je me réjouis que la Russie intervienne à la demande du gouvernement syrien (ce qui fait toute la différence) : un gouvernement légitime (c’est une réalité juridique et politique) qui voit des dizaines de djihadistes étrangers (et parmi eux des Français, pour autant qu’ils se sentent tels) l’envahir – comme c’est agréable ! – pour y conduire leur guerre (comme nous la nôtre) mérite d’être défendu. Sans quoi il n’y a pas de limites et il ne faudra pas se plaindre quand la “subversion” islamiste ou autre emploiera tous les moyens pour abattre notre “régime”.

      +8

    Alerter
  • Sébastien // 20.10.2015 à 06h09

    C’est ridicule de faire un sondage dans un pays en guerre.
    Tiens, ressortez-nous ceux de 1939 et 1940. Pour changer. Ou pas.

      +9

    Alerter
    • couci couça // 20.10.2015 à 08h25

      Ou en 40/45 , sous l’occupation nazie qaund il était interdit d’écouter la BBC !

        +4

      Alerter
    • Frédérique // 20.10.2015 à 10h40

      @Sébastien

      C’est ridicule de faire un sondage, même dans un pays en paix.

      j’ai eu le droit à un sondage une seule fois dans ma vie, c’était au moment de la privatisation de France télécom qui s’inquiétait de voir partir ses clients.

      Prise par surprise, ayant peur de répondre n’importe quoi, je me suis rendue compte en raccrochant que j’avais répondu… n’importe quoi et pourtant je n’étais pas stressée par la guerre.☺

        +4

      Alerter
    • Frédérique // 20.10.2015 à 17h59

      On peut être sceptique, mais on ne mérite pas une pareille punition.

        +7

      Alerter
    • Van // 20.10.2015 à 22h50

      d’autant plus que depuis l’émergence de daish et son entré en Syrie , on ne peut plus qualifier ce qui se passe en Syrie de ” guerre civile ” mais plutôt de ” guerre terroriste ” avec comme acteur principal une organisation internationale qui transfert des dizaine de milliers de mercenaire dans un pays pour le détruire .
      et parler de guerre civile reviens a blanchir de toute responsabilité les pays de la région ainsi celle des état unis et ses valets .

        +6

      Alerter
  • pratclif // 20.10.2015 à 07h07

    C’est encore une façon de projeter sur l’orient des méthodes et la culture de l’Europe occidentale. On ne peut rien apprendre d’un tel sondage dans ce pays. L’islam est en guerre contre l’occident. L’islam veut sa revanche contre tous les tramatismes subis. L’islam veut islamiser la modernité et revenir à l’islam intégral et la charia. On en a pour des décennies.

      +6

    Alerter
    • SEBLEB // 20.10.2015 à 08h54

      @Pratclif : vous faites l’amalgame entre islam et islamisme …

      Cet amalgame une fois chassé, le choc des civilisations se révèle être une fumisterie.

      L’Islam n’est pas en guerre contre l’Occident. C’est difficile a appréhender vu de France avec le matraquage médiatique et les errements vestimentaires de quelques ahuris en mal d’intégration. Mais je vis au Qatar depuis 16 mois maintenant. Sur place on voit les choses différemment.

      Ma femme moins percluse de principes que moi commençait même a être contaminée par les crispations ambiantes autour de cette question … Elle est guérie : ça nous a fait un bien fou de venir vivre au Qatar, on voit l’Islam différemment, apaisé et la pourriture bleu marine s’en va du cerveaux (pour peu qu’on l’ai laissé rentrer mais mon éducation et mes expériences de vies m’ont vacciné)

      Je savais que j’avais raison mais je commençait a fatiguer tellement les abrutis crient fort, tellement les manipulateurs ont pignon sur rue. Mais si ! c’est vrai : le croyant lambda, majoritaire et silencieux, en toute religion, même l’islam, n’est pas un prosélyte, il aspire juste a vivre en paix et tolérance avec ses voisins. POINT

        +12

      Alerter
    • Wilmotte Karim // 20.10.2015 à 11h16

      “L’islam”
      Donc, Bachar Al-Assad est en guerre contre l’Europe Occidentale?
      L’Iran, le Maroc, la Mauritanie, l’Indonésie, le Bangladesh sont en guerre contre l’Europe Occidentale?
      Mazette!

        +9

      Alerter
      • Astatruc // 20.10.2015 à 11h35

        Oui, bien sûr, facile, les médias d’ailleurs s’en donnent à coeur joie et comme on sait qu’ils sont là pour manipuler, personnellement, cela me dit qu’il ne doit pas y avoir une telle poussée de l’Islam radical.
        Ce que les médias veulent, les financiers et armuriers le veulent d’où mes doutes.

          +2

        Alerter
    • LeCassandre // 20.10.2015 à 13h01

      L’islam sunnite intégriste (wahhabisme, salafisme, …) est en guerre contre :
      – les non sunnites (chiites, alaouite, …)
      – les sunnites non intégristes (comme pour la Tunisie qui a une constitution qui sépare assez bien l’état et l’église, 3 attentats sur son sol)
      – les non musulmans.
      C’est les musulmans qui payent d’ailleurs le plus gros prix (en terme de mort) de cette intégrisme.
      Donc le couplet islam/occident, non merci.

        +9

      Alerter
      • Van // 20.10.2015 à 20h54

        tout a fait exact , encore faudrait prouver le sunnisme du wahabisme , c’est plus une hérésie en vue toute les transgression et entorse faite aux préceptes et recommandations du prophète . le wahhabisme est un courant monté de toute pièce pour phagocyter et contrôler des territoire pétrolier et assurer le règne d’une famille ce qui est antinomique dans le dogme religieux , voici des vrais sunnites qui en parle le mieux https://www.youtube.com/watch?v=1lPpVVLyhFE

          +4

        Alerter
    • Grégory // 20.10.2015 à 21h14

      Ce serait très pertinent s’il existait une chose telle que “l’Islam”, “les Français”, “les rappeurs” etc. La prochaine fois que ce sera vous qui serez pris dans un semblable prix de gros qui ne vous dira rien du tout, la nuance vous semblera d’un coup évidente.

        +2

      Alerter
  • DUGUESCLIN // 20.10.2015 à 07h39

    Il semble évident qu’en pleine guerre les réponses se font en fonction des craintes et seraient peut-être très différentes si le territoire était sécurisé et que chacun puisse s’exprimer sans crainte.
    Seules des élections libres et sécurisées, après le dépôt des armes, pourraient donner une vraie réponse, ce qui ne serait pas évident à mettre en place.
    Il aurait été intéressant aussi de connaître l’opinion concernant les bombardements russes, très différents de ceux de la coalition, contre Daesh et les djihadistes.
    D’autant plus que la Russie est légaliste et souhaite un vrai gouvernement avec ou sans Assad qui ne soit pas composé de pantins propulsés par les atlantistes et éviter un deuxième Afghanistan ou une deuxième Libye.

      +6

    Alerter
  • Charles Michael // 20.10.2015 à 07h47

    Il y a, j’ai l’impression, une série de données qui manquent, dans ces comparaisons de % d’approbation ou pas, par zones d’influence.
    d’accord il y a le premier camembert, mais celui-ci ne donne que les % de sondés, pas pareil.

    Et c’est le pourcentage de population résidant dans chacune de ces zones par rapport au total de la population qui était avant-guerre estimé à 23 millions.

    On sait (c’est dumoins ce que je lis) que plus de 4 millions de Syriens se sont réfugiés à l’étranger, Turquie, Liban, Jordanie: mais on sait aussi que 7 millions ont été déplacé et sont dans les zones tenues par les gouvernementaux.

    La question est donc de pondérer par zone le poids de ces opinions, ce qui devrait être beaucoup plus facile que d’éliminer le biais “opinion sous crainte”.

      +10

    Alerter
    • Renaud 2 // 20.10.2015 à 12h34

      Je pense également qu’il y a un problème avec le premier camembert. L’appartenance des sondés me semble en décalage avec la réalité. Même pas la moitié de la population qui vit dans les zones contrôlées par le gouvernement de Bachar ? L’EI contrôle un large territoire mais très peu habité. Je ne pense pas que la population dans ces territoires de l’EI représente un quart de la population sous la responsabilité d’el-Assad.
      Et même avec ce gros biais de départ, la Coalition soutenue par Fabius and co ne fait pas l’unanimité, même dans ses propres rangs…

        +9

      Alerter
  • Gibbs // 20.10.2015 à 08h16

    Sondage très intéressant.
    Je pense qu’ en conclusion on pourrais dire que le pays est divisé en deux camps très nettement.
    Le découpage post coloniale (sykes-picot) fait ressentir ses effet aujourd’hui.

      +1

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 20.10.2015 à 12h48

      le pays est divisé en deux camps très nettement” : si c’est aussi net que vous le prétendez, montrez-nous comment, ce ne devrait pas être trop difficile. Mais si vous voulez dire qu’il se divise entre “pro” et “anti” Assad, c’est pas un scoop…

        +3

      Alerter
  • Owen // 20.10.2015 à 09h20

    Merci pour ce travail.

    Difficile d’appréhender avec nos jugements de l’état des opinions. Les pensées d’une population soumise aux craintes de voisins possiblement ennemis mortels, de factions barbares et de pluies métallique, n’ont pas les mêmes comportements que dans un pays en paix.
    Les choix se situent entre la raison donnée au plus fort en présence, sa ligne idéologique à défendre par les armes, ou le prudent silence pour préserver les siens des furies meurtrières.

    En tout cas, si l’on suit les résultats de cette enquête (précautions d’usages) on est loin d’un Bachar El Assad réélu à 88,7 % des voix en juin 2014. C’est un processus démocratique qui vaut ce qu’il vaut, entre sa part de mauvaise foi et de collectes choisies des votes, et sa part de difficultés en contexte de guerre civile avec des zones détenues par des ennemis qui se moquent des urnes d’un gouvernent en place. Mais en comparant avec cette enquête, le compte n’ y est pas.

    J’ai bien noté aussi la barre montrant que 19% des enquêtés sont convaincus que Bachar El Assad a utilisé l’Etat Islamique pour discréditer l’opposition à son gouvernement, face aux 30% qui sont convaincus que cela est faux. Si les Syriens apprécient diversement les manières du chef d’Etat à conduire le pays avant les manifestations de 2011, rien n’indique dans cette enquête qu’ils lui reprochent les furies de cette guerre.
    C’est pourtant la position sur laquelle Hollande a engagé la France pour envoyer des armes contre le gouvernement légal du pays et faire connaître au monde sa lecture du conflit. On le savait déjà, la diplomatie française, maintenant belliqueuse, est un problème aggravant.

    On regrette, de ne pouvoir lire l’état des opinions concernant l’intervention russe, puisqu’elle est venue après cette enquête. Il nous aurait permis de comparer les effets de doctrine politique mise en oeuvre par la coalition occidentale avec celle de la Russie.

    Comme déjà indiqué dans les commentaires, les 2 tableaux consécutifs envisageant une sortie de guerre par une réconciliation ou par une partition se contredisent.

    Sur la question de Bachar El Assad, qui fixe les antagonismes des puissances externes à la Syrie, faute de pouvoir trier l’ivraie du bon grain avec la presse de propagande d’aujourd’hui qui a remplacé celle d’information, la sagesse diplomatique qui reste est celle du moindre mal.
    Cette guerre civile, religieuse, régionale et à retentissement mondial entre les puissances, a trop fractalisé les positions des acteurs directs et indirects en présence pour espérer une quelconque coalition en mesure d’apporter la trêve des armes et de former un gouvernement stable.

    Un tyran… Un bon chef, dans un conflit, est celui qui est capable, selon JP Chevènement de “raccourcir une guerre en la gagnant”. Churchill, qui a sauvé la Grande-Bretagne n’a jamais fait preuve de talents d’un bon démocrate.
    Un pays avec un Etat défaillant ne connaît pas la paix. L’histoire récente et actuelle nous le prouve encore.
    Poutine, a utilisé à son époque toute sa férocité arbitraire pour contrecarrer (y compris “jusque dans les chiottes”) le régime devenu maffieux et criminogène sous Elstine , avant d’user d’une autorité pacificatrice (comparons, maintenant, la russe Crimée et l’occidentale Ukraine).
    Il est encore le seul acteur d’influence qui a compris que le bon cheval qui reste pour arrêter la guerre en Syrie est Bachar El Assad.

      +5

    Alerter
    • Charles Michael // 20.10.2015 à 13h36

      Vraiment lisez mes remarques plus haut,

      ça vous éviterez de porter des jugements basés sur l’ignorance, particulièrement sur les élections qui n’ont put être tenues dans toutes les zones.

        +2

      Alerter
  • Globule rouge // 20.10.2015 à 10h27

    il serait interessant d’avoir des donnés statistiques sur la provenance des refugiés, ca dissiperait certaines zones d’ombre.

      +3

    Alerter
    • Charles Michael // 20.10.2015 à 13h30

      Il s’agit tjrs de la population sondée, pas de la population mère.

      je suis d’accord que la taille de l’échantillon est bonne, je peux même accepter qu’un échantillon de 91 interview, celui des kurdes, puisse être représentatif, en stats on considère 100 comme un minimum, on n’est donc pas loin. On sait aussi que les Kurdes représentent en Syrie une petite fraction: 4 %, à comparer aux 20 % en Turquie.

      mais je n’ai pas le %, ou de préférence une estimation en nombre absolu, de la population vivant dans les zones gouvernementales, celles controlée par l’ISIL (réputées désertiques), etc…

        +2

      Alerter
  • Yvano // 20.10.2015 à 10h38

    Sondage sans intérêt. Les sondés ne font que donner une réponse “politiquement correcte” en fonction de la zone où ils se trouvent. Il serait déjà plus intelligent de faire un sondage auprès des syriens migrants.

      +2

    Alerter
    • Ovuef2r // 21.10.2015 à 14h11

      Pas forcément : si j’étais syrien en France, venu chercher du boulot, je me garderais bien d’afficher ma préférence pour Bachar El Assad si j’en avais une !

        +2

      Alerter
  • willybear // 20.10.2015 à 11h25

    Je ne retiens qu´une chose de ce “sondage” dont le site ORB/IIACSS ne précise pas assez les conditions de réalisation a mon gout, c´est la prévention d´Olivier au début :
    on restera prudent,
    certes oui, et je n´accorde aucun crédit a ce type d´info qui pour mon compte n´a pas plus de crédibilité que le prétendu “observatoire syrien des droits de l´homme” qui est tout sauf son intitulé !

      +6

    Alerter
  • Astatruc // 20.10.2015 à 12h07

    http://francaislibres.org/2015/10/18/larcheveque-syro-catholique-dhassake-denonce-lambiguite-des-frappes-americaines/

    L’archevêque syro-catholique d’Hassaké dénonce l’ambiguïté des frappes américaines.

      +7

    Alerter
    • Van // 20.10.2015 à 21h31

      D’après le général, les frappes des Etats-Unis ont plus souvent touché le gouvernement syrien que Daesh, ce qui explique probablement la propagation des combattants en Syrie au cours de cette année. «La coalition menée par les Etats-Unis cible l’infrastructure du pays. Ponts, tunnels, centrales électriques, pompes à eau. Cela n’a pas trop impacté Daesh, mais a rendu la vie plus dure pour les troupes du président Assad. Dans les faits, cela a été néfaste pour les capacités militaires de l’armée syrienne», a-t-il noté.

      «Les forces gouvernementales ont reculé parce que leur approvisionnement était insuffisant, ils ne disposaient pas d’assez d’eau, de nourriture ou de chauffage. Daesh, dans le même temps, achetait des vivres dans les pays voisins ou recevait des livraisons depuis certaines organisations et pays qu’on ne nommera pas. D’où les résultats que l’on connait».

        +8

      Alerter
  • Eric // 20.10.2015 à 13h48

    Je suis sur la même longueur d’onde que les commentaires précédents: la fiabilité de ce sondage est hautement suspecte. Moi aussi, si je vivais en Syrie, je serais prudent face à un sondeur: je répondrais que je soutiens celui qui a le pouvoir dans ma zone.
    Cela me paraît impossible de faire autrement, du moins si je crains une dénonciation et d’y laisser ma vie.
    Comme le signale un autre commentaire, je préférerais un sondage des syriens qui ont rejoint l’Europe, la fiabilité serait à priori bien meilleure.
    Je note cependant que certains éléments du sondage restent intéressants, par exemple que la plupart des gens pensent qu’une réconciliation est possible, et aussi que la plupart des gens pensent que l’Etat islamique est une création américaine, même ceux qui vivent sous l’Etat islamique…
    Comme quoi, les syriens sont vraiment des anti-américains primaires ! ( je plaisante )

      +2

    Alerter
  • Jean // 20.10.2015 à 13h52

    Une chose à prendre en compte.

    Dans les zones tenues par les “rebelles” une grande partie de la population d’origine a fuit ou a été exterminée… Dans certaines régions, plus de 80% de la population d’origine n’est plus là.

    Ce qui relativise grandement les réponses…

      +8

    Alerter
  • Astatruc // 20.10.2015 à 14h00

    http://gaideclin.blogspot.fr/2015/10/bons-baisers-de-la-mer-caspienne-par.html

    Bons baisers de la mer Caspienne Par Pepe Escobar

      +3

    Alerter
  • Popa // 20.10.2015 à 14h40

    Bon , ben si ils sont contents de leur sort, contentons nous de leur vendre des armes , des drogues et du luxe en attenant qu’ils s’entretuent. Buisness as usual.

      +1

    Alerter
  • Julie // 20.10.2015 à 18h35

    http://www.telegraph.co.uk/news/11939727/Friends-of-Jacky-Sutton-former-BBC-journalist-found-dead-in-Istanbul-airport-voice-fears-over-cover-up.html

    Je ne sais pas ce qu’en pensent les Syriens, ou les Kurdes, ou les Turcs qui n’apprécient pas Erdogan et se posent des questions sur les attentats d’Ankara.

      +1

    Alerter
  • Pampita // 21.10.2015 à 00h45

    Nouvel article excellent et pertinent des Crises. Les résultats de ce sondage n’étonneront que ceux qui ne connaissent pas le véritable état des forces sur le terrain… http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2015/10/syrie-le-vrai-etat-des-forces-sur-le-terrain.html

      +0

    Alerter
  • Kapimo // 22.10.2015 à 01h36

    Au-delà de l’intéret relatif aux réponses et à ce que cela semble dire sur l’influence du pouvoir dans chaque zone, une chose me chiffonne beaucoup et décrédibilise à mon avis complètement ce sondage: moins de 50% de l’échantillon représentatif est pris dans les zones “gouvernementales” alors que selon les sources, il y aurait 70 voire 80% (en tous cas très nettement plus de 50%) de la population restante en syrie dans les zones gouvernementales.
    A priori, ce sondage ne vaut donc rien.

      +0

    Alerter
  • Azza // 22.10.2015 à 11h35

    Je suis un peu decu Olivier.

    Publier un tel sondage, c’est totalement ridicule.

    Honte a la BBC d’avoir meme ose y penser.

    Et ensuite, qu’est-ce que “l’opinion” d’une personne dans un pays detruit soumis a un niveau de violence inimaginable, a une absence totale d’information verifiable et a la menace permanente de represaille d’un camp ou de l’autre ?

    C’est comme si un sondage venait demander a Winston Smith si il aime VRAIMENT Big Brother apres qu’il soit passe par la 101.

    Malheureusement, il va falloir prendre nos responsabilites et assumer la tache de faire nos propres choix politiques, en nos ames et consciences, sans s’abriter derriere les non-informations issues de ce genre de sondage bidon. C’est toujours ce qui arrive en temps de guerre. Et c’est pas facile.

      +0

    Alerter
  • Dominique // 22.10.2015 à 15h28

    « Passons dans les zones tenues par l’Armée syrienne libre »

    Mais alors, elle existe bel et bien cette ASL !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications