Les Crises Les Crises
2.avril.20212.4.2021 // Les Crises

Opération Barkhane : La guerre sans fin de la France au Sahel

Merci 125
J'envoie

Source : antiwar.com, Danny Sjursen

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Après quelques signes laissant envisager le contraire, il s’avère que les troupes françaises au Sahel ne sont pas près de disparaître. C’est ce qu’a déclaré le président Emmanuel Macron à Paris le 16 février, avant même son sommet virtuel avec les anciens « partenaires » coloniaux de la France – Burkina Faso, Niger, Mali, Mauritanie et Tchad – qui composent la Force conjointe du G5 Sahel.

Formée en 2014, elle est décrite dans le langage bureaucratique de Paris comme « un cadre de coopération intergouvernemental, afin de proposer une réponse régionale aux différents défis ». En réalité, le G5 n’est guère plus qu’un groupe de supplétifs problématiques obéissant aux ordres des généraux français qui dirigent l’opération Barkhane depuis sept ans et à ceux des proconsuls américains de l’AFRICOM qui soutiennent la guerre de sans fin de Paris au Sahel.

Mercenaires en uniforme

Le sommet du G5 Sahel de cette année s’est tenu – là où se trouve le quartier général de l’opération Barkhane – dans la capitale tchadienne de N’Djamena, bien qu’en raison de la COVID-19, les participants européens et américains s’y soient joints virtuellement. La France a lancé son aventure militaire actuelle au Mali – initialement connue sous le nom d’opération Serval – en 2013, avant de l’étendre à toute la région sous l’égide du bouclier Barkhane.

C’est ironique, mais alors que la mission française n’a cessé de s’étendre – et a récemment échoué – à chaque fois, elle a été accompagnée d’une augmentation de l’insécurité au Sahel. Ce qui inclut : les décès de civils (2 000 en 2019-20), les déplacements internes (bien plus d’un million), la pauvreté (30 millions de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire) et les pertes de la coalition (29 soldats maliens, onusiens et français tués depuis le Nouvel An).

Néanmoins, lorsqu’il s’agit de mettre le paquet quant à l’échec, la France a appris sa leçon des meilleurs (les Américains). Ainsi, Macron a exclu toute réduction immédiate des troupes – en dépit de la montée du sentiment anti-guerre dans son pays et du sentiment anti-français dans la région – et a même obtenu l’engagement du Tchad de déployer 1 200 soldats supplémentaires pour compléter les 5 100 soldats français de l’opération Barkhane.

Voilà qui mérite d’être suivi de près. Le renfort tchadien représente un échange de bons procédés funeste et pérenne, en vertu duquel Paris accorde son soutien au dictateur actuel de N’Djamena du moment que les mercenaires préférés des Français sont envoyés sur le terrain.

Quand on y pense, il faut savoir que souvent, Paris fournit aussi les armes, de sorte que les troupes tchadiennes ne sont en fait que des mercenaires et de la chair à canon pour le combat néocolonial de la France. Par exemple, trois semaines seulement avant le sommet, l’ambassade de France a organisé une cérémonie pour célébrer la cession de neuf véhicules blindés ERC-90 aux mercenaires tchadiens en uniforme – alors que les civils du pays meurent de faim.

On peut se demander combien de sacs de céréales, de moustiquaires et de vaccins on aurait pu acheter avec le prix de neuf de ces ERC-90 même anciens ? Peu importe, puisque l’ambassade a affirmé que ces véhicules « rustiques, efficaces et fiables répondront parfaitement aux besoins opérationnels de l’armée tchadienne dans sa contributions à la lutte contre le terrorisme ». Dommage que cela ne puisse nourrir les enfants tchadiens.

Mercenaires sans chaînes

Et ces mercenaires ? En d’autres termes, qu’est-ce que les soldats de fortune de N’Djamena – payés 58 dollars par mois pour leur peine – apportent de concret à la déstabilisante mission franco-américaine de « stabilisation » du Sahel ? À part servir de cible, disons moins que zéro ! Et cela même en tenant compte d’une évaluation plutôt généreuse de l’International Crisis Group, « l’armée tchadienne joue un rôle central dans les opérations internationales de lutte contre le terrorisme au Sahel, mais elle est une source d’instabilité potentielle pour son propre pays. »

Cela ne veut pas dire que les soldats de l’actuel homme fort du Tchad, Idriss Déby, ne sont pas occupés. Il les a envoyés soutenir le combat de la France dans le centre et le nord du Mali (on comptait 1 406 hommes en mars 2017), dans la mission de combat de cinq pays contre Boko Haram dans la région du lac Tchad au début de 2015 (fournissant environ un tiers des effectifs de la Force opérationnelle interarmées multinationale – qui est également basée dans la capitale tchadienne N’Djamena), et au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) – une autre ancienne zone coloniale française désastreuse.

Que les « guerriers du désert » tchadiens apportent réellement une valeur ajoutée à ces aventures est une toute autre question. En avril 2014, les forces tchadiennes ont dû se retirer de la mission de l’ONU en République centrafricaine après avoir été accusées d’avoir tué trente civils non armés et d’avoir offert un soutien financier et militaire aux rebelles de la Séléka. Au Mali, il y a eu de nombreuses accusations de viols et de violences sexuelles à l’encontre des soldats tchadiens.

Néanmoins, même si les troupes tchadiennes maltraitent les civils, menacent la démocratie naissante dans le pays et n’ont remporté aucune victoire réelle à l’étranger, Déby considère la sous-traitance de ses soldats comme une source intarissable de bienfaits (au moins pour son régime). Après avoir forgé une image du Tchad comme étant un allié indispensable dans la lutte contre le terrorisme, il a « joué la carte de la diplomatie militaire » pour consolider les partenariats franco-américains en matière de sécurité – et ainsi conforter son propre pouvoir politique.

La politologue Marielle Debos a même inventé un slogan astucieux pour parler de la méthode mercenaire chaotique de Déby – qui est aussi le titre de son livre de 2016 : Le métier des armes au Tchad. En 2017, elle a expliqué que le statut autoproclamé du Tchad en tant que nouvelle puissance militaire régionale « conduit la France et les États-Unis à fermer les yeux sur le trucage des élections et les violations des droits humains. » Déby a même acquis un poids diplomatique décisif – comme la sélection, en janvier 2017, de son ancien ministre des Affaires étrangères Moussa Faki Mahamat à la tête de la Commission de l’Union africaine. Il y est toujours.

Danser avec des monstres, semer des désastres futurs

Naturellement, le Tchad n’a pas vocation à contribuer à quoi que ce soit à l’étranger, compte tenu de sa propre instabilité et des crises humanitaires en cours. Le pays est en plein chaos. Juste après le sommet qu’il a accueilli, 35 personnes ont été tuées dans le sud-est du Tchad au cours de combats communautaires entre agriculteurs et éleveurs – une constante au Sahel. En outre, dans un contexte de tensions croissantes résultant de l’éternel changement de cap constitutionnel de l’homme fort Idriss (au pouvoir depuis 1990) – il a amendé et réamendé la constitution pour pouvoir rester au pouvoir jusqu’en 2033 – les forces de sécurité tchadiennes ont fait irruption cette semaine dans la maison du candidat de l’opposition à la présidence, tuant cinq personnes (dont sa mère et son fils).

Tout cela se déroule avant les élections programmées pour le 11 avril au Tchad, mais cela ne devrait guère surprendre les observateurs même occasionnels. Bravant l’interdiction gouvernementale de manifester en raison des restrictions liées au Coronavirus, la décision de Déby de se présenter a incité plusieurs centaines de manifestants à descendre dans les rues de N’Djamena, à mettre le feu à des pneus et à scander « Va-t’en, Déby ! ». Ils ont été accueillis par des gaz lacrymogènes de la police et plusieurs dizaines d’entre eux ont été arrêtés. Tout cela est normal au Tchad, un pays où, selon le rapport 2020 de Freedom House, « la corruption, les pots-de-vin et le népotisme sont endémiques. »

Ces détails gênants mis à part, Paris et Washington considèrent tous deux le Tchad comme un allié essentiel dans la lutte régionale contre les groupes islamistes. En fait, presque deux mois jour pour jour avant le coup d’envoi du sommet du G5, le commandant de l’US AFRICOM, le général Stephen Townsend, a rendu hommage à la misérable cour dictatoriale de Déby – il a « remercié le Tchad pour son leadership continu dans la sécurité régionale et pour avoir accueilli les troupes américaines. »

Juste après ça, le proconsul Townsend est passé voir le contingent français Barkhane et le détachement de formation de l’Union européenne (Task Force Takuba), « reconnaissant leurs efforts pour apporter une sécurité et une stabilité accrues au Sahel ». Et c’est là que le bât blesse : c’est la France – soutenue par le grand frère américain et avec l’aide de l’UE – qui maintient Déby le despote au pouvoir, alimentant ainsi l’instabilité fondamentale à l’origine de la plupart des désordres régionaux.

Et c’est exactement ce que je veux dire, de façon littérale. Pas plus tard qu’en février 2019, l’armée de l’Air française a passé quatre jours à bombarder des convois rebelles qui étaient en chemin pour renverser le monstre de N’Djamena. Du point de vue cynique de Paris, Déby est un monstre décidément utile cependant – comme l’étaient tous les autres despotes qui l’ont précédé (jusqu’à ce qu’ils cessent de l’être) – car il fournit des bases militaires, y compris le quartier général de la force Barkhane, et de nombreuses troupes pour exécuter les ordres de la France.

Au diable les citoyens tchadiens affamés et opprimés ! D’ailleurs, cette populace n’a pas besoin d’autant de considération. Les désastres humanitaires et des droits humains au Tchad sont en grande partie causés par l’homme et sont accélérés par les Franco-Américains.

Le Tchad exporte du pétrole depuis 2003 et, rien que de 2004 à 2011, il a gagné environ 4,5 milliards d’euros, ce qui n’est pas négligeable pour un pays de seulement 15 millions d’habitants. Mais le Tchadien moyen n’a jamais vu, ou ne voit jamais, la plupart des revenus pétroliers. Alors que la nation en avait désespéramment besoin, Déby a hypothéqué la richesse énergétique auprès de la multinationale Glencore en 2014, lorsque son gouvernement a emprunté plus d’un milliard de dollars au conglomérat minier anglo-suisse.

Le plan était de rembourser le prêt grâce aux futures ventes de pétrole, mais après l’effondrement du marché pétrolier, plus de 80 % des revenus pétroliers ont été nécessaires pour assurer le remboursement de la dette. Vous parlez d’un coup de pied dans la fourmilière de l’extraction impérialiste des ressources à l’ancienne !

Le peu d’infrastructures de services qui ont été construites avec les profits énergétiques restants ont généralement été de mauvaise qualité – en raison de la corruption accompagnée du copinage qui ont permis au sommet de se remplir les poches – et limitées au nord du pays, d’où (vous l’avez deviné !) le clan de Déby est originaire. La majeure partie du reste est allée (vous l’avez encore deviné !) à des trafiquants d’armes internationaux.

Selon un rapport de 2016 de la Fondation pour la paix mondiale, « entre 2006 et 2010, le Tchad est devenu le troisième plus grand importateur d’armes en Afrique subsaharienne, apparaissant pour la première fois dans le top 10. « En outre, les dépenses militaires de N’Djamena ont été multipliées par huit pour la seule période de 2004 à 2008. »

Le premier marchand de mort du monde – vous savez, « l’arsenal de la démocratie » – l’Amérique, est largement entrée dans ce jeu. En août 2020, Washington a livré pour 8,5 millions de dollars de véhicules et d’équipements au Groupe spécial antiterroriste du Tchad, dans le cadre d’un programme de soutien total de 28 millions de dollars pour la contribution des troupes de N’Djamena à la force du G5 Sahel. En outre, de nombreux officiers militaires tchadiens – dont Idriss Déby, qui a fréquenté l’École de guerre – sont depuis longtemps formés en France.

Le fait que les États-Unis et (plus encore) la France encouragent toute cette indécence – et l’hypocrisie inhérente à leur action – n’échappe guère aux Tchadiens, ni, franchement, aux autres Sahéliens. « Beaucoup de gens disent qu’un jour nous allons foutre la France hors de l’Afrique », a déclaré l’invité d’une émission de radio canadienne destinée à ses compatriotes tchadiens exilés. « La France attache une grande importance à la démocratie à l’intérieur de ses frontières. [Mais] au Tchad, ils protègent un seul homme, le dictateur. »

Ce qui est vraiment important, c’est que le Tchad et le despote Déby ne sont qu’un exemple anecdotique – mais instructif – de la manière dont le jeu contre-productif franco-américain fonctionne au Sahel, et dans toute l’Afrique. Le fait qu’il se déroule dans l’ombre, comme une abstraction largement méconnue – et avec des pertes relativement faibles (pour les États-Unis) – rend la folie presque invisible.

Mais alors que le nouveau président américain pèse ses options en matière de politique étrangère, et que Macron semble placer ses meilleurs espoirs dans un renflouement par Biden de la guerre perpétuelle de la France au Sahel, cela vaut la peine de garder un œil sur la recette tchadienne – et il est certainement temps d’en parler.

De préférence avant que la famille d’un soldat américain en deuil soit obligée de trouver ce foutu endroit sur une carte.

Danny Sjursen est officier en retraite de l’armée américaine, il est chargé de recherche au Center for International Policy (CIP), collaborateur d’Antiwar.com et directeur du nouveau Eisenhower Media Network (EMN). Ses travaux ont été publiés dans le NY Times, le LA Times, The Nation, le Huff Post, The Hill, Salon, The American Conservative, Mother Jones, Scheer Post et Tom Dispatch, entre autres publications. Il a effectué des missions de combat en Irak et en Afghanistan et a ensuite enseigné l’histoire à West Point. Il est l’auteur d’un mémoire et d’une analyse critique de la guerre d’Irak, Ghostriders of Baghdad : Soldiers, Civilians, and the Myth of the Surge et Patriotic Dissent : America in the Age of Endless War. Avec un autre vétéran, Chris Henri Henriksen, il co-anime le podcast Fortress on a Hill. Suivez-le sur Twitter @SkepticalVet et sur son site Web pour les demandes de médias et les publications passées.

Source : antiwar.com, Danny Sjursen, 04-03-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 02.04.2021 à 10h41

L’opération Barkane n’a d’autre objectif que de « sécuriser » les approvisionnements d’Areva et des mines d’uranium.

Extraction qui est hautement polluante et qui entraîne la colère des populations locales quand elles constatent qu’elles crèvent à petit feu de toutes les saloperies balancées dans l’environnement par ces exploitations dont le seul objectif est le profit au détriment de la santé des habitants des zones concernées.

J’aimerais bien connaître la réaction des dirigeants d’Areva si l’on venait creuser dans les jardins de leurs beaux hôtels particuliers et que l’on balançait des contaminants hautement toxiques dans leurs cours intérieures, causant la mort à petit feu de tous leurs proches.

Je me demande souvent si les bandes de salafistes n’ont pas été lâchées délibérément pour offrir une bonne excuse pour aller mater les populations scandalisées.
Ce ne serait pas la première fois, et ce ne sera pas la dernière.

Ensuite, les bidasses et leurs supplétifs ne sont que de la chair à canon sacrifiable sans état d’âme, seul le profit comptant pour ceux qui tirent réellement les ficelles.

Il suffit de se contenter de regarder les lieux dans lesquels les conflits ouverts se développent pour comprendre que la véritable cause de ces conflits n’est ni des luttes inter-ethniques ni des luttes entre chefs de clans sans intervention extérieure.

Suivez les intérêts économiques ou géopolitiques des « démocrassies développées » et vous comprendrez tout.

40 réactions et commentaires

  • sergeat // 02.04.2021 à 08h02

    Cette analyse d’un ex-officier américain ressemble étrangement à n’importe quelle analyse d’un science-po dirigé par Duhamel,ceci dit cela pour moi ne justifie pas la continuation de Barkhane.
    Un des éléments qui n’est jamais pris dans toutes cs analyses et la dimension ethnique et tribale:si nous prenons l’exemple du Mali: la minorité blanche des touaregs n’a trouvé que le terrorisme islamiste pour imposer sa survie face à la majorité noire après adoption pour ne pas dire imposition du système » occidental :un citoyen,un vote »,de même les peuls pasteurs nomades ont formé d’autres entités distinctes de terrorisme islamique pour faire valoir leurs droits…..d’ailleurs même le dernier rapport sur le Rwanda pour le repentant Macron n’étudie pas réellement le problème mais surtout accuse notre armée qui a été la seule à intervenir pour endiguer les massacres.

      +10

    Alerter
    • LibEgaFra // 02.04.2021 à 09h39

       » notre armée qui a été la seule à intervenir pour endiguer les massacres. »

      C’est faux, c’est le FPR qui, par son intervention, a mis fin aux massacres.

      Les témoignages sont suffisamment nombreux qui démontrent que l’opération turquoise n’a rien endiguer, mais qu’elle a servi à protéger la fuite des assassins après les avoir armés.

      https://www.liberation.fr/planete/2019/06/23/rwanda-verites-et-ambiguites-sur-l-operation-turquoise_1735721/

      https://www.universalis.fr/encyclopedie/genocide-des-tutsi/7-l-operation-turquoise-ou-les-ambiguites-d-une-operation-militaro-humanitaire/

        +8

      Alerter
      • RGT // 02.04.2021 à 10h41

        L’opération Barkane n’a d’autre objectif que de « sécuriser » les approvisionnements d’Areva et des mines d’uranium.

        Extraction qui est hautement polluante et qui entraîne la colère des populations locales quand elles constatent qu’elles crèvent à petit feu de toutes les saloperies balancées dans l’environnement par ces exploitations dont le seul objectif est le profit au détriment de la santé des habitants des zones concernées.

        J’aimerais bien connaître la réaction des dirigeants d’Areva si l’on venait creuser dans les jardins de leurs beaux hôtels particuliers et que l’on balançait des contaminants hautement toxiques dans leurs cours intérieures, causant la mort à petit feu de tous leurs proches.

        Je me demande souvent si les bandes de salafistes n’ont pas été lâchées délibérément pour offrir une bonne excuse pour aller mater les populations scandalisées.
        Ce ne serait pas la première fois, et ce ne sera pas la dernière.

        Ensuite, les bidasses et leurs supplétifs ne sont que de la chair à canon sacrifiable sans état d’âme, seul le profit comptant pour ceux qui tirent réellement les ficelles.

        Il suffit de se contenter de regarder les lieux dans lesquels les conflits ouverts se développent pour comprendre que la véritable cause de ces conflits n’est ni des luttes inter-ethniques ni des luttes entre chefs de clans sans intervention extérieure.

        Suivez les intérêts économiques ou géopolitiques des « démocrassies développées » et vous comprendrez tout.

          +20

        Alerter
        • Nico // 05.04.2021 à 18h45

          Bon si on arrête le programme nucléaire français, il n’y aura plus besoin d’extraire de l’uranium. Mais à la place il faudrait extraire infiniment plus d’autres matériaux dans des conditions tout aussi sordides. D’ailleurs ce serait les chinois qui le feraient faire. Bref mauvais argument.

            +1

          Alerter
  • LibEgaFra // 02.04.2021 à 08h11

    C’est une opération néo-coloniale. Vous savez, ce crime contre l’humanité. Vite un tribunal de Nuremberg!

    Les frontières dans le Sahel, comme partout en Afrique ont été tracées au cordeau par les puissances colonisatrices, ces criminels contre l’humanité.

    Qui a armé les islamistes dans cette région? Et bien les puissances néo-coloniales en détruisant l’État libyen, autre crime contre l’humanité.

    Vite un tribunal pour juger tous ces criminels !

      +12

    Alerter
    • sergeat // 02.04.2021 à 08h38

      En plus de Nurenberg vous devriez aussi étudier la mascarade du procès de Tokyo pour juger les crimes japonais:présents France(pour ses colonies),Hollande(pour sa colonie Indonésie),Angleterre (pour ses colonies),Russie,Usa….les autochtones représentés par qui?
      Tous ces « crimes contre l’humanité » ne sont que des mots d’ailleurs les boy-scouts de génération identitaire ont été poursuivi sur ce thème.Toutes les nations ont été construites par des « crimes contre l’humanité »que se soit la France,les US,le RU,les pays musulmans, …..le Japon,….

        +5

      Alerter
      • toto // 06.04.2021 à 13h33

        Toutes les nations ont été construites par des « crimes contre l’humanité » …euh non
        Suisse ? Luxembourg ? Maroc, Tunisie ? Portugal ? Grèce ? Finland ?Malaysie, Indonesie ? Ethiopie ?……………………

          +0

        Alerter
  • Darras // 02.04.2021 à 08h31

    Article point de vue, ok, la France est le diable, elle n’est là que pour maintenir une emprise coloniale en utilisant des supplétifs locaux quasi esclavagisés qui maltraitent les civils(ha bon? Les islamistes ont des uniformes).
    Les islamistes ne sont qu’un prétexte, d’ailleurs c’est une pure invention de Macron. Et si la France lâchait les pays menacés, il est certains que Russes où anglo-saxons ne se précipiteraient pas. Et puis si finalement un jour, tous les pays du Sahel devenaient un califat à la Daesh, ça ne serait que la faute du passé colonial Français.
    Article vraiment nul.

      +11

    Alerter
    • LibEgaFra // 02.04.2021 à 09h26

      « la faute du passé colonial Français. »

      Colonial et néo-colonial, ben oui! Et même actuel, il faut sauver l’uranium du Niger.

      C’est gentil de votre part de venir au secours du quatuor bhl – sarkozy – hollande – macron!

        +9

      Alerter
      • Darras // 02.04.2021 à 10h15

        Je ne viens au secours de personne, sauf du libre arbitre que votre esprit partisan semble réprouver.
        Je n’exonère nullement votre quatuor, mais cette critique est partiale partielle et lamentablement argumentée.

          +4

        Alerter
      • sylvain25 // 02.04.2021 à 12h03

        Les réserves d’uranium d’Afrique comparé au reste du monde (Australie, Canada ,Ukraine ,Kazakhstan, Russie) sont ridicule et un minerai de mauvaise qualité l’uranium se trouve en abondance dans la croute terrestre ,dans l ‘eau de mer l ‘offre dépasse tellement la demande que ça n’a jamais eu une grande valeur 18$ la livre, l’opération au sahel à un cout au moins 10 milliards depuis 2013 ce serait tellement plus simple de prendre cette somme et d’acheter l’uranium .
        http://www.opex360.com/2020/10/17/les-surcouts-de-loperation-ont-deja_atteint-911-millions-deuros-en-2020/
        Et entre 1945 et 2001 la France à exploitées 210 mines d’uranium sur le territoire national (Alsace, Bretagne, Allier, Limousin, Vendée ) pour un total de 76000 tonnes .
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Exploitation-de-luranium-en-france
        L’Afrique n’a rien vécu de différent des autres peuples la France aussi à été coloniser ,les Français aussi ont été mis en esclavages ,massacrées ,humilier nous aussi ont va pleurer et demander des comptes au nom des souffrances passées ?

          +5

        Alerter
        • FvNg // 06.04.2021 à 02h12

          Ce n’est ni une question de prix de la matière première ni une question de stock/réserves.
          C’est un problème de flux (qui produit? En quelle quantité ? Qui achète ? Quelle fraction de mes besoins je peux sécuriser)

          Ce que vous n’arrivez pas à comprendre c’est que si petites vous paraissent la production et les réserves d’uranium du Niger… Elles ont « l’avantage » d’être préemptées à 99,99% par la France.
          S’assurer de la fourniture de 3000 tonnes annuels d’uranium (de U3O8) quand on en consomme 8000 sans passer par des « conditions de marché » est un des piliers de la prétendue « indépendance énergétique pour la production d’électricité ».

          À leurs niveaux de production actuels : 22 000 tonnes pour le Kazakhstan, 7 000 pour l’Australie, 6 500 pour le Canada… Pour ne citer que les 3 premiers.

          Aucun producteur hormis le Kazakhstan ne pourrait remplacer au pied levé la production du Niger… Kazakhstan qui fournit déjà 4 000 tonnes annuels à la France.

          Sans le Niger, pour sa fourniture en uranium la France n’aurait comme option que le Kazakhstan, ou Australie/Canada sont les principaux clients sont les USA… Qui bien sûr sont connus pour être fair-play au jeu de la concurrence pour l’accès à des ressources stratégiques.

            +1

          Alerter
    • anarkopsykotik // 02.04.2021 à 13h49

      hilarant, vous semblez franchement convaincu que nous sommes là pour l’intérêt des populations locales contre « méchants islamistes » (pro tip: quasi tous les mouvement de résistances de la région sont islamiste, c’est la religion du coin et ça permet d’être subventionné). Comme quoi, la propagande nationale marche toujours à merveille.

      >il est certains que Russes où anglo-saxons ne se précipiteraient pas
      eh oh on peut se permettre de maintenir notre dictateur pour garder nos bases militaires et accès au ressources, sinon c’est les autres qui le feraient ! Sans commentaires…

      Personne ne demande la contrition éternelle pour des actes passés. Malheureusement, le néo colonialisme, ce sont des actes présents, qui vont directement à l’encontre de l’intérêt des populations (qui ne sont absolument pas pris en compte, seuls les intérêts de nos dirigeants et multinationales comptent)

      >la France est le diable
      vous savez, vous n’êtes pas obligé de cautionner toutes les actions de votre pays, et ce n’est pas votre responsabilité personnelle qui est mise en jeu. Pourquoi votre égo s’identifie il ainsi aux actions impérialistes de notre « élite dirigeante » que nous savons protéger ses intérêts au détriment de ceux de sa population ?

      Petit bonus pour les lecteurs du canard, c’est notre grand ami le qatar qui finance ces « groupes terroristes » tout en nous achetant des armes.

      https://imgur.com/a/MYTyzeY

        +8

      Alerter
      • toto // 06.04.2021 à 13h44

        Petit bonus pour les lecteurs du canard, c’est notre grand ami le Qatar qui finance ces « groupes terroristes » tout en nous achetant des armes…
        Il les finances pour rendre services à la France tout en développant sont réseau d’influence. Ceci en accord avec la stratégie américaine du Full Spectrum dominance ou les états du sud doivent devenir des no mans land avec des forts ici et la pour maintenir un semblant de sécurité sur les ressources.
        L’important n’étant pas de s’approprié les ressources mais d’en contrôler le flux. (source–> client .)
        Le tout payer en dollars, c’est peu être le point de convergence entre les US et la France-Afrique et l’aide américaine fournie a la France depuis l’attaque de la Lybie jusqu’à Barkan.
        Bref business as usual.

          +1

        Alerter
  • Louis de Constance // 02.04.2021 à 08h52

    Hi from DC ❤ ✌ 💙. Thx a lot. Very interesting. Basically, the free world should support the french Army in this long, long war Againt the barbarians. Where are the german, brtish, Spanish, Italian armies ?!? And BTW : Thank you for your service brave deployed french soldiers…

      +1

    Alerter
  • SanKuKai // 02.04.2021 à 09h19

    Dans les discours pour nous vendre ces interventions militaires on entend souvent nos “élus” parler de “nos interêts”. Mais il n’y a jamais un journaliste pour demander: “quels sont ces interêts dont vous parlez ?”
    Au vue des couts d’une intervention militaire, est ce normal d’utiliser les deniers de la nation pour protéger des interêts privés? Les soldats français meurent-ils pour la France ou pour Total, Bouygues ou Areva?
    En dehors de toute considération morale, au moins quand des soldats russes meurent pour gazprom ils meurent effectivement pour la Russie.

      +9

    Alerter
  • Maximytch // 02.04.2021 à 09h58

    Ca fait 50 ans que les EU pose ses pions en Afrique et cherche à diminuer l’influence des anciennes puissances Françaises et Britanniques. Cet article n’a rien d’étonnant du point de vu américain.
    Que les décoloniaux se rassurent, quand ils tomberont dans le giron de la Chine ou des EU, leur situation ne s’améliorera pas et risque plutôt d’empirer surtout qu’ils n’auront pas à assumer les dégats collatéraux qui créeront des vagues migratoires.

      +4

    Alerter
  • Dominique SAUVEBOIS // 02.04.2021 à 10h32

    Propagande anglo-saxonne classique de l’empire qui, suite au Brexit, entend s’approprier toute la planète.
    La France est attaquée quand les anglo-saxons font mille fois pire, les ONG sont bien dressées =) et la propagande organisée …
    Pourquoi ne publiez-vous jamais que la Gauche « bien pensante » sur votre site ?
    Pourquoi ne publieriez-vous pas l’historien et spécialiste de l’Afrique que vous connaissez certainement.
    Il n’écrit pas pour les chiens et ses articles sont pertinents ; de plus vous n’avez même pas besoin de le traduire :
    http://bernardlugan.blogspot.com/

      +10

    Alerter
    • sergeat // 02.04.2021 à 11h08

      Exact un des meilleurs connaisseur de l’Afrique et de ses problèmes ethniques et tribales:Bernard Lugan n’est jamais cité dans les médias dominants,car dans les analyses dites de gauche se sont les « colonialistes » qui ont créer ces problèmes,donc c’est dans ce schéma simple tous les problèmes viennent des européens.
      Si vous écoutez la télé algérienne par example:le bordel dans lequel ils sont après 60 ans d’indépendance est dû à la France,rien sur le pouvoir des milliardaires militaires et du FLN qui s’accaparent de toutes les richesses sans rien construire dans leur pays.
      Il est vrai que nos penseurs suivent la pensée de Jupiter en short:la France a fait un « crime contre l’humanité « dans ce pays.

        +8

      Alerter
      • sylvain25 // 02.04.2021 à 13h47

        Ce qui est savoureux avec le pouvoir Algérien c’est qu’il reproche les 132 ans de colonisation à la France alors que les arabes ça fait 1000 ans qu’il colonise le Maghreb le peuple Algérien est un peuple de colon comme un Américain ou un Israelien et vont -il faire repentance pour avoir coloniser la péninsule ibérique pendant 781 ans et avoir mis en esclavages des Européens pendant plusieurs siècles.
        http://www.amazon.fr/Esclaves-chrétiens-maîtres-musulmans-Méditerranée/dp/274276920X/
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Côte_des_Barbaresques

          +8

        Alerter
        • manuel // 02.04.2021 à 14h38

          Eux ils ne prétendaient pas présenter les lumières.

            +1

          Alerter
          • Velgastriel // 02.04.2021 à 18h21

            Ah bon. Ils étaient pourtant dépositaires d’une culture raffinée et avancée, et se réclamaient de l’ultime religion à apporter à tout le monde… pour ma part, le parallèle est vite fait.

              +2

            Alerter
            • manuel // 02.04.2021 à 18h40

              Et ça ne change rien à mon propos nous sommes intervenus en Algérie pour soi disant amener la civilisation et nous avons tous juste capables de dresser la population contre nous. Aussi réussi que l’invasion de Madagascar au bout de laquelle l’assassin Gallieni a institué les travaux forcés.
              Pour l’Espagne le problème est bien plus compliqué que décrit. Les berbères sont venus à la demande des Wisigoths (précédents envahisseurs esclavagistes chrétiens) en tant que mercenaires et suite à l’incapacité totale des chefs wisigoths ils ont pris le contrôle. Et au bout de 700 ans, c’est à dire plus de temps que le temps de christianisation, parler de colonisation…

                +2

              Alerter
        • Kasper // 02.04.2021 à 22h48

          1000 ans, 780 ans… A ce niveau, quand les gens nés sur place depuis 25 générations ont complètement oublié qu’ils venaient d’ailleurs ca ne s’appelle plus « colonisation ».

          Autant reprocher aux français actuels les invasions barbares et l’occupation romaine… C’est ridicule.

            +4

          Alerter
  • Orhan // 02.04.2021 à 11h00

    « Guerre sans fin » , parce que ce n’est pas une guerre au final, au sens strict et premier c’est à dire entre deux états par exemple. Je ne sais même pas comment appelé ça, ce qui est sur ce que ce n’est pas une guerre.

    D’aucuns ici apprécieront en tout cas notre capacité à déployer des Rafales pour bombarder et ‘neutraliser’ (novlangue pour exterminer) les différents moto-clubs qui sévissent dans la région, coucou Christian gedeon, ça doit te plaire un conflit comme ça, quasiment aucun mort côté français, des milliers chez les noirs (sorte de sous-hommes surtout quand ils ne consomment pas des produits français).

      +2

    Alerter
  • petitjean // 02.04.2021 à 12h03

    Les frontières tracées par les pays colonisateurs ne conviennent pas ?
    mais qu’est-ce qui empêche les pays africains de se mettre d’accord sur de nouveaux tracés ? Ils sont indépendants depuis plus d’un demi siècle, qu’ils se prennent donc en charge !
    Quant aux richesses du sous sol africain, rien ni personne n’empêche les pays africains concernés de les exploiter et de de les valoriser
    Pourquoi ont-ils toujours besoin des entreprises occidentales ?

      +3

    Alerter
    • manuel // 02.04.2021 à 12h51

      Vous oubliez qu’ils ne sont pas indépendants chaque fois que quelqu’un a essayé de reprendre la main il a été descendu ou neutralisé par les hommes de main des occidentaux Lubumba, Sankara, Gagbo pour citer les plus connus. Par contre la France a bien supporté les vendus.
      Parler de décolonisation a assez peu de sens sauf peut être pour l’Algérie, et encore on avait pris soin au début de flinguer les modérés ceux qui étaient prêts à discuter, bilan il est resté la poignée de jusqu’au-boutistes qui ont gagné la guerre mais qui n’ont eu aucune idée pour gagner la paix et qui ont surtout compris comment s’en mettre plein les poches.

        +7

      Alerter
  • Julien // 02.04.2021 à 13h48

    Depuis quand une armée est censée remplacer des blindés par des sacs de riz pour enfants ??? Point de vue surprenant : au lieu de refiler des blindés, distribuez de l’aide alimentaire … les militaires apprécieront.

      +1

    Alerter
    • manuel // 02.04.2021 à 13h56

      Depuis que notre armée payée par nos impôts n’a rien à faire en Afrique subsaharienne. Peut être que les militaires français seraient d’accord pour ne pas aller se faire tuer pour des questions qui n’ont rein de français. L’empire c’est fini depuis longtemps.
      Et peut être qu’on sera remplacé par les USA, la Chine, la Russie, les EAU et qu’est ce qu’on en a faire? Pour ceux que ça dérange, je me demande bien pourquoi, ils se prennent par la main et ils vont la bas défendre je sais pas quoi, mais tous seuls comme des grands garçons.

        +0

      Alerter
      • Maximytch // 02.04.2021 à 14h24

        Votre Volonté d’impuissance est à l’image de la mentalité actuelle des Européens.
        Quand vous serez totalement Vassalisé par d’autres puissances faudra pas venir chouiner.
        Si on continue comme ça dans 100 ans on parlera de la France et des pays Européens comme de la Grèce antique au passé glorieux mais sortie de l’histoire à la chute des Royaumes Helléniques et de Byzance plus tard.

          +4

        Alerter
        • manuel // 02.04.2021 à 14h34

          Dans 100 ans ni vous ni moi ni mes enfants ne seront la pour voir ce qui se passe, et peut être qu’il n’y aura plus d’êtres humains. Ensuite la volonté de puissance me fait rire. les européens se sont flingués tout seuls au cours du XXème siècle. Vouloir avoir une influence sur l’Histoire est le fait d’esprits dérangés.

          Et la fin de la France et des pays européens c’est faite avec la volonté des dits européens qui ont construit la force de la Chine et cette étape commence rapidement après la fin de la seconde guerre mondiale.

            +0

          Alerter
  • Jean-Do // 02.04.2021 à 14h45

    C’est amusant comme l’engrenage de Barkhane ressemble à celui qui a entraîné les USA au Vietnam à l’époque de Johnson (le successeur de Kennedy). Il y a de très bons films américains là-dessus si vous n’avez pas patience de lire.

      +0

    Alerter
  • Myrkur34 // 02.04.2021 à 18h09

    https://www.iveris.eu/list/notes/531-emmanuel_macron_sauveratil_une_troisieme_fois_le_sahel__

    Article à lire en complément de celui de Bernard Lugan cité par le contributeur Dominique Sauvebois avec son idée essentielle, c’est un conflit qui a débuté par le « problème » Touareg et a réveillé les conflits entre communautés et ethnies sur fond de réchauffement climatique et de croissance démographique élevée. https://www.worldometers.info/world-population/mali-population/

    Concernant l’article et le problème des mercenaires tchadiens et du président Deby, le président du Burkina-Faso était opposé à l’envoi de ceux-ci dernièrement, dans la zone des trois frontières et s’est fait forcé la main par le président Macron. Et rappelez vous d’Hissène Habré (Tchad) et de Bokassa (Centrafrique) et des circonvolutions françaises avec ces personnages.
    Nous avons donc le résultat désastreux aujourd’hui de la politique française « d’ingérence et de soutien » depuis les indépendances des années 60. Donc si la seule nouveauté est de se faire remplacer par les chinois ou les américains, et bien le désastre humain continuera avec son flot de migrants vers l’Europe.
    Peut-être la seule vraie raison cachée de la continuité de l’opération Barkhane, maintenir un semblant de couvercle sur la cocotte-minute sahélienne. Les Usa ont le flux d’Amérique Centrale, nous et l’Europe celui de la bande sahélienne.

      +1

    Alerter
  • Bouddha Vert // 02.04.2021 à 21h42

    Le Tchad possède un peu de pétrole mais il n’est pas exploité pas nos compagnies, le mali a bientôt épuisé son or et pas de pétrole…
    Cet article à propos d’une situation abominable est un gros brouillon qui n’explique rien mais culpabilise beaucoup.
    N’ayant aucune connaissance de ce qui anime nos actions en cours, c’est bien évidemment un tort, je me retrouve à penser que le mal inspire les actions de nos gouvernants successifs dans la région.
    Parce que ce ne sont pas les quelques millions de $ d’armes vendues qui, je n’en doute pas, motivent notre présence sur place.

    A quand des articles pour comprendre ce qui fait tourner le monde et la partie décrite ici?

      +3

    Alerter
  • Kasper // 02.04.2021 à 22h52

    « les forces de sécurité tchadiennes ont fait irruption cette semaine dans la maison du candidat de l’opposition à la présidence, tuant cinq personnes (dont sa mère et son fils). »

    C’est sur qu’on en a moins entendu parler que du dernier malaise du principal-opposant-russe-Navalny

      +5

    Alerter
  • tchoo // 05.04.2021 à 10h29

    Et à part se disputer sur les bienfaits du colonialisme ou pas ou du néo colonialisme, et de la repentance historique (et puis quoi encore) personne ne s’interroge sur la possibilité de faire autrement et de tourner notre aide vers un réel mieux être de la population de ces pays africains à qui nous aurions soi disant apporter la civilisation.
    Qu’ils se soient écharpés entre eux pendant des siècles, ne nous exonère pas de les aider à vivre mieux ensemble ou pas.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications