Les Crises Les Crises
2.juillet.20172.7.2017 // Les Crises

[Vidéo] Juan Branco, avocat de Wikileaks, par Thinkerview

Merci 6
J'envoie

Une belle interview de l’excellent Juan Branco

Source : Thinkerview, Youtube, 20-06-2017

Source : Thinkerview, Youtube, 20-06-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

politicoboy // 02.07.2017 à 10h59

Je pense que vous jugez sévèrement un jeune homme qui a du s’exprimer sur de nombreux sujets en un temps très court.

Le fait qu’il ait rennoncer au conformisme et à une brillante carrière pour se battre pour ces idéaux devrait nous appeler à une certaine humilité dans la critique.

Quand au cynisme, c’est probablement la seule réponse possible pour garder son sang froid devant tant d’absurdité et d’injustice.

21 réactions et commentaires

  • Xavier // 02.07.2017 à 07h32

    Ce jeune homme est très intéressant, de par son éducation, sa formation, il acquis un cynisme structurel non conscient et fourni avec celui-ci une grille explicative relativement cohérente mais très incomplète.

    C’est ce type d’individus qui, pour accéder réellement pouvoir en tant que décisionnaire et non plus comme “petites mains”, devra acquérir un cynisme conscient, A fortiori s’il veut conserver ce pouvoir.

    Alors, il comprendra qu’en aucun cas les standards démocratiques occidentaux n’ont vocation à être exportés, que le seul objectif pour chacun, pour chaque classe, chaque pays, chaque groupe de pays, est de maintenir les hiérarchies de dominance, que la communication est l’alpha et l’oméga de ce jeu de dupes.

    Si l’on s’en réfère à l’histoire, aucune chance qu’il puisse changer quoi que ce soit si jamais il parvenait au pouvoir.

      +10

    Alerter
    • Xavier // 02.07.2017 à 08h27

      Je compléterai en rebondissant sur son message pour les générations futures : “ne pas rester passif”.
      Comme dans l’expérience 2000 g, (tiens je vais laisser ce “de Millgram” original 😉 ) Juan Blanco a été indifférent un bon moment quand il était au Quai d’Orsay avant de se désolidariser.

      Le cynisme, donc, pour les tenants du pouvoir, c’est de laisser des personnes comme lui s’exprimer, sachant que les informations et analyses qu’elles sortent ou produisent ne génèrent pas un mouvement suffisant en comparaison de l’accélération du pouvoir coercitif. En plus, en laissant quelques-uns parler, le mythe de l’Occident démocratique humaniste est consolidé.

      C’est ça le cynisme du pouvoir.

      On peut nager très vite et se dépenser mais être quand même emporté par le courant. Si les caméras zooment sur le nageur, cela fera de belles images mais globalement la situation s’empirera.

      Le rôle des médias contrôlés par se pourvoir et donc de faire le bon cadrage au bon moment.

        +10

      Alerter
      • politicoboy // 02.07.2017 à 10h59

        Je pense que vous jugez sévèrement un jeune homme qui a du s’exprimer sur de nombreux sujets en un temps très court.

        Le fait qu’il ait rennoncer au conformisme et à une brillante carrière pour se battre pour ces idéaux devrait nous appeler à une certaine humilité dans la critique.

        Quand au cynisme, c’est probablement la seule réponse possible pour garder son sang froid devant tant d’absurdité et d’injustice.

          +22

        Alerter
        • Xavier // 02.07.2017 à 12h36

          La brillante carrière se faisait dans l’ombre, l’aspect brillant c’est il me semble maintenant.
          La rémunération en estime est communément utilisée dans de nombreux postes par des employeurs sachant manier certains profils.

          De plus il ne me semble pas qu’il soit avocat à ses heures perdues…
          Mais pourquoi tout le monde a-t-il besoin de héros ?

          Pour se dédouaner des efforts à faire en pensant que suivre suffit ?
          On voit où cette très pratique posture nous mène : dans le délitement et la manipulation médiatique.

          Si chacun refusait dans sa vie certaines dérives illégales ou immorales le monde tournerait bien mieux.
          Il est vrai qu’applaudir des “héros” et continuer d’être soumis est plus pratique.

          J’ai très chèrement payé cette position et m’agace effectivement (sentiment à ne jamais montrer en public, c’est une faiblesse et un manque de fiabilité pour le groupe) de cela.

            +11

          Alerter
        • Maud // 03.07.2017 à 23h45

          Ce que certains appellent cynisme je le considère plutôt comme du réalisme face à la candeur de nombre de nos concitoyens. Jeune certes mais avec un grande expérience. Il a été également l’assistant du procureur général du Tribunal pénal international. Vivant au coeur des différents centres de pouvoir sa vision est sans doute plus près de la réalité que ce que l’on en nous délivre habituellement. Un garçon brillant à l’évidence qui n’a pas mis au placard son humanisme.

            +2

          Alerter
          • Xavier // 04.07.2017 à 07h09

            Quand vous ne mettez pas de côté votre humanisme vous ne pouvez pas briller dans cette société.

            Paroles, affichages, “valeurs”, etc. sont les habillages et alibis de la dominance dans la société occidentale moderne.

              +2

            Alerter
        • victor // 04.07.2017 à 11h27

          Pas un mot sur les commentaires de feu Zbigniew Brzezinski concernant l’entreprise Wikileaks.
          C’est dommage.
          Un avis pareil se doit d’être mentionné, compte tenu de la place qu’occupait ce monsieur.

            +0

          Alerter
    • Gérard // 02.07.2017 à 10h57

      Pas d’accord avec vous Xavier

      J’avais vu cette vidéo il y a quelques temps et je m’étais dit en écoutant ce jeune homme qu’il y avait de l’espoir.
      Vous lui faite un procès d’intention un peu injuste, ce que vous prenez pour du cynisme moi je prend cela pour de la lucidité et du pragmatisme.
      Et qu’importe les personnalités à condition que les idées portées restent belles et justes, car ce sont les idées qui transforment le monde.

        +12

      Alerter
      • Xavier // 02.07.2017 à 11h06

        @politicoboy et Gérard
        En aucun cas je ne critique Juan, mais le système. Je suis déterministe et aurais donc agi comme lui.
        J’essaye de comprendre pourquoi on n’avance pas et que même, malgré toutes ces dissidences on recule.

        La seule grille de lecture qui tienne à mon sens c’est que le pouvoir joue de nous, et que tant que nous avons un bout d’os à ronger on ne l’attaque pas vraiment.
        Juan, comme moi, a un niveau de vie très correct et une position lui permettant d’être valorisé. La limite de son combat, comme du mien est donc évidente.

        Qui détient ou est le pouvoir ? Nous en fait, on ne s’attaque pas aux causes réelles de cette dominance car on en profite par un niveau de confort jamais atteint, aux dépends des autres.
        On ne peut parler de progrès humain que global, et franchement, je ne le perçois pas si je fais un état des lieux du monde.

        DONC il faut une grille de lecture intégrant chacun.
        Relire sur ce blog https://www.les-crises.fr/henri-laborit-aurait-eu-100-ans-plaidoyer-pour-une-relecture-de-son-oeuvre-par-david-batejat/

          +14

        Alerter
        • Pegaz // 02.07.2017 à 16h57

          A l’aspect pessimiste de votre grille de lecture, je dirais que le « pouvoir » ne s’est jamais senti autant menacé qu’en cette époque. Ses discours, postures et actions en témoignent, il se contracte et fait preuve d’autoritarisme politique, médiatique et idéologique. Il est pris au piège de la démocratisation de l’information et de ses corollaires, réflexion, divergence et dissidence mondialisée. J’en prends pour preuve, ne serait-ce que par les articles sur ce site et interview sur Thinkerview, l’hétérogénéité des intervenants, tout le spectre social y est représenté. Quoi de plus démocratique et quel contraste avec le siècle passé.

            +1

          Alerter
          • Xavier // 02.07.2017 à 17h01

            Pourquoi pessimiste ? La lucidité force à voire certains aspects que les différentes foi évitent au profit de qq uns.

            Cherchez à quels groupes vous appartenez ou duquel vous bénéficiez, il y a fort à parier que vos croyances soient liées à ce bénéfice.

            Effectivement chercher à comprendre plus que croire est parfois lourd, mais pas pessimiste.

              +4

            Alerter
            • Pegaz // 02.07.2017 à 17h21

              Oubliez l’entrée en matière « A l’aspect pessimiste de votre grille de lecture ». Que pensez-vous de la réflexion en elle-même ?

                +0

              Alerter
          • Frédérick // 02.07.2017 à 22h28

            échange très intéressant, mais pour ma part, je n’ai pas l’impression que le véritable “pouvoir” se sente menacé. On assiste effectivement à un durcissement de l’exécutif, à un durcissement des lois sociales, à une espèce de fuite en avant totalitaire au détriment des libertés et de la répartition équitable des richesses. Mais j’ai la nette impression que ces mesures s’inscrivent dans une stratégie de délégitimation de l’état. Il s’agit de mettre l’état à genoux après lui avoir scié les ailes et l’avoir rendu très antipathique auprès de la population. Une fois à genoux, lui donner simplement le coup de grâce, transnationales se portant de manière chevaleresque au secours des populations abandonnées, martyre causé par le résidu d’un autre âge: l’état. Je suis fondamentalement persuadé que l’état est le dernier rempart à l’avidité des transnationales. Je suis très loin de croire que les personnes à la tête de l’état ne soient pas acteurs de cette stratégie. Et ce depuis 40 ans.

              +6

            Alerter
            • Pegaz // 03.07.2017 à 02h12

              Je ne crois pas à ce genre de stratégie car l’état est et restera le garant d’un ordre local, celui des transnationales par exemple. Sa forme la plus épurée et conforme a certain souhait politique et économique est l’état régalien, défense et sécurité.

                +0

              Alerter
            • victor // 05.07.2017 à 10h21

              Je partage en partie cet avis. Il me semble évident que des éléments étatiques œuvrent à la destruction de l’état. Qu’est-ce que l’équipe Macron sinon des démolisseurs en souliers de chantier ? Manque plus que le casque et les gants et on est dans le BTP !
              .
              La question qui vient ensuite, c’est qui va récupérer les lambeaux de souveraineté, qui se trouvaient encore dans les mains de l’état, pour s’arroger le droit de gérer nos vies ? Nous ?
              Les banques semblent au centre de la cible, loin devant les multinationales.
              Ne sommes-nous pas en train d’assister à une épuration monstrueuse dans le milieu bancaire pour qu’il n’en subsiste qu’une ? (voir deux ou trois pour maintenir l’illusion du choix et du pluralisme …)
              .
              Concernant Wikileaks, je reste absolument circonspect. Je perçois très mal à quoi cela sert hormis dévorer du temps de cerveau et des ressources, autant chez les individus que les services étatiques et ses analystes.
              C’est une bombe informationnelle selon moi.

                +0

              Alerter
  • Politicoboy // 02.07.2017 à 11h06

    Cette vidéo est une perle rare. Elle fournie un cadre d’analyse et de compréhension précieux.

    Je retiens en particulier:

    – Les causes sociologiques de l’absurdité de l’exercice du pouvoir (plus que des personnes de mauvaises volonté, c’est les forces du système qui conduit nos dirigeants et leurs conseillers à des décisions absurdes)

    – l’analyse de l’extrème gauche et comment un petit groupe peut effictivement faire tomber le gouvernement. On est loin des sourires béas de Besancenot

    – L’aveuglement idéologique et la profonde incompétence des Fabius et Hollande. Ce qui revient à se poser la question de la capacité de notre système à mettre des gens compétent au pouvoir

    – des clés pour comprendre la crise Syrienne.

    Le meilleur interview de cette chaine. Celui du fondateur d’acrimed vaut également le détour.

      +13

    Alerter
    • Xavier // 02.07.2017 à 11h23

      Bon, vous allez croire que j’en veut à Juan Branco, ce qui n’est toujours pas le cas 😉 mais vous confondez témoignage et analyse.

      Il ne fait justement pas une réelle analyse du pourquoi de cette dérive et c’est ce qui manque aujourd’hui, il ne donne que qq éclairages.

      L’analyse sociologique (systémique) nécessiterait de recueillir des témoignages de ce genre (nombreux, j’en ai qq uns à fournir*), mais personne ne s’y risque ou n’en a le temps.

      C’est le défaut de la dissidence qui manque de moyens : trop d’émotions, de besoin de gens “bankable” par leur profil et pas assez d’étude de terrain pour sortir des infos.

      Il est bien moins probable d’obtenir des infos fracassantes de profils “à fort potentiel” que de gens plus âgés et moins diplômés, leur énergie potentielle est trop haute et ils ont du mal à la gâcher.

      Grande école, Docteur, Avocat… c’est bien le sens de ne laisser entrer dans les ministères que ces gens et de leur offrir des voies royales que de s’assurer de leur servilité.

      * mais qui suis-je sans doctorat ni grand titre pour accréditer mes dires ?

        +7

      Alerter
  • Xavier // 02.07.2017 à 11h13

    Parce que là on est au niveau des commentaires de Libé ou du Monde, les moqueurs bien confortablement installés dans la société qui méprisent toute vision alternative en se croyant intelligents…

      +0

    Alerter
  • Catalina // 02.07.2017 à 22h20

    Xavier, je vous rejoins sur beaucoup de points, avoir des ” héros” nous permet de nous dédouanner, dans le même sens, hier je proposais de créer un collectif et un commentateur a immédiatement proposé de déléguer “à un groupe de blogs”.
    En tous cas, aucun ne m’a dit “ok, on n’y va”, c’est ce que je retiens.
    Vous bénéficiez d’une vision méta-historique, à mon sens, de ce fait, vous volez un peu plus haut et de fait, vous avez avez été “repris” de manière purement émotionnelle, ” ce peit gars est bien, et ceci et cela” mais effectivement ,même si cet entretien nous apporte une vision que les gens qui suivent ce blog connaissent, il ne donne pas les raisons profondes et les moyens de les combattre. Pour ma part, j’ai apprécie le début de l’entretien où il parle de contre-pouvoirs savamment étudiés pour mettre en cale sêche les impuissances étatiques, cependant, la nécessité de créer des vicitmes pour se faire est d’une incroyable monstruosité, ou pour se battre contre une entité il faut agir comme elle et user du meurtre s’il le faut.

      +1

    Alerter
    • Catalina // 02.07.2017 à 22h25

      suite,

      Dernière chose, la fin m’a interpellée car il me semble, en effet, que l’indifférence ouvre la porte à tout et qu’être indifférent nous fait également responsables. Ce qu’il manque, à mon humble avis est que au delà de l’indifférence et même lorsque celle-ci laisse la place à l’intérêt, comme les gens qui viennent ici, par exemple, il est nécessaire de s’exposer, ce petit gars le fait, mais conforté dans le sentiment d’une protection, ce que nous citoyens lambda n’avons pas. C’est de courage dont manquent les gens et d’esprit collectif, il me semble, et ceci va bien au-delà de l’intérêt qu’ils portent à une cause.

        +4

      Alerter
  • Celavy // 03.07.2017 à 02h27

    “Quand quelque chose vous indigne, comme j’ai été indigné parle jnazisme, alors on devient militant, fort et engagé. On rejoint le courant de l’Histoire… Si aujourd’hui comme alors, une minorité active se dresse, cela suffira, nous aurons le levain pour que la pâte lève” (Stéphane Hessel).

    Il faut rendre sa liberté à ce héros, dont le nom pourrait être un message du ciel : “AS -s- ANGE”,
    et protéger sa vie consacrée à révéler les menaces qui nous guettent.
    Pour commencer, lancer une pétition, et former un collectif pour un Etat “de grâce”, pour la Liberté de penser, lire, écrire et échanger nos bonnes idées, nos informations… Ou de faire, comme les Mères argentines des rondes devant la chambre des députés ou du Sénat… Ou de déposer des fleurs et des messages dans des cages à oiseaux vides et ouvertes… à la Bastille, aux Tuileries, ou devant toutes les ambassades à l’étranger …

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications