Les Crises Les Crises
6.avril.20216.4.2021 // Les Crises

Un nouveau monde bipolaire ? par Pascal Boniface

Merci 82
J'envoie

Source : Le blog Mediapart, PascalBoniface

La nouvelle politique de fermeté, et même offensive, des États-Unis sur le plan diplomatique a pour objectif de rassurer les alliés et d’impressionner ses rivaux. Il s’agit de marquer une claire rupture avec les années Trump.

« America is back » : c’est la formulation que Joe Biden utilise très régulièrement, et il faut reconnaître que oui, l’Amérique est de retour. D’abord sur le plan de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Les États-Unis sont le pays qui a le plus souffert en nombre de morts, du fait, notamment, de la gestion catastrophique du président Donald Trump.

Le nouveau plan de vaccination force le respect : le nombre de 100 millions d’Américains vaccinés contre le Covid-19 sera bientôt atteint, et pour Biden, le 4 juillet pourra normalement être fêté dans des conditions normales cette année puisque la pandémie sera vaincue à cette date.

Puis, sur le plan de la relance économique : 1 900 milliards de $, équivalent du PIB de l’Italie, sont mis sur la table pour relancer l’économie américaine. L’Amérique est bien de retour sur le plan interne, mais également sur le plan international. De retour dans l’OMS, le système multilatéral, l’Accord de Paris : la déconstruction à laquelle Donald Trump s’était exercé depuis quatre ans a pris fin, et les États-Unis s’imposent de nouveau au sein du système international, y compris par rapport aux alliés dans l’OTAN et en Asie.

Coup sur coup, deux déclarations-chocs ont fait la une de l’actualité : Joe Biden qui qualifie Poutine de « tueur », et Antony Blinken, secrétaire d’État des États-Unis, qui qualifie de « génocide » les actes des Chinois envers les Ouïghours. Comment interpréter un tel durcissement ?

Plus qu’un retour, c’est l’Empire qui contre-attaque. La première raison est que Joe Biden, qualifié de « Sleepy Joe » par Donald Trump, souhaite montrer qu’il peut faire aussi bien que son prédécesseur, voire mieux sur le plan de la réponse virile, ce dernier ayant laissé filer Poutine et Xi Jinping. Il désire apparaître comme l’homme fort et par conséquent faire passer Trump comme ayant été faible au cours de son mandat, afin de le priver de son argument favori. Joe Biden aspire à défaire ce que Trump avait construit, de la même façon que Trump avait voulu défaire ce que Obama avait entrepris.

Joe Biden et l’ensemble de son administration sont sincèrement attachés aux droits de l’Homme et souhaitent les placer au cœur de leur politique. On assiste à un retour de la politique offensive des États-Unis. Le président est cohérent, puisqu’il inclut dans cette stratégie, ses rivaux stratégiques ainsi que ses alliés.

Il ne laisse pas passer les manquements aux droits de l’Homme de l’Arabie saoudite. Israël fait exception, puisqu’il s’est notamment positionné contre la saisine de la Cour pénale internationale. Mais de manière générale, les manquements aux droits de l’Homme seront moins passés sous silence que lorsque Trump était au pouvoir.

Au cœur de l’accusation contre Poutine se trouve un aspect personnel : en effet, les Russes avaient mis en avant les liens de Hunter Biden, le « dernier » fils de Joe Biden, avec les Ukrainiens. Ils avaient révélé un salaire de 50 000$ mensuels lié à des affaires ukrainiennes, et avaient par la même occasion directement mis en cause Joe Biden lors de l’élection présidentielle. Aujourd’hui, Joe Biden renvoie la monnaie de sa pièce à Vladimir Poutine.

Lire la suite sur le Le blog Mediapart de Pascal Boniface

Source : Le blog Mediapart, PascalBoniface – 25/03/2021

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Come Back // 06.04.2021 à 07h22

« Joe Biden et l’ensemble de son administration sont sincèrement attachés aux droits de l’Homme », vu les antécédents individuels des membres de cette administration, mélange de cynisme et de duplicité, est-ce sérieux ?
Quant à la monnaie de la pièce rendue à Poutine concernant l’Ukraine, le déni habituel sur la réalité des malversations et méfaits bidenesques, père et fils, et la certitude que ce sont les Ukrainiens qui vont payer l’addition

28 réactions et commentaires

  • Come Back // 06.04.2021 à 07h22

    « Joe Biden et l’ensemble de son administration sont sincèrement attachés aux droits de l’Homme », vu les antécédents individuels des membres de cette administration, mélange de cynisme et de duplicité, est-ce sérieux ?
    Quant à la monnaie de la pièce rendue à Poutine concernant l’Ukraine, le déni habituel sur la réalité des malversations et méfaits bidenesques, père et fils, et la certitude que ce sont les Ukrainiens qui vont payer l’addition

      +65

    Alerter
    • RGT // 06.04.2021 à 11h12

      Concernant l’éloge de Joe Biden et de son administration concernant le fait qu’ils placent les droits de l’homme au centre de leurs préoccupations, je pense que Pascal Boniface a un sens de l’humour très développé.

      À moins que ses propos aient été tronqués et qu’il parle des droits de l’homme du citoyen mâle blanc américain milliardaire qui peut se permettre d’embaucher un troupeau de lobbyistes pour faire avancer son business.

        +21

      Alerter
      • moshedayan // 06.04.2021 à 13h30

        Monsieur Pascal Boniface manipule effectivement le second degré, il parle aussi souvent en parallèle, ou en « double-face » dans un langage fort choisi mais qui aussi révèle qu’il garde un jeu de changement de pied fort opportuniste…
        enfin il parle … bien… sauf pour le russe une compréhension et un parler moyen, d’après sa présence au sommet de Valdaï. ne pas le bousculer pas sur la Pologne silésienne, l’Empire austro-hongrois, la Slovaquie ou la Bukovine… quant à la Yougoslavie… sa carrière fut montante en pleine période d’offensive occidentale….
        Mais assurément ses écrits sont bien faits pour convenir à votre ploutocratie occidentale (qui veut se donner des airs d’objectivité et de connaissances sur l’Europe orientale)…

          +6

        Alerter
  • Calvez // 06.04.2021 à 07h38

    Il suffit de lire l’autre publication de « Les crises » du 6 avril sur la politique étrangère de Biden pour classer ce que dit Boniface au rang de sornettes.
    La plus drôle est : « Joe Biden et l’ensemble de son administration sont sincèrement attachés aux droits de l’Homme et souhaitent les placer au cœur de leur politique. ». Une telle ânerie renvoie Boniface au rang d’aimable conteur, ce qui la fout mal pour un « directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques ».

      +46

    Alerter
    • calal // 06.04.2021 à 08h08

       » Joe Biden et l’ensemble de son administration sont sincèrement attachés aux droits de l’Homme et souhaitent les placer au cœur de leur politique. »

      Vous ne pouvez etre un professionnel de la politique,du journalisme ou des « sciences politiques » que si vous etes un valet des « puissants ». Vous ne pouvez y gagner votre vie que si vous leur servez la soupe par votre prose. Vous etes recompense pour le nombre de personne que vous arrivez a faire consentir a leur agenda.

      Internet a permis a des acteurs plus objectifs d’exister. Le systeme a cependant percu le danger et y reagit: « verificateurs », censure sur les reseaux sociaux etc…

      Etudiants en sciences politiques,histoire,journalisme: comprenez bien pour quel role vous allez etre recrutes…Et si vous ne voulez pas vous compromettre,commencez a travailler vos competences en internet,reseaux sociaux toussa

        +29

      Alerter
  • Darras // 06.04.2021 à 08h16

    Boniface en aurait il assez de ramer contre le courant?
    On ne peut lui en vouloir.

      +5

    Alerter
    • Vladimir // 06.04.2021 à 11h02

      Si on peut, il devient un vendu comme les autres! A gerber!

        +7

      Alerter
    • Paul // 06.04.2021 à 13h40

      « On ne peut lui en vouloir. »
      comment pourrait-on ne pas lui en vouloir ?

      « géopolitologue français. » ou « essayiste, éditorialiste » bas de game ?

        +2

      Alerter
    • Fritz // 06.04.2021 à 19h15

      On retrouve dans ce texte le mauvais Pascal Boniface, celui des années 1990, gentiment atlantiste. Déjà en 2011, il montrait les limites de son non-conformisme, en se refusant à dénoncer la guerre de Libye à la fin de son ouvrage « les Intellectuels faussaires ».

        +1

      Alerter
  • Marc // 06.04.2021 à 08h18

    – L’ordinateur du fils de Biden a quand même révélé une toute autre réalité que ce que P. Boniface tente dans ce triste article.
    – Droit de l’Homme et 360.000 bombes lancés en 10 ans et exécutions par drones … ne vont pas bien ensemble.
    – J’aimerai bien croire à l’histoire du génocide OuÏghourts …mais tous les narratifs US de ce type (Koweit, Yougoslavie, Irak, Syrie, …) ont fini comme la fiole brandie à l’ONU !
    Finalement, il était plus facile de critiquer Trump que de vanter Biden…

      +44

    Alerter
  • LibEgaFra // 06.04.2021 à 08h23

    Voilà un papier Boniface qui n’apporte rien, si ce n’est des contre-vérités.

    – « Joe Biden et l’ensemble de son administration sont sincèrement attachés aux droits de l’Homme ». C’est une plaisanterie. Ils sont attachés comme toute les administrations yankees au droit du plus fort. Le reste est de la propagande.

    – « Les États-Unis sont le pays qui a le plus souffert en nombre de morts ». C’est faux. Pour comparer entre les pays, il ne faut pas comparer les chiffres absolus, mais le nombre de morts par million d’habitants. Les USA arrivent en 12me position après Hongrie, Belgique, Royaume-Uni, Italie, etc.

    – « De retour (…), l’Accord de Paris ». Et alors? Avec la hausse du prix du pétrole les forages dans les schistes vont reprendre.

    –  » Joe Biden qui qualifie Poutine de « tueur », et Antony Blinken, secrétaire d’État des États-Unis, qui qualifie de « génocide » les actes des Chinois envers les Ouïghours. » Et l’explication psychologique fournie par Boniface est ahurissante. La propagande n’est même pas relevée (qui n’a pas commencé avec Biden) et aucun démenti sur ces deux mensonges de la part de Boniface.

    – « Cette volonté offensive de Biden rappelle un certain climat de guerre froide. » Sans blague! Boniface n’est pas au courant que la guerre est chaude en Ukraine, en Syrie, au Yémen… Il n’a pas entendu parler des sanctions contre tous les pays qui ne se soumettent pas?

    –  » Pour nous, la Chine n’est pas une menace militaire comme elle l’est pour le Japon ou les États-Unis. » Je rêve. Selon Boniface ce n’est pas la Chine qui est menacée par les USA.

      +38

    Alerter
  • Thierry Balet // 06.04.2021 à 09h06

    Je trouve un peu léger de la part de Pascal Boniface de prendre en compte une certaine « grandeur  » de l’amérique sous prétexte que près de 100 millions d’américains seront vaccinés (empoisonnés ?) avec une technologie dont on ne sait rien…..en plus des 1800 milliards d’argent « frais » qui n’apportera strictement rien au 45 millions d’américains désœuvrés et qui plombera encore un peu plus une dette américaine qui atteint déjà le bord de notre galaxie…..

      +16

    Alerter
  • Jaaz // 06.04.2021 à 09h46

    Ah…P. Boniface, ce prof de relations internationales qui me permettait de m’évader durant mon cursus en droit à la fac…
    Il m’est toujours aussi sympathique, mais on sent qu’il survole ses sujets: déjà, ses analyses très franco-françaises du moyen-orient où il me paraissait à côté de la plaque (avec tant d’autres) quand il ne rappelait pas des platitudes, mais là, le summum avec « la priorité aux droits de l’homme » de la nouvelle administration US…
    On a bien compris le message: nouvelle guerre froide, défi chinois…des sujets en débat depuis plus de 40 ans en somme…

      +15

    Alerter
  • Pierre // 06.04.2021 à 09h47

    Cela m’a toujours fasciné de voir comment les États Unis arrivait à faire passer leurs adversaires à des tyrans sanguinaires (ce qu’ils sont parfois). Monsieur Boniface, certainement bien biberonné depuis sa plus tendre enfance à la culture américaine, acquiesce sans sourcilier à cette vision du monde. Je ne sais plus qui disait « L’histoire n’est écrite que par les vainqueurs » ceci est vrai plus que jamais . Les États Unis, vainqueur des deux dernières guerre mondiale et de la guerre froide, sont sorti grand champion du 20éme siècle. Ils distribue les bons points. On les appellent même parfois les gendarmes du monde!!! Comme si les États Unis n’était qu’une sorte de nation porté que par l’intérêt du genre humain sans vision hégémonique. Les méchants se sont les Chinois ou les Russes….Alors pour finir je demanderais à Monsieur Boniface qu’est ce qu’il pense des armes de destruction massive de l’Irak, de Guantanamo, des écoutes massives (merci au « traître » (sic) Snowden), des guerres en Afghanistan, des dizaines de bases américaines répartis dans le monde (seule puissance à posséder ce maillage), de la prédominance du dollar sans justification économique,etc,etc,etc….

      +16

    Alerter
  • Jaaz // 06.04.2021 à 09h48

    Mais il n’a jamais cessé d’être atlantiste PB.

      +6

    Alerter
  • RATIO // 06.04.2021 à 09h56

    Pascal Boniface est un curieux analyste. Souvent (le plus souvent), il est un fin critique, mesuré mais disant les choses ; parfois (rarement) il donne un texte très conventionnel… et de nature à le faire inviter sur les plateaux de télévision. Que les E.-U. soient sincèrement soucieux des Droits de l’Homme, il fallait oser ! Et on est sincèrement désolé pour le fils de Biden !

      +12

    Alerter
  • 78 ans // 06.04.2021 à 11h38

    « Joe Biden et l’ensemble de son administration sont sincèrement attachés aux droits de l’Homme et souhaitent les placer au cœur de leur politique »?

    ***

    Seul quelqu’un qui connaît parfaitement l’Empire, Biden et son administration peut avoir écrit ÇA…

    Hallucinant!

      +11

    Alerter
    • LibEgaFra // 06.04.2021 à 13h21

      Les droits de l’homme selon les yankees, c’est le droit d’être tué si vous ne vous soumettez pas à l’empire.

      Toujours être du côté des résistants. Ce qui n’est pas le cas de la France, caniche de Biden aussi bien que de Trump.

        +5

      Alerter
  • Pie vert // 06.04.2021 à 12h49

    La guerre par proxy en Ukraine semble enclenché, depuis le retour des démocrates aux affaires c’est fou comme le dossier Ukrainien s’accélère.
    Sincèrement, je ne vois pas quel peuple à intérêt à foutre le bordel en Europe de l’est, ni les Russes, ni les Ukrainiens, pas plus que les Polonais, Allemand ou Français ou Baltes n’ont intérêt à cela. C’est un peu comme si les stratèges Américains voulaient mettre des Irak partout sur la planète, il faut croire qu’ils sont satisfaits du résultat.. J’ai du mal à comprendre la logique.

      +10

    Alerter
    • john // 06.04.2021 à 21h22

      Le lobby militaro-industriel USA oeuvre pour que des conflits se déclarent.
      1/ C’est bon pour renouveler les stocks d’armes de l’armée US.
      2/ C’est bon pour la balance commerciale US (exportations auprès des pays de l’Otan, et hors Otan).
      3/ C’est bon pour le budget des armées US.
      4/ C’est bon pour le maintien du rang de superpuissance des USA, les conflits créent des divisions et des destructions.
      5/ C’est bon pour les profits des manufactures d’armes.
      6/ La liste est longue…

        +6

      Alerter
  • Paul // 06.04.2021 à 14h29

    eh oui, propagande de guerre

    pendant que nous allons disserter sur l’écriture inclusive ou le sexe des mouches

    Dans un communiqué publié le 3 avril sur Facebook, les forces armées ukrainiennes ont annoncé que des exercices militaires conjoints avec les troupes de l’OTAN débuteraient dans quelques mois. Selon la même source, plus d’un millier de soldats originaires de cinq pays membres de l’Alliance participeront à des «actions défensives […] suivies d’une offensive visant à restaurer la frontière de l’Etat et l’intégrité territoriale d’un Etat qui a été agressé par un des pays voisins hostiles». Trois jours plus tard, un déploiement de troupes près de la frontière avec la Crimée, rattachée à la Russie après référendum en 2014, a également été annoncé.

    En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/85414-ukraine-russie-moscou-met-washington-en-garde-escalade-tensions

      +6

    Alerter
  • José // 06.04.2021 à 20h55

    « Plus qu’un retour, c’est l’Empire qui contre-attaque » dit Pascal Boniface.
    Pour qu’il y ait une contre attaque, il faut une attaque, ça coule de source. De quelle attaque est-il question? Ce n’est pas dit. Je sais que la Russie installe un grand tube qui lui permettra d’arriver directement au cœur de l’Europe, que la Chine construit une route de la soie qui va l’amener en Europe par la voie ferrée et par la mer…ça ne peut pas être cette attaque conjointe qui est évoquée en creux. Je m’interroge, inquiet ou rassuré?

      +8

    Alerter
  • Nerouief // 06.04.2021 à 20h57

    Après mon AVC en m’as 2019 j’ai un peu tout abandonné,je reviens maintenant car je vos à la télé plein de choses américaines qui me ont bondir.D’abord, la volonté française de nous tourner vers les USA pour se ces derniers aient avant tout un soutien moral Pour un guerre contre la Russie dans le Dombas,qui permettrait aux USA
    de se fairee pardonner le perte de la . Crimée.

      +3

    Alerter
  • Paul // 06.04.2021 à 21h09

    trouvé dans un article :

    « «La propagande ne doit pas rechercher la vérité objectivement et, dans la mesure où celle-ci est favorable à l’autre partie, la présenter selon les règles théoriques de justice. Elle ne doit présenter que l’aspect de la vérité qui lui est favorable. (…) Les pouvoirs réceptifs des masses sont très limités, et leur compréhension est faible. D’autre part, elles oublient vite. Dans ces conditions, toute propagande efficace doit se limiter à quelques rudiments essentiels et ceux-ci doivent être exprimés autant que possible dans des formules stéréotypées. Ces slogans doivent être répétés avec persistance jusqu’à ce que le dernier individu ait compris l’idée qui a été présentée. (…) Chaque changement introduit dans le sujet d’un message propagandiste doit toujours mettre en évidence la même conclusion. Le slogan principal doit évidemment être illustré de plusieurs manières et sous plusieurs angles, mais à la fin il faut toujours en revenir à affirmer la même formule.» »

    irak lybie ukraine syrie

    non, ça date du petit chef qui a causé 39/45

      +2

    Alerter
  • JM Bourget // 07.04.2021 à 09h02

    https://youtu.be/Byyc_anxWgU
    Face au faux cul ,sépulcre blanchi Boniface il est bon de regarde cette vidéo qui est incroyable. On mesure là l immense passion de ce petit universitaire pour les wahabbites. Ses propos méprisants sur les 6500 ouvriers morts au Qatar sont une honte.
    Sa supposée défense des Palestiniens lui sert de fonds de commerce et ne l a pas empêché de publier avec E.Schemla et W. Goldnadel. Totale honte.

      +6

    Alerter
    • Myrkur34 // 07.04.2021 à 10h29

      Boniface le dit lui-même en préambule « Ce que veut faire la Fifa , c’est étendre le plus son empire ».
      Et la Fifa a son siège en Suisse. Tout est dit, et qu’il y ait quelques « désagréments » dans l’histoire, 6500 morts sur 20 ans de travaux publics même « dilués » sur l’ensemble du territoire selon Boniface malgré la petite amélioration sur le sort des ouvriers, du fait de la mauvaise publicité sur leur sort, cela reste immoral au possible.
      Comme tout cet argent dépensé à grandes eaux par le Qatar (Psg, Louvre) pour améliorer son image, acheter le silence des pays développés et sortir de sa dépendance au gaz/pétrole.
      Des stades climatisés en plein milieu du désert qui ne serviront qu’une fois pendant cette période, on se moque de qui là ? Alors Mr Boniface peut extrapoler sur le « Pourquoi le boycott juste sur le foot et le sport et pas sur les autres secteurs d’activité? » S’il ne voit pas la différence entre des projets pharaoniques et mégalomanes et vendre un Airbus ou des Mercedes, c’est bien dommage et ce n’est pas parce qu’il a fait une spécialisation sur la géostratégie du football au niveau mondial qu’il doit essayer à tout prix à nous faire avaler des couleuvres plus grosses qu’un anaconda.

        +3

      Alerter
  • Toine // 07.04.2021 à 13h06

    Vraiment très intéressant cet article, enfin très curieux. Comment quelqu’un théoriquement spécialiste en géopolitique peut-il pondre un tel texte du niveau collège ? C’est d’une naïveté affligeante et totalement orienté. Je précise que je ne suis ni anti-Biden, ni pro-Trump. M. BONIFACE serait-il en passe de ressembler à son idole, grabataire ?

      +2

    Alerter
  • koui // 07.04.2021 à 17h55

    A un moment, Boniface dit « on ne traite tout simplement pas avec un génocidaire, on ne traite pas avec Hitler ou Pol Pot ».
    Ce n’est pas vrai. John Pilger a prouvé que Thatcher avait entrainé les Khmers rouge à poser des mines antipersonnel.
    http://johnpilger.com/articles/dance-on-thatcher-s-grave-but-remember-there-has-been-a-coup-in-britain
    L’important, c’est de ne pas dire qu’on s’entend avec Pol Pot pour qu’il pose des mines qui amputeront les jambes des cambodgiens.
    Alors traiter la Chine de génocidaire n’empêche pas de négocier avec elle. Par exemple, pour lui demander d’aider à affamer la Corée du Nord. Et s’il refusent, c’est que ces cocos génocidaires n’ont aucune idée de ce qu’est un ordre international basé sur des règles.
    Biden est dans l’exagération et les discours contradictoires, comme Trump avant lui.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications