En hommage au regretté Howard Zinn

Source : Zinn Education Project, Howard Zinn, le 20 janvier 2011.

Howard Zinn a prononcé un discours inaugural devant plus de 800 enseignants lors de la conférence du National Council for the Social Studies à Houston, le 16 novembre 2008.

Il a abordé des questions clés dans l’histoire et les événements actuels, comprenant :

L’exposé formel a été suivi de questions et de réponses.

Considérée en entier ou en sections, c’est une excellente présentation pour les ateliers d’enseignants ou les groupes de discussion.

Voici une transcription légèrement modifiée du discours. Il est édité pour faciliter la lecture ; rien du contenu n’a été changé. Les temps sont inclus dans la transcription afin que toute personne utilisant le film puisse sélectionner des extraits. Le film et la transcription sont partagés ici avec la permission du Conseil national pour les études sociales.

00:00:00 Howard Zinn : Merci, merci. M’entendez-vous bien ? D’accord. Quand on parle, on aime être entendu.

00:00:32 Je suis heureux de parler avec des professeurs de sciences sociales. Je vous admire beaucoup. Principalement parce que vous enseignez au collège et au lycée, et j’ai toujours pensé que les professeurs de collège et les professeurs de lycée sont les personnes les plus héroïques. Vraiment, vous savez, je vous compare au genre de travail que j’ai eu et au genre d’emplois que nous – j’espère que les professeurs d’université qui sont ici ne sont pas offusqués par ce que je dis – mais le fait est que je ne pense pas que nous travaillons aussi dur que vous.

00:01:04 Ceci enregistré pour la postérité, et c’est une mauvaise chose à dire. Il en résultera une diminution des salaires des professeurs d’université, mais peut-être que cela augmentera vos salaires, ce qui compensera. Et vous en avez plus besoin, oui.

Universitaires et activisme

Howard Zinn a prononcé un discours lors de la conférence 2008 du NCSS à Houston, au Texas. Photo par Steve Puppe.

00:01:28 Donc, je pars du principe que nous enseignons les sciences sociales non seulement parce que nous voulons préparer nos étudiants à obtenir de bonnes notes aux examens et – et réussir dans le programme Bush de Leave No Child Behind [Ne laissons aucun enfant à la traîne, NdT], qui est un slogan qu’il a volé à une de mes anciennes étudiantes, Marian Wright Edelman, qui dirige le Children’s Defense Fund à Washington. Leur slogan était de « ne laisser tomber aucun enfant » et je sais que c’est une accusation de vol de slogan, mais vous savez, c’est un bon slogan.

00:02:13 Mais je ne pense pas que nous enseignons pour préparer les gens aux examens. Dans le seul but pour eux de se faire entendre, de faire leur chemin dans la société et devenir une sorte de petit grain de sable dans la machinerie de la société. Ce n’est pas que nous voulions que nos étudiants meurent de faim, bien sûr, tout le monde doit gagner sa vie c’est bien connu.

00:02:42 Mais il me semble que les gens qui enseignent les sciences sociales veulent quelque chose de plus. Ils veulent que les jeunes sortent de leurs cours, je pense, vous savez, animés du désir de changer le monde. Un petit but modeste, n’est-ce pas ? C’est ce que nous voulons.

J’ai été frappé par quelque chose que Barack Obama a dit. Combien de personnes ici sont heureuses que Barack Obama – eh bien – ouais.

00:03:26 C’est connu comme un sondage scientifique. Un sondage scientifique est l’endroit où vous posez simplement une question, vous ne demandez pas combien de personnes sont malheureuses. OK, maintenant c’est scientifique.

00:03:46 Mais j’ai été frappé par une chose qu’Obama a dite au cours de la campagne présidentielle, et vous vous en souvenez peut-être. À un moment donné, il a dit : « Je ne veux pas seulement que nous sortions de la guerre en Irak, mais je veux que nous sortions de l’état d’esprit qui nous a menés à la guerre en Irak ». Cela m’a semblé très important. En tant qu’enseignants, il me semble que c’est ce que nous voulons faire – rencontrer et traiter, pas seulement des circonstances immédiates et pas de telles – questions superficielles, mais des mentalités.

00:04:32 C’est-à-dire des idées qui sont profondément ancrées dans notre culture et que nous devons remettre en question. Et donc, je veux parler un moment de cela, puis plus tard je veux revenir et voir si – si Obama a suivi ses propres instructions pour remettre en question cet état d’esprit, ce qui est une question délicate.

Penser en dehors du cadre

00:04:59 Mais je ne peux pas penser à quelque chose de plus important que nous pouvons faire dans l’éducation que d’amener les étudiants à défier ces prémisses fondamentales qui nous gardent dans un certain cadre. Nous voulons que les gens pensent en dehors de cela, parce que s’ils ne le font pas, les choses ne changeront jamais.

00:05:26 S’ils ne pensent pas en dehors du cadre, s’ils ne contestent pas les prémisses, alors nous continuerons comme nous l’avons fait, et ensuite nous aurons le genre de monde que nous avons eu jusqu’ici, ce qui n’est pas terrible, non ? Un monde de guerre et de faim et de maladies et d’inégalités et de racisme et de sexisme. Nous voulons nous éviter cela et nous devons donc réexaminer ces prémisses.

Des intérêts conflictuels dans toute l’histoire des États-Unis

00:05:59 L’un d’entre eux est l’idée que nous avons tous un intérêt commun. Tout le monde dans la société, que nous sommes une grande famille heureuse. C’est comme les premiers mots du préambule de la Constitution : « Nous le peuple des États-Unis ». Mais bien sûr, nous savons que ce n’était pas « nous les gens des États-Unis » qui établissaient la Constitution, ce sont 55 riches blancs de Philadelphie qui ont établi la Constitution.

00:06:32 Et la Révolution Américaine n’ a pas été menée par nous le peuple, par tout le peuple. Non, non, il y avait beaucoup de dissensions et de désaccords, et il y avait des mutineries de soldats. Lorsque la Constitution a finalement été adoptée, elle n’a été adoptée qu’en réaction aux rébellions des agriculteurs de l’ouest du Massachusetts qui voyaient les riches de Boston les taxer si lourdement et nombre d’entre eux [étaient] des vétérans de la guerre révolutionnaire.

00:07:01 Il y avait un conflit de classes avant la révolution, pendant la révolution, après la révolution, et représenté, enfin, par une constitution qui a été établie pour favoriser les intérêts des classes supérieures. Après tout, vous savez, la Constitution a établi la domination des esclavagistes, des marchands et des détenteurs d’obligations. Il y avait des éléments de démocratie, il y avait des éléments de gouvernement représentatif, mais ce que je veux dire, c’était un document de classe.

00:07:30 Ils n’avaient pas tous les mêmes intérêts. Et tout au long de l’histoire américaine, nous n’avons pas eu les mêmes intérêts. Nous avons eu des gens au sommet, et nous avons eu des gens au bas de l’échelle, et entre les deux, nous avons eu beaucoup de gens nerveux. Après tout, il est donc important que les jeunes réfléchissent à ce qui est important pour qu’ils ne se contentent pas de gober ces phrases consensuelles comme « l’intérêt national », « la sécurité nationale », « la défense nationale », comme si nous étions tous dans le même bateau.

00:08:09 Non, le soldat envoyé en Irak n’a pas les mêmes intérêts que le président qui l’envoie en Irak. La personne qui travaille sur la chaîne de montage chez General Motors n’a pas les mêmes intérêts que le PDG de General Motors. Non – nous sommes un pays aux intérêts divergents, et il est important que les gens le sachent.

00:08:28 Il est important que les gens connaissent leurs propres intérêts et ne confondent pas leur intérêt avec les intérêts des gens d’en haut. Parce que les gens d’en haut, bien sûr, pour rester en haut, doivent persuader les gens en bas qu’ils ont tous les mêmes intérêts. Ce n’est pas le cas. La langue, la culture, se prête à cette idée que nous avons tous les mêmes intérêts de sécurité nationale.

00:08:59 Non. Et pour certains, un petit nombre de personnes, la sécurité nationale signifie force militaire. Je dirais que pour la plupart des gens, la sécurité nationale signifie avoir un emploi, des soins de santé et un niveau de vie décent. Différentes définitions de la sécurité. C’est donc une sorte de prémisse qui doit être examinée.

L’exceptionnalisme américain

00:09:29 Une autre chose avec laquelle nous grandissons tous est la prémisse que les États-Unis sont uniques au monde. Bien sûr, chaque endroit est unique et chaque pays est unique. Ce n’est pas le propos. Mais unique, pas seulement unique, mais mieux. Le meilleur. Numéro un. Nous sommes les meilleurs, non ?

00:10:00 C’est une chose dangereuse de penser cela. Parce que lorsque vous commencez à penser avec arrogance que les États-Unis font exception aux choses qui affligent d’autres pays et d’autres gouvernements dans le monde, c’est dangereux pour les gens – c’est dangereux pour les gens d’autres pays. Et c’est dangereux pour les gens de notre pays de penser ainsi. Ce genre d’arrogance conduit à des problèmes.

00:10:30 Vous savez, dans le monde des sciences sociales, cette notion est appelée « exceptionnalisme américain ». Je pense que c’est quelque chose que les jeunes doivent réexaminer. Je pense que nous devons avoir une vision honnête de notre pays. Pas pour le dénigrer, mais pour le voir dans le contexte des pays du monde. C’est là que l’histoire est utile.

00:10:57 Par exemple, si vous regardez l’histoire de l’expansion américaine dans le monde, nous nous sommes étendus, n’est-ce pas ? Oui, nous nous sommes étendus. Nous n’étions qu’une mince bande de colonies le long de la côte Est et nous nous sommes étendus à travers le continent. Et je me souviens quand je suis allé à l’école tout semblait très bénin. L’achat de la Louisiane, c’était vide. C’était un immense, immense, immense terrain vide, vous savez.

00:11:33 Beaucoup plus tard, ça m’a soudainement frappé, hé, il y avait des gens qui vivaient là. Il y avait là des indigènes, des centaines de tribus. Nous avons dû nous en débarrasser pour que ce soit à nous, afin que nos chemins de fer sillonnent cette terre et que nos sociétés puissent s’y installer. Mais, nous étions un pays expansionniste depuis le début. Il y a l’achat de la Louisiane, il y a la cession mexicaine – j’aime ce mot « cession ».

00:11:59 Ils nous l’ont juste cédé. Ce sont des gens amicaux. Non, nous avons mené une guerre avec le Mexique et ensuite nous avons pris près de la moitié de leurs terres. Et maintenant, nous construisons un mur le long de la [frontière] du sud pour les garder hors de la terre que nous leur avons prise. C’est vraiment bien, oui.

Expansionnisme. Et puis nous nous étendons – et vous connaissez cette histoire – nous nous sommes étendus aux Caraïbes, à Cuba et à Porto Rico, et nous nous sommes étendus dans le Pacifique avec Hawaï et les Philippines.

00:12:32 Et bien sûr après la Seconde Guerre mondiale, vous savez. Et maintenant nous avons des bases militaires dans une centaine de pays. Vous ne pouvez donc pas vraiment dire que les États-Unis sont différents dans le bon sens ; que nous sommes différents parce que nous répandons la démocratie et la liberté dans le monde entier. Parce que si vous regardez l’histoire de ce qui s’est passé dans les pays où nous nous sommes étendus et que nous avons occupés, nous n’avons pas apporté la liberté et la démocratie dans ces endroits où nous avons combattu et conquis.

00:13:08 La raison pour laquelle les gens connaissent cette histoire est que – encore une fois, pour ne pas porter atteinte à notre pays, pour ne pas être acerbe ; mais dire : « Oh, oui, nous sommes un empire comme les autres empires. Il y avait un empire britannique, et il y avait un empire hollandais, et il y avait un empire espagnol, et oui, et nous sommes un empire américain. »

00:13:41 Regardons les choses en face. Nous sommes prédisposés aux mêmes choses que les autres empires, c’est-à-dire profiter des autres et les abattre quand ils se rebellent. Alors, quand un chef vient et dit : « Eh bien, vous savez, les États-Unis – nous allons ici et là et nous répandons la démocratie et la liberté, et demain nous irons dans cet endroit et nous allons répandre la démocratie et la liberté. »
00:14:07 Eh bien, c’est important pour les jeunes de connaître leur histoire. Alors ils diront: « Attendez maintenant, soyons honnêtes avec nous-mêmes, et ne nous précipitons pas là-dessus, juste parce que nous sommes bienfaisants dans tout ce que nous faisons, et nous nous occupons des autres gens dans le monde ». Bien sûr, quand vous parlez de cette façon, c’est juste une question d’honnêteté à propos de soi-même, et chacun d’entre nous, en tant qu’individu, doit être honnête avec lui-même – vous êtes très souvent accusé d’être non patriotique.

Patriotisme

Et il y a un autre postulat, je pense, qui a besoin d’être examiné. Un autre état d’esprit, ce besoin d’examiner, et c’est toute la question du patriotisme. Et je pense que c’est très mauvais pour tous quand de jeunes gens grandissent en pensant que le patriotisme signifie l’obéissance au gouvernement.

00:15:13 Et alors, si vous critiquez votre gouvernement, vous êtes considéré comme anti-patriotique. Ce postulat peut être rejeté. C’est pourquoi il est important pour les jeunes générations, pour eux tous, d’apprendre à réfléchir sur leur patriotisme ; de regarder la définition du patriotisme de Mark Twain. Mark Twain distinguait le pays et le gouvernement.

00:15:43 Donc, quand vous entendez une jeune personne partant à la guerre dire « Je fais cela pour mon pays », attendez un instant. Fais-tu ça pour ton pays ? Pars-tu combattre et tuer pour ton pays, ou fais-tu ça pour ton Gouvernement ? C’est différent. Ou faites-vous ça pour Halliburton, ce qui est encore différent ?

00:16:00 Le patriotisme requiert une distinction entre gouvernement et pays, c’est pour cette raison que la déclaration d’indépendance à été faite. La déclaration d’indépendance, qui n’est pas très bien enseignée, je dois dire. Le quatre juillet vous verrez imprimée dans le journal l’intégralité de la déclaration d’indépendance, mais elle semble dénuée de sens parce qu’il n’ont pas saisi la philosophie de la déclaration, parce que la déclaration exprime l’idée que les gouvernements sont des créations artificielles.

00:16:41 Ils sont instaurés par le peuple pour s’assurer certains droits, des droits égaux de vie, de liberté et de recherche de bonheur. Et, en accord avec la déclaration, quand les gouvernements commencent à bafouer ces droits, il est juste pour le peuple de changer ou abolir le gouvernement. Il y a le gouvernement et il y a le peuple. Il y a le gouvernement et il y a le pays.

00:17:05 Le patriotisme ne doit pas mener à soutenir le gouvernement. Le patriotisme sert de support aux principes que le gouvernement doit servir. Et quand le gouvernement viole ces principes, et bien, nous devons dire au gouvernement que cela est anti-patriotique.

Et donc ce postulat du patriotisme à besoin d’être examiné.

Pouvoir militaire et sécurité nationale

00:17:32 Une autre idée préconçue qu’il est important de rejeter est la croyance que c’est la puissance militaire qui garantit la sécurité. Que la guerre permet de se défendre, même si vous envoyez vos troupes à l’autre bout du monde pour envahir un petit pays, un pays ravagé par les guerres, civiles ou autres, que ce soit l’Afghanistan ou l’Irak.

00:18:12 Même si vous envoyez vos armées à l’autre bout du monde pour envahir, bombarder et attaquer ce petit pays, vous savez, que d’une manière ou d’une autre vous le faites pour « vous défendre », c’est un autre mot qui doit être examiné, le mot défense. Quand vous défendez-vous vraiment, et quand ne le faites-vous pas ? L’idée que la force militaire vous protège est quelque chose qui doit être réexaminé.

00:18:44 Il y a quelques semaines, je faisais une interview téléphonique avec une station de radio. Je fais beaucoup d’interviews par téléphone parce que c’est commode. Je peux m’asseoir chez moi en pyjama, ou pas, et être interviewé par une station de radio de Missoula au Montana ou d’ailleurs. Vous voyez, c’est très sympa. Donc je faisais cette interview, puis nous avons pris des appels téléphoniques d’auditeurs, et cette personne a appelé parce que j’avais dit quelque chose de vraiment mal.

00:19:19 J’avais parlé du démantèlement de bases militaires américaines dans le monde. Maintenant, vous pouvez imaginer à quel point une déclaration comme celle-là peut poser problème. Elle s’attaque à un principe très fondamental selon lequel, vous savez, c’est ainsi que nous nous défendons. Nous avons besoin de bases militaires partout dans le monde. Cette personne disait : « Comment pouvons-nous nous défendre contre le terrorisme si nous n’avons pas ces bases militaires ? » et j’ai répondu : (J’aime me citer car je trouve que j’ai toujours raison) J’ai dit : « réfléchissez à ceci. »

00:20:02 À l’époque du 11 septembre 2001, nous avions des bases militaires dans une centaine de pays dans le monde. Au moment du 11 septembre 2001, nous avions 10 000 armes nucléaires. Nous avions des porte-avions et des cuirassés sur toutes les mers du monde, et nous avons été attaqués par des terroristes. Alors, comment la force militaire nous protège-t-elle contre le terrorisme ? Ces porte-avions que nous continuons de construire représentent un milliard de dollars chacun, n’est-ce pas ? Un milliard de dollars par porte-avions.

00:20:36 Comment cela nous protège-t-il du terrorisme ? Comment cela nous protège-t-il de quoi que ce soit ? Vous devez penser à cela. En fait, serait-il possible que nos actions militaires, que les bases que nous avons, que les invasions que nous engageons, non seulement n’assurent pas notre protection mais au contraire provoquent le terrorisme ? Provoquent le terrorisme ?

00:21:02 Il suffit d’y penser pour réaliser que si vous postez des troupes dans d’autres pays, les gens de ce pays risquent d’être contrariés. Les gouvernements peuvent l’accepter parce qu’ils en tirent des avantages et les dirigeants des milieux d’affaires peuvent l’accepter parce qu’ils en bénéficient matériellement.

00:21:27 Mais la plupart du temps cela déplaît au peuple. Les habitants d’Okinawa n’apprécient pas toutes ces bases américaines dans l’île, les Sud Coréens etc. Cela peut leur déplaire. Et quand vous ennuyez beaucoup de gens dans le monde avec toutes ces bases autour d’eux, avec vos invasions et vos attaques, vous déplaisez à des millions et des millions de personnes. Et parmi ces millions et millions de personnes, un très petit nombre d’entre elles deviendront fanatiques, terroristes, violentes.

00:22:01 Il est donc très possible que les actions militaires que nous menons, sensées nous défendre contre le terrorisme, soient exactement ce qui augmente le nombre de terroristes dans le monde.

Et il est intéressant de constater que, si vous avez – pour le dire autrement – il existe des pays qui ne s’inquiètent pas du terrorisme. Il y a beaucoup de pays qui ne s’inquiètent pas du terrorisme.

00:22:30 Pourquoi ? Ils ne dérangent personne. Si vous regardez le rapport, le rapport officiel de la commission, la commission du 11 septembre, elle a été mise sur pied pour enquêter sur le 11 septembre, etc. Et si vous lisez ce rapport, vous trouverez – je ne sais pas si je l’ai avec moi – mais, je prétends toujours que j’ai quelque chose avec moi, et si je trouve que je ne l’ai pas, alors je l’invente.

00:23:01 C’est la commission dirigée par Lee Hamilton. J’en cite un extrait : « La présence de forces américaines au Moyen-Orient a été un facteur de motivation majeur dans les actions d’Al-Qaïda », puis un de leurs enquêteurs, l’agent spécial de supervision James Foley, indique : « Il y a eu un sentiment d’indignation envers les États-Unis qui se cache derrière les attentats du 11 septembre. »

00:23:41 Donc, vous savez, il n’ y a pas que nous, vous savez, les gens sont – de mon côté radical, vous savez, qui disent que la politique étrangère américaine doit être réexaminée si nous voulons faire quelque chose contre le terrorisme. Parce que, quand vous commencez à parler ainsi, ils disent : « Comment ça ? Vous nous blâmez pour le 11 septembre ? »
00:24:03 Non, ce n’est pas ça. Ils ont commis les attentats du 11 septembre, mais vous savez, répondre aveuglément, chercher un pays que vous pouvez bombarder et dire : « Nous poursuivons les terroristes » n’est pas une réponse intelligente à une attaque contre vous. Vous ne savez pas où sont les terroristes. Premièrement, nous sommes allés en Afghanistan, et la plus grande partie du pays était pour, il reste encore des gens pour dire : « Eh bien, la guerre en Irak était mauvaise, mais la guerre contre – en Afghanistan est bonne. »

00:24:33 Eh bien, si vous regardez ce qui s’est passé à ce moment-là, vous savez, le pays – le 11 septembre a eu lieu, les pirates de l’air, etc. l’hystérie collective dans le pays, l’atmosphère de peur. Bush, « Oh, nous devons attaquer l’Afghanistan parce qu’il faut s’en prendre aux pirates de l’air. Nous devons poursuivre les gens qui l’ont planifié, nous devons poursuivre Al-Qaïda, et Al-Qaïda est en Afghanistan. »

00:24:57 Eh bien, il est probable que oui, Al-Qaïda était en Afghanistan, mais où ? Nous ne le savions pas. Oussama Ben Laden est en Afghanistan. Où ça ? On ne sait pas vraiment. Alors, qu’allons-nous faire ? On bombarde simplement l’Afghanistan. Comme si, vous savez, le chef de la police ne peut pas trouver un criminel. On sait qu’il est dans le quartier. On ne sait pas où. Bombardez le quartier. Vraiment, quand on y pense, comment peut-on être aussi inintelligent ?

00:25:28 Il faut donc examiner tous ces principes concernant la puissance militaire et son importance, la manière de traiter les problèmes [liés] à la puissance militaire et de se défendre contre le terrorisme par la puissance militaire. Tout le concept de la guerre doit être examiné parce que si vous êtes contre le terrorisme; je crois que si vous êtes contre le terrorisme, vous devez nécessairement être contre la guerre. La guerre est du terrorisme. Il suffit de regarder cela d’un point de vue historique.

00:26:04 Surtout depuis la Seconde Guerre mondiale, vous savez, avant la Seconde Guerre mondiale, c’était surtout des soldats qui mouraient. Comme pendant la Première Guerre mondiale, les victimes étaient 90 % de soldats, 10 % de civils. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il y avait cinquante pour cent de soldats et cinquante pour cent de civils. Après ça, la Corée, le Vietnam, ce sont soixante-dix, quatre-vingt pour cent de civils innocents qui meurent pendant la guerre, voyez-vous.

00:26:30 Je dirais donc que la guerre doit être, le principe selon lequel la guerre peut résoudre des problèmes dans le monde. Que la guerre est nécessaire. Je pense que cela doit être examiné. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de tyrans dans le monde, que certaines situations requièrent un remède, mais qu’il n’y ait pas de situations dans le monde qui exigent une sorte de remède. Tout ce que je dis, c’est que le remède ne peut pas être la guerre, parce que la guerre, c’est toujours l’assassinat aveugle d’un grand nombre de personnes, et c’est le principe du terrorisme.

00:27:07 Vous pouvez dire : « eh bien, oh, les terroristes ils veulent tuer des innocents » – j’ai vu cette distinction faite par des gens très instruits qui, à mon avis, devraient être plus futés. Ils font cette distinction : « les terroristes tuent délibérément des innocents. Quand nous tuons des innocents, c’est par accident. C’est involontaire. Ce sont des dommages collatéraux. »

00:27:30 Eh bien, je ne l’accepte pas. Ce n’est pas que nous tuons délibérément des innocents. C’est simplement que nous nous engageons dans des actions qui tuent inévitablement des innocents. En fait, il existe une notion entre accidentel et délibéré, et le mot est inévitable. Et quand vous faites quelque chose qui aura inévitablement des conséquences horribles, vous ne devez pas le faire. Donc, tout cela doit être, à mon avis, réexaminé.

00:28:05 J’ai dit que j’allais revenir sur la question de savoir si Obama, qui a fait cette déclaration très profonde sur le changement de mentalité, me rappelait ce qu’Einstein a dit un jour.

00:28:45 Il a dit un jour « Nous devons changer notre manière de penser ». Changer notre état d’esprit. J’ai dit que je reviendrai sur la question. Est-ce qu’Obama a changé son état d’esprit ? Et bien dans certains cas il l’a fait et dans d’autres non. Il n’a pas changé son état d’esprit concernant la force militaire et bien qu’il souhaite se retirer d’Irak, il veut envoyer des troupes en Afghanistan, il désire renforcer nos forces militaires.

00:29:16 Il n’a pas dépassé le principe de la puissance militaire comme horizon, et si vous n’êtes pas en sa faveur vous êtes anti-patriote. Hé bien, vous pourriez dire qu’ils sont dans une campagne électorale et qu’il a peur de se faire traiter d’anti-patriote s’il dit ce genre de choses. Je pense malheureusement qu’il s’agit de quelque chose de plus profond en ce qui le concerne.

00:29:43 Je pense qu’il faut donc regarder la présidence d’Obama en face, avec honnêteté et sereinement. Attention, j’étais très content de la victoire d’Obama et je suis encore content que ce soit Obama qui ait gagné.

00:30:02 Et quel soulagement ça a été, je veux dire, c’est le mot, soulagement. Nous en avons fini avec ces… quels qu’ils soient. Criminels de guerre, vraiment, criminels de guerre.

Qui fait l’histoire ?

Bon, c’est intéressant qu’Obama lui-même nous ait donné des indices pour être honnête à propos de lui.

00:30:37 Parce qu’il a dit, et c’est tout à son honneur, et bien sûr au cour de la campagne, il a dit « Ne vous appuyez pas seulement sur moi », en faisant référence à son expérience en tant qu’organisateur de communauté, et en faisant appel à l’histoire du mouvement, du mouvement pour les droits civiques, vous savez, qui ne dépendent pas seulement des gens qui sont à sa tête.

00:30:59 Vous le peuple, vous devez le faire. et bien, cela a été une déclaration très importante. Et il est très important pour nous maintenant, de reconnaître et d’accepter ça, afin de ne pas voir en Obama un sauveur, car il ne le sera pas, à moins que nous ne fassions quelque chose pour créer l’atmosphère dans laquelle Obama pourra sortir de l’état d’esprit qui est le sien, vous voyez.

00:31:29 C’est comme croire au libre échange, à l’économie de marché, au capitalisme et sauver le secteur financier, vous voyez. Pour sortir de son état d’esprit, nous devons sortir de nos états d’esprit et nous devons devenir des forces et des énergies qui poussent Obama dans une direction vers laquelle peut-être, au fond de lui même, j’aime espérer qu’il souhaite être poussé.

00:31:58 Pour contrer toutes ces forces qui l’entourent, tous ces anciens membres de l’establishment démocrate, les Robert Rubin, les Summers, et, vous savez, les Brzezinski et les Albright, et les rescapés de l’ère Clinton qui traînent autour de lui et lui donnent des conseils. Et il faut qu’il contre tout cela, il a besoin du peuple – tous ces gens merveilleux et enthousiastes qui l’ont encouragé et ont voyagé d’État en État pour travailler pour lui. Voilà ce dont on a besoin.

00:32:36 J’ai envie de vous dire ce que je pense être une citation très révélatrice de Wendell Phillips, et beaucoup d’entre vous savent qui est Wendell Phillips, c’était un grand leader abolitionniste, heu, [inintelligible] Boston, Wendell Phillips, que certains d’entre vous connaissent peut-être, était extrêmement critique envers Abraham Lincoln, parce que Lincoln n’était pas le – je pense que quasiment tout le monde le sait – abolir l’esclavage n’était pas la première priorité de Lincoln.

00:33:13 Et donc Lincoln était extrêmement politique et prudent, astucieux et faisant des compromis sur la question de l’esclavage, et donc les abolitionnistes, y compris Wendell Phillips, étaient très critiques envers Lincoln. Puis Lincoln s’est fait élire. Et quand Lincoln fut élu en 1860 Wendell Phillips a dit ceci, je le cite de mémoire, car je n’ai pas sa citation exacte sur moi, c’est aussi proche que possible :

00:33:45 Il a dit : « Si le télégraphe dit vrai » – c’est ainsi qu’il a appris la nouvelle de l’élection de Lincoln – « si le télégraphe dit vrai, un esclave – l’esclave a élu le président des États Unis. »

00:34:06 Puis il a dit : « Lincoln n’est pas un abolitionniste. Il n’est pas contre l’esclavage. Il n’est vraiment qu’un pion sur l’échiquier. Et comme un pion sur l’échiquier, il peut être déplacé vers l’avant encore et encore. Nous pouvons le convertir », a dit Phillips, « en un cavalier ou en fou, et en reine » – la reine, comme vous le savez en joueurs d’échecs que vous êtes, la reine est toute-puissante. « Bougez le pion, faites en une reine, et balayez l’échiquier. »

00:34:42 Intéressant, c’est la situation. Obama est là sur l’échiquier et il peut rester où il est, ou il pourrait, comme l’a dit Wendell Phillips, je pense que j’ai oublié une phrase. Il a dit : « Avec un bon effort », c’est la phrase qu’il a employée. « Avec un bon effort nous pouvons le faire bouger et nettoyer l’échiquier. »

00:35:10 Un effort raisonnable. C’est l’indice pour le reste d’entre nous. L’effort qui est nécessaire pour faire sortir Obama et nous tous dans le pays de cet état d’esprit qui continuera à nous entraîner dans les guerres, même si nous nous retirons d’Irak, cela nous entraînera dans une autre guerre.

00:35:30 Cet état d’esprit qui ne résoudra pas la crise économique, car nous n’arriverons pas à la racine, la racine du système économique, qui est, je pense en réalité le capitalisme. La racine est la recherche du profit. La racine est la puissance des entreprises, vous savez, c’est un problème bien plus sérieux que de donner des cadeaux aux banques et de batifoler aux limites du système économique.

00:36:03 Oui, nous avons besoin d’un nouveau mouvement populaire. Nous avons besoin d’un mouvement tel que nous en avons connus. Et nous savons d’expérience que nous ne pouvons pas dépendre de sauveurs. Nous ne pouvons dépendre, ils n’ont pas pu dépendre de Lincoln. Ils ont dû avoir un immense mouvement anti-esclavage qui a poussé Lincoln à proclamer l’abolition de l’esclavage. Qui a poussé le congrès à faire les treizième, quatorzième et quinzième amendements.

00:36:28 Nous n’avons jamais eu nos injustices réparées par le haut, de la part du président, du congrès ou de la Cour suprême, peu importe ce que nous avons appris au lycée à propos de nos trois branches du gouvernement et que l’on a des poids et des contre-poids pour un équilibre des pouvoirs, et quel système merveilleux. Non, les changements, les changements importants qui ont eu lieu dans l’histoire ne sont pas venus de ces trois branches de gouvernement. Elles ont réagi aux mouvement sociaux.

00:36:57 Lincoln et le congrès ont réagi au mouvement anti-esclavagiste. Le congrès et le président on réagi au mouvement ouvrier. Roosevelt, FDR, a réagi aux grèves et aux mouvements des locataires, aux conseils de chômeurs, et ainsi de suite. Dans les années de lutte pour les droits civiques, Johnson et Kennedy, ils n’étaient pas nos sauveurs. Ils ont réagi à tous ces gens, Noirs et quelques blancs dans le sud qui ont protesté, marché et sont allés en prison, certains furent tués.

00:37:31 Ce qu’ils ont fait ensuite, ils ont eu le Civil Rights Act de 1964 et les Voting Rights de 1965. Pas de sauveurs venant du haut, [ça n’est jamais arrivé], ça a toujours nécessité des mouvements populaires.

C’est pour cela qu’il est important, et je pense par exemple à l’enseignement, de se libérer des héros traditionnels, c’est une autre mentalité. La mentalité de ceux qui sont nos héros.

00:37:59 Et de manière générale, tel que je m’en souviens, et je ne sais pas jusqu’à quel point, vous le savez mieux que moi, jusqu’à quel point l’enseignement n’a pas changé, les héros sont des héros militaires. Lorsque vous regardez la statue, en fait – les statues des places dans nos villes sont des statues de héros militaires, vous voyez. Je pense que nous devons examiner ce principe selon lequel nos grand héros sont des héros militaires de guerre et rechercher d’autres héros.

00:38:28 Les jeunes gens, oui, les jeunes veulent des icônes, ils souhaitent des gens qu’ils peuvent admirer, respecter, et ainsi les héros militaires correspondent au profil. Mais il y a d’autres héros en qui les jeunes peuvent admirer. Et ils peuvent admirer les gens qui sont contre la guerre. Ils pourraient avoir Mark Twain comme héros, lui qui a parlé contre la guerre des Philippines. Ils pourraient avoir Helen Keller comme héroïne qui a parlé contre la première guerre mondiale, ainsi qu’Emma Goldman. Ils pourraient avoir Fannie Lou Hamer comme héroïne ou Bob Moses, des gens du mouvement pour les droits civiques – ce sont des héros.

00:39:02 Ils peuvent avoir Ron Kovic comme héros, ce vétéran du Vietnam qui est revenu et s’est opposé à la guerre. Il y a tant de héros. Il y Mohammed Ali qui a refusé de combattre au Vietnam. Quel meilleur héros que lui voulez vous ?

Et ils sont là. Je pense qu’il y a moyen de satisfaire le besoin des jeunes pour des icônes, des modèles. Les gens qui ont protesté et les gens qui se sont battus pour l’égalité et la justice et qui ont gagné.

00:39:36 Bien sûr, il y a beaucoup de défaites dans l’histoire, mais également des victoires. Et il faut faire remarquer ces victoires parce que ces victoires montrent que les gens en haut ne disposent pas simplement du pouvoir absolu car leur pouvoir dépend de notre obéissance, n’est-ce pas ? Lorsque cette obéissance est retirée, ils perdent leur puissance.

00:40:00 Les entreprises perdent leur puissance lorsque leurs travailleurs ne leur obéissent plus, lorsque leur travailleurs se mettent en grève. Les entreprises perdent leur puissance lorsque leurs consommateurs n’obéissent pas, et que les consommateurs boycottent leurs livres, leurs produits tout comme les fermiers l’ont fait dans les années 60. Et les gouvernements perdent leur capacité à faire la guerre lorsque la population refuse de les suivre dans la guerre, et que leurs militaires commencent à résister à la guerre, ce qui s’est passé durant la guerre du Vietnam. Donc le pouvoir demande l’obéissance. Lorsque les gens commencent à désobéir, alors ce qui semblait être un pouvoir absolu commence à s’effondrer et les gens se prennent en charge.

Les gens peuvent changer.

00:40:42 Donc je pense que nous devons tous garder toutes ces choses importantes en tête et que les jeunes gens doivent s’en souvenir. Autre chose au passage, peut-être, juste une chose. Les gens changent. Il est important de le savoir car, vous pensez, eh bien, est-ce que les gens peuvent réellement changer leur état d’esprit ?

00:41:01 Oui. Les gens peuvent changer leur état d’esprit. Et à propos, l’élection d’Obama montre qu’il y a des Blancs qui ont changé d’état d’esprit, il a changé, au cours de ces dernières décennies. Obama n’aurait pas pu être élu il y a trente ans, vous savez ça. Des gens ont changé leur état d’esprit. Il n’y avait pas d’état d’esprit à changer pour les Noirs à propos d’Obama. Mais l’état d’esprit de suffisamment de Blancs devait changer. Et habitant dans le sud, étant impliqué dans ces mouvements au cours des sept années où j’y ai résidé, j’ai vu les gens changer.

00:41:34 J’ai vu les Blancs changer. Les gens changent. Eh bien, nous avons tout d’abord vu le pays soutenir la guerre et soutenir Bush, puis quelques années plus tard, les gens ont changé. Ceci nous donne de l’espoir.

Merci

Questions-réponses.

00:42:22 Organisateur : Merci pour tout ce que vous avez fait, merci pour ce que vous êtes et merci d’être avec nous aujourd’hui. Nous allons prendre des questions puis nous irons à la librairie, et nous demandons que si vous voulez vous y rendre, nous essaierons d’y aller aussi vite que possible. S’il y a des questions, il y a un micro à l’arrière par là bas. Et s’il vous plaît, parlez distinctement et identifiez-vous parce que nous ne pouvons pas vous voir avec les projecteurs.

00:42:50 Voix féminine 1 : Très bien, est-ce qu’il fonctionne ? M’entendez-vous ? Je suis le Dr Cynthia Dubois de l’université du Texas et j’aimerais remercier le Dr Zinn pour sa présence et de m’avoir donné le courage d’enseigner durant ces trente dernières années ce que je savais être nécessaire et d’avoir la force d’encaisser les critiques qui vont parfois avec. Ma question est : maintenant que nous – il semblerait que nous ayons un changement radical dans la manière dont les choses se passent, pensez-vous que nous pouvons motiver et continuer de cultiver l’enthousiasme des jeunes pour le changement qu’Obama recommande et appelle continuellement ?

00:43:39 Allons-nous réussir à faire sortir ces jeunes gens, maintenant qu’ils ont voté, à les faire travailler et être les organisateurs de communautés qui vont créer le changement ?

00:43:50 Howard Zinn : Eh bien, c’est, bien sûr la question reste ouverte, mais il y a de bonnes bases pour y répondre de manière positive. Parce que cette élection, contrairement aux élections précédentes, je n’ai pas vu un tel taux de participation pour Kerry et – et Gore, ou Clinton, ou – non. Mais nous avons assisté à une participation enthousiaste de jeunes gens, Noirs et Blancs, dans cette situation. Que nous avons un réservoir d’énergie et d’enthousiasme qui peut – oui, amener le changement qui a été promis dans ce mantra « changer » que nous avons entendu tout au long de la campagne. Mais vous savez, c’est à nous d’encourager tout ça.

00:44:34 Voix masculine 1 : Bonjour Dr Zinn. Mon nom est Nathan et je suis étudiant et je suis juste curieux de connaître votre opinion à propos du collège électoral.

Howard Zinn : Ai-je une opinion à propos du collège électoral ? Bien sûr. C’est ridicule. Oui, je veux dire, le système politique est suffisamment anti-démocratique sans le collège électoral.

00:45:31 Je veux dire, anti-démocratique dans le sens où nous avons seulement deux partis et les autres, vous savez, ne peuvent pas accéder au scrutin, ils n’ont pas accès à la plateforme de débat. Et il y a toutes sortes d’obstacles mis sur le chemin des gens pour voter et s’enregistrer. Vous savez, il y a beaucoup de choses qui ne vont pas dans le système électoral. Mais le collège électoral représente une part importante de ce qui ne va pas et devrait immédiatement être supprimé.

00:46:09 Voix masculine 2 : Bonjour professeur Zinn. Merci infiniment de votre présence parmi nous. Excellente présentation. J’aimerais connaître votre point de vue sur la crise économique. Vous avez critiqué le renflouement.

Howard Zinn: Oui.

Voix masculine 2 : Et, je me demandais ce que vous feriez. Si vous pensez que cette crise économique est aussi grave que celle de 1929 ; si elle a le potentiel de provoquer une dépression et ce que vous feriez à ce propos.

00:46:36 Howard Zinn : Je suis content que vous me posiez cette question car elle sous-entend que je le sais. Et à vrai dire, vous avez raison, je sais. Eh bien, je pense que je sais. Je pense que nous devons réagir à cette crise, et comme vous l’avez dit, c’est une crise qui – qui a certaines caractéristiques communes avec celle de 1929, et nous pourrions bien être en chemin vers une dépression comme nous en avons connue dans les années 30. La chose dont je suis sûr, c’est que donner sept cent milliards de dollars aux institutions financières qui nous ont justement ruinés ne va pas améliorer la situation.

00:47:20 C’est pour cela que j’étais déçu de voir Obama et McCain s’associer pour soutenir ce sauvetage. Pour moi cela représente ce que nous appelions la théorie du ruissellement (NdT: trickle-down). Vous arrosez d’argent le sommet et – mais les gens d’en bas sont ceux qui souffrent. Ce sont eux – et leur déficit de pouvoir d’achat qui cause le problème initial car ils ont tellement souffert de toutes ces années d’inégalités et ils ont perdu encore et encore, pendant que les gens d’en haut continuaient de gagner encore et encore et cet écart n’a cessé de grandir.

00:45:56 Et cet écart énorme, qui dans les années 20 ne cessait de grandir avec Andrew Mellon, le secrétaire du trésor, vous pouvez imaginer à quel point il était égalitaire..

Et donc nous avons cet écart, et les gens en dessous – les traites – vous savez, les gens essaient de payer leurs traites et ainsi de suite, et les gens perdent leur emploi, ils sont ceux qui ont besoin d’aide. Et – et cette idée que l’argent d’une manière ou d’une autre va ruisseler des institutions financières jusqu’à ces gens et résoudre le problème – non. La chose à faire est de prendre ces sept cent milliards de dollars et plus, en fait c’est encore plus qui est en train d’être mobilisé à destination des plus riches, et donner cet argent directement, utiliser cet argent directement pour aider les gens.

00:48:41 Oubliez les banques. Utilisez cet argent pour aider les gens qui doivent payer leurs traites. Utilisez cet argent pour donner du travail aux gens, pour que le gouvernement donne du travail aux gens. Pour que le gouvernement fasse ce que le New Deal a fait, et là nous pouvons nous inspirer de l’expérience du New Deal et Franklin Roosevelt. Qu’ont-il fait ? Ils ont fait face à une crise économique, ils ont fait face au chômage à grande échelle, et le gouvernement a fait ce que, vous savez, aucun candidat démocrate n’a eu le courage de dire car ils ont trop peur d’être accusés d’être en faveur d’un grand gouvernement, ce qui est très amusant quand on y pense.

00:49:20 Qu’est ce qui peut être plus gros que le gouvernement sauvant ces banques ? Voilà un gros gouvernement. Ainsi ils ont peur d’un grand gouvernement donc – mais non. Ce gouvernement doit donner du travail aux gens. Le New Deal a donné du travail a des millions de gens, des millions de gens. Ils ont donné du travail à des centaines et des centaines de jeunes. au lieu de leur donner des armes et de les envoyer se battre par delà les mers, ils leur ont donné des pioches et des pelles et ont construit tout un tas de choses. Ces jeunes gens dans les CCC [Civilian Conservation Corps, Corps Conservatoire Civil, agence fédérale active entre 1933 et 1943 se focalisant pour l’emploi des jeunes, NdT], ils ont construit des aires de jeux et ils ont réparé des ponts, purifié des points d’eau, toutes sortes de choses, planté des arbres et ont fait des choses merveilleuses – donc, oui.

00:50:01 Nous devons utiliser l’argent, l’argent qui finirait dans le sauvetage, cet argent qui pourrait être amassé par des taxes plus élevées sur les super riches, l’argent qui pourrait être amassé en n’étant plus une super-puissance militaire devant dépenser 600 milliards de dollars par an pour sa défense. D’énormes sommes d’argent peuvent être économisées et cet argent pourrait fournir un système de santé gratuit pour tous, pourrait créer des programmes pour l’emploi, pourrait doubler les salaires des professeurs, pourrait fournir l’éducation gratuitement, et supérieure…

00:50:37 En d’autres termes, il faut prendre – je suis surpris qu’Obama n’ait pas étudié le New Deal et Franklin Roosevelt car il résonne encore chez les gens, FDR et le New Deal. Se pencher de nouveau sur eux en tant que modèle et même les dépasser. Nous avons besoin d’un New Deal, et encore plus qu’un New Deal, car nous avons besoin de nous attaquer aux fondements du problème économique.

00:50:59 Le système constitue le fondement du problème économique, le système basé sur le profit, le – oui le système capitaliste, l’entreprise – le système du pouvoir des entreprises. Nous avons besoin d’un système économique démocratique. Pas une bureaucratie centralisée, non, vous savez, parce que dès que vous critiquez le capitalisme, ils disent « Oh, vous voulez le système soviétique ». Non, non. Il existe des choses entre les deux. Il y a – toutes – des nombreuses alternatives, qui pourraient prendre soin des gens mieux que ce que nous en prenons soin maintenant.

Voix masculine 2 : Merci beaucoup.

00:51:36 Voix féminine 2 : Bonjour, Je m’appelle Liz Morrison, je suis coordinatrice des études sociales pour l’école Parkway School District, K – 12, située à St. Louis dans le Missouri, et je suis la mère de 4 enfants âgés de 7 ans, 11 ans, 16 ans et 19 ans. Ma pensée est la suivante. Votre public aujourd’hui est composé de professeurs de maternelle, d’écoles, collège et lycée ainsi que d’autres gens des quatre coins du pays qui sont liés à l’enseignement des études sociales.

00:52:01 Et je pense qu’en tant qu’éducateurs en sciences sociales nous faisons face au défi unique d’essayer de développer la fierté dans notre pays tout en la modérant avec la conscience de ce que veut dire être un Américain. Et j’aimerais bien que vous abordiez cette question ainsi qu’une autre question que je me pose à propos de – vous avez mentionné les héros, et je ne suis pas en désaccord avec vous. Mais je pense que nous avons beaucoup, beaucoup de héros en Amérique, mais je ne pense pas que certains des autres héros devraient être négligés et ainsi, je pense qu’écarter certains de nos héros militaires, n’est pas une bonne chose.

00:52:30 On vient de célébrer la journée des Vétérans en reconnaissant leur service. Un des étudiants, [Josh Eckoff], a été grièvement blessé en Irak et – et Josh croit en son pays et il croit – et je sais ce que vous voulez dire à propos du gouvernement et du pays. Comment pouvons nous aborder cela en tant que professeurs à différents niveaux sans penser – mon fils a six ans, et il a une vue différente de l’Amérique qu’un élève du secondaire ou du lycée à propos de ce que cela veut dire. Donc, merci, et ça m’a rendu très nerveuse.

00:52:58 Howard Zinn : Eh bien, ce sont des questions très importantes. Vous savez, le – oui, des gars vont en Irak, des femmes vont en Irak, reviennent, et ils croient en ce qu’ils ont fait et ils croient s’être battus pour leur pays même si, comme je le crois et comme peut-être eux-mêmes le penseront dans quelques années, ils ne se battaient pas pour leur pays, mais se battaient pour leur gouvernement et les personnes quelles qu’elles soient qui profitent de la guerre Mais quoi qu’il arrive, vous devez prendre en compte ce que les gens ressentent.

00:53:28 Mais il faut admettre leur sentiment et – et bien sûr, il faut se soucier d’eux. Il faut prendre soin des vétérans quand ils reviennent. Vous devez prendre soin des Gis qui sont là bas. Prendre soin d’eux non pas pour les garder là bas mais prendre soin d’eux en les ramenant à la maison, et les sortir de ce truc qui pourrait bien les tuer ou les démembrer. C’est donc un sujet délicat à gérer. Quant à la reconnaissance des héros militaires, maintenant, vous avez parlé de la journée des Vétérans, et j’y pense toujours, n’est-ce pas, parce que je suis un vétéran.

00:54:01 Je suis un vétéran de la Seconde Guerre mondiale. J’étais bombardier dans l’armée de l’air pendant la Seconde Guerre mondiale, et oui, la journée des Vétérans. Mais je ne veux pas que la journée des vétérans célèbre les guerres. Je veux que la journée des Vétérans célèbre un temps ou il n’y aura plus de vétérans. Oui, reconnaissons les vétérans, reconnaissons-les – bien sûr. Les Vétérans – vous savez, les gens qui souffrent, qui ont vu leur amis mourir et qui parfois sont revenus eux-mêmes blessés..

00:54:30 Non, ils méritent d’être reconnus, non pas parce qu’ils se sont nécessairement engagés dans une bonne action, parce que plusieurs de ces guerres n’étaient pas de bonnes actions. Mais, vous savez, les gens, les jeunes gens, peuvent s’engager dans des actions qui ne sont pas bonnes, telles que la guerre du Vietnam ou comme la guerre en Irak, mais il pensaient que c’était le cas – ils pensaient qu’ils – et donc ils – leurs sentiments doivent être reconnus sans excès et sans malhonnêteté concernant le type de guerres auxquelles ils ont participé et dans lesquelles ils ont souffert.

00:55:05 Et donc, vous savez, comme je le dis, c’est un sujet compliqué et délicat. Et en ce qui concerne, vous savez, la commémoration de héros militaires, je ne sais pas à quels héros militaires vous pensez. Mais je ne crois pas que le simple fait d’avoir servi au cours d’une guerre fait de quelqu’un un héros.

Voix féminine 2 : Je pensais à George Washington.

Howard Zinn: Oh, comme George –

Voix féminine 2 : C’est un héros traditionnel dont nous parlons à l’école en cours élémentaire.

00:55:31 Howard Zinn : George Washington. Eh bien, cela nous ramène à la guerre d’indépendance, et je pense que la guerre d’indépendance a besoin d’être ré-examinée. Et je ne veux pas écarter George Washington, mais je pense que les gens devraient avoir une vision plus réaliste de la distinction entre l’élite – les Washington, les Adams, les Madison et les Jefferson – une plus grande distinction entre eux et le reste de la population.

00:56:03 Je veux dire, George Washington, oui, il a été un très bon général, il a été un très bon stratège militaire et ainsi de suite. Il était également propriétaire d’esclaves et réticent à employer des Noirs dans l’armée révolutionnaire, alors que les britanniques, qui n’étaient pas réticents, et on libéré les esclaves qui ont combattus dans l’armée révolutionnaire. Et vous savez, je reconnais volontiers Washington pour son savoir-faire militaire et ainsi de suite, son courage etc.

00:56:36 Je reconnaîtrais également les soldats de son armée, les subalternes, les gens qui se sont mutinés contre lui. Des milliers de soldats qui se sont mutinés contre les officiers, contre Washington, et pourquoi ? Parce que les officiers étaient traités comme des nobles alors que les soldats ordinaires étaient traités comme des chiens, et ils n’étaient pas nourris et il ne recevaient pas leur solde, ne recevaient pas d’habits et ainsi de suite.

00:57:06 En d’autre termes, la guerre d’indépendance est plus compliquée qu’une simple histoire héroïque telle qu’elle est racontée, eh bien, nous avons fait une révolution contre l’Angleterre et tout ce qui concerne la révolution a été héroïque ainsi et tous ceux qui y ont participé – non, c’est plus compliqué que cela. Oui, nous avons gagné notre indépendance au dépend de l’Angleterre. Mais à bien des égards, la révolution est truffée d’éléments en rapport à la différence de classes et, vous savez, les esclaves noirs n’ont pas bénéficié de la révolution.

00:57:43 Et je me souviens pas d’avoir appris, je ne sais pas si c’est encore enseigné ainsi, quand ils parlent de la révolution, indiquent-ils qu’il y a eu les Indiens d’Amérique qui n’étaient pas favorables à la guerre d’indépendance ? Ils n’en n’ont pas bénéficié. Ils y ont perdu, car les Britanniques avaient établi une ligne à partir de laquelle les colons pouvaient entrer en territoire indien, lorsque les colons américains vainquirent l’Angleterre, établirent leur indépendance, ils oblitérèrent cette ligne.

00:58:09 La proclamation de 1763. Et ensuite les colons purent entrer en territoire indien. Du point de vue des Indiens, la révolution n’est pas quelque chose d’heureux. Donc ni du point de vue des esclaves, ni du point de vue des Indiens, ni du point de vue des fermiers et des gens des classes populaires qui ont combattu pendant la guerre.

00:58:32 La révolution n’était pas simplement la chose pure et totalement bénéfique que notre culture, notre histoire, nos films et nos livres de classe décrivent. Et pour que nos élèves apprennent que quelque chose est compliqué plutôt que moralement simple, je pense que c’est une bonne idée de les habituer au fait que les choses sont compliquées.

Voix féminine 2 : Mais ma question se rapporte à un enfant de six ans. C’était ce qui –

Howard Zinn : Oui

Voix féminine 2 : Je veux dire pour un enfant de six ans. Combien de gens ici ont un enfant de six ans ? Oui, désolée, OK.

00:59:05 Howard Zinn : Eh bien, doit-on être honnête avec un enfant de 6 ans ?

Voix féminine 2 : Non, pas – ce n’est pas la question que je pose.

Howard Zinn : Je ne sais pas, j’aimerais que quelqu’un d’autre qui a un enfant de six ans, il doit bien y avoir quelqu’un ici qui a un enfant de six ans, je veux dire, cette question revient très souvent. Donc que peut-on dire à une jeune personne ? Que peut-on dire à un enfant de 6 ans, pouvez-vous dire, vous savez.

00:59:31 Je crois qu’il faut être honnête avec les enfants quel que soit leur âge. Vous pouvez leur dire l’histoire de manière différente et plus simplement, mais je ne pense pas que vous devriez leur dire, des contre-vérités, que ce soit à propos de Christophe Colomb ou George Washington.

00:59:55 Voix féminine 3 : Bien. Bonjour Dr. Zinn, merci d’être venu aujourd’hui, et il y a beaucoup de questions que j’aimerais vous poser, mais je me limiterai à une seule : le financement des campagnes. Nous somme tous d’accord que c’est devenu totalement hors de contrôle, mais que peut-on faire à ce sujet ?

Howard Zinn : je pense que nous devons dépenser plus d’argent pour les élections. Non, je suis désolé non, vous avez absolument raison. Le financement des campagnes est totalement hors de contrôle, les élections ne devraient pas être basées sur celui qui a réussi à lever le plus de fonds.

01:00:28 Il devrait y avoir des financements publics disponibles pour les candidats, et pas seulement pour les partis majeurs mais également pour les autres partis, et il ne devrait pas y avoir de situation où celui qui a le plus d’argent se retrouve avec le plus de temps d’antenne à la télévision et donc les plus grandes chances de victoire. Donc oui, le financement des campagnes, un sujet très sérieux.

Merci.

Organisateur : Merci beaucoup. Nous nous reverrons à Atlanta. Nous serons à la librairie pour des dédicaces.

Source : Zinn Education Project, Howard Zinn, le 20 janvier 2011.

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

14 réponses à [Vidéo] Howard Zinn parle aux professeurs de sciences sociales

Commentaires recommandés

Duracuir Le 02 décembre 2017 à 10h08

A propos du “4”, c’est d’autant plus vrai que grâce à Bush, vu la difficulté de trouver des américains voulant bien aller se faire trouer la peau pour des intérêts qui ne sont pas les leurs, maintenant, aux USA, c’est légion étrangère pour tous. Les effectifs d’étrangers ne cessent d’augmenter. Comme sous l’empire romain au 2e siècle…

  1. Raphaël Le 02 décembre 2017 à 06h44
    Afficher/Masquer

    Tout ça me rappelle mes collègues qui continuent à soutenir mollement Macron alors qu’ils savent très bien qu’ils se sont fait enfumés.

    Sur le 11 septembre, fort de ne pas parler de l’Arabie Saoudite, même à l’époque. C’est un universitaire tout de même !

    Sinon j’ai noté une erreur factuelle : tout le monde sait que c’est l’ignoble Trump qui a construit le mur avec le Mexique et non Obama.


  2. François Lacoste Le 02 décembre 2017 à 08h51
    Afficher/Masquer

    Pour un fois “l’ignoble” (Si vous me permettez, attention au adjectifs que nous employons. Nous pourrions facilement devenir ignobles nous même.) TRUMP n’est pas concerné par la décision de construction, pas plus que par le début de cette construction.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Barri%C3%A8re_entre_les_%C3%89tats-Unis_et_le_Mexique


    • Raphaël Le 02 décembre 2017 à 09h17
      Afficher/Masquer

      Il va sans dire que c’était de l’ironie de ma part concernant Trump et le fumeux mur.


  3. Fritz Le 02 décembre 2017 à 09h13
    Afficher/Masquer

    Je suis très, très mitigé après la lecture de cette conférence (un grand merci aux traducteurs).

    1) “Les Noirs” pris comme un bloc, forcément dans le camp du peuple dont se réclame H. Zinn ?
    2) Utiliser Obama comme un pion sur l’échiquier (la conférence a été prononcée peu après son élection) ? Comme Lincoln, celui qui a aboli l’esclavage dans les pires conditions qui soient, en menant une guerre totale contre le Sud ? La suite de l’histoire montre QUI a manipulé Lincoln et Obama, quelles que fussent leurs intentions. Ce n’est pas vraiment le peuple.
    3) “Oui, nous avons gagné notre indépendance au dépend de l’Angleterre” : qui donc, “nous” (“We, the people” comme dit leur sacro-sainte constitution ?). Pas seulement quelques méchants Blancs, méchants parce que Blancs, méchants parce que riches : mais les colons anglais d’Amérique. 1776, c’est comme si les colons français d’Algérie avaient proclamé les États-Unis d’Algérie, en accusant la métropole de soutenir “les Arabes sauvages et sans pitié” du FLN (“The merciless Indian savages”, dit la Déclaration d’indépendance).

    Qu’il le veuille ou non, Zinn est l’héritier de ces colons.

    4) “le soldat envoyé en Irak n’a pas les mêmes intérêts que le président qui l’envoie en Irak”. Mais pour le résistant irakien des années 2003-2008, abattre le soldat US qui agresse et occupe son pays, c’est le seul moyen d’atteindre Bush et Cheney.


    • Duracuir Le 02 décembre 2017 à 10h08
      Afficher/Masquer

      A propos du “4”, c’est d’autant plus vrai que grâce à Bush, vu la difficulté de trouver des américains voulant bien aller se faire trouer la peau pour des intérêts qui ne sont pas les leurs, maintenant, aux USA, c’est légion étrangère pour tous. Les effectifs d’étrangers ne cessent d’augmenter. Comme sous l’empire romain au 2e siècle…


  4. christian gedeon Le 02 décembre 2017 à 09h53
    Afficher/Masquer

    ” Sciences ” et “sociales “…cherchez l’erreur. C’est du même tonneau que “sciences économiques”.Pour le reste,exceptionnalisme américain ou pas,c’est le même baratin que ses alter ego français ou de n’importe quelle nationalité. Du Monsieur Jourdain.


  5. Duracuir Le 02 décembre 2017 à 10h04
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce magnifique boulot de traduction, de transcription et de minutage. Génial.


  6. some Le 02 décembre 2017 à 12h41
    Afficher/Masquer

    Discours de 2008 (https://zinnedproject.org/2011/01/howard-zinn-talks-to-social-studies-teachers/), 9 ans plus tard, malgré tous les efforts populaires (ex les crises), j’ai le sentiment que rien n’a changé.

    Je m’inquiète sincèrement à l’idée que ceci soit considéré comme un discours de référence pour entrer dans l’attitude critique que mr zinn souhaite de ces vœux pour le changement advienne (idée avec laquelle je suis en désaccord, mais c’est trop long pour la boite a com).

    Je crois qu’il faut cesser de se bercer d’illusions avec ce genre d’idées (le changement collectif par le changement individuel pour une “meilleure” société). il faut reconnaître la constante de ces individus, le besoin d’accaparement de richesses pour subsister, ce qui de facto exclue une remise en cause plus profonde.

    BREF, regardons factuellement ce qui est advenu du mouvement écologiste, + 50 ans existence, bonne pénétration populaire, ZERO RESULTATS. (désolé de faire le cassandre..)


  7. Brigitte Le 03 décembre 2017 à 07h49
    Afficher/Masquer

    Merci pour la traduction. J’ai failli ne pas lire l’article par allergie chronique à la puissance douce (Allo la terre, ….ici Houston! ) et finalement je ne regrette pas de m’être forcée au départ. Propos clairs et honnêtes, comme devraient l’être ceux de tout intellectuel engagé, ils appellent à réfléchir, enfin souhaitons-le, au moins ceux qui y sont prédisposés. Bien que la discussion pourrait porter sur un grand nombre d’idées, j’en tire juste une (au hasard?) de la boîte: le patriotisme.
    Le patriotisme c’est défendre son pays mais pas forcément son gouvernement. Les français devraient méditer ça, eux qui pour la plupart, n’aiment ni leur pays ni leur gouvernement. Le patriotisme, ça commence à l’école, en développant la fierté, en fabricant des héros, hé oui. Hélas, nos héros sont tous américains….
    Je vais quand même me raccrocher à une autre idée de l’exposé ” les gens changent, leur état d’esprit change, il y a de l’espoir ” ….


  8. Beliou Le 03 décembre 2017 à 08h13
    Afficher/Masquer

    Howard Zinn est le pire de ce que le gauchisme a « offert » au monde. La haine entre communautés qui pourrit la vie publique américaine et qui commence maintenant à pourrir celle en France (par la formation des « élites » françaises à cette idéologie de division venant de Berkeley) en ramenant les gens à leur couleur de peau ou à leur religion est le fruit de son travail de destruction de la civilisation heleno-chrétienne rendue responsable de tous les maux de la terre. Dinesh D’Souza dans son dernier documentaire a très bien expliqué comment cet homme a littéralement détruit la gauche en réduisant son combat à une lutte entre les minorités et l’homme blanc.

    40 ans plus tard on voit maintenant des gauchistes, abreuvés à l’ideologie Zinn, sur les campus américains expliquer que « L’homme blanc est raciste à cause de son ADN », ou que « le point de vue d’un homme hétérosexuel blanc ne vaut rien », ou encore que « Donald Trump et Hitler c’est la même chose » et ce ne sont que 3 exemples des folies que propagent ses disciples auprès des jeunes générations. Les exemples sont pléthores.

    J’espere que votre post n’est pas un soutien intellectuel à ce terroriste dont les descendants intellectuels nous ont amené à une presque guerre civile ethno religieuse dans tout l’occident.

    Cordialement


    • Jérôme Le 03 décembre 2017 à 10h53
      Afficher/Masquer

      Faites donc le tri donc les écrits et propos de Zinn pour les expurger de leurs travers gauchistes, communautaristes ou autres qui vous déplaisent.

      Je ne peux que vous recommander sa People’s history of the United States. N’en retenez que les faits.

      Et vous aurez une des descriptions parmi les plus vraies de ce que sont les USA et de ce qu’ils ont toujours été, hormis de brèves périodes où le carcan kleptocratique a pu être desserré.

      Les USA sont un enfer institutionnalisant la loi du plus fort et ils l’ont toujours été.

      Et si vous en doutiez, cherchez donc le mot « démocratie » ou le mot « démocratique »  dans la constitution des USA.


      • Beliou Le 03 décembre 2017 à 12h56
        Afficher/Masquer

        Je parle justement de ce livre qui est le sommet du mensonge, c’est un véritable torchon qui a détruit le cerveau de toute une génération qui se retourne maintenant contre le monde occidental et participe à sa destruction pour expurger des fautes imaginaires


      • Beliou Le 03 décembre 2017 à 13h05
        Afficher/Masquer

        Par ailleurs vous ne répondez pas à mes points. Les racistes et fascistes qui se baladent maintenant sur les campus et qui 1) empêchent les autres points de vue de s’exprimer 2) généralisent les maux de la société aux faits de l’homme blanc sont tous issus de son école de pensée.


      • Jérome Le 03 décembre 2017 à 13h15
        Afficher/Masquer

        Si je vous ai répondu, mais ma réponse n vous plaît pas, ce qui n’est pas la même chose.

        Ce livre de Zinn n’est pas le sommet du mensonge. Il rassemble et relie des faits incontestables. Les préconisations à usage politique present ou futur, c’est autre chose.

        Hitler, qui n’était pas un gauchiste et qui vivait avant que Zinn n’écrive avait parfaitement compris ce qu’étaient les USA et ce qu’ils avaient accompli. Il les admirait pour cet “accomplissement”.

        Et ce qu’il souhaitait faire pour l’Allemagne, c’était ce que les anglo-saxons (pour lui des cousins de la grande race germanique-aryenne, génétiquement destinés à être les alliés des allemands) avaient accompli avec les amérindiens. Sauf que les amérindiens, pour le 3ème Reich, étaient en Europe et qu’ils s’appelaient les slaves. Les slaves qui étaient destinés à être colonisés, expulsés plus à l’est, réduits en nombre par la famine organisée et, pour la minorité qui resterait, réduits en une forme d’esclavage au service de la race des seigneurs.


Charte de modérations des commentaires