Les Crises Les Crises
6.août.20146.8.2014 // Les Crises

Défier l’orgueil du Président Poutine et tester sa paranoïa est une folie, par Simon Jenkins

Merci 0
J'envoie

Sir Simon Jenkins est un journaliste anglais du Guardian, fait chevalier en 2004 pour “services rendus au journalisme”… Ce n’est donc pas un critique fanatique du système, ni un admirateur de Poutine… Cela rend son papier du 25 juillet particulièrement intéressant…

Le crash du vol MH17 était clairement un accident. Cette tragédie ne devrait pas être utilisée comme un prétexte pour punir la Russie.

Pourquoi la politique internationale régresse t-elle à un tel niveau de stupidité ? Dès que nous avons appris que l’avion de Malaysian Airlines avait été abattu au-dessus de l’Ukraine, nous savions qu’il s’agissait d’un accident. Quel que soit le commanditaire, il ne pouvait souhaiter une telle tragédie. Ce n’était pas un nouveau 11 septembre. C’était un gros raté, pas un complot.

Pourtant, la politique internationale adore les complots. Vladimir Poutine a rejeté la responsabilité sur le gouvernement ukrainien. L’Ukraine a accusé les rebelles pro-russes. L’ambassadeur américain des Nations Unies, Samantha Power “ne peut exclure” la responsabilité de Moscou. Londres a hurlé à l’assassin. Du sang a été versé. Il fallait qu’il y ait des accusations.

Ce qui s’est passé fut un accident effroyable dans un pays barbare, qui rend nécessaire la restauration de la dignité des victimes au plus vite. Pourtant, avant même que l’on ait rassemblé les corps, les politiciens se sont arrangés pour obtenir un durcissement des sanctions, la fin d’accords commerciaux, l’expulsion des oligarques et le gel de comptes bancaires. Rapidement ils en sont venus à se battre comme dans un panier de crabes. Barack Obama s’est comporté comme un froussard, François Hollande comme un conciliateur. David Cameron tint le rôle de l’hypocrite. Le philosophe Bernard-Henri Lévy lança ses foudres sur tout le monde “Ceci est l’esprit de Munich – la conciliation. Et c’est une honte.”

Ces moments sont dangereux. En 1914, le gouvernement autrichien déclara le meurtre insensé de l’archiduc Franz Ferdinand comme étant un “complot du gouvernement serbe” et partit en guerre. En 1983, les Russes abattirent un avion civil coréen qui s’était égaré au-dessus de la Siberie, tuant les 269 passagers à bord. C’était clairement un accident – le contrôle au sol des pilotes de chasse étant ivres et en état de panique. L’information fut passée sous silence et l’incident exploité pour susciter une des confrontations les plus effrayantes de la guerre froide.

Cinq ans plus tard ce fut au tour des États-Unis, lorsque le croiseur américain abattit un Airbus civil A300 iranien dans l’espace aérien iranien. La marine s’excusa maladroitement, tandis que l’Iran s’en saisit comme d’un crime d’agression injustifiée, aidée en cela par une Amérique qui récompensa ses marins par des médailles. Washington refusa d’admettre toute responsabilité légale, et mit huit ans à régler les 62 millions de dollars de dédommagement aux familles touchées.

Ce qui est terrifiant c’est de voir comment de tels incidents sont déformés dans la perspective d’une vengeance. Poutine s’est clairement montré imprudent sur la frontière ouest de la Russie en fournissant assez d’armements aux rebelles ukrainiens pour augmenter la probabilité d’accidents. Mais l’idée qu’il ait souhaité cette tragédie est aussi absurde que l’idée que Konstantin Tchernenko ait souhaité le massacre en Corée ou Ronald Reagan la descente d’un avion iranien.

Poutine a probablement été aussi horrifié que nous tous par le sort de l’appareil. Cela a perturbé les délicats jeux de pouvoir de la région et l’a contraint à une position défensive. Les renseignements provenant de Moscou suggèrent qu’il est blessé et en colère, s’en remettant au cercle de ses conseillers les plus offensifs et à leur rhétorique nationaliste. C’est le moment où Confucius nous exhorte à offrir à l’ennemi une voie de retraite. Au lieu de cela, les va-t-en-guerre de l’ouest prennent un malin plaisir à railler la paranoïa de Poutine comme pour le pousser à commettre quelque chose de pire encore.

Alors que je visitais la Russie dans les années 90 après sa défaite humiliante de la guerre froide, je trouvai ce territoire triste et dangereux, pas si différent de l’Allemagne en 1918. C’était alors comme si aucun diplomate occidental n’avait lu le Traité de Versailles, ou noté les avertissements de Keynes sur les conséquences de ce dernier. Beaucoup avait été fait afin de construire des liens entre l’ouest et l’est. L’énergie, les investissements et les contacts avaient été l’objet d’échanges dans les deux sens. Les entreprises occidentales avaient fricoté avec les oligarques et les kleptocrates. L’argent volé de la main du peuple russe s’était déversé dans les banques sans vergognes de Chypre et de Londres, ainsi que sur les marchés de l’immobilier suisse et britannique. Londres doit être classé parmi le plus gros receleur de tous les temps.

Jusqu’ici tout allait bien. Mais en même temps, l’OTAN et l’UE s’étendaient en Europe de l’Est vers la frontière russe, comme s’ils pointaient leurs canons aux portes de Moscou pour provoquer la Russie désormais vaincue. Les défenseurs de l’OTAN défendaient l’idée que tout pays, y compris la Lettonie, la Géorgie ou l’Ukraine, devait être libre de rejoindre le club de son choix (tout en refusant aux Criméens ce droit quand ils choisirent le camp opposé). Pourtant, il faut être idiot pour négliger la fierté russe et sa crainte de l’encerclement. Provoquer Poutine façon “post-guerre froide” était bon pour l’image des Occidentaux, mais c’était une politique exécrable.

On nous dit que l’Est de l’Ukraine ne représente que l’un des conflits que Poutine pourrait déclencher le long de la frontière russe, de la mer Baltique au Caucase. Partout, on trouve des minorités russes (voire des majorités) susceptibles de s’opposer aux autochtones non russes. Les responsables européens n’ont pas d’intérêt tangible à attiser de tels conflits – et pourtant c’est précisément ce qu’ils ont cherché à faire en Géorgie et en Ukraine.

Que la Grande-Bretagne — ou l’Amérique — essaie de dicter sa loi tout le long des frontières russes est complètement fou ; se servir d’un tragique accident aérien comme d’un casus belli l’est tout autant. Ce n’est pas autre chose qu’une agressivité primitive, un machisme de pauvre. Cela nous propulse, une fois encore, vers la solution confuse des sanctions économiques. Il est au-delà de toute hypocrisie de la part de l’Occident d’exiger des sanctions contre Moscou alors qu’il lui ne lui pose aucun problème d’acheter à la Russie du gaz et de lui vendre des armes, des navires, des appartements à Knightsbridge ou des places à Eton. Ce deux poids deux mesures est de notre fait. D’après la commission parlementaire sur les ventes d’armes, la Grande-Bretagne vend actuellement des armes pour une valeur de 12 à 27 milliards de Livres à des pays répertoriés par le Ministère des Affaires Etrangères comme « préoccupants au point de vue des droits de l’homme ». On ne renforcera pas la paix mondiale en augmentant les prix de l’énergie européenne, en rendant plus rares les prêts pour les entreprises russes ou Harrods moins accessible aux « copains de Poutine ». Poutine s’en moque éperdument.

Les sanctions économiques sont à la politique moderne ce que les régiments de cavalerie étaient à la guerre de tranchées : splendides mais inutiles. Leur continuel déploiement va à l’encontre des nombreuses études qui établissant qu’elles sont superficielles, cruelles voire contre-productives. Cependant combien de fois Cameron est-il sorti de son bunker Cobra pour menacer de « sanctions économiques plus sévères » quelque État voyou, sans que cela ait le moindre effet ? La rhétorique est toujours la même, il faut « envoyer un message », montrer sa détermination, faire payer un prix, ne pas laisser « le mal être impuni ». Comme si la Grande-Bretagne était une sorte de surveillant général désuet.

L’émergence à Moscou dans les années 90 d’un nationaliste, dur, philistin comme Poutine était presque une fatalité. Poutine est loin d’être un ange mais il dirige ce qui demeure une nation puissante. Il faut être fou pour envisager de blesser sa fierté ou de jouer avec sa paranoïa. Le seul pays qui sache cela et soit capable de garder la tête sur les épaules est dirigé par Angela Merkel. Dieu merci, l’Allemagne existe.

Simon Jenkins, The Guardian, 25 juillet 2014 – Traduction collective pour www.les-crises.fr

48 réactions et commentaires

  • Richard // 06.08.2014 à 01h57

    Si l ‘Allemagne avait la bonne idee de signer un accord commercial avec la Russie cela degonflerait le mouvement bellisciste europeen envers la Russie. Ce serait egalement une reponse judicieuse à l’espionnage par les US de ses propres alliés.

      +0

    Alerter
    • Daniel // 06.08.2014 à 09h59

      C’est sûr, mais l’Allemagne se trouve commercialement trop liée aux Etats-Unis, et dans l’actuel conjoncture économique que se trouve l’Europe, les pertes seraient encore plus dures à avaler.
      Une fois, en parlant d’Israël Mouammar Kadhafi avait dit : “Le problème n’est pas Israël, si l’on veut on peut le balayer du jour au lendemain ; le problème c’est les Arabes, nous sommes trop désunis.”
      On pourrait dire le même des Européens. Si il existait une vraie “Union” en Europe pas celle de façade qu’on connaît, les Etats seraient de loin plus forts et plus indépendants vis-à-vis des Etats-Unis. Mais puisque chaque Etat veut le beurre, l’argent du beurre et la crémière qui va avec….

        +0

      Alerter
  • RobinHood // 06.08.2014 à 02h25

    Très bonne analyse oui, mais la conclusion sur l’Allemagne et Merkel va à l’encontre de l’actualité…
    N’est-ce pas Merkel qui vient de faire le forcing auprès de la Suisse pour qu’ils ajoutent leur lot de “sanctions” ?

      +0

    Alerter
    • raloul // 06.08.2014 à 10h11

      Bonjour!

      De ce que j’en comprends, il s’agit de mesures visant à éviter que la Suisse serve à contourner les sanctions “internationales”. Peut-être que le cas récent de BNP aux U.S. oblige à être prudent dans ce domaine?

      Les mesures qui concernent l’Ukraine:
      http://www.seco.admin.ch/themen/00513/00620/00622/05405/index.html?lang=fr
      l’ordonnance telle que publiée en droit suisse:
      http://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/20140853/index.html

      Dans la liste des sanctions et embargos, il n’y a rien sur la Russie, et rien, à part les mesures ci-dessus, concernant l’Ukraine. Je ne sais d’où provient cette idée que la Suisse appliquerait des sanctions directes… avez-vous une source?
      Effectivement, quelques citoyens russes (et pas des moindres, des généraux et des parlementaires…sic!!!) apparaissent sur la liste des personnes visées mise à jour le 5 août. Et oui, cela reprend les textes de la chère UE (dont la cote de popularité en Suisse va friser les pâquerettes…).

      Vous noterez que le texte de l’ordonnance interdit de nouer de “nouvelles” relations d’affaires, mais que celles qui ont cours doivent être déclarées (et ne sont PAS interdites, de ce que j’en comprends). Je ne sais pas si c’est exactement la même façon de procéder qui prévaut dans l’Empire.

        +0

      Alerter
    • Nicolas Anton // 07.08.2014 à 10h04

      Très bonne analyse ? Ce type est un serpent. Il évoque l’Allemagne 1918 traité de Versailles etc… la paranoïa d’un homme … on connait ou imagine la suite. Il fait allusion à qui vous savez. Il invite doucement le lecteur, avec un whisky et un cigare, à atteindre le point godwin.. Alors que la situation géopolitique est exactement l’inverse et nous présente le dogme Otanesque comme l’axe du bien. Et pour les autres ce sera le mal donc.
      Il utilise une technique de vieux routard pour faire avaler une objectivité fragile avec un tel sujet : une critique pour son camp et 3 pour l’adversaire. Et ça marche.

        +0

      Alerter
      • mo // 07.08.2014 à 17h34

        entièrement d’accord : il utilise une forme de style très bien tournée pour éviter de dire le fond de sa pensée : il met en valeur le sujet , mais décoche des flèches empoisées dans le dos.

          +0

        Alerter
  • bluerider // 06.08.2014 à 02h27

    je trouve cet article consternant. Nier ainsi les données géostratégiques anglo-saxonnes appuyées sur la sainte trilogie des neo-conservateurs constituée des 3 livres “Le Choc des Civilisations” de Huntington, “Le grand Echiquier” de Brezinsky, et le PNAC du groupe de Chicago revient à parler dans le vide. Il y a un programme de containment de la Russie,et un programme de “full spectrum dominance” américain, qui s’applique bien sûr d’abord au dollar et aux ressources énergétiques puis aux matières premières. M. Jenkins oublie que les “Etats Profonds” qui sont derrière les administration gouvernementales de façade comptent en milliards de dollars, pas en centaines ou milliers de victimes (travaillées plus “artisanalement” à Gaza) qui toutes ne sont que des dégâts collatéraux.

      +0

    Alerter
    • achriline // 06.08.2014 à 11h16

      Tout à fait d’accord.
      Un mélange de vérités et d’insinuations comme : “Poutine s’est clairement montré imprudent sur la frontière ouest de la Russie en fournissant assez d’armements aux rebelles ukrainiens pour augmenter la probabilité d’accidents”. De quels accidents veut-il parler, de celui par lequel il commence son article, celui du vol MH17 par exemple ?
      C’est assez perfide comme méthode, faire adhérer les gens en distillant des vérités (je l’avoue en grand nombre) et glisser au milieu l’idée (le mensonge) que l’on veut imprimer dans leur tête
      Le tout parsemés de poncifs : des Russes ivres, Poutine nationaliste dur et paranoïaque …
      Son but est-il de préparer l’opinion à accepter la version de l’accident (tout en insinuant quand même que les pro-Russes, et indirectement la Russie, en sont les auteurs), permettre aux pays ayant appliqué les sanctions de sauver l’honneur et surtout sauver le gouvernement fantoche que les Usa ont réussi a mettre en place en Ukraine.

        +0

      Alerter
      • Judit // 06.08.2014 à 12h54

        L’article parle de l’Ukraine comme d’un “pays barbare”. C’est révoltant! Des centaines de milliers de personnes sont chassé, menacé. L’agresseur est certainement un pays super civilisé.

        Depuis juin, meme le The Guardain a cessé de publier des analyses contre la guerre. Il ne reste, il me semble, que Junge Welt et des alternatives.

          +0

        Alerter
    • Doctorix // 06.08.2014 à 14h20

      Oui, l’auteur admet la thèse de l’accident à condition que la Russie en soit responsable.
      Or ce n’est pas un accident et la Russie n’y est pour rien.
      C’est quand même fort de café, de glisser ainsi des contre-vérités sous couvert de fausse bonne volonté et de désir d’apaisement.
      Cet aspect “Grand Seigneur” a quelque chose d’assez répugnant.
      Je suis toujours convaincu qu’un missile air-air a endommagé l’avion et qu’une rafale de canon embarqué de 30mm a achevé le travail.
      Donc un sale boulot de Kiev, et commandité par les USA, puisque Kiev ne fait rien sans leur aval ou leur ordre.

        +0

      Alerter
      • le Ppolo du Biolo // 06.08.2014 à 15h36

        Et si on s’aperçoit que finalement l’avion de ligne a été mitraillé par un chasseur, et non abattu par un missile, il va avoir l’air fin avec sa théorie de “quelque soit le commanditaire”.

          +0

        Alerter
  • Albert Berlin // 06.08.2014 à 02h38

    Je ne sais pas si vous avez entendu les ambassadeurs du Royaume-Uni et d’Ukraine aux Nations unies ce soir ?!

    Le R-U : s’il y a de la violence c’est à cause des séparatistes, là où ils ne sont pas, on vit normalement en Ukraine. Il faut qu’ils cessent les hostilités, la Russie doit arrêter de les aider, ensuite on pourra s’occuper des civils, de reconstruire, etc.

    L’Ukraine (s’exprimant en anglais et pas en russe) : idem que le R-U, juste pas de séparatistes mais des terroristes, les terroristes tirent sur les centrales électriques, les stations de pompage d’eau, les bâtiments civils, torturent, etc. (Bref, accuse les autonomistes de ce qu’elle fait).

    Ah, autre caniche et vassal fidèle des É-U : l’Australie, entière coopération de Kiev dans l’enquête, seuls les séparatistes empêchent que l’enquête sur l’écrasement du vol MH17 avancent.

    Je ne sais pas ce que la Russie attend encore de ces réunions, elle s’y fait enguirlander alors qu’elle paraît de plus en plus faible.

      +0

    Alerter
  • Pic et Puce // 06.08.2014 à 02h44

    Quel concentré de perfidie ! Après tout c’est bien dans la tradition que ces criminels endurcis attribuent aux autres, leurs propres crimes !

      +0

    Alerter
    • achriline // 06.08.2014 à 10h09

      Normal … un autre nom pour l’Angleterre (je ne vois pas pourquoi on continue à les appeler Royaume-uni, ça c’était du temps de leurs colonies) n’est-il pas “la perfide Albion”

        +0

      Alerter
      • mo // 07.08.2014 à 16h54

        le Royaume Uni est uni , mais les écossais veulent leur indépendance , ainsi que les gallois.
        ces deux “peuples” ainsi que les irlandais se vouent respect mutuellement , alors qu’ils n’apprécient que très peu les anglais , qui sont arrivés sur l’ile beaucoup plus tard.
        Les USA sont plus unis à l’Angleterre que les écossais ou les gallois.L’Angleterre est la mère des USA historiquement ainsi que de l’Australie.(Alors qu’en fait ce sont les irlandais qui majoritairement avaient migré en Amérique.)

          +0

        Alerter
  • timi49 // 06.08.2014 à 04h15

    Il tape sur tout le monde, sauf peut être un peu plus sur les insurgés et les russes : “Poutine s’est clairement montré imprudent sur la frontière ouest de la Russie en fournissant assez d’armements aux rebelles ukrainiens pour augmenter la probabilité d’accidents.”

      +0

    Alerter
    • mo // 07.08.2014 à 17h06

      il ne faut oublier l’origine du conflit : ce sont les USA via la CIA ,qui ont à l’origine du coup d’état de février. L’Ukraine est actuellement gouvernée par les USA , et toutes les actions militaires actuelles contre les opposants au pouvoir (mis en place par les USA.car faut pas se leurrer : un président élu au 1er tour avec 55% , ça laisse sceptiques les ukrainiens ,qui connaissent mieux que quiconque à quel point leur pays est dirigé de façon corrompue par une minorité d’oligarques tous plus corrompus les uns que les autres).
      Alors c’est tout à fait normal que la Russie, qui a vu l’annexion de tous ses ex-états par les USA , ne puisse accepter ce nouvel affront , d’autant plus que l’Ukraine fût historiquement un territoire de la Russie.

        +0

      Alerter
  • pikpuss // 06.08.2014 à 04h29

    La conclusion c’est que ce sont les Russes qui ont abattu l’avion, même par accident, c’est un crime.
    Et c’est ce qui est imprimé en dernier ressort dans les esprit qui est important… C’est de la pure manipulation.

      +0

    Alerter
  • Papilou de Normandie // 06.08.2014 à 04h55

    Bon Poutine est un patriote et défend d’abord et avant tout ce qu’il pense être bon pour la Russie! Qui sommes nous pour faire la leçon?? Nos politicards ne sont que les valais lèche-culs de Washington qui ne cesse de vouloir régenter le monde voulant imposer un modèle qui n’est pas obligatoirement bien reluisant!! Le “dédollarisation” de l’économie mondiale les inquiète beaucoup!! Basta des diktats américains!!!

      +0

    Alerter
  • mo // 06.08.2014 à 05h32

    ON ne peut être sûr de rien sur ce coup là : accident pas accident ? comment le savoir. ?..En attendant les 1ers à hurler que c’était la RUSSIE , qu’ils avaient des preuves , ce n’est pas la RUSSIE.
    Désolé pour votre analyse , mais je ne la trouve pas si impartiale que ça.
    Les USA ont menti à toute la planète pour faire la guerre en Irak ,et pendre leur président.Ils ont exécuter KHADDAFI .Ils ont tenté de faire de même pour BACHAR EL ASSAD …Dans tous les cas les USA ,sont l’origine de centaines de civils tués… Alors 300 victimes de plus , et de surcroît d’origines internationales ; cela fait très bien leur affaire pour accuser la RUSSIE , et ils le font effrontément sans scrupules .

      +1

    Alerter
  • Laurent Juillard // 06.08.2014 à 05h38

    “Que la Grande-Bretagne — ou l’Amérique — essaie de dicter sa loi tout le long des frontières russes est complètement fou ”

    Ce n’est pas seulement le long des frontieres russes mais dans le monde entier et cela depuis au moins la fin de la 2eme guerre mondiale. A son age il devrait deja le savoir.

    En tous les cas cette article nous montre comment le systeme peut aveugler ceux qui travaillent pour lui. Car comment comprendre autrement qu’un journaliste international de + de 50 ans d’experience decouvre tout juste le fil a couper le beurre, alors que c’est deja si evident aux jeunes de 25 ans.
    En tous cas que certains commencent a enfin renaitre a la realite reste une bonne nouvelle.

      +0

    Alerter
  • Hellebora // 06.08.2014 à 05h38

    Une grande majorité des passagers étaient hollandais. J’aimerais bien savoir ce qui se dit, s’écrit aux Pays-Bas sur le sujet… Pour eux, qui est à l’origine de l’accident ? Quel est leur état d’esprit ? A qui se rallient-ils ? Jamais on n’en parle et pourtant ça doit cogiter chez eux aussi, je suppose…

      +0

    Alerter
  • Dany // 06.08.2014 à 07h55

    Comment peut-il être si sûr que le crash du vol MH17 est accidentel? Etant donné qu’il n’y a pas de preuves valables fournies par les Américains sur ce qui s’est réellement passé, pas de données satellites ni de résultats de l’analyse des boîtes noires. De plus comment expliquer que cet avion civil a été détourné sur une zone de combat? Et que dire de l’empressement du président Obama et de l’horrible John Kerry a pointer immédiatement les coupables! J’ai peut-être l’esprit mal tourné, mais personnellement je pencherais davantage pour un acte délibéré dans le but de convaincre les Européens, probablement trop rétissants, à prendre des sanctions à l’égard de la Russie.
    Toute cette diabolisation de la Russie a pour but de casser les liens qui existe entre les pays de l’UE et son voisin russe et en plus, les sanctions prises à l’encontre de ce pays se retournerons contre les pays de l’UE et affaiblirons de ce fait tout le continent européen! Je n’arrive pas à comprendre l’attitude des dirigeants de l’UE dans cette histoire qui prend des allures de plus en plus inquiétantes!
    De plus, je trouve son article quelque peu tendancieux quand il dit que Poutine s’est montré imprudent en fournissant des armes lourdes aux russophones de l’est de l’Ukraine. Il me semble que les russes ont toujours nié avoir livré des armes lourdes aux “séparatistes”.

      +0

    Alerter
  • Dany // 06.08.2014 à 07h58

    Les sanctions se retouneront et affaibliront, méa coulpa

      +0

    Alerter
    • Caïus Gallus // 06.08.2014 à 10h16

      “mea culpa” (en latin) …Il vous sera beaucoup pardonné :-)))))

        +0

      Alerter
  • NeverMore // 06.08.2014 à 10h05

    Dans sa relation de certains fait, Mr Jenkins inverse l’ordre des évènements, faisant ainsi passer plus ou moins subtilement les effets pour des causes …

    Et parler comme si Poutine était vraiment paranoïaque n’est pas de son domaine de compétence (il n’est pas médecin psychiatre), mais ça fait partie du consensus médiatique faussaire que nous connaissons.

    Un bon point, il ne traite pas tout a fait Poutine de dictateur, comme tous nos journaux écrits, parlés et télé. Il n’est pas un dictateur mais un président élu, autoritaire certes mais pour assurer l’intérêt général de sa population (qui elle ne s’y trompe pas).

    De Gaulle aussi avait été accusé d’être un dictateur …

      +0

    Alerter
    • LaM // 06.08.2014 à 11h18

      Oui, puis Poutine est beaucoup de choses, mais clairement pas un philistin.

        +0

      Alerter
    • achriline // 06.08.2014 à 11h23

      “Seront accusés d’être des dictateurs tous ceux qui oseront tenir tête à L’EMPIRE.”

      Tenez-vous le pour dit.

        +0

      Alerter
  • NeverMore // 06.08.2014 à 12h33

    Si Poutine était président de la France (en même temps que président de la Russie), Je suis sûr qu’il prendrait en compte l’intérêt général de la France et des Français mieux que notre premier secrétaire de l’ex république Française.

    Je n’irai quand même pas jusqu’à souhaiter un défilé de chars Russes sous l’Arc de Triomphe, les rares visites de Merkel me suffisent …

      +0

    Alerter
  • madake // 06.08.2014 à 12h38

    Il nage bien dans le courant Jenkins,
    et manie bien sa langue, il tempère, mais assassine le philistin dans le pays barbare, dont il ne faut pas blesser la fierté ou jouer avec la paranoïa.

    Ca transpire d’une suffisance occidentale tenace et malfaisante.

    Que voilà Poutine bien habillé pour l’hiver!!
    Souhaitons à Jenkins de l’être aussi bien lorsque la bise arrivera.

      +0

    Alerter
    • Nicolas Anton // 07.08.2014 à 09h38

      De toute évidence en effet. Ce journaliste est habile à faire croire que de sa plume sort la stricte vérité. Il demande, ce brave homme, à un occident triomphant de daigner laisser une porte de sortie à un paranoïaque nazionaliste qui n’a que pour politique l’expansionnisme lorgnant sur tout territoire russophone. Et je te ressers un petit air de déjà vue en 1935.. Bref l’art d’atteindre le point Godwin en quelques lignes sans en avoir l’air.
      “Les renseignements provenant de Moscou suggèrent qu’il est blessé et en colère” haha! la bonne blague. Dans le genre j’ai un bon tuyau dans la 7ème.

        +0

      Alerter
  • Louve Bleue // 06.08.2014 à 12h59

    Je suis pas sure que personne n’avait intérêt à abattre cet avion ! Je soupçonne le gouvernement actuel ukrainien et/ou les USA de l’avoir voulu et fait secrètement pour accuser ensuite les pro-russes et la Russie et ainsi pouvoir continuer leur campagne de diabolisation de leurs adversaires.
    Dailleurs leur empressement effectivement à accuser la Russie me semble très explicite !

      +0

    Alerter
    • Daniel // 06.08.2014 à 16h27

      Selon quelques théories, l’intérêt de Kiev était en fait d’abattre le Boeing pour qu’il s’écrase sur territoire russe. Ce serait donc plus facile pour les US (et ses copains européens) d’accuser Moscou de manipulation des données des boîtes noires, d’empêcher l’accès des experts internationaux aux débris de l’avion, etc etc.

        +0

      Alerter
  • Thomas13 // 06.08.2014 à 13h07

    On lit des analyses extremement contradictoire sur le role et l’attitude de l’Alemagne face a la Russie.

    Sur le plan geostrategique, c’est la grande gagnante en Europe du repli force des russes.

    Dans cette gigantesque reconfiguration du monde a laquelle nous assistons avec effroi, l’Allemagne et le Japon agissent en sous-main, de maniere encore cachee et non oficielle car leur constitution leur interdit d’assumer leur puissance.

      +0

    Alerter
    • Chris // 06.08.2014 à 13h41

      Un vidéo à re-écouter sur l’attitude de l’Allemagne:
      http://www.dailymotion.com/video/xejq47_la-derniere-video-de-mfl-en-memoire_news
      Gallois parle du Kosovo, mais bien plus…

        +0

      Alerter
    • pikpuss // 06.08.2014 à 20h38

      Le grand gagnant ce sont les USA qui ont placé des bases de l’OTAN dans des pays où étaient installée l’armée rouge en contradiction totale avec les promesses faites aux Russes. L’Allemagne n’est qu’un vassal qui doit encore et toujours participer à l’armement d’Israël, plusieurs sous-marins ont été livrés par l’Allemagne récemment. L’Allemagne ne pourra recouvrer sa souveraineté que lorsque les Américains seront priés de rentrer chez eux ce que souhaite la population allemande.

        +0

      Alerter
  • Louve Bleue // 06.08.2014 à 13h16

    Poutine paranoïaque ? Depuis quand ? Qui le prétend ? Ce ne seraient pas les USA et les pays de l’OTAN qui seraient paranoïaques des fois ? Non, je crois que c’est pire.La paranoïa étant une maladie grave et dont on ne guérit pas bien… Staline l’est devenu probablement, Hitler aussi. C’est une maladie qui atteint beaucoup de dirigeants de quelque sorte que ce soit. L’exercice du pouvoir est un grand facteur de risque pour l’homme d’âge moyen. Mais Poutine semble bien en être justement préservé.
    Pire car je pense que les pouvoirs étasuniens et autres agissent perversement en toute connaissance de cause. Ils veulent “abattre” qui les gêne et n’ont aucune morale. Ils se servent de la morale des autres pour les dominer. Les autres, c’est nous.

      +0

    Alerter
    • Chris // 06.08.2014 à 15h38

      L’éternelle histoire de la paille et de la poutre dans l’oeil.

        +0

      Alerter
    • mo // 09.08.2014 à 19h26

      Non il ne présente aucun signe de paranioa .Les détracteurs trouveront toujours à redire ; mais 90 % des russes le soutienne .C’est loin d’être le cas de Hollande évidemment , et de OBama dont les mé.dias qui nous le présente comme dieu évitent bien de dire à quel point il est au plus bas dans l’opinion.
      Mais en attendant ces 2 pieds nickelés qui n’ont pas de forme , mais vraiment pas la stature de présidents ; personne n’ose parler de leur peu de prestance.Ils n’ont aucune allure , aucun charisme . Pourtant on s’acharne sur Poutine !!! Quelle honte.

        +0

      Alerter
      • mo // 09.08.2014 à 19h35

        j’oubliais : ces 2 guignols trouvent une aubaine en aboyant constamment aux quatre coins de la planète .Ils essaient ainsi de combler leur fadeur .
        Quand au “psychiatre” qui le diagnostique “paranoiaque” , il balance gratuitement que c’est un paranoiaque” , sans dire sur quels faits il fait son diagnostique.

          +0

        Alerter
  • Fred // 06.08.2014 à 13h44

    Dans la mesure du possible, je pense(à mon humble avis) que Poutine fera preuve de retenue jusqu’à ce que les états-unis s’éffondrent d’eux même. Il le sait, nous le savons, sans une guerre les US sont cacahuette..

      +0

    Alerter
    • mo // 07.08.2014 à 17h25

      il va intervenir pour stopper le carnage qu’il y a dans le sud du pays contre la population.
      Et qu’est-ce-que va faire obama ? que vont faire ses sbires européens ?
      Rien strictement rien.Lorsque l’armée Russe sera dans le sud pour arrêter la boucherie ; ce sera kif-kif pareil que pour la Crimée , et ce ne sera que justice.

        +0

      Alerter
  • languedoc 30 // 06.08.2014 à 15h41

    Je ne suis pas d’accord avec cet article. Ce Jenkins, suffisant et hautain, rejete la responsabilité de ce qui se passe actuellement en Ukraine, aussi bien sur les russes que sur les occidentaux, c’est faux. Ce qui a été fomenté pendant des années avec l’argent de Soros et Cie, et a abouti au coup d’état de Kiev; les russes n’y sont strictement pour rien. Le chaos dans lequel se trouve l’Est de l’Ukraine, la Russie ne l’a pas voulu. Elle a été, depuis le début, pour une fédéralisation, ce qui n’est quand même pas un crime, et la moindre des choses qu’elle pouvait faire, c’était d’armer ces pauvres gens pour qu’ils puissent se défendre. D’après lui, le crash du boeing est clairement un accident, ben voyons, qu’est-ce qu’il en sait? D’après R. Parry, ce serait loin d’en être un. Je n’irai pas plus loin, tout est du même tonneau.
    Il fait un temps magnifique, je vais me baigner pour me changer les idées.

      +0

    Alerter
  • lon // 06.08.2014 à 15h49

    Voui voui voui Poutine a des accès de paranoïa, cause ou conséquence de sa fierté on ne sait pas, il incarne la figure sombre barricadée derrière les murs épais du Kremlin, image favorite des journaleux de Libération, comme les silhouettes sinistres de Brejnev ou d’Andropov à une autre époque, quand les petits zenfants de l’occident frémissaient de peur à l’idée de voir débarquer la soldatesque russe ivre de vodka et de sang….Faut pas le provoquer, le Vlad, on sait jamais avec les russes, des êtres profondément irrationnels…
    Sacré Jenkins, si les minces tentatives de l’intelligentsia britannique pour calmer le jeu se résument à cette enfilade de lieux communs , il y a de quoi être inquiet .

      +0

    Alerter
  • Phil Antrop // 06.08.2014 à 17h41

    Ouvrons notre dictionnaire :

    Accident : Événement fortuit, sans motif apparent et sans lendemain, qui affecte une personne ou un groupe de personnes, en interrompant le déroulement normal, probable et attendu des choses

    Fortuit : Qui se produit par hasard, de manière imprévue.

    Autrement dit, le vol MH370, a malencontreusement croisé la route d’un missile qui passait tranquillement par là !!

    Il nous prendrait pas pour des truffes le père Jenkins ?

    “Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde” disait Camus (je crois).

    A partir du moment ou un missile est volontairement tiré, fût-ce par erreur, il ne s’agît pas d’un accident ! en aucun cas !

    Il y a un acte délibéré. Même l’absence d’intention de donner la mort ne peut être retenue parce que – par définition – tirer un missile c’est vouloir donner la mort.

    Il n’y a pas la moindre trace d’accident ici. C’est un crime. Un point c’est tout ! Et cela quel qu’en soit l’auteur.

    Si j’avais eu des proches dans cet avion et qu’on vienne me dire qu’ils sont morts par accident, ça me rendrait dingue…et méchant aussi.

      +0

    Alerter
  • Nanker // 06.08.2014 à 19h23

    Je crois que ce Jenkins (comme Ambrose Evans-Pritchard avant lui) comprend le problème auquel doit faire face son pays : entrer en guerre larvée contre la Russie pour complaire au maître Ricain et servir ses intérêts A LUI ou bien pratiquer la real-politik et pousser les pions de Londres.
    «Comme si la Grande-Bretagne était une sorte de surveillant général désuet » alors qu’on pourrait signer de juteux contrats avec un pays qui déborde de devises et qui a des besoins colossaux. Le réalisme anglais est bien là…

    Mais je ne crois pas que ce Jenkins soit si modéré que ça : amha s’il aime la Russie il l’aimerait encore plus si elle était dirigée par un type falot et impuissant comme Yeltsine plutôt que par le tsar Poutine qui sait protéger son pays des interférences extérieures.
    Car quand même traiter Vlad de « parano » et en V.O. de « philistine » (cad en gros de « butor ») c’est fort dans l’insulte, non?

      +0

    Alerter
  • Hellebora // 07.08.2014 à 03h57

    http://www.stern.de/politik/deutschland/ukraine-krise-ein-drittel-der-deutschen-fuerchtet-krieg-mit-russland-2129136.html
    Un sondage réalisé pour STERN indique que 1/3 des Allemands redoutent une guerre Russie-OTAN
    Et en France ??

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications