Les Crises Les Crises
9.août.20149.8.2014 // Les Crises

Ukraine : les trois options de Poutine, par Zbigniew Brzezinski

Merci 0
J'envoie

Tribune de Zbigniew Brzezinski parue le 8 juillet. Il est important de connaitre sa vision, au vu de son influence. Incroyable de le voir parler de “fanatisme chauvin”…

Zbigniew Brzezinski a été conseiller à la sécurité nationale des Etats Unis de 1977 à 1981. Ce texte est extrait de la déposition qu’il doit faire devant la commission des affaires étrangères du Sénat des EtatsUnis ce mercredi [9 juillet].

Plus de trois mois se sont écoulés depuis le discours triomphaliste de Vladimir Poutine au parlement russe. Dans une débauche de chauvinisme, il se réjouissait alors de l’annexion militaire de la Crimée. Poutine savourait clairement l’enthousiasme du moment sans se préoccuper apparemment des conséquences stratégiques à long terme de ce qu’il avait déclenché.
Trois mois plus tard, au vu du coût international croissant pour la Russie et sur fond d’incertitude persistante quant à l’avenir des relations russo-ukrainiennes, Poutine est confronté à trois choix fondamentaux:
1. Il pourrait rechercher un compromis avec l’Ukraine en mettant fin aux attaques portées à sa souveraineté et à son bien-être économique. Cela requerrait de la sagesse et de la persévérance tant de la part de la Russie que de la part de l’Ukraine et de l’Occident. Un tel compromis devrait comprendre l’arrêt des efforts russes pour déstabiliser l’Ukraine de l’intérieur, mettant ainsi fin à toute menace d’invasion à plus grande échelle, et une sorte d’arrangement entre l’Est et l’Ouest conduisant la Russie à accepter tacitement de voir l’Ukraine se mettre en marche sur le long chemin menant à son éventuelle adhésion à l’Union Européenne. Dans le même temps, il devrait être précisé clairement que l’Ukraine ne recherchera pas son adhésion à l’OTAN, et que l’Occident ne l’envisagera pas non plus. Il est compréhensible qu’une telle perspective puisse inquiéter la Russie.
De plus, il serait précisé de la même manière de façon claire que la Russie n’attendra plus de l’Ukraine qu’elle rejoigne « l’Union Eurasiatique », organisation masquant à peine la reconstruction de quelque chose se rapprochant de l’ancienne Union Soviétique ou de l’empire tsariste. Cela ne devrait toutefois pas empêcher un accord commercial russo-ukrainien, sachant que les deux pays peuvent profiter de l’accroissement de leur coopération en matière commerciale et financière.
La communauté internationale pourrait renouveler son soutien à cette solution et au retour à des relations plus normalisées avec la Russie elle-même, incluant la levée des sanctions.
2. Poutine pourrait continuer à soutenir une intervention militaire à peine voilée destinée à déstabiliser plusieurs parties de l’Ukraine. Si la Russie venait à continuer sur cette voie, il est évident que l’Occident devrait engager des sanctions prolongées et véritablement punitives afin de reporter sur la Russie les conséquences douloureuses de sa violation de la souveraineté ukrainienne. Cette issue malheureuse ferait très probablement deux victimes en Europe de l’Est : d’une part l’Ukraine, en raison des actions destructrices de la Russie ; et d’autre part la Russie elle-même.
3. Poutine pourrait envahir l’Ukraine, en s’appuyant sur le potentiel militaire beaucoup plus important de la Russie. Une telle action, cependant, non seulement déclencherait des représailles immédiates de la part de l’Occident, mais pourrait également soulever une résistance ukrainienne. Si une telle résistance s’avérait durable et intense, il y aurait une pression croissante sur les membres de l’OTAN pour soutenir les Ukrainiens de différentes manières, rendant le conflit beaucoup plus coûteux pour l’agresseur.
Pour le Kremlin, la conséquence de cette troisième option serait non seulement l’hostilité permanente de 40 millions d’ukrainiens mais aussi une Russie isolée politiquement et économiquement, qui ferait face à un risque accru de troubles internes.
Le bon choix est évidemment de trouver un compromis, qui doit inclure l’abandon par la Russie de l’utilisation de la force contre l’Ukraine. La question de la Crimée restera non-résolue pour le moment, mais servira à rappeler durablement que le fanatisme chauvin n’est pas le meilleur point de départ pour résoudre des problèmes complexes. C’est pourquoi les actions de Poutine sont une menace non seulement pour l’Occident mais, en fin de compte, pour la Russie elle-même .

 

115 réactions et commentaires

  • wesson // 09.08.2014 à 03h50

    Le “chauvinisme Russe” est une expression toute faite que Brzezinski aime bien employer, rien de plus qu’un leitmotiv.

    Sinon, ce mec est un menteur lorsqu’il dit que l’Ukraine ne doit pas accéder à l’OTAN, voilà ce qu’il écrivait dans “A Geostrategy for Eurasia (1997)”‘: http://www.foreignaffairs.com/articles/53392/zbigniew-brzezinski/a-geostrategy-for-Eurasia

    “Accordingly, NATO and EU enlargement should move forward in deliberate stages. Assuming a sustained American and Western European commitment, here is a speculative but realistic timetable for these stages: By 1999, the first three Central European members will have been admitted into NATO, although their inclusion in the EU will probably not take place before 2002 or 2003; by 2003, the EU is likely to have initiated accession talks with all three Baltic republics, and NATO will likewise have moved forward on their membership as well as that of Romania and Bulgaria, with their accession likely to be completed before 2005; between 2005 and 2010, Ukraine, provided it has made significant domestic reforms and has become identified as a Central European country, should also be ready for initial negotiations with the EU and NATO.”

    Bref, ce mec là avait tout à fait intégré le fait que l’Ukraine devait intégrer l’OTAN, et n’as rien oublié de ces écrits. Pour moi lorsqu’il dit le contraire aujourd’hui, c’est qu’il ne fait que mentir, en pleine connaissance de cause.

      +1

    Alerter
    • wesson // 09.08.2014 à 06h20

      pour prendre la mesure du personnage, un article sur une courte interview qu’il a donné au DW en 2013 sur la guerre en Syrie.

      http://www.storyleak.com/brzezinski-global-political-awakening-making-syrian-war-difficult/

      Dès le titre ça commence fort “L’éveil politique global rends la guerre en Syrie plus difficile”

      C’est dans le contexte du false flag de l’attaque Chimique par Assad qui n’avait pas fonctionné, ce qui le désole. Le but était de faire accepter la guerre par les Américains.

      Il y a ce passage qui fait particulièrement froid dans le dos:

      “[The] major world powers, new and old, also face a novel reality: while the lethality of their military might is greater than ever, their capacity to impose control over the politically awakened masses of the world is at a historic low. To put it bluntly: in earlier times, it was easier to control one million people than to physically kill one million people; today, it is infinitely easier to kill one million people than to control one million people.”

      Traduction grossière

      “Les puissances mondiales nouvelles et anciennes font face à une nouvelle réalité. Alors que la létalité de leur puissance militaire est plus grande que jamais, leur capacité à imposer un contrôle politique sur les peuples éveillés est historiquement bas. Pour le dire crûment: Avant il était plus facile de contrôler 1 million de personne que de les tuer. Aujourd’hui, il est infiniment plus simple de tuer un million de personne que des les contrôler”

      psychopaaaaaaaaathe !!!! En plus, c’est un de ceux qui sont convaincus qu’une première frappe nucléaire contre la Russie est possible avec des pertes acceptables.

        +1

      Alerter
      • Kiwixar // 09.08.2014 à 07h08

        C’est le gros danger de l’esprit “suprématiste” de certains dirigeants Zuniens : “on” est trop nombreux sur Terre, donc il faudrait que la quantité des autres diminue, et rapidement car le temps presse (pollution, énergie).

        Imposer la crise économique et la pauvreté chez les autres (au hasard : les Européens) permet de travailler sur le sujet dès maintenant d’une manière relativement douce (i.e. sans génocide massif). Si ça ne suffit pas (ça ne suffira pas), il reste encore la guerre.

        Allez, hop, les merdias : collez-nous le mythe d’une “bonne guerre” pour restaurer la croissance. Ou alors tout le monde creuse des trous et les rebouche, ça fait moins de morts.

          +1

        Alerter
      • Jean // 09.08.2014 à 08h23

        La psychopathie est aussi de ceux qui choisissent pour cette place de “maître stratège” un gars d’origine polonaise qui a baigné dans la rancœur des russes et de lui demander d’être “objectif/neutre” sur la stratégie à adopter par les USA.
        Je rappelle que la Pologne était tellement focalisée sur les russes comme “ennemi” qu’elle fut envahie par l’Allemagne…
        Dans le genre “stratège de bistrot” fortiche !

          +0

        Alerter
        • gilles // 09.08.2014 à 09h19

          D’accord pour votre première phrase, mais pas pour la seconde.
          Il ne faudrait quand même pas oublié “Katyn” et le pacte germano-soviétique: ça peut expliquer “un peu” quelques ressentiments.

            +0

          Alerter
          • languedoc 30 // 09.08.2014 à 10h12

            Et le ghetto de Varsovie, les polonais ont-ils fait tout ce qu’ils pouvaient faire pour aider ces malheureux? Les polonais pleurnichent toujours, ils adorent se faire passer pour des victimes.

              +0

            Alerter
          • LutterPourLaPaix // 09.08.2014 à 10h21

            L’histoire est bien plus complexe. Le minimum est de chercher au delà de l’histoire mainstream dont nous avons été abreuvés. A bon entendeur !

              +0

            Alerter
          • C-M Brg // 09.08.2014 à 10h59

            Rien ne peut excuser la haine contre son proche;mon grand père maternel n’a eu le droit même pas à s’acheter du pain pendant les dernières année du régime Ceausescu.Mais c’est pas une raison pour haïr les russes et penser a les tuer en masse.

              +0

            Alerter
      • sempervivens // 09.08.2014 à 11h44

        Oscar Wilde, si il était vivant, écrirait sans doute le “Le portrait de Zbig Brzezinski”.

          +0

        Alerter
    • arndebian // 09.08.2014 à 08h19

      Merçi beaucoup Wesson, commentaire pertinent.

      Chomsky les appels des cyniques, les gens les appelent des menteurs mais il suffit de lire un peu de leurs “littérature” pour s’apercevoir que ce sont des psychopathes.
      Dans “Le grand échiquier”, il écrit clairement que son objectif est de fractionner la Russie en petit morceaux, “façon puzzle”, donc qu’elle doit disparaître. Ce qui contredit au moins une seconde fois sont dernier commentaire d’apaisement. Ces psychos sont prêt à tous, et c’est même comme cela qu’on les reconnait, alors un mensonge de plus ou de moins … et ce sont les mêmes en économie, politique … et même en science (voir l’ineffable William Shockley)

      Pour la classe dirigeante, mieux vaut régner sur des ruines que de ne pas régner du tout.

        +0

      Alerter
      • hf // 09.08.2014 à 11h28

        citation de maciavel: mieux vaut un pays detruit qu’un pays perdu.

          +0

        Alerter
      • Surkuf // 09.08.2014 à 12h52

        L’ennui c’est que notre société valorise les psychopathes, et leurs comportements destructeurs. Que penser de la “science” économique qui a tout d’une politique de l’asservissement, de l’esclavage, et de la destruction. Qui favorise les comportements égoïste,et,ego-centrisme, l’homo économicus, et après moi les mouches, les gens au q.i. Sans doute bien à droite, mais sans bon sens, sans empathie, sans compassion. Je suis impressionné par ces concours… Qui doivent séparer le bon grain de l’ivraie, et qui se base pour cela sur des tests de logique abstraite… Pitoyable de réduire les individus a de tels tests.

          +0

        Alerter
    • Van // 09.08.2014 à 16h05

      la 3eme option sadam la déjà fait avec le Koweït (pourtant cette dernière était une province d’iraq ) sa lui a pas réussi en tout cas .
      4eme option laisser l’ukraine couler et fermer les frontières la miséré poussera les ukrainiens a partir vers les frontière de l’EU on vera la solidarité européen a se moment la dans toute sa splendeur et tout c zozo de la place maidan verront la promesse du visa schengen s’évaporé .

        +0

      Alerter
  • Kiwixar // 09.08.2014 à 03h54

    “La question de la Crimée restera  non-résolue pour le moment.”

    C’est le point clé, il faut donc que la Russie obtienne la reconnaissance internationale de la Crimée en tant que territoire russe, en échange d’autre chose intéressant la “communauté internationale” (l’Otan) :
    – laisser tomber le Donbass pour que Biden Jr puisse pomper du schiste?
    – utiliser le dollar pour ses ventes de pétrole/gaz?
    – pas d’implantation à Cuba?
    – laisser tomber la Syrie?
    – conférer l’ordre de St George 1ere classe aux Pussy Riot
    – livrer Philby, Burguess, Mclean, Snowden et Depardieu sur un rail avec les plumes et le goudron

      +0

    Alerter
    • Sandrine // 09.08.2014 à 09h56

      Pour cela, il faudrait que l’OTAN soit en position de négocier avec la Russie, elle ne l’est actuellement pas, d’où son agitation.

      Même les plumes et le goudrons ne sont pas négociables actuellement lol.

        +0

      Alerter
  • Spipou // 09.08.2014 à 05h00

    En parlant de “nationalisme chauvin”, j’ai trouvé hier un article que je trouve à la fois intéressant et plus qu’inquiétant :

    http://www.politico.com/magazine/story/2014/07/eastern-ukraine-civil-war-109388.html#.U-WLlKNfDQ8

    (j’ai exploré Politico après avoir participé à la correction de la traduction d’un article ; apparemment, ce site publie des points de vue assez divers).

    Dans cet article, la journaliste écrit ce qu’elle voit sur le terrain, avec honnêteté me semble-t-il. Elle a été enlevée brièvement deux fois par les séparatistes, ce qui ne l’empêche pas de continuer à faire son travail chez eux, avec la même objectivité à mon avis.

    Ce que je trouve assez terrifiant est vers la fin de l’article. J’avais voulu me rassurer un peu avec les manifestations de mères qui ne voulaient pas qu’on envoie leur fils au front. Mais d’après ce qu’elle écrit, les partisans de la paix sont peu nombreux, et très isolés, du côté de Kiev, même dans les milieux dont on pourrait croire a priori les plus pacifistes (intellectuels, artistes…).

    Chacun tirera de cet article ce qu’il pourra, mais en ce qui me concerne, il m’a rendu encore plus pessimiste : même si on retirait toute ingérence extérieure, la guerre continuerait. Une fois l’incendie allumé, plus personne pour l’éteindre.

    Si tout ça était uniquement téléguidé par les Etats-Unis et l’Europe, et Porochenko une vulgaire marionnette, je pourrais me dire qu’il suffit qu’un dirigeant plus intelligent que les autres lâche les fils de la marionnette. Mais là, on a versé de l’essence sur des blessures vieilles de 60 ans et plus, et la haine s’est largement enflammée (qu’on se souvienne des scores électoraux aux élections législatives, qui avaient été publiées sur ce blog ; qu’on se souvienne aussi du score au présidentielles du troisième larron, celui qui s’était fait prendre en photo une fourche à la main…).

    Enfin, je vous laisse lire l’article…

      +0

    Alerter
    • chios // 09.08.2014 à 12h46

      “This is a war Ukraine fights against Russia. If we don’t remove this poisonous Novorossia tumor now, it will cover the entire country with metastases and Ukraine dies,” Bikeshkina said. She was a pacifist by nature, but in this particular case the blood spilled in Donetsk was preventing more blood, she insisted.

      “Ceci est une guerre de l’Ukraine contre la Russie. Si nous n’extrayons pas cette tumeur empoisonnée Novorussie maintenant, elle envahira l’entièreté de notre pays de métastases et l’Ukraine mourra.”dit Biekeshkina.
      C’était une pacifiste par nature, mais en ce cas particulier le sang versé à Donetsk servait à empêcher plus de sang versé ailleurs, m’expliqua-t-elle.

      C’est aussi simple que ça, les russophones ou pro-russie, demandant un état fédéral, sont une “tumeur” qu’il faut exterminer.

      Comme en termes……tout cela est dit.
      Mais voilà, on n’en sort pas, il faut exterminer.

        +0

      Alerter
      • madeleine // 09.08.2014 à 12h49

        Comme l’Etat d’Israël contre les Palestiniens, non ?
        Il me semble qu’il y a plus qu’une ressemblance

          +0

        Alerter
    • Surkouf // 09.08.2014 à 13h11

      Je ne dirais pas qu’il faut retirer toutes ingérences, je pense en effet qu’il est trop tard pour cela. Je pense qu’il faut rediriger l’ingérence en respectant le droit internationale et de façon à promouvoir et garantir la paix. Pas d’argent sans un cessez le feu immédiat et inconditionnel, sans se mettre autour de la table, etc… Et si nous le voulions nous aurions les moyens de notre politique

        +0

      Alerter
    • Marie Genko // 09.08.2014 à 23h28

      L’auteur de cet article est Anna Nemtsova.
      Par un hasard assez curieux j’ai déjeuné en face d’elle il y a 6 ans et je n’ai pas oublié ce personnage!
      Je ne sais pas si elle a une parenté quelconque avec Boris Nemtsov, mais en tous cas elle est de son bord!
      Puisqu’elle travaille dans un journal d’opinions américain, il ne faut pas s’étonner qu’elle accuse les rebebelles de l’Est d’avoir abattu l’avion malaisien…

        +0

      Alerter
      • Spipou // 10.08.2014 à 00h48

        Hein ? Où ça ? Elle n’accuse personne !

        Je trouve pas qu’elle soit d’un bord quelconque, justement. Le grand intérêt de cet article, pour moi, c’est qu’il décrit une réalité, plutôt effrayante, qui a tendance à nous échapper vu d’ici.

        C’est très facile de se rassurer avec quelques manifestations de mères qui ne veulent pas que leurs fils aillent se faire tuer, ou bien en ce disant que tout ça est de la faute de l’Europe et des Etats-Unis.

        Admettre ce qui est décrit dans l’article est beaucoup plus pénible, car c’est une réalité violente sur laquelle on a très peu de prise, et qui risque de durer longtemps.

          +0

        Alerter
  • Wayan // 09.08.2014 à 07h09

    Un mois plus tard apres ce discours, nous sommes dans l’option 2, des sanctions, dont sa conclusion est :
    “Cette issue malheureuse ferait très probablement deux victimes en Europe de l’Est : d’une part l’Ukraine, en raison des actions destructrices de la Russie ; et d’autre part la Russie elle-même.”

    On voit bien ici la faiblesse d’analyse predictive d’un soit disant maitre stratege americain, emporte par son propre chauvinisme : Il lui est impossible d’envisager que l’occident, et en particulier l’Europe puisse etre victime, et encore moins vaincu.
    Alors pretendre qu’il aurait anticiper ce qui se passe au moyen orient me parait lui faire trop d’honneur.

      +0

    Alerter
    • C Balogh // 09.08.2014 à 07h52

      Bonjour,
      zbigniew brzezinski.Je pense qu’en fait il n’a jamais rien prévu.Il a juste annoncé ce que lui et ses amis psychopathes avaient organisé à coup de milliards de dollars.
      Aujourd’hui, cet homme ne fait plus aucune prédiction valable parce qu’il a oublié qu’il n’y avait pas que les usa qui pesaient dans le monde.Je pense que l’alliance des Brics lui a totalement échappé.Cet homme semble être une personne très malade psychiquement.Incapable de sentiments, de conscience, une sorte de truc mécanique.De plus, ce mec est un sadique, amha, le genre de gars qui devrait être soigné!
      Sa haine de la Russie en particulier et des hommes en général n’est pas à démontrer.
      La place de cet homme est à l’asile, là où il sera inoffensif avec un traitement adéquat qui l’empêche de nuire à la collectivité.

        +0

      Alerter
      • Richard // 09.08.2014 à 15h02

        @ C Balogh “La place de cet homme est à l’asile, là où il sera inoffensif avec un traitement adéquat qui l’empêche de nuire à la collectivité.”
        N’oubliez tout de même pas que son degré de nuisance est proportionné au degré d’acceptation des peuples à adhérer à ses thèses.
        Rappelez-vous Coluche qui faisait remarquer que la vente de produits inutiles n’était possible que parce qu’ils étaient achetés…

          +0

        Alerter
  • perceval78 // 09.08.2014 à 07h47

    les 3 options des USA

    1) admettre que la russie est vitale pour l’avenir de l’occident et qu’il faut régler une fois pour toutes la folie de wall street et tous les problemes qui tournent autour

    2) continuer le travail d’ harcelement de la russie commencé depuis 1989. Continuer guerre larvée en ukraine, destabilisation de la bielorussie,la georgie, la moldavie,l’azerbaijan,l’armenie, le kazakstan,l’ouzbekistan …via les organismes de type opensociety et open democracy

    2) faire un pas de trop avec l’OTAN qui risque de nous emmener au conflit nucleaire

      +0

    Alerter
  • rémy // 09.08.2014 à 08h07

    zbigniew brzezinski à oublié d’analyser que les états-unis ne font pas partis du continent

    européen , et qu’ils n’ont rien à y faire , sinon fermer toutes les bases de l’otan , qui est une organisation criminelle et terroriste.

      +0

    Alerter
  • Macarel // 09.08.2014 à 08h14

    Brzezinski est d’origine polonaise, donc n’allez pas chercher plus loin les causes de son obsession anti-russe.

    Sinon, il apparaît de plus en plus évident que l’UE est le cheval de Troie de l’OTAN (donc de l’ Amérique et des intérêts de son Corporate Power) en Europe.
    La “construction européenne”, dont les peuples ont crus naïvement qu’elle était une entreprise de paix et de collaboration entre des nations aux rivalités séculaires, est en fait une façade, pour un projet d’expansion territoriale vers l’Est de l’Europe, et dont le but est d’affaiblir la Russie.
    En tout cas, le but est d’empêcher l’émergence d’une puissance eurasienne, qui ferait ombrage aux intérêts de l’oncle Sam.

    Il faut dire que les USA ont la partie d’autant plus facile, que les dirigeants européens, sont entièrement, vassalisés, soumis aux intérêts de Washington, ils se comportent comme se comportaient les dirigeants des pays satellites de l’URSS, du temps de la guerre froide.

    C’est la fin d’un rêve, celui de l’émergence d’une Europe indépendante, forte, mais pacifique.

    L’Europe est s’est suicidée en 1914, puis en 1940, et finalement elle est morte en 1957, avec le Traité de Rome.
    Le vrai centre de pouvoir est à Washington, au Pentagone, et à New York à Wall Street, Bruxelles, Francfort ne sont que des annexes de la maison mère. L’UE ne peut donc être une construction démocratique, puisqu’elle n’a pas été pensée dès le début dans l’intérêt des peuples d’Europe.

    Discours de Pierre Mendes-France contre le traite de Rome le 18 janvier 1957

    http://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article526

    Le roi est nu, c’est pourquoi les partis nationalistes fleurissent un peu partout, l’illusion européiste a pris fin.

      +0

    Alerter
    • Van // 10.08.2014 à 03h55

      merci monsieur Brzezinski pour penser a la place de poutine il en a pas besoin il a des conseillers avec moins de sang sur les mains , mais il devrai donner une seul option a obama cest de se calmer sinon son château de carte US risque de tomber et sa sera plus grave que 50million dukrainien .
      cest plutôt les US qui sont a cours d’options a vouloir faire des sanction économique alors quelle na pas un rond ,les US sont comme le mec au pocker qui a perdu toute ses mises mais qui veut pas quitter la table quitte a la renversé .

        +0

      Alerter
      • madake // 11.08.2014 à 12h35

        La comparaison est bien vue, il faut ajouter que le joueur perdant à le plus gros pistolet, et a déjà été pris et repris à tricher…

          +0

        Alerter
  • Crapaud Rouge // 09.08.2014 à 08h15

    Je trouve ces “options de Poutine” selon Zbigniew Brzezinski conceptuellement très pauvres. Elles ne se distinguent les unes des autres que par l’ampleur de la dimension militaire, et ne reflètent en rien la complexité et l’incertitude de la situation. Elles font au moins une impasse grossière : le sort des populations du Donbass, alors qu’il y a conflit parce qu’elles n’acceptent pas le régime de Kiev. Niveau café du commerce son truc.

      +0

    Alerter
    • Sandrine // 09.08.2014 à 09h46

      L’article nous montre effectivement comme les US ne font jamais cas des populations …

      Dans sa deuxième option, il parle des retombées inévitables du prolongement des sanctions sur l’Ukraine et la Russie. Il oublie de mentionner celles de l’Europe.

      Dans la troisième option, il n’envisage même pas l’éventuelle prise de position du “reste du monde” à savoir l’Asie et une partie du moyen orient. Bref l’occident c’est le monde ! les autres n’existent pas !

        +0

      Alerter
    • Van // 10.08.2014 à 04h15

      ces mecs ont fait leur carrière dans les diversion et les mensonges ce ne pas a cette age qui changeront , ils font parti du passé mais ils ne le savent pas encore ,la Russie n’est pas l’urss et les russes ne détestent pas leur pays et Hollywood ne fait plus rêver .

      Ps ; c’etai drôle le changement de photo de l’article la photo d’avant résumais le personnage lol

        +0

      Alerter
  • madeleine // 09.08.2014 à 08h36

    Edouard Limonov a lancé en mai dernier un appel à la création de Brigades Internationales dans le Donbass

    VOICI LE TEXTE DE L’APPEL

    “Nous essayons d’aider tous ceux qui viennent à nous, avec le désir de participer comme volontaires.

    Les membres de notre parti sont déjà là. Ils sont à l’épicentre des événements à Donetsk, Slaviansk, Kramatorsk et les autres villes du Donbass, pour aider à la défense des conquêtes du Printemps russe.

    Les événements récents montrent que les troupes punitives envoyés par Kiev ne s’arrêteront jamais, coûte que coûte. Ils tuent massivement les civils : femmes, personnes âgées et enfants.

    Les maisons sont détruites par le feu de leur artillerie. Ils sont prêts à anéantir les villes et les villages de Novorossia, et ne sont pas prêts à leur accorder l’auto-détermination ou leur liberté.

    Dans ces conditions, la notion de volontariat et le soutien au Sud-Est de l’Ukraine devient une question de vie ou de mort pour des millions de nos frères.

    Sans nous, ils seront écrasés et réduits en esclavage par cette machine punitive de la junte, en s’appuyant sur le soutien des autorités de Kiev, des oligarques ukrainiens et de l’aide étrangère.

    Maintenant, il est de plus en plus urgent que notre slogan devienne : “Ils ne passeront pas”

    Pour plus d’informations sur la façon de participer au mouvement des Brigades internationales, on peut nous contacter par e-mail : drugros@gmail.comSi vous sympathisez avec les gens du Sud-Est de l’Ukraine, et que vous ne pouvez pas y aller en personne, vous pouvez aider d’une autre manière.

    . Médicaments, vêtements spéciaux, gilets pare-balles, équipement radio etc.

    Edouard Limonov écrivain, poète, homme politique

      +0

    Alerter
    • Spipou // 09.08.2014 à 09h51

      Oui… Edouard Limonov n’est pas non plus une référence en matière de santé mentale, même si c’est un excellent écrivain.

      Il faut lire ses livres, et bien lire ce qu’il y dit.

      Je trouve Poutine beaucoup plus équilibré et réfléchi que lui.

      (Par parenthèse, je crois me souvenir que Limonov est né en Ukraine, à Kiev ou à Kharkov, non ?)

        +0

      Alerter
      • Sandrine // 09.08.2014 à 09h52

        Limonov est un fervent opposant à Poutine.

        En même temps, Limonov est un fervent à tout.

        D’où ma méfiance

          +0

        Alerter
      • madeleine // 09.08.2014 à 09h57

        Bonjour Spipou
        c’est un ami qui m’a envoyé cette information – je ne connais pas pas les écrits de Livanov, mais j’ai s vu la vidéo des deux jeunes espagnols et qu’il était pour la défense des Novorusses

          +0

        Alerter
      • Spipou // 09.08.2014 à 10h06

        Je ne dis pas ! Moi je suis surtout pour que la guerre s’arrête ! Mais connaissant un peu la vie de Limonov et ayant lu pas mal de ses livres (excellemment écrits, au demeurant ; littérairement, c’est un immense talent), ce n’est pas à quelqu’un comme lui que je ferais confiance pour ça. Cet homme est, comme dit Sandrine, un fervent à tout et à n’importe quoi, en particulier à l’action violente, ce depuis son adolescence (il le raconte dans ses livres, il faisait déjà partie d’une bande de voyous à Kharkov, et il en reste très fier ; vérification faite dans Wiki, il n’y est pas né, mais c’est là qu’il a vécu toute sa jeunesse).

        Il le raconte aussi lui-même : s’il a réussi à passer à l’ouest, c’est simplement que l’URSS était bien contente de se débarrasser d’un voyou en le faisant passer pour un dissident !

        De plus, lui, tout comme Jirinovski, il est nostalgique d’un Empire Russe fort, puissant et conquérant, et qui fait peur. C’est lui-même qui le dit dans ses livres : “l’armée russe doit faire peur !”

        Si j’étais russophone en âge de porter les armes dans le Donbass, ce n’est certainement sous ses ordres que j’irai me battre !

          +0

        Alerter
        • Spipou // 09.08.2014 à 10h13

          Ceci dit, ce n’est pas un reproche que je vous fais, Madeleine ! Vous n’étiez pas obligée de connaître le bonhomme ! 😉

          Mais là, vous êtes un peu plus au courant. N’hésitez pas, surtout, à vérifier par vous-même ce que je vous dis ! Vous n’êtes pas obligée de me croire sur parole, le principe d’une saine information étant de vérifier à plusieurs sources !

            +0

          Alerter
        • Spipou // 09.08.2014 à 10h18

          Avec plaisir ! Mais comme je le dis ci-dessous, n’hésitez pas à vérifier par vous-même. Je pense que vous devriez trouver pas mal de ses écrits sur internet.

            +0

          Alerter
          • Dominique // 09.08.2014 à 21h37

            Cher Spipou,
            En France, on parle presque toujours d’Edouard Limonov, à partir d’infos erronées et partielles.
            Le livre d’Emmanuel Carrère en est un parfait exemple, bien que l’ouvrage soit remarquable au niveau littéraire.
            Chez nous, Limonov est quasiment toujours présenté de façon déformée : plus par ignorance qu’autre chose.
            N’hésitez pas à consulter mon site TOUT SUR LIMONOV, qui je crois est ce qu’il y a de plus honnète et complet sur le véritable Limonov : avec quantité d’informations inédites (en français), et des vidéos révélatrices, et difficiles à trouver sur le net :
            http://www.tout-sur-limonov.fr/

              +0

            Alerter
            • Spipou // 10.08.2014 à 10h41

              Je ne sais pas sur la base de quoi “on” parle de Limonov.

              Moi je parle de lui à partir de ce qu’il a écrit lui-même ! Difficile de trouver source plus directe !

                +0

              Alerter
        • languedoc 30 // 09.08.2014 à 10h56

          N’importe quelle armée du monde doit faire peur, sinon à quoi elle servirait? Une armée ce n’est pas une association de bienfaisance. Limonov est excessif, Poutine est plutôt modéré, il doit avoir un satané travail en ce moment : calmer les ardeurs des ultra nationalistes russes, faire gaffe aux psychopathes occidentaux, et planifier une intervention humanitaire, avec l’aide de la croix rouge, pour porter secours aux civils du donbass.

            +0

          Alerter
          • Spipou // 09.08.2014 à 12h07

            Sur le premier point, c’est vrai ! 😉 Tout est dans la façon de le dire…

            Pour le reste, je suis aussi d’accord avec vous, et justement Limonov fait partie de ces gens-là !

              +0

            Alerter
  • Nerouiev // 09.08.2014 à 08h38

    Il manque une quatrième option, l’option Poutine qui bien sûr ne sera pas dévoilée.
    Ce texte sert avant tout de support à l’annonce publicitaire de vérités à l’américaine, un peu lourdes.
    Ces annonces serviront probablement de soutien populaire à de futures actions, peut-être concernant la Crimée. Ou alors à faire diversion sur d’autres résultats en attente : quid des snipers de Maïdan, des massacres d’Odessa et de journalistes, quid de l’avion de ligne malaisien ….etc

      +0

    Alerter
  • steeve // 09.08.2014 à 08h54

    Brezinski a été un des “penseurs” du planteur de cacaouettes J Carter, celui qui a brillé pendant 4 ans par sa vision géopolitique.on a vu le résultat de ce brillant penseur avec l’intervention US en Iran pour libérer les otages.
    il a aujourd’hui 86 ans et ses déclarations sont celles d’un has been, en phse de sénilité. Ses écrits ne comptent plus.
    De part ses occupations honorifiques, il contribue à l’américanisation de l’europe et à être poussé par sa haine de la Russie. Sur ce dernier point, une puissance comme la Russie ne peut pas être intimidée par une administration US aussi faible et discreditée.

      +0

    Alerter
  • madeleine // 09.08.2014 à 09h02

    Les hommes au pouvoir sont des pions sur un échiquier et même si on les replaçait, rien ne changerait. L’Ukraine est dirigée par les Etats-Unis, qui décident ce que le gouvernement doit faire.

      +0

    Alerter
  • Sandrine // 09.08.2014 à 09h02

    Je trouve cette analyse d’une pauvreté affligeante. Il devrait venir sur ce blog …

    Avec des analyses aussi simplistes, il ne faut pas longtemps pour comprendre pourquoi le chaos règne partout où les US passent

      +0

    Alerter
    • Marcus // 09.08.2014 à 10h24

      Sandrine, vous avez parfaitement raison. Mais ce n’est pas une découverte. La force de l’américanisme est dans la simplicité des raisonnements et des discours…
      Lorsque la classe dirigeante européenne était encore cultivée, connaissait l’histoire de l’Europe, ses tenants et aboutissants, et savait simplifier le discours pour le rendre accessible à leur peuple (de Gaulle, Adenauer, Churchill, le roi Léopold de Belgique, etc., …); quelle que soit la complexité cachée du raisonnement, il s’en dégageait des objectifs clairs et des axes d’amélioration évidents auxquels chacun pouvait adhérer. Et la plus grande partie de la population n’était pas, malgré une certaine admiration d’ailleurs compréhensible, prisonnière de la “culture” américaniste.
      Aujourd’hui, l’ensemble des populations européennes, et leur soi-disant élite, sont fascinées par le serpent US, et donc toutes désignées comme proie…
      Notez que tout le monde parle autour de vous de “l’annexion de la Crimée”, alors même que pour toute personne un tant soit peu cultivée, il ne peut s’agir que d’une réintégration logique de la Crimée à la mère patrie… Songez que la Crimée est russe depuis l’an 1600! A ce train là, regardez le nombre de provinces françaises, Comté de Nice, Roussillon, Savoie, Nord, Dauphiné, etc., qui ne seraient pas ou plus françaises…
      Mais en dehors de cette fascination suicidaire pour les USA et leur mode de vie, la simplicité des raisonnement US, leur manque de profondeur, leur négation de l’histoire, leur “jeunisme’, les rendent accessibles au plus grand nombre, leur permettant alors d’être repris et colportés comme des évidences, comme des vérités intangibles…
      Pauvre Europe! Mais surtout pauvre France, dotée depuis 2007 de Présidents et de conseillers ignares en plus d’être ignorants…

        +0

      Alerter
      • madeleine // 09.08.2014 à 10h32

        je pense qu la vraie Europe à été détruite par le siècle de matérialisme à l’Américaine

          +0

        Alerter
      • Crapaud Rouge // 09.08.2014 à 11h45

        la simplicité des raisonnements et des discours” : on n’est pas dans la simplicité là, mais dans le simplisme, et ça contraste grave avec son idée grandiose selon laquelle celui qui contrôle le centre européen contrôle le reste du monde… C’est un peu comme si Einstein avait eu la prétention d’expliquer en dix lignes comment fabriquer la bombe.

          +0

        Alerter
      • Macarel // 09.08.2014 à 12h55

        @Marcus
        Je préfère, présidents incultes. Ena ou pas cette génération est d’une inculture crasse.
        En plus de manquer du sens de ses responsabilité , et de courage.
        Une génération de dirigeants, médiocres.
        Pas étonnant que tout se délite, si l’exemple ne vient pas du haut…

          +0

        Alerter
      • madake // 11.08.2014 à 12h45

        Jusqu’ici, je pensais qu’ignare était quelqu’un de très ignorant, quelle différence faites-vous?

          +0

        Alerter
    • barre-de-rire // 09.08.2014 à 11h03

      il a jamais été brillant ce type,il a juste pondu une théorie foireuse qui a été suivi mais plus l’avancement est, plus ca s’effondre, iran, niet, syrie, niet, là on passe à russie par proxy ukrainien ? ont tape la butée ça ira en guerre totale mais y feront plus d’autres essais hormis israel et l’irak.

      ils nous entrainent dans le néant car le plan n’avait qu’une seule issue possible, l’échec à long terme. toute personne cautionnant le livre de bretzel en ski est un imbécile sans recul.

      on change pas en 30 ans 2000 ans d’histoire.

        +0

      Alerter
      • Nicolas Jaisson // 09.08.2014 à 21h53

        Il a quand même servi sous trois administrations américaines et orchestré la quatrième guerre mondiale sous couvert de luttes asymétriques contre le terrorisme, ce qui n’est pas rien.

          +0

        Alerter
      • KOMETA // 10.08.2014 à 06h09

        Les USA n’en seraient pas à leur premier plan foireux.

        Entre les deux guerres du XXième un illuminé du nom d’Alfred Mahan a conçu le plan Orange pour la défense des USA contre le Japon.

        Ce plan consistait principalement à intercepter au centre du Pacifique les unités de la marine Japonaise et de les détruires en une seule et décisive bataille. On a toujours vu ‘très grand’ aux USA, mais pas toujours de façon réaliste.

        Zut : Pearl Harbour et la prédominance des porte-avions. Raté le plan.
        La croyance en ce plan Mahan était telle, qu’ils en ont négligé tout le reste.

        Ont-ils appris de leurs erreurs ? Probablement. Mais faudrait pas oublier que les USA n’ont jamais supportées d’attaque massive sur leur territoire.

        Par conséquent je vois mal comment ce pas malin de Brzezinski fera pour ‘vendre’ son plan. Attendons de voir les réactions lorsque filtrera sérieusement l’idée qu’en cas de conflit nucléaire, les USA pourraient s’en tirer. Je crois que la sacro-sainte puissance divinatoire en a pris tout un coup avec les exemples donnés par leur secteur financier, ce soit-disant temple de la toute puissance des USA. Mine de rien, il y a tout de même 50 millions de ‘food stamps’ là bas et ce ne sont pas tous des ‘train jumpers’ comme dans les années 30. On va rejouer du village Potemkine ? Pas certain.

        Hollywood c’est fort, mais quand même.

          +0

        Alerter
  • languedoc 30 // 09.08.2014 à 09h27

    Poutine n’a plus qu’a s’incliner, l’oracle a parlé. Mais quelle importance on donne à ce vieux schnock haineux, guidé par une russophobie délirante, c’est invraisemblable. Quand je vois son nom, je zappe, là j’ai fait un effort, mais de bon matin, c’est dur. Ainsi il aurait le choix entre 3 options, je suis persuadé que Poutine prendra la quatrième. En résumé, pas touche à l’Ukraine, mais : ” …cela ne devrait pas empêcher un accord commercial russo-ukrainien..;” Ben voyons comme ni l’UE, ni les EU n’ont l’intention de se ruiner pour l’Ukraine on autorise ces abrutis de russes à le faire. Quant au fanatisme chauvin, pauvre type, pour moi, il en a le monopole absolu.

      +0

    Alerter
  • C Balogh // 09.08.2014 à 09h28

    Bonjour à tous,

    J’ai l’impression que nous sommes à un tournant de l’Histoire.

    Les usa doivent se soigner et admettre que le cowboyisme, c’est fini.

    Un autre équilibre géopolitique s’installe.

    Les vieilles nations, fortes de leur Histoire individuelle et commune ont maintenant les moyens de donner la fessée à cet enfant roi incapable de supporter une frustration, malade se prenant pour exceptionnel alors que n’étant qu’obsessionnellement narcissique et psychologiquement totalement inadapté à la vie en collectivité.
    Dangereux pour ses proches parce qu’incohérent et imprévisible.

    Doucement, le cadre prend forme.
    Attaqué dans sa chair, l’économie, l’enfant roi perd pied, devient de plus en plus dangereux.
    Mais il est coincé.
    D’autres puissances s’unissent pour contrer sa nuisance et sont en passe de créer un équilibre où l’enfant roi aura beau taper du pied, plus personne ne l’écoutera et il n’aura plus les moyens d’imposer son diktat d’enfant déséquilibré.
    Pour nous, cette mutation géopolitique sera dure mais j’ose encore l’espérer salvatrice.

      +0

    Alerter
    • Kiwixar // 09.08.2014 à 11h42

      J’ai l’impression que nous sommes à un tournant de l’Histoire.

      Le tournant, c’est le peak oil, la fin de 150 ans d’énergie quasi-gratuite.
      Les pays dont les villes (étendues) se sont développées à l’ère du pétrole et de la voiture auront beaucoup plus de mal que les vieux pays avec des vieilles villes.

        +0

      Alerter
      • rémy // 09.08.2014 à 20h36

        revoir et exploiter les découvertes de NICOLAS TESLA sur l’énergie libre , si les armées ne l’ont déja fait et tiennent les découvertes secrètes , pour ne pas se heurter aux stés pétrolières.

          +0

        Alerter
        • barre-de-rire // 11.08.2014 à 09h39

          faut arrêter avec tesla, ici c’est un blog sur des choses avérées, prouvées, démontrables au quotidien, tesla c’est comme les preuves du mh17 des usa, on en parle mais y a aucune démo technologie pas de photo rien, c’est que du vent.

            +0

          Alerter
  • cording // 09.08.2014 à 10h57

    Ce monsieur procède à un transfert par son injonction à la Russie de Poutine de faire ce que ses amis ultranationalistes et ultralibéraux et néofascistes ukrainiens devraient faire pour que leur pays soit en pays avec la Russie et avec les ukrainiens russophones.
    Bien qu’il soit américain de nationalité on voit bien qu’il reste profondément polonais par sa conception du monde: une hostilité profonde de la Russie compréhensible en raison de leur histoire mais qui ne peut dicter au reste du monde sa politique étrangère.

      +0

    Alerter
  • Bardamu // 09.08.2014 à 10h59

    Bonjour,
    Je doute fort que ce soit Ben Laden sur la photo.
    Brezinski n’est sans doute pas très regardant sur ses “amitiés” mais je crains que la légende de la photo soit erronée. A mon sens vous devriez la retirer, elle nuit à la crédibilité du blog.
    Ses propos suffisent à situer le personnage.

      +0

    Alerter
    • Ray // 09.08.2014 à 11h18

      J’allais poster sensiblement le même commentaire.
      Il n’est pas avéré que le barbu soit BenLaden.
      (Que ça ne soit pas lui, n’enlève rien à l’investissement avéré et personnel de ZB au jihad, mais comme le dit Bardamu, restons précis. 🙂 )

        +0

      Alerter
      • sempervivens // 09.08.2014 à 11h53

        Ben Laden à l’époque était inconnu du grand public et ne jouissait pas de la réputation d’ennemi public numéro un. Par conséquent, il n’est pas impossible que ce soit lui.

          +0

        Alerter
        • Bardamu // 09.08.2014 à 12h09

          Entre il n’est pas impossible que ce soit lui et c’est lui, la marge est importante vous en conviendrez. A mon avis c’est suffisamment douteux pour ne pas participer à la confusion.
          Je vous colle ci-dessous la traduction extrait d’une polémique à propos de cette photo :
          “Le gars avec Brzezinski est vêtu d’un uniforme pakistanais – probablement un officier Frontier Corps (FC) – FC sont les forces paramilitaires sur la frontière afghane et sont dirigés par des officiers de l’armée. Il est vêtu d’une aile de qualification de parachute de l’armée pakistanaise – je le sais parce que mon père a servi dans FC au milieu des années 80 et il avait une aile de parachute aussi. Certainement pas M. Oussama Ben Laden !”.

            +0

          Alerter
  • Michel LONCIN // 09.08.2014 à 11h08

    Qui pourrait faire confiance à Zbigniew Brzezinski ? N’est-il pas l’auteur de “Le Grand Echiquier” traçant le programme de DESTRUCTION de la Russie par une CONSPIRATION étasunienne, l’Eurasie et la Sibérie tombant dans l’escarcelle américaine et étant “exploitée” par ses capitalistes ?

    L’Ukraine jamais rattachée à l’OTAN … ? On a vu le prix qu’il fallait accorder à la “parole” étasunienne … Gorbatchev a accepté la réunification de l’Allemagne à condition que la frontière de l’OTAN s’arrête à la ligne Oder-Neisse … Les anciens partenaires du Pacte de Varsovie nont pas tardé à joindre “l’alliance” étsauno-atlantique … Eltsine a négocié l’arrêt des “progrès de l’OTAN … Les payas baltes y sont à leur tour adhéré … Si la Russie demeure immobile face aux putschistes de Kiev, l’Ukraine y entrera à son tour … et je ne donne pas longtemps avant qu’une énième révolution “colorée” ait pour cadre Minsk et la Biélorussie … en attendant Moscou et Saint Petersbourg …

    Plus aucune concession n’est possible avec cette nation de proie que sont les Etats-Unis … qui devraient se vouer non pas à l’Aigle mais … au VAUTOUR !!! Et la SEULE erreur de Poutine a été de ne pas foncer sur Kiev dès la réunification de la Crimée avec la Russie !!!

      +0

    Alerter
    • Grognard // 09.08.2014 à 12h12

      ” Et la SEULE erreur de Poutine a été de ne pas foncer sur Kiev dès la réunification de la Crimée avec la Russie !!!”

      J’ai un sentiment différent.
      A mon sens V. Poutine souhaite que la résolution du conflit se fasse autour d’une table et pas les armes à la main.

      Si du côté de Washington on pense que le PR russe est faible est une sacrée boulette.
      Si je fais un parallèle avec ce qui se passe autour d’une table dans le cadre d’une négociation toute personne qui a un peu de pratique dans ce domaine sait que pour céder du terrain ; il faut se sentir fort.

      J’ai l’impression qu’à chaque décision du côté russe V. Poutine n’enfonce pas autant le clou qu’il le pourrait, qu’il cherche à laisser plusieurs options sur la table.
      J’ajoute que cette façon de procéder s’adresse sans doute plus aux européens qu’aux USA.

      En effet on peut s’interroger sur le niveau de la diplomatie US.
      Je ne prendrai qu’un exemple:
      Lorsque H Clinton a demandé au GVT de la RPC pourquoi ils s’équipaient d’un porte avions ; j’en suis resté sur le “popotin”.
      Est-ce uniquement de l’arrogance ou de la méconnaissance de ses interlocuteurs?
      Car si le secrétariat d’état US a peut-être déjà oublié cela ; je vous fiche mon billet qu’en Chine dans 50 ans ils s’en souviendront encore.

      Bref les USA ne se donnent manifestement pas la peine de comprendre leurs interlocuteurs.
      Ou à tout le moins une partie d’entre eux.
      Une telle attitude porte en germe les conditions de l’échec.

      Le GVT US oublie également qu’en dehors de l’europe d’autres pays les observent et les jaugent et que leurs agissements ainsi que leurs méthodes vont impacter et modifier a terme les relations internationales.

      Quant à l’option militaire si des hauts gradés du pentagone ont fait en sorte de décourager B. Obama d’attaquer l’Iran ce n’est certes pas pour aller jouer les warriors en Russie.

      Ni les USA ni l’OTAN n’auraient la maitrise du ciel.
      Bien que les doctrines d’emploi de la force soient différentes, l’artillerie russe au niveau divisionnaire a vraiment “beaucoup de dents” et elle sait mordre.

      Pour finir n’oublions pas la torpille Shkval qui représente une sérieuse menace pour un groupe aéronaval.

        +0

      Alerter
      • madeleine // 09.08.2014 à 12h22

        Wahington ne comprennent pas les mérites d’un “win/win solution” pour tous
        on dirait vraiment des enfants gâtés pas des adultes responsables

          +0

        Alerter
        • Grognard // 09.08.2014 à 12h37

          Madeleine puisque vous parlez d’enfant gâté ; que dites vous de cet enfant qui préfére casser un jouet au lieu de le prêter à sa soeur ou à son frère?

            +0

          Alerter
          • madeleine // 09.08.2014 à 13h19

            grâce au sérieux et à l’honneur de Poutine Washington va peut être apprendre à tolérer la frustration comme tout un chacun

              +0

            Alerter
      • rémy // 09.08.2014 à 20h53

        la façon dont poutine maitrise la situation , relègue le club atlantiste à une assemblée

        d’agités caractériels et nuisibles à leurs propres intérêts , ils doivent avoir prévus de s’auto-détruire , un suicide collectif de l’atlantisme otanusien et de l’UE.
        surprenant , pour une pseudo communauté internationale réduite aux alliés des USA.

          +0

        Alerter
  • Louis // 09.08.2014 à 11h17

    Il est définitivement gaga.

      +0

    Alerter
  • sempervivens // 09.08.2014 à 11h40

    Brzezinski n’a rien de nouveau à proposer. Son article est un monument de perfidie cousu de fil blanc. Depuis l’approfondissement du partenariat triangulaire Otan-UE-Etats-Unis et la négociation du traité de libre-échange transatlantique, tout pays faisant partie de l’U.E est considéré par les Etats-Unis comme un allié “de facto” de l’Otan et se trouve contraint par les décisions de l’Alliance atlantique. La chose à été exposée clairement par Victoria Nuland lors du sommet de l’Otan à Buccarest en 2008.

    Ce qu’il propose ce n’est pas un compromis, mais une capitulation de la Russie :

    – Il n’est pas question de décentralisation et de fédéralisation de l’Ukraine
    – Celle-ci graviterait en direction de l’UE, mais resterait neutre militairement (alors que l’aide militaire de l’Otan est déjà fournie)
    – La question de la Crimée resterait en suspens pour le moment (jusqu’à quand ?)

    Brzezinski appartient à un monde révolu, celui de l’hégémonie unipolaire américaine et de la vieille garde de la guerre froide. Il n’a rien de nouveau à apporter au débat. Pour la Russie il n’existe qu’une issue en Ukraine : la victoire.

      +0

    Alerter
  • Nicolas Jaisson // 09.08.2014 à 11h45

    L’Europe à la remorque des Etats-Unis est en train de précipiter son suicide économique en se laissant entraîner dans des sanctions qui compromettent les positions concurrentielles des sociétés européennes en Russie. Les conseillers de Poutine ont déjà prévu des remplaçants pour les entreprises européennes qui seraient obligées de déguerpir de Russie, à commencer par les fournisseurs eurasiatiques depuis la Turquie jusqu’à la Chine en passant par les républiques d’Asie centrale. C’est un véritable basculement du centre de gravité de l’espace eurasiatique qui est train de se produire, alors même que l’Occident avait déjà connu une migration du capital très importante vers les places financières asiatiques à la suite de la crise de 2008. Les Européens ne sont pas conscients pour la plupart des progrès réalisés par ces pays dans les domaines de la technologie et du management copiés sur le modèle occidental. Voir à ce sujet les MBA eurasiatiques proposés par les universités privées russes. L’Union Européenne se vide de ses forces vives à une vitesse accélérée, alors qu’elle en aurait le plus grand besoin pour surmonter le trou noir créé par les banques d’investissement acoquinées aux Etats shootés à la dette publique pour reconstituer des assises économiques solides fondées sur les besoins de l’immense marché eurasiatique. Au lieu de quoi, nos politiques aliénés à la bureaucratie bruxelloises préfèrent suivre les folies de Washington qui se paient en millions de chômeurs, en austérité budgétaire et en matraquage fiscal. Poutine se demande sans doute combien de temps les Européens vont accepter de payer pour les pots cassés par leurs politiques qui se dédommagent en communication creuse servie dans des cérémonies aux morts à n’en plus finir. ce spectacle est navrant de bêtise suicidaire. tellement navrant même qu’il ne pourra perdurer longtemps devant la colère grandissante des dizaines de milliers de PME obligées de mettre la clef sous la porte. Les entreprises allemandes seront au premier rang de la révolte du fait de l’effondrement de leurs ventes non seulement en Russie mais aussi en Chine, dont les dirigeants leur reprochent leurs positions dominantes sur le marché chinois (cf. raids de policiers aux sièges de Mercedes Benz et de VW). Si l’on ajoute à la crise économique, la crise énergétique du fait de l’explosion des prix du gaz, entamant encore plus la compétitivité des entreprises européennes, alors on cumule tous les ingrédients pour un désastre. Désastre qui pourrait provoquer la dissolution de l’UE, de plus en plus d’Etats membres décidant en catimini de reprendre les rênes de leurs politiques nationales tout en faisant semblant de suivre les directives de la politique commune.. L’exemple du South Stream est assez remarquable de ce point de vue avec la conclusion d’accords commerciaux bilatéraux entre les pays européens et la Russie qui a repris les négociations, non avec Bruxelles mais avec les pays européens pris individuellement. Slovaque, Serbie, Autriche, Roumanie ont tous signé un accord de construction de leur tronçon respectif du gazoduc interdit par Bruxelles. Cet exemple risque fort de faire école dans les semaines à venir, à commencer par la Grèce qui ne supportera pas longtemps de jeter ses poires promises au marché russe.

      +0

    Alerter
    • chios // 09.08.2014 à 12h26

      ” (cf. raids de policiers aux sièges de Mercedes Benz et de VW)”

      Pourrait on avoir de plus amples éclaircissements?

      Ce n’est pas pour mettre en doute ce que vous dites, mais pour avoir plus de renseignements.

      L’attitude de la Chine dans ce conflit me semble être de la première importance.

        +0

      Alerter
        • barre-de-rire // 11.08.2014 à 09h44

          ho ba la chine c’est simple, pas de couille pas d’embrouille, en cas de guerre c’est avec la russie, mais en cas de conflit économique majeur c’est neutralité au possible vu que toute la production de biens américaine et encore plus disons occidentale pour pas est faites chez eux, on ne se fâche pas avec ses clients j’ai envie de dire.

          quand tu vois la bulle immobilière la bas de toute manières brics ou pas brics y feront la même chose que BoA FED et cie, ca sera jamais une alternative, ca sera juste la même chose pour le pole sud et l’est alors que ponzi fonctionne très bien pour le pole nord & l’ouest.

          et au final y aura des accord entre les 2 d’ici 50 ans, si on survie au rétrogradage américain, ce qui n’est pas gagné, surtout en lisant le vieux de mes_couilles_en_ski

            +0

          Alerter
      • Nicolas Jaisson // 09.08.2014 à 15h21

        Les groupes automobiles allemands sont accusés par le gouvernement chinois d’abus de position dominante (la faute à qui?) et obligés à ce titre de diminuer leurs prix de vente:

        Chinese Investigators Raid Mercedes Benz Office in Shanghai

        The South China Morning Post has reported that Chinese investigators raided Mercedes-Benz’ Shanghai office on Monday morning as part of a broader anti-monopoly campaign in the country.
        http://www.ibtimes.com/chinese-investigators-raid-mercedes-benz-office-shanghai-1648732

        According to reports, the investigators arrived at the office at 10 a.m. local time, and successfully entered the building despite attempts from security guards to stop them. They remained until 9 p.m., questioning staff members and inspecting computers for data.

          +0

        Alerter
        • chios // 09.08.2014 à 21h09

          Merci de votre réponse.

          Ca n’a rien à voir avec le conflit qui nous occupe.

          Je m’étonne: comment le fait d’obliger des entreprises à diminuer le prix de leurs pièces de 15%, leurs services de 20%, est-il anti-monopole?Ca devrait les rendre plus “compétitifs”?
          C’est un marché de luxe, et le prix importe peu?
          Ou alors, c’est pour rogner sur leurs bénéfices?
          Ils veulent leur mettre des bâtons dans les roues?

          Ca m’étonne, ils parlent toujours de win-win etc, or ici ce sont des méthodes assez brutales, il me semble.

          Abus de position dominante…bizarre.

          Et oui, la faute à qui?

            +0

          Alerter
          • Nicolas Jaisson // 09.08.2014 à 22h05

            Je crois qu’il s’agit surtout d’une répartition des coûts entre les fournisseurs allemands de pièces détachées qui surfacturent leurs clients chinois qui les répercutent sur les voitures allemandes vendues en Chine. Ainsi Daimler serait obligé de vendre moins cher à la Chine, ce qui aurait pour effet de diminuer ses bénéfices tout en favorisant le consommateur chinois qui de tte façon veut consommer allemand.

            BMW, the world’s biggest maker of premium vehicles, declined today to expand on comments yesterday that it’s in talks with the Chinese regulator about reducing prices for components and that the Munich-based manufacturer had already cut what it charged customers in China for spare parts in the first half of 2014.

            Audi’s Chinese unit said in an e-mailed statement that the Ingolstadt-based carmaker attaches “great importance worldwide” to ensuring it adheres to all applicable antitrust and competition laws.
            http://www.bloomberg.com/news/2014-08-05/china-government-raids-mercedes-s-shanghai-offices.html

              +0

            Alerter
    • Sandrine // 09.08.2014 à 15h26

      Dans la lignée de ce qui est dit plus haut, un tweet que j’ai reçu :

      PUTIN: Western companies determined to work with Russia despite #sanctions , Russia welcomes this, ready for widening cooperation

      source : ria novosti.

        +0

      Alerter
    • Grognard // 09.08.2014 à 20h09

      J’ai tendance à penser sans être devin que la France pourrait bien être le premier pays à quitter l’UE.
      Cette option pourrait bien être la dernière disponible de ces présumées élites que je refuse d’identifier comme telles vu leur niveau d’incompétence.

      Cette technocratie crasse tient absolument à faire sienne le propos de B. Tapie lorsqu’il déclarait: “On fait plus de c….ries” avec l’argent des autres qu’avec le sien”.

      Dans votre propos le facteur temps est inscrit en filigrane.
      Je partage vote sentiment.
      C’est une donnée primordiale de l’équation.

        +0

      Alerter
      • Bardamu // 10.08.2014 à 14h03

        Et vous voyez qui pour prendre cette décision ?
        Un capitaine de scooter ?
        Perso je vois plus la Grèce pour commencer le bal

          +0

        Alerter
      • barre-de-rire // 11.08.2014 à 09h55

        la France quitter l’ue ? impossible, tant que les usa bombardent leur propre création car ils en perdent le contrôle et veulent éviter l’humiliation suprême de se faire chopper une embassade ( ISIS ) et que la France envoie l’humanitaire en falcon avec fafa les mains dans les poches sur le tarmac et la langue dans le cul d’obama, on fera pas un cm de coté contre les USA, tous les politiques sont clients des thinktank et lobby, leur financement propres en dépendent… l’apart’ de fafa jr, tu crois que c’est partouche à nice qui le sponsorise ? non c’est les ricains…

        le fric a bétonné toutes les positions politiques de la planète, aucune guerre ne réglera le problème. c’est pour ca que ca envoie 3-4 balistique en test, un petit contingent de terroriste en irak, ca dégage sur gaza une bande d’accès à la mer pour tel aviv, ca fait des bulles en surface pour montrer que y a du mouvement mais ce qu’on voit pas c’est les coups de téléphone pour certifier le contrôle ressource->pognon

        ca va pas vous plaire mais en Europe dans 10,15 ans, ça ressemblera à cuba. zero pognon, aucun entretien, famine, split définitif de 2 catégories, les derrières les barbelés, et les autres. aucun peuple ne se rebiffera, relisez 1984, les gens par habitude ne sont pas malheureux.

        et Kant a écrit, l’humain ne peut pas etre heureux puisque il s’habitue à tout..
        la clef de la mutation en système autoritaire, c’est la lenteur pour que les peuples acceptent le retrait de liberté et l’appauvrissement, ( du moment qu’il est conditionné par un sentiment de généralité, que c’est partout pareil ) regardez bien les annonces télé des .gov, y font tous la même chose, conditionnement, la rentrée va être dure, ça sera pas comme prévu, va falloir ci, ca…

        c’est triste.

        je me ferai vaporiser d’ici 20 ans je pense 🙂

          +0

        Alerter
    • Arum Yosdam // 29.01.2015 à 10h41

      Il y a dans votre commentaire quelques raccourcis, contradictions ou simplifications qui me font douter de vos compétences dans les sujets abordés…

      1) «Les conseillers de Poutine ont déjà prévu des remplaçants…» Nuançons ; c’est vrai pour certains fournisseurs et ça ne l’est pas pour d’autres, qui ont l’exclusive de leurs compétences

      2) «les MBA eurasiatiques…» Nuançons ; certains de ces formations (tous ou la plupart?) sont dispensées par des professeurs européens ou américains qu’on n’a pas été mandatés (dîtes-moi si je me trompe) pour pousser, au «basculement du centre de gravité de l’espace eurasiatique», des élèves qu’on ouvre plus au mondialisme (par médiations, la préférence pour Wall Street) qu’à la préférence nationale ou la préférence pour une alliance de défense, scellée contre (par médiation encore) Wall Street.

      3) «L’Union Européenne se vide de ses forces vives…» Raccourci vertigineux ! Vous êtes-vous jamais exercé à la discipline intellectuelle d’une formation supérieure (Bac.+) qui soumette l’esprit aux exigences de l’analyse ? De quelles «forces vives» parlez-vous ? Les «forces vives» de quels pays de l’UE ? Certes, la Grèce perd ses ingénieurs ; ou ceux-ci se convertissent à la maraiche dans le potager familial… A l’opposé, nous avons les «forces vives de la Finance» : se sont-elles jamais mieux portées ? L’UE s’est-elle jamais vidée de ces forces-là, qui jonglent entre les continents et les marchés ? Entre les deux, il y a, entre autres nombreuses variations dont vous faîtes l’amalgame-catastrophe, les «forces vives» allemandes, qui, si l’industrie de leur pays souffre de sanctions imposées dans un rapport colonial, se porte mieux que n’importe quelle autre dans le monde… Oh il y a bien les «forces vives» chinoises qui n’ont rien à envier à leurs concurrentes germaniques ; mais je ne sache pas que l’Allemagne se saigne, pour plaire à la puissance tutélaire, à l’occasion d’un exode allemand qui encombre les banlieues de Shenzhen ou de Shanghai ( ?)

      4) Vous nous émouvez avec la «colère grandissante des dizaines de milliers de PME obligées de mettre la clef sous la porte» puis, dans la foulée, avec «les entreprises allemandes au 1er rang de la révolte» ; vous forcez mon ironie en nous vendant l’apocalypse industriel cuisiné en salade russe : de quel pays parlez-vous, où ces «PME mettent la clef sous la porte» ? De l’Allemagne, «au 1er rang de la révolte» ? Mais les exemples que vous donnez (Mercedes Benz et VW) tombent dans votre salade comme un cheveu flotterait sur la soupe ; ou Mercedes Benz et VW sont-elles des PME ? Certes, le Mittelstand voit les Sanction d’un mauvais œil, et on les comprend, mais reconnaissez que votre argumentaire est bien confus…

      5) Vous nous parlez de descente policière qui ont eu lieu à Pékin, chez ces très-très-très grosses «PME» : Mercedes Benz et VW. Est-ce de l’humour au 1er degré ? Prenez ces descentes policières au 2nd car la raison que vous donnez – «la position dominante sur le marché chinois» – est un prétexte. Le gouvernement chinois manifeste ainsi le soutien qu’il donne à la Russie, pour l’avantage de la Chine en tant que puissance économique globale, pas en tant que producteur automobile – ça viendra, ça viendra… Autrement dit à l’Allemagne, au nom du gouvernement chinois : «vous pouvez vous permettre, difficilement, de vous passer du marché russe, mais pas du marché chinois ; c’est, soit les deux marchés, sans égard pour la politique de domination américaine, soit la mort de votre industrie». On appelle ça le «langage diplomatique»…

      6) «l’explosion des prix du gaz, entamant encore plus la compétitivité des entreprises européennes…» Le prix du gaz handicape, en général, l’industrie qui ne vend ni ne transforme le gaz, mais paie-t-on le gaz moins cher aux Etats-Unis et en Chine, qu’en Europe ?

      Quelle votre fonction diplomatique, commerciale, financière ou indistrielle, en relation avec les sujets au sujet desquels vous parlez doctement, Monsieur Jaisson ?

        +0

      Alerter
  • Daniel // 09.08.2014 à 11h53

    On ne pouvait pas attendre une autre vision des choses de la part de Brzezinski. Le texte est tendancieux et totalement parti pris. C’est le maniaque sexuel qui donne des conseils de morale à de jolies adolescentes. Dans l’actuelle situation c’est difficile de dire qui est celui qui bluffe le plus : si Rassmussen avec sa petite “réunion de crise” à Kiev et ses menaces, ou si Poutine en augmentant le nombre de ses troupes à la frontière avec l’Ukraine.
    Les “conseils” de Brzezinski, cependant, restent fidèles à sa vision (pourrie) du monde, l’unipolaire américain, contre tout et contre tous. Jusqu’à là rien de nouveau sous le soleil. Toutefois, une crainte (très subtile) paraît pointer du nez dans ses mots : l’apparente détermination de Poutine de ne pas se laisser intimider par les forces de l’Otan qui bourdonnent autour de la Russie. Peut-être que le mentor des néo-Cons américains se méfie que l’ours Poutine a plus d’une corde dans son arc. Et que, si nécessaire, il n’hésiterait pas à les utiliser, toutes.

      +0

    Alerter
  • Jean-Luc Potier // 09.08.2014 à 11h53

    Incroyable de pourriture… Tout y est, jusqu’à la comparaison faite entre l’Eurasie et l’URSS…
    Il vieillit mal, le marionnettiste: on en est carrément à croire entendre une FEMEN.

      +0

    Alerter
    • Nicolas Jaisson // 09.08.2014 à 12h29

      Vous avez vu la réaction immédiate de nos politiques à l’embargo sur les produits agricoles: on va va piocher dans la réserve du FEOGA, le fonds de secours de l’agriculture. Autrement dit ils réagissent toujours et encore de la même manière aux problèmes économiques et sociaux causés par leur incompétence: la création de fausse monnaie-dette plutôt qu’une politique consciente de la réalité des entreprises qui ont oeuvré et investi pendant des années pour se tailler un avenir en Russie qui et un marché difficile, où le ticket d’entrée se paie à coups de millions pour surmonter les multiples barrières réglementaires, économiques ou fiscales. Ce système européen tire sa force de la banque qui finance les politiques par l’émission de dettes, leur donnant la fausse impression de la toute puissance qui se joue des réalités économiques grâce à la pompe à fric finançant la “redistribution” des revenus. D’où la stratégie de Poutine de contrecarrer la finance en virant au maximum le dollar des accords commerciaux, ce qui a pour effet de dé-collatéraliser les instruments de financement vendus par les banques européennes. L’Occident va se retrouver à poil avec ses deux milles trillions de produits dérivés à refinancer avec du vent, alors que leurs populations réclameront leurs lots de subventions étatiques pour continuer à survivre. Le communisme financier a eu raison de l’Occident, ce que les sanctions prises par la Russie et la Chine (cf; les restrictions chinoises apportées aux ventes de Cisco, Microsoft, IBM, Intel et aux sociétés de conseil auxquelles il faut rajouter la restauration rapide et bientôt l’automobile) vont révéler, lorsque les multinationales occidentales se retrouveront interdites d’accès à des marchés vitaux pour leur croissance.

        +0

      Alerter
      • Nerouiev // 09.08.2014 à 21h56

        On remarquera que Poutine a toujours un tour d’avance, ce qui lui permet d’agir vite et bien comme on l’a vu pour la Crimée et maintenant, ça ne tergiverse ni ne recule. Je suppose que ça fait un moment que la Russie travaillait secrètement pour les substitutions de produits de l’agriculture, car le jour J c’est immédiat avec des denrées périssables. Il a envoyé une petite touche concernant les couloirs aéronautiques sibériens, laissant aux concernés le temps de calculer leurs pertes, tout en annonçant qu’il avait l’intention d’acheter 8 nouveaux avions pour sa compagnie low cost boycotée.

          +0

        Alerter
  • arnold99 // 09.08.2014 à 11h59

    Beaucoup de commentaires sur la sénilité de ce grand défenseur de la “destinée manifeste” mais il faut avoir conscience que ses élèves dont déjà dans la place et ont “amélioré” ses “concepts”.

    Sur le front économique les USA seront suffisamment habiles pour nous prouver que la meilleure réponse aux sanctions russes sur l’agro-alimentaire est le TAFTA (avec un bonus pour les OGM)

    Pour être optimiste, ces sanctions russes visant l’agro-alimentaire vont avoir le mérite de mettre en place un nouveau front en Amérique du sud, aux portes des USA. La manne économique donnée à des pays comme le Paraguay, l’Argentine, le Brésil, etc… vont leur permettre d’exister un peu plus. Les USA vont devoir se montrer très “actifs” dans cette région.

    Enfin gardons un œil attentif sur la Turquie qui est désormais encerclée soit par des états ayant des sympathies pro-russes, soit par des pays avec des vrais problèmes intérieurs. Je pense que l’OTAN va la aussi se faire pas mal de soucis en terme de positionnement stratégique.

    L’Ukraine sera le cercueil de l’Europe. L’heure du sauve-qui-peut approche, chacun des états cherchant protéger ses intérêts économiques non pas pour leurs peuples mais pour éviter d’être virés par eux. De plus qui parle aujourd’hui de plan d’aide économique à l’Ukraine?
    Il va être dur pour des états européens déjà en quasi faillite de demander à leurs populations des sacrifices supplémentaires pour que des oligarques (en chocolat) puissent continuer à se “distraire” avec leurs amis Américains.

      +0

    Alerter
    • bidule // 09.08.2014 à 13h17

      J’abonde dans votre sens. L’Afghanistan est le fossoyeur des empires, et… l’Ukraine sera le cercueil de l’Europe. La crise ukrainienne fait vaciller sur ses bases toute la bureaucratie européenne, bien plus que ne l’on fait les abstentionnistes aux dernières “élections” de l’UE. La Russie négocie séparément avec les pays de l’UE, tout comme la Chine ; une attitude qui discrédite la construction européenne en tant que bloc économique ou politique. On voit clairement désormais à l’oeuvre les intérêts divergents des “partenaires” : la France mise au pied du mur avec ses contrats militaires dont l’abandon lui nuirait gravement, les PME allemandes inquiètes de voir leurs exportations même simplement rognées, l’Italie qui paye durement le prix d’une orthodoxie austéritaire qui lui est contre-nature, ou l’Angleterre dont le statut de place forte financière pourrait basculer vers le Sud-Est asiatique à la vitesse d’un clic de souris. L’Ukraine est en train de lézarder l'”union” et met en évidence des forces centrifuges mises sous le boisseau par une bureaucratie soviétisante.

      Vladimir Poutine, dit-t’on, pratique les arts martiaux, de ceux où l’énergie déployée par l’adversaire, quand elle est intelligemment orientée, est celle-la même qui précipite sa chute. Le colosse est d’argile. Il suffit de pousser pour le faire tomber. Vladimir Poutine a désormais saisi son adversaire à la ceinture et a fermement assuré sa prise…

      Au fait : comment dit-t’on “Fuck the EU” en russe ?

        +0

      Alerter
      • chios // 09.08.2014 à 15h52

        “des forces centrifuges mises sous le boisseau par une bureaucratie soviétisante. ”

        Belle formulation de ce qui se passe.

        Ce genre de raccourci “conceptuel” aurait depuis longtemps dû être exploité, si cette forme de pensée avait pu disposer des thinktanks dont l’adversaire dispose.
        Dommage.

          +0

        Alerter
      • Sandrine // 09.08.2014 à 15h58

        L’éclatement de l’Europe serait un bien pour tout le monde et nous permettrait d’éviter le pire.

          +0

        Alerter
        • barre-de-rire // 11.08.2014 à 10h01

          disons qu’au lieu d’être 28 à foncer dans le mur on va être que 14 et moins d’energie cinétique = impact moins rude.

          l’ouest ouest ira pas dans la même direction que les autres pays de l’est qui eux seront touchés en hiver par le pb du gaz, l’Allemagne et la France, ca vient de Norvège, Minsk aussi mais ce pipe ne passant pas par l’Ukraine l’Allemagne ne sera pas impactée par le ban du transit. nous non plus d’ailleurs.

          à partir de ce postulat… ça doit encore empirer à droite avant de générer de la houle à gauche.

            +0

          Alerter
      • Marie Genko // 09.08.2014 à 23h52

        Vladimir Poutine a dit il n’y a pas si longtemps qu’une Europe des Etats avec la Russie était toujours un futur possible…
        Donc aucun Russe ne dirait aujourd’hui “Fuck the EU”…

          +0

        Alerter
  • Crapaud Rouge // 09.08.2014 à 12h01

    Le simplisme de Zbigniew Brzezinski est à rapprocher de celui d’Obama relevé par de defensa (http://www.dedefensa.org/article-une_guerre_de_la_communication_d_an_antissement__07_08_2014.html). Obama aurait par exemple déclaré : “Russia as a nation that “doesn’t make anything”” ! C’est factuellement faux, et niveau citoyen lambda haineux.

      +0

    Alerter
    • languedoc 30 // 09.08.2014 à 18h22

      Je viens de lire cet article qui me déprime au plus haut point. La haine à ce niveau là, me laisse sans voix. Se rend t-il compte,Obama, du racisme abominable de ses propos, comment est-il possible qu’il ait pu les formuler.
      Je vais faire une virée sur la plage ça me changera les idées.

        +0

      Alerter
  • madeleine // 09.08.2014 à 13h02

    Combien de personnalités (douteuses) Ukrainiens maintenant dans le gouvernement ont étés élus par des Ukrainiens ?

    vraiment l’impression d’une bande de hooligans sans foi ni loi qu’on laisse agir en toute impunité

      +0

    Alerter
  • Bertrand // 09.08.2014 à 13h31

    Bonjour Olivier, bonjour à tous. Un article pédagogique illustré sur la guerre dans le Donbass, pour bien apprendre à distinguer les gentils des méchants (pas toujours facile, il faut l’avouer) http://gaideclin.blogspot.fr/2014/08/ukrainenovorossia-guerre-dans-le.html?showComment=1407576387782#c5413313236656275765

      +0

    Alerter
  • Negrello // 09.08.2014 à 13h31

    Quelque soit la réaction de Poutine, l’OTAN et l’Ukraine ont déjà planifié des exercices dans le cadre d’un programme au doux nom évocateur, Partenariat pour la paix.

    D’autres pays sont associés.
    Le mois de septembre, est commun à tous ces exercices.

    Souhaitons que cela ne soit pas le début d’un truc qui pourrait mal tourner.

    http://fr.ria.ru/infographie/20140723/201917095.html

      +0

    Alerter
  • Bernard Grapperon // 09.08.2014 à 14h15

    Quatrième option :

    Poutine demande l’adhésion de la Russie à l’OTAN. Quelles seraient les réactions ?

      +0

    Alerter
  • NOP -cr- // 09.08.2014 à 15h55

    Il appartient à la classe “Attali” ;
    Un flagorneur de parasites décérébrés en fin de vie.
    Pour mettre en oeuvres ses diverses vaticinations,il oublie lui-même qu’il faut être un empire,c’est à dire;
    -être capable de construire autre chose que des camps militaires chez autrui.
    -ne pas y entretenir des classes moyennes politiques de la pire espèce,dénuées du plus élémentaire bons sens,du moindre instinct du vrai,de la moindre perspective historique sérieuse.
    L’idée ne lui vient même pas que le monde actuel ,depuis la disparition de son faire valoir soviétique,est le résultat, logique,inévitable,du mono-centrisme à l’américaine.

      +0

    Alerter
  • VladP // 09.08.2014 à 16h29

    Voilà du grain à moudre:
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/09/97001-20140809FILWWW00109-moscou-affirme-avoir-repousse-un-sous-marin.php
    Il faut savoir que les russes ont gardé un très mauvais souvenir du Koursk qui aurait été torpillé par un sous marin américain pour empêcher la vente des torpilles russes aux chinois (les fameuses torpilles qui vont à plus de 500 km/h sous l’eau).
    Je pense que dans les circonstances présentes, il n’y a pas trop besoin de les pousser pour qu’il en envoient un au fond, en souvenir de ceux du Koursk.

      +0

    Alerter
    • barre-de-rire // 11.08.2014 à 10h07

      les torpilles c’est des SHKVAL

      propulsion par supra cavitation gazeuse.

      principe simple, c’est une torpille simple mais au lieux d’avoir une poussée dans l’eau intégrale, la tete émet un gaz qui avec la poussé enveloppe la torpille, du coup ca devient un missile puisque y a pu de résistance à l’eau mais à un gaz ( cf comme l’air ) donc forcement ca va bcp plus vite et c’est le système ultime anti fuite de sous marin puisque un tir de ss marin US type MK48 à uranium appauvri qui fait fondre comme un trou de perceuse dans la coque à disons 70km/h où il faut calculer les courbes de tir avec le décalage et les trajectoire, le SHKVAL tire vite et en ligne droite, aucun sous marin ne peut fuire.

      c’est russe, les usa savent pas faire. et ils ont bien les nerfs la dessus, j’ai suivi ca y a des années, c’est incroyable d’efficacité.

        +0

      Alerter
  • tchoo // 09.08.2014 à 17h44

    Si Brezinski omet de parler des retombées négatives des sanctions pour les pays européens, ce n’est pas parce qu’il ne l’entrevoit ou ne l’imagine pas, à mon avis, il le sait parfaitement, mais parce que cela fait partie du plan américain: affaiblir les pays européens, les pousser, les obliger à signer le TAFTA (cf les appels de la Pologne)
    C’est pourquoi c’est de la haute trahison de la part de nos dirigeants, ils vendent nos pays aux zétazuniens

      +0

    Alerter
    • rémy // 09.08.2014 à 21h18

      oui , et cela a été planifié de longue date , bien qu’un certain retard dans ce plan ait été contaté par washington.
      c’est aussi une des causes de leur agitation soutenue en ukraine .
      nous refaire la guerre froide , permet d’occulter la déficience économique us , d’acroitre leur
      industrie de l’armement et de satisfaire les multinationales pétrolières en priorité.

      quand a ceux qui pensent à une action us pour défendre la démocratie , sont aussi naifs que ceux
      qui ont votés inutilement ces 30 dernières années .

        +0

      Alerter
  • madeleine // 09.08.2014 à 19h06

    Un document tout à fait remarquable, publié ce 31 juillet 2014, sur la planification militaire des États-Unis recommande au Pentagone de se préparer à mener une demi-douzaine de guerres simultanément, y compris des guerres dans lesquels l’antagoniste serait équipé d’armes nucléaires.

    Le document, intitulé « Assurer une défense solide des USA pour l’avenir » [1], a été rédigé par le Comité de la défense nationale, un groupe d’anciens fonctionnaires civils et militaires de haut rang, mandaté par le Congrès pour fournir une analyse critique du document officiel de planification du Pentagone publié au début de cette année, la Revue quadriennale de défense 2014.

    Le Comité de la défense nationale est coprésidé par William Perry, qui était secrétaire à la Défense dans l’administration Clinton, et le général John Abizaid, ancien chef du Commandement central américain. Ses membres comprennent quatre autres généraux à la retraite, ainsi que Michele Flournoy, ancienne députée et secrétaire adjoint à la Défense sous Obama, et Eric Edelman, l’un des principaux sous-secrétaires néoconservateurs à la défense sous l’administration de George W. Bush.

    Le groupe est donc bipartite, représentant l’ensemble du spectre de la sécurité du tout Washington officiel. Son rapport a été publié sous les auspices d’un organisme financé par le gouvernement fédéral et consacré à l’étude de la guerre, dont le nom, dans une logique orwellienne impeccable, est l’Institut de la Paix étatsunien.

    Le document met en garde contre les dangers auxquels sont confrontés les États-Unis, au premier rang desquels il place la puissance grandissante de la Chine et de la Russie, suivies de la Corée du Nord, de l’Iran, de l’Irak, de la Syrie, du Moyen-Orient en général, puis de l’Afrique. La Chine et la Russie sont ainsi placées en haut de la liste des cibles potentielles pour une action militaire des États-Unis, devant les trois pays identifiés par George W. Bush dans son fameux discours sur «l’axe du mal» de 2002.

      +0

    Alerter
    • Nerouiev // 09.08.2014 à 21h29

      Qu’ont-ils ces américains à s’agiter constamment, ils sont mal dans leur peau ?
      Je dis ça parce que tous les individus que j’ai connu avec un tel comportement étaient effectivement très mal dans leur peau, souvent un vernis de culture et peu souriants.

        +0

      Alerter
  • anne jordan // 09.08.2014 à 22h01

    ce qu’on lit entre les lignes , c’est ” nous avons les moyens de changer le Présedent de la Fédération de Russie ” !
    la phrase : ” Cela requerrait de la sagesse et de la persévérance tant de la part de la Russie que de la part de l’Ukraine et de l’Occident. ” , quant à elle suggère tout de même un epetite responsabilité de l’U.E dans ce bordel , non ?

      +0

    Alerter
    • Slavyanka // 10.08.2014 à 02h21

      Je pense qu’ils ne pourront jamais faire plier la Russie éternelle… En tout cas il s’y sont pris très mal car l’anti-américanisme règne actuellement en Russie à tous les niveaux. Les gens savent très bien d’où le vent souffle, se méfient, défendent leur pays et Poutine. Cette crise politique a énormément secoué les consciences.

        +0

      Alerter
  • LesBarniques // 10.08.2014 à 00h04

    Nouvelle de dernière heure : La milice de Donetsk se dit prête à un cesser-le-feu pour éviter une catastrophe humanitaire.

    La dépêche version radio-canada
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2014/08/09/009-cessez-le-feu-rebelles-donetsk-ukraine.shtml

    Celle publiée par RT qui rapporte les propos de Ban Ki-Moon que je résume :

    “Des civils innocents pris dans le feu du conflit continuent de mourir. Les Nations Unies vont continuer de suivre la situation attentivement et activement. Si la situation humanitaire empire ou si les efforts des instances nationales ne suffisent pas, l’UN va devoir trouver de nouvelles solutions d’aide.” Ban Ki-Moon a également prié Kiev de prendre en main la situation de “façon appropriée”.
    On y rapporte également les propos du nouveau premier-ministre Aleksandr Zakharchenko : “En cas de refus des autorités de Kiev, la milice populaire se défendra avec ce qui lui reste de forces et dans n’importe quelle conditions.”
    J’ai cherché la nouvelle sur Ria Novosti et ne la trouve pas. Voici le lien sur RT
    http://rt.com/news/179212-ukraine-militia-ready-ceasefire/

      +0

    Alerter
  • odjo // 10.08.2014 à 01h31

    Ce personnage est aussi celui qui provoqua des l’ete 1979 un sentiment de revolte envers l’ex soviet union en Afghanistan avec le but de faire intervenir les russes militairement ce qu’ils firent le 24 decembre 1979 .Puis soutint ouvertement ensuite ces fameux cingles fanatises de tous les coins du monde appele par reagan : freedom fighter .
    J’ai pas lu tous les commentaires c’est peut-etre deja dit ?
    Loin d’etre un pacifiste il joue au monopoly avec la vie des gens et evite toujours la case prison ou il aurait bien eu sa place avec en general tous les fouteurs de guerre americain .

      +0

    Alerter
  • Michel LONCIN // 29.01.2015 à 13h04

    L’ESPOIR de cette IGNOBLE CRAPULE de Brzezinski est évidemment le choix n° 3 !!! De toutes les manières possibles, (insultes, provocations, “sanctionnisme”, assistance du néo nazisme ukrainiens, MASSACRES éhontés des populations russophones), les Etats-Unis s’y emploient … de manière de plus en plus DESESPEREE … car c’est ainsi qu’ils espèrent DETRUIRE la Russie à travers Poutine !!!
    Ce dernier, jusqu’à présent, a eu le sang froid (et la lucidité politique) de ne SURTOUT PAS y céder … en dépit de pressions nationalistes et de l’HORREUR de l’EXTERMINATION des populations du Donbass !!! Le plus sûr moyen pour l’y entraîner … ? Que l’Ukraine attaque la Crimée (c’est-à-dire, dans la perspective kiévienne, la “libère”) … ce qui entraînerait de fait une RIPOSTE russe !!! Je ne suis cependant pas certain que cela servirait les affaires de “Kiev” car une telle action serait susceptible de rassembler autour de Poutine, de la Russie, de la Crimée et du Donbass, les populations russophones non encore alignées de Karkhov, Dnepropetrovvsk, Kherson, Odessa …

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications