Une nouvelle vidéo de l’excellente chaine Horizon-gull

Source : Horizon-gull, Youtube, 07-09-2017

XP 7 – Pourquoi les américains nous paraissent-ils idiots ?

Peut-être avez-vous déjà eu le sentiment de vous sentir intelligent, cultivé, après le visionnage d’une vidéo sur Internet montrant la stupidité d’un individu ou d’un groupe. Ce sentiment n’est pas anodin et peut se comprendre, entre autres, par un biais d’attribution bien précis: l’erreur ultime d’attribution. Par ce biais, nos jugements vis-à-vis d’un groupe peuvent être biaisés, et dans les cas les plus graves cela peut renforcer différentes formes de discrimination. C’est ce biais que nous allons examiner dans cet épisode d’XP, tâchant de répondre à la question: pourquoi les américains nous paraissent-ils idiots ?

Source : Horizon-gull, Youtube, 07-09-2017

86 réponses à [Vidéo] Pourquoi les américains nous paraissent-ils idiots ? – XP Horizon #7

Commentaires recommandés

Nicolas Le 17 septembre 2017 à 10h25

Ya pas besoin d’aller aux USA pour lire Kurt Vonnegut ! C’est un peu comme si vous aviez écrit que les Allemands ne connaissent pas Proust, mais ils ont lu E. M. Remaque et R. M. Rilke. Ben si, les Allemands connaissent aussi Proust. Je connais pas mal les USA, et je confirme quand même qu’on y trouve des gens très cultivés, et oui qu’il y a une autre culture. Je confirme aussi les gouffres inégalitaires. Mais il faut quand même dire que :
-l’inculcation du nationalisme aux USA dès l’enfance est effrayante.
-pour l’écrasante majorité des américains, leur horizon culturel s’arrête aux frontières
-A contrario en Russie, non seulement les gens ont lu Dostoïevskiy, Gogol, Lermontov, Pouchkine… mais ils connaissent aussi très souvent les grands classiques américains, anglais, français et allemands. Et à la radio on y n’entend pas que de la musique en russe et en anglais, mais aussi en français et en italien.
-Le but de la vidéo c’est plus largement de comprendre le biais d’attribution.

  1. Catalina Le 17 septembre 2017 à 06h33
    Afficher/Masquer

    Bonjour à tous,

    Il serait intéressant d’avoir le témoignage de personnes ayant vécu aux usa, perso, j’ai eu l’occasion de discuter avec une jeune-femme qui revenait de 18 mois de vie aux usa et elle me dit ” tu peux pas t’imaginer à quel point ils sont incultes!”. Ce n’est pas un biais cognitif, c’est un constat. J’aimerai connaitre l’avis d’autres personnes qui ont vécu là-bas.


    • Evariste Le 17 septembre 2017 à 08h38
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Je confirme. Ayant vécu des années aux USA, j’ai pu constater que le citoyen “ordinaire” est inculte pour tout ce qui concerne le monde extérieur à son pays (géo, histoire, langue, etc). J’ai pu constater de visu, avec ce qu’apprenait ma fille à l’école, que l’enseignement primaire était orienté dans ce sens.
      Le patriotisme américain est exacerbé dès le plus jeune âge, dans le sens “il y a nous qui sommes le bien et le reste du monde qui sont des méchants sauf la Grande-Bretagne”. La France (je dirai même l’Europe) est souvent située comme étant “proche de la G-B” (mais je ne pense pas que la G-B soit elle-même bien située sur une carte)… J’ai plus d’une fois eu des réflexions du genre “avez-vous des voitures en France?” ou “quelle langue parlez vous en France?”. C’était il y a 30 ans, les choses ont pu changer. En général le niveau universitaire est beaucoup plus élevé mais je suis parfois étonné par certaine lacunes de culture générale. Mais est-ce très différent en France de nos jours?


      • L'illustre inconnu Le 17 septembre 2017 à 09h41
        Afficher/Masquer

        Pas spécialement l’impression que cela ait vraiment changé. Vu l’éducation la-bas, la masse est effectivement inculte par rapport à l’idée que l’on se fait de la culture dans notre pays.
        Ceux qui ont les moyens sont plus cultivés mais je les trouve particulièrement ethnocentré et vraiment très spéciale cette mentalité nord américaine.(impossible de s’en rendre compte à la TV ou en 15 jours de vacances)
        Le pays est grand et new-york ville plutôt européenne, à une ambiance très différente par rapport à l’intérieur des terres ou de la cote ouest.

        Mais clairement ils me donne l’impression d’être paumés, ce besoin de héro semble leur porte de sortie. Idiot/binaire semble fort mais il y a quand même quelque chose dans le genre.
        Un pays qui raisonne comme cela est assez dangereux d’ailleurs.


      • Czerny Le 17 septembre 2017 à 13h37
        Afficher/Masquer

        Et le citoyen “ordinaire ” français est un fin lettré pétri de références classiques ? J’ai bon ?


    • ChicagoGuy Le 17 septembre 2017 à 09h02
      Afficher/Masquer

      Je vis depuis deux ans à Chicago, et je peux dire que le milieu socio-culturel dans lequel je vis n’est pas inculte, il dispose d’une culture différente. Mes amis américains n’ont pas lu Racine et n’ont pas vu les films de Godard, mais ils ont lu des auteurs américains qui m’étaient complètement inconnus comme Kurt Vonnegut, et regardent aussi leurs propre films indépendants. Ils ne connaissent pas la capitale de la Slovaquie, mais celle de l’Idaho.

      La ville de Chicago organise également des concerts gratuits de musique classique en plein air tout au long de l’été, et ces concerts ont beaucoup de succès.

      Au bout du compte, de mon point de vue, le véritable problème (au moins à Chicago), c’est la ségrégation sociale et géographique, dérivant du gouffre inégalitaire séparant les communautés. Les quartiers pauvres sont gangrenés par la violence, et les écoles manquent cruellement de moyen (http://www.huffingtonpost.com/2013/06/20/chicago-schools-toilet-paper-budget-cuts_n_3473174.html) . Les parents qui en ont les moyens déménagent pour offrir de meilleurs écoles à leur enfants ou les envoient dans des écoles privées. Et ça, ça change tout en terme de culture “classique”.


      • Duracuir Le 17 septembre 2017 à 09h27
        Afficher/Masquer

        Et bien viens vivre un peu en France, et tu verras que ton:
        “le véritable problème (au moins à Chicago), c’est la ségrégation sociale et géographique, dérivant du gouffre inégalitaire séparant les communautés. Les quartiers pauvres sont gangrenés par la violence, et les écoles manquent cruellement de moyen ”
        est exactement identique en France.


        • albert Le 17 septembre 2017 à 09h56
          Afficher/Masquer

          est-ce que vous etes allez à Chicago? Qu’est-ce qui vous permet de dire que c’est exactement identique en France?
          Je comprends qu’on puisse avoir une piètre opinion de la France, mais là c’est du nihilisme


          • Alfred Le 17 septembre 2017 à 11h46
            Afficher/Masquer

            On peut avoir une bonne opinion de la France et refuser de la voir systématiquement dénigrée et malmenée comme par automatisme, mais cela ne devrait pas empêcher de voir la réalité. La ghettoisation de notre pays est très avancée et la si la ségregation n’atteint pas des niveaux américains cela reste bien la direction que cela continue de prendre. Par ailleurs les logiques à l’oeuvre sont pour le coup exactement les mêmes. Les US ont juste 20 ans de décrépitude d’avance mais on y arrive aussi à toute vapeur.


            • Demo Le 17 septembre 2017 à 21h30
              Afficher/Masquer

              Je vous invite à traverser Clichy sous bois et certains quartiers d’Aulnay sous bois afin de mettre des images sur l’expression “abandon de l’état” et “ségrégation sociale”


        • Tassin Le 17 septembre 2017 à 17h08
          Afficher/Masquer

          Savez-vous que le surnom de la ville de Chicago est “Chiraq”?
          Pourquoi? Parce que le nombre de morts par balles dans cette ville est supérieur au nombre de soldats américains morts au front Irakien.
          Donc je veux bien que certains quartiers Français soient délaissés et en proie à la violence et au manque d’infrastructures éducatives, mais tâchons de comparer ce qui est comparable.


          • Alfred Le 17 septembre 2017 à 22h18
            Afficher/Masquer

            Le sujet n’était pas de comparer l’incomparable (le nombre de victimes dans un pays qui compte autant d’armes que d’habitants et dans un pays où les armes sont beaucoup moins accessibles). La comparaison portait sur la ségrégation et sur l’abandon total de larges pans de la population (notamment du point de vue éducatif). Il est difficile de ne pas voir de fortes similitudes.


            • kriss34 Le 18 septembre 2017 à 13h24
              Afficher/Masquer

              Si , justement, le point est de comparer ce qui est comparable


          • tepavac Le 18 septembre 2017 à 13h24
            Afficher/Masquer

            près de sept cent homicides par arme à feu l’année dernière à Chicago.
            Cette ville à elle seule détient le triste record d’être six fois plus meurtrière que la France.

            Selon Slate, en Europe le pays où les homicides sont les plus fréquent serait la Russie, deux fois plus que les USA, et neuf fois ceux de la France.

            Les analyses ne nous disent pas si les victimes du terrorisme sont comptabilisées dans ce macabre décompte.


            • Moussars Le 19 septembre 2017 à 10h40
              Afficher/Masquer

              Vous travaillez pour les ricains ?
              Même au début des années 90, la pire période ou j’y vivais, les chiffres de Slate auraient été faux même si ce que j’y ai vu n’était pas beau du tout…
              Trouvé sur leur site : “Slate.fr a noué un partenariat éditorial exclusif avec Slate.com qui appartient au groupe Washington Post.”.
              Aujourd’hui, les femmes peuvent se promener à 11 h du soir (en été), en petite jupe, sans risquer quoi que ce soit.
              Ceci n’empêche pas que j’ai assigné la Russie (mais aussi la France d’ailleurs) devant des tribunaux internationaux…


        • Christian Gedeon Le 18 septembre 2017 à 13h37
          Afficher/Masquer

          Ah bon? Les mêmes? Et la sécurité,et les allocs,et les assedics? Les mêmes? mais vous plaisantez j’espère…


      • Nicolas Le 17 septembre 2017 à 10h25
        Afficher/Masquer

        Ya pas besoin d’aller aux USA pour lire Kurt Vonnegut ! C’est un peu comme si vous aviez écrit que les Allemands ne connaissent pas Proust, mais ils ont lu E. M. Remaque et R. M. Rilke. Ben si, les Allemands connaissent aussi Proust. Je connais pas mal les USA, et je confirme quand même qu’on y trouve des gens très cultivés, et oui qu’il y a une autre culture. Je confirme aussi les gouffres inégalitaires. Mais il faut quand même dire que :
        -l’inculcation du nationalisme aux USA dès l’enfance est effrayante.
        -pour l’écrasante majorité des américains, leur horizon culturel s’arrête aux frontières
        -A contrario en Russie, non seulement les gens ont lu Dostoïevskiy, Gogol, Lermontov, Pouchkine… mais ils connaissent aussi très souvent les grands classiques américains, anglais, français et allemands. Et à la radio on y n’entend pas que de la musique en russe et en anglais, mais aussi en français et en italien.
        -Le but de la vidéo c’est plus largement de comprendre le biais d’attribution.


        • LBSSO Le 17 septembre 2017 à 11h08
          Afficher/Masquer

          “Le but de la vidéo c’est plus largement de comprendre le biais d’attribution.”

          Merci @Nicolas et à d’autres commentateurs de rappeler ce truisme.
          D’ailleurs, il n’aura pas échapper à la plupart d’entre nous que cette vidéo est mise,habilement, en ligne au moment d’une série de billets concernant l’origine de l’effondrement des tours du WTC.
          N’y aurait-il pas des biais d’attribution lors de ce débat passé et actuel ?
          L’effort d’analyse et de présentation effectué par O. Berruyer ne correspond-il à une des solutions présentée dans cette vidéo pour les éviter ?


        • olivier Le 17 septembre 2017 à 12h11
          Afficher/Masquer

          “-l’inculcation du nationalisme aux USA dès l’enfance est effrayante. »

          Vous ne semblez pas bien comprendre les USA. Vous portez vos critères et vos sentiments sur une situation différente de la votre en dérapant sur un l’élement fondamental. Dans un pays – fédéral : États-Unis – de réelle immigration, réellement multiculturel et ayant deja connu une guerre civile, c’est plus que nécéssaire pour «lier la mayonnaise ». C’est vital et absolument normal ajouterai-je. C’est ce qui fait que malgres les divergences raciales ou culturelles, tous sont uni derriere le même sentiment d’appartenance. Ils n’hésitent pas à brandir leur drapeau avec fierté. Ce qui ne risque pas d’arriver chez nous.

          (C’est ce qui nous manque, mais c’est un autre débat).


          • Nicolas Le 17 septembre 2017 à 12h22
            Afficher/Masquer

            Il me semble comprendre les USA relativement bien. Quand je parle d’un nationalisme effroyable, je ne me base pas sur des reportages télé, ou sur des témoignages de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours.
            J’ai la nationalité américaine, ayant 4 arrières grands-parents qui y ont immigré, 2 grands parents qui ont appris l’anglais à l’école, et des cousins germains qui ne sont que américains :
            -1 a participé à 3 guerres américaines contre divers pays et estime que tout le monde doit lui être reconnaissant d’avoir protégé la démocratie et la liberté, opinion que partage l’écrasante majorité de la population. USA! USA! USA!
            -1 autre (pas de télé pendant l’enfance, ça aide)… partage entièrement mon opinion sur le sujet, et il se sent bien isolé.


            • olivier Le 17 septembre 2017 à 16h34
              Afficher/Masquer

              Et … ?

              Malheureusement l’expérience personnelle – tres limité par nature – ne vaut pas brevet, surtout sur un sujet aussi complexe. Et si nous parlions du fond ?

              Je conteste toujours votre point de vue : le patriotisme américain est normal à leur société multiculturelle, il n’y a rien d’effrayant la dedans. L’américanisation des immigrés – composante principale comme vous le soulignez – est nécessaire pour fondre un peuple comme l’analyse tres justement Hanna Arendt.

              C’est la notion même d’Etat qui est en jeu ici. Sur quoi appuyez-vous votre sentiment – tres personnel – d’effroi ?

              D’ailleurs comme vous le révélez, vous êtes bien isolé à le penser. Serait-ce un signe ?


            • Nicolas Le 17 septembre 2017 à 19h00
              Afficher/Masquer

              Olivier, je n’ai pas parlé de patriotisme mais de nationalisme.
              Ben le blanc seing donné par une majorité de la population (parfois après quelques semaines de bourrage de crâne, mais étant donné l’éducation nationaliste c’est pas difficile) au parti de la guerre pour massacrer des centaines de milliers de personnes dans un pays, puis un autre, puis un autre, puis un autre, si vous trouvez pas ça effrayant, il vous faut quoi ?
              Si nous parlions du fond ? Le fond, c’est le biais d’attribution. Comme celui que l’on vois chaque jour dans les médias : Si les Russes font des exercices militaires le monde est en danger, et seuls des exercices militaires US peuvent nous défendre.


            • Nicolas Le 17 septembre 2017 à 19h04
              Afficher/Masquer

              “D’ailleurs comme vous le révélez, vous êtes bien isolé à le penser. Serait-ce un signe ?”
              Si je suis isolé à penser que l’armée américaine a d’autres objectifs que de défendre la démocratie et la liberté ? Pas vraiment, la majorité de la population mondiale comprends plus ou moins que les USA se contrefoutent de la démocratie. Vous n’avez pas bien lu ce que j’ai écrit. [modéré]


            • olivier Le 17 septembre 2017 à 19h41
              Afficher/Masquer

              Vous ne répondez toujours pas.
              Vous parlez de, je cite « l’éducation nationaliste » puis vous nous parlez de campagne médiatique de courte durée. Ce ne sont pas les mêmes choses.

              Ravi de voir que vous faite le distinguo entre partiotisme et nationalisme. Mais j’ai le sentiment que vous maintenez la confusion. Il ne faudrais pas confondre une éducation nécessairement patriotique pour maintenir – créer – une cohésion nationale, et une propagande médiatique orientée dans un but guerrier. Ne pas le comprendre c’est ne pas comprendre la société américaine. Ne seriez-vous pas victime d’un biais d’attribution (hostile ici) ou d’une erreur fondamentale d’attribution sur ce sujet ?

              « étant donné l’éducation nationaliste c’est pas difficile » Pourriez-vous éclairer votre propos d’exemples précis (tirés de votre expérience par exemple) pour voir si cela se justifie à grande échelle ?

              P.-S. : Isolé, c’est de vous.


            • Nicolas Le 17 septembre 2017 à 22h05
              Afficher/Masquer

              Je pense que c’était très clair. L’éducation nationaliste fait qu’il est très simple pour le parti de la guerre de faire avaler à la population, en quelques semaines de propagande intense, qu’il faut bombarder tel ou tel pays.
              Pour revenir au sujet, je considère les Zuniens un peu comme mon endogroupe. Mais ayant beaucoup voyagé et vécu dans plusieurs pays, je ne me sens plus vraiment soumis à mon (mes) endogroupe(s) comme je l’étais avant. Les Franchouilles ont avalé la propagande macronique et élu cette horreur à la présidence, et ainsi démontré qu’ils sont à peu près autant incapables de résister à la propagande la plus grossière. Et ne se révoltent ni contre une politique russophobe délirante, ni contre le soutien de la France à Al Qaeda. Les Russes aussi m’agacent, par d’autres aspects… qui ne font pas des centaines de milliers de morts.
              Bon, votre com’ sur “isolé” tend à prouver que vous trollez, puisque je parlais d’un cousin et non de moi. Donc j’en reste là.


            • olivier Le 17 septembre 2017 à 23h49
              Afficher/Masquer

              Donc sur le sujet de l’éducation nationaliste, toujours pas de preuves ? de faits ? d’exemples ? J’en prend note.

              Pour quelqu’un qui revendiquais une connaissance fine de la société américaine, c’est navrant. Quand vous aurez trouvez, je reste disponible.


          • Paula Le 17 septembre 2017 à 17h11
            Afficher/Masquer

            Brandir le drapeau en France ?
            On vous taxerait de “fachiste “!!!
            Je pense que les américains sont liés ensemble contre les pays étrangers…
            Mais pas chez eux, quand ils sont a l intérieur de leur pays (violences et racismes) Cest pourquoi ils leur faut toujours des Ennemis Extérieurs!!!! pour se sentir unis en tant qu’ Américains…


            • olivier Le 18 septembre 2017 à 00h02
              Afficher/Masquer

              C’est une explication recevable. C’est une manière de creer une cohésion et c’est ce qui c’est passé le 11 septembre. Théorie de l’ami-ennemi de Carl Schmitt.

              Est-ce applicable en général et de tout temps à l’américain moyen qui, d’un avis partagé ici, se contre-fou de ce qui se passe en dehors de ses frontieres ? J’en doute, trop simpliste (ils ont l’impression d’avoir sauvé le monde au moins 2 fois). Je pense qu’il faille chercher ailleurs.

              Mais vous évoquez à juste titre une fragmentation intérieur tres forte, et peu ancienne ajouterai-je. Avant de correctement aimer les autres il faut savoir s’aimer soi-même. C’est quelque chose que nous avons perdu, et c’est ce qu’ils sont en train de le perdre.


          • Christian Gedeon Le 18 septembre 2017 à 13h40
            Afficher/Masquer

            Bravo Olivier…ce qui lie les us c’est le drapeau,qu’aime ou pas. Sinon,ce serait un bordel sans nom.Mais que voulez vous,en France ,parler de patrie,vous fait passer au mieux pour un debile au pire pour un facho raciste…


        • ChicagoGuy Le 17 septembre 2017 à 17h49
          Afficher/Masquer

          Je n’ai jamais prétendu cela. J’ai dit que mes amis américains, soit un groupe d’une dizaine de personne, n’avaient pas lu Racine. J’ai aussi pris un exemple de livre qu’ils ont lu et moi pas, exemplifiant ainsi la possibilité que, de manière plus générale, certaines œuvres soient plus connues aux États-Unis qu’en France et vice-versa. Et que du coup, il ne faut pas déduire du fait qu’ils n’ont pas une bonne connaissance des œuvres qui nous sont familières qu’ils sont incultes.


      • stanlolo Le 17 septembre 2017 à 15h31
        Afficher/Masquer

        Pour avoir été cancre puis autodidacte ,donc en dehors du scolaire, je me dois de témoigner pour relativiser la culture livresque française qui n’a évidemment aucune
        leçon à donner aux ”gros beauf incultes” . Cette culture scolaire française
        auto-satisfaite prend sa source dans une forme d’éducation secondaire sans expérience concrète en générale qui produit un savoir ”livresque” , pour me répéter,mais surtout non digéré.


      • Raoul C, Le 17 septembre 2017 à 17h12
        Afficher/Masquer

        «Je vis depuis deux ans à Chicago, … Mes amis américains n’ont pas lu Racine »

        Mais ils ont une station de métro Racine et une avenue (les amateurs de films noirs se souviendront, elle y apparaît souvent, notamment dans les Incorruptibles). L’équipe des Chicago Cardinals s’est d’ailleurs d’abord appelé les Racine Cardinals. Il n’est pas clair si ce nom vient du dramaturge français, du Racine dans le Wisconsin (il y existe une rivière Racine traduite Root depuis) ou même d’un colon français Racine (le nom est aussi commun au Québec où un village porte aussi ce nom).


        • Nicolas Le 17 septembre 2017 à 17h40
          Afficher/Masquer

          Ça vient du nom de l’avenue Racine.
          Encore une fois le sujet de la vidéo c’est le biais d’attribution, pas les Américains 🙂


          • Raoul C, Le 18 septembre 2017 à 01h21
            Afficher/Masquer

            La question était d’où venait le nom de l’avenue… pas le nom de la station puisqu’elle est nettement plus récente. Mais bon, Racine est un toponyme assez fréquent en Amérique du Nord. Mais c’était une incise étymologique qui je pensais pouvait intéresser les curieux.


    • Surya Le 17 septembre 2017 à 10h26
      Afficher/Masquer

      Mon cousin a vécu plusieurs mois aux Texas, même constat.


    • Jsword Le 17 septembre 2017 à 13h01
      Afficher/Masquer

      Je confirme, j’y suis allé un an à l’université en 2007, en Arizona. Des remarques du genre : combien d’heures de route pour aller en France ? Vous avez internet ?
      Les sujets de discussion d’etudiants à la fac sans intérêt : experience drogue, alcool… Je ne frequentait pratiquement que les autres etrangers du coup…
      Bien sûre il y a des exceptions, mais le niveau moyen…


      • Pinouille Le 17 septembre 2017 à 21h03
        Afficher/Masquer

        Le présent article ainsi que le précédent traitent de mécanismes de la pensée qui induisent des certitudes trompeuses. Libre à vous, bien entendu, mais il me semble plus opportun de saisir l’opportunité offerte par O.B. pour s’interroger sur la pertinence de notre propres certitudes que d’essayer de déterminer si les américains sont oui ou non vraiment des idiots.

        Alors que certains considèrent que l’absence de certitude équivaut à la relativisation de tout et avoir des avis sur rien, je pense pour ma part qu’une certitude indéboulonnable enferme les esprits car elle ferme la porte à toute idée alternative. Elle cloisonne donc les individus. L’actualité foisonne de descriptions des effets délétères de ce cloisonnement, de cette incapacité de comprendre, ou au moins d’admettre, l’altérité.

        Ce sujet est d’autant plus prégnant sur ce site, qui se veut proposer des points de vues alternatifs de ceux trop présents sur les MSM, qu’il court le risque d’enfermer les lecteurs dans des convictions alternatives alors que, amha, le but recherché est inverse: ouvrir les esprits et provoquer les débats…

        Il y va de l’introspection de chacun.


        • Alfred Le 17 septembre 2017 à 22h29
          Afficher/Masquer

          Merci pour vos remarques. Pour ma part je pense qu’il est important de s’ancrer dans une opinion afin qu’elle puisse être un moteur pour l’action. Sans avis arrêté on fini par naviguer dans l’indécision et l’inaction. Par contre il est bien clair (encore une opinion arrêtée !) que tout le monde peut se tromper et il donc.tout aussi important d’être capable de revisiter son jugement et d’admettre que l’on a pu se fourvoyer. Dans mon expérience c’est un processus souvent un peu long et progressif (et toujours assez désagréable). (Voilà l’opinion “définitive” du moments…)


    • Didier88600 Le 17 septembre 2017 à 15h24
      Afficher/Masquer

      Si vous lisez le livre “absolument débordée !! ” de Zoé Sheppard vous lirez que les français ne sont pas triste non plus !


    • David D Le 17 septembre 2017 à 21h17
      Afficher/Masquer

      – Et vive la chocolatine !
      Il y a plusieurs formes d’intelligence, d’une part, et il ne faut pas confondre culture et intelligence (formée ou non).
      La vidéo n’a pas pour sujet de déterminer l’intelligence relative des américains et du coup les commentaires vont illustrer comiquement le bien-fondé de la vidéo.
      Si on veut critiquer le contenu de la vidéo, il faut être dans son sujet. On peut se demander si Cantril, Pettigrew ne tirent pas à eux des idées de sens commun par un protocole et des mots qui tirent cela au plan d’une science faite de découvertes. On peut se demander si certains sujets ne sont pas militants (racisme, sexisme) avec des chiffres habilement aggravés, vu qu’on ne peut rien vérifier. On peut se poser la question du contexte d’études faites dans les années 70 présentées en 2017 comme support toujours actuel. Ceci dit, au plan du sens commun, le fond du sujet n’offre pas prise à une authentique remise en cause.


  2. DUGUESCLIN Le 17 septembre 2017 à 07h38
    Afficher/Masquer

    On n’entendra sans doute jamais quelqu’un dire: “je suis dans le camp des méchants parce que je suis méchant”. On entendra plutôt: ” je suis dans le camp des gentils parce que je suis gentil”.
    Mais si un membre (méchant) du camp adverse (ennemi) passe dans mon camp il devient un gentil qui a compris ses erreurs..
    Çà se voit concernant les supporteurs d’une équipe sportive, quand un joueur est “acheté” très cher par notre camp, il devient un héro qui a choisi le bon camp. Çà se voit aussi chez les supporteurs d’un camp en politique. Bien que ce ne soit pas une généralité.
    Si deux personnes de deux camps opposés disent la même chose, l’un aura raison et l’autre aura tord selon le camp politique auquel il appartient. Pour la simple et bonne raison que le camp adverse est dans le camp des méchants et ne peut rien dire de bon. Les clivages nous coulent.
    De sorte que nous sommes amenés parfois à voter contre nos propres idées et nos propres intérêts.
    Pour cette raison je refuse de voter pour une pseudo gauche ou une pseudo droite, mais pour des idées qui sont celles du bon sens.


  3. basile Le 17 septembre 2017 à 07h45
    Afficher/Masquer

    Je croyais en être débarrassé depuis les années 60, mais voilà que ça me rappelle la revue « Sélection du Reader’s Digest », destinée à rendre familiers au plouc français la culture américaine, les mots américains, le sport américain, les étudiants américains, les chercheurs américains. Leur vie, quoi.

    Destiné à le faire vivre, ce plouc, comme s’il y était (en live, qu’ils disent). Vivre ce que vivent les américains, lui l’arriéré issu de ce peuple qui n’aime pas les réformes, éloigné du progrès de 6.000 km

    Dans cette propagande à la gloire de nos sauveurs, ne manque qu’un mot, leur mot fétiche, pourtant prononcé toutes 5 minutes dans le moindre film : le mot dollar. Ou alors, j’ai trop sauté de passages.


    • Toony Le 17 septembre 2017 à 09h57
      Afficher/Masquer

      Ce ne serait pas une erreur ultime d’attribution ça ?


      • Nicolas Le 17 septembre 2017 à 10h36
        Afficher/Masquer

        Le Reader’s Digest, c’est à la base une revue américaine faite pour les Américains. Je connais un peu, il arrivait à la maison régulièrement, en VO. Par contre, oui, Chomsky a dénoncé le RD comme un instrument de propagande.


        • fanfan Le 17 septembre 2017 à 11h30
          Afficher/Masquer

          L’américanisation au cours des années 50 et 60 a été utilisée dans la lutte contre le communisme sur la scène politique intérieure


          • basile Le 17 septembre 2017 à 13h50
            Afficher/Masquer

            paradoxalement, mon père, ouvrier communiste, mais connaissant Victor Hugo par cœur (éducation d’avant guerre) c’est lui qui le rapportait, en disant il y a des choses intéressantes à lire.

            L’esprit curieux pour ailleurs, sans doutes, sans deviner le but recherché par son édition en France.


    • Pepin Lecourt Le 17 septembre 2017 à 11h35
      Afficher/Masquer

      Parmi les clauses du Plan Marshall, il y avait l’obligation pour la France de diffuser 9 films américains pour 4 films Français, afin d’imprégner progressivement les Français de la culture américaine, et le Reader’s Digest faisait partie du programme d’américanisation de la France… et de l’Europe.

      Roosevelt avait repris à son compte le projet nazi de démanteler la France en la divisant en
      3 parties,tout le nord et l’Alsace Lorraine rattachés à la Belgique + Luxembourg + Hollande en une nouvelle entité, toute la rive gauche du Rhone rattaché à l’Italie et dans ce qui reste assurer une conversion uniquement agricole du pays à l’exclusion d’industries réservées à la nouvelle Allemagne, les Français n’ayant pas vocation à être une puissance industrielle.

      De Gaulle a réussi avec l’aide de Churchill à faire capoter momentanément ce projet.

      Mais pour ce qui est de l’effacement progressif de la France en tant que nation il a repris de plus belle après le départ organisé du général !


      • amsterdammer Le 18 septembre 2017 à 21h35
        Afficher/Masquer

        Z’avez des sources, pour étayer ces affirmations?


  4. Guadet Le 17 septembre 2017 à 08h27
    Afficher/Masquer

    Ça enfonce des portes ouvertes au point que c’en est quelquefois infantile. Mais on ajoute une présentation très élaborée et quelques noms de savants américains pour donner l’impression d’une grande avancée scientifique.
    Il y avait plus intéressant à dire. Par exemple que c’est une mode abominable d’aujourd’hui, chez les journalistes et les présentateurs, de piéger des gens et de les mettre dans l’embarras pour les présenter comme des idiots. J’ai horreur de ça : ça s’apparente au viol.


    • Pinouille Le 17 septembre 2017 à 19h30
      Afficher/Masquer

      “Ça enfonce des portes ouvertes au point que c’en est quelquefois infantile.”
      Ça me rappelle que dans l’esprit de l’américain moyen, le français a la réputation d’être prétentieux et hautain.:)

      Ceci dit: tout à fait d’accord avec vous pour la deuxième partie de votre commentaire.


  5. Vincent Le 17 septembre 2017 à 10h08
    Afficher/Masquer

    Pour avoir de la famille dans différents états (Caroline du nord, Ohio, Pennsylvanie, Colorado), et pour avoir avoir fait deux grandes villes Chicago, New York. Je dirais que le niveau de culture dépend de l’endroit où vivent les américains et il faut prendre aussi en considération que la culture américaine est très jeune par rapport à notre histoire européenne et donc moins “riche”.

    La dominante dans la société américaine c’est tout de même “je consomme donc je suis”, ainsi que “la démonstration de performance”, The show must go on.

    Ce n’est pas une culture que j’admire mais bon chaque culture a ses spécificités …


  6. apero Le 17 septembre 2017 à 10h28
    Afficher/Masquer

    Le biais du supporter, expliqué à travers le match de foot us, est archi-classique. Il y a une raison pour laquelle on ne fait jamais arbitrer des matchs internationaux de foot, basket, par des officiels issus d’un des deux pays. La mauvaise foi des supporters est inhérente à leur passion pour leur club/pays, ça va ensemble.


    • Alban Le 18 septembre 2017 à 02h53
      Afficher/Masquer

      Je trouve surtout que cet exemple n’illustre rien du tout. Je n’ai pas lu l’étude en question et je vais donc commenter de manière complètement ignorante, mais il me semble simplement que dans ce cas de figure, les deux équipes ne jouent pas avec les mêmes règles.

      Dans lous les sports il y a une place à l’interprétation. Encore plus dans les sports de contact comme le foot US ou le rugby. Indépendamment de qui joue, le curseur de tolérance est différent dans chaque équipe, et chaque équipe aura tendance à jouer au niveau de son curseur.

      Ça se voit bien dans la vidéo : les deux groupes d’étudiants sont d’accord sur le nombre de fautes de l’une des équipes (4.8/4.7 si je me souviens bien) ; ils ne sont pas d’accord concernant l’autre groupe.

      A priori, l’une des équipes a joué à un niveau dur mais tolérable selon ses codes. L’autre équipe l’a mal pris et a commencé à faire des fautes graves. La première équipe s’est alors mis à répliquer. Décider qui a commis les premières fautes, c’est décider quelle est la limite du tolérable. C’est totalement indépendant de la couleur du maillot.


  7. Nicolas Le 17 septembre 2017 à 11h32
    Afficher/Masquer

    Le biais d’attribution, c’est tous les jours dans la presse occidentale. 2 exemples :
    1-fin juillet 2014, un rebelle du Donbass, sur le site du crash, ramasse une peluche en larmoyant, jurant contre les salopards qui ont osé faire ça. Sa photo a été publié par les médias occidentaux qui montraient comment les rebelles pillaient les victimes du crash (alors que non seulement c’est faux mais aussi ils ont organisé un train réfrigéré pour conserver les corps et leur permettre d’être rapatriés en bon état).
    2-Il y a une semaine sur “60 Minutes” (CBS):
    -Les Russes font des exercices militaires en Arctique, le monde est en danger !
    -L’US Navy fait des exercices en Arctique, elle protège le monde.


    • Moussars Le 19 septembre 2017 à 11h52
      Afficher/Masquer

      Quel est le pays qui a tué le plus de soviétiques ?
      L’URSS sous Staline.
      Quel pays a tué le plus de Chinois ?
      Mao TseToung.
      Mais quel est le pays qui a tué le plus d’êtres humains étrangers à son pays ?
      Dilemme :
      • Grande Bretagne : Durant les 3 siècles de colonialisme avec, pour ne prendre que 2 exemples, les 60 millions d’Indiens qui périrent de faim sous l’Empire Britannique : voir Rabindranath Tagore mais aussi Mike Davis : “Génocides tropicaux” ou les 10 millions d’Iraniens : “The Great Famine and Genocide in Iran 1917-1919” paru en 1992 et réédité en 2013 (University Press of America) de Mohammad Gholi Majd ou ) ou encore W. Morgan Schuster, Trésorier général de la Perse, dans son livre paru en 1912 intitulé « The Strangling of Persia »] ?
      • USA : même hor génocide indien. Depuis une centaine d’années, par exemple, depuis seulement la guerre des Philippines – 1,5 à 3 millions de morts selon les estimations) ?
      A vos calculettes pour un sinistre décompte !
      Dans les 2 cas, c’est bien un problème anglo-saxons…


  8. EchoGmt7 Le 17 septembre 2017 à 12h17
    Afficher/Masquer

    Je vis en Asie où j’ai, entre autres, trois copains yankee. Ils ont bourlingué, connaissent le monde et sont tout sauf idiots et incultes. Et bien, ils sont sans pitié pour leurs compatriotes et dénoncent un enseignement défaillant et des médias abrutissants. Pour eux et en résumé, les citoyens US sont le produit médiocre d’un système de valeurs frelatées et nombrilistes. C’est pas moi qui oserais en dire autant vu que je n’ai jamais mis les pieds aux USA.


  9. bats0 Le 17 septembre 2017 à 12h39
    Afficher/Masquer

    Pour aller plus loin à propos des distorsions dans le traitement de l’information, je vous invite à lire un bon document à propos des “pièges de la pensée : les biais cognitifs” : http://www.toupie.org/Biais/index.html , d’où l’expression : “On voit la paille dans l’oeil de son voisin, mais pas la poutre dans le sien.”

    Sinon, ce titre sous forme de question “Pourquoi les américains nous paraissent-ils idiots ?”, me laisse perplexe quand à son interprétation : pourquoi “paraissent-ils” ? , ce n’est pas la réalité ??? Pas la majorité; quoique…

    Blague à part, fallait tout de même que les électeurs des conventions nationales des parties en question soient bien perturbés, afin de présenter aux américains les candidats les plus psychosés de tout le panel des prétendants au poste de la présidence US.


    • Nicolas Le 17 septembre 2017 à 15h25
      Afficher/Masquer

      Là ya un biais de sélection. Les États membres des USA sont dans l’ensemble plutôt démocratiques : Ya des référendums d’initiative populaire, tout ça tout ça. Par contre Washington est l’endroit le plus corrompu au monde (en novlangue la corruption de masse s’appelle lobbying…) donc les gens qui se sentent bien dans les allées du pouvoir à Washington sont pour l’essentiel des psychopathes. Et pour arriver tout au sommet (présélectionné par l’une ou l’autre aile du Parti de la Guerre), faut être plus psychopathe que les autres. La dernière élection a montré ce qui se passe si par malheur un non psychopathe menace d’obtenir la nomination : l’aile concernée du Parti de la Guerre organise tranquillement son élimination par des séries de coups bas.


      • RGT Le 17 septembre 2017 à 17h41
        Afficher/Masquer

        “Par contre Washington est l’endroit le plus corrompu au monde”…

        J’ajouterais à votre commentaire que Paris, Berlin, Bruxelles, Londres et les autres capitales arrivent largement en seconde place en se “tirant la bourre” et que les politicards qui parviennent à se faire élire sont AUSSI des psychopathes dangereux qui ne possèdent pas la moindre empathie pour les “couillons” qui les ont élus.

        C’est beau la “démocratie exemplaire”.

        Que ce soit aux USA, en France, en Allemagne ou au Burkina-Faso, les “élites” manipulent la population à leur propre avantage et pour préserver les intérêts des “mécènes” qui les ont aidés à parvenir au pouvoir.

        Et pour maintenir le système il est bien sûr important que ceux qui iront “choisir” les prétendants soient le plus incultes que possible et qu’ils soient totalement incapables de réfléchir à leur propre intérêt.

        La culture “mondialiste” est désormais à peu près la même de partout, avec un individualisme exacerbé qui pousse les citoyens à ne plus écouter que le chant des sirènes” médiatiques et qui n’ont plus dans la tête (hormis les lecteurs de ce blog) que le cul, le pognon et la culture de la “performance”…


  10. bili Le 17 septembre 2017 à 13h17
    Afficher/Masquer

    L erreur ultime d attribution, préjugés ou stéréotypes sont pafois justifié et fondé et ce vérifie de manière empirique, il ne faut pas jeter le bb et l eau du bain.
    Exemple positif pour éviter tout polémique :
    les japonais sont des bosseurs , ce préjugés ne fait que decrire une réalité au vus des heures de cours des étudiants et des heures de travail des employés.
    Cause externe du à la culture du pays ou cause interne du à une prédisposition génétique c est un autre débat…
    Exemples 2 :policiers aux USA on la gâchette facile, pareille c est un fait, apres cause interne ou externe je sais pas.
    Le débat se situerait plus sur les cause de ces comportements stéréotypés attribué à un groupe d individu.
    Persso dans la vie de toute les jours j essaye de n avoir aucun préjugé, car l individu isolé peux se distinguer du stéréotype du groupe.
    Alors pour un emplois si je reçois un cv d un japonais et d un antillais a compétence équivalent… j emboche le japonais évidemment, n y voyais aucune discrimination je préfère juste les sushi ou pti ponche 😛
    Évidemment il existe tout autant de biais d attribution qui ne se justifie pas de manière empirique et sont le fruit de propagande ou de manipulation.

    Autre détail bizarre à la fin de la video , c est cette promotion des séries et films pour sois disant lutter contre les stéréotypes ??


  11. bili Le 17 septembre 2017 à 13h28
    Afficher/Masquer

    Oui mais dans cette exemple ya bien eu une équipe plus agressif de manière objectif qui à commencé les hostilités, c est pas un match virtuel paramétré par ordi , donc un des groupes d étudiant peut justifier sont choix par la raison et non par un biais .
    Je trouve cette exemple n est pas pertinent.


    • NeverMore Le 17 septembre 2017 à 17h34
      Afficher/Masquer

      Tout a fait d’accord.

      Video biaisée . Par exemple le commentateur renvoie dos à dos les deux équipes en leur « attribuant » toutes deux et contre toute évidence des erreurs « d’attribution » , alors que l’une des deux a un jugement très équilibré. En conclusion globalement, tout ce qu’on pense serait dû à des erreurs d’attribution.

      A la limite, quoi que vous pensiez, l’erreur est en vous, et les médias mainstream, les politiques, les experts autoproclamés – et j’en passe – ont raison.

      TU DOIS DOUTER, D’ABORD DE TOI, SINON … j’appelle SOROS … et la police de la pensée.

      J’oubliais : je suis convaincu qu’un triangle a bien quatre côtés.


      • Nicolas Le 18 septembre 2017 à 01h44
        Afficher/Masquer

        oula, vous devriez re-regarder la vidéo. Ce qui est intéressant dans l’exemple c’est l’écart de jugement qui il y a entre les 2 groupes. Oui, il y a une réponse qui est correcte, et donc des individus qui ont donné une réponse “vraie”, ce n’est pas du tout le sujet. On étudie des groupes pour analyse des statistiques sur ces groupes, les réponses n’importent pas individuellement.


        • NeverMore Le 18 septembre 2017 à 13h52
          Afficher/Masquer

          En gros une erreur d’attribution correspond à un amalgame “inapproprié”.
          La vidéo nous dit “pas d’amalgame”.
          Désolé, je crains d’en faire quelques un ces derniers, temps.


  12. Reda Le 17 septembre 2017 à 14h31
    Afficher/Masquer

    Je pense que quiconque voyage se rend compte du niveau culturel particulièrement faible des citoyens américains…
    Il n’y a que les australiens pour les concurrencer à ce niveau!

    Parler de “biais cognitif” je veux bien, mais enfin il suffit de passer 1 mois aux Etats-Unis pour se rendre compte de la stratification culturelle du pays: 5% de privilégiés, très bien formés au fort capital culturel, le reste craint sérieusement! La propagande aux EU est énorme, il s’agit d’un abrutissement généralisé…encouragement à la force, à la violence, à la cupidité, ignorance TOTALE du monde exterieur, c’est effarant!

    Mais rassurez vous, étant travailleur social, j’ai la triste sensation que la France suit EXACTEMENT la même trajectoire! Télé-réalité, détournement du rap pour en faire un appel à la violence et à la consommation, culte de la force et de l’individualisme le plus débile…les banlieues deviennent un Harlem et les campagnes l’Alabama !

    Et pendant ce temps, Kevin et Whitney s’inquiètent de l’islamisation à Laval…
    Un processus d’acculturation peut en cacher un autre!


  13. euromix Le 17 septembre 2017 à 17h48
    Afficher/Masquer

    Les comparaisons nationales ou nationalistes font la joie de ceux qui préfèrent qu’on oublie les différences de classe. Ca me rappelle la réponse faite à un député qui souhaitait que les étrangers “s”intègrent” à la culture française, il lui a été répondu quel est le modèle de la culture française ? le fameux militant CGT toujours en grève ? Le porteur de loden de Passy ? La bigoudaine bretonne ?
    Culturellement Macron est bien plus proche d’Obama que d’une caissière chez Liddl en lorraine.


  14. RGT Le 17 septembre 2017 à 18h10
    Afficher/Masquer

    Il y a certes un biais d’attribution mais il faut quand-même reconnaître que les USA sont quand-même le pays en tête du palmarès des Darwin Awards…

    Si vous voulez jeter un coup d’œil, c’est édifiant : http://darwinawards.com/

    Version Française, mais bien moins complète : http://darwinawards.fr/

    Je crois quand-même que le super champion est polonais…
    Hors concours…
    Krystof Azninski qui a réussi un exploit unique en 1995 qui lui a valu le Darwin Award 1996.
    Lire la description de son exploit sur cette page : http://darwinawards.com/darwin/darwin1996-07.html

    Vous avez dit que la bêtise humaine avait des limites ?

    Tout comme Einstein, j’ai la certitude que non.

    P.S. Je ne pense pas valoir mieux que tous ces nominés.
    J’ai surtout eu plus de chance qu’eux parce que ma jeunesse a été très fournie en expériences “créatives”.


  15. David D Le 17 septembre 2017 à 20h01
    Afficher/Masquer

    L’exemple Princeton-Dartmouth pose deux problèmes : 1) ce n’est pas qu’une question d’erreur, mais de mauvaise foi et parti pris, 2) au vu de ces “sondages”, on comprend que Dartmouth a été plus violent, mais Princeton avait de bonnes prédispositions à suivre (pas d’égalité des torts, ce qui relativise l’analyse, on a une tendance à l’aveu côté Dartmouth).
    Autre problème : question fermée sur Star Wars basé sur une histoire vraie ? La personne qui répond “Vrai” peut penser à une transposition SF de la 2GM par exemple ou il peut se dire que si on lui pose la question on va lui apprendre dans la foulée une référence qu’il ignorait. La réponse “Utopia” dans le stress, sur le qui vive, n’est pas mal du tout quelque part. La réponse “Yougoslavia” est sotte, mais pose la question de l’orthographe ou de l’audition de la question. La réponse “Utah” peut être une distraction. Seules les réponses sur les côtés d’un triangle sont définitivement idiotes.


  16. Caliban Le 17 septembre 2017 à 20h30
    Afficher/Masquer

    Des études typiquement américaines, c’est à dire
    • centrées sur la problématique des communautarismes
    • et avec des visées managériales

    Et pendant ce temps, les “vraies” études sociologiques passent à la trappe, par exemple celles consistant à démonter le mythe du “self made man”.

    Pas vraiment transposables, ces études sont un peu anciennes et mériteraient une actualisation en rapport avec les nouvelles technologies.


  17. Subotai Le 17 septembre 2017 à 22h32
    Afficher/Masquer

    Heu…
    Comprenez que le sujet de la vidéo n’est pas réhabiliter le niveau culturel étasunien, mais de nous inciter à avoir une position de recul dans les évènements qui nous sont présentés et/ou que nous vivons.
    En fait,
    il n’est ABSOLUMENT PAS NÉCESSAIRE dans notre vie de prendre des positions, avant d’être au “pied du mur”.
    Et surtout, quand nous sommes au pied du mur réellement (c’est à dire que la décision doit être prise ICI ET MAINTENANT), NOUS LA PRENONS, sans réflexion, tout simplement.
    Toute les autres prises de positions et opinions ne sont là que pour flatter notre égo. 🙂

    Tout ça, c’est une bonne raison de s’informer, c’est à dire d’engranger du factuel de toutes origines et sur tout les sujets, au feeling, sans à priori, ni préjugé; notre cerveau saura utiliser ces infos quand ils seront nécessaires “pour notre survie”. 🙂


    • Jac Le 18 septembre 2017 à 08h44
      Afficher/Masquer

      tout à fait d’accord :
      ex : quand un nain se trouve au pied d’un mur, il le contourne. Quand c’est un géant, il l’enjambe.
      Tout dépend donc si on se se sent nain ou géant. Il y en a qui se cassent la gueule à mal se considérer. Ceux qui se sentent géants voient le monde petit. Ainsi ceux à qui on a enseigné dès l’enfance qu’ils sont géants se cassent plus souvent la gueule que les nains quand ils sont au pied du mur.


  18. atanguy Le 18 septembre 2017 à 01h26
    Afficher/Masquer

    Les Américains,les Russes,les Français,les ci,les ça.
    Enfin comme si une nation quelle quelle soit n’était faite que d’êtres pensant les mêmes choses et avec les mêmes jugements. A force de raccourcis,on ne comprend plus rien. Ne devrions-nous pas dire que ce sont les gouvernements de ces pays qui font les guerres. Un américain pris au hasard dans la rue,n’a rien contre un Syrien,de même un Français rien contre un Libyen,et un Russe n’a rien contre un Ukrainien. Alors pourquoi les monter les uns contre les autres si ce n’est que pour les diviser pour que les puissants restent au pouvoir.


    • Caliban Le 18 septembre 2017 à 05h48
      Afficher/Masquer

      Les imaginaires collectifs / nationaux existent et ont la peau dure. Les gouvernants ont à mon avis bien peu de prise là-dessus. Ou alors il faut admettre que c’est une œuvre continue et cohérente des gouvernants sur de nombreuses générations.

      Les Russes n’ont rien contre les Ukrainiens ? Euh … un passif de quelques millions de morts durant la 2nd guerre mondiale sépare ces peuples, au sein même de l’Ukraine aujourd’hui.

      Et à mon avis il ne faudrait pas grand chose pour que les revanchards français refassent leur apparition si l’Allemagne continue son Diktat européen.

      Quant aux Syriens et aux Lybiens qui aimaient bien les Français avant de se faire massacrer, il va être difficile de leur expliquer pourquoi le peuple français n’y est pour rien dans l’élection de Sarkozy et Hollande.


  19. pitipitipa Le 18 septembre 2017 à 06h56
    Afficher/Masquer

    Le passage à la 15ème minute sur la perception des violences entre individus noir/blancs m’a bien fait rire. Dans une année aux USA :

    0.8 blancs sur 1 millions va commettre un homicide sur un noir
    11.2 noirs sur 1 millions va commettre un homicide sur un blanc

    https://ucr.fbi.gov/crime-in-the-u.s/2014/crime-in-the-u.s.-2014/tables/expanded-homicide-data/expanded_homicide_data_table_6_murder_race_and_sex_of_vicitm_by_race_and_sex_of_offender_2014.xls


    • bili Le 18 septembre 2017 à 11h02
      Afficher/Masquer

      Oui c est vraie… mais cette violence ne répond qu à la violence sociale économique et politique que les afro américain subisssent , (je ne justifie pas mais explique)
      Une Amérique juste devrais indemniser chaque descendant d esclave à hauteur d 1 Millions de dollars… et vous verez que les chiffres de violence changerons.

      et je parle pas des indiens qui on subit un génocide et qui pour beaucoup de leur descendant se sont réfugiés dans l alcoolisme…


      • pitipitipa Le 18 septembre 2017 à 15h14
        Afficher/Masquer

        Oui enfin il y a la discrimination positive et il faudrait voir la criminalité des descendants d’indiens. La plupart des blancs américains actuels descendent de migrants d’après la guerre de sécession et guerres indiennes. Ce sont des juifs d’europe de l’est, des italiens, des irlandais, des allemands, des français, des latinos, des mormons. Ni racistes ni esclavagistes.

        Le taux d’homicide chez les américains qui s’identifient comme “blancs” est un 1 pour cent mille contre 1.2 en france. Pas si mal pour une population idiote et sur-armée telle que décrite dans cette vidéo (car il on parle bien des blancs américains là).


  20. Jac Le 18 septembre 2017 à 08h06
    Afficher/Masquer

    « Quand je m’observe, je m’inquiète. Quand je me compare, je me rassure » Talleyrand


    • Jac Le 18 septembre 2017 à 08h21
      Afficher/Masquer

      “quand je me regarde je me désole, quand je me compare je me console” : proverbe québécois

      “je suis fier quand je me compare, humble quand je me considère” : Jean-Luc Godard

      …etc


  21. alexander gam Le 18 septembre 2017 à 08h12
    Afficher/Masquer

    Aux USA les gens éduqués sont très cultivé.. ceux qui sont moins éduqué sont dans une sorte de gouffre.. comme si il n’y avait pas de milieu entre les deux.


    • Jac Le 18 septembre 2017 à 08h26
      Afficher/Masquer

      Et en France on peut être à la fois cultivé et ignare : ex. “ceux qui sont cultivé sans s” : syndrome d’auto contradiction (si ça n’existe pas, ça devrait….)


  22. tom Le 18 septembre 2017 à 10h37
    Afficher/Masquer

    La fausse excuse du “on s’occupe de connaitre la capitale de l’idaho (pour citer un des commentaires) et pas le reste du monde car on a un grand pays”.
    Excuse bidon puisque les européens ne s’intéresse pas qu’à leur continent, de même les russes ont un grand pays mais s’intéresse aussi au reste du monde.


    • Nicolas Le 19 septembre 2017 à 22h41
      Afficher/Masquer

      Un fond culturel assez correct, je veux bien, mais faut pas pousser : Les Français ne connaissent rien de la musique (rock, pop, rap…) italienne, espagnole et allemande, et pareil pour le cinéma. Allez-y demandez simplement autour de vous combien ont vu “Lola rennt”, combien peuvent fredonner un air de Vasco Rossi, etc. Les Français (et les Italiens et allemands et espagnols) sont très bien “globalisés”, c’est à dire en réalité américanisés. Et encore les Français sont peut-être les pires du lot, parce que les 3 autres connaissent souvent quelques chansons et films français.
      Encore pire, savez vous qu’il y a eu tout récemment des inondations monstrueuses à Livorno (6 morts). Probablement pas, par contre un incident de la même ampleur aux USA passerait à la télé française.
      Et dire que les Européens s’intéressent aux autres continents… faut pas pousser. Les Français ne s’intéressent même pas aux pays francophones (le festivals du film de Ouagadougou n’est même pas mentionné aux JT !)


  23. TuYolPol Le 18 septembre 2017 à 13h02
    Afficher/Masquer

    15:42 : il est dit que l’individualisme culturel accentue la prédisposition au biais d’attribution.

    Personnellement j’adhère à la vision selon laquelle c’est le christianisme, et plus particulièrement le protestantisme, qui est en adoration devant le totem de la “responsabilité individuelle”. Ce débat philosophique ne donne pas lieu à toutes les nuances qui s’imposent, c’est déplorable et très mal pensé. La préférence individualiste devient narcissique et aveugle.


  24. sergio Le 18 septembre 2017 à 15h16
    Afficher/Masquer

    J’ai vécu deux années aux USA , au début des années 70. L’école américaine ne privilégie pas la culture générale; elle est pragmatique et cherche à donner à l’apprenant ce qu’il faut savoir d’essentiel dans la discipline qu’il a choisie. Quand un américain connaît un sujet, il le connaît à fond mais souvent, il ne sait pas grand-chose d’autre. Pire, l’horizon de l’américain moyen, c’est sont pays qu’il croit être la perle du monde. Tous les autres pays sont sauvages à l’exception de quelques pays européens et du Japon peut-être. Les médias l’encouragent dans cette vision des USA et du reste du monde. Pendant les jeux olympiques par exemple, on ne fera voir aux américains que les disciplines où ils concourent; pas les autres. S’agissant de ce que l’américain moyen sait de l’Afrique, n’en parlons même pas. Vous ne me croiriez pas si je vous dis à quoi j’ai été confronté. Mais c’était dans la première moitié des années 70.


  25. Vladimir K Le 18 septembre 2017 à 16h33
    Afficher/Masquer

    Il ne faut pas oublier que les États-Unis, c’est tout de même 300 millions d’habitants, qui malgré une très forte standardisation (rien ne ressemble plus à un Wallmart qu’un autre Wallmart, même dans un autre état, la plupart des rues se ressemblent dans tout le pays) reste varié.

    Pour avoir traversé les États-Unis du Maine à Hawaii (j’habite à 130km de la frontière US), je ne me risquerais pas à faire une généralisation, de même que je ne traiterais pas la France de pays inculte, sous prétexte que le spectateur moyen de Cyril Hanouna ne saura pas quelle est la capitale de la Slovaquie.

    Admettons que l’éducation aux É-U ne soit pas au point, il n’en reste pas moins que la plupart des américains que j’ai pu croiser dans ma vie étaient très curieux vis-à-vis de ce qu’ils ne connaissent pas, ce qui est déjà plutôt bien à mon sens.


  26. georges glise Le 19 septembre 2017 à 10h05
    Afficher/Masquer

    actuellement, les seuls américains qui me semblent non- idiots sont bernie sanders, ses électeurs, ses followers, et aussi michael moore et ses followers.


  27. Louis Robert Le 22 septembre 2017 à 15h21
    Afficher/Masquer

    Pourquoi? Parce qu’ils le sont.

    Voyez les vidéos de Mark Dice!…..

    J’affectionne: “People sign “I am a moron” petition…”.

    Et que dire de: “Americans Drink “Radioactive” Bottled Water – Imported From Fukushima Japan!!”?


Charte de modérations des commentaires