Les Crises Les Crises
18.décembre.201718.12.2017 // Les Crises

[Vidéo] Les gangsters de la finance, par Arte

Merci 368
J'envoie

Source : Arte plus 7, Jéröme Fritel, 11-12-2017

Blanchiment, fraude fiscale, corruption, manipulation des cours… : depuis la crise de 2008, la banque HSBC est au coeur de tous les scandales. Cinq ans après leur film sur Goldman Sachs, Jérôme Fritel et Marc Roche passent au crible cet empire financier au-dessus des lois. Créée à Hong Kong, il y a un siècle et demi, par des commerçants écossais liés au trafic d’opium, HSBC (Hongkong and Shanghai Banking Corporation) n’a cessé de prospérer en marge de toute régulation. Aujourd’hui, la banque britannique à l’ADN pirate incarne à elle seule les excès et les dérives de la finance internationale. Blanchiment de l’argent du crime – celui des cartels de la drogue mexicains et colombiens –, évasion fiscale massive, corruption ou manipulation du cours des devises et des taux d’intérêt : depuis la crise de 2008, ce géant a été mêlé à de nombreux scandales avec régularité et en toute impunité.

Car l’opaque HSBC, experte en sociétés-écrans, dont les coffres débordent d'argent liquide déposé par ses clients discrets et douteux, est devenue “too big to jail”, “trop grosse pour aller en prison”. La banque, riche de quelque 3 000 milliards de dollars, s’en tire chaque fois avec des amendes dérisoires.

Trait d’union entre l’Orient et l’Occident, elle sert aussi désormais de pipeline pour les centaines de milliards d’euros de capitaux chinois partant à la conquête des marchés occidentaux : HSBC navigue aujourd'hui sous pavillon rouge. Nouvelles menaces Cinq ans après “Goldman Sachs “”– La banque qui dirige le monde”, Jérôme Fritel et Marc Roche plongent dans les arcanes d’un empire tentaculaire qui se cache derrière sa vitrine de banque de détail britannique.

De Hong Kong aux États-Unis en passant par l’Europe, cette édifiante enquête révèle non seulement l’ampleur ahurissante des malversations commises par HSBC, mais éclaire aussi – avec une remarquable limpidité – les menaces qui se profilent sur la stabilité financière mondiale, dix ans après la crise des “subprimes”.

Documentaire de Jérôme Fritel (France, 2016, 1h30mn) ARTE F

Source : Arte plus 7, Jéröme Fritel, 11-12-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

patrickluder // 18.12.2017 à 09h07

Laissez-moi rigauler : ” … ,mêlées à des des organisations terroristes ou des dictatures, comme la Corée du Nord ou la Syrie …”

En moins de 30 secondes on a déjà compris ou veut en venir cette émission … désigner un coupable à combattre pour la gabegie mondiale, et donc dédouaner notre économie suicidaire de tous les jours !!!

44 réactions et commentaires

  • rolland // 18.12.2017 à 06h46

    Encore un documentaire qui va être dur à encaisser pour nous !

      +12

    Alerter
  • isidor ducasse // 18.12.2017 à 07h28

    Rien que le titre est un pléonasme !
    Ces mêmes financiers qui sont les architectes de la construction européenne.

      +23

    Alerter
    • LBSSO // 18.12.2017 à 08h25

      Oui d’ailleurs Roland Veillepeau , ancien Directeur National des Enquêtes Fiscales en France ( promu Conservateur des hypothèques honoraire….) , qui témoigne à plusieurs reprises dans cette enquête, écrit sur son blog en utilsant des arguments de droit:
      “Pourquoi le Parquet Financier national refuse t’il de s’attaquer aux dirigeants étrangers qui pillent nos finances publiques ? Le PNF, si rapide à dégainer et si sensible aux fraudes complexes, ne veut pas poursuivre les personnes étrangères, et notamment les ministres des finances, qui ont systématiquement mis en place dans leur pays des dispositifs d’optimisation fiscale pour des français”.
      Et de citer les Ministres de Malte,du Luxembourg, d’Irlande,etc. …
      https://blogs.mediapart.fr/roland-veillepeau/blog/060617/pourquoi-le-parquet-financier-national-ne-s-attaque-pas-aux-dirigeants-etrangers

        +25

      Alerter
      • Chris // 18.12.2017 à 10h22

        Pourquoi ?
        Parce qu’ils se tiennent tous par la barbichette !
        L’état de droit ne sert qu’à réprimer les “petits”.

          +32

        Alerter
        • some // 18.12.2017 à 11h11

          ce film me fait penser à votre remarque
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Snowpiercer,_le_Transperceneige

          Il a l’avantage de ne pas être intellectuellement inabordable……………….. c’est triste de se rattacher à cela, mais ayant eu la chance d’assister à l’engouement français pour des futilités perverses tels que l’élection de miss france, je crois bien qu’il faille en passer par là.

            +2

          Alerter
          • rolland // 20.12.2017 à 03h22

            Oui il n’est pas faux que l’on peut ressortir un peu frustré de ce film, car personnellement je comprend où est-ce qu’il veut en venir mais pour avoir un brin de compréhension supplémentaire, je crains qu’il faille en voir d’autres disons, plus sérieux et plus précis !
            Au vu de ce que ce film délivre, il semble que quarante cinq minutes auraient suffi pour en arriver aux mêmes conclusions, à croire qu’il a été fait sur le schéma d’un blugbuster américain : j’aurai presque pu m’endormir…

              +1

            Alerter
      • Barbier // 18.12.2017 à 18h03

        C’est vrai qu’être muté d’office au conservatoire des hypothèques, cela ressemble vraiment à un joli placard doré sur tranche.(Bien ennuyeux au possible).HSBC fondé par des écossais sur la base du fameux trafic d’opium étatique de l’Angleterre. Franchement un état qui organise le trafic de drogue parce que cela rapporte et fait la guerre à la chine (concession de hong-kong pour 99 ans suite à la défaite chinois) car la classe dirigeante chinoise voit les dégâts de cet opium sur sa population en général et veut interdire les exportations anglaises, c’est même pas immoral, c’est hyper dégueulasse.
        Je trouve vraiment que les chinois today sont sympas car ils pourraient être un tout petit peu rancunier.
        Peut-être que le confucianisme les modérera toujours quelque peu dans leur appétit économique. Je peux me tromper mais chez eux, tu ne réussis pas dans les affaires car tu es bénis des dieux comme dans une certaine religion protestante. Mais parce que tu bosses ou que tu as de solides appuis/relations.Ce qui est quand même plus terre à terre et plus “humain” finalement. :o)

          +9

        Alerter
  • es6p // 18.12.2017 à 08h58

    pas un mot sur la BRI ni sur les paradis fiscaux anglo-saxons… à croire que HSBC n’a aucun lien avec eux ! les affaires continuent…

      +23

    Alerter
    • LBSSO // 18.12.2017 à 11h39

      Ce film a été écrit par J Fritel et M Roche (générique de fin à 1h26mn39s).

      Ces deux mêmes personnes sont les auteurs du documentaire ,qui à l’époque avait connu un succès certain : ” Goldman Sachs. La banque qui dirige le monde” .

        +7

      Alerter
    • fanfan // 18.12.2017 à 15h30

      L’accord de Bâle IV prévoit de laisser indemnes les banques européennes. Ce recul signe le renoncement à toute réelle transformation des pratiques des banques. L’accord était à peine signé que la Commission européenne se félicitait. Pour François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, “cet accord présente trois caractéristiques essentielles : il est équitable, raisonnable et définitif”. Le monde bancaire est tout aussi élogieux, elles vont pouvoir augmenter à nouveau leurs dividendes…
      http://www.cadtm.org/Regulation-bancaire-la-reforme-est

        +10

      Alerter
  • patrickluder // 18.12.2017 à 09h07

    Laissez-moi rigauler : ” … ,mêlées à des des organisations terroristes ou des dictatures, comme la Corée du Nord ou la Syrie …”

    En moins de 30 secondes on a déjà compris ou veut en venir cette émission … désigner un coupable à combattre pour la gabegie mondiale, et donc dédouaner notre économie suicidaire de tous les jours !!!

      +74

    Alerter
    • Draco // 18.12.2017 à 18h52

      C’est comme l’émission “Envoyé spécial” d’Elise Lucet sur les ransomwares. Le coupable est probablement la Corée du nord d’après les enquêteurs …
      Quelle coïncidence troublante, le coupable est déjà trouvé, il faut intervenir au plus vite !

        +12

      Alerter
      • L’illustre inconnu // 20.12.2017 à 09h41

        En effet c’est d’un pathétique, on voit tout de suite que derrière se cache la “finesse” US.

          +3

        Alerter
  • Lysbeth Llevy // 18.12.2017 à 09h17

    c’est très bien de nous avoir présenté les méfaits des banques dont celle ci HSBC mais quand à changer les choses ça va être plus dur ..Car les autres banques font elles mieux ? Déjà “Lehman Brothers” a chuté en spéculant sur le “greenwashing”, mais quand est il des autres banques ? Bien sur qu’HSBC “lave la finance” sale, mais c’est un fait connu depuis pas mal de temps, celle du Vatican lavait bien plus blanc toutes les sales affaires en lien avec la mafia italienne. On parle de cette banque uniquement mais qu’en est il des autres ? Cela va t’il changer quelque chose d’avoir fait ce film ? Déjà qu’on ne peux critiquer “Rottschild” sans avoir un un “point Godwin” a trainer ou subir, ça va être dur d’accuser les banques des plus grosses malversations.

      +26

    Alerter
    • Chris // 18.12.2017 à 10h25

      Il y a cohérence : Arte fête à sa manière le Brexit ! Sans oublier une pincée pour Al Assad et Kim Jong. Je m’étonne que Poutine n’aie pas été cité, ni un Maduro et Castro.

        +37

      Alerter
    • LBSSO // 18.12.2017 à 13h16

      “Je m’étonne que Poutine n’aie pas été cité, ni un Maduro et Castro”.

      Pour qu’un message imprime ,il faut qu’il soit simple.
      Dans ce reportage , la cible est la Chine qui a instrumentalisé HSBC. Et donc ;par ailleurs quand @Lysbeth Llevy écrit que le reportage “présente les méfaits des banques dont celle ci HSBC ” , et que “ce film ne change rien” “elle” n’évoque que la moitié du sujet abordé.
      Le petit passage sur “la Corée et la Syrie” tend à montrer qui sont les sources de ce reportage.Un autre moment est risible quand la voix off note que les américains ont, eux, réussit à condamner HBSC à une forte amende ,contrairement aux Suisses (et à cette Europe bruxelloise impuissante,j’ajouterais).

      Ceci étant, compte tenu du niveau des témoins présents dans ce reportage (dont certains ont été retournés à l’époque ) , il est possible sensément de deviner quels ont été les facilitateurs et informateurs. Comment faire autrement pour y avoir accès et réaliser un tel document ?

      Toutefois,en connaissant les déterminants de ce reportage ,on peut en citoyen libre en tirer l’essentiel (très spinoziste comme commentaire 🙂 )

        +7

      Alerter
      • tepavac // 18.12.2017 à 18h10

        “,en connaissant les déterminants de ce reportage ,on peut en citoyen libre en tirer l’essentiel”

        1- le reportage montre une contradiction, la sanction Américaine ridicule par rapport aux sanctions qu’on subit les entreprises Française, notamment notre industrie lourde et nos finances qui n’ont pas été sanctionnées mais tout simplement confisquées pour certaines.

        Le “droit Américain” se justifie en évoquant la corruption, néanmoins ce droit impérial n’est pas gêné lorsque leur propres entreprises “s’invitent” dans les économies étrangères à la pointe de l’épée et sur un tapis de cadavre. Fils Beiden en Ukraine, la clique à Bush en Irak…

        2- il semble que la seule chose qui puisse nous prémunir d’une telle puissance (nuisible) soit une communauté de Citoyen forte, souveraine dans ses lois, et dans un Etat fort, souverain, c’est à dire indépendance énergétique, puissance militaire, éducation supérieure et surtout aux mœurs politiques saines.
        Ce qui évidement n’est plus notre cas.

          +21

        Alerter
  • Okkoh // 18.12.2017 à 10h14

    Cette vidéo est du plus bel effet après la vidéo d’Olivier sur Bitcoin, sa bulle, son anonymat, son argent sale tout ça… Noir c’est noir…

    😀

      +1

    Alerter
  • some // 18.12.2017 à 10h14

    Si ceci est la preuve de l’incapacité des gouvernements à influer sur le monde, alors, il faut accepter l’idée qu’il ne peut y avoir qu’un seul moyen de se prémunir.
    Sortir de ce système.

    En admettant que “incapacité des gouvernements à influer sur le monde” signifie que les gvt ne sauront pas capable de rediriger l’argent vers les projets nécessaire à notre prospérité.
    Au delà des cries d’orfraies sur la malhonnêteté des uns ou des autres, c’est l’enjeu plus crucial de nos sociétés dont il est question.

    Le système dont nous sommes les constituants, prétendument démocratique, égalitaire, libre, nous mène à notre perte par ses dynamiques intrinsèque et comme nous le constatons dans ce doc par son aversion profonde au changement.

    Bien sur, ce genre d’idées nous font jouer le jeu individualiste des plus riches d’entre nous, mais lorsque le volant est cassé et ne répond plus, il n’y a pas d’autres solutions que de s’arrêter et de sortir.

    Bref, mis à part pour quelques bobos parisiens, j’ai quand même envie de dire ceci en stéréo technicolor https://www.youtube.com/watch?v=XYXuK08WJCU

      +4

    Alerter
  • Bordron Georges // 18.12.2017 à 10h21

    Télé = propagande et manipulation! Rien n’est complètement vrai, tout est truqué. Hier en cours de zap, je vois un titre: ”Macron arrivera-t-il à mettre la France au travail”.
    Ce matin en passant dans une rue, je vois des travaux sur une maison de retraite avec des ouvriers et des voitures immatriculées en Roumanie.
    Quand on vit dans cette ville sinistrée par la régression industrielle et le chômage, on comprend d’un coup.

      +35

    Alerter
  • Roger // 18.12.2017 à 10h57

    HSBC ne peut faire tout cela qu’avec la complicité de toutes les Banques de ce type (autant dire presque toutes). Mais aussi avec la complicité des législateurs qui ont ouvert les vannes de la dérégulation au nom de l’idéologie grossière de la libération de la main invisible du marché…
    Comme Journal Le Monde, Arte à besoin d’exposer une certaine audace de dénonciation pour maintenir de la crédibilité . Et ça marche, parce que j’entend de plus en plus souvent qu’Arte est la moins pourrie des TV…Et puis attaquer une seule marque ça doit arranger la concurrence…Bon, ça, pour avoir des annonceurs…

      +24

    Alerter
  • Un_passant // 18.12.2017 à 10h58

    De toute façon, d’ici trente ans (ou moins), on risque d’avoir un terrible problème de ressources naturelles, tant minérales qu’alimentaires. On va être incapable de répondre à la demande de la classe moyenne mondiale avec une population de 9 à 10 milliards d’habitants tant c’est gourmand en ressources.
    Il faudrait convertir en moins de vingt ans l’intégralité du parc énergétique mondial en centrales au thorium pour être capable d’affronter la demande en énergie, exploiter la lune pour les ressources minérales (c’est la source “externe” la plus proche) et il reste un problème gigantesque pour les ressources alimentaires et en eau potable. On pourra nourrir la population mondiale, mais pas en suivant le modèle des années 1960-2000.
    Les énergies renouvelables? Leur mise en oeuvre repose sur le pétrole, l’acier et le lithium; le silicium et les terres rares pour la partie informatique.
    Les dérivés des nanotubes de carbones comme alternative? Si la source n’est plus le pétrole.

      +6

    Alerter
    • some // 18.12.2017 à 11h07

      je vous invite à vous nourrir de ce travail https://www.youtube.com/watch?v=2JH6TwaDYW4 et ceci https://www.youtube.com/watch?v=FxI0QU8So1U&feature=youtu.be&t=1h5m33s

      Au regard de ces deux interventions, je crois que la déplétion des ressources est d’un ordre moins imminent que la déplétion énergétique dans notre pays.

        +2

      Alerter
      • Un_passant // 18.12.2017 à 11h27

        La question n’est pas l’existence des ressources; le problème est à un autre niveau : c’est simplement impossible de concilier la préservation de l’environnement et l’exploitation de ressources comme le lithium qui est actuellement le matériaux le plus performant existant pour les batteries.
        La question, c’est la contradiction entre l’exploitation des ressources et la préservation de l’environnement. On pourrait faire, mais il faudrait mobilier un montant tel qu’il semble plus réaliste d’exploiter la lune… sans mauvais jeu de mot.

          +6

        Alerter
        • some // 18.12.2017 à 11h48

          vous êtes à un niveau de prise de décision stratosphérique, beaucoup trop fondamentale, bien que, je le précises, vous avez tout à fait raison, sur le papier.

          cependant, pour faire court, les longues vues à 50 ou 100 ans vous empêchent d’apprécier le gouffre qui s’ouvre sous nos pieds.

            +3

          Alerter
          • Genuflex // 20.12.2017 à 07h34

            Je comprends votre observation. Cependant, je pense également que le changement à opérer n’est pas dans la manière de produire de l’énergie ou d’extraire les ressources plus efficacement (ce qui serait la continuation du processus en cours), mais dans la manière d'”habiter la terre”.

            L’humanité est actuellement dans un processus suicidaire. Sommes nous en mesure de nous adapter pour habiter cette terre durablement ? Rien n’est moins sur dans le monde occidental, qui, même du côté des contestataires, refuse de considérer notre mode de vie actuel comme une exception historique type “orgie avant la chute de l’empire romain”.

              +5

            Alerter
  • Fabrice // 18.12.2017 à 11h00

    Ce que nous savions et que cette confirmer c’est que les mafias financières ont pris le pouvoir, elle sont au-dessus des gouvernements, mettez vous en travers de leur chemin à l’image des lanceurs d’alerte de Luxileaks et vous serez broyé.

    La messe est dite, seul l’effondrement du système permettrait de remettre à plat mais alors le prix à payer sera phénoménal et l’Argentine ainsi que la Grèce passeront pour une triste plaisanterie en comparaison.

      +29

    Alerter
  • Libvert.fr // 18.12.2017 à 11h32

    Pour apporter une petite note optimiste, il n’est pas dit dans ce documentaire d’Arte, quel est le pourcentage estimé des fraudes par rapport à la finance ‘honnête’.

    Je lance un chiffre au hasard : Et si le montant total des fraudes n’était que de 3% ?
    (ce qui ne serait pas une raison pour ne pas lutter contre, mais plutôt apprécier cet indice : https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_liberté_économique)

      +3

    Alerter
    • some // 18.12.2017 à 11h49

      et donc ? Quelle est la note d’optimisme ?

        +3

      Alerter
    • Fabrice // 18.12.2017 à 12h41

      Le problème en plus des fraudes c’est que la finance est hors de contrôle et contrôle les gouvernements (on voit le nombre de dirigeants de pays où ou au niveau européen) Qui sont des ex financiers en capacité de travailler pour ce type d’intérêt au lieu des citoyens, dérégulant à tout de bras rendant légal ce qui ne devrait pas l’être .

        +17

      Alerter
    • raloul // 18.12.2017 à 18h22

      HuiBonjour !

      Je me permets de lancer aussi un chiffre au hasard: et si la finance «honnête» ne représentait que 3%?

      C’était la note de pessimisme, histoire de donner le change.

      Sinon, petit détail qui me surprend dans ce documentaire, il n’y a presque rien concernant la monnaie «locale» de Hong-Kong. Alors qu’il me semble que c’est l’une des rares monnaies dont les billets et pièces sont émises directement par les banques commerciales, sauf erreur de ma part.

        +3

      Alerter
  • svl // 18.12.2017 à 12h54

    J’ai rien appris depuis 2005 avec ce reportage.

    A si, une chose que je peux disposer de toute la discretion de HSBC et faire comme tout le monde…

      +5

    Alerter
  • some // 18.12.2017 à 13h14

    si on peut métaphorer en comparant la valeur de ces idées à la valeur du bitcoin, il me semble que l’on se situe quelque part entre 2006 et 2008. Le crédo à l’époque était HOLD HOLD HOLD, et ils ont eu raison.

    Ne perdez pas espoir, croyons dans nos constats, et agissons en conséquence.

    Même si putain dieu que c’est dur…

    edit: petite erreur je voulais répondre à svl….

      +1

    Alerter
  • Julien // 18.12.2017 à 13h37
    • LA ROQUE // 18.12.2017 à 14h17

      Tous les gouvernements se couchent devant le pouvoir exorbitant des banques et des grands groupes.
      Comment se fait t’il que ces banques puissent encore excitées ? Comment se fait t’il que les grands groupes puissent fuir l’impôt à travers l’optimisation fiscale ce qui pour moi est de la fraude ni plus ni moins.
      Oui les gouvernements laissent les états se vider de leur sang au profit de la financiarisation de nos économie mais ils bombent le torse lorsqu’il s’agit de s’en prendre au plus précaires. Lois Hartz pour l’Allemagne par ex ,”chasse” au chômeurs en France. Ils se gargarisent lorsqu’ils prennent des mesures pour sauver la sécurité sociale,alors qu ils procèdent à des coupes budgétaires. Bref preuve que nous sommes bien dans une ploutocratie…

        +10

      Alerter
  • Vincent P. // 18.12.2017 à 14h10

    “Les gangsters de la Finance” : c’est certes un titre éloquent.

    “Jean-Claude Juncker” : un titre moins bankable, j’imagine. Ou ça faisait un pléonasme ?

      +7

    Alerter
  • léon // 18.12.2017 à 15h03

    Je n’aime pas ce genre de documentaire réquisitoire, à coup d’affirmation sans étayer avec des éléments concret, montrer qui sont les méchants et leur cracher dessus parce qu’ils sont méchant, sans même expliquer le mécanisme et les fonctionnement, les origine sociaux culturel etc

    avec un panel d’expert choisi devant attesté le discours du narrateur.

    Aussi vrai que cela soit, cette méthode est discutable, et on ne changera pas les choses en faisant des bouc émissaire et des docu inquisition chargé de pointé l’immoralité des banques.

    En attandant quelles solution?

    Il n’a pas l’aire d en proposer

      +5

    Alerter
  • caliban // 18.12.2017 à 15h14

    Documentaire intéressant, qui nous permet de comprendre que HSBC est à l’économie ce que Monsanto est à l’agriculture. Un poison.

    Par contre j’ai eu un peu de mal avec le montage, consistant à mettre bout à bout des extraits d’interviews de plusieurs dizaines d’intervenants. Cette juxtaposition donne le sentiment que les témoignages ont tous la même valeur alors que certains intervenants sont des corrompus maniant la langue de bois tandis que d’autres sont des observateurs engagés dans la lutte contre la corruption.

    Bref, un bel objet audiovisuel mais l’esthétique de la narration prend parfois le pas sur l’investigation. Peur du procès ?

      +9

    Alerter
  • Leila // 18.12.2017 à 20h59

    Ce qui est sympa, c le coté si familier du discours….sans suite of course !
    L’intervention du député PC a le mérite d’être plus fun et n’exclu personne…Gibraltar, les îles anglo-normandes, les Bahamas…
    Et qui à l’origine de ce monde de spéculateurs ?
    Les Chinois ???

      +6

    Alerter
  • fanfan // 18.12.2017 à 23h43

    Á PARAÎTRE le 20 décembre, la suite (très attendue) de “La pensée dure du grand timonier mou”, manuel pédagogique illustré et guide spirituel de Pensée Complexe sous la direction de Viktor Yougov …
    http://www.librairie-tropiques.fr/2017/12/a-paraitre-bientot-la-suite-tres-attendue-de-la-pensee-dure-du-grand-timonier-mou.html

      +8

    Alerter
  • Christian Gedeon // 19.12.2017 à 06h47

    Oui,et alors? Je veux vraiment dire et alors? Blanchit l’argent de la drogue et des autres trafics dont la traite humaine ,les imitations des grandes marques et les bénéfices produits par les surexploités des pays “émergents”? Oui,et alors? Et qui génère ces bénéfices occultes et moins occultes sinon les consommateurs finaux? Qui ont des “droits à tout” et qui veulent tout pour rien? Qui achète la drogue? Qui va “aux putes” en esclavage? Qui achète des fringues fabriquées dans des usines pleines d’enfants? Qui se demande d’où vient le coltan si indispensable? Qui part en vacances pour trois euros six cents “all inclusive” servi par les si gentils autochtones?oh les vilaines questions,n’est ce pas?

      +9

    Alerter
    • tepavac // 19.12.2017 à 13h05

      C’est tout le paradoxe de la situation, et pour tout dire de l’être “humain”.
      D’un coté il y a le Citoyen qui parle avec sagesse et en intelligence avec ses pairs, et de l’autre il y l’humain qui agit avec ses émotions, pour ne pas dire avec ses instincts.

      L’un se préoccupe du bien commun, de son environnement, de l’avenir, tandis que l’autre agit dans l’instant pour étancher sa soif d’exister au milieu d’un surpeuplement hyper-compétitif.

      A vrais dire, lequel sommes-nous?

      Mais au-delà de la question philosophique, une question demeure, qu’elle est la raison fondamentale qui empêche notre pleine adhésion au rôle de Citoyen?

      Poser la question, c’est déjà y répondre, car la réponse est évidente, “le contrat d’associés” à été rompu par nos élus, trahit par nos institutions judiciaires, violé par nos financiers et occulté par nos médias.

      Que les simples individus que nous sommes en soient livrés à eux même et en voilà le résultat.

      Depuis 1789, rien n’a changé, le Préambule n’est toujours pas compris, pourtant il est explicite de notre malheur….

        +3

      Alerter
  • Vrai Historien // 19.12.2017 à 10h23

    Tout système, quel qu’il soit, sans régulation ni contrôle, finit inexorablement par s’autodétruire lui même. Car c’est la faiblesse des hommes, leur lâcheté, leur médiocrité et leur avidité qui les pervertit à coup sûr…

      +4

    Alerter
    • christian gedeon // 19.12.2017 à 10h50

      Sans contrôle, vous avez tout dit…mais les fameuses “libertés ” sont passées par là,et si presque “tout le monde “(c’est à dire personne ) est révolté par ceci ou cela,très rares sont ceux qui au quotidien font ne serait ce qu’un petit quelque chose ,pour éviter de nourrir un système que par ailleurs il font semblant de conchier( c’est de l’Aragon,hein,pas de la vulgarité,quoique). les “libertés” ont rendu les gens complètement schizophrènes volontaires. Et c’était bien le plan des destructuralistes tellement encensés. Faire des peuples des moutons bêlants.On peut dire qu’ils y sont bien arrivés.

        +3

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications